Principal / Hématome

Augmentation de la pression intracrânienne: symptômes, traitement, complications

Hématome


Beaucoup d'entre nous n'attachent pas d'importance à des symptômes tels que des maux de tête mineurs, des étourdissements légers, une vision trouble... Mais ces manifestations d'augmentation de la pression intracrânienne (en abrégé ICP) peuvent indiquer de graves dommages structurels à la substance du tissu cérébral, principalement chez les enfants (tumeur, hémorragie, hématome, hydrocéphalie). C'est pourquoi une si grande attention est accordée par les neurologues aux problèmes d'hypertension intracrânienne ou d'augmentation du PCI.

Qu'est-ce que la pression intracrânienne??

La pression intracrânienne est un indicateur quantitatif qui reflète la force des effets du liquide céphalorachidien sur le tissu cérébral. La valeur ICP normale est comprise entre 100 et 151 mm Hg, ce qui correspond à 10 - 17 mm Hg.

Méthodes de détermination de la pression intracrânienne

L'évaluation du niveau de pression intracrânienne peut être effectuée par les méthodes suivantes:

  • insertion d'un cathéter dans la lumière du canal rachidien ou des ventricules cérébraux, suivie de la fixation d'un manomètre qui fonctionne par analogie avec un thermomètre à mercure;
  • utilisation de méthodes d'imagerie par résonance magnétique et informatique;
  • examen échographique du cerveau (synonyme: neurosonographie) chez les enfants de moins de 1 an;
  • échoencéphaloscopie;
  • examen de l'image du fond d'œil avec la définition d'une clinique typique - gonflement de la tête du nerf optique, contours flous, pâleur.

Avant de mesurer la pression intracrânienne, il est important de déterminer la méthode d'étude. Chez les nourrissons, la neurosonographie et l'échoencéphaloscopie sont privilégiées. Les patients qui ont subi une violation aiguë de la circulation cérébrale se voient confier une étude tomographique, une évaluation de l'état du fond de l'œil par un ophtalmologiste.

Causes de l'augmentation de la pression intracrânienne

Les conditions dans lesquelles se produit une pression intracrânienne élevée comprennent:

  • une augmentation du volume cérébral due à un œdème, une inflammation;
  • la formation d'une grande quantité de liquide céphalo-rachidien avec hydrocéphalie;
  • la présence d'une formation volumétrique (tumeur, hématome, corps étranger) dans la cavité crânienne;
  • augmentation de la teneur en sang dans les vaisseaux dilatés du cerveau en cas d'empoisonnement et d'intoxication.

Les principales maladies accompagnées d'une augmentation du PCI:

  • accident vasculaire cérébral d'origine diverse (accidents vasculaires cérébraux ischémiques et hémorragiques);
  • lésions traumatiques du tissu cérébral (commotion cérébrale et contusion cérébrale);
  • changements inflammatoires dans les membranes avec méningite, encéphalite et ventriculite;
  • intoxication par des sels de métaux lourds, du méthanol ou de l'alcool éthylique, des fumées de gaz toxiques;
  • tumeurs non seulement de la substance, mais aussi des membranes du cerveau, des hématomes sous et périduraux;
  • anomalies du développement (Arnold-Chiari, Dandy-Walker);
  • hypertension intracrânienne bénigne;
  • hydrocéphalie.

Il convient de noter que les symptômes d'une augmentation de la pression intracrânienne chez les nourrissons dans 90% des cas sont dus à des blessures à la naissance.

Symptômes communs caractéristiques de l'hypertension intracrânienne

En cas d'augmentation de la pression intracrânienne, les symptômes sont caractérisés par la diversité et le polymorphisme. Le tableau clinique de la maladie chez les enfants et les adultes est différent. Les principaux signes qui accompagnent une augmentation du PCI sont:

  • un mal de tête qui survient principalement le matin au réveil, localisé à la fois dans les régions frontale, temporale et occipitale, ayant un caractère pressant ou éclatant;
  • nausée et vomissements;
  • somnolence;
  • troubles de la mémoire, de l'attention et de la pensée;
  • vertiges;
  • augmentation ou baisse de la pression artérielle;
  • bradycardie - une impulsion rare;
  • transpiration
  • déficience visuelle due au gonflement de la papille optique jusqu'à la cécité.

Symptômes de la pression intracrânienne chez les enfants

L'augmentation de la pression intracrânienne chez les enfants, dont les symptômes peuvent apparaître dans les premières minutes et heures après la naissance, conduit souvent au développement de complications graves. Connaissant les signes clés de la maladie, vous pouvez établir le bon diagnostic dès les premiers stades et prescrire le bon traitement pour l'enfant (voir augmentation de la pression intracrânienne chez le bébé).
Les symptômes indiquant un PCI élevé chez les enfants comprennent:

  • bombement de grandes et petites fontanelles, ainsi que leur pulsation;
  • la divergence des os du crâne avec une augmentation de la taille des coutures;
  • un changement de comportement de l'enfant: somnolence, léthargie ou, inversement, irritabilité, larmoiement;
  • tremblement du menton;
  • vomissements répétés ("fontaine"), qui n'apportent pas de soulagement;
  • déficience visuelle;
  • troubles oculomoteurs sous forme de strabisme, restrictions sur l'amplitude des mouvements des globes oculaires;
  • violation du niveau de conscience, dans les cas graves, le développement d'un coma est possible;
  • syndrome convulsif;
  • une augmentation de la taille du tour de tête;
  • diminution de la force des membres jusqu'à l'immobilité complète;
  • manger régurgitation.

Il existe deux options possibles pour l'élaboration du tableau clinique de l'hypertension intracrânienne:

  • apparition soudaine des symptômes de la maladie avec une altération de la conscience au niveau du coma profond; la probabilité de décès est de 92%;
  • apparition progressive des symptômes.

Qu'est-ce que l'hydrocéphalie??

L'hydrocéphalie est une accumulation excessive de liquide céphalorachidien dans la cavité crânienne et s'accompagne d'une augmentation de la pression intracrânienne. Les conditions suivantes conduisent à l'apparition d'une hydrocéphalie:

  • une augmentation de la formation de liquide céphalo-rachidien (le liquide qui entoure le cerveau) avec des tumeurs du plexus vasculaire;
  • la formation d'obstacles à l'écoulement du liquide céphalorachidien;
  • processus inflammatoire dans le tissu cérébral.

Les symptômes de l'hydrocéphalie chez les enfants

Le principal symptôme caractéristique de l'hydrocéphalie chez un enfant est une augmentation progressive de la taille de la tête de moins de deux ans. Les principaux symptômes de l'hydrocéphalie chez les nouveau-nés en raison de l'augmentation de la pression intracrânienne comprennent:

  • croissance intensive de la tête à la fin du premier mois;
  • délié clairsemé;
  • grand front disproportionné;
  • exophtalmie - saillie des globes oculaires;
  • diminution progressive de l'acuité visuelle due au développement d'une atrophie des nerfs optiques;

L'hydrocéphalie chez les enfants d'autres périodes d'âge s'accompagne de troubles neuroendocriniens, d'un retard du développement psychomoteur, de contractions de la tête avec une fréquence de 2 à 4 fois en une seconde.

Symptômes d'augmentation de la pression intracrânienne chez l'adulte

Avec une augmentation de la pression intracrânienne, les symptômes chez l'adulte se développent dans la plupart des cas progressivement. Un mal de tête vient au premier plan, avec les paramètres suivants:

  • caractère - écrasement, éclatement, constriction, parfois - lancinante;
  • heure de l'événement - le matin après le réveil, ce qui est associé à une augmentation du PCI;
  • facteurs provoquant - la position horizontale du torse, la toux, les éternuements, l'effort, la sur-extension de la tête;
  • symptômes concomitants - nausées et vomissements, bruit dans la tête;
  • pas retiré en prenant des analgésiques.

En deuxième position en fréquence avec une augmentation de la pression intracrânienne se trouve un syndrome de dysfonctionnement autonome, qui s'accompagne de:

  • fluctuations de la pression artérielle et du pouls pendant la journée;
  • violation de la motilité intestinale avec développement de constipation ou, inversement, de diarrhée;
  • hypersalivation - augmentation de la salivation;
  • humidité de la peau, en particulier dans la zone des surfaces palmaires et plantaires;
  • attaques de suffocation;
  • vertiges
  • sentiments de peur, d'anxiété, d'irritabilité, d'apathie, de somnolence;
  • douleurs au cœur et à l'abdomen.

Beaucoup moins fréquemment, une augmentation de la pression intracrânienne peut s'accompagner du développement de conditions de type AVC qui menacent la vie du patient. Dans de tels cas, les symptômes suivants sont observés:

  • troubles de la conscience jusqu'au coma;
  • vertiges graves et instabilité lors de la marche;
  • diminution de la force dans les membres;
  • trouble de la parole;
  • vomissements indomptables;
  • altération du fonctionnement des organes pelviens sous forme d'incontinence ou de rétention d'urine et de matières fécales;
  • dysfonctionnement du système cardiovasculaire et respiratoire.

Qu'est-ce que l'hypertension intracrânienne bénigne?

L'hypertension intracrânienne bénigne (idiopathique) est l'une des conditions pathologiques les plus mal étudiées en neurologie et neurochirurgie modernes. Cette maladie est caractéristique des femmes et des enfants en surpoids. De nombreuses études n'ont pas permis d'établir la cause..

Avec l'hypertension intracrânienne bénigne, on observe les mêmes symptômes caractéristiques d'une augmentation de la pression intracrânienne. Il convient de noter qu'avec cette maladie, la récupération spontanée se produit plusieurs mois après les premières manifestations.

Complications pouvant entraîner une augmentation de la pression intracrânienne

Une condition potentiellement mortelle est une augmentation soudaine de la pression intracrânienne, entraînant la mort (la mort) en l'absence de traitement approprié. Les autres complications caractéristiques d'un ICP élevé comprennent:

  • atteinte du cervelet dans le grand foramen occipital, qui s'accompagne d'une altération de la respiration, d'une diminution de la force des membres et d'une altération de la conscience;
  • syndrome épileptique;
  • diminution de la vision jusqu'à la cécité;
  • violation des fonctions mentales;
  • AVC ischémique ou hémorragique.

Méthodes modernes de traitement de l'augmentation de la pression intracrânienne

Le traitement commence après avoir établi la cause de la maladie..

Première étape - éliminer la cause de la maladie.

  • Dans le cas où une formation intracérébrale a entraîné une augmentation de la pression intracrânienne - une tumeur, un hématome, un anévrisme, après un examen supplémentaire approprié, une intervention d'urgence est effectuée (élimination de la formation de volume).
  • En cas de sécrétion excessive de liquide céphalo-rachidien pendant l'hydrocéphalie, des opérations de manœuvre sont effectuées, dont le but est de créer une voie de sortie supplémentaire pour le liquide céphalo-rachidien, ce qui conduit à une diminution de la pression intracrânienne.

Étape deux - Correction médicamenteuse de la pression intracrânienne.
À cette fin, utilisez les groupes de médicaments suivants:

  • les osmodiurétiques (mannitol, glycérol), dont l'action vise à réduire la quantité de liquide céphalorachidien;
  • diurétiques de l'anse (furosémide);
  • médicaments hormonaux (dexaméthasone);
  • diacarbe;
  • neuroprotecteurs (glycine).

Étape trois - Manipulation des médicaments.
La ponction ventriculaire, la craniotomie de décompression sont conçues pour réduire le volume de liquide céphalorachidien dans la cavité crânienne.
Étape quatre - Thérapie diététique.
Limitez la quantité de liquide et de sel qui pénètre dans le corps, ce qui correspond au régime alimentaire n ° 10, 10a.
Cinquième étape - Utilisation de techniques de thérapie manuelle, oxygénation hyperbare, hypotension artérielle contrôlée, hyperventilation.

Il est extrêmement rare pendant un traitement amélioré qu'une baisse de la pression intracrânienne se produise, dont les symptômes sont:

  • somnolence;
  • la faiblesse;
  • maux de tête aggravés par les mouvements de la tête;
  • vertiges;
  • nausée et vomissements.

Le traitement de l'augmentation de la pression intracrânienne doit être complet.

Que faire si vous présentez des symptômes d'augmentation de la pression intracrânienne?

Ce qui suit est un algorithme d'actions que tous les patients présentant des symptômes d'augmentation du PCI doivent suivre.

  • Calmez-vous. Il faut se rappeler qu'il existe actuellement de nombreuses méthodes pour normaliser le niveau de pression intracrânienne sans menacer la vie.
  • Consultez un neurologue au cabinet du médecin qui vous prescrira une liste d'examens (TDM ou IRM, échographie, radiographie, examen par un ophtalmologiste).
  • Respect strict de toutes les recommandations du médecin (alimentation, prise de médicaments, si nécessaire, traitement chirurgical). Le non-respect des missions peut entraîner la mort..

5 mythes sur l'augmentation de la pression intracrânienne

  • Le premier mythe: chez les patients avec une pression intracrânienne accrue, la récupération est observée avec l'âge, donc aucun traitement n'est nécessaire.

C'est l'une des principales idées fausses. Une exposition persistante et prolongée au liquide céphalo-rachidien sur la substance du cerveau conduit au développement des complications ci-dessus.

  • Mythe deux: l'hypertension intracrânienne est une maladie incurable.

La présence d'une large gamme de médicaments, les méthodes de traitement chirurgical réfute ce fait. L'élimination de la cause de l'augmentation du PCI conduit à une récupération complète.

  • Troisième mythe: la tendance à augmenter la pression intracrânienne est génétiquement déterminée et héritée.

Actuellement, aucune étude ne confirme la théorie héréditaire du développement de la maladie.

  • Quatrième mythe: les enfants dont la pression intracrânienne augmente sont mentalement retardés et ont un faible QI.

Point de vue erroné.

  • Mythe 5: la normalisation du niveau ICP n'est possible qu'avec des médicaments.

Faux fait, car un traitement chirurgical peut être nécessaire dans certains cas..

Augmentation de la pression intracrânienne

La pression intracrânienne est un indicateur très important dans le diagnostic de la pathologie du système nerveux, dans la nature de l'évolution des maladies non seulement du cerveau, mais aussi de la moelle épinière.

Ce type d'hypertension reflète le niveau de pression du liquide situé dans les ventricules du cerveau circulant le long du canal rachidien. La mesure quantitative de la pression intracrânienne n'est possible qu'avec une ponction du canal ou des ventricules du cerveau. Tous les médecins ne sont pas en mesure d'effectuer correctement la procédure. Il n'est pas effectué en ambulatoire, uniquement dans un hôpital. Il y a des situations où, pour une consultation et une ponction vertébrale, vous devez appeler des spécialistes de cliniques ou de services de neurochirurgie.

Des difficultés surviennent au stade de l'évaluation de l'indicateur. L'interprétation de l'augmentation de la pression intracrânienne est compliquée par la grande «ampleur» de l'indicateur: en mm de colonne d'eau - 60–200, en mm de colonne de mercure - 3–15. Il est impossible de remplacer la mesure par une imagerie informatique ou par résonance magnétique. Ces m

Ce que c'est?

L'augmentation de la pression intracrânienne (syndrome de haute pression intracrânienne, hypertension intracrânienne, syndrome d'hypertension artérielle céphalorachidienne) est un syndrome clinique qui se manifeste par des maux de tête, des nausées, des vomissements, des troubles visuels périodiques.

Raisons du développement

Une pression intracrânienne élevée peut survenir pour diverses raisons. Par exemple, une augmentation spontanée peut être observée avec les pathologies suivantes:

  • processus inflammatoire et œdème cérébral;
  • le liquide céphalo-rachidien se forme en grande quantité - ce symptôme est caractéristique de l'hydrocéphalie;
  • la présence dans la cavité crânienne d'une tumeur, d'un hématome ou d'un corps étranger;
  • empoisonnement et intoxication du corps, dans lesquels une grande quantité de sang est contenue dans les vaisseaux dilatés du cerveau.

En outre, il existe un certain nombre de maladies qui entraînent inévitablement une augmentation de la pression intracrânienne:

  • accidents vasculaires cérébraux hémorragiques ou ischémiques et en général toute perturbation de la circulation cérébrale;
  • lésions des tissus cérébraux - par exemple, ecchymoses ou commotions cérébrales à des degrés divers;
  • méningite, encéphalite, ventriculite - ces pathologies s'accompagnent d'une inflammation des membranes du cerveau;
  • empoisonnement par un gaz toxique et toute substance toxique;
  • hématomes de nature sous-durale et péridurale;
  • hydrocéphalie;
  • pathologies du développement et de la structure du cerveau de nature innée.

Premiers signes

Avec une augmentation de la pression intracrânienne, les symptômes observent généralement un certain nombre de symptômes fréquemment observés:

  • maux de tête,
  • déficience visuelle,
  • vertiges,
  • distraction,
  • déficience de mémoire,
  • somnolence,
  • instabilité de la pression artérielle (hypertension ou hypotension),
  • la nausée,
  • vomissement,
  • léthargie,
  • fatigabilité rapide,
  • transpiration,
  • frissons,
  • irritabilité,
  • une dépression,
  • sautes d'humeur,
  • sensibilité cutanée accrue,
  • douleur dans la colonne vertébrale,
  • arrêt respiratoire,
  • dyspnée,
  • parésie musculaire.

Symptômes

Considérez les principaux symptômes de l'augmentation de la pression intracrânienne chez les adultes qui affectent le bien-être d'une personne:

  1. L'un des premiers symptômes d'une augmentation de la pression intracrânienne est un mal de tête constant, qui commence au réveil et s'intensifie la nuit ou le soir. L'inconfort causé par l'augmentation de la pression intracrânienne peut augmenter pendant la toux ou d'autres mouvements brusques de la tête..
  2. Avec des maux de tête constants, la nausée est considérée comme un signe caractéristique (sans vomissement).
  3. Un changement brutal de l'état mental et mental est un autre signal qui peut être causé par une hypertension intracrânienne (elle peut se manifester par une irritabilité excessive, une vitesse de prise de décision lente, d'autres troubles du comportement notables). Dans de rares cas (en l'absence de traitement approprié), ces troubles peuvent entraîner un engourdissement pathologique et même un coma.
  4. Surtensions périodiques, évanouissements fréquents possibles.
  5. Douleur dans les globes oculaires, une double vision peut se produire, des ecchymoses sous les yeux.
  6. Transpiration excessive.

Souvent, les symptômes énumérés s'aggravent avec un changement de pression atmosphérique, lors d'un changement brusque de temps. Les maux de tête peuvent être pires en position couchée. Cela est dû à une altération de la circulation du liquide céphalorachidien..

Comment mesurer la pression intracrânienne

Il convient de distinguer la pression artérielle de la pression intracrânienne. Dans le premier cas, il suffit d'utiliser un tonomètre, mécanique ou électronique, et vous pouvez le faire vous-même. Le PCI est mesuré avec l'aide du personnel médical d'un hôpital. Cette procédure est plutôt traumatisante, et sa mise en œuvre est autorisée principalement chez les patients gravement malades afin de prévenir une menace pour leur vie en temps opportun..

Il existe plusieurs façons de mesurer la pression intracrânienne dans le service de rééducation neurologique:

  1. Méthode sous-durale. Utilisé rarement et dans les cas graves. Un outil spécial fait un petit trou dans le tissu osseux du crâne. Un capteur sous-dural y est placé, avec lequel des mesures sont prises.
  2. Méthode péridurale. Un capteur péridural est placé dans le trou de trépanation entre le crâne et les méninges..
  3. Au moyen d'un cathéter intraventriculaire. Il s'agit du moyen le plus moderne et le plus fiable pour déterminer l'ICP. Un cathéter est inséré à travers l'ouverture dans la cavité crânienne, qui est capable d'atteindre le ventricule latéral du cerveau. Grâce à lui, il est possible non seulement de mesurer la pression intracrânienne, mais aussi de pomper l'excès de liquide céphalorachidien.

Il est possible de déterminer approximativement la pression intracrânienne en utilisant l'IRM ou l'électroencéphalographie, lorsque les indicateurs de l'activité bioélectrique du cerveau sont évalués. Leurs fluctuations peuvent indiquer des violations du PCI. De plus, un ophtalmologiste avec une analyse approfondie du fond de l'œil peut également détecter l'hypertension intracrânienne.

À la maison, il n'est pas possible de déterminer le niveau de pression. Par conséquent, vous devez surveiller attentivement votre état et, si l'apparition de signes caractéristiques apparaît à plusieurs reprises, consultez un médecin.

Complications et conséquences

Les conséquences de l'augmentation du PCI peuvent être décrites comme suit:

  1. Compression du tissu cérébral avec une augmentation chronique de l'ICP. Elle entraîne la mort des cellules nerveuses du cortex et de la matière blanche, ce qui peut entraîner des changements de comportement et de sphère émotionnelle. Avec une pression croissante, le cervelet souffre le plus souvent, ce qui se manifeste par une violation de la coordination des mouvements et une diminution de la force des membres.
  2. Arrêt de la circulation cérébrale. Se produit lorsque la pression du liquide céphalo-rachidien atteint 400 mm d'eau. Art. Dans ce cas, le liquide céphalo-rachidien comprime les vaisseaux sanguins et les tissus nerveux et arrête les processus métaboliques dans le cerveau. Il y a un AVC ischémique. Les neurones cérébraux meurent, ses tissus se ramollissent.
  3. Dommages aux structures du tronc cérébral. Une augmentation de l'ICP provoque un changement dans diverses structures cérébrales. En même temps, le tronc cérébral, qui comprend le milieu et la moelle oblongue, le pont varolien et le cervelet, souffre. Les sections supérieures du tronc cérébral sont calées dans les hémisphères, et les inférieures sont violées dans le foramen occipital. Dans ce cas, des symptômes caractéristiques se développent: une diminution de la température, un ralentissement du rythme cardiaque, une expansion symétrique des pupilles sans réaction à la lumière, une diminution du tonus musculaire, des réflexes altérés.
  4. Déficience visuelle. Le liquide céphalorachidien s'accumule dans le canal autour du nerf optique et le comprime. La pression entraîne la mort des fibres nerveuses, un gonflement du mamelon du nerf optique situé dans la rétine. À l'avenir, les phénomènes inflammatoires s'étendent à la rétine elle-même, provoquant une déficience visuelle et la cécité.
  5. Syndrome épileptique. Lors de la compression de certaines parties du cerveau, des foyers d'activité convulsive se produisent. Dans ce cas, une personne éprouve des crises qui ressemblent à l'épilepsie. Ils sont à court terme et ont un résultat favorable..

Comment traiter l'augmentation de la pression intracrânienne?

Chez l'adulte, le traitement de l'augmentation de la pression intracrânienne commence après avoir établi la cause de la maladie.

Première étape - éliminer la cause de la maladie.

  • dans le cas où une augmentation de la pression intracrânienne a entraîné une formation intracérébrale - une tumeur, un hématome, un anévrisme, après un examen supplémentaire approprié, ils effectuent une intervention d'urgence (élimination de la formation volumétrique).
  • en cas de sécrétion excessive de liquide céphalo-rachidien pendant l'hydrocéphalie, des opérations de manœuvre sont effectuées, dont le but est de créer une voie de sortie supplémentaire pour le liquide céphalo-rachidien, ce qui conduit à une diminution de la pression intracrânienne.

Étape deux - correction médicale du niveau de pression intracrânienne. À cette fin, utilisez les groupes de médicaments suivants:

  • les osmodiurétiques (mannitol, glycérol), dont l'action vise à réduire la quantité de liquide céphalorachidien;
  • diurétiques de l'anse (furosémide);
  • médicaments hormonaux (dexaméthasone);
  • diacarbe;
  • neuroprotecteurs (glycine).

Troisième étape - manipulations médicales:

  • la ponction ventriculaire, la craniotomie de décompression sont conçues pour réduire le volume de liquide céphalorachidien dans la cavité crânienne.

Étape quatre - Thérapie diététique:

  • limiter la quantité de liquide et de sel qui pénètre dans l'organisme, ce qui correspond au régime alimentaire n ° 10, 10a.

Étape cinq - utilisation de techniques de thérapie manuelle, oxygénation hyperbare, hypotension artérielle contrôlée, hyperventilation.

Il est extrêmement rare pendant un traitement amélioré qu'une baisse de la pression intracrânienne se produise, dont les symptômes sont:

  • somnolence;
  • la faiblesse;
  • maux de tête aggravés par les mouvements de la tête;
  • vertiges;
  • nausée et vomissements.

Le traitement de l'augmentation de la pression intracrânienne doit être complet.

Exercices de physiothérapie et natation

L'activité physique dosée augmente le tonus des muscles de la région cervico-épaule, éliminant ainsi les spasmes musculaires. Les muscles serrés peuvent serrer les vaisseaux sanguins qui drainent le sang du cerveau. Tous les exercices sont effectués lentement et en douceur. Chacun est répété pendant 2-3 minutes, augmentant progressivement le nombre de répétitions.

  • étirement maximal de la tête vers l'avant et vers le bas;
  • glisser le menton le long du sternum et du dos;
  • lorsque vous inspirez, levez le menton et retenez votre souffle pendant 5 secondes. Expiration lente - la tête descend vers la poitrine;
  • inclinaisons de la tête. Essayez de toucher l'épaule droite à l'épaule droite, puis la même chose sur le côté gauche;
  • regarde devant nous. Le bout du nez reste immobile et le menton se déplace vers le haut et vers la droite. Ensuite, la tête revient à sa position d'origine. Le menton se lève vers le haut et vers la gauche;
  • gardez la tête droite, tournez-la lentement vers la droite jusqu'à ce qu'elle s'arrête, puis dans l'autre sens.

Remèdes populaires

Il est impossible de guérir complètement l'augmentation de la pression intracrânienne exclusivement avec des prescriptions de la catégorie de la médecine traditionnelle - une visite chez le médecin et l'obtention de prescriptions pour un traitement médical sont nécessaires. Mais lorsque les premiers signes de la pathologie en question apparaissent, vous pouvez considérablement soulager votre condition avec les méthodes suivantes:

  1. Prenez des thés apaisants à la menthe, à la mélisse. Même si vous pensez que vous avez une pression intracrânienne élevée, l'anxiété, l'anxiété et la nervosité ne feront qu'aggraver la condition.
  2. Ajustez votre alimentation - essayez de limiter votre consommation d'aliments liquides et salés / marinés / fumés.
  3. Au lieu d'utiliser de l'eau courante, les décoctions d'églantier et d'aubépine sont des diurétiques naturels qui réduiront la quantité de liquide dans le corps.
  4. Prenez 20 gouttes de teinture alcoolisée de fleurs de trèfle par jour. Pour le préparer, vous devez verser 2 tasses de composant sec dans un bocal d'un litre, remplir le tout d'eau à la moitié du bocal et ajouter de l'alcool pur. Le médicament doit être perfusé pendant au moins 10 jours.
  5. Utilisez un mélange de teintures. Achetez des teintures alcoolisées prêtes à l'emploi de valériane, d'agripaume, d'aubépine et d'eucalyptus, mélangez-les et prenez 10 à 15 gouttes deux fois par jour.

Le traitement avec des teintures ne peut être effectué que par des adultes, la durée de leur consommation est d'au moins 2 semaines consécutives. Ensuite, vous devez faire une pause dans le traitement (7 jours) - pendant ce temps, vous pouvez être examiné en toute sécurité et recevoir un verdict des médecins.

Si nécessaire, le traitement peut être poursuivi selon le même schéma. Lorsque des symptômes de pression intracrânienne élevée apparaissent, vous pouvez utiliser la recette la plus simple pour une compresse - mélanger l'alcool médical et l'huile de camphre en quantités égales. Ce mélange doit être appliqué sur la tête, en le frottant légèrement sur la peau, fermez / réchauffez la tête et maintenez la procédure pendant 15 minutes.

Ces compresses doivent être effectuées au moins 10, une pour chaque jour. La médecine traditionnelle ne doit pas être considérée comme la seule possible dans le traitement de l'augmentation de la pression intracrânienne. Toutes ces recettes peuvent être utilisées comme mesures supplémentaires lors d'une thérapie complexe..

Opération

En cas de blessures à la tête, de fistules et de défauts des méninges, à la suite desquelles il y a une fuite de liquide céphalo-rachidien, une intervention chirurgicale est utilisée.

  1. Shuntage - les cavités intracrâniennes sont décompressées et des contournements sont créés pour un mouvement sans entrave du liquide céphalorachidien.
  2. La pénétration sous-durale et péridurale - est réalisée avec de graves dommages au cerveau et au liquide céphalo-rachidien. Enlever les tissus blessés grâce à la craniotomie.
  3. La ponction vertébrale est effectuée pour mesurer la pression exacte. S'il n'y a pas assez de liquide pour un fonctionnement normal, une solution saline est versée en quantité insuffisante.

Les opérations sont effectuées dans des situations critiques et ne sont pas recommandées s'il y a une chance de normaliser la condition avec une thérapie conservatrice..

La prévention

La prévention de l'hypertension intracrânienne comprend:

  • traitement rapide et actif des maladies neuroinfectieuses;
  • prévention des traumatismes crâniens;
  • correction en temps opportun des troubles de la dynamique du liquide céphalo-rachidien, de la circulation sanguine;
  • gestion rationnelle de la grossesse et de l'accouchement;
  • éviter la surcharge mentale et physique;
  • respect du régime du jour;
  • rejet des mauvaises habitudes.

Ne sous-estimez pas l'augmentation de la pression intracrânienne. Les analgésiques et les antispasmodiques ne sont pas en mesure de vous débarrasser de la maladie. Un diagnostic médical approfondi et un traitement compétent sont nécessaires, qui sont prescrits en fonction des causes de la pathologie. Vous ne devez pas vous fier à la médecine traditionnelle. Seuls des soins médicaux hautement professionnels peuvent rendre votre vie longue et épanouissante..

Pression intracrânienne chez l'adulte: symptômes, causes, diagnostic et méthodes de traitement

Il y a des moments où une personne est dérangée par un mal de tête éclatant qui ne peut pas être soulagé par la prise d'analgésiques. Cela peut être le signe d'une pression intracrânienne élevée chez l'adulte. Les symptômes de cette condition peuvent être les mêmes qu'avec un saut de tension artérielle. Cependant, l'hypertension intracrânienne nécessite une approche du traitement complètement différente de celle des artères. Pourquoi la pression à l'intérieur du crâne augmente-t-elle? Et comment soulager une crise de maux de tête? Nous examinerons ces questions dans l'article..

Ce que c'est

À l'intérieur du cerveau, le liquide circule constamment, ce qu'on appelle le liquide céphalorachidien. Il passe par des conduits spéciaux, puis est absorbé par le sang. Si la circulation du liquide céphalorachidien n'est pas perturbée, la pression intracrânienne reste normale.

En raison de diverses pathologies, le liquide céphalorachidien peut être produit en quantités excessives ou mal absorbé dans le sang. Les canaux à l'intérieur du cerveau peuvent se boucher. En conséquence, la libre circulation du liquide céphalorachidien est altérée. Le liquide stagne dans le tissu cérébral.

L'accumulation de liquide céphalo-rachidien entraîne une augmentation du volume cérébral. Les tissus d'organes gonflent. Cependant, le volume du crâne reste inchangé. Après tout, le tissu osseux ne peut pas s'étirer. Le cerveau enflé occupe un grand espace. Cela conduit à une augmentation de la pression et de la tension à l'intérieur du crâne..

Très souvent, l'hypertension intracrânienne (cérébrale) s'accompagne d'une augmentation de la pression artérielle. Après tout, l'accumulation de liquide céphalo-rachidien comprime les vaisseaux. Cela crée des difficultés dans le diagnostic de la pathologie..

Comment se manifeste une augmentation de la pression intracrânienne chez l'adulte? Les symptômes peuvent varier. Le tableau clinique dépend en grande partie de la partie du cerveau qui est comprimée. Le plus souvent, les patients se plaignent de douleur et d'une sensation de satiété à l'intérieur de la tête.

Étiologie

L'augmentation de la pression intracrânienne n'est pas une maladie distincte. Ce n'est là qu'une des manifestations de diverses pathologies. Les neurologues isolent l'hypertension cérébrale aiguë et chronique.

La principale cause d'augmentation de la pression intracrânienne sous forme aiguë est un accident vasculaire cérébral ou une rupture de l'anévrisme. Des dommages graves aux tissus cérébraux se produisent, ce qui entraîne une hypertension soudaine et aiguë. Dans ce cas, le patient a besoin d'une aide urgente d'un médecin. Il est uniquement possible de rétablir chirurgicalement la circulation du liquide cérébral.

Cependant, l'hypertension cérébrale chronique est le plus souvent notée. Cela peut être un signe des pathologies suivantes:

  • néoplasmes bénins et malins dans le cerveau;
  • méningite ou encéphalite;
  • hydrocéphalie;
  • blessures à la tête;
  • épilepsie;
  • obstruction des vaisseaux cérébraux;
  • Troubles métaboliques;
  • hématomes à l'intérieur du crâne;
  • hypoxie du cerveau;
  • intoxication à l'alcool et aux drogues.

L'obésité peut également être à l'origine d'une augmentation de la pression intracrânienne. Les dépôts de graisse dans la tête, le cou et la poitrine sont particulièrement dangereux. Si le poids d'une personne dépasse la norme de plus de 30 à 45 kg, cela crée un risque élevé de développer une hypertension cérébrale.

Symptomatologie

Considérez les principales manifestations d'une pression intracrânienne élevée chez l'adulte. Un symptôme de cette pathologie est une douleur éclatante dans le crâne, qui n'a pas de localisation claire. Habituellement, l'inconfort se produit le matin et le soir, l'état du patient s'améliore.

Avec un mal de tête, une personne essaie généralement de se coucher. Mais avec l'hypertension cérébrale, cela ne mène qu'à une détérioration du bien-être. En position couchée, le sang se précipite vers le crâne et la production de liquide céphalorachidien augmente. Le syndrome douloureux est également aggravé par tout mouvement de la tête..

Comment distinguer l'hypertension de l'augmentation de la pression intracrânienne chez l'adulte? Un symptôme d'un saut dans la tension artérielle est un mal de tête à l'arrière de la tête et des tempes. Il peut être douloureux ou lancinant. Avec l'hypertension cérébrale, le patient éprouve des douleurs éclatantes dans la tête. Ils se sont répandus dans tout le crâne..

De plus, une pression cérébrale élevée s'accompagne généralement de symptômes neurologiques supplémentaires:

  1. Troubles de la vision. Le patient a une double vision. Ses pupilles réagissent faiblement à la lumière. Une personne ne fait pas de distinction entre les objets situés du côté de l'organe de vision. Il y a souvent une sensation de brouillard devant les yeux.
  2. Stagnation des disques du nerf optique. Seul un ophtalmologiste peut identifier avec précision ce symptôme lors d'un examen du fond d'œil. Extérieurement, cela se manifeste par une rougeur sévère des yeux due au débordement des vaisseaux sanguins.
  3. Violation des mouvements depuis des siècles. Il devient difficile pour le patient de fermer complètement les yeux.
  4. Nausée et vomissements. Ces symptômes surviennent en dehors de la prise de nourriture. Après des vomissements, l'état du patient ne s'améliore pas. Dans ce cas, les nausées ne sont pas causées par des problèmes d'estomac, mais par une irritation du centre des vomissements dans le cerveau..
  5. Une sensation de léthargie et de fatigue constante. Faiblesse et asthénie associées à la pression du liquide céphalorachidien.
  6. Essoufflement. Avec l'hypertension cérébrale, le centre respiratoire est comprimé.
  7. Mal au dos. L'augmentation de la production de liquide céphalorachidien entraîne des douleurs dans la colonne vertébrale.
  8. Parésie. Une forte faiblesse musculaire dans les membres peut apparaître. En conséquence, le patient n'est pas en mesure de bouger son bras ou sa jambe. Souvent, les patients prennent cette condition pour la paralysie.
  9. Augmentation de la sensibilité cutanée. Les patients ressentent la chair de poule et des sensations de picotements..
  10. Hoquet fort et fréquent. Ce symptôme est provoqué par une irritation du centre respiratoire..
  11. Changements mentaux. Les patients deviennent agités, anxieux, souffrent souvent de dépression. Ces sautes d'humeur sont associées à une compression de la région hypothalamique du cerveau.

L'hypertension cérébrale entraîne souvent un dysfonctionnement du système nerveux autonome. Dans ce cas, un mal de tête s'accompagne de manifestations de VVD: transpiration, palpitations, sensation de peur, vertiges, ainsi que troubles gastro-intestinaux.

Danger

Quel est le danger d'une augmentation de la pression intracrânienne chez l'adulte? Les conséquences de cette pathologie peuvent être très graves. Sans traitement, l'hypertension cérébrale peut entraîner les complications suivantes:

  1. Déplacements cérébraux. Avec une hypertension cérébrale sévère et prolongée, une compression constante du cerveau se produit. Ses tissus peuvent être forcés dans les ouvertures de la nuque ou du processus cérébelleux. En même temps, les vaisseaux vitaux et le centre respiratoire sont pincés. Le déplacement du cerveau provoque souvent la mort. Le signe initial de cette condition dangereuse est une somnolence constante, qui se transforme ensuite en coma. Le patient a des pupilles fortement rétrécies, un essoufflement sévère.
  2. Cécité. Dans les cas avancés, les nerfs optiques s'atrophient. Une personne commence à voir pire et cesse de distinguer les objets situés loin de l'œil. Une telle déficience visuelle est irréversible. Finalement, le patient devient complètement aveugle..
  3. Lésions hippocampiques. Cette partie du cerveau est responsable de la mémoire, de la pensée, des émotions et de l'orientation dans l'espace. Quand il est pressé, des troubles mentaux se produisent. Une personne souffre de troubles de la mémoire et des capacités cognitives. Si l'hypertension persiste, l'hippocampe se déplace. Cela s'accompagne de l'expansion des pupilles, du manque de réaction à la lumière, de l'essoufflement. Le patient peut tomber dans le coma et mourir d'un arrêt respiratoire.
  4. Oedème cérébral. Une telle complication est notée dans les accidents vasculaires cérébraux, les blessures à la tête et les empoisonnements. Dans ce cas, la pression à l'intérieur du crâne augmente rapidement. Dans ce cas, une compression vasculaire se produit, ce qui entraîne une hypoxie et la mort des neurones. Si vous n'aidez pas le patient, le risque de déplacement cérébral et de décès est très élevé.

Il est important de se rappeler que l'hypertension cérébrale ne peut être que l'une des manifestations de maladies graves, telles que la méningite ou les tumeurs cérébrales. De telles pathologies en elles-mêmes sont dangereuses pour la vie et la santé, même si la pression intracrânienne est légèrement augmentée.

Méthodes de diagnostic

Comment les adultes mesurent-ils la pression intracrânienne? Il ne peut pas être déterminé par des méthodes non invasives, par exemple à l'aide d'un appareil spécial. Pour identifier le niveau de pression cérébrale, vous devez effectuer une ponction vertébrale. Il s'agit de la seule méthode fiable pour diagnostiquer l'hypertension intracrânienne..

La ponction est réalisée sous anesthésie locale. Une longue aiguille fait une ponction dans le canal rachidien et le liquide céphalo-rachidien sort. La pression du liquide céphalorachidien est mesurée à l'aide d'un manomètre. La ponction n'est généralement pas accompagnée d'une douleur sévère. Après la procédure, l'état du patient s'améliore légèrement, car l'excès de liquide céphalorachidien est éliminé.

Les indicateurs de pression intracrânienne chez les patients adultes sont considérés comme des indicateurs de 3 à 15 mmHg. Avant l'analyse, le patient doit être au repos. Pendant l'exercice, la pression du liquide céphalorachidien peut augmenter temporairement, ce qui entraîne des résultats de test déformés.

Il existe des méthodes supplémentaires pour diagnostiquer la pression intracrânienne chez l'adulte:

  • électroencéphalogramme;
  • examen du fond d'œil;
  • Gramme ECHO du cerveau;
  • IRM et tomodensitométrie.

Les résultats de ces études n'indiquent qu'indirectement une possible hypertension intracrânienne. Ils aident à clarifier la localisation des changements pathologiques dans le cerveau. Détecter avec précision l'hypertension cérébrale n'est possible qu'avec l'aide d'une ponction vertébrale.

Premiers secours

Que faire de la pression intracrânienne chez l'adulte? Si un patient a une crise de maux de tête sévère avec déficience visuelle, nausées et vomissements, un médecin doit être appelé d'urgence. Dans les cas plus bénins, vous pouvez essayer de réduire la pression à la maison..

Il est important de se rappeler qu'avec l'hypertension cérébrale, le patient ne doit en aucun cas recevoir des médicaments pour l'hypertension artérielle. Ces médicaments ont un effet vasodilatateur. Cela ne fera qu'entraîner une détérioration du bien-être. En raison de l'expansion des veines et des artères, la pression du liquide céphalorachidien sur le tissu mogza augmente. Ne donnez pas au patient des médicaments nootropes qui améliorent la circulation sanguine.

Les règles suivantes pour les premiers soins pour la pression intracrânienne chez l'adulte doivent être observées:

  1. Le patient doit se coucher. Sous votre tête, vous devez mettre un gros oreiller. Le haut du corps doit être légèrement surélevé par rapport aux membres inférieurs. Cela assurera l'écoulement du liquide céphalo-rachidien et du sang.
  2. Le patient ne doit pas être donné à boire de l'eau et d'autres liquides..
  3. Il est nécessaire de prendre un médicament diurétique à l'intérieur, par exemple, "Furosémide" ou "Diacarbe". Cela aidera à éliminer le liquide des tissus cérébraux. Vous pouvez également utiliser une solution de glycérol en pharmacie. Il réduit la pression cérébrale en 10 minutes. Dans ce cas, seule la glycérine destinée à l'administration orale peut être utilisée..
  4. Les analgésiques sont généralement inefficaces dans l'hypertension intracrânienne. Pour soulager un mal de tête, le patient doit recevoir un comprimé Nosh-py.

Si la santé ne s'améliore pas dans les 30 à 40 minutes, le patient a besoin de soins médicaux immédiats.

Traitement conservateur

Comment traiter la pression intracrânienne chez l'adulte? Comme déjà mentionné, l'hypertension n'est que l'un des symptômes de diverses pathologies. Par conséquent, il est nécessaire de traiter la maladie sous-jacente. Une pression accrue diminue spontanément après avoir éliminé sa cause.

Avec une hypertension sévère et la menace de complications, il est urgent de réduire la pression. Pour ce faire, retirez l'excès de liquide du corps. On prescrit aux patients des diurétiques pour réduire la pression intracrânienne chez l'adulte:

Cependant, ces médicaments ne peuvent pas être utilisés pendant longtemps. En effet, avec le liquide, le potassium quitte également le corps, et cet élément est nécessaire pour le corps.

Les médecins prescrivent également des bloqueurs adrénergiques:

Ces médicaments accélèrent la transmission des influx nerveux et réduisent le gonflement des tissus cérébraux..

Chez les personnes âgées, l'hypertension intracrânienne est souvent associée à une augmentation de la pression artérielle. Comme nous l'avons déjà mentionné, l'utilisation de vasodilatateurs puissants est contre-indiquée. Dans de tels cas, le médicament "Kapoten" est prescrit. Il augmente la lumière vasculaire à la normale et élimine l'excès de liquide des tissus cérébraux.

Les médicaments nootropes sont prescrits avec prudence. Ils améliorent la circulation sanguine et le liquide céphalo-rachidien dans le cerveau, mais ils ne doivent pas être pris lors d'une crise de maux de tête. Ils sont utilisés pendant la rémission pour prévenir l'exacerbation de l'hypertension. Les nootropiques comprennent:

Dans les cas graves, on prescrit aux patients des corticostéroïdes pour la pression intracrânienne chez l'adulte (Prednisolone, Dexamethasone). Les médicaments hormonaux éliminent le gonflement des tissus cérébraux.

L'hypertension intracrânienne s'accompagne souvent de dépression et d'une anxiété accrue. Par conséquent, les patients présentent des sédatifs légers: Afobazol, Glycine, Persen, Novopassit.

En tant que méthode de traitement supplémentaire, la physiothérapie est prescrite (massage du cou et de la tête, acupuncture), ainsi qu'une thérapie manuelle. Cela contribue à la normalisation de la circulation sanguine et à l'écoulement du liquide céphalo-rachidien..

Nutrition

Un traitement efficace de l'augmentation de la pression intracrânienne chez l'adulte est impossible sans régime. Il est très important de limiter la quantité de liquide dans l'alimentation à 1,5 litre par jour. Les aliments salés doivent également être évités. Ce type d'aliment favorise la rétention d'eau dans les tissus..

Il est nécessaire d'abandonner complètement l'utilisation du café. Cette boisson augmente la pression artérielle et intracrânienne. La consommation d'alcool doit être complètement exclue. Avec l'hypertension cérébrale, même de petites doses d'alcool peuvent provoquer un œdème cérébral sévère..

Il est recommandé que les produits suivants soient inclus dans le menu du jour:

  • viande diététique (poulet, dinde, veau);
  • fruits et baies;
  • salades de concombres et tomates aux herbes;
  • légumes bouillis;
  • produits laitiers faibles en gras;
  • mon chéri;
  • soupes végétariennes.

Si l'hypertension est provoquée par une obésité sévère, un régime hypocalorique est alors nécessaire. Dans de nombreux cas, la pression cérébrale se normalise après une perte de poids..

Intervention chirurgicale

Un traitement pas toujours conservateur entraîne une diminution persistante de la pression intracrânienne chez l'adulte. Comment traiter l'hypertension cérébrale si elle ne répond pas aux médicaments? Dans de tels cas, les patients subissent une intervention chirurgicale.

Les procédures chirurgicales suivantes aident à réduire rapidement la pression du liquide céphalorachidien:

  1. Drainage. Des tubes sont insérés dans les ventricules cérébraux à travers lesquels s'écoule l'excès de liquide céphalo-rachidien..
  2. Ventriculostomie. Un petit trou est fait dans le ventricule du cerveau à travers lequel le liquide céphalo-rachidien s'écoule sans entrave. L'intervention est réalisée par la méthode endoscopique..

Au cours de ces opérations, il est nécessaire de faire une craniotomie. Cependant, à l'heure actuelle, les médecins tentent de mener des interventions neurochirurgicales avec des méthodes moins traumatisantes. Pour accéder au tissu cérébral, un petit trou est pratiqué dans les os du crâne. La plaie postopératoire guérit rapidement.

ethnoscience

Il est impossible de se débarrasser de la pression intracrânienne à l'aide de la seule médecine traditionnelle. Cependant, les décoctions et les teintures d'herbes peuvent être utilisées en complément du traitement principal. Avant de les utiliser, vous devez consulter un neurologue pour vous assurer qu'il n'y a pas de contre-indications.

À la maison, il est recommandé d'utiliser les remèdes populaires suivants pour la pression intracrânienne chez les adultes:

  1. Un mélange de fruits secs. Il faut prendre en proportions égales abricots secs, raisins secs, noix et miel. Tous les ingrédients doivent être soigneusement déplacés. 30 g du mélange sont pris quotidiennement avant le petit déjeuner.
  2. Lavande. Vous devez prendre 1 cuillère à soupe de plante séchée et verser 500 ml d'eau bouillante. La composition insiste pendant 1 heure. Consommez 1 cuillère à soupe trois fois par jour.
  3. Bouillon de mûrier. 20 g de branches et de feuilles hachées sont placés dans 1 litre d'eau et bouillis pendant 25 minutes. Ensuite, la composition doit être insistée pendant 1 heure. Le médicament est pris 150 ml deux fois par jour.
  4. Teinture de trèfle. Une capacité de 500 ml est entièrement remplie de fleurs de plantes séchées. Ensuite, la matière première est versée avec de la vodka, de sorte que le liquide recouvre complètement toutes les inflorescences. Le produit est conservé 2 semaines dans un endroit sombre et frais, puis filtré. La teinture est prise 1 cuillère à café trois fois par jour..

Conclusion

On peut conclure que l'hypertension cérébrale est une condition plutôt dangereuse. Par conséquent, l'éclatement de la douleur dans la tête ne peut être ignoré. Il est urgent de contacter un neurologue et de subir un diagnostic. Une pression élevée à l'intérieur du crâne peut être le signe de pathologies graves nécessitant un traitement médical urgent, et parfois une intervention chirurgicale.

Comment traiter la pression intracrânienne: traitement chez l'adulte

Comment traiter la pression intracrânienne? Vous devez d'abord avoir une idée - quelle est la pression intracrânienne, quelle est sa norme et ce qui peut provoquer son augmentation. La pression intracrânienne est la pression exercée par le liquide céphalorachidien contenu dans les ventricules du cerveau, ainsi qu'entre les membranes molles et arachnoïdiennes du cerveau. La norme de pression intracrânienne est de 7,5–15 mm Hg. Art. Avec l'hypertension intracrânienne, elle peut dépasser 30 mm Hg. st.

Une augmentation de la pression intracrânienne (augmentation de la pression intracrânienne, hypertension intracrânienne) est causée par une violation de la production ou de l'écoulement de liquide céphalorachidien (liquide céphalorachidien), c'est une condition dangereuse qui peut entraîner des conséquences neurologiques néfastes.

La pression intracrânienne peut augmenter chez les personnes en bonne santé, mais dans ce cas, elle revient rapidement à la normale. L'hypertension prolongée n'est généralement pas une maladie indépendante, mais l'un des symptômes d'une autre maladie.

L'amélioration du mode de vie est un élément important de la thérapie. Les patients doivent définitivement normaliser le mode de travail et de repos, tout d'abord, assurer une bonne nuit de sommeil.

Comment soigner la pression intracrânienne

L'hypertension intracrânienne peut-elle être traitée à domicile? Il n'y a pas de réponse définitive à cette question. Dans certains cas, il y a suffisamment de médecine traditionnelle, dans d'autres il est impossible de se passer d'une intervention chirurgicale, tout dépend de la maladie primaire. Mais même dans les cas où le patient est traité à domicile, le médecin doit surveiller l'avancement du traitement.

La pharmacothérapie consiste généralement à utiliser des diurétiques, c'est-à-dire des diurétiques, qui, en éliminant le liquide du corps, aident à réduire la quantité de liquide céphalo-rachidien, et donc sa pression sur les structures cérébrales. Des vasodilatateurs, des sédatifs sont également prescrits, dans certains cas, des analgésiques sont indiqués..

Comme traitement supplémentaire, la physiothérapie, le massage, les exercices de physiothérapie et la diététique sont utilisés. L'amélioration du mode de vie est un élément important de la thérapie. Les patients doivent définitivement normaliser le mode de travail et de repos, tout d'abord, assurer une bonne nuit de sommeil. Il faut bouger davantage, quotidiennement pour être au grand air, mais aussi pour arrêter de fumer et de boire de l'alcool. Les patients en surpoids devraient le normaliser, car les troubles métaboliques affectent, entre autres, le liquide céphalo-rachidien.

Le traitement chirurgical de la pression intracrânienne chez l'adulte consiste à éliminer l'obstruction de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien. Il s'agit de l'ablation de néoplasmes (tumeurs, hématomes, kystes) ou d'un pontage - une opération qui consiste à créer un drainage artificiel de l'excès de liquide céphalorachidien à l'aide d'un shunt.

Dans certains cas, il y a suffisamment de médecine traditionnelle, dans d'autres il est impossible de se passer d'une intervention chirurgicale, tout dépend de la maladie primaire.

Comment traiter les remèdes populaires contre la pression intracrânienne

Quels remèdes populaires sont les plus efficaces pour la pression intracrânienne? La plupart du temps, nous parlons de remèdes maison à base de plantes médicinales. Il est généralement admis que, contrairement aux produits pharmaceutiques, la médecine traditionnelle est totalement inoffensive, et donc préférée. Ce n'est pas vrai. Les remèdes populaires, comme la pharmacie, peuvent faire du mal s'ils sont utilisés à d'autres fins, en outre, ils sont beaucoup plus susceptibles de provoquer des allergies. Ils agissent généralement plus doucement, mais pour cette raison, ils ne peuvent pas remplacer la pharmacothérapie lorsqu'elle est nécessaire, mais sont utilisés comme supplément. Mais même dans ce cas, ils peuvent être incompatibles avec des médicaments. C'est pourquoi le traitement avec des remèdes populaires doit être convenu avec le médecin traitant.

Voici quelques médicaments utilisés pour traiter l'hypertension intracrânienne qui sont faciles à préparer à la maison..

  1. Thé aux feuilles de menthe poivrée, mélisse, camomille médicinale, fleurs de tilleul, mûrier - il est utile de remplacer le thé noir ordinaire et le café par un tel thé.
  2. Infusion de bourgeons de peuplier noir ou de stigmates de maïs - utilisé comme diurétique.
  3. Teinture d'alcool de fleurs de trèfle - remplissez la moitié de la boîte de trèfle sec, versez de l'alcool ou de la vodka au sommet et laissez reposer pendant deux semaines dans un endroit sombre et frais. Puis égouttez la teinture, filtrez. Prendre ½ cuillère à café 1 à 2 fois par jour.
  4. Mélange citron-ail - 2 citrons et 2 têtes d'ail, râper, ajouter 2 l d'eau chauffée (pas d'eau bouillante!), Laisser reposer une journée dans un endroit sombre, puis filtrer et prendre 30 ml le soir avant le coucher.
  5. Teinture de menthe poivrée, d'agripaume, de valériane, d'eucalyptus et d'aubépine. Tous les ingrédients sont mélangés à parts égales, une cuillère à soupe du mélange sec est versée dans 0,5 litre de vodka, a insisté pendant une semaine dans un endroit sombre, puis égouttée et filtrée. Prenez 20 gouttes trois fois par jour.
  6. Une décoction de romarin, d'agripaume et de guimauves séchées - mélanger les matières premières sèches à parts égales, une cuillère à soupe du mélange est versée avec un verre d'eau et bouillie pendant 5 minutes, après quoi le bouillon est infusé pendant 4 heures, puis filtré. Prendre 0,5 tasse avant les repas.

Vous devez bouger plus, quotidiennement pour être au grand air, mais aussi pour arrêter de fumer et de boire de l'alcool.

Frotter un peu d'huile de lavande réchauffée dans vos tempes peut aider à soulager les maux de tête..

Thérapie diététique

Avec l'hypertension intracrânienne, un régime est indiqué. Il est nécessaire de limiter l'utilisation de produits capables d'exercer un effet excitant sur les systèmes nerveux et cardiovasculaire, provoquant une rétention d'eau dans le corps, ainsi qu'indigestible et provoquant le développement de flatulences.

Manger doit être planifié, en observant des intervalles approximativement égaux entre les repas, au moins 5 fois par jour en petites portions. Le dîner doit être au moins trois heures avant le coucher..

Il est conseillé de cuisiner les plats avec des méthodes diététiques - ébullition, cuisson au four, vapeur. Il est impératif que les fruits et légumes frais soient inclus dans le régime, car le régime doit répondre aux besoins du corps en vitamines et minéraux.

La base du régime devrait être les aliments suivants:

  • lait (s'il n'y a pas d'intolérance individuelle) et produits laitiers;
  • légumes crus et cuits, en particulier concombres, tomates, citrouilles, pommes de terre, carottes, betteraves, courgettes, toutes sortes de choux, pois verts, poivrons, légumes verts à feuilles;
  • fruits et baies frais et cuits;
  • fruits secs;
  • viande - il est recommandé de privilégier le veau, le bœuf, le lapin, la dinde, le poulet;
  • Poisson et fruits de mer;
  • des œufs
  • céréales;
  • Pâtes;
  • pain et produits de boulangerie non comestibles;
  • beurre et légumes;
  • fruits, jus de légumes, vert, noir, tisane, café au lait.

Il est recommandé d'exclure la pâtisserie, la confiserie, la viande forte, les bouillons de poisson et de champignons, les viandes grasses, les saucisses fumées, le caviar, les fromages gras et salés, les légumineuses, les radis, les radis, les oignons, l'ail, les champignons, le raifort, la moutarde, la mayonnaise de l'alimentation., café noir, cacao, alcool, marinades, cornichons et autres produits en conserve.

Les patients en surpoids devraient le normaliser, car les troubles métaboliques affectent, entre autres, le liquide céphalo-rachidien.

Le sel doit être limité à 5 g par jour..

Si le patient est obèse, il est nécessaire de réduire l'apport calorique quotidien de 200 à 300 kcal tout en maintenant la valeur nutritionnelle. Il est interdit d'adhérer à un régime hypocalorique strict pour les patients souffrant d'hypertension intracrânienne..

Que peut-on augmenter la pression intracrânienne

Le traitement de l'hypertension intracrânienne s'effectue de deux manières:

  1. Élimination des symptômes, principalement, céphalées atroces.
  2. Éliminer la cause de l'augmentation du PCI.

Qu'est-ce qui cause l'hypertension intracrânienne? Sa cause immédiate est une augmentation du volume de liquide céphalo-rachidien, soit à cause de son écoulement altéré, soit à cause de l'augmentation de la production. Une quantité excessive de liquide céphalo-rachidien dans l'espace confiné du crâne augmente la pression sur le cerveau, ce qui conduit à son hypoxie et, avec une compression prolongée, peut détruire certaines structures. Dans ce dernier cas, les conséquences de l'hypertension intracrânienne deviennent irréversibles - c'est pourquoi cette pathologie nécessite un traitement pathogénique obligatoire, et pas seulement l'élimination des symptômes.

La cause de la pression excessive du liquide céphalo-rachidien peut être: hydrocéphalie, accident vasculaire cérébral, méningite, encéphalite, néoplasmes du cerveau (tumeurs, kystes, hématomes), malformations congénitales des vaisseaux cérébraux, troubles métaboliques, intoxication, otite moyenne aiguë, paludisme, traumatismes crâniens, excès de sodium dans sang, hypertension artérielle, carence en vitamines, certains médicaments, réactions allergiques, obésité et certaines autres conditions.

Dans de rares cas, la maladie primaire provoquant une augmentation de la pression à l'intérieur du crâne ne peut pas être détectée. Parlez ensuite de l'hypertension intracrânienne idiopathique.

Il est nécessaire de limiter l'utilisation de produits capables d'exercer un effet excitant sur les systèmes nerveux et cardiovasculaire, provoquant une rétention d'eau dans le corps, ainsi qu'indigestible et provoquant le développement de flatulences.

Signes d'augmentation de la pression intracrânienne

Les manifestations d'augmentation de la pression intracrânienne surviennent le plus souvent et augmentent progressivement, mais dans certains cas, elles peuvent apparaître soudainement - par exemple, avec un AVC. Le symptôme le plus prononcé de l'augmentation de l'ICP est un mal de tête oppressif, de nature éclatante (les patients disent parfois qu'ils «retirent littéralement les yeux de leur front» de la douleur). Il est caractéristique qu'un tel mal de tête ne soit pas éliminé par l'utilisation d'analgésiques conventionnels et s'intensifie si vous abaissez la tête..

La douleur s'accompagne de nausées, jusqu'aux vomissements. La particularité des vomissements dans ce cas est qu'ils ne sont pas associés à l'alimentation, mais à des maux de tête. Les vomissements peuvent être répétés, en règle générale, la douleur après sa disparition.

Le troisième signe caractéristique d'une augmentation de la pression crânienne est une déficience visuelle. Cela peut être une diminution de l'acuité visuelle, une perte de champs visuels, des flashs lumineux ou, inversement, des taches noires devant les yeux, etc..

De plus, une arythmie, des palpitations, des changements de la pression artérielle, des étourdissements, un essoufflement, de la nervosité, des troubles du sommeil, une diminution de la capacité de travailler, une fatigue sont observés.

Le diagnostic d'hypertension intracrânienne est généralement posé sur la base d'un tableau clinique caractéristique et est confirmé par les résultats de l'ophtalmoscopie (un examen ophtalmologique révèle ce que l'on appelle le fond d'œil congestif). Pour identifier la maladie primaire, l'imagerie par résonance magnétique ou calculée, l'examen aux rayons X, le diagnostic par ultrasons, la ponction vertébrale et un certain nombre d'autres études peuvent être nécessaires..

Vidéo

Nous vous proposons de regarder une vidéo sur le sujet de l'article.