Principal / Pression

Infarctus cérébral cardioembolique

Pression

L'AVC cardio-embolique est caractérisé par la présence de facteurs d'embolie cardiogénique détectés à la suite des méthodes d'examen clinique et paraclinique..

Facteurs de probabilité élevés:

  • valve cardiaque artificielle;
  • sténose valvulaire mitrale avec fibrillation auriculaire;
  • la fibrillation auriculaire en combinaison avec d'autres maladies cardiovasculaires;
  • thrombose auriculaire gauche;
  • infarctus du myocarde jusqu'à 4 semaines;
  • thrombose ventriculaire gauche;
  • cardiomyopathie dilatée;
  • akinésie ventriculaire gauche;
  • myxome auriculaire;
  • endocardite infectieuse.

Causes possibles d'embolie cardiogénique:

  • prolapsus valvulaire mitral;
  • calcification des cuspides de la valve mitrale;
  • sténose valvulaire mitrale sans fibrillation auriculaire;
  • turbulence dans l'oreillette gauche;
  • anévrisme septal auriculaire;
  • trou ovale ouvert;
  • tachycardie sans maladie cardiaque;
  • bioprothèse valvulaire cardiaque;
  • endocardite rhumatismale;
  • insuffisance cardiaque sévère;
  • segment hypokinétique dans le ventricule gauche;
  • infarctus du myocarde de 4 semaines à 6 mois.

Traitement de l'infarctus cérébral cardioembolique avec hypertension artérielle:

  1. Thrombolyse dans le but de reperfusion du site d'ischémie.
  2. Correction des troubles cardiovasculaires pathogéniquement significatifs:
    • anticoagulants directs et indirects,
    • agents antiplaquettaires plaquettaires,
    • soulagement des arythmies cardiaques paroxystiques (bêtabloquants, amiodarone, kinylentin),
    • normalisation de la fréquence des contractions ventriculaires avec une forme constante de fibrillation auriculaire (glycosides cardiaques, bêta-bloquants, vérapamil).
  3. Neuroprotection:
    • médicaments neurotrophiques,
    • neuromodulateurs,
    • antioxydants,
    • correcteurs du métabolisme énergétique.

________________________
Vous lisez le sujet:
Critères diagnostiques et certains aspects du traitement des principales variantes pathogénétiques de l'AVC ischémique en cas d'hypertension artérielle (Gonchar I. A., Nedzved G. K., Likhachev S. A. Centre russe de recherche en neurologie et neurochirurgie. «Panorama médical» n ° 11, décembre 2005)

Un accident vasculaire cérébral est une pathologie caractérisée par une violation de l'approvisionnement en sang dans le cerveau. Un grand nombre de personnes décèdent de ce diagnostic chaque année. Malgré le développement de méthodes de diagnostic, seule la fourniture de soins médicaux en temps opportun peut sauver la vie d'une personne. L'une des formes courantes de pathologie est un accident vasculaire cérébral d'étiologie cardioembolique (CEI).

Référence historique

Retour au XVIIIe siècle. les scientifiques ont présenté une hypothèse sur la relation entre les maladies cardiaques et les AVC ischémiques. Rudolf Virchow a apporté une grande contribution à la compréhension de la pathogenèse de ce dernier. En 1847, avec l'aide d'un certain nombre d'études, il a pu prouver que la thrombose n'est pas une cause, mais une conséquence de l'embolie et de l'athérosclérose.

Les représentations de Virchow sont progressivement entrées dans la pratique médicale mondiale. Au début du siècle dernier, les scientifiques pensaient que jusqu'à 7% de tous les cas d'AVC avaient une étiologie cardioembolique. Aujourd'hui, ce chiffre est passé à 40%. L'étude de la pathologie se poursuit par des spécialistes dans ce domaine.

Mécanisme de développement

Un AVC ischémique d'origine cardioembolique se produit dans le contexte de la formation de caillots sanguins dans le cœur. Au fil du temps, ils se transforment en caillots sanguins ou embolies.

La naissance d'un caillot de sang se produit en raison de dommages à l'endocarde. Il représente la couche interne tapissant le muscle cardiaque. Un film protéique se forme à sa surface, également appelée membrane fibreuse. Les plaquettes, la fibrine et les globules blancs s'y joignent progressivement. La taille du thrombus augmente, sa structure est desserrée et compactée par les sels. Si lui ou une partie de celui-ci se détache, alors cette violation est déjà une embole.

Les manifestations des conséquences désagréables d'un AVC cardio-embolique dépendent uniquement de l'emplacement de la lésion. Se déplaçant vers le cerveau, les emboles se déplacent dans la circulation sanguine, qui a déjà des changements pathologiques. Ils apparaissent dans les défauts de l'appareil valvulaire du cœur. Après avoir atteint l'objectif final, un caillot de sang obstrue une section distincte de la circulation sanguine.

Les embolies mobiles peuvent se déplacer dans les plus petites artères. Au lieu du blocage et de l'arrêt de la circulation sanguine, de nouveaux caillots sanguins se forment progressivement. Selon l'emplacement de la lésion, les symptômes correspondants.

Facteurs de risque

Un accident vasculaire cérébral ischémique d'origine cardio-embolique se produit en raison d'un blocage des artères cérébrales par des emboles. Ils commencent leur formation dans le cœur. Sous l'influence de facteurs négatifs, ils se détachent et, avec le flux sanguin, vont directement au cerveau. En conséquence, une carence en oxygène et en nutriments nécessaires au bon fonctionnement se produit dans les structures affectées. Par conséquent, la mort cellulaire se produit avec des dommages simultanés aux éléments du système nerveux.

Les violations suivantes peuvent provoquer l'apparition de caillots sanguins:

  • hypertension artérielle;
  • athérosclérose des vaisseaux sanguins;
  • diabète progressif;
  • forme chronique d'insuffisance cardiaque;
  • anévrisme cardiaque;
  • implants vasculaires.

Les personnes à risque sont celles qui abusent de l'alcool et de la fumée. La probabilité de développer un AVC augmente avec l'âge. Les personnes de plus de 65 ans, menant un mode de vie sédentaire, sont également sensibles à cette pathologie. Particulièrement souvent, un accident vasculaire cérébral d'étiologie cardio-embolique est détecté chez des patients souffrant de troubles cardiovasculaires..

Classification des sources cardiaques

Dans la pratique médicale moderne, jusqu'à 20 sources sont distinguées, conduisant au développement de la pathologie. Ils peuvent être divisés en 2 groupes conditionnels: provoqués par des perturbations du travail des cavités cardiaques et provoqués par des malformations valvulaires cardiaques.

Le premier comprend les troubles suivants:

  • infarctus aigu du myocarde;
  • fibrillation auriculaire d'étiologie constante et paroxystique (jusqu'à 60% des cas d'AVC cardio-embolique sont causés par cette cause);
  • cardiosclérose post-infarctus;
  • anévrismes cardiaques;
  • néoplasmes dans la cavité musculaire.

Le deuxième groupe comprend de tels problèmes:

  • sténose aortique;
  • la présence de valves artificielles;
  • prolapsus valvulaire mitral;
  • calcification.

Le plus grand danger est représenté par des sources de pathologie, provoquées par des violations dans le travail des cavités cardiaques. Ils se caractérisent par le développement d'un grand nombre de signaux microemboliques (MES), qui conduisent à un accident vasculaire cérébral. Ils dépendent de la structure et de la densité des emboles, et non de leur taille..

La fibrillation auriculaire, ou fibrillation auriculaire, est la cause la plus fréquente d'accident vasculaire cérébral ischémique d'origine cardioembolique. Avec cette pathologie, l'émergence d'un thrombus se produit le plus souvent dans l'oreillette droite. L'échocardiographie est utilisée pour identifier le problème..

Les variétés paroxystiques et persistantes d'arythmies ont les mêmes conséquences. Cependant, dans le premier cas, ils peuvent être plus dangereux pour le patient. Une attaque de la maladie commence soudainement. Après normalisation du rythme sinusal, le caillot sanguin formé peut se détacher et pénétrer dans le cerveau avec le flux sanguin.

Des complications sous forme d'AVC cardio-embolique peuvent survenir contre des anomalies valvulaires. Une étiologie similaire de la maladie est enregistrée chez 10% des patients.

Une autre cause d'AVC est l'implantation de valves artificielles. Un tel risque est possible dans 1 à 2% des cas. Si le biomatériau a été utilisé pendant la procédure prothétique, la probabilité de complications est beaucoup plus faible.

La présence d'une fenêtre ovale ouverte peut déclencher un accident vasculaire cérébral. Cependant, cette raison n'est pas courante et typique. Avec une grande fenêtre ovale, le risque de développer une pathologie augmente en proportion directe.

Selon les statistiques médicales, un infarctus aigu du myocarde dans 2% des cas entraîne un accident vasculaire cérébral. Cela est dû à l'utilisation d'anticoagulants pendant le traitement du trouble sous-jacent..

Diagnostique

Tout type d'AVC menace la vie du patient. Par conséquent, seulement après avoir confirmé le diagnostic et déterminé sa cause, les tactiques de traitement sont sélectionnées. À cette fin, le patient se voit prescrire un examen complet, qui comprend les mesures suivantes:

  • Échographie pour identifier les pathologies du muscle cardiaque;
  • Enregistrement ECG selon la méthode Holter (permet de déterminer la relation entre les coups de bélier et les crises d'angor);
  • IRM et TDM;
  • examen du cœur à l'aide d'une sonde à ultrasons transœsophagienne.

Une attention particulière est portée à l'histoire du patient, aux maladies cardiaques antérieures.

Le diagnostic d'un AVC cardio-embolique implique une comparaison avec 3 critères:

  1. la présence de lésions cardiaques avec une probabilité d'embolie;
  2. signes sans cause d'un trouble neurologique;
  3. embolie systémique suspectée.

La présence de 3 critères à la fois vous permet de confirmer un diagnostic préalable.

Symptômes d'AVC ischémique d'origine cardioembolique

Un AVC cardio-embolique se produit toujours soudainement. Ses manifestations dépendent de la localisation de la lésion, des paramètres de l'embolie et de son étiologie. Le plus souvent, un accident vasculaire cérébral survient dans le bassin de l'artère cérébrale moyenne.

Les signes cliniques surviennent dans les 5 minutes suivant le début de l'attaque et se caractérisent par:

  • altération de la conscience;
  • convulsions convulsives;
  • paralysie;
  • troubles de la parole;
  • déficience visuelle.

Avec la défaite des départements de l'hémisphère droit, une personne perd son orientation dans l'espace. Il a des problèmes de perception des couleurs, le fond psycho-émotionnel s'aggrave. Dans le cas de la mort de neurones dans l'hémisphère gauche du cerveau, un dysfonctionnement de la parole se développe. La mémoire souffre, le patient ne peut pas se souvenir des noms d'objets de l'environnement.

Les symptômes énumérés constituent une menace pour la vie humaine. Seules des mesures thérapeutiques opportunes peuvent minimiser le risque de complications. Par conséquent, avec le début de l'attaque, vous devez immédiatement appeler l'équipe de travailleurs médicaux.

Traitement

La thérapie de l'AVC implique une approche intégrée. Sa base est les médicaments antithrombotiques. Avec leur aide, il est possible d'influencer le lien pathogénétique principal. Ces médicaments sont également utilisés en prévention secondaire afin de réduire les conséquences de la pathologie..

La prise de médicaments spécifiques n'est qu'une petite partie de la thérapie. Les médecins recommandent à tous les patients atteints de CEI de revoir radicalement leur mode de vie, de suivre un régime avec une quantité réduite de sel.

La base de la thérapie pour CEI est les médicaments suivants:

  1. Immédiatement après l'attaque, des médicaments à effets thrombolytiques sont administrés.
  2. Reopoliglyukin - une solution pour améliorer la circulation sanguine.
  3. Médicaments pour normaliser la pression artérielle.
  4. Neuroprotecteurs qui aident à améliorer l'état des éléments nerveux.

Avec un alitement prolongé, il est obligatoire de prendre des médicaments antibactériens pour prévenir les processus infectieux dans les poumons et les reins.

Une telle thérapie implique l'utilisation d'anticoagulants sous forme de comprimés. La préférence est donnée à la warfarine. Un traitement à long terme est prescrit aux patients souffrant d'arythmie, de cardiopathie rhumatismale. En cas d'infarctus du myocarde, sa durée peut aller jusqu'à 6 mois.

Si les anticoagulants sont intolérants ou si des effets secondaires se produisent, leur administration s'arrête. Si le CEI s'accompagne d'une pression élevée, la nomination de médicaments antihypertenseurs est obligatoire.

Tout au long du traitement antithrombotique, les patients diabétiques doivent être testés pour le sucre, surveiller le métabolisme lipidique.

De plus, l'aide de neuroprotecteurs peut être nécessaire. Ils ont un impact sur la base pathogénique de l'AVC et à différents stades de son développement. À cette fin, la citicoline est le plus souvent prescrite..

La durée de la période de récupération est déterminée par la gravité de l'AVC, la localisation de la lésion et la gravité des symptômes. Le cours de réadaptation standard est de 6 mois à 4 ans. Pendant cette période, non seulement des médicaments spécifiques sont prescrits, mais également des massages thérapeutiques, une gymnastique spéciale.

Pour normaliser la motricité fine, ils ont recours à la kinésiothérapie. Un effet thérapeutique positif donne un séjour spa.

Prévoir

La mort des cellules cérébrales les plus importantes est une pathologie complexe. Elle s'accompagne toujours de manifestations cliniques vives, à la suite desquelles le patient se voit attribuer un groupe d'incapacité. Le pronostic de l'ECI dépend de la zone de la lésion et de la présence d'autres problèmes de santé. Dans la plupart des cas, c'est décevant.

Sous réserve d'une aide médicale en temps opportun, une amélioration spectaculaire de l'état se produit dans les 10 jours après le début du traitement. Au cours de l'année suivante, la survie est observée dans 80% des cas.

La perturbation de la circulation cérébrale est une pathologie grave, conduisant à l'apparition de conditions dangereuses pour la santé et la vie. Le développement d'un accident vasculaire cérébral ischémique de nature cardio-embolique est associé à des maladies de divers systèmes d'organes, y compris les vaisseaux sanguins et le cœur. L'absence de mesures préventives pour prévenir la pathologie, le non-respect des recommandations du médecin, le refus d'examens médicaux réguliers et la prise de médicaments prescrits peuvent provoquer des caillots sanguins, des artères obstruées et des capillaires du cerveau.

Qu'est-ce qu'un AVC cardio-embolique?

La pathologie appartient à la catégorie des AVC ischémiques, provoque des troubles circulatoires aigus du cerveau, une hypoxie, des dommages et la mort des neurones. La maladie survient lorsque les vaisseaux de la tête sont bloqués par un thrombus ou un autre caillot (embole) qui s'est formé dans le cœur. Il est noté dans 40% des cas parmi tous les AVC. Les conséquences possibles de la pathologie comprennent une paralysie partielle ou complète, des convulsions et d'autres troubles des fonctions cérébrales. Un AVC cardioembolique dans 50% des cas entraîne une invalidité, des changements irréversibles des structures neuronales, la mort.

Mécanisme d'occurrence

Sous l'influence d'un certain nombre de facteurs (ralentissement du processus de circulation sanguine, rétrécissement du lit vasculaire), des lésions endocardiques se produisent. Au site de la violation, une fine membrane fibreuse se forme. Les plaquettes, les globules blancs, la fibrine y adhèrent. Des thrombus lâches ou denses se forment dans le cœur en raison des sels de calcium. Un embole peut être formé, consistant en un morceau détaché d'un caillot de sang, des plaques calcifiées athérosclérotiques, des particules de graisse, des cellules tumorales.

Ensuite, le thrombus est transféré à travers les vaisseaux vers le cerveau, qui est souvent favorisé par des malformations cardiaques, l'aorte et l'intégrité du septum et des valves. En conséquence, l'artère cérébrale ou capillaire est obstruée. Une partie du cerveau est gravement déficiente en oxygène et en nutriments. L'hypoxie, la mort des neurones, les dommages et la déconnexion des zones touchées commencent, ce qui affecte les fonctions cognitives, le travail des sens, l'activité motrice.

Raisons principales

Un AVC ischémique cardio-embolique survient dans les maladies du système cardiovasculaire. Les principales raisons du blocage des vaisseaux cérébraux dans les caillots sanguins comprennent les facteurs suivants:

  • thrombose accrue;
  • infarctus du myocarde, la présence d'un thrombus pariétal à l'intérieur du cœur;
  • défauts du septum entre les ventricules ou les oreillettes;
  • anomalies valvulaires cardiaques (sténose, calcification, fermeture incomplète des valves, prolapsus, modifications après un traumatisme, chirurgie);
  • turbulence dans l'oreillette;
  • anévrisme (stratification) de la paroi entre les oreillettes;
  • la présence d'un trou ovale envahi dans le cœur;
  • tachycardie d'origine inconnue;
  • endocardite (inflammation de la muqueuse interne du cœur) de nature rhumatoïde;
  • fibrillation auriculaire;
  • cardiomyopathie (changement pathologique dans la structure et le travail du myocarde);
  • akinésie (manque d'activité) du ventricule;
  • insuffisance cardiaque aiguë;
  • tumeurs cardiaques (myxome des oreillettes);
  • blessure cardiaque meurtrie.

Les facteurs de risque sont identifiés qui augmentent la probabilité de développer un accident vasculaire cérébral embolique. Il s'agit notamment des éléments suivants:

  • la présence d'une valve artificielle dans le cœur;
  • endocardite bactérienne;
  • hypertension;
  • Diabète;
  • l'athérosclérose;
  • Insuffisance cardiaque chronique;
  • âge avancé à partir de 60 ans.

Symptômes

Un AVC ischémique d'origine cardio-embolique a une évolution latente et une apparition soudaine, dans les 5 minutes. La pathologie peut être identifiée par les signes suivants:

  • étourdissements, maux de tête;
  • nausées Vomissements;
  • perte de conscience;
  • crampes musculaires dans les bras et les jambes;
  • paralysie de l'un des côtés du corps;
  • grave asymétrie du visage;
  • hémiparésie (affaiblissement des muscles d'un côté du corps);
  • troubles de la vision, déglutition, mémoire;
  • troubles de la parole;
  • violation de l'orientation dans l'espace, perception des couleurs;
  • sautes d'humeur aiguës;
  • restauration rapide de l'état lorsque le caillot sanguin se déplace à travers les vaisseaux;
  • enrouement.

Diagnostique

Pour identifier les processus de formation de thrombus, les changements microemboliques, le médecin prescrit un test sanguin pour vérifier le niveau de fibrinogène, de thromboglobuline, de fibrine D-dimère et du quatrième facteur de coagulation dans le sang. Le diagnostic d'un accident vasculaire cérébral de type cardio-embolique est réalisé à l'aide d'un équipement spécialisé. Les méthodes suivantes sont utilisées pour établir un diagnostic précis:

  • Échographie - aide à obtenir des informations sur les lésions athérosclérotiques de l'aorte.
  • ECG - utilisé pour déterminer si des arythmies sont présentes.
  • Échocardiographie transthoracique, transœsophagienne et transœsophagienne standard - corrige les violations dans l'oreillette gauche.
  • La surveillance Holter - réalisée pendant la journée, vous permet de détecter les changements à court terme des rythmes cardiaques, est prescrite pour une embolie cardiogénique suspectée.
  • IRM et TDM - révèlent la localisation, la taille des lésions dans le cerveau, les changements thromboemboliques dans d'autres organes.

Lors de l'examen des vaisseaux cérébraux pour la présence de caillots sanguins, d'emboles, il est nécessaire de prendre en compte les facteurs qui compliquent le diagnostic, la recherche de sources de pathologie. Il s'agit notamment des caractéristiques suivantes de l'AVC embolique:

  • la nature cachée de l'évolution de la maladie;
  • évolution prolongée de la maladie avec des attaques répétées des vaisseaux cérébraux avec de petites emboles, le risque de développer un infarctus cérébral à l'avenir;
  • une variété d'emboles de composition qualitative;
  • violation du pool des artères moyennes carotides internes et cérébrales.

Traitement

La thérapie d'un accident vasculaire cérébral d'origine cardio-embolique est réalisée de manière globale, dans un hôpital. Les premiers soins visent à éliminer un caillot de sang avec des anticoagulants. Il est nécessaire d'éliminer l'œdème, de rétablir la circulation sanguine dans le cerveau, d'éliminer les perturbations du rythme cardiaque, de protéger les cellules nerveuses des conséquences négatives. Dans les cas graves, l'utilisation de substituts sanguins est requise..

L'utilisation de la pharmacothérapie comprend la nomination des médicaments suivants:

  • les anticoagulants et les agents antiplaquettaires (warfarine, phéniline, cardiomagnyl, ThromboASS), qui réduisent la viscosité du sang;
  • Reopoliglyukin, normalisant la circulation sanguine, fluidifiant le sang;
  • composés fibrinolytiques dans les 6 premières heures suivant le début d'un AVC;
  • médicaments antihypertenseurs en présence d'hypertension;
  • préparations pour vasodilatation;
  • les antibiotiques en tant que mesure préventive visant à prévenir le développement de la pneumonie et des reins en cas d'alitement prolongé;
  • neuroprotecteurs (Citicoline), restauration des neurones endommagés, renforcement des cellules nerveuses saines.

Dans le traitement de la pathologie cardio-embolique, les médecins cherchent à prévenir et à prévenir les attaques répétées de la maladie. À cette fin, le traitement est basé sur les principes suivants:

  • Pendant la thérapie, la récupération et après la sortie, le patient doit suivre un régime qui implique une diminution du régime des aliments gras et salés, des épices épicées et des assaisonnements.
  • Il est nécessaire de surveiller régulièrement la viscosité du sang à l'aide d'un coagulogramme, de prendre constamment des anticoagulants, d'ajuster la posologie avant la chirurgie.
  • Il est nécessaire de surveiller en permanence le niveau de sucre et de cholestérol dans le sang, en prenant des mesures pour le normaliser..
  • Le patient doit recevoir un complexe de médicaments de soutien, composé de statines, de vitamines.
  • En présence d'arythmies, des médicaments contenant du potassium et du magnésium sont prescrits pour son traitement - Panangin, Asparkam, Anaprilin, une condition est stabilisée dans laquelle la fréquence cardiaque est de 60 à 90 battements par minute.
  • Des procédures physiothérapeutiques sont recommandées pour que le patient accélère la récupération - massage, kinésiothérapie (exercices pour le développement de la motricité fine des membres), bains thérapeutiques, exercices physiques spéciaux.
  • Pendant la période de récupération, le médecin peut prescrire individuellement des antidépresseurs, des somnifères, des sédatifs, des nootropiques.

Une attention particulière doit être accordée à l'état du corps en présence de diabète sucré, d'hypertension, de thrombose, de fragilité des vaisseaux sanguins, des varices, après un infarctus du myocarde. Le médecin prescrit l'utilisation à long terme ou à vie d'un certain nombre de médicaments (anticoagulants, baisse du cholestérol). L'automédication sans avis médical préalable est interdite. Le traitement de l'AVC et de ses conséquences n'est pas autorisé avec les méthodes alternatives de médecine traditionnelle..

Prévoir

La probabilité de survivre à un accident vasculaire cérébral ischémique de type cardio-embolique est liée à l’état du système cardiovasculaire de la victime, à l’âge du patient et à la présence de maladies concomitantes. Avec la fourniture en temps opportun des premiers soins, la restauration rapide du fonctionnement de l'activité cardiaque et respiratoire, un nouveau pronostic est considéré comme favorable. En moyenne, environ 50% des patients survivent au cours de l'année après une attaque de la maladie.

Avec de graves lésions cérébrales, une altération de la conscience plus de 3 jours après un accident vasculaire cérébral, les médecins disent un pronostic défavorable. Cela est souvent caractéristique des patients de plus de 70 ans présentant des pathologies cardiovasculaires et d'autres systèmes organiques. Le respect des recommandations du médecin, des examens médicaux réguliers, la prise de médicaments prescrits augmentent l'espérance de vie, améliorent sa qualité.

Vidéo

Trouvé une erreur dans le texte?
Sélectionnez-le, appuyez sur Ctrl + Entrée et nous le corrigerons!

Comment traite-t-on les AVC cardio-emboliques et les causes de la maladie?

L'AVC cardio-embolique est un type de perturbation circulatoire aiguë dans le cerveau qui survient à la suite d'artères obstruées avec un caillot de sang détaché pendant une maladie cardiaque. Cette condition est autrement appelée infarctus cérébral. Le groupe à risque comprend les personnes âgées qui ont une maladie cardiaque (antécédents d'infarctus du myocarde, d'arythmies, d'insuffisance cardiaque). Avec une aide prématurée, un accident vasculaire cérébral peut entraîner la mort et des complications (paralysie, coma, œdème cérébral, démence vasculaire).

Raisons et mécanisme de développement

Les facteurs de risque de développer un AVC embolique sont:

  1. Maladies aiguës et chroniques (infarctus du muscle cardiaque, sténose valvulaire mitrale, endocardite, calcification, cardiomyopathie, tumeurs cardiaques, anévrisme, rhumatisme).
  2. Défaut de septa dans la zone cardiaque.
  3. Tendance à la thrombose.
  4. Augmentation de la coagulation sanguine.
  5. La pression artérielle saute. Plus souvent, l'AVC se développe chez les personnes souffrant d'hypertension artérielle..
  6. Ralentir la circulation sanguine.
  7. Maladies du sang.
  8. Fumeur.
  9. La présence du diabète.
  10. Maladies auto-immunes accompagnées de lésions vasculaires.

Les troubles suivants jouent un rôle dans le développement de la pathologie:

  • la formation de caillots sanguins;
  • dommages à l'endothélium vasculaire (paroi interne des vaisseaux);
  • instabilité du thrombus;
  • dysfonction myocardique.

L'embole lui-même est un fragment détaché d'un caillot sanguin ou d'un caillot entier qui a pénétré dans la circulation sanguine et obstrué les vaisseaux cérébraux (artères cérébrales, basilaires et carotides du cerveau). Initialement, lors d'un AVC cardio-embolique, un caillot sanguin se forme dans la cavité cardiaque.

Dans le contexte de dommages à la paroi vasculaire (souvent observés avec l'athérosclérose), la fibrine est déposée, formant un film. Les plaquettes et les globules blancs s'y installent. Un caillot se forme, qui se condense progressivement. Avec une forte augmentation du flux sanguin ou une cohésion insuffisante du caillot avec l'endothélium, les thrombus peuvent se détacher et être emportés dans le cerveau le long d'un grand cercle de circulation sanguine. L'AVC se développe avec une diminution de la clairance artérielle de 70% ou plus.

Signes et symptômes

Les manifestations les plus courantes de l'AVC cardio-embolique ischémique sont:

  1. Paralysie et parésie des membres supérieurs et (ou) inférieurs. La paralysie est l'absence totale de mouvement. Avec un accident vasculaire cérébral, le travail des membres du côté opposé à la zone de lésions cérébrales est le plus souvent perturbé. L'hémiparésie est possible (diminution de l'amplitude des mouvements des bras et des jambes sur un côté) ou monoparésie.
  2. Diminution de la sensibilité ou de sa perte complète.
  3. Aphasie (troubles de la prononciation ou manque de compréhension de la parole).
  4. Diplopie (double vision dans les yeux).
  5. Déficience visuelle.
  6. Hallucinations. Le plus souvent, ils sont visuels. Une personne peut rêver d'images et d'objets qui n'existent pas vraiment.
  7. Photopsies (clignote devant les yeux).
  8. Manque de coordination et d'orientation dans l'espace.
  9. Difficulté à manger. Manifesté par l'étouffement.
  10. Signes cérébraux (nausées, vomissements, maux de tête).
  11. Dysfonctionnement de la mémoire. Avec un AVC, l'amnésie est possible.
  12. Asymétrie du visage. La raison en est la parésie des muscles faciaux. Avec un AVC cardio-embolique, l'abaissement du coin de la bouche d'un côté et la douceur du pli nasolabial sont possibles.
  13. Vertiges.
  14. Difficulté à avaler de la nourriture.
  15. Hoquet.
  16. Enrouement.
  17. Apraxie. Les personnes malades ne peuvent pas effectuer d'actions dans la séquence souhaitée.
  18. Aprosody (violation de la mise en œuvre de la phonétique dans le langage familier).
  19. Anosognosie (incapacité à percevoir une maladie existante).
  20. Troubles émotionnels (peur, dépression, anxiété).

Le diagnostic de la maladie sur la base des seuls symptômes n'est pas possible. Des études de laboratoire (tests cliniques généraux, profil lipidique, test biochimique, coagulogramme) et instrumentales (TDM, IRM, angiographie, dopplerographie, électroencéphalographie) sont nécessaires. Un diagnostic différentiel est établi avec l'encéphalite virale et bactérienne, les attaques ischémiques transitoires, les tumeurs et les traumatismes crâniens..

Traitement

La thérapie combinée de l'AVC cardio-embolique comprend:

  1. L'utilisation de médicaments. La base du traitement est l'utilisation d'agents antiplaquettaires, d'anticoagulants et d'antifibrinolytiques. L'héparine de bas poids moléculaire, le clopidogrel et la streptokinase sont utilisés. En cas d'accident vasculaire cérébral aigu, des neuroprotecteurs sont indiqués (Semax, Cerebrolysin, Mildronate, Mexidol, Piracetam, Glycine, Pentoxifylline, Cavinton). Ils peuvent améliorer les processus métaboliques et la microcirculation. Les nootropiques aident à normaliser les fonctions mentales supérieures. Peut-être l'utilisation de médicaments cardiaques (bêtabloquants, antagonistes du calcium).
  2. Normalisation de la pression.
  3. La lutte contre l'œdème cérébral.
  4. Oxygénothérapie.
  5. Intervention chirurgicale.

Pendant la période de réadaptation, il est conseillé aux patients de suivre un régime (inclure des produits anticoagulants dans le menu, refuser les aliments gras et frits), faire de la gymnastique et aller en physiothérapie. Un bon effet pour un AVC est donné par le massage, la mécanothérapie et la stimulation électrique. En cas de troubles de l'élocution, les cours avec un orthophoniste sont efficaces. Le pronostic de l'AVC cardio-embolique est relativement mauvais. Il s'améliore avec la pharmacothérapie au cours des 3 à 6 premières heures. La mortalité est d'environ 20%.

Accident vasculaire cérébral cardio-embolique - mécanisme d'apparition, symptômes, diagnostic, traitement et conséquences

La perturbation de la circulation cérébrale est une pathologie grave, conduisant à l'apparition de conditions dangereuses pour la santé et la vie. Le développement d'un accident vasculaire cérébral ischémique de nature cardio-embolique est associé à des maladies de divers systèmes d'organes, y compris les vaisseaux sanguins et le cœur. L'absence de mesures préventives pour prévenir la pathologie, le non-respect des recommandations du médecin, le refus d'examens médicaux réguliers et la prise de médicaments prescrits peuvent provoquer des caillots sanguins, des artères obstruées et des capillaires du cerveau.

Qu'est-ce qu'un AVC cardio-embolique?

La pathologie appartient à la catégorie des AVC ischémiques, provoque des troubles circulatoires aigus du cerveau, une hypoxie, des dommages et la mort des neurones. La maladie survient lorsque les vaisseaux de la tête sont bloqués par un thrombus ou un autre caillot (embole) qui s'est formé dans le cœur. Il est noté dans 40% des cas parmi tous les AVC. Les conséquences possibles de la pathologie comprennent une paralysie partielle ou complète, des convulsions et d'autres troubles des fonctions cérébrales. Un AVC cardioembolique dans 50% des cas entraîne une invalidité, des changements irréversibles des structures neuronales, la mort.

Mécanisme d'occurrence

Sous l'influence d'un certain nombre de facteurs (ralentissement du processus de circulation sanguine, rétrécissement du lit vasculaire), des lésions endocardiques se produisent. Au site de la violation, une fine membrane fibreuse se forme. Les plaquettes, les globules blancs, la fibrine y adhèrent. Des thrombus lâches ou denses se forment dans le cœur en raison des sels de calcium. Un embole peut être formé, consistant en un morceau détaché d'un caillot de sang, des plaques calcifiées athérosclérotiques, des particules de graisse, des cellules tumorales.

Ensuite, le thrombus est transféré à travers les vaisseaux vers le cerveau, qui est souvent favorisé par des malformations cardiaques, l'aorte et l'intégrité du septum et des valves. En conséquence, l'artère cérébrale ou capillaire est obstruée. Une partie du cerveau est gravement déficiente en oxygène et en nutriments. L'hypoxie, la mort des neurones, les dommages et la déconnexion des zones touchées commencent, ce qui affecte les fonctions cognitives, le travail des sens, l'activité motrice.

Raisons principales

Un AVC ischémique cardio-embolique survient dans les maladies du système cardiovasculaire. Les principales raisons du blocage des vaisseaux cérébraux dans les caillots sanguins comprennent les facteurs suivants:

  • thrombose accrue;
  • infarctus du myocarde, la présence d'un thrombus pariétal à l'intérieur du cœur;
  • défauts du septum entre les ventricules ou les oreillettes;
  • anomalies valvulaires cardiaques (sténose, calcification, fermeture incomplète des valves, prolapsus, modifications après un traumatisme, chirurgie);
  • turbulence dans l'oreillette;
  • anévrisme (stratification) de la paroi entre les oreillettes;
  • la présence d'un trou ovale envahi dans le cœur;
  • tachycardie d'origine inconnue;
  • endocardite (inflammation de la muqueuse interne du cœur) de nature rhumatoïde;
  • fibrillation auriculaire;
  • cardiomyopathie (changement pathologique dans la structure et le travail du myocarde);
  • akinésie (manque d'activité) du ventricule;
  • insuffisance cardiaque aiguë;
  • tumeurs cardiaques (myxome des oreillettes);
  • blessure cardiaque meurtrie.

Les facteurs de risque sont identifiés qui augmentent la probabilité de développer un accident vasculaire cérébral embolique. Il s'agit notamment des éléments suivants:

  • la présence d'une valve artificielle dans le cœur;
  • endocardite bactérienne;
  • hypertension;
  • Diabète;
  • l'athérosclérose;
  • Insuffisance cardiaque chronique;
  • âge avancé à partir de 60 ans.

Symptômes

Un AVC ischémique d'origine cardio-embolique a une évolution latente et une apparition soudaine, dans les 5 minutes. La pathologie peut être identifiée par les signes suivants:

  • étourdissements, maux de tête;
  • nausées Vomissements;
  • perte de conscience;
  • crampes musculaires dans les bras et les jambes;
  • paralysie de l'un des côtés du corps;
  • grave asymétrie du visage;
  • hémiparésie (affaiblissement des muscles d'un côté du corps);
  • troubles de la vision, déglutition, mémoire;
  • troubles de la parole;
  • violation de l'orientation dans l'espace, perception des couleurs;
  • sautes d'humeur aiguës;
  • restauration rapide de l'état lorsque le caillot sanguin se déplace à travers les vaisseaux;
  • enrouement.

Diagnostique

Pour identifier les processus de formation de thrombus, les changements microemboliques, le médecin prescrit un test sanguin pour vérifier le niveau de fibrinogène, de thromboglobuline, de fibrine D-dimère et du quatrième facteur de coagulation dans le sang. Le diagnostic d'un accident vasculaire cérébral de type cardio-embolique est réalisé à l'aide d'un équipement spécialisé. Les méthodes suivantes sont utilisées pour établir un diagnostic précis:

  • Échographie - aide à obtenir des informations sur les lésions athérosclérotiques de l'aorte.
  • ECG - utilisé pour déterminer si des arythmies sont présentes.
  • Échocardiographie transthoracique, transœsophagienne et transœsophagienne standard - corrige les violations dans l'oreillette gauche.
  • La surveillance Holter - réalisée pendant la journée, vous permet de détecter les changements à court terme des rythmes cardiaques, est prescrite pour une embolie cardiogénique suspectée.
  • IRM et TDM - révèlent la localisation, la taille des lésions dans le cerveau, les changements thromboemboliques dans d'autres organes.

Lors de l'examen des vaisseaux cérébraux pour la présence de caillots sanguins, d'emboles, il est nécessaire de prendre en compte les facteurs qui compliquent le diagnostic, la recherche de sources de pathologie. Il s'agit notamment des caractéristiques suivantes de l'AVC embolique:

  • la nature cachée de l'évolution de la maladie;
  • évolution prolongée de la maladie avec des attaques répétées des vaisseaux cérébraux avec de petites emboles, le risque de développer un infarctus cérébral à l'avenir;
  • une variété d'emboles de composition qualitative;
  • violation du pool des artères moyennes carotides internes et cérébrales.

Traitement

La thérapie d'un accident vasculaire cérébral d'origine cardio-embolique est réalisée de manière globale, dans un hôpital. Les premiers soins visent à éliminer un caillot de sang avec des anticoagulants. Il est nécessaire d'éliminer l'œdème, de rétablir la circulation sanguine dans le cerveau, d'éliminer les perturbations du rythme cardiaque, de protéger les cellules nerveuses des conséquences négatives. Dans les cas graves, l'utilisation de substituts sanguins est requise..

L'utilisation de la pharmacothérapie comprend la nomination des médicaments suivants:

  • les anticoagulants et les agents antiplaquettaires (warfarine, phéniline, cardiomagnyl, ThromboASS), qui réduisent la viscosité du sang;
  • Reopoliglyukin, normalisant la circulation sanguine, fluidifiant le sang;
  • composés fibrinolytiques dans les 6 premières heures suivant le début d'un AVC;
  • médicaments antihypertenseurs en présence d'hypertension;
  • préparations pour vasodilatation;
  • les antibiotiques en tant que mesure préventive visant à prévenir le développement de la pneumonie et des reins en cas d'alitement prolongé;
  • neuroprotecteurs (Citicoline), restauration des neurones endommagés, renforcement des cellules nerveuses saines.

Dans le traitement de la pathologie cardio-embolique, les médecins cherchent à prévenir et à prévenir les attaques répétées de la maladie. À cette fin, le traitement est basé sur les principes suivants:

  • Pendant la thérapie, la récupération et après la sortie, le patient doit suivre un régime qui implique une diminution du régime des aliments gras et salés, des épices épicées et des assaisonnements.
  • Il est nécessaire de surveiller régulièrement la viscosité du sang à l'aide d'un coagulogramme, de prendre constamment des anticoagulants, d'ajuster la posologie avant la chirurgie.
  • Il est nécessaire de surveiller en permanence le niveau de sucre et de cholestérol dans le sang, en prenant des mesures pour le normaliser..
  • Le patient doit recevoir un complexe de médicaments de soutien, composé de statines, de vitamines.
  • En présence d'arythmies, des médicaments contenant du potassium et du magnésium sont prescrits pour son traitement - Panangin, Asparkam, Anaprilin, une condition est stabilisée dans laquelle la fréquence cardiaque est de 60 à 90 battements par minute.
  • Des procédures physiothérapeutiques sont recommandées pour que le patient accélère la récupération - massage, kinésiothérapie (exercices pour le développement de la motricité fine des membres), bains thérapeutiques, exercices physiques spéciaux.
  • Pendant la période de récupération, le médecin peut prescrire individuellement des antidépresseurs, des somnifères, des sédatifs, des nootropiques.

Une attention particulière doit être accordée à l'état du corps en présence de diabète sucré, d'hypertension, de thrombose, de fragilité des vaisseaux sanguins, des varices, après un infarctus du myocarde. Le médecin prescrit l'utilisation à long terme ou à vie d'un certain nombre de médicaments (anticoagulants, baisse du cholestérol). L'automédication sans avis médical préalable est interdite. Le traitement de l'AVC et de ses conséquences n'est pas autorisé avec les méthodes alternatives de médecine traditionnelle..

Prévoir

La probabilité de survivre à un accident vasculaire cérébral ischémique de type cardio-embolique est liée à l’état du système cardiovasculaire de la victime, à l’âge du patient et à la présence de maladies concomitantes. Avec la fourniture en temps opportun des premiers soins, la restauration rapide du fonctionnement de l'activité cardiaque et respiratoire, un nouveau pronostic est considéré comme favorable. En moyenne, environ 50% des patients survivent au cours de l'année après une attaque de la maladie.

Avec de graves lésions cérébrales, une altération de la conscience plus de 3 jours après un accident vasculaire cérébral, les médecins disent un pronostic défavorable. Cela est souvent caractéristique des patients de plus de 70 ans présentant des pathologies cardiovasculaires et d'autres systèmes organiques. Le respect des recommandations du médecin, des examens médicaux réguliers, la prise de médicaments prescrits augmentent l'espérance de vie, améliorent sa qualité.

Vidéo

Trouvé une erreur dans le texte?
Sélectionnez-le, appuyez sur Ctrl + Entrée et nous le corrigerons!

Infarctus cérébral - qu'est-ce que c'est et comment est-il dangereux, comment l'identifier et le guérir en peu de temps

Le cerveau humain est un organe vraiment unique. Tous les processus de la vie sont contrôlés par lui..

Mais, malheureusement, le cerveau est très vulnérable à toutes sortes de dommages et même des changements apparemment insignifiants dans son travail peuvent entraîner des conséquences graves et irréversibles..

Parlons de l'infarctus cérébral - qu'est-ce que c'est et comment se manifeste l'AVC ischémique.

La description

Le cerveau humain est constitué de tissus très spécifiques, qui ont un besoin constant d'une grande quantité d'oxygène, dont le manque provoque des changements négatifs.

Un infarctus cérébral (ou accident vasculaire cérébral ischémique) est appelé lésions ischémiques des zones de la substance cérébrale, qui surviennent par la suite des troubles circulatoires. Il y a aussi l'infarctus cérébral hémorragique, mais nous en parlerons dans un autre article.

Prévalence

L'infarctus cérébral ischémique est l'une des maladies les plus courantes au monde. A 40 ans, c'est rare, en moyenne pour 100 personnes ça arrive 4 fois. Après 40 ans, ce chiffre augmente considérablement et représente déjà 15% de la population.

Les personnes qui ont franchi la cinquième douzaine de plus souffrent souvent des conséquences de cette maladie - 30%. Après 60 ans, l'infarctus cérébral survient chez 50% des personnes.

Classification et différences

Selon les raisons qui ont entraîné un infarctus cérébral, il est de coutume pour les spécialistes de distinguer plusieurs de ses formes:

  • Athérothrombotique;
  • Cardioembolique;
  • Hémodynamique;
  • Lacunar;
  • Hémorhéologique.

Considérez chacune des variétés.

Athérothrombotique

La forme athérothrombotique de l'AVC ischémique se développe avec l'athérosclérose des artères cérébrales grandes ou moyennes.

Cette forme d'infarctus cérébral se caractérise par un développement progressif. La symptomatologie de la maladie augmente lentement mais sûrement. À partir du moment où la maladie se développe jusqu'à l'apparition de symptômes prononcés, plusieurs jours peuvent s'écouler.

Cardioembolique

Cette forme d'AVC survient dans un contexte de blocage partiel ou complet des thrombus artériels. Souvent, cette situation se produit avec un certain nombre de lésions cardiaques qui se produisent lorsque des caillots sanguins pariétaux se forment dans la cavité cardiaque.

Contrairement à la forme précédente, l'infarctus cérébral causé par la thrombose de l'artère cérébrale se produit de manière inattendue lorsque le patient est éveillé.

La zone de lésion la plus typique de ce type de maladie est la zone d'approvisionnement en sang de l'artère moyenne.

Hémodynamique

Cela se produit dans le contexte d'une forte diminution de la pression ou à la suite d'une diminution soudaine du volume infime des cavités cardiaques. Un accident vasculaire cérébral hémodynamique peut commencer de façon abrupte et progressive.

Lacunar

Elle survient sous la condition de lésions des artères perforantes moyennes. On pense qu'un AVC lacunaire survient souvent lorsque le patient a une pression artérielle élevée.

Les lésions sont localisées principalement dans les structures sous-corticales du cerveau.

Hémorhéologique

Cette forme d'AVC se développe dans le contexte de changements dans la coagulation sanguine normale.

Selon la gravité de l'état du patient, l'AVC est classé en trois degrés:

Les crises cardiaques sont également divisées en classification en fonction de la zone de localisation de la zone touchée. Le patient peut avoir des dommages:

  • dans la zone de la face interne de l'artère carotide;
  • dans l'artère principale, ainsi que chez divers vertébrés et leurs branches sortantes;
  • dans la zone des artères du cerveau: avant, milieu ou arrière.

Étapes

La médecine officielle distingue 4 stades de l'évolution de la maladie.

La première étape est l'évolution aiguë de la maladie. La phase aiguë d'un AVC dure trois semaines à partir du moment de l'AVC. De nouveaux changements nécrotiques dans le cerveau se forment les cinq premiers jours après une attaque.

La première étape est la plus aiguë de toutes les existantes. Pendant cette période, le cytoplasme et le caryoplasma sont ridés, des symptômes de gonflement périfocal sont notés.

La deuxième étape est la période de récupération précoce. La durée de cette phase peut aller jusqu'à six mois, au cours desquels se produisent des changements de pannicose dans les cellules..

Il existe souvent un processus récurrent de déficience neurologique. Près du site de localisation du foyer affecté, la circulation sanguine commence à s'améliorer.

La troisième étape est la période de récupération tardive. Elle dure de six mois à un an après un infarctus cérébral. Pendant ce temps, des cicatrices gliales ou divers défauts kystiques se développent dans le cerveau du patient.

La quatrième étape est la période de manifestations résiduelles d'une crise cardiaque. Il commence 12 mois après l'AVC et peut se poursuivre jusqu'à la fin de la vie du patient.

Les causes

En fait, les raisons pour lesquelles telle ou telle forme d'infarctus cérébral se développent sont plus probablement les conséquences de diverses conditions pathologiques du corps humain.

Mais parmi les principales causes d'accident vasculaire cérébral figurent:

  • changements athérosclérotiques;
  • la présence de thrombose dans les veines;
  • hypotension systématique;
  • maladie de l'artérite temporale;
  • dommages aux grandes artères intracrâniennes (maladie de Moya-Moya);
  • encéphalopathie sous-corticale chronique.

Le tabagisme provoque une thrombose, donc une mauvaise habitude doit être oubliée si vous soupçonnez un problème de santé.

La prise de contraceptifs hormonaux augmente également légèrement le risque d'infarctus cérébral..

Regardez la vidéo qui parle des principales causes de la maladie:

Danger et conséquences

La maladie est extrêmement dangereuse. Dans 40% des cas, il est mortel dans les premières heures après une attaque. Cependant, avec des premiers soins en temps opportun, le patient est capable non seulement de survivre, mais aussi de mener ensuite une vie normale.

Les conséquences d'un infarctus cérébral peuvent être très différentes, allant de l'engourdissement des membres, se terminant par une paralysie complète et même la mort.

Ici, nous parlerons de toutes les étapes de la réadaptation des patients qui ont subi un infarctus du myocarde..

Qu'ils donnent ou non un groupe d'invalidité pour l'infarctus du myocarde, vous apprendrez séparément.

Symptômes et signes

Dans l'immense majorité des cas, un accident vasculaire cérébral se fait immédiatement sentir: une personne commence soudainement des maux de tête insupportables, qui affectent le plus souvent un seul côté, la peau du visage lors d'une attaque acquiert une teinte rouge prononcée, des convulsions et des vomissements commencent, la respiration devient rauque.

Il est à noter que les convulsions affectent le même côté du corps que l'accident vasculaire cérébral a frappé le côté du cerveau. Autrement dit, si l'emplacement de la lésion est sur le côté droit, les crampes seront plus prononcées sur le côté droit du corps et vice versa.

Cependant, il y a des cas où l'attaque en tant que telle est complètement absente, et seulement après un certain temps après l'AVC, dont le patient pourrait ne pas avoir soupçonné, un engourdissement des joues ou des mains (l'une ou l'autre) se fait sentir, la qualité de la parole change, l'acuité visuelle diminue.

Ensuite, la personne commence à se plaindre de faiblesse musculaire, de nausées, de migraines. Dans ce cas, un accident vasculaire cérébral peut être suspecté en présence d'un cou raide et également en raison d'une tension musculaire excessive dans les jambes..

Comment est le diagnostic

Pour établir un diagnostic précis et prescrire un traitement efficace, plusieurs études sont utilisées: IRM, CT, CEE, CTG, dopplerographie de l'artère carotide.

De plus, le patient se voit prescrire un test pour la composition biochimique du sang, ainsi qu'un test sanguin pour sa coagulabilité (coagulogramme).

Premiers secours

Les premières mesures pour prévenir les conséquences irréversibles et la mort devraient commencer dans les premières minutes après une attaque.

Procédure:

  • Aidez le patient à s'allonger sur un lit ou tout autre plan afin que la tête et les épaules soient légèrement plus hautes que le niveau du corps. Il est impératif de ne pas trop tirer sur la personne affectée par le coup..
  • Débarrassez-vous de tous les vêtements serrant le corps.
  • Fournir un maximum d'oxygène, ouvrir les fenêtres.
  • Faire une compresse froide sur la tête.
  • À l'aide de réchauffeurs ou de pansements à la moutarde, maintenez la circulation dans les membres.
  • Pour débarrasser la cavité buccale de l'excès de salive et de vomissements.
  • Si les membres sont paralysés, frottez-les avec des solutions à base d'huile et d'alcool.

Vidéo sur l'infarctus cérébrovasculaire et l'importance de fournir les premiers soins appropriés:

Tactiques de traitement

L'infarctus cérébral est une urgence qui nécessite une hospitalisation immédiate..

En milieu hospitalier, l'objectif principal du traitement est de rétablir la circulation sanguine dans le cerveau, ainsi que la prévention d'éventuels dommages cellulaires. Dans les premières heures après le début du développement de la pathologie, des préparations spéciales sont prescrites au patient, dont l'action vise à dissoudre les caillots sanguins.

Afin d'inhiber le processus de croissance des caillots sanguins existants et d'empêcher l'apparition de nouveaux, des anticoagulants sont utilisés qui réduisent le degré de coagulation sanguine.

Un autre groupe de médicaments efficaces dans le traitement de l'AVC est celui des agents antiplaquettaires. Leur action vise à coller des plaquettes. Les mêmes médicaments sont utilisés pour prévenir les attaques répétées..

Quelle est la prévision?

Les personnes qui ont eu une crise cardiaque ont de bonnes chances de se rétablir et même de se rétablir complètement. Si, dans les 60 jours suivant l'attaque, l'état du patient reste stable, cela suggère qu'il pourra reprendre une vie normale dans un an.

Pour que cette maladie ne vous affecte pas, vous devez respecter le mode de vie, la nutrition, l'exercice physique, éviter les situations stressantes, surveiller le poids corporel, abandonner les mauvaises habitudes.

Accident vasculaire cérébral cardio-embolique: causes, danger et méthodes de traitement

L'AVC cardio-embolique est une violation aiguë de la circulation cérébrale, qui se développe en raison des artères obstruées avec des emboles cardiaques. La maladie est caractérisée par la sévérité de l'évolution et peut provoquer le développement d'une issue fatale. Les personnes à risque sont atteintes de maladies cardiovasculaires et éprouvent un stress psycho-émotionnel constant.

Étiologie de la maladie

Une cause clé de la maladie est un blocage de la lumière du vaisseau par un thrombus, qui viole le processus naturel de nutrition du cerveau. En raison de l'augmentation de l'hypoxie, les cellules commencent à mourir, ce qui conduit au développement de processus irréversibles.

Les facteurs prédisposants qui précèdent ce processus sont:

  1. Athérosclérose des vaisseaux sanguins - en présence d'un taux élevé de cholestérol dans le sang, elle provoque la formation d'emboles graisseux denses, qui sont attachés dans n'importe quelle partie du système cardiovasculaire. Lors du passage à travers un vaisseau déjà obstrué d'un thrombus cardiaque, un arrêt complet de la nutrition cérébrale peut être noté, et en présence d'hypertension artérielle, il existe un risque élevé de rupture des parois du vaisseau et de développement d'une crise cardiaque.
  2. Hypertension artérielle - une pression artérielle constamment élevée et un sang excessivement épais contribuent au processus de thrombose et au transfert rapide des emboles des gros vaisseaux aux plus petits.
  3. Insuffisance cardiaque aiguë et chronique - en l'absence de traitement complexe et de thérapie d'entretien, la fibrillation auriculaire se développe, dans le contexte de la progression de la VSD et d'autres pathologies associées.
  4. Endocardite bactérienne - en présence d'un processus inflammatoire provoqué par des bactéries pathogènes, des caillots denses se forment à partir de toxines et de toxines capables de circuler avec la circulation sanguine, pénétrant les vaisseaux du cerveau.
  5. Diabète sucré et autres maladies auto-immunes associées à une altération du métabolisme des glucides et des lipides.

Les facteurs indirects qui peuvent accélérer le processus de blocage du vaisseau sont le stress. C'est avec l'instabilité de la psyché que des changements brusques de pression artérielle sont notés, ce qui fait que les caillots se déplacent plus rapidement vers le cerveau. Selon les statistiques, c'est après une sur-excitabilité nerveuse sévère que la cardio-embolie se développe..

Le mécanisme de développement de la pathologie

Les emboles sont des caillots sanguins denses qui comprennent des caillots gras, des filaments de fibrine, des plaques de cholestérol, des parties d'un endocarde endommagé.

Le déclencheur de la formation de thrombus est l'endommagement de la paroi interne de la paroi cardiaque. Ce processus s'accompagne de la séparation du film protéique et du début du processus de régénération, à la suite de quoi les molécules de fibrine se forment au site de l'endommagement.

En présence de sang condensé et de thrombocytose progressive, le film protéique attache les plaquettes, car elles ont une charge différente et sont activement attirées. D'en haut, le néoplasme est recouvert de fibrine, ce qui le rend plus dense et élastique..

Sous l'influence de changements brusques de pression, l'embole se détache de son attachement et pénètre dans la circulation sanguine artérielle. Les vaisseaux cérébraux affectés par l'athérosclérose, ainsi que la carence aiguë en vitamines et minéraux, conduisant à la friabilité des parois des vaisseaux, provoquent une fixation de l'embolie sur la surface interne du vaisseau.

Si le néoplasme est petit, l'hypoxie augmente progressivement et présente de légères manifestations. À mesure que l'embryon se remplit de fibrine, ses dimensions augmentent, ce qui entraîne un arrêt complet du flux sanguin. Cela provoque le développement d'une hypoxie aiguë et nécessite une hospitalisation immédiate..

La particularité de la maladie est que le danger mortel se développe non pas à cause des dimensions du thrombus, mais au lieu de leur localisation. Même avec un blocage complet du vaisseau, des artères supplémentaires qui soutiennent la nutrition cérébrale sont incluses dans le travail. L'obstruction de certaines parties du cerveau peut même entraîner la mort.

La distorsion faciale est un symptôme caractéristique d'un AVC cardio-embolique

Manifestations cliniques

Un AVC cardio-embolique ischémique est une attaque qui dure 5 à 7 minutes. Elle commence de façon aiguë par une détérioration rapide du bien-être général et une perte de conscience. Se développe alors un tremblement convulsif des extrémités qui n'est pas contrôlé par le corps..

Au retour à la conscience, une diminution de l'acuité visuelle, ainsi que de l'audition. Il y a des bourdonnements et des acouphènes. Le processus naturel d'avaler est difficile. La parole devient incohérente; il est difficile pour une personne d'exprimer ses pensées et ses désirs.

Le côté du corps, opposé à l'hémisphère cérébral où s'est produit le coup cardio-embolique, perd sa mobilité. Une parésie régulière est notée, jusqu'à une paralysie complète. Le visage du patient est déformé en raison de lésions du nerf facial..

Après un certain temps, l'état du patient s'améliore même sans l'aide de médecins. Cela est dû à l'inclusion de fonctions compensatoires, ainsi qu'à la migration d'un caillot sanguin.

Les signes caractéristiques d'un AVC cardio-embolique se manifestent par des lésions de l'hémisphère droit ou gauche. Si l'embole obstrue les vaisseaux qui alimentent l'hémisphère gauche, les événements suivants peuvent se produire:

  • paralysie du côté droit du corps;
  • troubles de la parole;
  • distorsion du côté droit du visage, sourire levé;
  • problèmes de mémoire.

Pour la défaite du côté droit du cerveau, les symptômes suivants sont caractéristiques:

  • paralysie du côté gauche du corps;
  • perte d'orientation spatio-temporelle;
  • perception incorrecte des couleurs;
  • manque de motricité fine.

Ces signes devraient inciter une personne à une hospitalisation immédiate et à un traitement complet supplémentaire..

L'échographie des vaisseaux du cerveau et du cou permet de clarifier le diagnostic

Diagnostique

La présence d'un accident vasculaire cérébral est déterminée par des manifestations cliniques externes. L'orientation cardioembolique permet d'établir des diagnostics matériels:

  1. IRM - montre les lésions du cerveau, ainsi que l'emplacement du blocage du vaisseau.
  2. Échographie des vaisseaux - aide à déterminer le type d'embolie, ses dimensions et le degré de fixation aux parois du vaisseau.
  3. Angiographie de contraste aux rayons X - aide à déterminer le degré de colmatage du vaisseau, ainsi que la perméabilité de l'embole.

Le médecin recueille des antécédents médicaux complets, en accordant une attention aux maladies cardiovasculaires évolutives. Il est extrêmement difficile de déterminer la présence d'un AVC cardio-embolique, par conséquent, le traitement est commencé immédiatement après avoir vérifié le fait d'un AVC. À mesure que des données plus précises sont obtenues, des médicaments supplémentaires peuvent être ajoutés au plan de traitement..

Le patient doit se conformer au repos au lit

Méthodes de traitement

Étant donné que l'AVC cardio-embolique se développe pour de nombreuses raisons antérieures, le traitement doit être complet et inclure l'utilisation de ces médicaments:

  1. Anticoagulants - réduisent le processus de coagulation sanguine, ce qui ne permet pas la formation de nouveaux caillots sanguins et rend les anciens caillots sanguins plus mous et friables.
  2. Anticonvulsivants - préviennent le développement de convulsions et le tremblement spontané des membres.
  3. Fibrinolytiques - perturber le mécanisme de coagulation, provoquant la destruction d'un caillot sanguin.
  4. Hypotoniques - normaliser la pression artérielle, empêchant son augmentation à des taux extrêmement élevés.
  5. Diurétiques - éliminer le liquide accumulé du corps, empêchant le développement de l'œdème et de l'hydrocéphalie.
  6. Antibiotiques - sont prescrits pour la nature bactérienne suspectée de la maladie. Contribue à la suppression de la microflore pathogène.
  7. Antispasmodiques - éliminer le vasospasme, augmentant la lumière.
  8. Neuroprotecteurs - aident à restaurer les connexions neuronales et à améliorer la conduction de l'influx nerveux.

En plus du médicament, le patient doit observer le repos au lit, ainsi qu'un régime alimentaire. Cela normalisera les processus métaboliques dans le corps, minimisant tout stress.

Pour restaurer l'activité motrice nécessite une rééducation, qui comprend:

  • Thérapie par l'exercice;
  • visite de la piscine;
  • magnétothérapie;
  • acupuncture;
  • l'hydrothérapie;
  • thalassothérapie.

Le processus de récupération complète peut prendre des années, le traitement doit donc être effectué dès qu'une attaque survient..

La thérapie par l'exercice accélérera la rééducation après un AVC

Complications

Dans le cas où l'hypoxie affecte de grandes zones du cerveau, des conséquences irréversibles peuvent se développer:

  • paralysie d'une moitié du corps;
  • troubles de la parole et de l'activité cérébrale;
  • l'incapacité au libre-service;
  • invalidité.

Avec un cours rapide, une issue fatale peut se développer.

Prévoir

Un diagnostic précoce et une approche intégrée du traitement ont des prédictions positives. Il est important que les premiers soins soient fournis dans la première heure après le début de l'attaque. Si cela ne se produit pas, alors dans les 3 prochains jours, les risques de développer une issue fatale sont maximaux.

Le pronostic dépend de l'âge. Plus le patient est âgé, plus ses propriétés compensatoires sont faibles. La mortalité chez les patients ayant dépassé le seuil de 55 ans est 25% plus élevée que chez les patients plus jeunes. Un AVC à un âge précoce est plus facile à transporter et n'entraîne pas le développement de complications dangereuses. Les personnes âgées sont très susceptibles de développer une paralysie complète et un handicap.

Une dynamique positive est observée déjà une semaine après un traitement complexe. Au jour 15, selon les recommandations du médecin, vous pouvez commencer des mesures de réadaptation qui aideront à ramener une personne à une vie antérieure. Un schéma correctement conçu de charges sur le corps, ainsi que la physiothérapie vous aideront à oublier rapidement l'AVC.

Après l'attaque, la prévention est extrêmement importante. Vous devez surveiller la nutrition, contrôler la glycémie et le cholestérol, ainsi que la pression artérielle.