Principal / Tumeur

Chapitre 3.

Tumeur

Comment vous aider ou aider votre proche lors d'une crise de convulsions ou d'un changement de conscience.

(lire également les recommandations individuelles - le chapitre "INTRODUCTION D'AGENTS ANTI-NAVIRES à la maison pour interrompre ou prévenir les attaques récurrentes")

Dans la plupart des cas, je suis en mesure de prévenir une récidive des crises chez le patient. Cependant, au début du traitement, ainsi qu'en cas de rechute possible après l'arrêt du médicament, les crises peuvent être répétées. De plus, selon les scientifiques des centres européens et américains de traitement de l'épilepsie, 20% des patients ne peuvent pas complètement soulager les crises (pour de tels cas en Occident, il existe un terme spécial - «épilepsie incontrôlée»). Par conséquent, le patient lui-même, ainsi que les proches de l'enfant ou d'un adulte malade, doivent savoir quoi faire avec une crise. Afin d'être guidé par les particularités du cours des crises, il est également conseillé pour vous de vous familiariser avec les recommandations: "QUELS TYPES DE COMPTES ARRIVENT. COMMENT ILS DÉVELOPPENT ET TRAITENT".

AIDE AVANT ACCÈS

Parfois, avant une attaque, un changement de comportement d'une personne est noté, le plus souvent elle ne peut avoir qu'une impression interne d'approcher d'une attaque (aura). Pour chaque patient, ces événements de pré-attaque sont généralement inchangés d'une attaque à l'autre..

Il est nécessaire d'apprendre à une personne à prêter attention aux précurseurs et à l'aura des crises, tout d'abord, afin qu'elle puisse trouver un endroit sûr. Si les attaques sont accompagnées de chutes ou de crampes, le patient doit se coucher avant le début de l'attaque, si possible - sur quelque chose de doux.

Un adulte et un enfant, s'il est assez grand, doivent être interrogés sur ces sensations particulières (aura) émanant de l'épi-focus avant les plus probables, et pour une autre raison. Le fait est que certaines personnes parviennent à empêcher l'apparition d'une aura. Les conditions suivantes sont nécessaires pour l'application de ces méthodes de prévention naturelle des crises:

1. Intelligence préservée chez un adulte ou un âge suffisamment grand chez un enfant

2. La présence de précurseurs ou d'aura avant les attaques

3. La présence de facteurs provoquants avant une attaque

Les méthodes naturelles d'interruption d'une attaque initiale impliquent le plus souvent de détourner l'attention de la partie du corps dans laquelle l'attaque commence..

Il est plus facile de le faire en provoquant une douleur ou une autre sensation intense dans n'importe quelle partie du corps afin de «submerger» la sensation d'aura avec une irritation plus forte: certaines personnes portent un bandage d'un bandage élastique sur leur bras (poignet) et, lorsqu'elles sentent que l'attaque approche, ils le tordent brusquement pour ressentir de la douleur. Le même effet est obtenu dans le cas où une personne commence à faire tourner rapidement une bague sur son doigt ou une boucle d'oreille dans son lobe d'oreille, elle se pincera fortement. Un autre patient a constaté qu'il obtient le même résultat avec un tapotement fort et fréquent de la brosse sur un objet solide. L'auto-excitation par la marche rapide, de forts ajustements ou un changement brusque d'attention à un moment où vous êtes soit dans une situation qui provoque une crise, soit lorsque la crise ne fait que commencer, sont souvent des moyens très efficaces de prévenir les crises..

Pour certains, un excellent moyen de détourner l'attention et donc de supprimer une crise est, par exemple, des éternuements bruyants.

Dans d'autres cas, il vaut mieux agir sur la partie du corps ou la fonction mentale qui "participe" à l'attaque. Si une crise convulsive commence par le même mouvement involontaire du membre (disons en pliant la main), cette crise peut être supprimée par le mouvement opposé à l'original (dans le cas de la brosse, il est possible de simplement la redresser). Le simple fait d'essayer de garder ce membre au repos peut également supprimer la survenue d'une crise d'épilepsie. Si l'attaque commence par une sensation de picotement dans le bras ou un autre membre, le patient peut essayer d'interrompre l'attaque en serrant fermement ce membre avec l'autre main, en le tournant d'un côté à l'autre. Si l'attaque commence par une sensation d'odeur inhabituelle - vous pouvez l'interrompre en respirant une odeur d'ammoniac encore plus forte.

Certains patients trouvent par eux-mêmes des méthodes psychologiques de distraction plus complexes pour supprimer la zone d'excitation dans le cerveau - ils modifient le rythme et les modes de pensée, leur activité motrice ou mentale.

D'autres moyens de supprimer le début d'une attaque sont de contrer l'émotion qui provoque l'attaque: si vous avez des convulsions dans un état de tristesse ou d'ennui, vous pouvez choisir une méthode d'auto-excitation comme contre-attaque. Un des patients, qui avait des crises partielles complexes, a remarqué qu'il était capable d'arrêter le développement ultérieur de la crise en disant simplement à haute voix le mot «Non!» À haute voix, ou en tournant brusquement son attention vers un autre objet. Chez de nombreux patients, en particulier ceux qui souffrent de crises partielles complexes, ils surviennent dans un contexte d'anxiété ou de sentiments de nostalgie. Dans ce cas, les mesures pour contrer la crise seront d'essayer d'éviter toute pensée qui vous rend triste et ennuyé, ou de changer brusquement et complètement votre attention.

COMMENT AIDER PENDANT UNE TENTATIVE

Pour les personnes qui l'entourent, il n'y a aucun moyen réel d'interrompre une attaque déjà commencée à la maison - elle se termine généralement lorsque l'épi-décharge dans le cerveau est épuisée. Votre aide personnelle pour une attaque déclenchée de façon inattendue est nécessaire principalement pour protéger le patient contre les blessures pendant l'attaque et consiste en ce qui suit:

1. Lors d'une attaque en cours, ne déplacez pas le patient vers un autre endroit, sauf lorsqu'il se trouve à proximité d'objets tranchants ou chauds, d'équipements électriques, sur la chaussée à fort trafic..

2. En cas de convulsions générales, il est nécessaire de placer la tête du patient sur quelque chose de doux, par exemple sur des vêtements pliés, ou de mettre sa main sous l'arrière de sa tête afin qu'il ne touche pas le sol dur ou le sol. Cependant, dans ce cas, vous ne pouvez en aucun cas maintenir la tête ou d'autres parties du corps immobiles, en essayant de surmonter avec force les crampes. Les convulsions ne s'arrêteront pas et le patient pourra se blesser.

3. Pour faciliter la respiration, détendez-vous sur les parties serrées du patient de la ceinture de vêtements, ceintures, soutien-gorge, cravate, détachez le col. Si le patient est allongé face vers le bas - tournez-le sur le côté ou vers l'arrière - de sorte que les ouvertures respiratoires soient libres pour permettre à l'air d'entrer. Dans le même but, retirez l'oreiller et l'excédent de linge (couverture) du lit..

4. NE PAS donner à boire au patient lors d'une attaque ou avec une altération de la conscience en raison de la possibilité d'étouffement.

5. Si le patient a de la salive sur les lèvres, il y a un risque que la salive tombe dans les voies respiratoires et que le patient tousse. Par conséquent, si les convulsions le permettent, tournez la tête du patient sur le côté et, si possible, et légèrement vers le bas pour que la salive ne coule pas dans les voies respiratoires. Au début, et le plus souvent après, il peut y avoir des vomissements; en position couchée, des vomissements peuvent pénétrer dans les voies respiratoires. Par conséquent, il vaut mieux tourner non seulement la tête sur le côté, mais aussi tout le corps du patient. Dans ce cas, rembourrez le corps avec des oreillers ou des vêtements pliés afin que la pose soit stable. Assurez-vous que le patient n'est pas tourné sur le ventre face vers le bas et qu'il ne suffoque pas. Si les crampes empêchent le patient de tourner - et en aucun cas n'utilisez la force pour empêcher les crampes lorsque vous essayez de changer de position, attendez que les crampes s'arrêtent. Vous ne pouvez pas vous précipiter pour vous retourner après cela, mais surveillez attentivement le patient et retournez-le rapidement pendant les premiers signes de vomissements.

6. Avec une attaque, une morsure de la langue ou de la joue est possible avec des dents liées à des convulsions toniques. Vous avez peut-être vu le film américain «Cléopâtre» avec la célèbre actrice Elizabeth Taylor dans le rôle-titre: Julius Caesar, un épileptique, s'approchait d'une attaque et se mordit les dents avec un bloc de bois tendre spécial pour éviter une morsure de la langue et des dents. Ne vous précipitez pas pour faire une telle barre - le traitement vous permet généralement de supprimer ou de réduire considérablement ces attaques.

Certains experts recommandent de placer la langue entre les dents du patient et de tenir le manche d’une cuillère enveloppée dans un morceau de tissu (foulard) pour éviter une morsure de la langue. Ne faites pas cela - le patient peut se casser les dents sur une cuillère ou suffoquer en raison du tissu déroulé.

Le plus souvent, une attaque se développe rapidement - et si une personne a déjà serré les dents - il est inutile de coller quelque chose dans sa bouche. De plus, la pratique a montré que tenter la prophylaxie ci-dessus d'une morsure de la langue peut provoquer des blessures aux dents et d'autres problèmes. Par conséquent, ne mettez rien dans la bouche du patient. Discutez de l'opportunité d'utiliser cette méthode avec votre médecin en cas de morsure répétée de la langue avec attaques répétées.

COMMENT AIDER APRÈS L'ATTAQUE

Votre aide après l'attaque est la suivante:

1. Déplacez la personne dans un endroit pratique ou aidez-la à y arriver si, après la fin de l'attaque, elle veut dormir. Quand il s'endort, ne le réveillez pas jusqu'à ce qu'il se réveille. Si une personne après une attaque n'est pas revenue à ses sens et s'est immédiatement «endormie», et que le rêve est étrangement profond et s'accompagne de secousses périodiques, vous pouvez «mettre en pause» le patient un peu pour voir s'il répond à vous, ou s'il est devenu convulsif et à qui. Si le patient ne répond pas, appeler une ambulance.

2. Après l'attaque, lorsque le patient a complètement repris connaissance, il est recommandé de lui donner une tasse de thé sucré. Cependant, il n’est pas nécessaire d’interrompre le sommeil du patient s’il s’endort après une crise. NE PAS donner à boire au patient lors d'une attaque ou avec une altération de la conscience.

Certaines crises sans crises nécessitent également l'aide d'autres personnes, en particulier un état de conscience altéré, au cours duquel une personne peut effectuer des mouvements inconscients (attaques psychomotrices). En même temps, il peut se blesser en tombant sur quelque chose, en allant vers le bord et en tombant d'une hauteur, en manipulant un objet pointu. Pendant une telle attaque, changez doucement la direction du patient pour l'éloigner de l'objet dangereux, prenez-lui des objets dangereux, parlez calmement avec le patient afin qu'il n'ait pas peur de la situation inhabituelle quand il revient à ses sens.

CE QUI NE DEVRAIT PAS ÊTRE FAIT AU COURS D'UNE ATTAQUE

Il est insensé et parfois nocif d'utiliser des méthodes de médecine traditionnelle, notamment de couvrir le patient avec quelque chose, de brûler certains objets, de provoquer des irritations, y compris des méthodes d'acupuncture et d'acupuncture (irritation de certains points du corps). N'essayez pas de faire de la respiration artificielle ou un massage cardiaque indirect pendant une crampe - cela ne sert à rien - vous ne pourrez pas respirer de l'air dans vos poumons, car cela vous évitera de cramper vos muscles respiratoires. Après des crampes, la respiration est presque toujours rétablie d'elle-même.

Ne rien mettre dans la bouche d'une personne lors d'une attaque.

Y A-T-IL DES MENACES DE VIE À UNE ATTAQUE

Avec un traitement approprié et la mise en œuvre des recommandations, il n'y a aucun danger pour la vie.

Certaines crises s'accompagnent de convulsions toniques prononcées, qui consistent en une tension des muscles du corps, une réduction des membres, une solidification dans une certaine position. Les crampes toniques peuvent également capturer les muscles respiratoires, rendant la respiration impossible. Habituellement, la période de convulsions toniques est de courte durée. S'il est retardé, un signe de famine en oxygène est une teinte bleuâtre de la peau et des lèvres. Une légère cyanose des lèvres et du triangle nasolabial s'accompagne souvent d'une attaque normale et n'est donc pas dangereuse.

Un signe de danger est une cyanose plus prononcée et s'étendant à l'ensemble du visage et à d'autres parties du corps. Ces crises graves peuvent survenir avec un traitement inadéquat ou avec un état d'épilepsie. Un état d'épilepsie est une condition dans laquelle l'attaque dure plus de 15 minutes ou les attaques se succèdent, mais le patient n'entre pas en conscience dans les intervalles entre les attaques.

Lors d'une crise, malgré l'arrêt de la respiration et le bleuissement possible du visage, il est inutile de donner de l'oxygène au patient ou de pratiquer la respiration artificielle. Dans le même temps, l'air ne pénétrera pas dans les voies respiratoires et les poumons en raison de la raideur des muscles respiratoires. Habituellement, immédiatement après l'arrêt de la tension tonique du corps, le patient commence à respirer et la cyanose disparaît progressivement (cela peut se produire dans le contexte de contractions constantes et de troubles de la conscience). Il y a une très faible probabilité que la respiration après un arrêt prolongé en cas de convulsions sévères ne se rétablisse pas (la tension tonique diminue et le corps commence à se "ramollir", mais il n'y a pas de respiration et la cyanose ne disparaît pas, et vice versa s'intensifie). Dans ce cas, la respiration artificielle doit être démarrée immédiatement. bouche à bouche jusqu'à l'apparition d'une respiration spontanée. Dans tous les autres cas, n'essayez pas de pratiquer la respiration artificielle. Au début de la respiration artificielle, assurez-vous qu'il n'y a pas de vomi dans la bouche et la gorge; le cas échéant, enveloppez rapidement l'index avec une serviette et nettoyez les voies respiratoires accessibles du vomi.

Un autre danger possible est associé à la possibilité de vomissements pendant une attaque ou immédiatement après (lorsque le patient est encore inconscient) avec des vomissements pénétrant dans les voies respiratoires. Par conséquent, pendant l'attaque, ne paniquez pas, mais attendez le moment où vous pouvez tourner la personne sur le côté pour qu'elle ne suffoque pas avec son vomi.

Si le patient est inconscient pendant une attaque ou immédiatement après, il est nécessaire de contrôler la position de son corps et de sa tête - afin qu'il ne suffoque pas, repose son visage sur un oreiller ou une surface de l'estomac ou ne s'étouffe pas dans son vomi lorsqu'il est allongé sur le dos. C'est pourquoi les nuits toniques sont les plus dangereuses lorsque personne n'est à côté d'une personne. Par conséquent, si un enfant souffrant d'attaques nocturnes a l'habitude de dormir sur le ventre, vous devez le sevrer de cette.

Pour toute ma pratique, il n'y a eu aucun cas de décès du patient lors d'une attaque à domicile ou dans la rue - les recommandations ci-dessus sont une sorte d'assurance supplémentaire pour certains cas rares.

Une exception à toutes les règles ci-dessus est une attaque sous forme de laryngospasme avec rachitisme chez les enfants de la première année de vie (spasmophilie). Le laryngospasme est un spasme et un rétrécissement des voies respiratoires (larynx), qui peuvent ou non s'accompagner de crises toniques. Avec le laryngospasme, contrairement à une attaque convulsive habituelle, il n'y a pas un seul arrêt respiratoire au début de la tension tonique du corps, mais un essoufflement, parfois avec un son ressemblant à un cri de coq. Un arrêt respiratoire avec laryngospasme peut également survenir, mais il ne survient généralement pas immédiatement, mais après plusieurs respirations bruyantes. Contrairement aux épipristes, l'apport d'oxygène comprimé peut aider au laryngospasme. Vous pouvez essayer d'interrompre une attaque prolongée de laryngospasme par une irritation de la paroi pharyngée postérieure et de la racine de la langue. Lorsque vous arrêtez de respirer, la respiration artificielle est effectuée jusqu'au premier souffle.

SI LA COMMUNAUTÉ EST ARRIVÉE DANS L'EAU (pour la prévention des accidents dans l'eau, lisez les sections pertinentes des recommandations «STYLE DE VIE AUX PROCUREURS EPI»)

1. Gardez votre enfant de sorte que sa tête soit au-dessus de la surface de l'eau.

2. Après avoir sorti le patient de l'eau, soyez convaincu qu'il respire. Sinon, mettez-le dans votre estomac sur votre genou plié et utilisez vos doigts pour nettoyer le mucus de votre bouche. Après avoir versé de l'eau, transférez-la rapidement dans votre dos, jetez votre tête en arrière pour que les voies respiratoires prennent la forme d'un tuyau droit et respirez de bouche à bouche. La cellule thoracique devrait s'étendre au rythme de votre respiration.

Vous devez savoir respirer correctement et pratiquer la respiration artificielle..

3. Même si la personne secourue ne se plaint de rien après avoir été sous l'eau, appelez une ambulance ou allez à l'hôpital, car l'eau pénétrant dans les poumons peut entraîner des complications..

QUAND IL EST NÉCESSAIRE D'APPELER LA VOITURE D'AMBULANCE

Pendant une attaque, vous devez être près du patient et effectuer les actions ci-dessus. Une fois l'attaque terminée, vous devez appeler une ambulance dans le cas suivant: 1 / si la partie convulsive de l'attaque a duré deux minutes ou plus de plus que d'habitude avec votre enfant ou un être cher; si le test a duré plus de 5 minutes; 2 / si l'attaque se répète (deux attaques ou plus en quelques heures); 3 / si le patient ne s'est pas rétabli après l'attaque et s'est immédiatement "endormi", et le rêve est étrangement profond et est interrompu par des secousses périodiques, et avec de vigoureuses tentatives pour le réveiller, il ne répond pas à vos questions simples ("M'entendez-vous, etc.) et ne le faites pas" fixe un regard sur vous; 4 / si le patient a perdu connaissance après l'attaque - il répond un peu et de manière incorrecte aux questions, essaie d'aller quelque part, est mal orienté dans le temps et à l'endroit où il se trouve; si après le début le patient semble malade; 5 / en cas de blessures visibles.

En cas d'attaques répétées ou de menace de récidive, un médecin ambulancier prescrit l'administration de diazépam ou d'hydroxybutyrate de sodium. L'introduction de ces médicaments dans une veine peut interrompre immédiatement une attaque, mais les ambulances ne les injectent pas dans une veine par crainte de supprimer ces médicaments avec le centre respiratoire avec une sensibilité accrue à eux, leur absence ou pour d'autres raisons. Le même médicament, administré par voie intramusculaire dans la fesse, ne commencera à exercer son propre effet qu'après 15 à 20 minutes. Par conséquent, si les attaques ne sont pas uniques, mais ont tendance à être répétées plusieurs fois sur 1 à 2 heures sous forme de séries, il est conseillé d'avoir ces médicaments à la maison et un bref extrait des antécédents médicaux de la dose à laquelle ce médicament a été effectivement administré par voie intramusculaire ou intraveineuse. Dans les cas, le médecin est clair immédiatement ou après l'absence de l'effet de l'administration ci-dessus que le patient doit être hospitalisé.

Premiers soins pour l'épilepsie

L'épilepsie est une maladie neurologique incurable qui survient en raison d'une activité excessive des cellules nerveuses dans le cerveau. Cette activité contribue à la manifestation d'une forte excitation de son cortex, ce qui conduit à une attaque (crise).

Au moment de la crise, le patient ne contrôle pas ses actions et peut subir des blessures graves. Par conséquent, les premiers soins pour l'épilepsie doivent être effectués de manière claire, cohérente et rapide..

Caractéristiques de la maladie

Une crise d'épilepsie peut avoir différentes manifestations selon le type de maladie..

En médecine, il existe une classification complexe des manifestations de l'épilepsie. Nous nous concentrerons sur trois variétés qui doivent être distinguées pour que les premiers soins soient fournis correctement.

  • Saisies non évidentes;
  • Attaques avec symptômes prononcés;
  • Epistatus.

L'apparition de crises non évidentes est indiquée par de tels facteurs:

  • Cauchemars fréquents;
  • Miction involontaire pendant le sommeil;
  • Changements de comportement, se manifestant par une hystérie, qui alterne avec le détachement;
  • Stupeur fréquente, pendant laquelle une personne ne peut détourner le regard d'un point;
  • L'absence totale de réaction aux autres.

Avec de tels symptômes, il est conseillé d'être examiné par un neurologue. Sinon, des formes sévères d'épilepsie commenceront à se développer..

Avec une épilepsie prononcée chez l'adulte, les symptômes suivants sont observés:

  • Perte de contact, capacité de voir et d'entendre les autres;
  • Crises ou engourdissement des parties du corps;
  • Une perte de conscience à court terme est possible;
  • Mouvements convulsifs et discours incontrôlé;
  • Basculement de tête.

Le plus souvent, les crises ne durent pas plus de trois minutes. Une poursuite plus longue de l'attaque est dangereuse par la transition vers un état d'épilepsie.

Epistatus est la manifestation la plus redoutable de l'épilepsie. Avec lui, les crises se succèdent si souvent que le patient n'a pas toujours le temps de reprendre conscience.

Avec l'état de mal épileptique, les soins d'urgence consistent à appeler immédiatement le personnel médical pour fournir un soutien médical. Ensuite, vous devez suivre l'algorithme des actions prescrites pour les premiers soins.

Manifestations symptomatiques

Les premiers soins pour une crise d'épilepsie, malgré la simplicité de l'action, doivent être fournis immédiatement. Sinon, le patient peut développer les manifestations dangereuses suivantes de la maladie:

  • Pénétration dans le système respiratoire de la salive ou du sang;
  • Le développement de l'hypoxie;
  • Lésions cérébrales séquentielles et irréversibles;
  • Coma;
  • Issue fatale.

Si vous soupçonnez une crise d'épilepsie, essayez de vous préparer le plus rapidement possible à ses manifestations..

Pour le faire, suivez ces étapes:

  • Éliminez tous les éléments qui pourraient être dangereux pour le patient;
  • Si une personne ne vous est pas familière, demandez-lui s'il souffre d'épilepsie;
  • Demandez-lui de retirer ou de détendre les éléments corporels des vêtements qui se compriment étroitement;
  • Fournir une libre circulation d'oxygène dans la pièce;
  • Trouvez une chose douce (oreiller, pull volumineux) pour la placer sous la tête d'une personne.

À ce stade, il est important pour un témoin oculaire de se préparer psychologiquement aux manifestations d'une attaque, car l'apparition de mousse de la bouche, des mouvements convulsifs et une respiration sifflante chez une victime peuvent faire peur à toute personne qui a d'abord rencontré l'épilepsie..

Habituellement, une crise d'épilepsie dure en 2 étapes. L'attaque commence par la chute du patient, il commence une contraction musculaire convulsive, à la suite de laquelle il secoue convulsivement ses bras et ses jambes. Les yeux peuvent être fermés ou roulés. Respiration intermittente, elle peut s'arrêter pendant 1 à 2 minutes.

Le plus souvent, cette étape ne dure pas plus de 3-4 minutes. Vient ensuite l'étape 2, lorsque le spasme musculaire s'arrête, le patient se calme. Une miction involontaire peut survenir. Pour qu'une personne récupère, cela prend de 5 à 10 minutes.

L'aide pour le statut épileptique implique toujours l'utilisation de médicaments, qui ne peuvent être utilisés que par un médecin. Par conséquent, il est nécessaire de protéger le patient contre les blessures avant l'arrivée des médecins.

Soins d'urgence

Réfléchissez à ce qu'il faut faire en cas d'épilepsie et quelles actions sont interdites.

L'algorithme d'aide se compose de ces mesures urgentes:

  • Fixez l'heure du début de l'attaque;
  • Placez une chose douce préparée sous la tête de la victime ou posez le haut du corps sur vos genoux;
  • Essayez de tenir la tête de sorte qu'elle soit sur le côté, empêchant l'entrée de salive ou de sang dans le système respiratoire;
  • Si la bouche du patient est entrouverte, insérez tout tissu entre les mâchoires enroulé en un petit rouleau;
  • Ne laissez pas le patient se lever après les crampes: il n'a pas encore complètement récupéré;
  • En présence de miction, couvrir les hanches d'une personne avec des tissus ou des vêtements, car une forte odeur d'urine provoquera une augmentation de l'attaque;
  • S'il est toujours inconscient, fixez sa tête sur le côté;
  • Lorsque le patient reprend conscience, posez-lui quelques questions simples pour vous assurer que sa conscience est claire;
  • Vérifiez si la personne a un bracelet spécial sur lequel sont inscrits le diagnostic, le nom et l'adresse.

Les premiers soins pour une attaque d'épilepsie doivent être fournis strictement selon l'algorithme ci-dessus. Tout écart par rapport à celui-ci entraînera des conséquences désastreuses..

Nous énumérons les erreurs les plus courantes qui sont inacceptables à commettre en aidant une personne atteinte d'une crise d'épilepsie:

  1. Pour ouvrir les dents en 1 phase d'une attaque. Action absolument inutile, car la langue ne peut pas tomber dans cette période: les muscles sont trop tendus. Mais vous pouvez endommager l'émail, les dents et même luxer la mâchoire instantanément.
  2. Utilisez la force physique pour garder le patient pendant une période de contractions musculaires convulsives. Une personne n'a pas d'instinct de conservation, elle ne ressent pas de douleur, des blessures aux muscles, aux ligaments et même aux os peuvent survenir.
  3. Déplacer le patient lors d'une attaque. La seule exception à la règle est un danger pour la vie: il est au bord d'une falaise, d'un plan d'eau ou d'une chaussée.
  4. Pour arroser le patient.
  5. Offrez des médicaments. Action également inutile, car aucun médicament ne fonctionnera jusqu'à la fin de l'attaque.
  6. Effectuer une réanimation sous forme de massage cardiaque ou de respiration artificielle.
  7. Battre, secouer, asperger d'eau, essayer de faire prendre conscience.

Condition après une attaque

Les soins d'urgence pour l'épilepsie devraient continuer après que le patient a repris conscience.

Bien que l'état du patient se normalise généralement en 15 minutes, vous ne pouvez pas le laisser seul. Aidez-le à rentrer chez lui.

Ne lui offrez pas de boissons contenant de la caféine ou des aliments épicés: ils provoqueront à nouveau une crise.

Demandez-lui s'il a besoin de soins médicaux. Les personnes qui n'ont pas eu d'attaque pour la première fois savent bien ce qui doit être fait après. Si l'épilepsie se manifeste pour la première fois, une assistance et un diagnostic supplémentaires doivent être effectués dans un établissement médical.

Un appel d'ambulance doit également être effectué dans les cas suivants:

  • L'épilepsie s'est manifestée chez une femme enceinte, chez une personne âgée, chez un enfant;
  • L'attaque dure plus de 5 minutes;
  • La saisie s'est répétée plusieurs fois;
  • Pendant l'automne, une personne a été blessée;
  • Le patient ne reprend pas conscience;
  • Après l'attaque, l'essoufflement persiste;
  • La saisie s'est produite dans l'eau.

Manifestations d'épilepsie dans l'enfance

L'épilepsie chez l'enfant se manifeste le plus souvent à partir de l'âge de cinq ans et se caractérise par une prédisposition aux contractions musculaires convulsives.

Il n'est pas encore possible de diagnostiquer avec précision la cause de l'apparition d'un tel symptôme. Cependant, les spasmes sont précédés par le comportement aigri ou hystérique du bébé, lorsqu'il lui est difficile de restreindre ses émotions. Il est difficile pour un enfant de s'endormir; la qualité du sommeil nocturne et diurne est bien pire.

Souvent chez l'enfant, les symptômes caractéristiques de l'épilepsie se manifestent par des crises d'épilepsie. Leurs causes et méthodes de traitement varient considérablement. Par conséquent, les parents doivent être en mesure de les distinguer afin de fournir l'assistance nécessaire à la maison..

Les crises d'épileptiforme se produisent une fois. Si cela s'est produit plusieurs fois, les manifestations symptomatiques seront différentes à chaque fois.

Les crises d'épilepsie se reproduisent régulièrement, avec des symptômes uniques clairement visibles.

Dans tous les cas, avec l'apparition de syndromes convulsifs, l'enfant doit être examiné par un neurologue, qui prescrira un traitement adéquat approprié.

Dépendance à l'alcool et épilepsie

Avec l'alcoolisme, l'épilepsie se manifeste comme une complication après une intoxication alcoolique prolongée et régulière..

Ayant paru une fois, il sera répété régulièrement. De plus, peu importe si une personne a consommé de l'alcool ou non. Cette caractéristique est associée à des troubles pathologiques de la circulation sanguine du cerveau lors d'une intoxication alcoolique prolongée..

L'épilepsie alcoolique est l'une des manifestations les plus mortelles de la maladie. De plus, il a ses propres caractéristiques:

  • Les attaques surviennent quelques jours après le dernier verre;
  • La crise s'accompagne souvent d'hallucinations;
  • Après cela, une nuit complète de sommeil est perturbée;
  • Le patient ressent de l'amertume et du ressentiment;
  • L'attention et la mémoire diminuent, la parole s'aggrave;
  • Il y a une inhibition claire des processus mentaux, qui se manifeste par des états dépressifs prolongés.

Avec l'alcoolisme, les soins d'urgence pour une crise d'épilepsie sont fournis selon le principe généralement accepté.

Règles de premiers soins en cas d'épilepsie

Le 26 mars est traditionnellement le jour des patients épileptiques. Selon les statistiques du monde, environ 40 millions de personnes souffrent de cette maladie. L'épilepsie est une maladie incurable chronique. Malgré le fait que les médicaments modernes peuvent atténuer le cours de la maladie, ils ne peuvent pas éliminer complètement la probabilité de crises. De telles attaques, en règle générale, se produisent soudainement et choquent non seulement le patient, mais aussi les personnes à proximité. Dans de telles situations, il est important de savoir comment aider en cas d'attaque si le patient souffre d'épilepsie.

Comment trouver les signes d'une crise

Une crise d'épilepsie peut souvent être déterminée avant même son apparition par un certain nombre de signes caractéristiques. Une éventuelle attaque peut être suspectée par une irritabilité excessive du patient, diverses manifestations d'anxiété, somnolence, activité prononcée. Parfois, le patient présente des contractions musculaires à court terme. Dans ce cas, vous pouvez et devez vous préparer à une attaque similaire du patient.

Les premiers soins, empêchant une crise d'épilepsie, devraient viser à créer des conditions confortables pour le patient. Ne passez pas en remarquant des symptômes similaires chez quelqu'un de votre environnement. Demandez à un épileptique potentiel s'il a besoin d'aide et de soutien. Très probablement, il ne vous refusera pas.

En prévision de l'attaque

  • Si possible, sortez le patient d'un endroit surpeuplé. Les attaques dans les lieux publics attirent généralement beaucoup d'attention inutile, ce qui, à son tour, crée un inconfort psychologique pour la victime.
  • Préparez un endroit où l'épileptique souffre d'une crise imminente. Assurez-vous qu'il n'y a pas de meubles avec des coins pointus, des objets piquants et coupants, du verre. Il est conseillé de le poser sur une surface plane, de mettre quelque chose de doux sous la tête, de le soulever. Par exemple, oreiller, veste pliée.

Ces actions sont généralement suffisantes pour préparer le patient à une attaque. Votre prochaine étape sera directement les premiers soins médicaux pour l'épilepsie.

Que faire lors d'une crise d'épilepsie

Une crise d'épilepsie survient souvent soudainement, choquant non seulement le patient lui-même, mais aussi les personnes qui l'entourent. Dans ce cas, il est important de fournir correctement et rapidement les premiers soins à l'épileptique. Essayez de ne pas paniquer. Les actions pour l'épilepsie doivent être rapides et claires:

  1. Essayez d'adoucir la chute du patient. L'attaque elle-même n'est souvent pas dangereuse. La plupart des blessures que les gens subissent sont dues à une chute incorrecte au début d'une crise. Saisissant un épileptique, posez-le sur le sol et levez légèrement la tête. Sans besoin, il vaut mieux ne pas déplacer le patient. Libérez votre cou des objets contraignants pour lui fournir un plus grand flux d'air. Tournez la tête de la victime sur le côté. Les médecins conseillent également de tenir la tête du patient tout au long de l'attaque..
  2. Demandez aux étrangers de se disperser. L'épilepsie peut généralement se faire seule. Une foule de spectateurs ne gênera le patient qu'à la sortie d'une attaque.
  3. N'essayez pas de restreindre les mouvements convulsifs dans un épileptique. Vous pouvez à peine le garder, mais endommager les os et les articulations est facile. Il n'est pas non plus nécessaire de desserrer une mâchoire malade en insérant, par exemple, une cuillère. Cela n'apportera pas d'avantages, au contraire, par vos actions, vous pouvez endommager les gencives et les dents du patient. Mais parfois, la bouche d'un épileptique peut être entrouverte. Dans ce cas, il est nécessaire de placer, par exemple, un mouchoir pour protéger la langue, les dents et les joues de la victime contre les blessures excessives.
  4. Au cours d'une crise, le patient peut arrêter de respirer, mais ne prend aucune mesure pour la reprendre. Pas besoin de paniquer et de pratiquer la respiration artificielle et le massage cardiaque indirect. Dans la plupart des cas, la respiration revient après quelques minutes..
  5. Lors de la sortie d'une attaque, le patient a parfois une miction involontaire. Ne vous concentrez pas sur cette attention particulière. Couvrez simplement cet endroit avec, par exemple, un sac.

Premiers secours pour sortir d'une attaque

La fourniture de premiers soins pour l'épilepsie est d'une importance capitale, mais nous ne devons pas oublier l'aide après une crise. Habituellement, une attaque ne dure pas plus de 3 minutes, après quoi les crampes cessent. Après cela, il est nécessaire de tourner le patient d'un côté - cette position est considérée comme la meilleure pour sortir d'une crise. Ne donnez aucun médicament au patient à son insu, n'essayez pas de le boire.

Dans certains cas, la victime essaie presque immédiatement de se lever, cependant, essayez d'éviter cela au moins dans les premières minutes après l'attaque. Les muscles de la victime se sont rétablis, de sorte qu'une forte charge sur eux peut provoquer une chute. Après quelques minutes, la victime peut se lever, mais essayez quand même de la soutenir jusqu'à ce que vous soyez sûr que le patient peut marcher de façon autonome.

En règle générale, les premiers soins pour l'épilepsie chez les adultes à ce stade se terminent. Dans la plupart des cas, le patient quitte complètement l'attaque après 10 minutes, vous n'avez donc pas besoin d'appeler une ambulance. Cependant, il y a certaines exceptions..

Une ambulance doit être appelée si:

  • L'attaque s'est produite avec un enfant, une personne âgée ou une femme enceinte.
  • L'attaque a eu lieu pour la première fois.
  • Les convulsions durent plus de 3 minutes.
  • Après une attaque, le patient ne reprend pas conscience.
  • Le patient a été blessé en raison d'une chute.

Ainsi, les premiers soins qui accompagnent une crise d'épilepsie devraient être fournis efficacement et en temps opportun. Chacun de nous devrait savoir comment aider les personnes atteintes d'épilepsie. Possédant ces connaissances, il est possible non seulement d'aider le patient à supporter plus facilement une attaque et d'éviter de multiples blessures, mais dans certains cas, même de lui sauver la vie..

Spécialité: Neurologue, Epileptologue, Docteur en Diagnostic Fonctionnel Expérience 15 ans / Docteur de première catégorie.

Premiers secours pour une crise d'épilepsie - ce qui est nécessaire et ce qui ne peut pas être fait pendant une crise, vidéo

L'épilepsie est une maladie chronique qui se manifeste sous la forme d'attaques convulsives, de crises associées à une altération de la perception du monde extérieur (vision, odeur, audition), réactives (parole) et motrices (incontrôlées, gestes incohérents, engourdissement des membres ou du corps)..

La perte de conscience est également possible (comme une attaque soudaine ou une conséquence de plusieurs crises dans une période de temps assez courte).

L'épilepsie ne commence pas toujours tout de suite avec des crises tonico-cloniques effrayantes (cris, contractions, secousses de la tête, sons étranges). Cette forme d'épilepsie peut se développer progressivement..

Malgré le spectre des possibilités de la médecine moderne, il n'est pas toujours possible de guérir complètement cette maladie ou même d'en identifier les causes..

À quels types de crises les gens sont-ils le plus souvent confrontés

Des attaques se produisent:

  • évidente, reconnaissable (crise tonico-clonique, troubles focaux complexes);
  • moins perceptible (aura, absences...).

Les crises moins évidentes peuvent ne pas provoquer la réaction des autres, car elles peuvent être confondues avec les particularités du comportement humain (en regardant à un moment donné, ne répond pas à la question - pensée, un changement d'humeur soudain est également possible).

Des symptômes qui ne semblent pas si dangereux peuvent être le signe d'une attaque grave imminente (comme une aura). Ou ils peuvent fuir d'eux-mêmes sans causer de complications.

Dans tous les cas, s'il y a une forme légère d'épilepsie (ou de suspicion), la personne doit être protégée de tous les facteurs externes négatifs (bruit, froid, chaleur), ne pas essayer de la retenir dans les actions, pour l'aider à s'installer le plus confortablement possible.

Quelles que soient les causes d'une crise d'épilepsie, les premiers soins doivent être fournis rapidement et correctement..

Risque d'aide inopportune ou inappropriée lors d'une attaque

Comme vous le comprenez, nous parlons de crises épileptiques focales complexes ou généralisées (avec une activité musculaire prononcée et une insuffisance respiratoire).

Les dangers suivants sont possibles:

  • pénétration de salive, de sang, de nourriture dans les canaux respiratoires;
  • hypoxie (due à des problèmes respiratoires);
  • d'autres lésions cérébrales;
  • coma (avec épilepsie prolongée);
  • mort.

Premiers secours

Les premiers soins pour une crise d'épilepsie sont d'une importance capitale et peuvent sauver la vie d'une personne.

Comment reconnaître une attaque qui approche?

Si vous savez qu'une personne a déjà souffert de crises d'épilepsie, les signes suivants vous indiqueront le danger imminent:

  • nervosité accrue, irritabilité;
  • violation du biorythme habituel: hyperactivité ou somnolence excessive;
  • manque de réaction aux autres;
  • pupilles dilatées;
  • parfois de l'anxiété et des larmes se produisent.

Comment la chorée de Huntington se manifeste et s’il est possible de faciliter la vie du patient. En savoir plus sur notre article..

Pourquoi le traitement de la leptospirose chez l'homme doit être commencé au tout début du développement de la maladie et quelles méthodes de prévention existent.

Préparation pour un ajustement

Si vous soupçonnez un problème imminent, vous devez procéder comme suit:

  • nettoyer autour de tous les objets qui pourraient être dangereux en cas de crise complexe (objets tranchants, appareils électriques);
  • essayer d'offrir au patient un confort physique et psychologique;
  • demandez à une personne si elle a eu des crises d'épilepsie (si vous ne le savez pas), offrez votre aide;
  • poser des questions simples - pour tester la réactivité;
  • libérez votre cou du serrage des vêtements (cravate, chemise);
  • mettez quelque chose de doux sous votre tête;
  • fournir suffisamment d'air dans la pièce.

Comment aider une personne lors d'une attaque

Avec les premiers symptômes de l'épilepsie, les premiers soins en temps opportun sont très importants. Tout le monde devrait savoir comment aider dans de tels cas:

  1. Ne vous inquiétez pas de la mousse de la bouche, des crampes. La vie d'une personne peut dépendre de votre sang-froid et de votre capacité à réagir..
  2. Retirez ou desserrez les vêtements de serrage (cravate, veste ou pantalon serré, ceinture serrée).
  3. Essayez de tourner la tête de la personne sur le côté (sans effort physique important!). Tenez votre tête, si possible (pour que la salive et la langue n'interfèrent pas avec la respiration).
  4. N'essayez pas de maintenir l'épileptique dans une certaine position par la force, vous pouvez l'appliquer avec de la perle.
  5. Si la mâchoire est fermée dans l'épilepsie, ne les ouvrez pas. Cela ne sert à rien, et il est peu probable que vous puissiez le faire.
  6. Ne lui donne pas à boire.
  7. Mettez quelque chose de doux sous votre tête.
  8. Si votre bouche est entrouverte, insérez-y un objet, pas très dur - un mouchoir roulé par exemple (pour éviter de vous mordre la langue).
  9. Si la respiration s'est arrêtée, ne vous inquiétez pas. Il s'agit généralement d'un phénomène de passage temporaire. Cependant, au cas où, vérifiez votre fréquence cardiaque.
  10. En cas de miction involontaire, couvrir le patient sous la taille avec des vêtements ou du polyéthylène (pour que l'odeur ne devienne pas un irritant supplémentaire).
  11. Si le site de saisie est sans danger pour la vie de l'épileptique (ce n'est pas de l'eau, le bord de la falaise ou la route), ne le déplacez pas vers un autre endroit. Cependant, dans le cas contraire, assurez-vous de transférer le patient en prenant ses aisselles et en le tirant par la partie supérieure du torse.
  12. N'effectuez pas de respiration artificielle ni de massage cardiaque.
  13. Les mesures de réanimation spécifiées au paragraphe 12 seront nécessaires si une attaque se produit dans l'eau et que l'eau pénètre dans les voies respiratoires du patient.
  14. N'essayez pas de donner des médicaments, ils fonctionneront toujours dans au moins une demi-heure.

Que faire après une attaque

Une crise focale tonico-clonique ou sévère se termine lorsque les muscles de l'épileptique sont dans un état normal et qu'il montre les premiers signes de conscience.

Plus rarement, la fin d'une attaque s'accompagne d'un relâchement de la vessie (miction) et il n'y a aucune réaction au monde extérieur pendant un certain temps..

Que faire après la fin de la crise:

  1. Essayez de mettre le corps détendu du patient sur un côté (afin que la racine de la langue ne coule pas).
  2. Demandez poliment à l'accumulation de personnes de se disperser (pour le confort psychologique). Ceux qui sont en mesure d'aider avec quelque chose en cas de récidive ou avant l'arrivée d'un médecin restent avec le patient.
  3. Parfois, lorsque de petits tremblements du corps ou des membres sont encore observés, une personne essaie de se lever: essayez de le tenir en marchant. Si vous êtes dans une zone à haut risque, essayez de maintenir la position couchée de l'épileptique jusqu'à ce que les crampes s'arrêtent et reprennent conscience.
  4. Habituellement, pour une normalisation absolue de la condition, cela prend 10-15 minutes.
  5. Après avoir repris conscience, une personne peut décider si elle a besoin de soins médicaux. Certaines personnes connaissent parfaitement les caractéristiques de leur maladie et savent quoi faire..
  6. N'essayez pas de donner des médicaments à la victime: si ce n'est pas la première attaque, il a probablement une prescription spéciale du médecin, et si la première, un diagnostic approfondi est nécessaire avant de choisir le bon traitement.
  7. Après l'attaque, il est conseillé d'éviter de prendre des boissons caféinées, des assaisonnements épicés, des marinades, des aliments salés - ces produits provoquent l'excitabilité du système nerveux.
  8. Très souvent, après avoir subi une crise, l'épileptique a tendance à dormir. Fournissez toutes les conditions nécessaires..

Dans quels cas faut-il appeler une ambulance

Si les premiers soins pour l'épilepsie sont fournis, mais que certaines circonstances peuvent vous dérouter, vous devez appeler une ambulance:

  • la saisie est arrivée à une femme enceinte;
  • l'attaque a duré plus de 3 minutes;
  • un problème est survenu avec une personne âgée ou un enfant;
  • une blessure s'est produite pendant la saisie;
  • Il s'agit de la première attaque en 5 ans ou toute une vie;
  • en cas de rémission;
  • respiration difficile, difficulté après une crise;
  • le patient ne reprend pas conscience;
  • l'attaque s'est produite dans l'eau.

Tout d'abord, tout le monde devrait savoir comment aider en cas de crise. Vous pouvez rencontrer un problème similaire à tout moment. Un médecin ne peut pas toujours être trouvé tout de suite.

Deuxièmement, il est très important de traiter les épileptiques, ainsi que les autres personnes - sans appréhension ni peur indues. Les personnes sujettes aux crises d'épilepsie sont membres à part entière de la société.

Votre tâche consiste à les aider si nécessaire..

Vidéo: Premiers soins pour l'épilepsie

Comment aider la victime, si vous êtes sûr qu'il a une crise d'épilepsie. Ce qui ne doit en aucun cas être fait?

Que faire en cas d'épilepsie: premiers secours

L'épilepsie est une maladie répandue du système neuropsychiatrique que les gens connaissent depuis l'Antiquité. La crise est basée sur l'activité électrique extrêmement élevée de certaines parties du cerveau, ce qui entraîne l'apparition de décharges.

En même temps, ces décharges passent dans diverses parties du cerveau, de sorte qu'une crise convulsive apparaît, qui se traduit par une altération des mouvements, une perte de sentiments, une activité mentale et végétative.

En règle générale, l'utilisation d'un traitement prescrit par un médecin suffit pour contrôler complètement le cerveau, prévenir les crises ou réduire considérablement la gravité et le nombre de manifestations.

Types de crises d'épilepsie

Pour la première fois, des crises d'épilepsie peuvent apparaître à tout âge et en tout lieu. Le patient ne peut pas contrôler le travail de son corps et de son cerveau, par conséquent, lors d'une attaque, il peut subir de nombreuses blessures, aggraver la situation et effectuer les premiers secours.

Toute personne peut devenir témoin d'une attaque, et parce que faire de l'épilepsie et connaître les rudiments des premiers soins pour une crise d'épilepsie peut toujours être utile. Par la nature de la manifestation, une crise d'épilepsie est généralement divisée en partielle (petite) et généralisée (grande).

Ces derniers sont dus à l'activation d'impulsions électriques dans les parties profondes du cerveau, de ce fait, tous ses départements sont impliqués dans le processus pathologique. En règle générale, les gens autour de vous remarquent une crise généralisée, car les décès partiels ne sont pas si prononcés.

Crise généralisée

Il s'agit d'une contraction de tous les muscles du corps, qui dure 1 à 2 minutes. Dans certains cas, le patient peut prévoir le début d'une crise due à un malaise, l'apparition de maux de tête, une irritabilité, un manque d'appétit, tous ces symptômes apparaissent quelques jours avant l'attaque.

Avant l'attaque elle-même, le patient a une aura - une condition où il y a une sensation d'éclairs de lumière, une respiration légère, des hallucinations vocales ou visuelles. Après cela, l'attaque elle-même survient directement, qui est divisée en plusieurs phases.

Relaxation musculaire. Une relaxation complète des muscles conduit au fait qu'une personne tombe de façon inattendue pour elle-même et pour les autres. Les chutes se produisent généralement vers l'avant, rarement sur les côtés et vers l'arrière.

Après cela, la phase des convulsions toniques commence, qui dure plusieurs minutes - la tête jette en arrière, les membres et le tronc sont tendus, tendus. Probablement l'apparition soudaine d'un cri, cela est dû au spasme de la glotte. En plus de la tension générale des muscles, il y a une augmentation du pouls, une cyanose (cyanose) près de la bouche et du nez, un gonflement des veines du cou.

La phase des crises cloniques est marquée par des mouvements saccadés dans tout le corps et les membres. Dans ce cas, les convulsions cloniques sont déterminées par des contractions de la tête, les contractions de la mâchoire peuvent entraîner une morsure de la langue, ce qui explique l'apparition d'une mousse rosée. Les pupilles sont immobiles, dilatées ou leurs mouvements chaotiques se produisent, la respiration devient bruyante en raison de la rétraction de la langue et de l'accumulation de salive.

Cette phase dure environ 3 minutes. Probablement l'apparition de selles et de mictions involontaires. Progressivement, la respiration est nivelée, les contractions du corps sont réduites, le retour de la conscience se produit en une heure.

La phase finale. À la fin de la crise, le patient ressent des maux de tête, une somnolence, une faiblesse, de rares secousses dans les muscles des membres. Le sommeil peut durer 2-3 heures, après quoi il y a toujours une fatigue générale, une humeur dépressive, il peut durer plusieurs jours.

Crise d'épilepsie propulsive

Cette crise peut s'exprimer par la manifestation de contractions incontrôlées dans une partie du corps, d'évanouissements à court terme. Les petites crises se caractérisent par de multiples inclinaisons du corps et des hochements de tête.

Ce type de crise survient généralement chez les enfants à la suite de dommages périnatals au système nerveux, souvent une attaque se produit pendant le sommeil. Les attaques rétro-impulsives se caractérisent par une perte de conscience, le regard se fige, la tête est rejetée en arrière, aucun mouvement dans le corps et les membres ne se produit..

Les petites attaques durent quelques secondes, dans certains cas, la faiblesse de la conscience peut durer plusieurs jours. Dans les cas graves, une crise d'épilepsie généralisée peut durer plusieurs heures..

Dans cette condition, les premiers soins pour une crise d'épilepsie doivent être fournis dans un établissement médical, car le statut de l'épileptique contribue au développement de l'œdème cérébral, conduisant à une détresse respiratoire et à toute circulation sanguine.

Premiers soins pour l'épilepsie

Puisqu'une attaque, en règle générale, apparaît à l'extérieur des murs d'un établissement médical, avec une crise d'épilepsie, les premiers soins tombent sur les épaules d'autres personnes - des proches ou simplement des passants aléatoires.

La plupart des gens peuvent être confus et mal agir, causant des dommages encore plus importants à la santé du patient, donc connaître les bases des premiers secours ne fera jamais de mal et peut empêcher une personne de se blesser..

Premiers soins pour un adulte. Si vous remarquez qu'un étranger commence soudainement à tomber, alors si possible, vous devez le ramasser, empêchant les blessures pendant la chute.

Cela ne vaut pas la peine de transporter une personne, vous devez le faire uniquement lorsqu'il est tombé sur la voie ferrée, la route, c'est-à-dire dans un endroit où il y a un danger pour lui. Il est nécessaire de retirer les objets pointus qui se trouvent à proximité.

Il n'est pas recommandé de garder le patient et de limiter une crise de convulsions. Sous votre tête, il est préférable de mettre un sac ou un rouleau souple de vêtements. En cas de salivation sévère, la tête est tournée sur le côté.Si la bouche est légèrement ouverte pendant une crise, un mouchoir propre et torsadé peut y être placé, cela ne permettra pas une morsure de la langue.

En cas de crampes, il est conseillé de tenir la tête, vous pouvez la placer entre les jambes et le bras avec un peu de pression sur le dessus. Il est nécessaire de libérer une personne de vêtements qui serrent le corps - foulards, cravates, ceintures. Une personne peut arrêter de respirer, n'a pas besoin d'avoir peur - elle se rétablira en peu de temps.

Crise d'épilepsie: premiers soins pour un enfant

En règle générale, les premiers symptômes de l'épilepsie apparaissent pour la première fois dans l'enfance..

Les enfants ne peuvent pas expliquer et évaluer correctement les signes de détérioration avant une attaque, car ils peuvent attraper un enfant partout - à la maternelle, à l'école, à la maison, etc..

Les premiers soins sont dispensés aux enfants de la même manière qu'aux adultes, à savoir:

  1. Protéger des blessures, si nécessaire, puis transférer des endroits dangereux.
  2. Empêcher l'étouffement de la salive collectée et tenir la tête.
  3. Vous devez immédiatement appeler une ambulance, cela peut être fait en demandant aux personnes à proximité.
  4. Chez les enfants, les troubles respiratoires et circulatoires sont plus rapides, par conséquent, si la respiration n'est pas rétablie après la fin des crampes, une réanimation doit être fournie - massage cardiaque, respiration artificielle.
  5. Lorsque l'enfant a repris ses esprits, vous devez attendre une ambulance ou le livrer vous-même à la maison. Vous ne pouvez pas laisser les enfants seuls - après une crise, la confusion se produit et l'enfant peut aller dans une direction incompréhensible.

Que faire en cas de crise nocturne

Les crises nocturnes commencent par un réveil inattendu, des tremblements dans certaines parties du corps, des maux de tête, des vomissements sont probables.

Dans certains cas, une attaque peut être trouvée par des signes indirects - miction involontaire, traces de salive sur l'oreiller, morsure de la langue. Et dans certains cas, après une attaque, une personne se retrouve endormie par terre.

Chez un enfant, la crise d'épilepsie nocturne se traduit par des hochements de tête, des mouvements vers l'avant du corps. Réparer une crise dans un rêve nécessite que les autres protègent le patient contre les chutes, les chocs sur les parties dures du lit. En urinant, remplacez le linge, lorsque l'attaque est terminée, la personne s'endort calmement.

Pourquoi n'avez-vous pas besoin d'ouvrir les dents

Beaucoup de gens qui viennent à la rescousse pensent qu'une personne doit desserrer les dents et placer un objet entre elles. Il ne faut pas oublier que cela n’est pas nécessaire, lors d’une crise dans le corps du patient, tous les muscles sont au maximum tendus, ceci s’applique également.

Forcer la mâchoire à s'ouvrir peut entraîner une fracture des dents et un traumatisme pour la personne qui aide. De plus, lorsqu'il s'est avéré qu'il fallait insérer un objet entre les dents, il peut arriver qu'une personne mord sa morsure ou se blesse.

De plus, lors d'un arrêt respiratoire, aucune ventilation pulmonaire n'est effectuée et aucun massage cardiaque indirect n'est effectué. La circulation sanguine reprend généralement en peu de temps.

Crise psychomotrice épileptique

Une crise psychomotrice est caractérisée par une personne effectuant des mouvements inconscients. Le patient peut effectuer divers mouvements avec ses jambes et ses bras, essayer de se déshabiller, déplacer des meubles, construire des dialogues incohérents, essayer de courir, mâcher sans cesse.

Pas besoin d'essayer de garder une personne, il suffit d'observer le patient et de retirer les objets dangereux à proximité.

Crise d'épilepsie alcoolique

Cette crise d'épilepsie apparaît chez les patients alcooliques quelques jours après une virée prolongée. Les attaques surviennent de manière inattendue, des vomissements sont possibles, la salive est libérée, le visage devient bleu, cette crise se caractérise par une forte sensation de resserrement musculaire et de brûlure dans le corps..

L'aide est de prévenir les blessures et la suffocation en vomissant. L'épilepsie alcoolique passe souvent au stade chronique et les crises peuvent survenir jusqu'à plusieurs fois par jour.

Aide à sortir après une crise

Actions de la personne qui fournit une assistance après la fin de l'attaque:

  • Après la fin des crampes d'une personne, elles se tournent d'un côté, en cas de miction accidentelle, il est nécessaire de couvrir le corps du patient avec des paquets, des vêtements, cela l'aidera à ne pas se sentir gêné lors de la reprise de conscience. Après une crise, le patient peut essayer de se lever brusquement, les premières minutes ne doivent pas être faites, après quoi vous pouvez le mettre sur une chaise.
  • Ils n'utilisent pas de médicaments à l'insu d'une personne, si vous constatez que la crise est complètement passée, la personne répond adéquatement aux questions, comprend votre état, puis considère que vous avez apporté une assistance complète et absolument correcte.
  • Environ 20 minutes après la fin d'une crise, une personne peut être laissée seule, en s'assurant de pouvoir rentrer chez elle.

Vous devez appeler une ambulance pour ces catégories de patients:

  • après une crise, une personne pendant longtemps ne reprend pas conscience ou n'est pas complètement orientée dans la réalité qui se passe;
  • les crises surviennent les unes après les autres;
  • si une attaque contre un être cher a eu lieu pour la première fois;
  • crampes observées chez un enfant ou une femme enceinte.

Médicaments

La détermination du schéma thérapeutique antiépileptique est effectuée dans chaque cas individuellement. Le médecin choisit le médicament, en tenant compte de la gravité de la crise, de l'âge du patient, de la cause de la maladie. Les médicaments comprennent le clonazépam, la karmabazépine, le felbamant, l'éthosuximide.

Certains de ces médicaments sont prescrits pour les crises généralisées, d'autres pour les petites crises. Le traitement de l'épilepsie commence par de petites doses et au fil du temps, les quantités sont ajustées lorsque les crises disparaissent complètement ou que leur gravité diminue. Pendant une crise, le médicament ne doit pas être administré au patient, car une personne peut s'étouffer.

Selon les experts, dans le monde plus de 60 millions de personnes atteintes d'épilepsie. Cette maladie n'empêche pas beaucoup d'entre eux de mener une vie normale. Un traitement d'entretien compétent, observé par des spécialistes, permet de réduire la manifestation de la maladie ou de la réduire complètement à néant.

Cependant, des attaques inattendues constituent une grande menace pour la santé humaine. Surtout lorsque la saisie attrape une personne dans un lieu public. Une assistance fournie en temps opportun peut non seulement protéger la victime des blessures, mais aussi lui sauver la vie. C'est pourquoi toute personne devrait savoir comment prodiguer les premiers soins lors d'une crise d'épilepsie..