Principal / Diagnostique

Tumeur hypophysaire

Diagnostique

Une tumeur hypophysaire est un néoplasme bénin (ou malin) qui se forme dans l'hypophyse. De par sa nature, il s'agit d'une maladie assez courante. Avec la même fréquence, les tumeurs sont diagnostiquées chez les femmes et les hommes. Le plus souvent, les personnes subissent la formation de tumeurs en 30 à 40 ans.

Une croissance cellulaire anormale entraîne la formation de tumeurs, puis un déséquilibre hormonal et des problèmes neurologiques.

La glande pituitaire est l'un des principaux composants du système endocrinien, qui contribue à son fonctionnement normal et, à l'aide d'hormones, régule le travail d'autres organes. Il ne mesure pas plus de deux centimètres et pèse environ un gramme. L'hypothalamus et l'hypophyse régulent le travail de multiples processus métaboliques dans le corps humain. L'échec de l'activité hormonale exacerbe le travail de presque toutes les glandes endocrines, ce qui entraîne des conséquences pathologiques. Dans sa structure, l'hypophyse est constituée de deux lobes: la neurohypophyse et l'adénohypophyse.

Substances sécrétées par l'hypophyse antérieure:

  • mélanocytogropine, MSH (contrôle la distribution de la mélanine);
  • thyrotropine, TSH (affecte la glande thyroïde);
  • prolactine, PRL (responsable de la production de lait dans le sein pendant la période post-partum);
  • hormone adrénocorticotrope, ACTH (surveille le travail des glandes surrénales);
  • hormone de croissance, STH (l'hormone contrôle la croissance humaine).

Substances sécrétées par l'hypophyse postérieure:

  • l'ocytocine (les femmes en ont besoin pour stimuler le travail);
  • hormone antidiurétique, ADH (responsable du bon fonctionnement des reins).

La glande pituitaire postérieure est une continuation de l'hypothalamus. La glande pituitaire se forme non seulement, mais affecte également la production d'hormones par d'autres glandes. Ils sont coordonnés par le système nerveux central. L'apparition de tumeurs (adénomes) provoque des perturbations dans le fonctionnement standard de la glande et désorganise également l'équilibre hormonal dans le corps du patient. Ces adénomes, en règle générale, ne laissent pas la glande pituitaire restreinte et ne se développent pas le long des tissus et des organes adjacents, mais néanmoins ils peuvent se former près de la glande pituitaire, et non à l'intérieur..

Les tumeurs en soi peuvent varier dans la forme, la taille et la nature de leur développement..

Causes des tumeurs hypophysaires

Aujourd'hui, la médecine moderne ne peut pas donner une réponse exacte à la question du développement d'une tumeur, mais les scientifiques avancent quelques hypothèses à ce sujet. Dans de nombreux cas, des facteurs héréditaires ou génétiques influencent. Une variété d'inflammations et d'infections du système nerveux, des traumatismes crâniens, une inflammation chronique des sinus paranasaux (sinusite chronique), toute autre maladie infectieuse provoquée par diverses bactéries et virus conduisent à cette maladie. La cause de la tumeur hypophysaire devient souvent aussi un effet excessif de substances nocives toxiques sur le corps, ainsi que toutes les pathologies pendant la gestation ou pendant l'accouchement (naissance prématurée, infection dans le liquide amniotique, cancer de la membrane du fruit, etc.).

Tumeurs hormonales, le plus souvent tumeurs hypophysaires. Avec une croissance incontrôlée des cellules qui produisent l'hormone de croissance, ce type de maladie peut apparaître..

Il existe une opinion selon laquelle la progression du tissu hypophysaire anormal peut être activée en raison d'une activité improductive des glandes périphériques du système endocrinien ou d'un excès d'hormone sécrétée par l'hypothalamus.

Classification des tumeurs hypophysaires

Les tumeurs hypophysaires sont divisées en macroadénomes et microadénomes. Leur nom dépend de la taille de la tumeur diagnostiquée. Il existe également des groupes tels que les hormones inactives et hormonales actives. L'activité hormonale est facilement vérifiée lors du don de sang. Une tumeur hormono-active sera caractérisée par une sécrétion excessive de l'hormone hypophysaire. Les tumeurs hormonales inactives peuvent rarement être des adénomes cachés..

Symptômes des tumeurs hypophysaires

La raison de l'anxiété et de contacter un spécialiste est pour une femme un dysfonctionnement du cycle menstruel, une décharge légère des mamelons sur et chez un homme - une violation de la croissance sexuelle, de la puissance.

Les symptômes d'une tumeur hypophysaire peuvent être complètement différents et cela est dû à leur taille. Par exemple, un néoplasme d'environ 19 mm de taille est appelé macroadénomes, et encore plus petit, microadénomes. Ces macroadénomes ont tendance à comprimer d'autres tissus voisins..

Symptômes de néoplasmes affectant les tissus environnants:

  • maux de tête aigus, fréquents et soudains;
  • fatigue, faiblesse du corps;
  • détérioration ou perte de vision;
  • constipation fréquente;
  • vomissements, réflexes, nausées;
  • problèmes liés à la vie sexuelle;
  • chute de cheveux;
  • le patient prend du poids ou vice versa.

Il existe des tumeurs hypophysaires qui produisent leurs hormones en plus de l'hypophyse. Ils sont appelés hormonaux actifs..

Les néoplasmes qui produisent la somatotropine déterminent la survenue d'une acromégalie mature chez les individus matures, qui s'accompagne de tels symptômes:

  • violation de la croissance du cuir chevelu;
  • bifurcation dans les yeux;
  • inconfort dans les articulations et les muscles;
  • maux de tête;
  • augmentation de la taille des paumes et des pieds.

Lorsqu'une telle maladie est détectée chez un enfant, il souffre souvent de gigantisme, de développement incorrect de la structure corporelle (croissance excessivement grande, tandis que la tête est petite, les membres sont allongés). Tout cela entraîne diverses pathologies de la part de la fonction sexuelle, le développement mental et physique est à la traîne..

Le développement non naturel est déterminé par les tumeurs sécrétant de la prolactine:

  • les hommes souffrent d'une augmentation du parenchyme mammaire (gynécomastie);
  • infertilité causée par un manque de menstruations chez les femmes (aménorrhée) ou un cycle menstruel irrégulier (oligoménaires);
  • l'allocation du lait maternel chez les hommes et les femmes, qui s'accompagne d'une diminution de la libido, de la fièvre et de maux de tête sévères (galactorrhée);
  • chez les hommes, il y a violation ou perte totale des relations sexuelles avec les femmes.

Certains adénomes qui produisent l'hormone adrénocorticotrope (ACTH) peuvent provoquer une performance excessive des hormones dans le cortex surrénal, qui est une source de la maladie de Cushing. Dans ce cas, les symptômes suivants sont notés:

  • mauvaise répartition du tissu adipeux, son placement dans le visage, le cou et le tronc, mais avec tout cela, les membres restent minces;
  • la peau devient épuisée, fine, sèche et enflammée;
  • acrocyanose;
  • la peau est sujette à une pigmentation intense, des ecchymoses et des vergetures apparaissent;
  • le diabète sucré ou l'ostéoporose peuvent survenir;
  • hypertension artérielle;
  • défauts mentaux persistants, euphorie ou dépression;
  • amyotrophie;
  • le visage devient lune.

Les adénomes producteurs de thyrotropine provoquent l'apparition d'une hypothyroïdie. Le développement de la maladie peut commencer par une insuffisance thyroïdienne fonctionnelle. Les tumeurs hypophysaires gonadotropes chez la femme se caractérisent par des saignements utérins fréquents, des irrégularités menstruelles systémiques.

Plus la tumeur est grande, plus les manifestations et les symptômes de la maladie peuvent être prononcés, ce qui s'aggravera à l'avenir avec une augmentation des néoplasmes. Si vous ne les éliminez pas à temps, le résultat peut être fatal pour le patient. De tels adénomes provoquent une perte soudaine de la vision ou sa détérioration, une atrophie du nerf optique. Dans les cas les plus graves, une perte de vision complète est possible..

Avec les adénomes des nerfs crâniens, il existe un risque de lésion du système nerveux. Les symptômes cliniques dans ce cas sont les suivants:

  • crampes aiguës dans certaines parties du corps;
  • nystagmus;
  • maux de tête sévères, pression intracrânienne élevée;
  • trouble de la conscience du patient.

L'adénome hypophysaire a un effet très néfaste sur les ventricules du cerveau, à savoir, exerce une pression sur eux. Dans ce cas, l'hydropisie cérébrale ou l'hydrocéphalie se forme. Un tel résultat entraîne des violations: paralysie des globes oculaires (ophtalmoplégie) ou double vision (diplopie). Le développement d'une tumeur maligne vers le bas entraînera la rupture de la selle turque, ainsi que la propagation d'une pathologie dans la région du sinus du nez, avec du liquide céphalo-rachidien s'écoulant du nez.

Diagnostic des tumeurs hypophysaires

Dès les premiers signes d'une tumeur hypophysaire, vous devez immédiatement contacter des spécialistes hautement qualifiés. À la clinique, les médecins procéderont à des examens des troubles hormonaux et ophtalmiques. Pour ce faire, vous devrez passer un test sanguin et urinaire. Ceci est fait pour déterminer les niveaux d'hormones..

Quant à l'examen ophtalmologique, il permettra de déterminer la taille de l'adénome, ainsi que le sens de sa formation. En outre, le liquide de la moelle épinière doit être examiné pour la présence de protéines en elle, car cela peut être un signe indirect de la présence d'adénome dans le cerveau.

La prochaine étape sera la radiographie, l'imagerie par résonance magnétique, la tomodensitométrie du cerveau, qui neuro-imagera les néoplasmes hypophysaires. Mais, dans le cas d'une tumeur de taille insignifiante, la radiographie n'aura aucun sens, car elle ne déterminera que les adénomes, qui ont un effet clair sur le tissu environnant.

La localisation exacte et les volumes de tumeurs mineures sont diagnostiqués par tomodensitométrie. De plus, les médecins utilisent souvent la méthode radio-immunologique. Comme, comme déjà mentionné dans l'article, cette maladie hypophysaire est extrêmement difficile à détecter, les médecins utilisent des diagnostics complets pour déterminer avec précision le diagnostic.

Traitement des tumeurs hypophysaires

Il existe plusieurs types de traitement pour une tumeur hypophysaire:

  1. traitement médicamenteux, qui est prescrit aux premiers stades de la maladie, lorsque les médecins peuvent se passer d'une intervention chirurgicale (utilisent généralement de la cyproheptadine, de la caberglobine, de la bromocriptine - ils régulent le niveau d'hormones dans le corps);
  2. radiothérapie interstitielle ou à distance (réalisée en présence de telles caractéristiques dans lesquelles la tumeur ne permet pas une intervention chirurgicale);
  3. intervention chirurgicale - les médecins recourent à cette méthode dans les cas les plus graves, lorsque la maladie est gravement négligée ou que l'adénome est important. Après une telle procédure, une hormonothérapie et une radiothérapie supplémentaire sont prescrites au patient..

L'ablation d'un adénome par une méthode instrumentale est aujourd'hui réalisée à l'aide d'une intervention transsphénoïdale endonasale, c'est-à-dire par voie nasale. Il s'agit d'une méthode totalement sûre, car la pénétration est réalisée avec une sonde endoscopique et des instruments miniatures, ce qui permet d'éviter toute infection et incision pendant la chirurgie.

Pronostic des tumeurs hypophysaires

Les tumeurs hypophysaires selon les statistiques occupent 15% des néoplasmes intracrâniens. Dans la plupart des cas, ce sont des tumeurs bénignes qui augmentent lentement de taille (ce qui réduit le nombre de rechutes), elles ne vont pas au-delà des caractéristiques de l'os sphénoïde (également connu sous le nom de selle turque et la glande pituitaire y est située). Mais il y en a aussi des malins, c'est-à-dire ceux qui ont un caractère cancéreux de développement.

Les scientifiques ont découvert que l'âge des femmes et des hommes, dans lequel cette maladie est le plus souvent diagnostiquée, est de 30 à 40 ans. Les enfants souffrent rarement de cette maladie..

Dans 80% des cas, un développement asymptomatique de la maladie est observé. Les processus visuels ne peuvent être réhabilités qu'aux stades initiaux du développement de processus anormaux.

Le pronostic d'une telle maladie est difficile à faire, car il dépend directement de la reconnaissance et de l'initiation du traitement en temps opportun. Par conséquent, il vaut la peine de consulter un médecin à temps et de subir des examens médicaux programmés à temps. Mais il vaut la peine de dire que dans 25% des cas, les patients atteints d'hormones de croissance et de prolactinomes ont un résultat positif de la maladie, tandis que les adénomes restants sont guéris en toute sécurité dans 80% des cas..

Tumeur hypophysaire: causes, symptômes chez les femmes et les hommes, diagnostic, traitement, pronostic

La glande pituitaire est une petite glande non appariée du système endocrinien ne dépassant pas 1 cm, située dans le cerveau, en particulier, dans la fosse de la selle turque de l'os sphénoïde de la base interne du crâne. La glande pituitaire du cerveau est la glande centrale de la sécrétion interne. Ses hormones stimulent la croissance des glandes endocrines et la formation d'hormones en elles. Conformément au développement de l'hypophyse à partir de deux primordiums différents, les lobes antérieur, intermédiaire et postérieur s'y distinguent. Chacun d'eux produit ses propres hormones spécifiques qui régulent le métabolisme, la croissance et le développement du corps..

Dans l'hypophyse, les personnes dans le lobe antérieur produisent des hormones de croissance qui augmentent la synthèse des protéines et affectent le métabolisme des graisses et des glucides. Avec une hyperfonction du lobe antérieur dans l'enfance, une croissance accrue est observée et avec une hypofonction, elle est retardée. À l'âge adulte avec hyperfonction, il est possible d'augmenter certaines parties du corps: les oreillettes, le nez, la langue, la mâchoire inférieure, les mains, les pieds et les organes de la poitrine et les cavités abdominales.

La partie intermédiaire du lobe antérieur produit l'hormone intermédine, qui régule la formation de mélanine, qui affecte la pigmentation de la peau.

La glande pituitaire postérieure produit des hormones qui stimulent les contractions des muscles lisses, augmentent la pression artérielle et inhibent la miction.

Quelles sont les tumeurs hypophysaires

L'une des maladies de l'hypophyse est sa tumeur. Une tumeur hypophysaire cérébrale est une tumeur qui affecte la production d'hormones dans la glande. Certaines tumeurs entraînent une éducation accrue, tandis que d'autres entraînent un manque. Dans la plupart des cas, ces formations pathologiques sont bénignes (prolactinome), la probabilité de leur apparition augmente à l'âge adulte.

Par taille, les adénomes sont classés en: pico, micro, macroadénomes et adénomes géants.

La particularité des adénomes hypophysaires est qu'ils ne sont localisés que sur la glande et ne se propagent pas à d'autres organes et tissus, contrairement aux tumeurs hypophysaires malignes, qui se développent rapidement et de manière agressive sur les tissus voisins..

Selon le type de cellules constituant la tumeur, les hormones productrices et non productrices de néoplasmes sont distinguées..

Symptômes des tumeurs hypophysaires

Les cellules tumorales productrices d'hormones n'apparaissent pas au stade initial de la maladie. Au fil du temps, ils ne font qu'augmenter et exercer une pression sur les tissus voisins.

Selon l'effet sur le corps, les tumeurs non hormonales sont classées en:

  • agissant sur les organes de la vision;
  • agissant sur les nerfs crâniens;
  • troubles neurologiques généraux;
  • tumeurs affectant l'hypothalamus.

Le premier groupe comprend le gonflement des papilles optiques, une diminution de l'acuité visuelle, ainsi que sa perte complète. Le deuxième groupe est représenté par des convulsions, une altération des mouvements du globe oculaire, une double vision. Le troisième groupe est représenté par des maux de tête, une insuffisance cardiaque aiguë avec un jet de sang, une augmentation de la pression intracrânienne. La germination d'une tumeur dans l'hypophyse adjacente de l'hypothalamus est lourde de pertes de conscience périodiques.

Les tumeurs hypophysaires productrices d'hormones chez les hommes et les femmes sont activées aux premiers stades, il y a une perturbation du système endocrinien avec l'ajout de symptômes de compression.

Il existe des tumeurs hormonales:

  • tumeurs productrices de somatotropine;
  • tumeurs sécrétant de la prolactine;
  • tumeurs gonadotropes et productrices d'ACTH.

Avec les tumeurs du premier type, un épaississement des os, du nez, de la langue et des oreillettes se développe; les symptômes chez les femmes du deuxième type de tumeurs sont l'arrêt des menstruations et chez les hommes - une augmentation et une activation des glandes mammaires. Les tumeurs du troisième type entraînent une stimulation du cortex surrénal et des troubles du système reproducteur, à savoir obésité dans la région du visage, faiblesse, atrophie musculaire, peau sèche, augmentation de la pression dans les artères, ostéoporose.

Stades du cancer de l'hypophyse et leurs symptômes

On distingue les stades suivants du cancer de l'hypophyse:

  • Stade 0 - lorsque la tumeur ne se manifeste en aucune façon;
  • Stade 1 - la taille du néoplasme ne dépasse pas 1 cm;
  • Stade 2 - la taille du néoplasme est supérieure à 1-2 cm, il y a des lésions des ganglions lymphatiques;
  • Stade 3 - dommages aux ganglions lymphatiques occipitaux et sous-maxillaires;
  • Stade 4 - la tumeur se développe activement, des lésions individuelles sont trouvées.

Les cellules tumorales n'apparaissent pas au stade initial de la maladie. Par conséquent, les deux premières étapes sont détectées au hasard. Cette période est caractérisée par le fait que la tumeur est toujours opérable et la probabilité de survie est élevée..

En grandissant au fil du temps, ils exercent une pression sur les tissus voisins. Les symptômes sont plus prononcés lorsque la tumeur atteint 2 cm ou plus. Au troisième stade, des complexes de symptômes endocriniens sont observés, l'intervention chirurgicale n'est pas toujours efficace, mais un traitement est nécessaire. À ce stade, la maladie ne peut pas encore être classée comme fatale, mais en raison des complications développées, une issue fatale se produit souvent..

Le dernier stade du cancer est incurable, la mort est atteinte dans 100% des cas.

La principale symptomatologie de l'oncologie hypophysaire dans les stades initiaux est une perte de sensibilité due à une pression croissante sur les nerfs voisins, accompagnée de brûlures, de chair de poule, d'engourdissement. Aux stades ultérieurs, les principaux signaux sont des maux de tête sévères, des troubles de la mémoire, une perte de conscience, une température.

Un mal de tête accompagne le patient pendant toute la durée de la maladie. De plus, ce symptôme fait référence au tout premier symptôme du processus tumoral. Les caractéristiques d'un mal de tête comprennent:

  • la durée varie avec le stade de la maladie;
  • a un caractère non tranchant - une douleur sourde;
  • non amplifié;
  • ne se prête pas à l'élimination avec des médicaments;
  • lorsque la tumeur se transforme en douleur maligne, elle s'intensifie fortement.

Une place distincte est prise par la déclaration de la tumeur hypophysaire chez les enfants. Malgré le fait que ce phénomène soit assez rare dans l'enfance, les principaux symptômes de son développement dans un premier temps sont: maux de tête, nausées, vomissements, léthargie et augmentation de l'activité. Lorsqu'une tumeur est exposée à l'hormone de croissance, les enfants développent le syndrome de Cushing ou le gigantisme, un retard de développement et la puberté.

Causes de l'hypothèse tumorale

À l'heure actuelle, les causes exactes de la formation et du développement de tumeurs n'ont pas été établies. Les raisons possibles incluent:

  • facteurs négatifs affectant le corps pendant la grossesse;
  • l'utilisation de médicaments hormonaux - cela se produit généralement pour éliminer une autre maladie;
  • lésions mécaniques du crâne (ouvertes, fermées), hémorragie cérébrale provoquant une inflammation;
  • les maladies infectieuses transférées - la méningite, qui est facilement infectée par des gouttelettes aéroportées;
  • hérédité - les gènes mutés sont hérités;
  • l'apparition de tumeurs à la suite d'un stress.

Diagnostic de la maladie

Le diagnostic de la tumeur hypophysaire est l'une des principales procédures de traitement. Si une tumeur hypophysaire est suspectée, ils recourent aux méthodes de diagnostic suivantes:

  • tests sanguins et urinaires pour détecter les niveaux d'hormones;
  • études ophtalmologiques pour diagnostiquer la taille et la direction de la tumeur;
  • analyse du liquide céphalo-rachidien pour les composés protéiques qui peuvent parler du développement du cancer;
  • diagnostic matériel de l'IRM et de la TDM du cerveau, permettant d'identifier les petits adénomes et leur localisation.

En plus des tests sanguins généraux et biochimiques, pour le meilleur diagnostic, les tests suivants sont utilisés:

  • Stimulation de l'hormone adrénocorticotrope - introduction de l'ACTH, stimulation active des glandes surrénales et contrôle du niveau de cortisol dans le sang; si la production d'ACTH est bloquée par un adénome, les glandes surrénales ne sécrètent pas de cortisol en réponse à la stimulation;
  • Effectuer le test du métiropan - le patient consomme 3 grammes de métiropan avant le coucher et prend le résultat le matin; une augmentation du taux d'hormones le matin indique l'effet de l'adénome sur la synthèse hormonale;
  • Effectuer un test de tolérance à l'insuline - l'utilisation d'insuline pour réduire les niveaux de sucre; avec le développement de l'adénome, il n'y aura pas de sécrétion d'hormone de croissance et d'ACTH.

Une attention particulière est portée aux femmes enceintes. Pendant la grossesse, le diagnostic de la maladie se fait avec une extrême prudence. Les méthodes d'imagerie par résonance magnétique sont exclues et ne sont effectuées qu'après l'accouchement. Dans le reste du patient, des examens d'un ophtalmologiste, d'un neurologue et des tests sanguins et urinaires sont prescrits. Il est possible de juger de l'augmentation de la taille de la tumeur en réduisant la production de lait maternel.

Dans l'enfance, l'adénome hypophysaire se manifeste assez rarement. Si les premiers signes surviennent, vous devez immédiatement consulter un médecin et ne pas vous auto-méditer.

Traitement des tumeurs hypophysaires

Il existe plusieurs méthodes pour lutter contre le développement de tumeurs hypophysaires. Parmi eux, la chirurgie, un couteau gamma, les radiations externes et le traitement conservateur traditionnel de la tumeur hypophysaire. Ces méthodes sont applicables dans le cas d'une tumeur hypophysaire bénigne à développement rapide..

L'utilisation de telle ou telle méthode est déterminée par le médecin en tenant compte des facteurs suivants:

  • le bien-être du patient;
  • le moment du développement de la maladie (stade et type);
  • tolérance / intolérance aux médicaments;
  • consentement / désaccord du patient sur la méthode de traitement choisie
  • l'âge du patient.

Traitement médical

La médication est basée sur l'hormonothérapie. Pour stabiliser l'état du patient, une production d'hormones excessive est ajustée. Avec les médicaments hormonaux, un cours pour restaurer la vision est prescrit. Dans les cas d'urgence, recourir à la chirurgie, mais après que les chances de ramener la vision à la normale soient minimisées.

Avec une petite augmentation des néoplasmes non cancéreux qui ne produisent pas d'hormones, la technique de traitement se résume à prendre des médicaments qui inhibent la tumeur. De plus, il est possible de geler une partie de l'organe avec une destruction supplémentaire de l'adénome.

Le traitement des tumeurs hypophysaires bénignes chez les enfants dans 89% des cas consiste en l'utilisation d'une pharmacothérapie. En cas de contre-indications à l'utilisation de médicaments, seule la chirurgie invasive ou la radiothérapie (radiothérapie) est utilisée. Les méthodes de traitement de la maladie chez les enfants ne sont pas différentes de celles menées par les adultes. Mais le plus souvent, ils ont recours à la résolution médicale du problème, et en cas de chirurgie, à une intervention endoscopique endonasale invasive.

Radiothérapie

Dans la plupart des cas, les spécialistes prescrivent la radiothérapie et la chirurgie. L'efficacité de la radiothérapie est plus élevée, plus la tumeur est petite et sa croissance n'affecte pas les nerfs et les tissus voisins. En cas de tumeur inopérable (chez les personnes âgées), la radiothérapie devient une méthode de traitement indépendante. Le principe de la radiothérapie pour les tumeurs hypophysaires est que la croissance des tumeurs est empêchée et la production d'hormones est réduite. Il faut généralement 3 à 6 mois à partir du début du traitement pour réduire la synthèse hormonale. Les premiers signes de rétablissement des valeurs normales deviennent généralement visibles après au moins 5 à 10 ans de traitement.

La dose de rayonnement est définie en fonction de la taille et du type de tumeur. Cette procédure est contre-indiquée à proximité de la tumeur des nerfs optiques..

Une complication pendant la radiothérapie est le développement d'une insuffisance de l'hypophyse due à l'arrêt de la production d'une ou plusieurs hormones du lobe antérieur - hypopituitarisme.

Les autres effets de l'exposition sont des problèmes de vision: lésion du nerf optique, intersection optique, nerfs crâniens, qui s'accompagne d'une perte de vision, troubles vasculaires.

À ce jour, la radiothérapie de l'hypophyse est recommandée pour les patients présentant des cellules tumorales résiduelles après un traitement chirurgical, ainsi qu'en cas d'impossibilité d'intervention chirurgicale. Tumeur résiduelle confirmée par IRM.

Relativement récemment, des méthodes de cyber-couteau (gamma-couteau) ont commencé à être utilisées dans la radiochirurgie moderne. L'avantage de cette thérapie est l'exposition complète de la tumeur aux faisceaux de rayonnement sans chirurgie invasive.

Chirurgie

Il existe une craniotomie et une chirurgie endoscopique endonasale. La particularité de la craniotomie est que le crâne est coupé avec l'ablation d'une partie de l'os. Après la détection d'un néoplasme et s'il n'y a aucun risque de lésion cérébrale, il est éliminé. Cette méthode est l'une des plus dangereuses, car ses conséquences peuvent être une infection, une liquorrhée, des troubles circulatoires et des lésions cérébrales.

L'ablation de la tumeur hypophysaire à travers la cavité nasale est plus sûre, mais moins efficace. Elle est réalisée par un dispositif spécial inséré par le nez. L'avantage de cette solution est l'intégrité de la surface de la peau du visage (absence de cicatrices), une courte période de récupération et la possibilité d'effectuer les procédures interdites après la trépanation.

Prévoir

Les tumeurs hypophysaires font référence à une maladie traitable - le plus souvent, la tumeur est bénigne. Le pronostic pour le traitement de cette maladie est favorable avec la détection rapide d'un adénome, jusqu'à ce qu'il se soit développé dans les structures du cerveau. Cependant, il existe des cas d'auto-guérison et de sa réapparition.

Souvent, la prévision précise dépend du moment du diagnostic. Dans 80% des cas, l'issue du traitement des tumeurs est satisfaisante et pour la prolactine et la somatotropine, le traitement n'est prescrit que dans 25% des cas. La difficulté est de retirer les microadénomes de plus de 2 cm de diamètre, à la suite desquels une détérioration est prévue au cours des 5 prochaines années.

Les effets secondaires de la cure comprennent une déficience visuelle. Lorsque la tumeur des nerfs optiques est touchée, la restauration du bon fonctionnement du système visuel n'est possible qu'au premier stade de la pathologie. Dans de tels cas, le patient est partiellement valide et reçoit un handicap..

Prévention des maladies

La seule mesure préventive pour une tumeur hypophysaire est une attention accrue à votre santé. Il est nécessaire de réviser le régime alimentaire (utiliser uniquement des aliments corrects de haute qualité), introduire une activité physique (bouger davantage), se reposer, plus susceptible d'être à l'air frais, et éviter également toutes sortes de situations stressantes et diverses blessures à la tête.

Tumeur hypophysaire

Tumeurs hypophysaires - une maladie endocrinienne, qui est un néoplasme bénin ou malin (très rare) dans l'hypophyse antérieure ou postérieure - la glande endocrine.

Les tumeurs hypophysaires se trouvent chez les hommes et les femmes âgés de 30 à 40 ans et représentent environ 15% de tous les néoplasmes intracrâniens.

L'hypophyse remplit une fonction de régulation par rapport aux autres glandes endocrines et joue un grand rôle dans la constance de l'homéostasie. Une tumeur hypophysaire cérébrale entraîne un déséquilibre de l'équilibre hormonal du corps et, par conséquent, son homéostasie, ce qui conduit à de nombreuses pathologies.

Tumeurs hypophysaires: classification

Les tumeurs hypophysaires sont malignes et bénignes, appelées adénomes..
La différence la plus fondamentale entre ces tumeurs est leur activité fonctionnelle. Elles sont:
- hormonal inactif (hormones non autoproductrices);
- hormonal actif (produit l'une des hormones).

Parmi les tumeurs hormono-actives, il y a:
1. Adénomes produisant de la somatotropine.
Produit de l'hormone de croissance - la somatotropine.
2. Adénomes sécrétant de la prolactine (le plus fréquent - dans 35% de toutes les tumeurs hypophysaires).
Produit de la prolactine - l'hormone des cellules acidophiles.
3. Adénomes produisant de l'adrénocorticotropine (trouvés dans 10 à 15%).
Il produit de l'ACTH, une hormone surrénocorticotrope qui stimule les glandes surrénales..
4. Adénomes producteurs de thyrotropine.
Produit l'hormone thyréotrope, qui active la glande thyroïde.
5. Adénomes produisant des Falltropines (gonadotropes).
Les gonadotrophines sont produites - des hormones qui stimulent le système reproducteur.

Au site de localisation, des tumeurs hypophysaires se trouvent à l'avant de la glande - c'est l'adénohypophyse (trouvée dans 75% de tous les cas de néoplasmes de la glande) et sa partie postérieure - la neurohypophyse.

Tumeur hypophysaire: causes

Les chercheurs n'ont pas encore pleinement établi les causes de ces néoplasmes. La seule chose qui est censée être qu'ils peuvent être dus à un facteur génétique.

Entre autres, il est de coutume de mettre en évidence les circonstances qui provoquent la tumeur hypophysaire:
- sinusite de nature chronique;
- maladies infectieuses sévères avec dommages au système nerveux humain;
- blessures à la tête;
- utilisation prolongée de médicaments hormonaux pour normaliser les niveaux hormonaux;
- divers facteurs nocifs affectant le développement fœtal normal.

Tumeur hypophysaire: symptômes

Le plus souvent (dans 75%), on trouve des tumeurs hormonales actives de l'hypophyse, et selon l'hormone qu'elles produisent, il y a une manifestation de certains symptômes.

1. Les adénomes producteurs de somatotropine sont souvent la cause de l'acromégalie et se caractérisent par les symptômes suivants:
- maux de tête sévères;
- somatiques dans les articulations et les muscles;
- gain de poids et traits du visage;
- vision double
- une augmentation de la taille du crâne;
- une augmentation de la taille de la poitrine et des pieds avec les paumes;
- dysplasie.

2. Les tumeurs hypophysaires sécrétant de la prolactine se caractérisent par les symptômes suivants:
- hypertrophie mammaire chez les hommes;
- baisse de la libido;
- maux de tête;
- les femmes manquent de menstruations.

3. Les adénomes producteurs d'adrénocorticotropine présentent les symptômes suivants:
- graisse corporelle dans le visage et le cou;
- la formation d'un visage en forme de lune;
- problèmes de peau (fins et secs);
- hypertension artérielle;
- troubles cardiovasculaires;
- "mobilité" psychologique excessive (des épisodes de dépression alternent avec de l'euphorie).

4. Les tumeurs hypophysaires productrices de thyrotropine présentent des syndromes caractéristiques d'une insuffisance thyroïdienne ou d'une thyrotoxicose.

5. Les adénomes gonadotropes se manifestent:
- chez les hommes, impuissance et gynécomastie;
- chez les femmes, un trouble du ménocycle et des saignements utérins.

Les grosses tumeurs hypophysaires provoquent divers dysfonctionnements du système nerveux et peuvent être caractérisées par des convulsions, une altération de la conscience et une démence.

Tumeur hypophysaire: complications

Ces tumeurs cérébrales peuvent provoquer les maladies suivantes:
- acromégalie chez l'adulte;
- dans l'enfance, le gigantisme;
- aménorrhée chez la femme;
- gynécomastie chez les hommes;
- galactorrhée;
- La maladie d'Itsenko Cushing;
- hypertension artérielle;
- l'ostéoporose;
- Diabète;
- infarctus du myocarde;
- thyroïdite.

De plus, une tumeur de la glande pituitaire du cerveau peut provoquer une forte détérioration de la vision jusqu'à sa perte complète.

Tumeur hypophysaire: diagnostic

Si vous soupçonnez cette maladie, vous devez:
- examen hormonal;
- neuroimagerie tumorale;
- recherche ophtalmologique.

Pour identifier le fond hormonal, des analyses d'urine et de sang sont effectuées, ce qui vous permet d'établir le niveau de certaines hormones et de déterminer le type de tumeur hypophysaire et son degré d'activité.

La neuroimagerie de la tumeur hypophysaire se fait à l'aide de diagnostics instrumentaux:
- radiographie;
- imagerie par résonance magnétique et tomodensitométrie du cerveau.

Les études ophtalmologiques permettent de déterminer le degré d'implication dans ce processus pathologique des nerfs optiques.

Une tumeur hypophysaire cérébrale doit être détectée le plus tôt possible, c'est la clé de son traitement réussi.

Tumeur hypophysaire: traitement

Il existe plusieurs façons de traiter ces tumeurs cérébrales: les médicaments, les radiations et la chirurgie..

La méthode la plus radicale et la plus efficace est l'ablation de la tumeur hypophysaire. En règle générale, il est accompagné d'une radiothérapie. Cette méthode présente un gros inconvénient: lorsqu'elle est réalisée, le système immunitaire humain est "tué", dont les défaillances ont déjà provoqué cette maladie.

Lors du traitement d'une tumeur hypophysaire, le médecin est confronté à un énorme problème: parallèlement à la thérapie, il est nécessaire d'élever le statut immunitaire du patient afin que son corps soit également «inclus» dans la lutte contre la maladie. Si cela ne se produit pas, le traitement est extrêmement difficile et inefficace. De plus, il faut tenir compte du fait que sans éliminer les problèmes du système immunitaire, la maladie, même si elle est "entraînée" en récession, réapparaîtra. Lorsque la tumeur hypophysaire est enlevée, elle fera face à l'état grave du corps dans la période postopératoire, seul un système immunitaire fort aidera.

L'utilisation de la méthode médicamenteuse a également ses inconvénients: les médicaments provoquent des effets secondaires assez désagréables, qui affectent également négativement le système immunitaire.

Pour résoudre ces problèmes dans le traitement complexe des tumeurs hypophysaires, le facteur de transfert du médicament immunitaire est utilisé..
La base de ce médicament est constituée des mêmes molécules immunitaires qui, pénétrant dans l'organisme, remplissent trois fonctions:
- éliminer les défaillances des systèmes endocrinien et immunitaire et contribuer à leur développement et à leur formation normaux ultérieurs;
- étant des particules d'information (de la même nature que l'ADN), les facteurs de transfert «enregistrent et stockent» toutes les informations sur les agents étrangers - agents pathogènes de diverses maladies qui (les agents) envahissent le corps, et lorsqu'ils ré-envahissent, «transmettent» ces informations au système immunitaire qui neutralise ces antigènes;
- éliminer tous les effets secondaires causés par l'utilisation d'autres médicaments tout en améliorant leur effet thérapeutique.

Il existe toute une gamme de cet immunomodulateur, à partir duquel le facteur de transfert avancé et le facteur de transfert Glukouch sont utilisés dans le programme du système endocrinien pour la prévention et le traitement complet des maladies endocriniennes, y compris et tumeurs hypophysaires.

© 2009-2019 Facteur de transfert 4Life. Tous les droits sont réservés.
plan du site
Site officiel de Ru-Transfer.
Moscou, st. Marxiste, déc.22, p. 1, du. 505
Tél: 8 800 550-90-22, 8 (495) 517-23-77

© 2009-2020 Facteur de transfert 4Vie. Tous les droits sont réservés.

Site officiel Ru-Transfer Factor. Moscou, st. Marxiste, déc.22, p. 1, du. 505
Tél: 8 800 550-90-22, 8 (495) 517-23-77

Symptômes, diagnostic et traitement d'une tumeur hypophysaire chez la femme

Un néoplasme résultant de la prolifération pathologique des cellules de la glande de sécrétion interne du cerveau est appelé une tumeur cérébrale, les symptômes chez les femmes et les hommes peuvent varier.

p, blockquote 1,0,0,0,0 ->

Cependant, dans tous les cas, cette condition provoque une grande gêne et, si elle n'est pas traitée, entraîne de graves conséquences..

p, blockquote 2.0,0,0,0 ->

Fonctions de la glande pituitaire

En physiologie humaine, l'hypophyse joue un rôle très important, malgré le fait qu'elle agit comme un petit appendice du cerveau.

p, blockquote 3,0,0,0,0,0,0 ->

Cette glande endocrine est le centre du système endocrinien. Il produit des hormones qui affectent divers processus dans le corps humain, y compris les phénomènes suivants:

p, blockquote 4,0,0,0,0,0,0 ->

Les néoplasmes qui apparaissent dans cette zone affecteront certainement le fond hormonal et provoqueront le développement de diverses maladies neurologiques.

p, blockquote 5,0,0,0,0 -> Pour référence! Les pathologies de l'hypophyse, en règle générale, surviennent à l'âge moyen (30-45 ans) et se produisent avec la même fréquence chez les femmes et les hommes. Cependant, les petites tumeurs restent souvent non diagnostiquées, car dans la plupart des cas, elles se déroulent sans symptômes..

p, blockquote 6.0,0,0,0,0,0 ->

Causes des tumeurs

À ce jour, les causes directes des tumeurs hypophysaires ou du cancer sont inconnues de la médecine..

p, blockquote 7,0,0,0,0 ->

Cependant, plusieurs facteurs de risque contribuent au développement des entités. Il comprend les éléments suivants:

p, blockquote 8,0,0,0,0 ->

  • l'utilisation de médicaments hormonaux,
  • maladies infectieuses du système nerveux,
  • lésions cérébrales traumatiques,
  • sinusite chronique,
  • prédisposition génétique,
  • l'effet de facteurs indésirables sur le fœtus pendant la grossesse.

Il existe également diverses théories scientifiques concernant la survenue de néoplasmes hypophysaires.

p, blockquote 9,0,0,0,0 ->

Selon l'un d'eux, cette pathologie peut être due à une hyperfonctionnement de l'hypothalamus ou une hypofonction des glandes périphériques..

p, blockquote 10,0,0,0,0 ->

Certains chercheurs ont tendance à associer la croissance des cellules hypophysaires à la pathologie génétique de l'une d'entre elles..

p, blockquote 11,0,0,0,0 ->

Les principaux symptômes des tumeurs

Les symptômes d'une tumeur hypophysaire sont principalement dus à sa localisation et à son effet sur la production d'une hormone particulière..

p, blockquote 12,0,0,0,0 ->

Le plus souvent, les femmes présentent des manifestations de type neurologique, notamment les conditions suivantes:

p, blockquote 13,0,0,0,0 ->

  • névrite / névralgie / logonévrose,
  • troubles de démence,
  • accès sévères de maux de tête, perte de conscience,
  • insomnie,
  • déficience visuelle,
  • dystonie végétovasculaire,
  • nez qui coule chronique.

p, blockquote 14,0,1,0,0 ->

Chez la femme, la tumeur hypophysaire peut présenter des symptômes externes. Dans ce cas, les symptômes suivants sont observés:

p, blockquote 15,0,0,0,0 ->

  1. La taille du crâne, du nez et des pommettes augmente.
  2. La mâchoire est déformée.
  3. La poitrine et les extrémités sont élargies. L'augmentation la plus courante dans les paumes et les pieds.
  4. Le poids corporel augmente.
  5. Les cheveux de type masculin apparaissent.

Certains types de tumeurs peuvent provoquer un manque de menstruation chez la femme, ce qui, en conséquence, conduit à l'infertilité.

p, blockquote 16,0,0,0,0 ->

Chez les hommes, une augmentation des glandes mammaires et de la galactorrhée est possible, ce qui se manifeste par la libération de liquide laiteux par les glandes.

p, cote 17,0,0,0,0,0,0 ->

Les symptômes suivants sont également caractéristiques de cette condition:

p, blockquote 18,0,0,0,0 ->

  • migraines sévères,
  • perte de désir sexuel,
  • les marées.

Les tumeurs et le cancer de l'hypophyse provoquent une forte augmentation de la transpiration, ainsi qu'un changement d'occlusion à la suite d'une anomalie dentaire.

p, blockquote 19,0,0,0,0 -> Important! Chez l'enfant, cette pathologie conduit souvent au gigantisme. Dans ce cas, une croissance pathologique est observée. La tumeur hypophysaire la plus haute est diagnostiquée chez la personne la plus élevée du monde..

Tumeurs de nature bénigne et maligne

Dans la plupart des cas, les néoplasmes dans cette zone sont bénins et sont appelés adénomes..

p, cote 20,0,0,0,0 ->

Ils diffèrent considérablement du cancer, qui a également ses propres caractéristiques..

p, blockquote 21,0,0,0,0 ->

Tumeurs bénignes

Une tumeur hypophysaire bénigne se développe lentement et, malgré le fait qu'elle appuie sur les tissus voisins, ne s'y développe presque jamais.

p, blockquote 22,0,0,0,0 ->

Ses cellules continuent de remplir partiellement les fonctions inhérentes aux cellules saines..

p, blockquote 23,0,0,0,0 ->

De tels néoplasmes, en règle générale, sont facilement éliminés par intervention chirurgicale et ne provoquent pas de rechutes..

p, blockquote 24,0,0,0,0 ->

Il existe 4 principaux types de telles formations, qui sont de tailles différentes. Ainsi, les tumeurs bénignes sont divisées en types suivants:

p, blockquote 25,0,0,0,0 ->

  1. Adénome géant: la plus grande espèce.
  2. Macroadénome: le néoplasme dépasse 1 centimètre.
  3. Microadénome: tumeur inférieure à 1 cm.
  4. Picoadénome: éducation inférieure à 3 mm.

La glande tumorale peut être hormonalement active et inactive, c'est-à-dire participer ou non à la production d'hormones.

p, blockquote 26,0,0,0,0 ->

Les glandes actives, à leur tour, peuvent produire les hormones suivantes:

p, blockquote 27,0,0,0,0 ->

  • une hormone de croissance,
  • hormone sexuelle,
  • prolactine,
  • thyrotropine,
  • hormone corticostéroïde.

La production d'une hormone spécifique détermine également l'emplacement de la tumeur hypophysaire.

p, blockquote 28,1,0,0,0 ->

Néoplasmes malins

Les cellules de ces formations perdent leur capacité à remplir leurs fonctions et à contrôler leur croissance. Ils pénètrent dans les organes et tissus voisins et affectent également les vaisseaux sanguins..

p, blockquote 29,0,0,0,0 ->

Ils se caractérisent par une croissance rapide, en rapport avec laquelle de telles pathologies sont mal traitées et se reproduisent souvent. La faisabilité de la chirurgie dépend entièrement du stade du cancer.

p, blockquote 30,0,0,0,0 -> Important! Dans les premiers stades, avant que les cellules ne pénètrent dans les organes et tissus voisins, les interventions chirurgicales ont généralement un pronostic favorable. Cependant, après la germination et l'apparition de métastases, dans la plupart des cas, le cancer n'est pas opéré..

Les néoplasmes malins de l'hypophyse sont extrêmement rares et sont appelés carcinomes..

p, blockquote 31,0,0,0,0 ->

Ils se distinguent par de grandes tailles et des bordures floues, ont une forme irrégulière, contrairement aux néoplasmes de nature bénigne.

p, blockquote 32,0,0,0,0 ->

Les principaux symptômes du cancer de l'hypophyse sont des migraines sévères et une déficience visuelle..

p, blockquote 33,0,0,0,0 ->

Dans certains cas, une perte de vision complète est possible. Chez l'homme, dans le contexte de la pathologie, un dysfonctionnement sexuel est observé, chez la femme - problèmes de cycle.

p, blockquote 34,0,0,0,0 ->

Diagnostique

Le diagnostic de la tumeur hypophysaire implique un examen ophtalmologique et hormonal approfondi.

p, blockquote 35,0,0,0,0 ->

L'étude de l'état des organes de vision permet de déterminer la taille du néoplasme et d'établir dans quelle direction il se développe. Un test d'urine et de sang est effectué pour détecter les niveaux d'hormones..

p, blockquote 36,0,0,0,0 ->

Afin de neuro-imager les tumeurs, les méthodes de diagnostic cérébral suivantes sont prescrites:

p, blockquote 37,0,0,0,0 ->

  • Tomodensitométrie,
  • Examen aux rayons X,
  • Imagerie par résonance magnétique.

L'examen aux rayons X vous permet d'identifier seulement une petite partie des néoplasmes hypophysaires, car il ne montre que des tumeurs de taille importante qui affectent les organes voisins.

p, blockquote 38,0,0,0,0 ->

p, blockquote 39,0,0,0,0 ->

Les adénomes ne dépassant pas 1 cm sont diagnostiqués exclusivement en TDM et IRM, ce qui permet de déterminer leur taille et leur localisation le plus précisément possible..

p, blockquote 40,0,0,0,0 ->

Méthodes de traitement

Le traitement d'une tumeur hypophysaire dépend directement de son type et de son stade de développement. Il peut généralement inclure les méthodes suivantes:

p, blockquote 41,0,0,0,0 ->

  • thérapie médicamenteuse,
  • traitement radiochirurgical,
  • intervention chirurgicale,
  • thérapie complexe.

Chaque espèce a ses propres caractéristiques, qui devraient être examinées plus en détail..

p, blockquote 42,0,0,1,0 ->

Traitement médical

La thérapie conservatrice est utilisée principalement pour restaurer la teneur optimale en hormones dans le corps humain et pour résoudre le néoplasme.

p, blockquote 43,0,0,0,0 ->

Pour cela, des agonistes dopaminergiques sont utilisés, ce qui provoque son froissement et sa dissolution..

p, blockquote 44,0,0,0,0 ->

Le plus souvent, le traitement conservateur des tumeurs hypophysaires implique l'utilisation des médicaments suivants:

p, cote 45,0,0,0,0,0 ->

Ces médicaments affectent principalement les néoplasmes produisant des hormones corticostéroïdes et de la prolactine.

p, blockquote 46,0,0,0,0 ->

Thérapie radiochirurgicale

Cette méthode est utilisée principalement dans les cas où une intervention chirurgicale pour certaines raisons n'est pas possible. La méthode est également indiquée pour les patients âgés..

p, blockquote 47,0,0,0,0,0 ->

Son essence est d'irradier des néoplasmes avec des faisceaux de rayonnement de différents côtés, dont la dose est déterminée par la taille de la tumeur et son type.

p, blockquote 48,0,0,0,0 ->

Le résultat est noté en cas d'utilisation prolongée de cette méthode. Parfois, il faut jusqu'à 10 ans ou plus pour obtenir l'effet..

p, blockquote 49,0,0,0,0 ->

p, blockquote 50,0,0,0,0 ->

Le principal avantage de la radiothérapie peut être appelé sa non-invasion complète, cependant, parmi les inconvénients de la méthode, certains effets secondaires et un certain nombre de contre-indications.

p, blockquote 51,0,0,0,0 ->

Par exemple, le rayonnement n'est pas appliqué lorsque la tumeur est proche des nerfs optiques..

p, blockquote 52,0,0,0,0 ->

Intervention chirurgicale

C'est le moyen le plus efficace d'éliminer les néoplasmes hypophysaires, qui est également utilisé dans les premiers stades du cancer dans ce domaine..

p, blockquote 53,0,0,0,0 ->

La médecine moderne permet une intervention chirurgicale par voie nasale.

p, blockquote 54,0,0,0,0 ->

Cette méthode est la plus sûre, ne nécessitant pas de coupures et ne provoquant pas d'infection ultérieure et d'autres complications.

p, blockquote 55,0,0,0,0 -> Pour référence! L'intervention endonasale implique l'utilisation d'une sonde et de petits instruments spéciaux avec lesquels l'accès à la zone du crâne se fait par le nez. Dans ce cas, toutes les manipulations et l'emplacement du néoplasme sont affichés sur le moniteur, il n'est donc pas difficile de retirer la tumeur. Après une telle opération, le patient peut être libéré en quelques jours.

Traitement complexe

Souvent après la chirurgie, le médecin peut également prescrire la radiochirurgie comme traitement supplémentaire.

p, blockquote 56,0,0,0,0 -> p, blockquote 57,0,0,0,1 ->

Ces méthodes peuvent être accompagnées de l'utilisation de certains médicaments hormonaux pour réguler le niveau d'hormones spécifiques dans le corps..

Tumeur hypothalamique: symptômes chez l'homme et la femme, traitement

La glande pituitaire est la glande endocrine située à la base du cerveau. Ce petit organe rond qui est responsable de la production de près de 10 types d'hormones et régule l'activité des organes internes, les processus physiologiques et psycho-émotionnels dans le corps.

Les tailles normales normales de l'hypophyse sont caractérisées par les indicateurs suivants:

  • poids - 0,5 g;
  • longueur - jusqu'à 10 cm;
  • largeur - 10-15 mm.

La glande se compose de 2 parties - l'hypophyse antérieure (adénohypophyse), où les hormones hypophysaires sont produites et le dos, où les substances produites par l'hypothalamus sont accumulées, Ensemble, elles forment le système hypothalamo-hypophyse.

Quelle est la glande pituitaire, où est-elle située?

La glande pituitaire fait partie du système endocrinien. Le corps est responsable du métabolisme matériel, du fonctionnement du système reproducteur et de la croissance de tous les organes du corps humain.


Il est situé dans la région du cerveau, se compose des parties antérieure et postérieure (adénohypophyse, neurohypophyse). Le processus inflammatoire de l'hypophyse provoque de nombreux troubles dans le corps humain.

Le principe de la glande endocrine

L'hypophyse est la glande du cerveau qui peut produire des hormones synthétisées par les cellules du lobe antérieur. Avec leur aide, l'hypophyse change directement:

  • croissance corporelle - l'hormone de croissance, ou hormone de croissance, est responsable de l'augmentation de la taille du corps et des organes internes de l'enfant;
  • lactation - la prolactine aide à la formation du lait maternel, et en dehors de la grossesse et chez les hommes, elle régule le système reproducteur.

Toutes les autres hormones du lobe antérieur agissent à travers les glandes:

  • thyroïde - la thyrotropine provoque la formation de thyroxine et de triiodothyronine, qui augmentent le taux métabolique;
  • glandes surrénales - l'hormone adrénocorticotrope favorise la production de cortisol, augmente légèrement la production de stéroïdes sexuels et d'aldostérone (retarde le sodium et l'eau, élimine le potassium);
  • génitales - les gonadotrophines (hormones folliculo-stimulantes et lutéinisantes) sont responsables du travail des ovaires, des testicules, des processus de fécondation, de la formation des hormones féminines (estradiol, progestérone) et masculines (testostérone).

L'hypophyse postérieure sert de réservoir aux hormones provenant de l'hypothalamus - l'ocytocine et la vasopressine. Le premier est nécessaire pour réduire l'utérus et les canaux lactifères. Le second est également appelé antidiurétique, c'est-à-dire qu'il empêche la diurèse - l'excrétion d'urine par les reins..

La glande pituitaire est située dans la cavité osseuse, qui ressemble à un bol. On l'appelle la selle turque. Cette glande est reliée à l'hypothalamus via un entonnoir. La proximité et la connexion hormonale vous permettent de les combiner en un seul centre pour la régulation du système endocrinien.

Les noyaux hypothalamiques analysent la composition du sang et donnent à la glande pituitaire des commandes pour renforcer ou ralentir le travail des organes cibles (glandes surrénales, thyroïde, testicules, ovaires). Ainsi, la norme maintient la constance de tous les paramètres de base de la vie.

Nous vous recommandons de lire l'article sur les maux de tête et l'hypophyse. Vous en apprendrez plus sur les causes de la perturbation de l'hypophyse, les symptômes de la perturbation de l'hypophyse chez les femmes, les hommes, ainsi que le diagnostic et le traitement de la pathologie. Et voici plus sur la dysfonction hypophysaire.

Causes des tumeurs hypophysaires

Une tumeur hypophysaire (les symptômes chez les femmes n'apparaissent pas immédiatement, mais à mesure que l'adénome augmente) est une condition pathologique, les cellules des organes se développent. Le fonctionnement de la glande thyroïde est perturbé, divers changements dans le corps humain apparaissent.

Les processus pathologiques provoquent les facteurs suivants:

  • changements hormonaux dans le corps humain;
  • prédisposition héréditaire;
  • dommages neuroinfectieux au corps;
  • l'influence des ondes radioactives;
  • les infections virales qui ont infecté le tissu cérébral;
  • processus inflammatoires chroniques dans les oreilles et le nez (sinusite, otite moyenne);
  • dommages cérébraux;
  • effets négatifs sur le fœtus pendant le développement fœtal.

Chez les femmes, la cause prédominante du développement de la tumeur hypophysaire est le déséquilibre hormonal, ainsi que l'hypothermie en hiver. Tous les types de processus inflammatoires sont le déclencheur, car ils réduisent les défenses de l'organisme.

Hémorragie hypophysaire

Les patients se plaignent de maux de tête sévères dans la région rétroorbitale, de troubles visuels, de changements dans les pupilles, de troubles de la conscience. Ces symptômes peuvent simuler d'autres maladies neurologiques, telles que l'occlusion de l'artère basilaire, une crise hypertensive ou une thrombose des sinus caverneux..

Facteurs de risque

Parmi les facteurs de risque, on peut distinguer les circonstances suivantes:

  • blessure à la tête, contre laquelle des lésions hypophysaires et une hémorragie se sont produites;

  • dommages infectieux au système nerveux;
  • pathologies congénitales;
  • traitement hormonal;
  • altération de la fonction thyroïdienne;
  • maladies auto-immunes;
  • processus inflammatoire chronique dans la cavité nasale.
  • Une tumeur hypophysaire provoque également une altération du système endocrinien. En particulier, cela s'applique aux glandes périphériques. La production accrue d'hypothalamus déclenche le processus inflammatoire et favorise le développement tumoral.

    Classification des néoplasmes

    Le type d'adénome hypophysaire dépend de la nature du néoplasme, de la localisation des processus pathologiques, des caractéristiques fonctionnelles du corps humain:

    TitreLa description
    Par taille
    • microadénome (la taille de la tumeur ne dépasse pas 10 mm);
    • macroadénome (néoplasme supérieur à 10 mm).

    Sur le site de l'épidémie
    • adénohypophyse;
    • neurohypophyse.
    Par la nature du cours
    • bénigne (la tumeur se développe lentement, sans affecter les tissus adjacents, seulement en exerçant une pression)
    • tumeur maligne (néoplasme rarement diagnostiqué, qui se développe rapidement et pénètre dans les tissus sains, les affecte).
    Par activité et dépendance aux hormones
    • hormono-active (adénome somatotrope, prolactine, corticotrope et thyréotrope);
    • tumeurs hormonales inactives (néoplasmes chromophores).

    Il est important de subir un examen complet et un traitement spécialement sélectionné pour toute forme de la maladie, car même des processus mineurs affectent l'état et le fonctionnement du cortex cérébral. Sous pression, les systèmes et les organes affectés sont perturbés.

    Prévoir

    Les tumeurs hypophysaires font référence à une maladie traitable - le plus souvent, la tumeur est bénigne. Le pronostic pour le traitement de cette maladie est favorable avec la détection rapide d'un adénome, jusqu'à ce qu'il se soit développé dans les structures du cerveau. Cependant, il existe des cas d'auto-guérison et de sa réapparition.

    Souvent, la prévision précise dépend du moment du diagnostic. Dans 80% des cas, l'issue du traitement des tumeurs est satisfaisante et pour la prolactine et la somatotropine, le traitement n'est prescrit que dans 25% des cas. La difficulté est de retirer les microadénomes de plus de 2 cm de diamètre, à la suite desquels une détérioration est prévue au cours des 5 prochaines années.

    Les effets secondaires de la cure comprennent une déficience visuelle. Lorsque la tumeur des nerfs optiques est touchée, la restauration du bon fonctionnement du système visuel n'est possible qu'au premier stade de la pathologie. Dans de tels cas, le patient est partiellement valide et reçoit un handicap..

    Les tumeurs hypophysaires font référence à une maladie traitable - le plus souvent, la tumeur est bénigne. Le pronostic pour le traitement de cette maladie est favorable avec la détection rapide d'un adénome, jusqu'à ce qu'il se soit développé dans les structures du cerveau. Cependant, il existe des cas d'auto-guérison et de sa réapparition.

    Souvent, la prévision précise dépend du moment du diagnostic. Dans 80% des cas, l'issue du traitement des tumeurs est satisfaisante et pour la prolactine et la somatotropine, le traitement n'est prescrit que dans 25% des cas. La difficulté est de retirer les microadénomes de plus de 2 cm de diamètre, à la suite desquels une détérioration est prévue au cours des 5 prochaines années.

    Après un traitement opportun, avec une détection précoce de la maladie, le microadénome hypophysaire est complètement éliminé avec des médicaments ou d'autres méthodes chirurgicales. Dans 90% des cas, un traitement correctement prescrit soulage une fois pour toutes les patients de la maladie.

    Nous vous proposons de lire: L'impuissance psychologique et son traitement

    Cependant, dans tous les cas, la personne dont la tumeur a été détectée doit être inscrite au service d'oncologie de la clinique. Un examen régulier avec un médecin est recommandé - au moins une fois tous les six mois, car toutes les tumeurs ont tendance à réapparaître dans les 5 ans après le retrait.

    Le microadénome hypophysaire est une pathologie tumorale bénigne qui peut être traitée. Avec une évolution favorable, il ne provoque pas d'inconfort pour le patient, mais à tout moment, il peut dégénérer en macroadénome ou en néoplasme malin, qui met la vie en danger. C'est pourquoi vous devez diagnostiquer et traiter à temps toute tumeur cérébrale..

    Le pronostic pour un diagnostic et un traitement en temps opportun est favorable - la guérison après la chirurgie se produit dans 95% des cas, avec un soutien médical avant, pendant et après la chirurgie, une régression des symptômes et des troubles hormonaux est observée dans 94% des cas. Avec une combinaison de médicaments et de chirurgie avec radiothérapie, l'absence de récidive tumorale au cours de la première année après le début du traitement est de 80% et au cours des cinq premières années - 69%.

    Le pronostic pour la restauration de la vision est favorable si l'adénome n'est pas volumineux et existait chez le patient avant le début du traitement depuis moins d'un an.

    L'examen du handicap est effectué par la clinique - commission d'experts après la sortie de l'hôpital. Un patient peut être affecté d'un handicap du groupe III, II ou I avec des troubles endocriniens métaboliques, trophiques, ophtalmologiques et neurologiques, ainsi qu'avec des violations graves des fonctions et une incapacité à travailler, par exemple, avec acromégalie, perte de vision, insuffisance du cortex surrénalien, troubles du métabolisme des glucides etc.

    L'incapacité temporaire (congé de maladie) pour les patients qui travaillent est déterminée pour une période de 2 à 3 mois lors de l'examen initial dans un hôpital, de 1,5 à 2 mois pendant la radiothérapie, de 2 à 3 mois pendant la chirurgie pour l'ablation de l'adénome hypophysaire. De plus, avec des prévisions de travail douteuses - direction de l'UIT.

    Symptômes de la maladie

    Le tableau clinique d'une tumeur hypophysaire permet au médecin endocrinologue d'établir un diagnostic préliminaire et d'assigner au patient l'examen médical le plus informatif.

    Les symptômes à un stade précoce sont légers, car un petit néoplasme n'exerce pas de pression sur les tissus adjacents.

    À mesure que les processus pathologiques progressent, les symptômes suivants apparaissent:

    TitreSymptomatologie
    Forme bénigne
    • la vision se détériore;
    • les cheveux tombent;
    • les pieds et les paumes augmentent;
    • le nez qui coule chronique apparaît;
    • des troubles nerveux se produisent, accompagnés de convulsions, de tics;
    • la démence se développe;
    • étourdi, une personne perd connaissance;

  • le visage gonfle et sa forme change.
  • Tumeur maligne
    • mal de crâne;
    • nausées Vomissements;
    • perte de poids;
    • fatigue;
    • pâleur de la peau;
    • perte d'appétit;
    • hypotrophie musculaire.

    Une tumeur maligne de l'hypophyse affecte rapidement les tissus voisins et contribue à l'apparition de métastases. Une complication de cette condition est une issue fatale, une personne décède au bout de quelques mois. Les métastases affectent les ganglions lymphatiques régionaux et distants.

    La tumeur hypophysaire chez les femmes et les hommes s'accompagne également des symptômes cliniques généraux suivants:

    • s'inquiète d'un mal de tête constant qui ne peut pas être éliminé avec des médicaments;
    • la pression artérielle change sans raison apparente;
    • troubles du sommeil, insomnies;
    • le patient se plaint de troubles de la mémoire;
    • la vision est altérée, dans certaines situations, elle disparaît complètement;
    • l'état mental du patient s'aggrave;
    • troubles de l'intelligence, de la parole.


    Symptômes d'une tumeur hypophysaire

    La transmission retardée des influx nerveux du cerveau provoque de nombreux troubles et symptômes. Les étourdissements et les nausées sont également des signaux que l'hypophyse est affectée. Il est nécessaire de contacter l'hôpital avec ces signes. L'endocrinologue prescrira un examen complet et sélectionnera la méthode de traitement la plus efficace..

    Méthode radiochirurgicale

    L'opération est réalisée à l'aide d'un équipement d'IRM. À ce jour, cette méthode est la plus efficace. Il est peu invasif, indolore et ne nécessite aucune préparation..

    La méthode d'intervention radiochirurgicale est la suivante: un faisceau est envoyé vers la tête du patient, qui commence à changer constamment de position. Ce processus est contrôlé à l'aide d'un équipement d'IRM. Cela est nécessaire pour que la tumeur reçoive la bonne dose de rayonnement et que les tissus environnants ne soient pas affectés..

    L'effet après le traitement ne se produit pas immédiatement, cela prendra plusieurs mois. En conséquence, le volume de l'hamartome diminue de 80 à 90% et il cesse de comprimer l'hypothalamus. De ce fait, les attaques disparaissent ou sont très rarement perturbées, l'état psycho-émotionnel est normalisé, les troubles cognitifs reculent.

    Premiers signes

    Les premiers signes cliniques n'apparaissent pas immédiatement, après un certain temps, lorsque la tumeur se développe et exerce une pression sur les tissus adjacents. Il est important de contacter l'endocrinologue avec les symptômes qui apparaissent, de subir un examen et de commencer le traitement.

    Selon l'âge et le sexe, une personne présente les signes suivants d'un état pathologique:

    TitreSymptomatologie
    Chez les femmes
    • le lobe de l'oreille est déformé;
    • l'arc sourcilier, la pointe du nez change;
    • le crâne, les pommettes, le menton augmentent;
    • la base du squelette est déformée;
    • l'arthrite se développe;
    • un gonflement apparaît, le poids corporel augmente;
    • le cycle menstruel est violé;
    • l'infertilité se développe;
    • la transpiration augmente;
    • la fonction cardiaque est perturbée;
    • changements de voix;
    • la tachycardie se produit.
    Chez l'homme
    • le fonctionnement du système nerveux et endocrinien est perturbé;
    • Maux de tête sévères;
    • troubles de la vision;
    • fatigue chronique, léthargie, faiblesse se produit;
    • il y a de l'apathie pour le travail et le monde qui l'entoure;
    • la circulation sanguine est perturbée;
    • il y a une sensation de froid.
    Chez les enfants
    • léthargie, indifférence à vos jeux préférés, divertissement;
    • sautes d'humeur, larmoiement;
    • nausées, vomissements, inconfort dans le tractus gastro-intestinal;
    • hypertrophie de la glande thyroïde, altération du fonctionnement;
    • problèmes de vue;
    • retard du développement mental et physique;
    • tachycardie, essoufflement;
    • violation des selles (diarrhée, constipation);
    • étourdissements, perte de conscience;
    • déshydratation, l'enfant a soif;
    • une sensibilité à basse température apparaît.

    Un examen complet approfondi aidera à déterminer la tumeur hypophysaire chez un adulte ou un enfant. Le manque de soins médicaux en temps opportun entraînera de graves conséquences..

    Troubles provoqués par un excès d'hormones, leurs symptômes

    L'hyperprolactinémie est une maladie causée par un excès d'hormone prolactine, conduisant à l'infertilité féminine et masculine, accompagnée de surpoids, d'amincissement et de fractures, de troubles de la vision, de maux de tête.

    Chez la femme, elle s'exprime par les signes suivants:

    • des perturbations dans la fréquence des menstruations ou leur absence;
    • insuffisance ovarienne et infertilité;
    • manque de sécrétion vaginale, qui est la cause de la douleur lors d'un contact sexuel.

    Manifestations de la maladie chez l'homme:

    • diminution ou absence totale de puissance;
    • immobilité des spermatozoïdes;
    • isolement du lactose des glandes mammaires.

    La production d'une grande quantité de l'hormone responsable de la croissance (somatropine) conduit au développement du gigantisme. La maladie entraîne une augmentation de la croissance (jusqu'à 2 m) avec un allongement des jambes et des bras avec une petite tête. En règle générale, les patients atteints de gigantisme meurent à un jeune âge en raison de diverses complications.

    L'acromégalie est un autre type de pathologie causée par un excès de somatropine. Avec lui, la croissance humaine reste normale, mais il y a un allongement hypertrophique du crâne (très développé), des mains et des pieds.

    L'hypercorticisme (syndrome d'Itsenko-Cushing) se développe avec une synthèse excessive de cortisol. Frappent plus souvent les femmes.

    Les principaux signes de pathologie:

    • gain de poids anormal excessif en violation des proportions;
    • La face de la lune;
    • la peau est bleu cramoisi;
    • augmentation de la pression artérielle;
    • diminution des fonctions protectrices du corps;
    • chez les femmes, la croissance des cheveux commence sur le corps (au-dessus de la lèvre, sur le menton, la poitrine, le dos, etc.), les fonctions de procréation sont violées;
    • mauvaise cicatrisation de la peau pendant les blessures.

    Stades du cancer de l'hypophyse

    Une tumeur hypophysaire (les symptômes chez la femme nécessitent un examen complet approfondi), en développement, elle passe par certaines étapes:

    TitreLa description
    Étape 1La taille du néoplasme ne dépasse pas 1 cm.
    2 étagesLa tumeur augmente à 1-2 cm, des métastases simples apparaissent qui affectent les ganglions lymphatiques régionaux.
    3 étagesÀ ce stade, la tumeur s'accompagne de métastases qui se forment dans la région des ganglions lymphatiques sous-maxillaires et occipitaux. Apparition de troubles endocriniens.
    4ème étapeLe développement actif de processus malins conduit à la décomposition des tissus affectés, les patients sont diagnostiqués avec des foyers distants de métastases.

    Aux stades précoces du développement de la tumeur hypophysaire, la maladie est rarement détectée, car de nombreux patients n'ont pas de plaintes ou de signes cliniques. C'est la période où une personne a de grandes chances de survie, car le néoplasme peut être complètement retiré.

    Diagnostique

    Le médecin et l'endocrinologue participent au diagnostic et au traitement de la tumeur hypophysaire. De plus, le patient peut avoir besoin de consulter d'autres médecins spécialisés (optométriste, neurologue, oncologue, neurochirurgien). Il est important de différencier la maladie, car de nombreuses pathologies s'accompagnent de signes cliniques similaires..

    Pour diagnostiquer une tumeur hypophysaire, il est conseillé aux patients de subir les tests suivants:

    TitreLa description
    Analyse d'urineLa recherche aide à déterminer les niveaux d'hormones hypophysaires.
    Test sanguin
    RoentgenographyLe spécialiste regarde à travers le crâne et la région de la selle turque. Estime sa taille, examine le fond. Regarde également à travers les sinus, la mâchoire inférieure, l'épaisseur des os, la distance entre les dents.
    Tomodensitométrie (TDM)Méthode de diagnostic qui vous permet d'établir la taille exacte de la tumeur hypophysaire.
    Imagerie par résonance magnétique (IRM)L'examen permet d'identifier une petite tumeur (5 mm) et de déterminer sa nature.
    AngiographieLes vaisseaux cérébraux sont examinés pour détecter un anévrisme, le déplacement d'une artère ou une tumeur hypophysaire.

    Les patients donnent également du liquide céphalorachidien pour examen. Les résultats permettent de déterminer le niveau de protéines dont le changement de concentration indique le développement d'un néoplasme.

    Syndrome de la selle turque vide

    Le syndrome de Sheehan appartient au domaine de l'endocrinologie d'urgence. À l'autopsie des femmes décédées entre 12 heures et 34 jours après la naissance, une nécrose d'adénohypophyse a été détectée dans environ 25% des cas. Dans presque tous les cas, le développement d'une nécrose hypophysaire a été précédé de saignements massifs lors de l'accouchement, accompagnés d'une baisse de la tension artérielle et d'un choc.

    Le plus souvent, ce syndrome se retrouve dans le diabète sucré. La pathogenèse du syndrome reste inconnue. Une carence partielle ou une absence complète d'une ou plusieurs hormones hypophysaires jusqu'à l'apituitarisme est cliniquement observée. Des symptômes d'insuffisance surrénalienne (hypotension artérielle, nausées, vomissements, somnolence) ou d'hypothyroïdie peuvent apparaître. La fonction résiduelle de l'hypophyse peut être évaluée à l'aide de tests provocateurs avec la tyrolibérine, la gonadolibérine, la somatolibérine, la corticolibérine.

    Le syndrome de la selle turque vide s'accompagne généralement d'hyperprolactinémie, de troubles de l'ovulation et de galactorrhée. Lorsque la radiographie révèle une augmentation de la fosse pituitaire, ce qui confirme deux causes possibles de ce syndrome:

    1. saillie de l'arachnoïde à travers le diaphragme de la selle et
    2. infarctus de la tumeur hypophysaire.

    Il n'y a pas de traitements spécifiques pour ce syndrome; utiliser des stimulants des récepteurs de la dopamine pour réduire l'hyperprolactinémie et l'hormonothérapie avec des médicaments combinés œstrogène-progestatif.

    Traitement

    La thérapie de la tumeur hypophysaire est choisie dans chaque cas individuellement, en tenant compte de l'état du patient, de la nature du néoplasme et du stade de son développement. Sur la base des résultats d'un diagnostic complet, les patients sont sélectionnés avec les médicaments les plus efficaces. Selon les indications, une radiothérapie est également effectuée. Si nécessaire, les patients subissent une intervention chirurgicale.

    Les préparatifs

    Le médecin sélectionne le médicament par l'endocrinologue, en tenant compte des résultats de l'examen. Les médicaments ont un effet direct sur les foyers pathologiques et le processus de production d'hormones. Il est nécessaire de respecter strictement le schéma établi afin de prévenir d'éventuels effets secondaires..

    Pour lutter contre la tumeur hypophysaire, les médicaments suivants sont prescrits aux patients:

    TitreApplicationContre-indications
    CabergolineLe médicament est pris par voie orale, les adultes se voient prescrire 500 mcg par semaine. Progressivement, la posologie est augmentée à 1-2 g par semaine.
    • altération de la fonction hépatique;
    • hypertension artérielle;
    • grossesse;
    • la période d'allaitement;
    • troubles du système cardiovasculaire;
    • sensibilité individuelle.
    CyproheptadineIl est recommandé de prendre le médicament après un repas de 4 mg 3 fois par jour. La posologie pour enfants dépend de l'âge et est de 0,4 à 12 mg par jour.
    • glaucome à angle fermé;
    • hypersensibilité aux composants;
    • ulcère gastro-duodénal sténotique;
    • grossesse;
    • allaitement maternel.
    BromocriptineLe médicament est pris par voie orale. La dose adulte est de 1,25 à 2,5 mg 2 à 3 fois par jour.
    • crise cardiaque;
    • hypotension;
    • troubles graves du fonctionnement du système cardiovasculaire;
    • maladie vasculaire périphérique spastique;
    • dommages au tractus gastro-intestinal;
    • les troubles mentaux.

    Les agonistes de la dopamine sont prescrits aux patients pour restaurer les niveaux hormonaux dans le corps humain..

    Chirurgie

    Les tumeurs hypophysaires (les symptômes chez les femmes aideront le médecin endocrinologue à déterminer le stade de la maladie et le degré de développement des processus pathologiques) dans la plupart des cas, sont traitées rapidement.

    La thérapie est réalisée par plusieurs méthodes:

    TitreLa description
    CraniotomieLe chirurgien ouvre le crâne, s'il n'y a aucun risque pour le cerveau, enlève la tumeur. Une méthode dangereuse de traitement chirurgical, après laquelle il y a une forte probabilité de complications (infection, liquide céphalo-rachidien, troubles circulatoires).
    Chirurgie endoscopique endonasaleUne opération moins dangereuse qui est effectuée à travers la cavité nasale. La probabilité de complications est minime. Le patient récupère rapidement, il n'a pas de cicatrices et des cicatrices.

    Après un traitement chirurgical, les patients, en tenant compte des indications, se voient prescrire une cure de radiothérapie ou de pharmacothérapie. Dans certaines situations, la cryodestruction est effectuée. La zone touchée de l'hypophyse est gelée à l'aide d'un équipement spécial. Sous l'influence des basses températures, l'adénome est détruit.

    Radiothérapie

    Le traitement est effectué si la chirurgie est contre-indiquée pour les patients. Dans la pratique médicale moderne, la méthode radiochirurgicale est plus souvent utilisée. La zone touchée est irradiée de tous côtés à l'aide d'un cyber-couteau. La dose de rayonnement dans chaque cas est sélectionnée individuellement, en tenant compte de l'état du patient et du degré de développement de la tumeur hypophysaire.

    La radiothérapie est contre-indiquée chez les patients dont le néoplasme est situé à côté des nerfs optiques. L'efficacité de cette méthode de traitement est que la croissance de la tumeur est arrêtée et que le niveau d'hormones est rétabli. La radiothérapie mettra longtemps à combattre l'adénome. Les premiers résultats ne seront visibles qu'après 5 ans.

    Carence en gonadotrophine isolée

    L'hypogonadisme secondaire congénital et le syndrome de Kalman appartiennent au groupe des maladies rares causées par l'absence ou le retard du développement sexuel dû à une sécrétion insuffisante de LH et de FSH. Les anomalies neuroendocrines sous-jacentes sont divisées en deux groupes: les défauts moléculaires de la cascade gonadotrope, conduisant à un hypogonadisme secondaire isolé, et les anomalies hypothalamiques associées aux neurones qui sécrètent la gonadolibérine, ou à l'hypoplasie des voies olfactives dans le syndrome de Kalman.

    Dans certains cas, il existe une anosmie. Le défaut est associé à une violation de la formation dans les placodes olfactives du nez en formation de neurones sécrétant de la gonadolibérine, ou à une violation de leur migration des bulbes olfactifs vers le noyau de l'entonnoir pendant l'embryogenèse. Le niveau d'hormones gonadotropes peut être normal ou réduit, le niveau des hormones hypophysaires restantes reste normal.

    Cependant, les gonades des patients ne sont pas en mesure de synthétiser les hormones sexuelles. Les deux troubles sont de nature génétique. Chez les patients atteints d'hypogonadisme secondaire, des mutations dans les gènes GNRH1, GPR54 / KISS1R sont détectées. TLS3 et TACR3 ou résistance des cellules hypophysaires à la gonadolibérine. Les maladies sont souvent, mais pas toujours, des syndromes monogéniques et peuvent être héritées de manière autosomique dominante.

    Pour le diagnostic de l'iv, la gonadolibérine est injectée dans un jet et le niveau stimulé d'hormones gonadotropes est mesuré. Dans le cas général, le traitement consiste à prescrire des œstrogènes et des progestatifs dans un schéma cyclique pour assurer la puberté. Lors de la planification d'une grossesse, la gonadolibérine est prescrite en mode pulsé via un distributeur ou des préparations d'hormones gonadotrophines, ce qui conduit à la maturation folliculaire et à l'ovulation.

    Est-il possible de se débarrasser d'une tumeur hypophysaire par des remèdes populaires?

    Les prescriptions pour les guérisseurs et les guérisseurs peuvent être utilisées pour les lésions malignes ou bénignes de l'hypophyse, cependant, il est nécessaire de consulter votre médecin. La médecine traditionnelle n'aidera pas à se débarrasser de la maladie, mais seulement à éliminer les nouveaux symptômes négatifs.

    Les recettes doivent être soigneusement sélectionnées avec un endocrinologue, car de nombreux composants peuvent provoquer une réaction allergique ou une sensibilité individuelle..

    Il est important de mener la thérapie sous la supervision d'un spécialiste, afin de ne pas aggraver l'état de santé.

    TitreRecetteApplication
    Frais de guérisonMélanger en proportions égales la racine de consoude, la tanaisie et les fleurs de souci. Rectifiez tous les composants. Versez 1 cuillère à soupe. eau chaude (300 ml). Allumez un petit feu, chauffez pendant 15 minutes. Cool et filtrer.Il est recommandé de prendre le médicament résultant avant les repas pendant 30 minutes à 1/3 cuillères à soupe. Le traitement dure 45 jours, il est alors recommandé de faire une pause de 30 jours et de poursuivre le traitement.
    Récolte à base de plantesMélanger à parts égales la primevère, le gingembre moulu, les graines de sésame et la citrouille. Ajoutez dans les mêmes proportions du miel naturel. Tous les composants se mélangent bien..Le médicament fini est recommandé de prendre 1 cuillère à café. 4 fois par jour.
    Herbes apaisantesMélanger les feuilles de menthe, racine de valériane, mélisse, origan, agripaume, melilot, Ivan-thé. Versez 1 c. collecte avec de l'eau chaude (150 ml), laisser reposer 1 heure et filtrer.Le médicament doit être consommé sous une forme chaude. Il est recommandé aux adultes de boire avant le coucher pendant 2-3 heures. Pour le goût, vous pouvez ajouter une petite quantité de miel naturel..

    L'auto-traitement de la tumeur hypophysaire est inacceptable, si le néoplasme se développe rapidement, les processus pathologiques progressent. Dans cette situation, le patient devra subir une intervention chirurgicale urgente.

    Caractéristiques du traitement des enfants

    La thérapie de la tumeur hypophysaire chez les enfants est réalisée à l'aide de médicaments. Les médicaments sont sélectionnés par l'endocrinologue ou l'oncologue, en se référant aux résultats du diagnostic.

    Les moyens les plus doux sont sélectionnés pour restaurer le niveau d'hormones, arrêter la croissance de la tumeur. De plus, des médicaments sont utilisés pour restaurer la fonction visuelle et renforcer le nerf optique.

    Après le traitement, il est nécessaire de consulter un endocrinologue chez le médecin, le risque de récidive de la tumeur demeure, surtout si elle était maligne.

    Mythe. Les médicaments ne traitent pas l'adénome hypophysaire. Sortie unique - fonctionnement.

    En réalité. Pas toujours. Les adénomes hypophysaires sont traités différemment. Pour chaque type de tumeur hypophysaire, il existe une option spécifique, la plus optimale, qui est soigneusement sélectionnée par un endocrinologue et un neurochirurgien.

    Ainsi, pour le traitement du prolactinome (une tumeur hypophysaire qui synthétise l'hormone prolactine), des préparations de comprimés sont principalement utilisées, ce qui conduit à une diminution (et parfois à la disparition) de la tumeur. Et seulement en cas de traitement médicamenteux infructueux est chirurgical.

    Et pour les tumeurs produisant de l'hormone de croissance, on ne peut souvent pas se passer de chirurgie (en règle générale, elle est effectuée de manière douce, par le nez), après quoi le patient peut se voir prescrire un traitement médicamenteux pour influencer davantage la tumeur (au cas où elle serait grande et ne pourrait pas être éliminé complètement) et pour compenser le manque de certaines hormones.

    Parfois, l'ablation chirurgicale des tumeurs hypophysaires est complétée par une radiothérapie, ce qui augmente les chances de guérison.


    Rayonnement contre le cancer. Un expert en radiothérapie, ses avantages et ses inconvénients En savoir plus

    L'acromégalie est une des manifestations de la tumeur hypophysaire - une augmentation pathologique des pieds et des mains, une hypertrophie des traits du visage associée à une production accrue d'hormone de croissance par l'hypophyse antérieure. En plus de la taille gigantesque, ces patients, dont un éminent représentant était le basketteur soviétique Alexander Sizonenko (sa taille était de 245 cm), souffrent de maux de tête et de douleurs articulaires, de troubles des fonctions sexuelles et reproductives. Des niveaux accrus d'hormone de croissance dans le sang entraînent une mortalité précoce due au cancer, aux poumons et aux maladies cardiovasculaires. À ce jour, plus de 4000 patients atteints d'acromégalie sont inscrits au registre de l'Institut d'endocrinologie clinique.

    Complications possibles chez l'adulte et l'enfant

    Tumeur hypophysaire (les symptômes chez les femmes à un stade précoce aideront à identifier les violations et à aller à l'hôpital chez un endocrinologue) chez les adultes et les enfants sans diagnostic en temps opportun entraîne des conséquences graves.

    L'absence de thérapie correctement sélectionnée entraîne de nombreuses complications:

    TitreLa description
    Hémorragie cérébraleUn état pathologique, en médecine, il est appelé accident vasculaire cérébral hémorragique. Le sang pénètre dans le cerveau. La plupart des patients (40%) décèdent.
    InfertilitéUne maladie caractérisée par une altération de la fonction de reproduction chez les femmes. Elle ne peut pas avoir d'enfants. Les problèmes commencent par des irrégularités menstruelles, le lait maternel est excrété, l'ovule n'est pas fécondé.
    AcromégalieUne complication rare de l'adénome hypophysaire, qui se caractérise par une augmentation d'une certaine partie du corps. Un épaississement du tissu osseux se produit également. Avec l'acromégalie, le corps des enfants ne se développe pas correctement. Les conséquences peuvent être non seulement diverses complications, mais aussi des problèmes d'adaptation dans la société.
    CécitéUne tumeur en croissance appuie sur le nerf optique. Des violations apparaissent, il meurt partiellement. Dans les situations difficiles, le patient perd complètement la vue. Parfois, un seul œil est affecté.

    La tumeur hypophysaire provoque également des troubles sexuels chez l'homme. Une dépression nerveuse, une personnalité mentalement instable est également une conséquence du développement de processus pathologiques.

    Les effets d'une augmentation verticale de l'hypophyse

    Le plus souvent, les tumeurs qui produisent l'hormone de croissance ou la prolactine se développent rapidement. Si l'adénome perturbe l'écoulement du liquide céphalorachidien, cela conduit à des crises de nausée, à l'envie de vomir dans le contexte d'un mal de tête éclatant intolérable.

    En raison de la proximité de l'intersection des nerfs optiques, le champ de vision se rétrécit - le patient ne peut pas voir les objets situés excentrés. Avec une pression tumorale prolongée, la cécité est possible. Si l'hypothalamus est affecté, il y a des attaques de perte de conscience.

    Les conséquences d'une augmentation de la taille de la glande comprennent:

    • vision double
    • prolapsus de la paupière supérieure;
    • syndrome convulsif;
    • secousses mineures de l'œil (nystagmus) ou difficulté à le déplacer;
    • écoulement nasal persistant, congestion nasale;
    • perte de mémoire, diminution de la capacité de percevoir les informations;
    • chute de pression, faiblesse cardiaque.

    Pronostic tumoral et ses conséquences

    Le pronostic de la maladie dépend de nombreux facteurs, dont la nature du néoplasme, l'état du corps humain et la localisation des processus pathologiques. Une tumeur bénigne est traitée favorablement et après le traitement, l'équilibre hormonal est rétabli. Un diagnostic précoce vous permet d'identifier la maladie aux premiers stades de développement et de commencer un traitement en temps opportun.

    Une tumeur hypophysaire est une pathologie grave qui nécessite un examen complet et un traitement rapide. Vous ne pouvez pas ignorer les premiers symptômes, il est important de contacter immédiatement l'endocrinologue hospitalier. L'absence de traitement chez les femmes entraînera des conséquences graves qui sont plus difficiles à gérer, elles réduisent les chances de guérison complète.

    Complications du syndrome hypothalamique

    Un cours de pathologie sévère peut conduire au développement de:

    • kystes multiples dans les ovaires (polykystiques);
    • menstruations rares ou rares, leur cessation ou saignement utérin;
    • gynécomastie (hypertrophie mammaire) chez les hommes, impuissance, faible libido;
    • faiblesses du muscle cardiaque (dystrophie myocardique) avec insuffisance circulatoire;
    • hypertrichose (croissance des cheveux chez les femmes par le type masculin);
    • diabète sucré;
    • complications de la grossesse: toxicose, prééclampsie, éclampsie, naissance prématurée;
    • infertilité.