Principal / Hématome

Métastases cérébrales - un pronostic de la vie et y a-t-il une chance?

Hématome

Les métastases cérébrales sont une complication grave qui, sans traitement nécessaire, entraîne la mort du patient. Toute tumeur maligne est dangereuse et imprévisible..

Une immunité affaiblie et certaines maladies peuvent contribuer au développement d'une tumeur. Avec l'aide du sang et de la lymphe, les cellules malignes peuvent se propager dans tout le corps, affectant de nouveaux organes.

Ce processus est appelé métastase. Le plus souvent, les métastases tumorales se produisent dans le cerveau, les poumons, le foie ou le système squelettique..

Causes des métastases cérébrales

Les métastases au cerveau proviennent d'autres organes dans lesquels le processus oncologique a commencé:

  • Pour le cancer du sein.
  • Avec basagliome (cancer épithélial).
  • Cancer du poumon à petites cellules.
  • Cancer de la peau.
  • Cancer des ovaires.
  • Tumeurs de la prostate.
  • Avec un cancer de l'estomac ou des intestins.

Selon les statistiques de la prostate ou des ovaires, les cellules tumorales ne pénètrent presque jamais dans le cerveau..

Environ 65% de tous les cas d'adénocarcinome ou de cancer du poumon diagnostiqués au dernier stade ont des métastases cérébrales. Avec une tumeur dans les glandes mammaires, les métastases sont beaucoup moins fréquentes..

Le mélanome se métastase rapidement au cerveau, littéralement en quelques mois.

Le plus souvent, les métastases ostéolytiques du cerveau sont diagnostiquées. Ils se caractérisent par des lésions rapides des organes focaux difficiles à traiter.

Symptômes des métastases

Les manifestations de la pathologie dépendent de la partie de la tête dans laquelle elles ont pénétré. Les métastases cérébrales sont généralement divisées en cerveau et moelle osseuse.

Les symptômes des métastases dans le cerveau sont associés à leur localisation et à leur degré de développement:

  1. Avec la formation dans la zone située près des structures oculaires d'innervation, la vision du patient est altérée (des champs séparés tombent).
  2. L'un des principaux symptômes de la pathologie est un mal de tête. Au stade initial, la douleur peut apparaître avec une certaine position de la tête. Cependant, avec la croissance de la tumeur, la douleur devient sévère et perturbe constamment le patient..
  1. Environ un patient cancéreux sur cinq a une violation de l'activité motrice. Parésie possible.
  2. Chez l'un des six patients, la démarche est altérée, l'intelligence souffre et des changements de comportement se produisent..
  3. Des crises et des signes d'épilepsie sont possibles..

La vidéo détaille les symptômes d'une tumeur cérébrale:

  1. Les métastases multiples ont les mêmes symptômes que la démence..
  2. Vomissements, qui peuvent ne pas être précédés de nausées. Le plus souvent, cela se produit le matin.
  3. En pénétrant dans le tronc ou le cervelet du cerveau, il y a des signes de parésie nerveuse.
  4. Lorsque la région frontale est affectée, le système musculo-squelettique est perturbé, le patient devient agressif.
  5. Avec un gonflement des tissus autour de la formation maligne dans le lobe temporal ou dans une autre zone, la pression intracrânienne du patient augmente, qui se manifeste par des maux de tête, des étourdissements, des vomissements, une vision double, un hoquet ou une dépression.

Avec des métastases dans la moelle osseuse, le patient est confronté aux symptômes suivants:

  • Faiblesse, maux de tête et vertiges, faiblesse générale du corps, anémie.
  • Douleur dans le bas du dos, les côtes ou les os pelviens. À mesure que les métastases se développent, la douleur s'intensifie.
  • Somnolence accrue, saignements de nez.

Avec plusieurs métastases médullaires, le patient perd du poids de manière significative. Il a des douleurs osseuses et un épaississement, une courbure vertébrale se produit et l'immunité diminue fortement..

Les symptômes avant la mort chez les patients sont les suivants:

  1. Maux de tête très sévères.
  2. État déprimé.
  3. Perte de poids spectaculaire.
  4. Manque d'appétit.
  5. Arrêt respiratoire.
  6. Faiblesse générale du corps.
  7. Trouble du sommeil.

Diagnostic des métastases

Pour identifier les métastases dans le cerveau, les procédures de diagnostic suivantes sont effectuées:

  • IRM.
  • Tomodensitométrie.
  • Analyse du liquide céphalorachidien.
  • Échoencéphalographie.
  • Électroencéphalographie.

Sur la photo, la procédure de tomodensitométrie du cerveau

  • Biopsie.
  • Scintigraphie.
  • Examen pathopsychologique, qui permet de déterminer la présence de problèmes d'élocution, d'écriture, etc..
  • L'examen neuroophtalmologique montre la présence de changements dans le fond d'œil.
  • Examen optoneurologique de l'organe de l'ouïe, appareil vestibulaire et capteurs de goût et d'odeur.

Traitement des métastases

La thérapie principale pour les métastases vise à maintenir le corps en prenant des anticoagulants, des anticonvulsivants, de la corticothérapie.

De plus, la chimiothérapie, la curiethérapie, la neurochirurgie, la radiothérapie et la radiothérapie, ou le traitement au cyber-couteau sont utilisés.

Sur la photo, un traitement au cyber couteau

La décision finale sur le traitement est prise par une équipe de spécialistes en fonction de l'âge du patient, du type de néoplasme primaire, du degré de développement de la pathologie, du nombre de lésions cérébrales ainsi que de la thérapie déjà effectuée. Le traitement se produit:

  1. Radical. Son objectif principal est la régression de l'éducation.
  2. Palliatif Le but d'une telle thérapie est de réduire la taille de la tumeur, de soulager les principaux symptômes et d'améliorer la qualité de vie du patient.

Utilisation de médicaments

Les corticostéroïdes (Dexaméthasone, Prednisone) occupent une place particulière dans le traitement des métastases cérébrales. Leur utilisation permet de prolonger la vie d'un patient cancéreux.

Les corticostéroïdes affectent positivement l'état et le fonctionnement de la membrane cellulaire, réduisent la gravité de l'œdème, qui accompagne toujours le processus tumoral.

Pour cette raison, une personne a une diminution de la pression intracrânienne et la disparition de certains symptômes neurologiques.

Tableau posologique des corticostéroïdes

Pour ceux qui ont des crises ou des crises d'épilepsie, des médicaments anticonvulsivants sont prescrits (Topiramat, Valproat). Très souvent, le processus de métastase s'accompagne d'une thrombose. La conséquence de ce processus peut être une hémorragie..

Par conséquent, il est conseillé aux patients de prescrire des anticoagulants ("Héparine", "Warfarine", "Fenilin").

Des analgésiques puissants sont utilisés pour soulager l'état du patient au dernier stade du processus de cancer..

Méthodes supplémentaires

Les patients diagnostiqués avec des métastases cérébrales sont prescrits:

  • Radiothérapie.
  • Ablation tumorale par résection neurochirurgicale. Une telle opération n'est effectuée que pour les patients chez lesquels des tumeurs uniques sont identifiées, la principale source de malignité est inconnue ou il existe une menace pour la vie.
  • Dans ce cas, la chimiothérapie est efficace chez un petit nombre de patients atteints de cancer avec des métastases affectant le cerveau. Cette méthode thérapeutique ne peut être utilisée que lorsqu'il n'y a pas de barrières sous forme de liquide ou d'autres tissus autour du foyer.

Le professeur S. I. Tkachev parlera de la radiothérapie des métastases GM:

Prévisions et durée de vie

Un patient qui est diagnostiqué avec la pénétration d'une tumeur dans le cerveau et sa famille s'intéresse à la question de savoir combien une personne doit vivre?

Divers facteurs affectent l’espérance de vie, notamment l’âge du patient, le type de tumeur primitive, le nombre de lésions, etc..

Dans le cas où le tronc cérébral ou le cervelet a été affecté, ou un glioblastome a été détecté, alors, malheureusement, le pronostic pour le patient est négatif. Avec de multiples foyers et l'agressivité de la tumeur, une personne ne peut vivre que quelques jours. Si les métastases sont résécables et que le patient est traité, l'espérance de vie est augmentée.

Après la radiochirurgie, le patient peut vivre encore 1-1,5 ans. Dans les cas où il y a une progression rapide de l'enseignement primaire, il doit être retiré jusqu'à ce que des métastases se produisent..

Si le processus de métastase a commencé, il est déjà impossible de récupérer complètement. Une thérapie bien choisie, selon les médecins, ne fait que prolonger la vie du patient.

Sur la photo, une image IRM montrant le développement de métastases cérébrales

À quelle vitesse les métastases cérébrales qui l'ont frappé? Le rythme de leur développement dépend de la tumeur primitive. S'il est détecté et éliminé en temps opportun, la croissance ralentit. Dans certains cas, les médecins parviennent à obtenir une rémission et même la disparition complète des ganglions cancéreux.

En moyenne, un patient atteint de métastases cérébrales parvient à vivre environ 3 à 4 mois. Mais, si le traitement est commencé à temps et que l'état du patient est satisfaisant, cette période peut être considérablement prolongée. Une exception est le mélanome.

Ce type d'oncologie est considéré comme le plus dangereux et le plus agressif. Si des métastases ont commencé dans le cerveau, les os ou les poumons, le patient n'a pratiquement aucun espoir.

Les dommages aux métastases cérébrales sont une complication dangereuse du processus oncologique, qui a un pronostic défavorable pour le patient..

Métastases tumorales cérébrales

Métastases cérébrales

Un néoplasme malin est une tumeur constituée de cellules malignes qui se divisent de façon incontrôlée, qui à leur tour ont la capacité de se séparer de la tumeur primaire et de se propager dans tout le corps avec le flux de sang ou de lymphe. Ces cellules peuvent s'installer dans différents organes et tissus, formant un ou plusieurs (multiples) foyers secondaires appelés métastases. Le processus de propagation des cellules tumorales en oncologie est appelé métastase. Souvent, les métastases se trouvent dans les ganglions lymphatiques, dans les poumons, le foie, les os et le cerveau. Cependant, un néoplasme dans les zones ci-dessus peut ne pas être une métastase mais une tumeur primaire, ce qui est très important pour décider des tactiques d'examen, de traitement du patient et de déterminer son pronostic et sa qualité de vie.

Causes des métastases cérébrales

Les métastases dans le cerveau se forment lorsque les cellules cancéreuses y pénètrent à partir d'une tumeur primaire localisée dans un autre organe. Selon les statistiques, les métastases dans le cerveau sont observées dix fois plus souvent (20 à 40% de tous les cas) que la formation d'une tumeur primaire. Souvent, les métastases cérébrales sont diagnostiquées avec un cancer du poumon, un mélanome, un cancer du sein, des organes du tractus gastro-intestinal, du système reproducteur, avec un sarcome des tissus mous, des os, moins souvent avec un cancer de la prostate, etc..

Symptômes des métastases cérébrales

Les manifestations cliniques des métastases dans le cerveau dépendent tout d'abord de leur localisation, de leur nombre et de leur taille. Les symptômes neurologiques se développent généralement lentement, mais peuvent survenir soudainement. Ces troubles deviennent plus prononcés et durables à mesure que les foyers dans le cerveau se développent. Au début de son développement, le patient peut être gêné par la léthargie, l'apathie, la faiblesse, très souvent des maux de tête, des étourdissements. Parfois, hoquet, nausées et vomissements, à la suite d'une augmentation de la pression intracrânienne. Au fil du temps, les symptômes augmentent et des signes cliniques apparaissent tels que:

  1. déficience visuelle: vision trouble, vision double, mouches ou assombrissement devant les yeux, perte de champs visuels;
  2. déficience auditive;
  3. troubles de la parole;
  4. troubles de la marche;
  5. altération des mouvements des membres, jusqu'au développement d'une parésie et d'une paralysie des bras et des jambes;
  6. faiblesse musculaire locale ou générale;
  7. crampes
  8. perte de conscience;
  9. dysfonctionnement des organes pelviens;
  10. changement de comportement, de fond émotionnel, d'intelligence.

Diagnostique

Le diagnostic des métastases cancéreuses dans le cerveau présente certaines différences par rapport au diagnostic des tumeurs cérébrales primaires. Les tumeurs cérébrales elles-mêmes peuvent être bénignes et malignes. Il n'y a pas de métastases pour les tumeurs cérébrales de nature bénigne. À cet égard, en l'absence de manifestations cliniques et d'indications médicales, il n'est pas nécessaire de procéder à un examen détaillé des autres organes et systèmes (poitrine, abdomen, bassin, etc.), un examen suffisamment détaillé du système nerveux central.

La présence de troubles neurologiques chez le patient indique la nécessité d'une consultation non seulement par un neurologue, mais aussi par un oncologue.

Le diagnostic des métastases cérébrales comprend:

  1. Recueil des plaintes, antécédents médicaux, antécédents familiaux, évaluation de l'état somatique, ainsi que de l'état fonctionnel selon l'échelle de Karnowski;
  2. Examen physique;
  3. Examen neurologique
  4. Examen ophtalmologique (pour évaluer les troubles oculomoteurs, visuels, ainsi que les signes d'hypertension intracrânienne dans le fond);
  5. IRM cérébrale avec amélioration du contraste: T1 (avec et sans contraste, incréments de 1 à 3 mm), T2, DWI, FLAIR. Dans les cas où l'IRM ne peut pas être réalisée (par exemple, en présence d'un stimulateur cardiaque ou d'implants ferromagnétiques), ainsi qu'en cas de lésion des structures osseuses, TDM avec rehaussement de contraste (pas de 1 mm);

De plus, pour évaluer l'étendue du processus tumoral, ainsi que pour poser un diagnostic de localisation inconnue de la tumeur primitive, un examen supplémentaire est recommandé pour:

  1. Analyses: un test sanguin clinique, un test sanguin biochimique avec le foie, les reins, le coagulogramme, l'analyse d'urine, un test sanguin pour le VIH, l'hépatite B, C, la syphilis;
  2. Pour les femmes - un examen gynécologique;
  3. Radiographie thoracique ou TDM des organes thoraciques (optimal)
  4. Échographie de la cavité abdominale, du bassin, des ganglions lymphatiques périphériques ou TDM avec contraste de la cavité abdominale, du bassin ou IRM avec contraste de la cavité abdominale, petit bassin;
  5. Scintigraphie osseuse avec contrôle radiologique des zones d'accumulation du radiopharmaceutique;
  6. Oesophagogastroduodénoscopie (endoscopie) et coloscopie selon les indications;
  7. TEP / TDM du corps entier ou diffusion IRM du corps entier selon les indications;

Traitement

Le traitement des patients atteints de tumeurs cérébrales primaires et le traitement des métastases cérébrales présentent des différences. Les tumeurs et métastases primaires dans le cerveau, en l'absence de contre-indications médicales absolues pour le patient et de difficultés techniques, peuvent être enlevées chirurgicalement. Selon le diagnostic principal, l'examen morphologique, l'étendue du processus tumoral, le type de traitement précédent, la pathologie concomitante, l'âge du patient, un traitement antitumoral est prescrit:

  • médicinal (qui comprend l'hormonothérapie, la chimiothérapie, la thérapie ciblée, l'immunothérapie);
  • radiothérapie (irradiation cérébrale totale, radiothérapie stéréotaxique). L'irradiation du cerveau s'accompagne souvent d'œdème et il est donc conseillé de procéder à une décongestion et à un traitement symptomatique.

Le type et la séquence des approches thérapeutiques ci-dessus dans cette catégorie de patients sont déterminés individuellement lors d'une consultation multidisciplinaire de médecins composée d'un neurochirurgien, d'un chimiothérapeute et d'un radiothérapeute et, selon les indications, en particulier en présence d'une pathologie concomitante prononcée, des médecins d'autres spécialités peuvent être impliqués.

Le Centre de radiothérapie OncoStop de Moscou a tout le nécessaire pour fournir une assistance: consultations, diagnostic et traitement des patients atteints de métastases cérébrales. L'un des principaux avantages du traitement dans la clinique OncoStop est la vaste expérience et le professionnalisme du personnel médical.

Combien reste-t-il à vivre?

C'est l'une des premières questions posées par un patient atteint de cancer. Dans la plupart des cas, la réponse ne peut être obtenue, car l'espérance de vie ainsi que, tout aussi importante, la qualité de vie sont déterminées par plusieurs facteurs:

  1. Âge du patient
  2. État général et mode de vie
  3. Diagnostic (type de cancer) et stade (c'est-à-dire le degré de propagation du processus tumoral)
  4. Maladies associées
  5. La justesse de la thérapie sélectionnée des maladies concomitantes
  6. La justesse de la thérapie anticancéreuse sélectionnée et, surtout, la réponse tumorale au traitement
  7. Respect strict de tous les schémas thérapeutiques recommandés
  8. Facteurs particuliers: le degré de malignité de la tumeur, dans certains cas son profil génétique immunohistochimique et moléculaire, le nombre de métastases, leur taille, leur localisation, leur relation avec les structures vitales.
  9. Le moment de la détection de la rechute ou de la progression de la maladie, etc..

Si les critères ci-dessus ont des caractéristiques favorables, le pronostic de vie de ces patients est relativement bon et les patients peuvent vivre plusieurs années et, par conséquent, vice versa.

Des informations détaillées sur le diagnostic et le traitement au centre OncoStop peuvent être trouvées en appelant le +7 (495) 215-00-49 ou le 8 (800) 5-000-983.

Prix, frotter.

Nom du service
Métastases des tumeurs cérébralesà partir de 270 000

Adresse: 115478 Moscou, Kashirskoe sh., 23 p. 4
(territoire de l'institution budgétaire de l'Etat fédéral "Centre national de recherche médicale en oncologie du nom de N.N. Blokhin" du ministère de la Santé de la Russie)

© 1997-2020 OncoStop LLC. Le droit d'auteur sur les matériaux appartient à la société OncoStop LLC.
L'utilisation du matériel du site n'est autorisée qu'avec le placement obligatoire d'un lien vers la source (site).

Métastases cérébrales

Les causes

Les métastases cérébrales (ou néoplasmes secondaires) sont un phénomène qui indique la progression de la maladie. Il est diagnostiqué chez 15 à 25% des patients atteints de néoplasmes malins et est plus fréquent que les lésions cérébrales primaires. Les cellules de la tumeur primaire peuvent se propager dans tout le corps par les voies hématogène (avec circulation sanguine) ou lymphogène (avec lymphatique), et elles pénètrent dans le cerveau par la voie hématogène. Voici les maladies dans lesquelles se produisent le plus souvent des lésions cérébrales secondaires:

  • cancer du poumon (48%), surtout chez les hommes,
  • cancer du sein (15%),
  • mélanome (9%),
  • cancer du côlon (5%),
  • cancer du rein (4%). Avec d'autres tumeurs moins fréquemment (Alfred Yung W.K., 2003).

Lorsque l'emplacement principal de la tumeur est difficile à diagnostiquer, ils parlent alors de métastases à partir d'un foyer primaire indéterminé.

Les métastases intracrâniennes se développent généralement dans les 6 à 24 mois suivant le moment de la détection de la tumeur primaire et dans 10 à 20% des cas sont diagnostiquées avant le foyer principal.

Symptômes

dépendent de la taille, de la quantité et de l'emplacement des métastases. Selon les résultats d'études (Penny K.Sneed, Norbert Kased, James L. Ruenstein) chez seulement 10% des patients, les métastases sont asymptomatiques. Dans le reste, les manifestations cliniques suivantes peuvent être observées:

  • Céphalées (24-53%) - apparaissant pour la première fois ou ayant un caractère inhabituel;
  • Manque de coordination des mouvements, chutes soudaines (23-41%);
  • Mauvaise santé générale, léthargie, somnolence, fatigue;
  • Perte de mémoire, difficulté avec des actions et des décisions familières;
  • Engourdissement, picotements, douleur de diverses localisations;
  • Changements de personnalité;
  • Changement rapide d'émotions ou de comportement étrange;
  • Convulsions pour la première fois;
  • Troubles de la parole;
  • Déficience visuelle, double vision;
  • Vomissements - avec ou sans nausée;
  • Faiblesse de certaines parties du corps;
  • Symptômes associés à la pression tumorale sur diverses parties du cerveau.

Diagnostique:

  • L'IRM cérébrale avec amélioration du contraste est la méthode la plus informative et obligatoire dans tous les cas. D'autres méthodes sont secondaires et ne servent qu'à rechercher le foyer principal ou à clarifier la prévalence du processus dans d'autres organes. De plus, avec les tumeurs pour lesquelles le cerveau sert d'organe «préféré» pour les métastases, l'IRM peut souvent être effectuée sans aucun symptôme suspect de lésion du système nerveux central;
  • Consultation d'un neurologue (réflexes, vitesse de réaction, force musculaire);
  • Consultation ophtalmologique (acuité visuelle et champ visuel, fond d'œil);
  • Consultations d'un neurochirurgien, oncologue;
  • EEG (électroencéphalographie) pour les convulsions ou les épisodes de perte de conscience;
  • Ponction lombaire (vertébrale) dans des cas extrêmement rares;
  • TEP-TDM, TDM et / ou IRM du cerveau pour confirmer le diagnostic et déterminer l'emplacement de la tumeur primitive;
  • biopsie (si la tumeur primaire n'a pas encore été identifiée);
  • Radiographie, tomodensitométrie thoracique, mammographie, tomodensitométrie abdominale, bassin pour identifier le foyer principal.

Traitement

Le choix de la méthode de traitement dépend du nombre, de la taille, du type de tumeur, de l'âge du patient et de son état général (présence de maladies concomitantes), de la question de savoir si le traitement de la tumeur primitive a déjà été effectué et de ce.

L'objectif est de soulager les symptômes, d'améliorer la qualité de vie..

Une lutte efficace contre la maladie nécessite souvent une combinaison de plusieurs types.

Types de traitement

Utilisé lorsqu'il y a une seule tumeur, grosse, elle provoque de graves troubles neurologiques. L'éducation peut être complètement supprimée ou réduite. Cela aide à réduire les déficits neurologiques, à atténuer les symptômes et à prévenir la mort rapide du patient..

Il est utilisé, en règle générale, en complément de la radiothérapie ou en cas d'inefficacité et d'impossibilité de la chirurgie, visant principalement à lutter contre les métastases extra-cérébrales.

3. Traitement médicamenteux pour soulager les symptômes:

- corticostéroïdes,
- anticonvulsivants,
- analgésiques,
- diurétiques et autres.

4. Radiothérapie:

A. Irradiation totale de tout le cerveau. Utilisé pour traiter plusieurs formations. Cela prend de 5 à 10 séances en 1-2 semaines.

B. La radiochirurgie stéréotaxique et la radiothérapie sont actuellement la principale méthode, la plus efficace et la plus sûre pour traiter les métastases intracérébrales uniques. Si nécessaire, la méthode peut être réutilisée, dans le cas de nouveaux foyers ou d'une rechute d'irradiés précédemment. La méthode peut être mise en œuvre sur un gamma knife, un cyber couteau ou un accélérateur linéaire modifié pour la radiochirurgie. Le gamma knife, tel qu'il a été développé historiquement, est l'étalon-or dans le traitement des métastases cérébrales simples. Cependant, avec l'avènement du cyber-couteau, ce dernier s'est avéré comparable en termes d'efficacité à un couteau gamma, alors qu'il présente de nombreux avantages..

CyberKnife est un système de radiochirurgie robotique développé aux États-Unis en 1987 pour traiter les tumeurs de la tête et de la base du crâne. Malgré son nom, le traitement chez Cyber ​​Knife n'est pas une opération chirurgicale, mais une alternative non invasive et indolore à la chirurgie. Le système fournit des doses élevées de rayonnement directement dans la lésion. Il est utilisé pour traiter les tumeurs difficiles à atteindre; il convient aux patients présentant des contre-indications à la chirurgie pour des raisons de santé et à ceux qui la refusent.

Différences entre Cyber ​​Knife et Gamma Knife
CyberKnife et Gamma Knife sont considérés comme deux systèmes efficaces qui traitent les patients atteints de tumeurs intracrâniennes malignes et bénignes sans incisions. Cependant, les différences entre eux pour le patient peuvent être très sensibles - dans le vrai sens du terme.
Lire la suite

CyberKnife est un appareil unique pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, le logiciel de guidage sur la tumeur irradiée est utilisé pour suivre et ajuster en permanence le traitement, même lorsque le patient bouge. Ceci élimine le besoin d'un cadre métallique de fixation rigide, qui est utilisé sur un couteau gamma et est vissé sur la tête du patient avec des vis.

Deuxièmement, il vous permet d'effectuer plus d'une séance de radiochirurgie. Par exemple, si la tumeur est grande, ou est située à proximité de structures critiques (telles que le tractus optique), ou si vous devez irradier un grand nombre de métastases d'une tumeur radiorésistante (mélanome ou cancer du rein).

Troisièmement, la précision du traitement dans le système est sans précédent. Sa capacité à traiter les tumeurs épargne autant que possible les tissus sains environnants..

Lors de l'utilisation de CyberKnife pour traiter les métastases cérébrales, d'abord à l'aide de l'IRM et de la TDM effectuées dans des modes spéciaux, le volume de la zone vers laquelle le rayonnement et les doses de rayonnement doivent être dirigés est déterminé. Les structures critiques sont également déterminées là où le rayonnement doit être minimisé. À l'aide de ces informations, le système calcule le plan optimal pour le traitement le plus sûr et le plus précis de la tumeur..

Habituellement, 1 à 5 procédures ambulatoires sont nécessaires, chacune dure 30 à 90 minutes. Des effets secondaires minimes (maux de tête, vertiges, somnolence) qui surviennent dans la première semaine ou deux après le traitement sont possibles.

Complications de la maladie et pronostic des lésions cérébrales métastatiques

Complications possibles: la plus grave d'entre elles est la mort inévitable du patient à la suite d'une luxation des structures cérébrales vitales due à un gonflement et un coincement du cerveau ou à une pression sur elles avec une tumeur métastatique en l'absence de tout traitement. Cela peut être précédé de paralysie, de convulsions, de dépression progressive ou aiguë de la conscience, de troubles, jusqu'à la perte, la vision, l'ouïe et d'autres types de sentiments, une altération de l'activité cardiaque et respiratoire.

Le pronostic dépend du type de tumeur et de sa réponse au traitement, de la prévalence du processus, du temps entre le moment du diagnostic et le début du traitement, l'exactitude des tactiques de traitement choisies.
Mais en général, l'apparition de métastases dans le cerveau est déjà un pronostic défavorable.
L'espérance de vie des patients atteints de métastases cérébrales (selon les études), selon le type et le moment de l'initiation du traitement, la tumeur primaire, le nombre de métastases est de 3 à 16 mois, sans traitement - 1-2 mois (Wen PY et al., 2001 ).

L'utilisation d'une technologie aussi moderne que Cyber-Knife donne aux patients l'espoir d'une meilleure survie.

Métastases cérébrales

Métastases cérébrales

Raisons principales

Étant donné que les métastases ne sont que des cellules cancéreuses uniques transférées avec un flux sanguin ou lymphatique à partir de la lésion primaire, la cause profonde de leur apparition et de leur progression réside dans la présence d'une tumeur primaire dans le corps humain..

Le plus souvent, les métastases au cerveau donnent lieu à des néoplasmes malins, localisés dans les structures du système pulmonaire. Cette forme de cancer peut métastaser sur les tissus mous ou directement sur les os du crâne..

Souvent, une personne se plaint d'avoir souvent mal à la tête, les impulsions ne peuvent pas être corrigées avec les analgésiques habituels. Ou tout à coup, il y avait des troubles du côté de la vision - vision double, floue, voile devant les yeux. La raison réside dans la germination de la tumeur primaire dans le tissu cérébral. Un oncologue, pas un neurologue, un ophtalmologiste, devrait traiter de tels troubles..

Il est très probable que les métastases se déplaceront de la glande mammaire, du côlon, du rein, si la personne a affaibli les mécanismes de protection, par exemple, après avoir récemment subi une chimiothérapie, une pneumonie sévère et un accident vasculaire cérébral. Pour prévenir ces rechutes, les oncologues donnent des instructions spéciales pour la période de réadaptation - prise de complexes vitaminiques modernes, adaptogènes, immunomodulateurs, conseils pour corriger l'alimentation et le travail.

Diagnostic moderne

Pour faire un diagnostic précis des métastases cérébrales, il ne suffit pas toujours d’étudier les symptômes et d’écouter les doléances du patient (surtout avec une évolution asymptomatique). Par conséquent, un certain nombre d'études matérielles peuvent être attribuées pour clarifier le diagnostic. Quel type de recherche doit être fait, le médecin décide.

La méthode principale et la plus précise pour diagnostiquer le cancer du cerveau secondaire est l'imagerie par résonance magnétique (IRM). Cette méthode vous permet de visualiser même les lésions asymptomatiques et situées à la surface du cerveau. Un champ magnétique puissant vous permet d'obtenir une image des structures internes du corps. Les photos sont informatives, et selon elles, le médecin conclut sur le nombre, l'emplacement, la taille exacte des foyers.

La tomographie par émission de positrons (TEP FDG) est un outil fiable pour déterminer les métastases. Sa conduite est pertinente lorsqu'une tumeur est détectée avec un diamètre allant jusqu'à 1,5 cm.

Le diagnostic par ultrasons (SPL) est effectué à l'aide de l'échographie en mode B avec codage couleur, échographie duplex et graphisme 3D.

Tomodensitométrie (TDM) - aide à identifier les lésions asymptomatiques qui se trouvent à la surface d'un organe.

Biopsie. Examen d'un fragment tissulaire d'un néoplasme pour le sujet et la qualité des cellules cancéreuses. Elle est réalisée si des métastases sont trouvées dans le cerveau, mais le foyer initial n'a pas été identifié. S'il existe des preuves d'un diagnostic oncologique initial confirmé, il n'est pas nécessaire de procéder à une biopsie - ce seront les mêmes.

Combien de patients vivent

Sans traitement, ces patients vivent moins d'un mois. Les patients présentant plusieurs lésions cérébrales métastatiques limitées après résection chirurgicale vivent pendant au moins 3 mois. La période de survie moyenne est d'un an. Cependant, chez les patients présentant des métastases uniques, les données sont plus optimistes..

Les invasions squelettiques ont des données pronostiques médiocres, parfois limitées à quelques mois.

Chez les patients atteints d'une tumeur dans d'autres organes de la tête (par exemple, la cavité buccale, l'oreille), les chances de survie à long terme sont légèrement plus élevées. L'espérance de vie passe à 15 mois.

Traitement des métastases tumorales dans le cerveau

Élimination de l'œdème cérébral. L'administration orale de dexaméthasone, généralement à forte dose (6 mg toutes les 6 heures, si nécessaire par voie intraveineuse ou intramusculaire), élimine rapidement les symptômes caractéristiques qui se développent avec une augmentation de la pression intracrânienne. Une réaction à la dexaméthasone indique la présence d'une tumeur cérébrale et indique également l'efficacité possible de la radiothérapie. L'effet du médicament se manifeste rapidement, et généralement dans les 1-2 semaines, la dose est réduite.

Il ne faut pas prescrire de dexaméthasone aux patients pendant une longue période, car les stéroïdes entraînent toujours des complications, notamment une myopathie proximale et un œdème facial. En général, nous recommandons d'interrompre progressivement l'administration du médicament sur une période de 3 à 6 semaines, bien que parfois, en raison d'un sevrage trop rapide, les patients puissent à nouveau ressentir une augmentation de la pression intracrânienne avec des symptômes caractéristiques. Dans ce cas, vous pouvez à nouveau augmenter la dose du médicament. Chez certains patients, la réaction au sevrage à la dexaméthasone se développe plus rapidement, chez d'autres, elle est plus lente.

Pour certains patients, la dexaméthasone est contre-indiquée s'ils ont des antécédents, par exemple, d'ulcère digestif hémorragique, d'hypertension sévère ou de diabète. Dans ces cas, l'œdème cérébral est soulagé par l'administration intraveineuse d'urée (1 g / kg en solution de glucose), de mannitol (2 g / kg sous forme de solution à 20%), ou par l'administration orale de glycérine à moitié diluée avec de la limonade. La plupart des patients évitent cette dernière procédure, car elle provoque rapidement une crise de diarrhée, mais la glycérine soulage efficacement les symptômes de l'œdème cérébral..
Dans certains cas, pour augmenter l'effet, pendant une très courte période, vous pouvez augmenter la dose quotidienne de désaméthasone à 24 mg.

Radiothérapie des métastases cérébrales

La radiothérapie est indiquée pour la plupart des patients atteints de tumeurs cérébrales secondaires, bien que la décision de prescrire cette procédure nécessite une approche équilibrée. Les patients pour lesquels la radiothérapie peut être efficace comprennent les patients atteints de tumeurs radiosensibles (en particulier avec les cancers bronchiques à petites cellules et, dans une moindre mesure, avec le carcinome du sein).

Ces patients comprennent également ceux qui ont un bon effet dexaméthasone et un état général satisfaisant (surtout en l'absence d'autres métastases distantes), ainsi que les patients présentant de nombreux foyers de tumeur secondaire lorsqu'il est impossible de les retirer chirurgicalement.

Le choix de la dose de rayonnement et du schéma de fractionnement reste un sujet de discussion. Des études récentes dans de grandes cliniques n'ont révélé aucun avantage d'un schéma de fractionnement à dose prolongée, et l'irradiation avec une dose totale de 12 Gy administrée par deux fractions quotidiennes consécutives s'est avérée aussi efficace qu'une exposition plus longue.

Avec un cours de radiothérapie de deux jours, la fréquence de transport des patients gravement malades est réduite, ce qui libère des ressources de transport supplémentaires. Parfois, lors de l'irradiation de patients présentant des tumeurs moins radiosensibles (adénocarcinome, mélanome et autres tumeurs), il est nécessaire d'augmenter la dose de rayonnement. Cela est particulièrement vrai pour les cas de métastases uniques qui ne peuvent pas être enlevées chirurgicalement, tandis que la technique de radiothérapie vous permet d'irradier une petite quantité de tissu à forte dose.

Traitement chirurgical des métastases tumorales cérébrales

Parfois, le chirurgien supprime les métastases, les prenant pour des tumeurs cérébrales primaires. Avec une ablation visuelle complète de la tumeur et en l'absence de dommages à d'autres parties du cerveau, une radiothérapie ultérieure est généralement effectuée. L'ablation chirurgicale des métastases soulage la condition chez seulement quelques patients.

La méthode chirurgicale peut être indiquée pour les patientes en bas âge si elles présentent des métastases uniques et en l'absence de signes d'un processus tumoral étendu, pour les patientes n'ayant pas subi de traitement depuis longtemps (souvent des cas de cancer du sein), ainsi que pour les suspicions de métastases radio-résistantes (par exemple, avec adénocarcinome des bronches ou de la glande thyroïde). Pour ces patients, une technique chirurgicale est probablement préférée..

Chimiothérapie des métastases tumorales cérébrales

La chimiothérapie est efficace pour le carcinome bronchique à petites cellules et les tumeurs testiculaires germinales. Le rôle de la chimiothérapie dans le traitement des tumeurs cérébrales secondaires n'a pas encore été déterminé. Certaines dispositions du concept de la barrière hémato-encéphalique peuvent être révisées, car les modifications du degré de vascularisation qui surviennent après le développement d'une tumeur secondaire entraînent sa violation. Par conséquent, dans le traitement des métastases cérébrales, il n'est pas nécessaire d'administrer des médicaments intrathécaux.

Les taux de survie globale des patients sont faibles, surtout si un cancer du poumon à petites cellules ou un mélanome est établi lors du diagnostic initial. Avec d'autres tumeurs, par exemple, avec un cancer du sein et des adénocarcinomes de localisation différente, les patientes vivent plus longtemps, surtout s'il était possible d'éliminer les métastases individuelles. Les patients qui ont des lésions cérébrales secondaires à la suite d'une rechute tardive vivent également un peu plus longtemps..

La méningite lymphomateuse et carcinomateuse est traitée dans un article séparé sur le site (nous vous recommandons d'utiliser le formulaire de recherche sur la page principale du site).

- Nous recommandons également "Tumeurs de la moelle épinière - types, causes, diagnostic"

  1. Traitement du médulloblastome et de son pronostic
  2. Traitement de la tumeur hypophysaire et son pronostic
  3. Traitement des tumeurs pinéales et de leur pronostic
  4. Traitement de la rechute du cancer du cerveau
  5. Pronostic du cancer du cerveau
  6. Métastases tumorales cérébrales - traitement, pronostic
  7. Tumeurs de la moelle épinière - types, causes, diagnostic
  8. Traitement d'une tumeur de la moelle épinière et son pronostic
  9. Dommages par rayonnement au cerveau et à la moelle épinière - causes, clinique
  10. Cancer du poumon - causes, fréquence

Espérance de vie en fonction du stade de la maladie

Dans la littérature médicale spéciale consacrée à cette question, le terme «survie à cinq ans» peut souvent être trouvé. Le traitement est considéré comme réussi si les patients dépassent ce seuil de temps.

Cela ne signifie pas qu'un patient atteint d'un certain type de tumeur cérébrale ne peut vivre que cinq ans ou plus: beaucoup vivent beaucoup plus longtemps, surtout s'ils poursuivent le traitement et sont constamment observés à la clinique.

Il faut comprendre que toutes les statistiques sur la survie au cancer sont:

  • avoir un caractère général; sur la base d'informations qui peuvent être obsolètes et ne tenant pas compte des dernières réalisations de la science médicale; ne reflète pas les informations sur les réactions individuelles aux effets thérapeutiques.

Si aux premiers symptômes de la maladie (maux de tête, altération de la coordination), le patient se rend à la clinique pour un diagnostic détaillé, les médecins peuvent effectuer une intervention chirurgicale en temps opportun pour retirer la tumeur entière (si la localisation le permet) ou sa partie principale.

Dans ce cas, le patient peut vivre 5 ans ou plus s'il continue de prendre des médicaments et de se rendre dans des établissements médicaux pour subir une thérapie auxiliaire. Il peut s'agir d'une radiothérapie, d'une thérapie ciblée ou d'autres types d'exposition..

Il est également nécessaire d'effectuer une correction complète du mode de vie - pour observer le régime de sommeil et de repos, pour éviter les conditions stressantes, les surmenages, l'exposition aux rayons ultraviolets. Un rôle important est joué par une bonne nutrition et le soutien des forces immunitaires du corps..

Au deuxième stade, le pronostic est moins favorable, car les cellules tumorales commencent à se développer rapidement et à exercer une pression sur les lobes voisins. Si le néoplasme est localisé directement dans le cerveau, la chirurgie peut être inappropriée.

Cependant, souvent, seule une intervention chirurgicale peut prolonger la vie du patient. L'opération doit être effectuée par un neurochirurgien hautement qualifié. Avec des soins appropriés et un traitement continu après l'ablation de la tumeur, l'espérance de vie est d'environ 2-3 ans.

L'âge du patient est également important. Après 65 ans, le taux de survie des patients qui ont subi une radiothérapie ou une chimiothérapie est beaucoup plus faible que celui des jeunes et des patients d'âge moyen. Cela s'explique simplement - un jeune corps a une plus grande capacité à résister.

En savoir plus sur ce que le nano-vaccin contre le cancer du cerveau dans cet article..

Habituellement, à ce stade, les opérations sont effectuées rarement. Les patients dépassent rarement un seuil de deux ans. Souvent, les tumeurs se développent rapidement et une personne commence à mourir littéralement sous nos yeux, perdant ainsi de la vitalité pendant plusieurs mois.

Il existe des traitements alternatifs et expérimentaux qui, dans certains cas, sont efficaces et peuvent guérir le cancer du cerveau de grade 3.

Quelles sont les métastases, les causes de leur apparition et les symptômes caractéristiques

Les métastases sont des formations malignes d'origine secondaire, qui sont une complication du cancer. Les cellules cancéreuses avec le flux sanguin et lymphatique pénètrent dans d'autres organes du foyer principal de la pathologie et y forment des métastases..

Les cellules pathogènes se déplacent le long de celles-ci, à un certain endroit, elles quittent le vaisseau et commencent à se développer, formant des métastases.

Facteurs qui affectent la propagation active des cellules cancéreuses:

  1. Une immunité réduite provoque la propagation et la prolifération rapides des cellules cancéreuses.
  2. La présence de nombreux vaisseaux - vaisseaux sanguins et lymphatiques - situés à proximité du foyer cancéreux primaire.
  3. La particularité de la découverte et la structure histologique de la tumeur.
  4. Âge du patient - chez les jeunes patients, les métastases surviennent plus rapidement que chez les patients plus âgés.

Le traitement antitumoral est d'une grande importance pour la formation de métastases. Si un traitement intensif et de haute qualité en oncologie est effectué, les métastases peuvent ne pas apparaître du tout. Ils se forment souvent plusieurs années après le traitement. Cela est dû à des changements dans les conditions de vie, et parfois sans aucune raison..

La symptomatologie de l'apparition de métastases dans le cerveau ne dépend pas de l'emplacement du foyer principal de la maladie. La présence de néoplasmes peut être déterminée par les symptômes suivants:

  1. Maux de tête fréquents. Il s'agit du premier signe de métastase, où des étourdissements sont également observés. La douleur se forme en raison de l'augmentation de la pression intracrânienne qui accompagne l'oncologie cérébrale.
  2. La nausée. Habituellement, cela se produit avec la douleur. Envie plus forte pour les enfants et les adolescents.
  3. Trouble de la conscience. Il y a des violations dans le processus de pensée, l'incapacité à se concentrer sur un moment spécifique, une opacification à court terme de l'esprit, une diminution de la mémoire, de l'ouïe et de la vision. Avec la progression de la formation de nouveaux foyers, la maladie peut introduire le patient dans le coma.
  4. Syndrome épileptique. Contractions imprévisibles du groupe musculaire convulsif.
  5. Troubles de la parole. Le patient ne peut pas prononcer de longs mots ou certains sons.
  6. Diminution de la sensibilité. Absence réduite ou complète de réaction des bras et des jambes aux irritants, en règle générale, d'une part. Violation des muscles moteurs des bras, du visage et des jambes. Parfois, la paralysie et la parésie se développent.

Par le côté affecté du corps, il est possible de déterminer quel hémisphère du cerveau a subi des métastases. Lorsque l'hémisphère droit est touché, il paralyse le côté gauche du tronc et vice versa.

Diagnostique

Le cancer du poumon avec des métastases au cerveau provoque des troubles neurologiques, évoluant dans le temps. Par conséquent, le patient doit être examiné, ce qui comprend les procédures suivantes:

  1. IRM - une projection de tissu cérébral sur une radiographie, réalisée sur différentes couches. Représenté sous différents angles de projection, vous pouvez voir l'enflure et d'autres signes de la tumeur.
  2. Examen du fond d'œil. L'examen visuel du fond d'œil révèle ses changements, ce qui indique des violations de la structure nerveuse.
  3. L'examen pathopsychologique donne une image des problèmes d'élocution, de la capacité du patient à écrire et à lire.
  4. Les organes de l'ouïe, de l'odorat et du goût sont analysés. Tester la stabilité de la respiration et sa relation avec le système autonome.
  5. EEG - L'imagerie échographique des tissus cérébraux révèle la présence, l'emplacement et la taille de la tumeur.
  6. Électroencéphalographie - détermination de la dynamique de la surface du cerveau. Affiche les pathologies présentes avec des métastases.

En outre, des méthodes d'examen invasives sont mises en œuvre, notamment:

  1. Etude CSF.
  2. Tomodensitométrie utilisant un liquide spécial injecté dans le cerveau.
  3. Scintigraphie - l'introduction d'un médicament intraveineux spécial qui peut s'accumuler près des métastases aide à détecter même les petits foyers.
  4. Biopsie de ponction - réalisée avant la chirurgie pour un diagnostic précis.

Après l'examen et le diagnostic précis, le traitement correct et intensif est prescrit..

Traitement

La méthodologie de traitement du cancer et des complications variera en fonction du stade de développement de la maladie. Un néoplasme peut être guéri des manières suivantes:

  • La pharmacothérapie comprend l'utilisation de médicaments pour soulager les convulsions, la douleur et l'enflure. La chimiothérapie est prescrite pour prévenir les métastases..
  • L'intervention chirurgicale n'est pertinente que si la localisation de la tumeur le permet. Parfois, lorsque la forme est négligée, le néoplasme devient inutilisable et vous devez oublier cette méthode de traitement.
  • La radiothérapie est la méthode de traitement la plus courante et la plus efficace. L'irradiation est effectuée à l'aide d'une source ionisante, à cause de laquelle les cellules cancéreuses meurent. De cette façon, ils affectent l'ensemble du cerveau ou des lésions individuelles.

Le traitement avec des remèdes populaires est auxiliaire, il vous permet de restaurer l'immunité après une exposition aux radiations sur le corps. Les méthodes suivantes sont utilisées:

  • l'argile bleue doit être diluée avec du vinaigre, puis appliquée sur la zone affectée, maintenez pendant 10 minutes, puis rincez à l'eau;
  • ajouter quotidiennement de l'églantier et des feuilles de menthe au thé.

Les maladies de la classification internationale sont liées aux néoplasmes oncologiques du cerveau. Malgré le fait que la médecine ait progressé dans le traitement des tumeurs cancéreuses, la thérapie est efficace pour une seule lésion. Des études montrent que les patients atteints de métastases multiples survivent rarement. Les méthodes de traitement peuvent être différentes en fonction de l'état du corps en ce moment..

Les premiers symptômes de la maladie

Au début de la maladie, les principaux symptômes sont:

  • Troubles intestinaux - constipation, diarrhée ou leur alternance Faux besoin de déféquer, sensation d'insatisfaction après avoir vidé Une douleur sourde dans l'anus ou le sacrum

Avec une augmentation de la taille de la tumeur, les signes de la maladie augmentent. Des manifestations spécifiques apparaissent, exprimées sous forme de vomissements, de nausées, de douleurs abdominales devenues permanentes. Avec des dommages aux intestins inférieurs, des saignements apparaissent, non seulement pendant les selles, mais aussi indépendamment de celui-ci. L'apparition de mucus dans les fèces est caractéristique. Dans les cas avancés, il y a un manque d'appétit, une perte importante de poids corporel. Les complications de la pathologie oncologique intestinale comprennent: saignement intestinal, obstruction, perforation et pénétration dans les organes adjacents. Cependant, l'une des complications les plus redoutables est les métastases dans le cancer de l'intestin, dont la présence indique la prévalence du processus tumoral. La germination des cellules cancéreuses dans d'autres organes peut se manifester par divers symptômes, dont la manifestation dépend de la localisation des métastases (dans les poumons, le foie, les ovaires, le cerveau, etc.): jaunissement de la sclérotique et de la peau, maux de tête, vertiges, toux, douleurs thoraciques, etc..

Le plus souvent, les métastases affectent les ganglions lymphatiques voisins. Parmi les organes éloignés, le foie est principalement affecté, en raison de la particularité du système circulatoire. Dans 25 à 30% de tous les cas de métastases, le foie est le seul organe affecté. Dans une telle situation, il existe une réelle chance de guérison grâce à un traitement chirurgical. Les poumons occupent la deuxième place dans la fréquence de propagation des métastases. De plus, les métastases dans le cancer de l'intestin peuvent affecter les os, le péritoine, le cerveau, les poumons et d'autres organes. La localisation dépend directement de la partie de l'intestin qui est la tumeur primaire.

Au stade métastatique de la maladie, la chimiothérapie est souvent le seul traitement. Aujourd'hui, les schémas thérapeutiques modernes offrent une opportunité d'augmenter la survie même au stade des métastases. La tolérabilité des médicaments dépend de nombreuses raisons, et principalement de la combinaison des médicaments eux-mêmes. Les tactiques de traitement sont telles que le traitement se déroule en cycles avec des intervalles entre les cours, qui sont conçus pour restaurer les tissus endommagés.

Environ 80% des rechutes et des métastases à distance sont enregistrées dans les 2-3 premières années après la chirurgie. Par conséquent, ces patients doivent être sous la surveillance d'un médecin. Ils devraient subir régulièrement des examens préventifs afin d'identifier en temps opportun une éventuelle rechute. Sur recommandation du médecin traitant, une coloscopie ou sigmoïdoscopie est montrée, ainsi qu'une échographie des organes internes pour identifier d'éventuelles métastases à distance.

Le principal facteur influençant le pronostic du traitement est le stade du cancer, qui a été établi lors du diagnostic initial. Selon les statistiques internationales, 30 à 40% des patients au moment du diagnostic ont été diagnostiqués avec une maladie de stade III. Environ 20 à 25% des patients ont commencé le traitement au moment du diagnostic du stade IV. Bien sûr, le pronostic du traitement au dernier stade est décevant et la survie à 5 ans ne dépasse pas 20% et, selon les statistiques, pas un seul patient n'a franchi le seuil de 5 ans auparavant.

+7 (495) 181-06-08 Création et promotion de sites Web - MedROI

Diagnostique

Reconnaître les signes de métastases est nécessaire le plus tôt possible, puis il y a la possibilité de mener un traitement efficace. Les options d'enquête suivantes sont disponibles:

  • L'IRM vous permet d'obtenir des données détaillées sur la structure de toutes les couches des organes internes et du cerveau. Les informations sont traitées sur un PC, après quoi le médecin sera en mesure de déterminer avec précision le diagnostic.
  • La tomodensitométrie est une autre méthode d'examen efficace du cerveau à l'aide de rayons X. De cette façon, vous pouvez considérer toutes les couches internes et même déterminer l'espérance de vie du patient.
  • Obligation de nommer un test sanguin général et biochimique. Une biopsie est réalisée pour toutes les personnes suspectant un cancer.

Il est possible de tirer une conclusion précise sur la somme qu'il reste au patient à vivre dans un cas particulier en fonction des résultats d'un examen histologique. Souvent, un accident vasculaire cérébral subi des années plus tôt aggrave la situation..

Traitement des patients

Ces méthodes de contrôle du processus malin commun à d'autres organes sont distinguées:

  1. Résection chirurgicale maximale suivie d'une radiochirurgie stéréotaxique ou d'une irradiation de la tête entière. Il s'agit de la méthode dominante, qui dispose de bonnes données prédictives..
  2. La radiothérapie joue un rôle important dans le traitement des maladies métastatiques. Il est promu pour les patients présentant des lésions d'organes multiples, une espérance de vie estimée à moins de trois mois et une faible efficacité de Karnowski..
  3. La radiochirurgie stéréotaxique est recommandée pour un nombre limité de métastases afin de contrôler localement les tumeurs.
  4. La chimiothérapie est rarement utilisée. Cependant, certains types de tumeurs, tels que le lymphome, le carcinome à petites cellules des poumons et du sein, peuvent être contrôlés avec des médicaments chimiothérapeutiques. Ils sont délivrés par injection dans le liquide céphalorachidien.

Combien vivent avec un cancer du cerveau

Espérance de vie avec une maladie aussi grave que le cancer du cerveau, le concept est purement individuel, selon le cas clinique spécifique. Le rôle et l'âge du patient, sa condition physique générale et la localisation de la tumeur jouent un rôle. Néanmoins, les médecins peuvent mettre en évidence les schémas généraux du développement de processus malins à un stade ou un autre de la maladie et donner un pronostic préliminaire. Bien sûr, la qualité de l'effet thérapeutique est également importante..

Si la pathologie est diagnostiquée au stade initial, la tumeur est localisée d'une certaine manière et l'opération est effectuée à temps et par un neurochirurgien expérimenté, la maladie peut être vaincue complètement.

Malheureusement, les cas de guérison complète d'une tumeur cancéreuse sont assez rares..

  • Toutes les informations sur le site sont à titre indicatif seulement et NE SONT PAS un guide d'action! Seul le MÉDECIN peut vous livrer le DIAGNOSTIC EXACT! Nous vous demandons de bien vouloir NE PAS SOIGNER, mais vous inscrire à un spécialiste! Santé à vous et à vos proches! N'abandonne pas

Diagnostique

Afin d'identifier les métastases, mener de telles études:

  1. Imagerie par résonance magnétique, thérapie.
  2. Scanner du cerveau.
  3. Faites un test de liquide céphalo-rachidien.
  4. Échoencéphalographie.
  5. L'électroencéphalographie, qui aide à déterminer les anomalies.
  6. Une biopsie est réalisée avec un néoplasme secondaire en examinant les cellules des tissus. Dans les tumeurs primaires, dont les métastases se propagent à la tête, cela aide également à étudier le processus. En cas de suspicion de métastases dans la moelle épinière, recourir à l'ostéodensitométrie et à la scintigraphie squelettique.
  7. Examens pathopsychologiques qui aident à analyser s'il y a des problèmes pendant la conversation, l'écriture, etc..
  8. Études neuroophtalmologiques qui montrent s'il y a des changements dans le fond d'œil.
  9. Examens optoneurologiques de l'organe auditif, de l'appareil vestibulaire ainsi que des capteurs de goût et d'odeur.
  10. Tomodensitométrie, pendant laquelle du liquide est injecté dans le tissu cérébral.
  11. Analyse en laboratoire du liquide céphalorachidien, où le liquide céphalorachidien est examiné.

Quels sont les symptômes des métastases cérébrales?

Souvent, les tumeurs malignes ont tendance à métastaser - se propageant aux tissus et organes voisins.

Ainsi, plusieurs autres peuvent résulter d'un même néoplasme, ce qui aggravera l'état général du corps et réduira les chances de survie. Par conséquent, il est nécessaire de consulter un médecin en temps opportun pour éviter le développement de métastases et assurer un traitement approprié.

Des métastases cérébrales peuvent survenir en raison de toute oncologie. Mais parmi toute la variété des maladies, les tumeurs peuvent être distinguées, avec le développement duquel les métastases sont les plus probables.

Dans la plupart des cas, ce sont les types de cancer suivants qui se propagent aux tissus et organes voisins:

  • Cancer des poumons. Dans près de 60% des cas, c'est lui qui provoque des lésions cérébrales.
  • Tumeur mammaire. Il représente environ 30% du nombre total de manifestations de métastases.
  • Tumeur maligne dans les reins.
  • Mélanome.
  • Cancer du colon.

Habituellement, les métastases affectent le cerveau des patients cancéreux, dont l'âge se situe entre 50 et 70 ans. Bien que la probabilité d'apparition dans les deux sexes soit approximativement la même, la fréquence d'apparition de certaines tumeurs peut varier.

La principale cause de métastases chez les hommes est le cancer du poumon; chez les femmes, le cancer du sein.

Traitement

Si un patient atteint de cancer ne reçoit pas le traitement nécessaire pendant les métastases cérébrales, il est peu probable que son espérance de vie dépasse 2-3 mois. Les effets hormonaux peuvent augmenter l'espérance de vie jusqu'à 4 mois et la chimiothérapie jusqu'à six mois.

Les tactiques de traitement sont déterminées en fonction de la taille et du nombre de lésions métastatiques, ainsi que de la réaction de l'enseignement primaire au traitement.

Le résultat le plus favorable est possible avec une intervention neurochirurgicale en combinaison avec une radiothérapie et une chimiothérapie. Mais un tel traitement n'est possible qu'avec des métastases uniques et techniquement accessibles.

Si les formations cérébrales secondaires ne sont pas techniquement amovibles, mais sont sensibles aux médicaments chimiothérapeutiques, une chimiothérapie est d'abord effectuée, puis une exposition aux rayonnements de l'ensemble du cerveau est appliquée.

L'irradiation conduit toujours à un gonflement accru du tissu cérébral, par conséquent, la radiothérapie est effectuée en combinaison avec la déshydratation. En présence de résistance aux diurétiques et en présence d'un déplacement cérébral, la radiothérapie est contre-indiquée.

De plus, l'irradiation n'est pas effectuée en présence de signes cliniques prononcés de métastases cérébrales.

En cas de contre-indications aux interventions neurochirurgicales et radiologiques, ils recourent à une chimiothérapie couplée à un traitement symptomatique de soutien.

Prévoir

Prédire l'espérance de vie d'un patient atteint de cancer est une affaire ingrate, car de nombreux facteurs l'influencent..

Donc, si nous comparons les dommages au cerveau et à la moelle épinière, alors au début, les chances d'une prolongation significative de la vie sont beaucoup plus élevées. Cependant, cela dépend beaucoup du type de tumeur. S'il se comporte de manière agressive, se propage rapidement et forme plusieurs métastases dans la tête, le pronostic de la vie avec une telle maladie est de plusieurs semaines.

Dans tous les cas, si elle n'est pas traitée, l'espérance de vie d'une personne atteinte de métastases cérébrales ne dépasse pas six mois. Avec un traitement rapide, la situation change et les chances du patient augmentent.

Avec l'utilisation de la radiochirurgie, la durée de vie du patient peut augmenter de 1 à 1,5 ans. Dans le même temps, les maladies progressives nécessitent une élimination constante des néoplasmes secondaires à mesure qu'ils apparaissent. Habituellement, le pronostic pour les patients chez qui la tumeur donne des métastases est défavorable. Tout ce que les experts peuvent faire, c'est prolonger la vie d'une personne pendant un certain temps.

Cela dépend beaucoup de l'emplacement de la tumeur, du nombre de métastases et des méthodes de traitement utilisées. Plus il est facile d'enlever la tumeur et moins elle se comporte agressivement, meilleur est le pronostic du patient. Plus il est difficile de se rendre dans la zone touchée, plus la situation est difficile.

La métastase d'une tumeur cancéreuse dans le cerveau est un phénomène dangereux, se terminant généralement par la mort du patient. Avec un diagnostic rapide et le début du traitement, une prolongation significative de la vie est possible, jusqu'à des décennies.

Mais cela dépend beaucoup du type et de la vitesse de la tumeur. S'il forme des métastases, il est alors assez agressif, ce qui ne permet pas de donner de bonnes prévisions. Néanmoins, le traitement est nécessaire, car il prolonge non seulement la vie, mais permet également d'améliorer l'état du patient, en supprimant certains des symptômes.

Causes de pathologie

Les métastases dans la tête sont la conséquence de néoplasmes malins de divers organes du corps humain.

Dans les premières étapes du développement du cancer, les métastases peuvent être petites. Ils se développent dans les ganglions lymphatiques, se propagent avec la circulation sanguine, atteignent le cerveau. Cela se produit dans les cas où une tumeur maligne se forme:

  • dans les poumons;
  • dans l'épithélium glandulaire des organes;
  • dans le tractus gastro-intestinal;
  • dans les cellules pigmentaires capables de produire de la mélanine;
  • si un cancer du sein est détecté;
  • moins souvent - avec l'oncologie de la prostate et des ovaires.

Le plus souvent, les cellules cancéreuses se métastasent au cerveau dans le cancer du poumon. En l'absence de traitement chimiothérapeutique, la maladie se développe rapidement, réduisant considérablement l'espérance de vie du patient atteint de cancer jusqu'à plusieurs mois.

En se propageant et en affectant les cellules des tissus d'autres organes, les métastases sont un danger beaucoup plus grave que la tumeur initiale.

Informations générales sur les métastases

Les métastases dans la tête sont une tumeur maligne secondaire, qui est une conséquence du développement du processus oncologique dans d'autres organes et réduit considérablement les chances de survie des patients.

De plus, ils surviennent 5 à 8 fois plus souvent que le cancer cérébral primaire. Le danger d'endommager le tissu cérébral réside dans le fait qu'il ne répond pas bien au traitement chimiothérapeutique, car les substances pénètrent mal dans ces tissus.

En conséquence, le développement de cellules malignes est difficile à ralentir et environ un quart des patients meurent non pas de tumeurs cérébrales primaires, mais de métastases cancéreuses. L'apparition de formations dans le cerveau peut être la conséquence de divers cancers, la fréquence de celui-ci dépend du type de cancer.

Tout d'abord, il s'agit de lésions oncologiques des reins, des intestins, des phanères cutanées (mélanome), du sein, des poumons. De plus, les métastases entraînent souvent un cancer de la prostate et un cancer de l'ovaire..

Le principal contingent de patients est composé de personnes âgées de 40 à 60 ans, les femmes plus souvent de 45 à 50 ans, les hommes de 50 à 55 ans. De plus, dans plus de la moitié des cas, plusieurs métastases sont observées, se propageant dans tout le cerveau. Dans ce cas, des zones de tissu mort se forment, qui ne sont pas en mesure de remplir leurs fonctions, de sorte que les symptômes de la maladie peuvent ressembler à des signes d'un accident vasculaire cérébral.

Avec la pénétration des cellules cancéreuses, les hémisphères cérébraux sont plus souvent touchés, c'est là que les métastases se retrouvent dans 80% des cas et seulement 20% dans le cervelet.

Chirurgie

L'indication chirurgicale est la présence d'une grande lésion dans la zone accessible à l'intervention. Dans ce cas, une trépanation du crâne et une ablation de la tumeur sont effectuées, épargnant au maximum le tissu nerveux sain. Ceci est très dangereux pour le patient, donc l'opération ne se fait qu'en présence de grandes formations.

Un cyber-couteau est une option d'intervention plus économe, qui est utilisée pour les tumeurs relativement petites (jusqu'à 5 cm). Il vous permet de supprimer le foyer pathologique et d'éviter les blessures des tissus environnants. La période de rééducation après elle est beaucoup plus courte qu'avec la trépanation traditionnelle.

Dans la période postopératoire, une température, des maux de tête, une faiblesse et une somnolence peuvent survenir. Il est nécessaire de limiter la charge, de respecter le régime alimentaire et la pharmacothérapie. Une sortie de l'hôpital est possible au plus tôt dans 2 semaines.