Principal / Diagnostique

Métastases cérébrales

Diagnostique

Les maladies oncologiques s'accompagnent souvent d'un processus de métastases, entraînant la formation de métastases dans les structures du cerveau et d'autres parties du corps. Les cellules cancéreuses se propagent dans tout le corps principalement par la méthode hématogène (par la circulation sanguine) à partir du foyer principal. La fréquence des lésions métastatiques concomitantes des structures cérébrales est d'environ 25% des cas dans la masse totale des tumeurs malignes. La pathologie survient 10 fois plus souvent par rapport aux tumeurs primitives avec localisation dans le tissu cérébral.

Informations générales sur les métastases

Les métastases formées dans le cerveau sont des foyers pathologiques secondaires qui se développent dans le contexte d'une tumeur maligne primaire avec localisation dans une autre partie du corps. Dans 35 à 40% des cas, ils représentent des foyers solitaires (nœuds), dans 50 à 65% des cas, de multiples métastases se développent dans le cerveau, ce qui aggrave considérablement le pronostic.

Avec une forme multiple, les néoplasmes métastatiques sont localisés dans différents départements - dans le parenchyme, les méninges (dures, molles), dans le système ventriculaire, l'espace sous-arachnoïdien. La localisation supratentorielle (au-dessus du cervelet) se produit avec une fréquence de 85% des cas, cérébelleuse - dans 15% des cas. Les lésions se trouvent dans le tronc cérébral dans 5% des cas, dans les membranes - dans 2% des cas.

La présence de métastases dans la région du cerveau est considérée comme un facteur défavorable dans la prédiction de ce qui reste à vivre. Le cancer qui affecte la glande mammaire est l'une des maladies cancéreuses les plus courantes chez les femmes. Dans ce cas, des métastases dans la tête sont détectées chez 5 à 30% des patients.

La fréquence de pénétration des métastases dans différentes parties du cerveau varie en fonction de l'emplacement de la lésion primaire: pour le cancer avec la lésion primaire située dans le poumon - 19%, avec la lésion primaire dans le rein - 6,5%, avec mélanome diagnostiqué - 6,5% cancer colorectal - 1%.

Souvent, les métastases intracrâniennes (intracrâniennes) sont la principale manifestation du processus pathologique du développement tumoral. Le diagnostic intravital de lésions cérébrales se produit 3 fois moins que pendant l'autopsie (autopsie). L'autopsie montre des formations métastatiques non détectées dans les structures cérébrales dans la vie dans 25 à 40% des cas.

Localisation des métastases dans la tête - principalement à la frontière des sites de matière blanche et grise, au site de contact des bassins des artères cérébrales (milieu, dos). Le plus grand potentiel métastatique est possédé par des formes tumorales telles que le cancer du poumon (forme à petites cellules) et le mélanome. Avec ces formes de néoplasmes malins, des métastases cérébrales apparaissent après 2 ans de pathologie primaire chez 80% des patients.

La présence de métastases dans la tête avec un mélanome aggrave le pronostic de l'espérance de vie par rapport à d'autres types de néoplasmes malins. Des lésions métastatiques de même fréquence se développent avec le début du développement et la progression de la maladie sous-jacente. Accompagné d'une violation progressive des fonctions vitales tout en maintenant les capacités compensatoires.

Les causes

La principale raison de l'apparition de néoplasmes métastatiques dans les structures cérébrales est la pénétration de cellules cancéreuses d'un emplacement différent dans la région du crâne. Les cellules cancéreuses se propagent dans la circulation sanguine ou le flux lymphatique..

Symptomatologie

Les symptômes des métastases cérébrales se manifestent par des troubles cérébraux et focaux. De nombreux patients se caractérisent par le développement d'un épisindrome (épilepsie symptomatique), de troubles somatiques, d'une altération de la coordination motrice. Les premiers signes de l'apparition de métastases dans la tête diffèrent et se manifestent par les options:

  1. Comme une tumeur. Une augmentation des syndromes cérébraux et focaux sur plusieurs semaines, parfois plusieurs jours.
  2. Apoplectique. Il rappelle le développement d'un accident vasculaire cérébral avec des symptômes focaux tels que l'aphasie (altération de la fonction vocale), l'hémiparésie (parésie dans une moitié du corps), les crises d'épilepsie focales. Les syndromes se développent de manière aiguë sur le fond de l'hémorragie dans la région des métastases ou en raison de l'occlusion (blocage) du vaisseau cérébral par une embole métastatique (substrat intravasculaire non lié).
  3. Rémittent. Il se caractérise par une manifestation ondulée de symptômes qui ressemblent à des signes de développement d'un processus inflammatoire ou d'une pathologie vasculaire dans le cerveau.

Les symptômes des métastases dépendent de l'emplacement et de la taille du néoplasme, de l'intensité du développement de l'œdème des tissus environnants. Les statistiques montrent que des maux de tête sont observés dans 50% des cas, une hémiparésie dans 20% des cas, des troubles cognitifs, des troubles du comportement dans 14% des cas, des crises d'épilepsie (focale, généralisée) dans 12% des cas, de l'ataxie et des troubles moteurs dans 16% des cas.

Les signes d'une augmentation de la pression intracrânienne deviennent souvent la base de la nomination d'un scanner ou d'une IRM, les maux de tête, qui s'intensifient avec un changement de position de la tête, sont combinés avec des nausées, une congestion dans la région des disques oculaires, des étourdissements. Il convient de prêter attention à la triade de Cushing, qui se caractérise par une dépression de la conscience, une somnolence, un dysfonctionnement visuel.

Méthodes de diagnostic

L'IRM dans la zone de la tête avec amélioration du contraste est une méthode prioritaire de diagnostic instrumental pour les diagnostics tels que le mélanome, les tumeurs malignes avec localisation de la lésion dans le poumon et la glande mammaire. Des consultations de médecins sont présentées: oncologue, neurologue, ophtalmologiste. Le diagnostic comprend des événements:

  • Antécédents médicaux.
  • Détermination de l'état neurologique.
  • Examen du fond d'œil (détection de signes de pression intracrânienne).
  • Électroencéphalographie.
  • Radiographie (zone thoracique).
  • Échographie (examen des organes de la région pelvienne et des ganglions lymphatiques, détermination de l'état des organes situés dans la cavité abdominale).
  • Scintigraphie (détermination de l'état des os du squelette).

Un test sanguin (biochimique) montre la fonctionnalité des reins, du foie. Un test sanguin (clinique) donne une idée du niveau d'hémoglobine, de globules rouges, de globules blancs, de plaquettes. Si le foyer principal d'un néoplasme malin est détecté plus tôt, la TDM, l'IRM sont prescrites dans la zone de sa localisation.

Si le foyer principal d'un néoplasme malin n'a pas été précédemment détecté, un test sanguin est indiqué pour la présence de marqueurs tumoraux, coloscopie, gastroscopie, TDM sur la poitrine, dans la région pelvienne, dans la cavité abdominale. Méthodes alternatives de recherche - diffusion IRM, TEP (tomographie par émission de positons) de tout le corps.

L'efficacité de la radiothérapie, ainsi que les méthodes de traitement stéréotaxiques (radiochirurgie, radiothérapie) sont évaluées en fonction des résultats de la recherche instrumentale, qui est effectuée 1,5 mois après la fin du cours. Un contrôle supplémentaire est effectué avec une fréquence de 1 fois en 3 mois pendant 1 an. Les patients qui présentent des métastases dans n'importe quelle zone du cerveau sont soumis à une observation médicale tout au long de leur vie..

Méthodes de traitement

L'assistance médicale est fournie dans un établissement spécialisé où un régime hospitalier est fourni. Le traitement prioritaire est la résection (ablation pendant la chirurgie) des métastases situées dans le cerveau. L'opération est principalement réalisée par craniotomie (craniotomie).

Au deuxième stade, radiothérapie ou traitement médicamenteux, chimiothérapie. Un traitement complexe (44%) conduit souvent à une stabilisation du processus métastatique cérébral pendant une période de 6 à 12 mois. Autres méthodes:

  1. Irradiation de toute la surface de la tête.
  2. Radiochirurgie stéréotaxique visant des foyers de métastases. L'IRM en radiochirurgie est réalisée pour suivre les résultats des effets thérapeutiques.
  3. Chimiothérapie, pharmacothérapie.

Lors du choix d'une méthode de traitement, des facteurs tels que la structure morphologique de la tumeur et la sensibilité de la tumeur primaire aux médicaments et à la radiothérapie sont pris en compte. L'état somatique du patient, la gravité du déficit neurologique, le nombre et la taille des foyers de métastases sont importants.

Thérapie médicamenteuse

Afin de traiter efficacement le cancer qui affecte le cerveau et les néoplasmes métastatiques, ils effectuent généralement une opération ou une chirurgie classique à l'aide d'unités gamma-knife. La pharmacothérapie est effectuée dans les cas:

  1. Lésions cérébrales métastatiques avec évolution asymptomatique.
  2. Sensibilité à la thérapie ciblée et à la chimiothérapie.
  3. Contre-indications à d'autres types de traitement.

Le schéma et la procédure de traitement avec des médicaments sont sélectionnés individuellement en fonction de la structure morphologique de la tumeur primaire, de la nature de l'évolution de la maladie. Lors du choix des préparations et des régimes pharmaceutiques, le régime de thérapie médicamenteuse est pris en compte jusqu'à ce que des métastases intracrâniennes soient détectées. L'efficacité du traitement est évaluée avec une chimiothérapie - à la fin des 2-3 cycles suivants, avec la nomination d'une thérapie ciblée - avec une fréquence de tous les 3 mois. Les principaux médicaments:

  • Corticostéroïdes (Dexaméthasone). Élimine les symptômes des métastases dans la tête, provoquées par un œdème secondaire des tissus cérébraux et une augmentation de la pression intracrânienne.
  • Cytostatiques (Irinotécan, Topotécan, Paclitaxel, Pemetrexed, Témozolomide). Agents antitumoraux qui perturbent le développement et la division des cellules cancéreuses.
  • Antidouleurs. Pour éliminer la douleur.
  • Anticonvulsivants. En règle générale, les patients souffrent de crises d'épilepsie, par conséquent, les anticonvulsivants sont indiqués..

Si nécessaire, des préparations pharmaceutiques sont prescrites pour corriger les manifestations des symptômes neurologiques. Nous attendons un effet thérapeutique positif dans le traitement des médicaments jusqu'à progression de la maladie..

Technique de faisceau

L'irradiation complète de toutes les parties du cerveau, en tant que principale méthode de traitement, est efficace dans certains cas cliniques - la présence de contre-indications pour la chirurgie et la radiochirurgie stéréotaxique. L'irradiation complète des structures cérébrales augmente considérablement l'efficacité du traitement avec une résection chirurgicale prioritaire du néoplasme métastatique.

La fréquence des rechutes intracrâniennes (intracrâniennes) en cas de traitement combiné est d'environ 20%. A titre de comparaison, en cas d'irradiation sans chirurgie, la fréquence des rechutes intracrâniennes (intracrâniennes) augmente à 52%. La radiothérapie est efficace pour les petits néoplasmes métastatiques. Le cours comprend généralement 10 à 30 séances. Durée d'une séance - environ 30 minutes.

Intervention chirurgicale

La résection (ablation chirurgicale) est l'étalon-or dans le traitement des métastases simples et opérables qui sont entrées dans les structures de la tête. Après l'opération, une irradiation de toutes les parties du cerveau est effectuée pour empêcher le développement de rechutes, ce qui est efficace dans 70% des cas. L'irradiation postopératoire complète de la tête dans 44% des cas contribue à réduire la mortalité due aux complications neurologiques.

En présence de multiples foyers métastatiques dans le cerveau, l'utilisation de la méthode chirurgicale se limite à obtenir un échantillon histologique pour la biopsie et à éliminer l'effet de masse - l'impact négatif des tissus pathologiquement modifiés sur les structures saines environnantes.

La radiochirurgie stéréotaxique est une technique peu invasive qui implique une seule exposition à des tissus pathologiquement altérés avec un rayonnement à haute dose. L'irradiation ciblée des cellules cancéreuses les tue sans affecter les structures saines. La dose de rayonnement qui tue les tissus cancéreux est choisie individuellement, en tenant compte de la taille de la lésion..

Le principal avantage de la méthode est un faible pourcentage de complications postopératoires, comme un œdème cérébral ou une nécrose. Les meilleurs résultats thérapeutiques sont obtenus lorsque la taille du foyer ne dépasse pas 10 cm 3. De plus, le nombre de foyers affecte moins le pourcentage de survie que le volume du tissu affecté.

Les statistiques montrent une efficacité assez élevée de la chirurgie stéréotaxique dans le traitement des patients atteints de multiples lésions métastatiques de la substance cérébrale (jusqu'à 10 foyers) si le volume total des néoplasmes ne dépasse pas 10 cm 3. D'autres prédicteurs favorables sont le jeune âge du patient, l'indice Karnovsky est supérieur à 80%.

Complications possibles après traitement: métastases distantes (distantes) et augmentation des troubles neurocognitifs, est plus souvent observée chez les patients avec un nombre de lésions supérieur à 3. Les radiologues recommanderont la radiochirurgie stéréotaxique comme méthode de traitement prioritaire et prioritaire en présence de lésion métastatique, représentée par des lésions multiples ou 1 lésion. indisponible pour une ablation chirurgicale.

Prévoir

Si des métastases sont entrées dans le cerveau, les symptômes avant le décès comprennent la limitation de l'activité motrice, le maintien de la position debout pendant plus de 50% de la journée et le besoin d'aide du personnel médical et infirmier. Pour prédire combien de temps ils vivent avec des métastases trouvées dans le cerveau, les facteurs sont pris en compte:

  1. Âge du patient.
  2. Déficit neurologique.
  3. Index de Karnovsky. Évaluation sur une échelle de 0 à 100% de l'état général du patient atteint de cancer, de son activité physique, de la nécessité de soins médicaux constants et de la capacité de s'auto-soigner. En même temps, 100% est une condition normale, 10% est un patient mourant.
  4. Le volume des lésions cérébrales.
  5. Effet de masse.
  6. Activité des lésions primaires extracrâniennes.

Sur la base de ces caractéristiques, il est déterminé individuellement combien le patient doit vivre avec des métastases trouvées dans la tête. Avec un indice de Karnowski inférieur à 70%, la durée de vie est généralement d'environ 2,5 mois. Les patients de moins de 65 ans, avec un indice de Karnowski de plus de 80%, avec pas plus d'un néoplasme métastatique extracrânien, peuvent vivre plus de 7,5 mois.

Si les cellules de la tumeur primaire pénètrent dans le cerveau et forment des métastases, le pronostic est conditionnellement défavorable. Combien de temps un patient atteint de cancer peut-il vivre, le médecin traitant déterminera individuellement, en tenant compte des facteurs de pronostic de survie.

Comment guérir les métastases cérébrales?

Les métastases cérébrales sont l'une des complications les plus redoutables du cancer. Ils sont extrêmement dangereux pour la vie, car ils ne sont pratiquement pas éliminés. Les méthodes chirurgicales de lutte ne sont pas totalement inoffensives et les méthodes médicamenteuses sont inefficaces. Le traitement des métastases se résume au maintien des fonctions vitales du patient.

Quelles tumeurs métastasent le plus souvent au cerveau

Les métastases sont le transfert de cellules tumorales vers un autre endroit, en plus de la localisation principale. Leur apparition est un signe de néoplasme malin, avec des processus bénins, ce n'est pas le cas. Presque toutes les tumeurs cancéreuses sont capables de filtrer les cellules pathologiques vers d'autres organes, y compris les tissus nerveux. L'apparition de métastases rend le pronostic de la maladie beaucoup plus grave. Cela suggère que la pathologie menace considérablement la vie du patient..

Les métastases dans la tête surviennent le plus souvent avec des tumeurs de la peau, des intestins, des reins, des poumons, du sein et du globe oculaire. Les statistiques indiquent que le plus souvent une telle pathologie affecte les personnes de plus de 40 ans, avec environ la même fréquence d'hommes et de femmes. La mort survient en raison d'une violation des fonctions vitales - régulation de la respiration et du rythme cardiaque.

Symptômes de pathologie

Le symptôme qui attire d'abord l'attention est les maux de tête. Ils sont permanents, mal arrêtés par les analgésiques, n'ont pas de lien direct avec l'activité physique, les expériences émotionnelles ou d'autres facteurs. Le patient peut souvent prendre un symptôme comme une manifestation de migraine, de surmenage ou d'hypertension et ne consulte un médecin que lorsque les pilules cessent d'aider.

Les nausées, avec lesquelles les vomissements se développent rapidement, sont un autre signe de pathologie. Il est si prononcé que le patient ne peut pas manger. Vider l'estomac avec des dommages aux méninges et au tissu nerveux n'apporte pas de soulagement, mais aggrave seulement la condition.

La tumeur ayant un volume, des signes d'augmentation de la pression intracrânienne apparaissent:

  • sensation de pression, de plénitude dans la tête;
  • acouphènes, perte auditive;
  • douleur oculaire, sensation d'oppression, vision trouble;
  • humeur dépressive, état général;
  • crampes.

Aux premiers stades, le tableau clinique est assez mal exprimé, la croissance se fait progressivement.

Les symptômes focaux occupent une place importante: ils indiquent des dommages à certaines zones du cerveau. Cela peut être une violation de la sensibilité, une paralysie et une parésie des membres, une perte de champ visuel. En cas de dommages multiples, plusieurs groupes de symptômes peuvent apparaître simultanément. Si les lésions sont localisées dans les lobes frontaux, des changements importants se produisent dans la psyché du patient: la motivation diminue, une tendance à l'impolitesse, une agression apparaît. Des crises similaires à l'épilepsie sont possibles..

Avec le mélanome, le patient peut se plaindre d'une aggravation de l'activité nerveuse. Il est difficile pour lui de se concentrer, la mémoire et l'attention sont altérées, les processus mentaux souffrent dans les derniers stades.

Diagnostique

Le diagnostic des métastases cérébrales est une question assez difficile. Analyses sanguines générales et biochimiques, l'analyse d'urine ne révèle aucun changement ni ne l'indique trop tard, avec des degrés de maladie sévères.

La méthode de diagnostic la plus précise est l'IRM, la majorité des métastases sont détectées précisément grâce à elle. Sur les photos, les tumeurs ressemblent à de petites formations arrondies, l'intensité du signal qui les traverse est significativement différente des tissus sains. Cette méthode de diagnostic vous permet de voir presque toutes les lésions, à de rares exceptions près..

En plus de l'IRM, un électroencéphalogramme (EEG) est prescrit pour détecter les anomalies de l'activité électrique du cerveau causées par une tumeur. La tomodensitométrie (TDM) vous permet d'affiner les résultats de l'IRM, s'ils sont controversés.

Traitement médical

Il est pratiquement impossible de guérir complètement une tumeur cancéreuse; les zones touchées peuvent toujours rester. Néanmoins, il est possible d'influencer la pathogenèse de la maladie, de ralentir son développement et d'améliorer la qualité de vie du patient. Pour cela, des médicaments, une intervention chirurgicale, une radiothérapie sont utilisés. L'approche intégrée la plus efficace.

Les médicaments sont conçus pour arrêter la division des cellules cancéreuses, pour les tuer. Selon les statistiques, les métastases sont moins sensibles aux médicaments que les tumeurs primaires, mais les médicaments peuvent réduire le nombre de chirurgies probables. La durée du traitement dépend des médicaments sélectionnés:

  • agents antitumoraux (chimiothérapie);
  • glucocorticostéroïdes;
  • neuroprotecteurs;
  • médicaments symptomatiques.

La chimiothérapie comprend des médicaments qui bloquent la division des cellules malades (ifosfamide, métatrexate). Ils augmentent considérablement l'espérance de vie du patient, mais ont de graves effets secondaires: ils inhibent l'hématopoïèse, provoquent des processus inflammatoires sur les muqueuses et peuvent avoir un effet tératogène. Besoin d'être traité avec des cours de courte durée - pas plus de 2 semaines.

D'autres méthodes sont utilisées pour réduire les effets secondaires de la chimiothérapie, améliorer le bien-être et maintenir une qualité de vie. Après une cure de médicaments, la probabilité de métastases de la tumeur est réduite.

Radiothérapie

La radiothérapie est considérée comme le principal traitement des métastases cérébrales. La dose de rayonnement est de 30 à 40 g, tandis que l'irradiation de l'ensemble de l'organe ou de ses zones individuelles, les plus sensibles aux effets des rayons gamma, est effectuée. De cette façon, la plupart des tumeurs du tissu nerveux sont traitées, non seulement les grandes métastases sont éliminées, mais aussi celles microscopiques qui ne peuvent pas être éliminées différemment. En raison de sa grande capacité de pénétration, la radiothérapie est souvent plus efficace que le médicament.

L'une des plus douces est la technique du couteau gamma. Son essence réside dans l'irradiation ciblée des foyers tumoraux avec de fortes doses de rayonnement. L'effet sur les tissus sains est réduit, ce qui augmente la sécurité de la procédure. L'avantage de la méthode est son caractère non invasif, et l'inconvénient est qu'il n'est pas possible d'empêcher de nouvelles métastases. Les lésions tumorales sont pré-marquées avec des isotopes radioactifs, de ce fait, la sécurité du couteau gamma se manifeste.

Chirurgie

L'indication chirurgicale est la présence d'une grande lésion dans la zone accessible à l'intervention. Dans ce cas, une trépanation du crâne et une ablation de la tumeur sont effectuées, épargnant au maximum le tissu nerveux sain. Ceci est très dangereux pour le patient, donc l'opération ne se fait qu'en présence de grandes formations.

Un cyber-couteau est une option d'intervention plus économe, qui est utilisée pour les tumeurs relativement petites (jusqu'à 5 cm). Il vous permet de supprimer le foyer pathologique et d'éviter les blessures des tissus environnants. La période de rééducation après elle est beaucoup plus courte qu'avec la trépanation traditionnelle.

Prévoir

Une tumeur maligne, en particulier en raison de métastases cérébrales, est extrêmement dangereuse. Par conséquent, il ne s'agit pas de récupérer le patient, mais de combien d'années il pourra vivre. Avec un traitement rapide, cet indicateur est de 2-3 ans. Les patients meurent d'une violation des fonctions vitales - respiration, palpitations.

Une grande influence sur le pronostic a le temps d'aller chez le médecin. Si le patient s'est auto-médicamenté pendant une longue période, a essayé d'utiliser des remèdes populaires et est venu chez le spécialiste à un stade avancé, ses chances de survie sont considérablement réduites. Malheureusement, les herbes n'aideront pas ici, des moyens plus fiables sont nécessaires.

Conclusion

La détection précoce des signes d'une tumeur est la base du traitement, c'est pourquoi une politique de vigilance au cancer est pratiquée chez les médecins. Cela signifie que si le patient présente des signes suspects, une consultation en oncologie et des tests appropriés sont prescrits. La même chose doit être faite avant certaines procédures médicales et cosmétiques (élimination des verrues, des grains de beauté, etc.).

Métastases cérébrales

Les métastases crâniennes sont diagnostiquées 10 fois plus souvent que les tumeurs cérébrales primitives. Cette pathologie est assez difficile à traiter..

Selon les statistiques, un patient sur quatre en oncologie présente des métastases cérébrales.

Quelles sont les métastases dans la tête et pourquoi sont-elles dangereuses

Les métastases cérébrales sont une complication grave qui peut être fatale si elle n'est pas traitée. Les métastases crâniennes (code CIM 10 - C71) sont une complication grave du cancer.

Comment se produisent les métastases cérébrales?

Remarque! Le processus d'apparition de métastases est assez compliqué, il ne se produit pas spontanément, mais est considéré comme une conséquence de certaines étapes du développement de la maladie.

L'apparence est la suivante:

  • La formation de la tumeur primaire commence, un dysfonctionnement au niveau cellulaire peut y contribuer, grâce auquel les cellules mutées commencent une reproduction améliorée;
  • La tumeur primaire se développe, augmentant de taille et pénétrant dans les tissus voisins;
  • L'étape suivante est le mouvement réel des cellules cancéreuses en utilisant le système circulatoire ou lymphatique à travers le corps, par exemple, vers le cerveau;
  • Les cellules cancéreuses déplacées dans un nouvel endroit commencent à se développer rapidement, formant des foyers de tumeur secondaire - métastases.

Principales cliniques en Israël

Parfois, avec la propagation des cellules tumorales par la méthode hématogène, il n'est pas toujours possible de trouver le foyer principal de la maladie.

Les métastases cérébrales peuvent produire des tumeurs de différents endroits..

Important! La tumeur la plus fréquente donnant des métastases à la tête est le cancer du poumon (environ 50% de tous les cas).

Du cancer du sein (sein), environ 15% des cas de métastases sont diagnostiqués dans le cerveau, les organes du système génito-urinaire (reins), l'ostosarcome - 10%, le mélanome - 9%, le cancer d'autres organes - le pourcentage est inférieur. Des lésions métastatiques dans le cerveau sont également possibles avec le carcinome basocellulaire (cancer épithélial), le cancer de la peau, le cancer gastro-intestinal.

Symptômes

Avec l'apparition de métastases dans la tête, vous pouvez observer de nombreux symptômes courants:

  • Maux de tête sévères, vertiges;
  • Changement de perception et déficience cognitive;
  • Problèmes avec l'appareil vestibulaire (nausées, parfois vomissements);
  • Perte de mémoire à court ou à long terme;
  • Déficience visuelle;
  • Paresthésie;
  • Ataxie et paralysie de Bell.

Certains symptômes de métastases sont similaires à ceux d'un accident vasculaire cérébral, et un diagnostic précis est nécessaire pour détecter les métastases. Souvent, des métastases se trouvent dans le crâne ou les os temporaux - 15-25% des cas. Habituellement, une telle maladie est unilatérale. Dans 5% des cas, la lésion peut être bilatérale.

Les symptômes des métastases de la tête dépendent directement de la partie des métastases de la tête qui a pénétré. Tous les symptômes sont généralement divisés en cerveau et moelle osseuse..

Si vous répartissez les symptômes en fonction de la localisation, vous pouvez voir le tableau clinique suivant:

  1. La déficience visuelle (des champs individuels peuvent tomber) se produit avec la localisation des métastases près des structures oculaires d'innervation;
  2. Les signes de parésie sont caractéristiques lorsque les métastases pénètrent dans le tronc ou le cervelet du cerveau;
  3. Des troubles du système musculo-squelettique et la survenue d'une agression peuvent survenir avec une localisation dans la région frontale;
  4. Une augmentation de la pression intracrânienne, des étourdissements, une vision double, un état opprimé est typique lorsqu'il est situé dans le lobe temporal;
  5. Si l'intelligibilité de la parole disparaît, le patient dessine des mots, avale parfois les terminaisons - les métastases affectent le département de la parole;
  6. Une détérioration de la sensibilité des membres d'un côté avec des signes de névralgie indique une lésion dans l'un des hémisphères cérébraux (si les membres gauches souffrent, l'hémisphère droit et vice versa).

Dans la plupart des cas, tous les symptômes sont associés à une augmentation de la pression intracrânienne. Des crises similaires à épileptiques sont également observées..

Les symptômes non spécifiques comprennent:

  • La détérioration des performances, qui s'accompagne d'une fatigue rapide;
  • Cas fréquents de malaise général et de mauvaise santé;
  • Élévation de la température sans raison apparente;
  • Pâleur de la peau (une anémie se développe);
  • Perte de poids déraisonnable (sans utilisation de médicaments et de régimes).

L'intensification de tous ces symptômes et la présence de certains autres suggèrent une mort imminente pour le patient. Avant la mort, vous pouvez observer:

  • Manque d'appétit;
  • Perte de poids soudaine;
  • État déprimé
  • Maux de tête sévères irrépressibles;
  • Difficulté à respirer
  • Douleur générale de tout l'organisme;
  • Les troubles du sommeil.

Il est fort probable que le patient tombe même dans le coma.

Diagnostic des métastases de la tête

Pour un diagnostic précis, ils recourent à différentes méthodes de diagnostic:

  • CT Cette méthode permet de visualiser même les lésions asymptomatiques chez les patients présentant des lésions extracrâniennes (situées à la surface de l'organe);
  • SPL Utilisation avec la technique d'aspiration à l'aiguille fine, en mode échographie, échographie duplex et échographie 3D;
  • FDG PET. Utilisé pour visualiser des foyers de petite taille (jusqu'à un centimètre et demi de diamètre);
  • IRM - la forme de diagnostic la plus informative pour l'étude des métastases.

Le liquide céphalorachidien, le tissu tumoral pour la biopsie sont également pris pour analyse. Des examens pathopsychologiques, otoneurologiques, neuroophtalmologiques sont effectués pour détecter des métastases dans diverses zones de la tête.

Ne perdez pas votre temps à chercher un prix de traitement du cancer inexact.

* Seulement à la réception des données sur la maladie du patient, le représentant de la clinique pourra calculer le prix exact du traitement.

Traitement

Parmi les méthodes de traitement, on peut distinguer les suivantes:

  • Résection chirurgicale et radiochirurgie stéréotaxique subséquente (ou irradiation de la tête entière). Cette méthode donne de bonnes prévisions de traitement;
  • Radiothérapie. Il est souvent utilisé pour les patients atteints de métastases multiples et d'une durée de vie prévue de moins de 3 mois et d'un indicateur d'efficacité Karnovsky faible;
  • Radiochirurgie stéréotaxique. Cette méthode est recommandée pour les patients cancéreux chez lesquels le nombre de foyers est limité;
  • Chimiothérapie. Il est utilisé assez rarement avec ce type de maladie, mais certains types de tumeurs (lymphome, cancer du poumon à petites cellules) peuvent être coordonnés avec des médicaments chimiothérapeutiques..

La thérapie principale vise à maintenir le corps grâce à l'utilisation d'anticoagulants, anticonvulsivants, corticothérapie.

La décision d'utiliser telle ou telle méthode de traitement est prise en fonction du type d'enseignement primaire, du nombre de métastases dans la tête, du type de thérapie déjà effectuée et de l'état de santé général du patient. Tous les types de traitement sont divisés en radicaux et palliatifs (de soutien).

Le traitement radical a pour objectif principal la régression de l'éducation. Un palliatif tente de réduire la taille de la tumeur, de supprimer les principaux symptômes, d'améliorer la qualité de vie du patient atteint de cancer. Habituellement, cette méthode est prescrite au cours des 4 derniers stades de la maladie.

Une place distincte dans un certain nombre de méthodes de traitement est la corticothérapie - la prise de corticostéroïdes (Prednisolone, Dexamethasone), qui prolongent considérablement la vie du patient. Ces médicaments réduisent le gonflement (il accompagne le processus tumoral), affectent l'état et le fonctionnement de la membrane cellulaire. En raison de cet effet, une diminution de la pression intracrânienne est observée chez le patient cancéreux, certains symptômes neurologiques disparaissent.

Des anticonvulsivants sont également prescrits - Topiramat, Valproat. Avec une thrombose possible (et cela est lourd d'hémorragie cérébrale), les anticoagulants Heparin, Warfarin et Fenilin sont prescrits. Au dernier stade du processus de cancer, l'utilisation d'analgésiques puissants est prescrite pour soulager l'état du patient.

Après le traitement, les patients subissent une rééducation, qui est développée individuellement pour chaque individu. La tâche de la réadaptation est de renforcer le corps (immunothérapie, thérapie vitaminique est effectuée), éliminer les effets de l'intervention et prévenir les rechutes.

Pronostic de la maladie

L'espérance de vie du patient dépend du type de cancer primaire, du nombre de foyers, de leur localisation, de l'âge du patient, de son état général. Si les métastases sont localisées dans le cervelet et le tronc, le pronostic de la maladie est défavorable.

La survie moyenne des patients atteints de métastases cérébrales est d'environ 2 à 3 mois. Si le patient a moins de 65 ans, la tumeur est localisée en un seul endroit sans expansion extracrânienne, le pronostic est beaucoup plus optimiste - environ un an.

Sans traitement approprié, la vie des patients est limitée à un mois. Après une intervention chirurgicale chez des patients présentant plusieurs métastases limitées, l'espérance de vie peut atteindre un an. Si les métastases sont uniques, la durée de vie est augmentée.

La pénétration de métastases dans le tronc cérébral, le cervelet, même en présence de foyers multiples agressifs ou dans le diagnostic de glioblastome, une personne reste à vivre pendant plusieurs jours. Si les métastases sont utilisables, alors nous pouvons parler d'une certaine augmentation de la vie.

La radiochirurgie réalisée donne au patient une chance de vivre environ 1-1,5 ans.

Dans les cas généraux, si des métastases se sont produites à la tête - elles ont été trouvées dans le cerveau, alors c'est considéré comme la maladie la plus dangereuse et le pronostic est très décevant, tout dépendra du cas particulier..

Question Réponse

Est-il possible de guérir les métastases dans la tête de manière folklorique?

Il s'agit d'une maladie très grave, qui n'est pas toujours traitable de manière opératoire, donc la thérapie avec des méthodes alternatives est tout simplement impuissante ici..

Métastases cérébrales

Métastases cérébrales

Raisons principales

Étant donné que les métastases ne sont que des cellules cancéreuses uniques transférées avec un flux sanguin ou lymphatique à partir de la lésion primaire, la cause profonde de leur apparition et de leur progression réside dans la présence d'une tumeur primaire dans le corps humain..

Le plus souvent, les métastases au cerveau donnent lieu à des néoplasmes malins, localisés dans les structures du système pulmonaire. Cette forme de cancer peut métastaser sur les tissus mous ou directement sur les os du crâne..

Souvent, une personne se plaint d'avoir souvent mal à la tête, les impulsions ne peuvent pas être corrigées avec les analgésiques habituels. Ou tout à coup, il y avait des troubles du côté de la vision - vision double, floue, voile devant les yeux. La raison réside dans la germination de la tumeur primaire dans le tissu cérébral. Un oncologue, pas un neurologue, un ophtalmologiste, devrait traiter de tels troubles..

Il est très probable que les métastases se déplaceront de la glande mammaire, du côlon, du rein, si la personne a affaibli les mécanismes de protection, par exemple, après avoir récemment subi une chimiothérapie, une pneumonie sévère et un accident vasculaire cérébral. Pour prévenir ces rechutes, les oncologues donnent des instructions spéciales pour la période de réadaptation - prise de complexes vitaminiques modernes, adaptogènes, immunomodulateurs, conseils pour corriger l'alimentation et le travail.

Diagnostic moderne

Pour faire un diagnostic précis des métastases cérébrales, il ne suffit pas toujours d’étudier les symptômes et d’écouter les doléances du patient (surtout avec une évolution asymptomatique). Par conséquent, un certain nombre d'études matérielles peuvent être attribuées pour clarifier le diagnostic. Quel type de recherche doit être fait, le médecin décide.

La méthode principale et la plus précise pour diagnostiquer le cancer du cerveau secondaire est l'imagerie par résonance magnétique (IRM). Cette méthode vous permet de visualiser même les lésions asymptomatiques et situées à la surface du cerveau. Un champ magnétique puissant vous permet d'obtenir une image des structures internes du corps. Les photos sont informatives, et selon elles, le médecin conclut sur le nombre, l'emplacement, la taille exacte des foyers.

La tomographie par émission de positrons (TEP FDG) est un outil fiable pour déterminer les métastases. Sa conduite est pertinente lorsqu'une tumeur est détectée avec un diamètre allant jusqu'à 1,5 cm.

Le diagnostic par ultrasons (SPL) est effectué à l'aide de l'échographie en mode B avec codage couleur, échographie duplex et graphisme 3D.

Tomodensitométrie (TDM) - aide à identifier les lésions asymptomatiques qui se trouvent à la surface d'un organe.

Biopsie. Examen d'un fragment tissulaire d'un néoplasme pour le sujet et la qualité des cellules cancéreuses. Elle est réalisée si des métastases sont trouvées dans le cerveau, mais le foyer initial n'a pas été identifié. S'il existe des preuves d'un diagnostic oncologique initial confirmé, il n'est pas nécessaire de procéder à une biopsie - ce seront les mêmes.

Combien de patients vivent

Sans traitement, ces patients vivent moins d'un mois. Les patients présentant plusieurs lésions cérébrales métastatiques limitées après résection chirurgicale vivent pendant au moins 3 mois. La période de survie moyenne est d'un an. Cependant, chez les patients présentant des métastases uniques, les données sont plus optimistes..

Les invasions squelettiques ont des données pronostiques médiocres, parfois limitées à quelques mois.

Chez les patients atteints d'une tumeur dans d'autres organes de la tête (par exemple, la cavité buccale, l'oreille), les chances de survie à long terme sont légèrement plus élevées. L'espérance de vie passe à 15 mois.

Traitement des métastases tumorales dans le cerveau

Élimination de l'œdème cérébral. L'administration orale de dexaméthasone, généralement à forte dose (6 mg toutes les 6 heures, si nécessaire par voie intraveineuse ou intramusculaire), élimine rapidement les symptômes caractéristiques qui se développent avec une augmentation de la pression intracrânienne. Une réaction à la dexaméthasone indique la présence d'une tumeur cérébrale et indique également l'efficacité possible de la radiothérapie. L'effet du médicament se manifeste rapidement, et généralement dans les 1-2 semaines, la dose est réduite.

Il ne faut pas prescrire de dexaméthasone aux patients pendant une longue période, car les stéroïdes entraînent toujours des complications, notamment une myopathie proximale et un œdème facial. En général, nous recommandons d'interrompre progressivement l'administration du médicament sur une période de 3 à 6 semaines, bien que parfois, en raison d'un sevrage trop rapide, les patients puissent à nouveau ressentir une augmentation de la pression intracrânienne avec des symptômes caractéristiques. Dans ce cas, vous pouvez à nouveau augmenter la dose du médicament. Chez certains patients, la réaction au sevrage à la dexaméthasone se développe plus rapidement, chez d'autres, elle est plus lente.

Pour certains patients, la dexaméthasone est contre-indiquée s'ils ont des antécédents, par exemple, d'ulcère digestif hémorragique, d'hypertension sévère ou de diabète. Dans ces cas, l'œdème cérébral est soulagé par l'administration intraveineuse d'urée (1 g / kg en solution de glucose), de mannitol (2 g / kg sous forme de solution à 20%), ou par l'administration orale de glycérine à moitié diluée avec de la limonade. La plupart des patients évitent cette dernière procédure, car elle provoque rapidement une crise de diarrhée, mais la glycérine soulage efficacement les symptômes de l'œdème cérébral..
Dans certains cas, pour augmenter l'effet, pendant une très courte période, vous pouvez augmenter la dose quotidienne de désaméthasone à 24 mg.

Radiothérapie des métastases cérébrales

La radiothérapie est indiquée pour la plupart des patients atteints de tumeurs cérébrales secondaires, bien que la décision de prescrire cette procédure nécessite une approche équilibrée. Les patients pour lesquels la radiothérapie peut être efficace comprennent les patients atteints de tumeurs radiosensibles (en particulier avec les cancers bronchiques à petites cellules et, dans une moindre mesure, avec le carcinome du sein).

Ces patients comprennent également ceux qui ont un bon effet dexaméthasone et un état général satisfaisant (surtout en l'absence d'autres métastases distantes), ainsi que les patients présentant de nombreux foyers de tumeur secondaire lorsqu'il est impossible de les retirer chirurgicalement.

Le choix de la dose de rayonnement et du schéma de fractionnement reste un sujet de discussion. Des études récentes dans de grandes cliniques n'ont révélé aucun avantage d'un schéma de fractionnement à dose prolongée, et l'irradiation avec une dose totale de 12 Gy administrée par deux fractions quotidiennes consécutives s'est avérée aussi efficace qu'une exposition plus longue.

Avec un cours de radiothérapie de deux jours, la fréquence de transport des patients gravement malades est réduite, ce qui libère des ressources de transport supplémentaires. Parfois, lors de l'irradiation de patients présentant des tumeurs moins radiosensibles (adénocarcinome, mélanome et autres tumeurs), il est nécessaire d'augmenter la dose de rayonnement. Cela est particulièrement vrai pour les cas de métastases uniques qui ne peuvent pas être enlevées chirurgicalement, tandis que la technique de radiothérapie vous permet d'irradier une petite quantité de tissu à forte dose.

Traitement chirurgical des métastases tumorales cérébrales

Parfois, le chirurgien supprime les métastases, les prenant pour des tumeurs cérébrales primaires. Avec une ablation visuelle complète de la tumeur et en l'absence de dommages à d'autres parties du cerveau, une radiothérapie ultérieure est généralement effectuée. L'ablation chirurgicale des métastases soulage la condition chez seulement quelques patients.

La méthode chirurgicale peut être indiquée pour les patientes en bas âge si elles présentent des métastases uniques et en l'absence de signes d'un processus tumoral étendu, pour les patientes n'ayant pas subi de traitement depuis longtemps (souvent des cas de cancer du sein), ainsi que pour les suspicions de métastases radio-résistantes (par exemple, avec adénocarcinome des bronches ou de la glande thyroïde). Pour ces patients, une technique chirurgicale est probablement préférée..

Chimiothérapie des métastases tumorales cérébrales

La chimiothérapie est efficace pour le carcinome bronchique à petites cellules et les tumeurs testiculaires germinales. Le rôle de la chimiothérapie dans le traitement des tumeurs cérébrales secondaires n'a pas encore été déterminé. Certaines dispositions du concept de la barrière hémato-encéphalique peuvent être révisées, car les modifications du degré de vascularisation qui surviennent après le développement d'une tumeur secondaire entraînent sa violation. Par conséquent, dans le traitement des métastases cérébrales, il n'est pas nécessaire d'administrer des médicaments intrathécaux.

Les taux de survie globale des patients sont faibles, surtout si un cancer du poumon à petites cellules ou un mélanome est établi lors du diagnostic initial. Avec d'autres tumeurs, par exemple, avec un cancer du sein et des adénocarcinomes de localisation différente, les patientes vivent plus longtemps, surtout s'il était possible d'éliminer les métastases individuelles. Les patients qui ont des lésions cérébrales secondaires à la suite d'une rechute tardive vivent également un peu plus longtemps..

La méningite lymphomateuse et carcinomateuse est traitée dans un article séparé sur le site (nous vous recommandons d'utiliser le formulaire de recherche sur la page principale du site).

- Nous recommandons également "Tumeurs de la moelle épinière - types, causes, diagnostic"

  1. Traitement du médulloblastome et de son pronostic
  2. Traitement de la tumeur hypophysaire et son pronostic
  3. Traitement des tumeurs pinéales et de leur pronostic
  4. Traitement de la rechute du cancer du cerveau
  5. Pronostic du cancer du cerveau
  6. Métastases tumorales cérébrales - traitement, pronostic
  7. Tumeurs de la moelle épinière - types, causes, diagnostic
  8. Traitement d'une tumeur de la moelle épinière et son pronostic
  9. Dommages par rayonnement au cerveau et à la moelle épinière - causes, clinique
  10. Cancer du poumon - causes, fréquence

Espérance de vie en fonction du stade de la maladie

Dans la littérature médicale spéciale consacrée à cette question, le terme «survie à cinq ans» peut souvent être trouvé. Le traitement est considéré comme réussi si les patients dépassent ce seuil de temps.

Cela ne signifie pas qu'un patient atteint d'un certain type de tumeur cérébrale ne peut vivre que cinq ans ou plus: beaucoup vivent beaucoup plus longtemps, surtout s'ils poursuivent le traitement et sont constamment observés à la clinique.

Il faut comprendre que toutes les statistiques sur la survie au cancer sont:

  • avoir un caractère général; sur la base d'informations qui peuvent être obsolètes et ne tenant pas compte des dernières réalisations de la science médicale; ne reflète pas les informations sur les réactions individuelles aux effets thérapeutiques.

Si aux premiers symptômes de la maladie (maux de tête, altération de la coordination), le patient se rend à la clinique pour un diagnostic détaillé, les médecins peuvent effectuer une intervention chirurgicale en temps opportun pour retirer la tumeur entière (si la localisation le permet) ou sa partie principale.

Dans ce cas, le patient peut vivre 5 ans ou plus s'il continue de prendre des médicaments et de se rendre dans des établissements médicaux pour subir une thérapie auxiliaire. Il peut s'agir d'une radiothérapie, d'une thérapie ciblée ou d'autres types d'exposition..

Il est également nécessaire d'effectuer une correction complète du mode de vie - pour observer le régime de sommeil et de repos, pour éviter les conditions stressantes, les surmenages, l'exposition aux rayons ultraviolets. Un rôle important est joué par une bonne nutrition et le soutien des forces immunitaires du corps..

Au deuxième stade, le pronostic est moins favorable, car les cellules tumorales commencent à se développer rapidement et à exercer une pression sur les lobes voisins. Si le néoplasme est localisé directement dans le cerveau, la chirurgie peut être inappropriée.

Cependant, souvent, seule une intervention chirurgicale peut prolonger la vie du patient. L'opération doit être effectuée par un neurochirurgien hautement qualifié. Avec des soins appropriés et un traitement continu après l'ablation de la tumeur, l'espérance de vie est d'environ 2-3 ans.

L'âge du patient est également important. Après 65 ans, le taux de survie des patients qui ont subi une radiothérapie ou une chimiothérapie est beaucoup plus faible que celui des jeunes et des patients d'âge moyen. Cela s'explique simplement - un jeune corps a une plus grande capacité à résister.

En savoir plus sur ce que le nano-vaccin contre le cancer du cerveau dans cet article..

Habituellement, à ce stade, les opérations sont effectuées rarement. Les patients dépassent rarement un seuil de deux ans. Souvent, les tumeurs se développent rapidement et une personne commence à mourir littéralement sous nos yeux, perdant ainsi de la vitalité pendant plusieurs mois.

Il existe des traitements alternatifs et expérimentaux qui, dans certains cas, sont efficaces et peuvent guérir le cancer du cerveau de grade 3.

Quelles sont les métastases, les causes de leur apparition et les symptômes caractéristiques

Les métastases sont des formations malignes d'origine secondaire, qui sont une complication du cancer. Les cellules cancéreuses avec le flux sanguin et lymphatique pénètrent dans d'autres organes du foyer principal de la pathologie et y forment des métastases..

Les cellules pathogènes se déplacent le long de celles-ci, à un certain endroit, elles quittent le vaisseau et commencent à se développer, formant des métastases.

Facteurs qui affectent la propagation active des cellules cancéreuses:

  1. Une immunité réduite provoque la propagation et la prolifération rapides des cellules cancéreuses.
  2. La présence de nombreux vaisseaux - vaisseaux sanguins et lymphatiques - situés à proximité du foyer cancéreux primaire.
  3. La particularité de la découverte et la structure histologique de la tumeur.
  4. Âge du patient - chez les jeunes patients, les métastases surviennent plus rapidement que chez les patients plus âgés.

Le traitement antitumoral est d'une grande importance pour la formation de métastases. Si un traitement intensif et de haute qualité en oncologie est effectué, les métastases peuvent ne pas apparaître du tout. Ils se forment souvent plusieurs années après le traitement. Cela est dû à des changements dans les conditions de vie, et parfois sans aucune raison..

La symptomatologie de l'apparition de métastases dans le cerveau ne dépend pas de l'emplacement du foyer principal de la maladie. La présence de néoplasmes peut être déterminée par les symptômes suivants:

  1. Maux de tête fréquents. Il s'agit du premier signe de métastase, où des étourdissements sont également observés. La douleur se forme en raison de l'augmentation de la pression intracrânienne qui accompagne l'oncologie cérébrale.
  2. La nausée. Habituellement, cela se produit avec la douleur. Envie plus forte pour les enfants et les adolescents.
  3. Trouble de la conscience. Il y a des violations dans le processus de pensée, l'incapacité à se concentrer sur un moment spécifique, une opacification à court terme de l'esprit, une diminution de la mémoire, de l'ouïe et de la vision. Avec la progression de la formation de nouveaux foyers, la maladie peut introduire le patient dans le coma.
  4. Syndrome épileptique. Contractions imprévisibles du groupe musculaire convulsif.
  5. Troubles de la parole. Le patient ne peut pas prononcer de longs mots ou certains sons.
  6. Diminution de la sensibilité. Absence réduite ou complète de réaction des bras et des jambes aux irritants, en règle générale, d'une part. Violation des muscles moteurs des bras, du visage et des jambes. Parfois, la paralysie et la parésie se développent.

Par le côté affecté du corps, il est possible de déterminer quel hémisphère du cerveau a subi des métastases. Lorsque l'hémisphère droit est touché, il paralyse le côté gauche du tronc et vice versa.

Diagnostique

Le cancer du poumon avec des métastases au cerveau provoque des troubles neurologiques, évoluant dans le temps. Par conséquent, le patient doit être examiné, ce qui comprend les procédures suivantes:

  1. IRM - une projection de tissu cérébral sur une radiographie, réalisée sur différentes couches. Représenté sous différents angles de projection, vous pouvez voir l'enflure et d'autres signes de la tumeur.
  2. Examen du fond d'œil. L'examen visuel du fond d'œil révèle ses changements, ce qui indique des violations de la structure nerveuse.
  3. L'examen pathopsychologique donne une image des problèmes d'élocution, de la capacité du patient à écrire et à lire.
  4. Les organes de l'ouïe, de l'odorat et du goût sont analysés. Tester la stabilité de la respiration et sa relation avec le système autonome.
  5. EEG - L'imagerie échographique des tissus cérébraux révèle la présence, l'emplacement et la taille de la tumeur.
  6. Électroencéphalographie - détermination de la dynamique de la surface du cerveau. Affiche les pathologies présentes avec des métastases.

En outre, des méthodes d'examen invasives sont mises en œuvre, notamment:

  1. Etude CSF.
  2. Tomodensitométrie utilisant un liquide spécial injecté dans le cerveau.
  3. Scintigraphie - l'introduction d'un médicament intraveineux spécial qui peut s'accumuler près des métastases aide à détecter même les petits foyers.
  4. Biopsie de ponction - réalisée avant la chirurgie pour un diagnostic précis.

Après l'examen et le diagnostic précis, le traitement correct et intensif est prescrit..

Traitement

La méthodologie de traitement du cancer et des complications variera en fonction du stade de développement de la maladie. Un néoplasme peut être guéri des manières suivantes:

  • La pharmacothérapie comprend l'utilisation de médicaments pour soulager les convulsions, la douleur et l'enflure. La chimiothérapie est prescrite pour prévenir les métastases..
  • L'intervention chirurgicale n'est pertinente que si la localisation de la tumeur le permet. Parfois, lorsque la forme est négligée, le néoplasme devient inutilisable et vous devez oublier cette méthode de traitement.
  • La radiothérapie est la méthode de traitement la plus courante et la plus efficace. L'irradiation est effectuée à l'aide d'une source ionisante, à cause de laquelle les cellules cancéreuses meurent. De cette façon, ils affectent l'ensemble du cerveau ou des lésions individuelles.

Le traitement avec des remèdes populaires est auxiliaire, il vous permet de restaurer l'immunité après une exposition aux radiations sur le corps. Les méthodes suivantes sont utilisées:

  • l'argile bleue doit être diluée avec du vinaigre, puis appliquée sur la zone affectée, maintenez pendant 10 minutes, puis rincez à l'eau;
  • ajouter quotidiennement de l'églantier et des feuilles de menthe au thé.

Les maladies de la classification internationale sont liées aux néoplasmes oncologiques du cerveau. Malgré le fait que la médecine ait progressé dans le traitement des tumeurs cancéreuses, la thérapie est efficace pour une seule lésion. Des études montrent que les patients atteints de métastases multiples survivent rarement. Les méthodes de traitement peuvent être différentes en fonction de l'état du corps en ce moment..

Les premiers symptômes de la maladie

Au début de la maladie, les principaux symptômes sont:

  • Troubles intestinaux - constipation, diarrhée ou leur alternance Faux besoin de déféquer, sensation d'insatisfaction après avoir vidé Une douleur sourde dans l'anus ou le sacrum

Avec une augmentation de la taille de la tumeur, les signes de la maladie augmentent. Des manifestations spécifiques apparaissent, exprimées sous forme de vomissements, de nausées, de douleurs abdominales devenues permanentes. Avec des dommages aux intestins inférieurs, des saignements apparaissent, non seulement pendant les selles, mais aussi indépendamment de celui-ci. L'apparition de mucus dans les fèces est caractéristique. Dans les cas avancés, il y a un manque d'appétit, une perte importante de poids corporel. Les complications de la pathologie oncologique intestinale comprennent: saignement intestinal, obstruction, perforation et pénétration dans les organes adjacents. Cependant, l'une des complications les plus redoutables est les métastases dans le cancer de l'intestin, dont la présence indique la prévalence du processus tumoral. La germination des cellules cancéreuses dans d'autres organes peut se manifester par divers symptômes, dont la manifestation dépend de la localisation des métastases (dans les poumons, le foie, les ovaires, le cerveau, etc.): jaunissement de la sclérotique et de la peau, maux de tête, vertiges, toux, douleurs thoraciques, etc..

Le plus souvent, les métastases affectent les ganglions lymphatiques voisins. Parmi les organes éloignés, le foie est principalement affecté, en raison de la particularité du système circulatoire. Dans 25 à 30% de tous les cas de métastases, le foie est le seul organe affecté. Dans une telle situation, il existe une réelle chance de guérison grâce à un traitement chirurgical. Les poumons occupent la deuxième place dans la fréquence de propagation des métastases. De plus, les métastases dans le cancer de l'intestin peuvent affecter les os, le péritoine, le cerveau, les poumons et d'autres organes. La localisation dépend directement de la partie de l'intestin qui est la tumeur primaire.

Au stade métastatique de la maladie, la chimiothérapie est souvent le seul traitement. Aujourd'hui, les schémas thérapeutiques modernes offrent une opportunité d'augmenter la survie même au stade des métastases. La tolérabilité des médicaments dépend de nombreuses raisons, et principalement de la combinaison des médicaments eux-mêmes. Les tactiques de traitement sont telles que le traitement se déroule en cycles avec des intervalles entre les cours, qui sont conçus pour restaurer les tissus endommagés.

Environ 80% des rechutes et des métastases à distance sont enregistrées dans les 2-3 premières années après la chirurgie. Par conséquent, ces patients doivent être sous la surveillance d'un médecin. Ils devraient subir régulièrement des examens préventifs afin d'identifier en temps opportun une éventuelle rechute. Sur recommandation du médecin traitant, une coloscopie ou sigmoïdoscopie est montrée, ainsi qu'une échographie des organes internes pour identifier d'éventuelles métastases à distance.

Le principal facteur influençant le pronostic du traitement est le stade du cancer, qui a été établi lors du diagnostic initial. Selon les statistiques internationales, 30 à 40% des patients au moment du diagnostic ont été diagnostiqués avec une maladie de stade III. Environ 20 à 25% des patients ont commencé le traitement au moment du diagnostic du stade IV. Bien sûr, le pronostic du traitement au dernier stade est décevant et la survie à 5 ans ne dépasse pas 20% et, selon les statistiques, pas un seul patient n'a franchi le seuil de 5 ans auparavant.

+7 (495) 181-06-08 Création et promotion de sites Web - MedROI

Diagnostique

Reconnaître les signes de métastases est nécessaire le plus tôt possible, puis il y a la possibilité de mener un traitement efficace. Les options d'enquête suivantes sont disponibles:

  • L'IRM vous permet d'obtenir des données détaillées sur la structure de toutes les couches des organes internes et du cerveau. Les informations sont traitées sur un PC, après quoi le médecin sera en mesure de déterminer avec précision le diagnostic.
  • La tomodensitométrie est une autre méthode d'examen efficace du cerveau à l'aide de rayons X. De cette façon, vous pouvez considérer toutes les couches internes et même déterminer l'espérance de vie du patient.
  • Obligation de nommer un test sanguin général et biochimique. Une biopsie est réalisée pour toutes les personnes suspectant un cancer.

Il est possible de tirer une conclusion précise sur la somme qu'il reste au patient à vivre dans un cas particulier en fonction des résultats d'un examen histologique. Souvent, un accident vasculaire cérébral subi des années plus tôt aggrave la situation..

Traitement des patients

Ces méthodes de contrôle du processus malin commun à d'autres organes sont distinguées:

  1. Résection chirurgicale maximale suivie d'une radiochirurgie stéréotaxique ou d'une irradiation de la tête entière. Il s'agit de la méthode dominante, qui dispose de bonnes données prédictives..
  2. La radiothérapie joue un rôle important dans le traitement des maladies métastatiques. Il est promu pour les patients présentant des lésions d'organes multiples, une espérance de vie estimée à moins de trois mois et une faible efficacité de Karnowski..
  3. La radiochirurgie stéréotaxique est recommandée pour un nombre limité de métastases afin de contrôler localement les tumeurs.
  4. La chimiothérapie est rarement utilisée. Cependant, certains types de tumeurs, tels que le lymphome, le carcinome à petites cellules des poumons et du sein, peuvent être contrôlés avec des médicaments chimiothérapeutiques. Ils sont délivrés par injection dans le liquide céphalorachidien.

Combien vivent avec un cancer du cerveau

Espérance de vie avec une maladie aussi grave que le cancer du cerveau, le concept est purement individuel, selon le cas clinique spécifique. Le rôle et l'âge du patient, sa condition physique générale et la localisation de la tumeur jouent un rôle. Néanmoins, les médecins peuvent mettre en évidence les schémas généraux du développement de processus malins à un stade ou un autre de la maladie et donner un pronostic préliminaire. Bien sûr, la qualité de l'effet thérapeutique est également importante..

Si la pathologie est diagnostiquée au stade initial, la tumeur est localisée d'une certaine manière et l'opération est effectuée à temps et par un neurochirurgien expérimenté, la maladie peut être vaincue complètement.

Malheureusement, les cas de guérison complète d'une tumeur cancéreuse sont assez rares..

  • Toutes les informations sur le site sont à titre indicatif seulement et NE SONT PAS un guide d'action! Seul le MÉDECIN peut vous livrer le DIAGNOSTIC EXACT! Nous vous demandons de bien vouloir NE PAS SOIGNER, mais vous inscrire à un spécialiste! Santé à vous et à vos proches! N'abandonne pas

Diagnostique

Afin d'identifier les métastases, mener de telles études:

  1. Imagerie par résonance magnétique, thérapie.
  2. Scanner du cerveau.
  3. Faites un test de liquide céphalo-rachidien.
  4. Échoencéphalographie.
  5. L'électroencéphalographie, qui aide à déterminer les anomalies.
  6. Une biopsie est réalisée avec un néoplasme secondaire en examinant les cellules des tissus. Dans les tumeurs primaires, dont les métastases se propagent à la tête, cela aide également à étudier le processus. En cas de suspicion de métastases dans la moelle épinière, recourir à l'ostéodensitométrie et à la scintigraphie squelettique.
  7. Examens pathopsychologiques qui aident à analyser s'il y a des problèmes pendant la conversation, l'écriture, etc..
  8. Études neuroophtalmologiques qui montrent s'il y a des changements dans le fond d'œil.
  9. Examens optoneurologiques de l'organe auditif, de l'appareil vestibulaire ainsi que des capteurs de goût et d'odeur.
  10. Tomodensitométrie, pendant laquelle du liquide est injecté dans le tissu cérébral.
  11. Analyse en laboratoire du liquide céphalorachidien, où le liquide céphalorachidien est examiné.

Quels sont les symptômes des métastases cérébrales?

Souvent, les tumeurs malignes ont tendance à métastaser - se propageant aux tissus et organes voisins.

Ainsi, plusieurs autres peuvent résulter d'un même néoplasme, ce qui aggravera l'état général du corps et réduira les chances de survie. Par conséquent, il est nécessaire de consulter un médecin en temps opportun pour éviter le développement de métastases et assurer un traitement approprié.

Des métastases cérébrales peuvent survenir en raison de toute oncologie. Mais parmi toute la variété des maladies, les tumeurs peuvent être distinguées, avec le développement duquel les métastases sont les plus probables.

Dans la plupart des cas, ce sont les types de cancer suivants qui se propagent aux tissus et organes voisins:

  • Cancer des poumons. Dans près de 60% des cas, c'est lui qui provoque des lésions cérébrales.
  • Tumeur mammaire. Il représente environ 30% du nombre total de manifestations de métastases.
  • Tumeur maligne dans les reins.
  • Mélanome.
  • Cancer du colon.

Habituellement, les métastases affectent le cerveau des patients cancéreux, dont l'âge se situe entre 50 et 70 ans. Bien que la probabilité d'apparition dans les deux sexes soit approximativement la même, la fréquence d'apparition de certaines tumeurs peut varier.

La principale cause de métastases chez les hommes est le cancer du poumon; chez les femmes, le cancer du sein.

Traitement

Si un patient atteint de cancer ne reçoit pas le traitement nécessaire pendant les métastases cérébrales, il est peu probable que son espérance de vie dépasse 2-3 mois. Les effets hormonaux peuvent augmenter l'espérance de vie jusqu'à 4 mois et la chimiothérapie jusqu'à six mois.

Les tactiques de traitement sont déterminées en fonction de la taille et du nombre de lésions métastatiques, ainsi que de la réaction de l'enseignement primaire au traitement.

Le résultat le plus favorable est possible avec une intervention neurochirurgicale en combinaison avec une radiothérapie et une chimiothérapie. Mais un tel traitement n'est possible qu'avec des métastases uniques et techniquement accessibles.

Si les formations cérébrales secondaires ne sont pas techniquement amovibles, mais sont sensibles aux médicaments chimiothérapeutiques, une chimiothérapie est d'abord effectuée, puis une exposition aux rayonnements de l'ensemble du cerveau est appliquée.

L'irradiation conduit toujours à un gonflement accru du tissu cérébral, par conséquent, la radiothérapie est effectuée en combinaison avec la déshydratation. En présence de résistance aux diurétiques et en présence d'un déplacement cérébral, la radiothérapie est contre-indiquée.

De plus, l'irradiation n'est pas effectuée en présence de signes cliniques prononcés de métastases cérébrales.

En cas de contre-indications aux interventions neurochirurgicales et radiologiques, ils recourent à une chimiothérapie couplée à un traitement symptomatique de soutien.

Prévoir

Prédire l'espérance de vie d'un patient atteint de cancer est une affaire ingrate, car de nombreux facteurs l'influencent..

Donc, si nous comparons les dommages au cerveau et à la moelle épinière, alors au début, les chances d'une prolongation significative de la vie sont beaucoup plus élevées. Cependant, cela dépend beaucoup du type de tumeur. S'il se comporte de manière agressive, se propage rapidement et forme plusieurs métastases dans la tête, le pronostic de la vie avec une telle maladie est de plusieurs semaines.

Dans tous les cas, si elle n'est pas traitée, l'espérance de vie d'une personne atteinte de métastases cérébrales ne dépasse pas six mois. Avec un traitement rapide, la situation change et les chances du patient augmentent.

Avec l'utilisation de la radiochirurgie, la durée de vie du patient peut augmenter de 1 à 1,5 ans. Dans le même temps, les maladies progressives nécessitent une élimination constante des néoplasmes secondaires à mesure qu'ils apparaissent. Habituellement, le pronostic pour les patients chez qui la tumeur donne des métastases est défavorable. Tout ce que les experts peuvent faire, c'est prolonger la vie d'une personne pendant un certain temps.

Cela dépend beaucoup de l'emplacement de la tumeur, du nombre de métastases et des méthodes de traitement utilisées. Plus il est facile d'enlever la tumeur et moins elle se comporte agressivement, meilleur est le pronostic du patient. Plus il est difficile de se rendre dans la zone touchée, plus la situation est difficile.

La métastase d'une tumeur cancéreuse dans le cerveau est un phénomène dangereux, se terminant généralement par la mort du patient. Avec un diagnostic rapide et le début du traitement, une prolongation significative de la vie est possible, jusqu'à des décennies.

Mais cela dépend beaucoup du type et de la vitesse de la tumeur. S'il forme des métastases, il est alors assez agressif, ce qui ne permet pas de donner de bonnes prévisions. Néanmoins, le traitement est nécessaire, car il prolonge non seulement la vie, mais permet également d'améliorer l'état du patient, en supprimant certains des symptômes.

Causes de pathologie

Les métastases dans la tête sont la conséquence de néoplasmes malins de divers organes du corps humain.

Dans les premières étapes du développement du cancer, les métastases peuvent être petites. Ils se développent dans les ganglions lymphatiques, se propagent avec la circulation sanguine, atteignent le cerveau. Cela se produit dans les cas où une tumeur maligne se forme:

  • dans les poumons;
  • dans l'épithélium glandulaire des organes;
  • dans le tractus gastro-intestinal;
  • dans les cellules pigmentaires capables de produire de la mélanine;
  • si un cancer du sein est détecté;
  • moins souvent - avec l'oncologie de la prostate et des ovaires.

Le plus souvent, les cellules cancéreuses se métastasent au cerveau dans le cancer du poumon. En l'absence de traitement chimiothérapeutique, la maladie se développe rapidement, réduisant considérablement l'espérance de vie du patient atteint de cancer jusqu'à plusieurs mois.

En se propageant et en affectant les cellules des tissus d'autres organes, les métastases sont un danger beaucoup plus grave que la tumeur initiale.

Informations générales sur les métastases

Les métastases dans la tête sont une tumeur maligne secondaire, qui est une conséquence du développement du processus oncologique dans d'autres organes et réduit considérablement les chances de survie des patients.

De plus, ils surviennent 5 à 8 fois plus souvent que le cancer cérébral primaire. Le danger d'endommager le tissu cérébral réside dans le fait qu'il ne répond pas bien au traitement chimiothérapeutique, car les substances pénètrent mal dans ces tissus.

En conséquence, le développement de cellules malignes est difficile à ralentir et environ un quart des patients meurent non pas de tumeurs cérébrales primaires, mais de métastases cancéreuses. L'apparition de formations dans le cerveau peut être la conséquence de divers cancers, la fréquence de celui-ci dépend du type de cancer.

Tout d'abord, il s'agit de lésions oncologiques des reins, des intestins, des phanères cutanées (mélanome), du sein, des poumons. De plus, les métastases entraînent souvent un cancer de la prostate et un cancer de l'ovaire..

Le principal contingent de patients est composé de personnes âgées de 40 à 60 ans, les femmes plus souvent de 45 à 50 ans, les hommes de 50 à 55 ans. De plus, dans plus de la moitié des cas, plusieurs métastases sont observées, se propageant dans tout le cerveau. Dans ce cas, des zones de tissu mort se forment, qui ne sont pas en mesure de remplir leurs fonctions, de sorte que les symptômes de la maladie peuvent ressembler à des signes d'un accident vasculaire cérébral.

Avec la pénétration des cellules cancéreuses, les hémisphères cérébraux sont plus souvent touchés, c'est là que les métastases se retrouvent dans 80% des cas et seulement 20% dans le cervelet.

Chirurgie

L'indication chirurgicale est la présence d'une grande lésion dans la zone accessible à l'intervention. Dans ce cas, une trépanation du crâne et une ablation de la tumeur sont effectuées, épargnant au maximum le tissu nerveux sain. Ceci est très dangereux pour le patient, donc l'opération ne se fait qu'en présence de grandes formations.

Un cyber-couteau est une option d'intervention plus économe, qui est utilisée pour les tumeurs relativement petites (jusqu'à 5 cm). Il vous permet de supprimer le foyer pathologique et d'éviter les blessures des tissus environnants. La période de rééducation après elle est beaucoup plus courte qu'avec la trépanation traditionnelle.

Dans la période postopératoire, une température, des maux de tête, une faiblesse et une somnolence peuvent survenir. Il est nécessaire de limiter la charge, de respecter le régime alimentaire et la pharmacothérapie. Une sortie de l'hôpital est possible au plus tôt dans 2 semaines.