Principal / Diagnostique

Dysfonctionnement cérébral minimal chez les enfants

Diagnostique

Un dysfonctionnement cérébral minimal chez les enfants (CIM-10 code G96.9) est un terme pour une combinaison d'une variété de symptômes basés sur des changements structurels dans le système nerveux central. Ces changements s'écartent de la norme, semblent inhabituels et étranges. Un synonyme de ce trouble est l'encéphalopathie légère (IDE) ou les troubles spécifiques de l'apprentissage et du comportement (SNOP).

Nom actuel - TDAH - Trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention.

Les causes

Causes de dysfonctionnement cérébral mineur (MMD):

  • influences génétiques;
  • problèmes de santé maternelle pendant la grossesse;
  • naissance difficile;
  • encéphalite (sous-corticale, corticale, cérébelleuse, tige);
  • inconscience de la petite enfance;
  • blessures avec dommages à la partie médiobasale ou mésencéphale du cerveau;
  • syndrome diencéphalique;
  • impact nutritionnel.

Produits qui soutiennent l'hyperactivité, la fatigue, les troubles du comportement et l'activité chez les enfants:

  • aliments contenant des colorants et des arômes artificiels (ils sont nombreux, la plupart sont fabriqués à partir de goudron de houille);
  • composants alimentaires conventionnels (dans les jus de fruits transformés chimiquement, le chocolat, les céréales préparées, etc.);
  • divers goodies (desserts, glaces, noix, lait);
  • aliments difficiles à digérer (œufs);
  • sucres simples (gâteaux, bonbons, chocolat, glaces, biscuits).

Parfois, avec un diagnostic de MMD, des troubles visuels sont présents - astigmatisme, amblyopie, etc..

Symptômes

Un dysfonctionnement cérébral minimal chez les enfants se manifeste par les symptômes suivants:

  • trouble du déficit de l'attention;
  • hyperactivité
  • hypoactivité;
  • développement inégal des capacités intellectuelles;
  • désordre dans la dynamique des processus mentaux;
  • anxiété;
  • faible endurance;
  • impulsivité;
  • sautes d'humeur;
  • troubles de la perception, etc..

Ces signes ne signifient pas toujours MMD; la neurologie prend en compte les facteurs de l'environnement social, le désir d'attention, les troubles du comportement ou le tempérament.

Complications

Si le syndrome MMD chez les enfants est ignoré, le trouble peut entraîner une neurotisation de l'enfant, une dépression, un comportement antisocial à l'adolescence et à l'âge adulte, des problèmes d'alcool et de drogues.

Traitement classique

Après le diagnostic de MMD, le neurologue prescrit le traitement approprié. La thérapie comprend plusieurs méthodes..

Pharmacothérapie

Un dysfonctionnement cérébral minimal peut être traité avec plusieurs groupes de médicaments..

Nootropiques

Il s'agit de la première ligne de médicaments utilisés en pharmacothérapie. Ils augmentent le flux sanguin à travers les vaisseaux sanguins du cerveau, fournissent un plus grand apport d'oxygène et de glucose (substances nécessaires aux cellules nerveuses). Ce groupe comprend:

Psychostimulants

Supprimer les symptômes d'activation insuffisante du SNC, tels que l'inattention et l'hyperactivité.

Mais les psychostimulants entraînent une dépression de l'hormone de croissance chez les enfants et, par conséquent, une diminution de la taille et du poids corporels (par rapport à leurs pairs), ont des effets secondaires. Lorsqu'il est utilisé, il existe un risque de dépendance, leur action n'est pas constante.

Timoleptiques (antidépresseurs)

Augmentez le niveau de sérotonine (un neurotransmetteur qui assure une bonne santé), supprimez les symptômes de l'hyperactivité. Représentants de ce groupe:

EEG-BOS

Le biofeedback EEG est une méthode très spécifique pour améliorer l'activation souhaitée du système nerveux. Effet thérapeutique:

  • formation de l'attention et de la concentration, de la maîtrise de soi et de l'autodiscipline (impulsivité apaisante, hyperactivité);
  • amélioration des indicateurs intellectuels;
  • cerveau auto-apprenant par biofeedback.

Lorsque le cerveau reçoit un message instantané sur la répartition de ses ondes, il peut apprendre à les corriger.

Attachés aux électrodes de tête, les ondes cérébrales sont enregistrées. Une onde cérébrale est visible à l'écran. Il se traduit par la forme d'un jeu vidéo dans lequel le patient ne «joue» que par la puissance de sa pensée, sans clavier ni souris. Le jeu est contrôlé par l'activité cérébrale. Lorsque l'activité dans l'onde cérébrale souhaitée augmente, le «joueur» obtient des résultats réussis. Avec une activité croissante dans une structure indésirable, le succès dans le jeu est nivelé. Le cerveau répond progressivement aux instructions de motivation que lui donne l'ordinateur, récompensant les bons résultats du jeu. Ainsi, dans le cerveau, le processus d'apprentissage de nouvelles fréquences plus appropriées d'ondes cérébrales se développe. C'est le travail du cerveau lui-même.

Procédures correctives consultatives

Pour divers troubles du diagnostic de MMD chez un enfant, certaines procédures sont utilisées en neurologie:

  • avec des troubles de la parole - orthophonie;
  • avec des troubles du comportement - un changement de régime, un changement d'attitude envers un enfant, une formation autogène;
  • troubles d'apprentissage - procédures correctives spéciales.

Pour les options d'actions correctives, consultez des spécialistes du centre pédagogique et psychologique.

Automédication

Dans l'auto-traitement, le changement nutritionnel, des méthodes thérapeutiques alternatives sont utilisées..

  • Exclusion du régime alimentaire: bonbons, plats cuisinés, aliments instantanés, soda sucré, autres aliments transformés avec un excès de colorants et d'arômes ajoutés.
  • Inclusion dans l'alimentation: fruits, légumes, grains entiers, germes de céréales (sources de vitamines B), légumineuses (sources de lécithine).

Suppléments nutritionnels, vitamines et minéraux:

  • Ginkgo biloba - augmente le flux sanguin veineux, donnant ainsi aux cellules nerveuses un plus grand apport d'oxygène et de glucose.
  • Magnésium, calcium - nécessaires au fonctionnement des cellules nerveuses.
  • Complexe B - important pour le bon fonctionnement du système nerveux.
  • Lécithine - améliore la mémoire.

Traitement naturel et complémentaire:

  • aromathérapie;
  • yoga;
  • kinésiologie;
  • homéopathie constitutionnelle.

Parentalité

Lors de l'éducation d'enfants et d'adolescents présentant un dysfonctionnement cérébral minimal, il est recommandé de suivre certains principes..

Environnement familial calme et émotionnellement harmonieux

Il est important de montrer à l'enfant son amour pour qu'il ait confiance en lui. Les parents devraient essayer de rester calmes et prêts dans des situations stressantes; la nervosité des parents se transmet à l'enfant, l'effet de l'hyperactivité augmente. Faites-lui comprendre la stabilité du soutien parental, les antécédents familiaux, la sécurité, la compréhension de ses problèmes.

Ordre familial

L'enfant doit s'habituer au régime habituel de la journée - parfois très stéréotypé. Il devrait savoir ce qu'on attend de lui dans la famille. Les règles de coexistence doivent être clairement définies afin que l'enfant sache quand il les traverse et quand non. Le monde des enfants doit être clair, bien organisé..

L'ordre est important parce que l'enfant n'a pas son propre «ordre interne», seulement le chaos, à cause de quoi tout le reste peut lui sembler chaotique.

Séquence

La cohérence ne signifie pas la terreur, au contraire. Il est important d'agir avec bonté et très patience. L'orientation parentale, l'achèvement ou l'inexécution des tâches doivent être contrôlés de manière adéquate. Si la tâche dépasse les capacités de l’enfant, vous devez l’aider, parfois seulement.

Un contrôle non violent plus fréquent garantit que l'enfant automatise les actions nécessaires, ce qui rend le besoin de contrôle moins critique.

Unification de l'éducation

Si l'un des parents est cohérent dans l'éducation, et l'autre non, l'enfant utilise le parent «le plus faible» ou n'écoute aucun d'entre eux. Par conséquent, il est important de combiner l'éducation et de convenir des règles exactes. L'incohérence dans l'éducation conduit presque toujours à un approfondissement des symptômes de dysfonctionnement cérébral de l'enfant.

Se concentrer sur les aspects positifs de la personnalité d'un enfant

Laissez votre enfant connaître le succès. Ignorez plutôt le comportement négatif (si possible), félicitez-le pour la bonne chose faite. Rappelez-vous: l'offre de sanctions est rapidement épuisée, l'enfant s'y habitue, ce qui minimise leur effet.

La direction de l'enfant

Une activité accrue permet non seulement de se concentrer sur plusieurs tâches en même temps, mais aussi de diriger l'énergie dans la bonne direction. Par conséquent, il est conseillé de ne pas supprimer l'activité, mais de permettre aux enfants de "se décharger" lorsque cela est possible. Il est important d'offrir à votre enfant de nombreuses possibilités de détente. Cela peut être fait pendant une certaine activité en changeant de métier, en changeant de poste, etc..

La plupart des enfants peuvent utiliser des règles simples, clairement articulées, raisonnables et compréhensibles..

Il est conseillé de suivre ces principes même lorsque vous élevez des enfants sans dysfonctionnement cérébral minimal. Mais chez les enfants atteints de TDAH, ils sont une nécessité vitale.

Prévention des effets du MMD sur l'enfant

À l'âge préscolaire, la reconnaissance rapide des symptômes de dysfonctionnement cérébral minimal est importante..

À l'école et à la maison, vous avez besoin de:

  • aider l'enfant à réussir (recherche d'aspects positifs, mise en évidence de certaines capacités, etc.);
  • lui apprendre à effectuer diverses tâches (pour en ressentir le sens, le but, la nécessité);
  • aider à trouver votre place dans l'équipe (augmenter le prestige, ne pas indiquer les traits de caractère);
  • aidez-vous à vous réaliser;
  • gardez à l'esprit que la récompense «renforce» les bonnes formes de comportement; par conséquent, ne regrettez pas l'éloge des bagatelles (même pour l'attention);
  • apprécier l'effort (même si le résultat n'est pas entièrement réussi);
  • fixer des objectifs à court terme pour l'enfant;
  • vérifier individuellement ses connaissances (en dehors de l'atmosphère de la classe pleine d'irritants);
  • donner suffisamment d'amour à l'enfant;
  • surveiller la fatigue et l'attention pendant les cours, prendre en compte l'augmentation de la fatigue en classe et tout au long de la journée (surtout en première année d'école).

Prévention prénatale

À cette fin, le soi-disant L '«éducation prénatale» est une méthode de stimulation spécifique du fœtus pendant la grossesse. Grâce à une stimulation sonore précise, les cellules nerveuses fœtales sont activées et la maturation de l'activité cérébrale est accélérée. Selon l'étude, ces enfants stimulés naissent sans larmes, les yeux ouverts et un soupçon de sourire, ont plus de poids et de taille à la naissance. Ils commencent à parler et à marcher devant leurs pairs. À 56 ans, le QI des personnes «stimulées» était de 120 à 150 points.

Nutrition de la future maman

Pendant la grossesse, vous avez besoin d'un mode de vie correct et responsable. Augmentation de l'apport en vitamines, en particulier C, B, une quantité suffisante de minéraux dans l'alimentation (en particulier, le calcium est nécessaire pour la construction des os et le développement normal de la fonction neuromusculaire chez le fœtus).

  • Beaucoup de bonbons;
  • produits semi-finis;
  • produits instantanés;
  • limonades sucrées;
  • produits contenant un pourcentage élevé d'arômes, colorants.

Prévoir

Dans un tiers des cas, une dysfonction cérébrale minimale disparaît d'elle-même: le système nerveux central de ces personnes mûrit plus tard, mais sans conséquences.

Le deuxième tiers est compensé: les signes externes peuvent disparaître du comportement humain, même en l'absence de modification du tableau neurophysiologique. Par exemple, une personne souffrant de dyslexie apprendra à lire; mais quand on lui demande de lire dans une étude EEG, un ralentissement caractéristique de l'activité cérébrale se produit. La compensation peut échouer en raison du stress.

Le pronostic du dernier tiers des patients est pire: ils ne «dépassent» pas et ne sont pas compensés. Ce groupe a généralement des problèmes sociaux..

Dysfonctionnement cérébral minimal (MMD): concept, symptômes, diagnostic, traitement, pronostic

© Auteur: A. Olesya Valerievna, MD, praticien, enseignant dans une université de médecine, en particulier pour VesselInfo.ru (à propos des auteurs)

La dysfonction cérébrale minimale (MMD) est l'une des variétés courantes de troubles mentaux chez l'enfant. Son taux de prévalence varie de 5% à 20% chez les écoliers et les enfants d'âge préscolaire. De nombreux chercheurs considèrent le dysfonctionnement cérébral minimal comme une conséquence des lésions focales du tissu cérébral, ce qui entraîne un trouble et un déséquilibre lié à l'âge dans les processus mentaux..

Avec un dysfonctionnement cérébral minimal, la maturation des systèmes de régulation du corps est retardée, ce qui devrait fournir les processus d'intégration les plus complexes - parole, souvenir, attention, etc. L'intelligence chez les enfants atteints de ce trouble se développe selon l'âge, cependant, des difficultés apparaissent lors de la formation et de l'adaptation à la vie sociale, l'équipe.

Une lésion locale, un développement insuffisant ou une discoordination de l'activité de toute partie du cortex cérébral provoquent des troubles de la sphère motrice, de la parole, des difficultés à maîtriser l'écriture, la lecture et le comptage. L'un des symptômes les plus courants du MMD, de nombreux experts considèrent le soi-disant trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (TDAH).

Le TDAH est le diagnostic le plus courant associé au MMD.

Le terme dysfonction cérébrale a été proposé au milieu du siècle dernier. Il a commencé à être utilisé pour désigner des troubles du comportement qui étaient différents en raison de la cause et du mécanisme de développement et d'apprentissage, qui n'étaient pas accompagnés d'une baisse de l'intelligence. Les tests neuropsychologiques ont aidé à établir la présence de changements focaux dans le cerveau des enfants atteints de pathologie du développement de la parole, du comportement et de l'apprentissage. De plus, les experts ont constaté qu'une prédisposition héréditaire joue un rôle dans l'apparition de la pathologie..

Raisons du développement de MMD

La cause exacte du syndrome de dysfonctionnement cérébral minimal n'a pas été élucidée, mais les experts estiment que le trouble survient en raison de l'apparition de foyers limités de dommages au cortex cérébral ou de malformations du système nerveux central contre divers effets indésirables. À l'âge de 3 à 6 ans, le trouble peut entraîner un manque de participation pédagogique et une socialisation adéquate.

Il existe plusieurs types de facteurs causaux, selon le moment où ils ont agi dans la vie de l'enfant:

  • Prénatal - mis en œuvre par la mère ou l'environnement pendant la grossesse et comprend les infections virales, l'exacerbation des maladies chroniques, l'intoxication prolongée, les erreurs nutritionnelles, les troubles métaboliques (diabète sucré), la gestose, la menace de fausse couche, la prématurité, ainsi que les conditions environnementales défavorables, les radiations, abus de drogues, d'alcool, de tabac;
  • Intranatal - agir sur un cerveau de bébé non mûr pendant l'accouchement - faiblesse du travail, accouchement rapide, stimulation médicamenteuse du travail, accouchement chirurgical, hypoxie sur le fond du cordon enroulé autour du cou du fœtus, utilisation d'aspirateurs ou de pinces, le poids du fœtus est supérieur à 4 kilogrammes;
  • Postnatal - lésions cérébrales, neuroinfection, manque d'éducation, socialisation, participation pédagogique.

Quels sont les signes du MMD?

Les symptômes d'un dysfonctionnement cérébral minimal peuvent devenir perceptibles immédiatement après la naissance du bébé, et plus tard. Ils deviennent particulièrement brillants aux moments critiques - lorsque le bébé commence à aller au jardin et apprend à communiquer avec ses pairs pendant la période où l'école commence. Pour les enfants d'âges différents, une prédominance de certaines manifestations est caractéristique.

Chez les enfants de 1ère année, les soi-disant symptômes neurologiques mineurs sont observés, chez les enfants d'âge préscolaire des changements de comportement, des difficultés d'apprentissage deviennent apparentes, les écoliers présentent des troubles psycho-émotionnels prononcés, une mauvaise adaptation sociale.

Chez les jeunes enfants, un dysfonctionnement cérébral minimal se manifeste par un syndrome d'excitabilité accrue, dont les parents remarquent les premiers mois de la vie du bébé, mais dans un cinquième des cas, leur manifestation se produit six mois ou plus tard..

Les enfants hyper excitables sont agités, criant souvent sans raison, même avec de bons soins et une bonne nutrition. L'activité motrice est excessive, les manifestations végétatives se caractérisent par des rougeurs ou une pâleur sévère de la peau, une cyanose des doigts, du bout du nez, des lèvres, une transpiration accrue et un pouls trop rapide. Souvent perceptible tremblement du menton, hypertonie musculaire lorsqu'un enfant crie.

Les signes caractéristiques d'hyper-excitabilité au cours de la 1ère année de vie sont considérés comme des problèmes de sommeil, lorsque l'enfant ne peut pas dormir longtemps, se réveille, frissonne, a des difficultés d'alimentation et de digestion. Les enfants surexcités régurgitent souvent, même des vomissements sont possibles. L'augmentation de l'activité intestinale provoque une diarrhée, qui peut être remplacée par la constipation.

Chez les enfants de 1 à 3 ans, un dysfonctionnement cérébral minimal se manifeste:

  1. Excitabilité nerveuse élevée;
  2. Anxiété motrice;
  3. Troubles du sommeil, appétit;
  4. Prise de poids insuffisante;
  5. Retard dans le développement de la psycho-parole;
  6. Maladresse des mouvements.

Les enfants de trois ans atteints de MMD se fatiguent rapidement, se distraient des cours, ont un tempérament rapide, sont dispersés et têtus. Ils sont sujets aux sautes d'humeur, aux larmes, à une activité motrice excessive. Avec une intelligence préservée, les enfants ne font souvent pas face aux compétences ménagères ordinaires, ne peuvent pas s'habiller, souffrent d'énurésie, etc..

Les enfants atteints de dysfonctionnement cérébral ne peuvent pas rester immobiles pendant longtemps, ils bougent constamment, ils ont du mal à se concentrer sur une seule leçon, ils sont distraits et absorbent mal le matériel lorsqu'ils essaient d'apprendre. Ces enfants font des mouvements conscients, mais souvent ces derniers sont complètement inutiles et incohérents.

Les symptômes autonomes de l'âge préscolaire se font encore sentir par la transpiration, l'intolérance au congestion, le mal des transports lors du transport, la sensibilité à la lumière vive et au bruit fort.

Le début des visites dans les établissements préscolaires et les écoles provoque une exacerbation des signes de dysfonctionnement cérébral, car le cerveau de l'enfant ne peut pas s'adapter aux nouvelles conditions et exigences qui devront être remplies et souffre d'un stress psycho-émotionnel et physique excessif..

Après trois ans, les troubles du comportement prévalent parmi les symptômes: les enfants sont têtus, désobéissent, distraits, sujets à la névrose. De plus, il y a un retard dans la formation mentale et de la parole, des troubles de la prononciation des sons et des mots se manifestent, le vocabulaire ne s'élargit pas, l'apprentissage est difficile. Ces symptômes augmentent dans le contexte d'une excitabilité excessive..

Le début de la période scolaire présente des problèmes sous forme de mauvaise adaptation, associée au MMD:

  • Apprendre à lire et à écrire souffre;
  • Le comportement est perturbé;
  • Une dysfonction végétative se développe.

Les écoliers atteints de MMD ne sont pas en sécurité, souffrent d'une faible estime de soi, subissent de manière insuffisante les revers, sont sujets aux phobies, à l'agressivité et aux impulsions. Ils recherchent la solitude, évitent le contact avec leurs camarades de classe et les enseignants, égoïstes, vont souvent au conflit.

Les adolescents souffrant d'une dysfonction cérébrale minimale présentent des troubles du comportement vifs: ils sont agressifs, trouvent mal un langage commun avec leurs pairs, les enseignants et les parents, sont peu étudiés et sujets à une consommation précoce d'alcool et de drogues. Un tel trouble peut conduire à une mauvaise adaptation dans la société et à des troubles mentaux plus graves..

Diagnostic et traitement de la MMD

Le diagnostic du syndrome de dysfonctionnement cérébral minimal est complexe et comprend toute une gamme de mesures, commençant par élucider l'histoire de la grossesse et de l'accouchement, les antécédents familiaux, les conditions de vie de l'enfant et se terminant par des données objectives de laboratoire et instrumentales.

En discutant avec les parents, le spécialiste essaie de trouver une cause possible du comportement problématique de l'enfant et d'établir quand les premiers signes de troubles sont apparus. Chez les enfants d'âge préscolaire, il est important d'analyser la dynamique des symptômes et leur gravité.

L'examen des nouveau-nés et des enfants de la première année comprend une analyse des réflexes, leur symétrie, la détermination du tonus musculaire. Chez les patients plus âgés, l'examen n'a pas de valeur diagnostique, le diagnostic psychologique est beaucoup plus important, ce qui permet d'évaluer le comportement, le niveau d'intelligence, en particulier la psyché de l'enfant. Il est effectué à l'aide de diverses tâches de test..

Dans le cadre du diagnostic en laboratoire d'une dysfonction cérébrale minimale, le patient est soumis à des tests sanguins et urinaires généraux, mais ils sont plus susceptibles d'être prophylactiques ou d'éliminer la cause somatique d'anxiété du bébé. Dans MMD, aucun changement n'est généralement observé dans les analyses..

L'évaluation du fonctionnement du système nerveux central et du flux sanguin dans le cerveau est réalisée par électroencéphalographie, échoencéphalographie, neurosonographie, CT, IRM du cerveau. Des études peuvent montrer des lésions focales du lobe frontal, une diminution du volume du cervelet, une diminution du volume de matière grise dans la zone frontopariétale à gauche.

La dysfonction cérébrale minimale doit être différenciée avec des blessures au crâne et au cerveau, des lésions infectieuses, la paralysie cérébrale, l'épilepsie, la maladie mentale, certaines intoxications.

Le traitement de la dysfonction cérébrale minimale doit être complet, y compris non seulement les méthodes psychologiques et pédagogiques de correction, mais aussi l'effet médicamenteux. Habituellement, les experts recommandent de combiner les deux approches. Les classes éducatives avec un enfant sont construites selon un plan individuel en fonction des causes de la pathologie et des nuances des symptômes.

Une aide pédagogique et une psychothérapie sont nécessaires pour surmonter l'arriéré du développement mental, avec la négligence socio-pédagogique des enfants dans les familles à problèmes. Ils aident à adapter le bébé à la maternelle, intègrent l'élève dans l'équipe de pairs.

Un facteur très important dans le processus d'élimination des signes de MMD est considéré comme la situation psychologique dans la famille, en particulier les relations entre les proches, le degré de leur participation à la vie de l'enfant. Les parents doivent démontrer pleinement le type de communication positif, quand tout, même le plus petit, le succès de l'enfant est nécessairement encouragé, et une atmosphère calme règne dans la maison.

Toutes les inquiétudes et les réalisations quotidiennes du bébé doivent être dans le champ de vision et sous l'attention des parents, il doit ressentir leur participation, leur indifférence et leurs soins. Il est important d'abandonner l'utilisation fréquente des mots «non», «non», la communication doit être douce, sans pression ni cri.

Les enfants d'âge préscolaire et scolaire doivent limiter le temps passé à la télévision ou à l'ordinateur, exclure les jeux agressifs au profit de la conception, du dessin, du pliage de puzzles, de la lecture de livres. De tels exercices aident à se concentrer, enseignent à maintenir l'équilibre émotionnel..

Dans le processus d'adaptation sociale, les parents jouent également un rôle primordial qui, par leur exemple, devrait montrer au bébé les possibilités d'interaction adéquate avec les autres membres de l'équipe. Les enfants atteints de MMD nécessitent beaucoup d'attention et de patience de la part des mamans et des papas, car sans la bonne approche et le soutien de leurs proches, l'enfant lui-même ne se débarrassera pas des violations.

Les médicaments sont indiqués pour les enfants pour lesquels travailler avec un psychologue et des enseignants n'apporte pas de résultat positif. Les nootorotiques (encéphabol, cérébrolysine), les stimulants de l'activité cérébrale (méthylphénidate, pémoline) sont utilisés. De nombreux neurologues prescrivent l'insténon, qui a un effet positif sur les connexions neuronales, l'oxygénation des tissus nerveux, améliore l'activité cérébrale.

Avec la gravité des symptômes spécifiques, un traitement symptomatique est utilisé:

  1. Pour les troubles du sommeil - médicaments du groupe des benzodiazépines (nitrazépam);
  2. En cas de troubles émotionnels - sédatifs (valériane, agripaume, brome), tranquillisants et antidépresseurs (diazépam, trioxazine, phénibut, amitriptyline).

En plus du soutien médical et psychopédagogique, des méthodes de traitement physiothérapeutiques et des mesures générales pour améliorer la santé sont utiles. Massage habituellement prescrit, traitements à l'eau, exercices de physiothérapie. Avec la normalisation de l'activité cérébrale, le sport se développe - la course, le ski, le vélo, la natation dans la piscine sont possibles.

Les mesures générales sont de normaliser le régime de travail et de repos, d'assurer un sommeil prolongé, le respect d'une durée acceptable des séances d'entraînement avec des pauses régulières. La nutrition doit être saine, non propice à la constipation ou à la diarrhée. Il est utile de prendre des complexes multivitamines et des minéraux, de respirer de l'air frais, de mener une vie active.

Les parents de bébés atteints de dysfonction cérébrale devraient connaître certaines règles qui vous permettent de vous débarrasser rapidement de la pathologie:

  • L'enfant doit suivre le régime établi de la journée, se coucher à l'heure, marcher quotidiennement, il est conseillé de faire tout cela en même temps pour synchroniser l'activité cérébrale;
  • Les enfants de moins de 6 ans devraient dormir pendant la journée, sinon le sommeil nocturne deviendra agité et l'enfant sera hyperactif;
  • L'enfant doit être averti à l'avance de tout ce qui se passera, qu'il s'agisse d'un voyage chez le médecin, d'un voyage en vacances ou d'un réaménagement de la maison afin qu'il ait le temps de se préparer psychologiquement et de ne pas organiser un conflit;
  • L'arrivée des invités ne doit pas violer la routine et les habitudes quotidiennes du bébé, tandis que les contacts avec des personnes inconnues doivent être exclus si possible;
  • la communication avec les pairs doit être sous le contrôle des parents, ne doit pas fatiguer l'enfant, être trop longue, il vaut mieux ne pas combiner les enfants avec l'hyperactivité dans une seule entreprise;
  • En aucun cas les parents ne doivent clarifier les relations avec le bébé, il peut avoir peur, se replier sur lui-même, montrant tous les signes d'épuisement d'une psyché déjà faible;
  • Dans l'éducation d'un bébé atteint de MMD, un rôle spécial est attribué au père, qui assumera certaines tâches ménagères et activités pédagogiques, permettant à la mère de se détendre un peu, d'être seule, car les caprices et les angoisses de chaque minute de l'enfant épuisent le système nerveux de la mère, ce qui affecte la patience lors de la communication avec le bébé. ;
  • Un ordinateur, une télévision, un téléphone portable et d'autres gadgets doivent être strictement limités, car ils chargent le cerveau d'un enfant, peuvent provoquer l'hystérie et des crampes même lorsque le bébé ne regarde pas un film, mais reste uniquement dans une pièce avec des adultes;
  • Dans le régime de la journée, il devrait y avoir du temps pour les loisirs, l'activité physique, les promenades;
  • Les cours doivent être calmes - dessin, modelage, puzzles, constructeur au lieu de jeux de groupe actifs et visites de groupes d'enfants (en plus du jardin);
  • Il est utile de lire des livres pour enfants pour le bébé, d'écouter de la musique agréable ensemble, la nuit, vous devez chanter une berceuse, créant un environnement calme et éteignant la lumière à temps;
  • Si possible, il est conseillé de «garder» l'enfant à la maison, et il est préférable de planifier une école pour un âge pas inférieur à 7 ans, car les groupes d'enfants sont un autre stress grave.

Ainsi, les règles de conduite dans la famille ne sont pas les plus difficiles. Les principales conditions sont le calme, la patience, la convivialité et le respect des membres de la famille les uns envers les autres, l'élimination de tout stress pour l'enfant, même s'ils semblent agréables, comme la visite du théâtre ou de l'arbre du Nouvel An, un voyage intéressant ou une invitation à des invités joyeux.

Le pronostic d'une dysfonction cérébrale minimale est considéré comme favorable. Dans près de la moitié des cas, à l'adolescence et à l'âge adulte, la symptomatologie disparaît, surtout si des mesures appropriées ont été prises en temps opportun.

Chez certains patients, les signes de MMD peuvent persister à l'âge adulte, mais en règle générale, les troubles mentaux graves ne sont pas atteints. Les personnes qui souffrent de MMD dans l'enfance sont souvent impatientes, peuvent s'enflammer, ne sont pas trop prudentes et peuvent être dispersées. Ces aspects comportementaux laissent une empreinte sur la communication avec les autres, peuvent affecter négativement la création de sa propre famille, l’acquisition de la profession souhaitée, le travail d’équipe au travail.

Il n'y a pas de prophylaxie spécifique du syndrome MMD, car sa cause exacte est inconnue, cependant, le risque de pathologie peut être réduit en éliminant tous les facteurs qui pourraient nuire au cours de la grossesse et de l'accouchement. La future mère doit prêter une attention particulière à son alimentation, consulter régulièrement un médecin, traiter toute maladie en temps opportun et stipuler à l'avance avec l'obstétricien le mode d'accouchement optimal..

Dans le cas où il n'a pas été possible d'éviter des conditions défavorables (naissance pathologique, par exemple), la jeune mère doit surveiller clairement toutes les caractéristiques du développement du bébé, montrer rapidement le bébé à des spécialistes, participer aussi pleinement que possible à son éducation et à son éducation, créant à la maison une atmosphère de calme, de stabilité et d'amour pour bébé.

MMD sur un fond résiduel

Conseils aux parents dont les enfants reçoivent un diagnostic de MMD (WDC).
- rendre visite au neurologue pédiatrique aussi souvent que nécessaire;
- suivre toutes les instructions du médecin (massage, gymnastique, traitement médicamenteux - comme indiqué);
- après la première année de vie, en plus de consulter un neurologue, consultez un défectologue. Un défectologue vous aidera, vous et votre enfant, à surmonter les problèmes associés au retard de développement mental et de la parole. Cela permettra d'éviter de graves problèmes lors des études à l'école..

Le terme «dysfonctionnement cérébral minimal» (MMD) en neurologie pédiatrique est apparu relativement récemment. Il s'est généralisé. Il fait référence à de légers changements organiques dans le système nerveux central, contre lesquels diverses réactions névrotiques, troubles du comportement, difficultés scolaires et troubles de la parole sont observés. Ces conditions sont également appelées «dysfonctionnement cérébral organique», «insuffisance cérébrale minimale», «encéphalopathie infantile légère», «syndrome cérébral chronique», «paralysie cérébrale minimale», «atteinte cérébrale minimale», «syndrome d'hyperactivité». Dans la littérature russe, MMD est décrit en détail dans les travaux de L.T. Zhurba, E.M. Mastyukova, V.A. Marchenko (1977), G.G.Shanko (1978). Le nombre d'enfants atteints de MMD, selon certains auteurs, ne dépasse pas 2%, selon d'autres il atteint 21% (S. Clements, 1966; Z. Tresohlava, 1969). Cette contradiction indique l'absence d'une caractéristique clinique claire du syndrome MMD..

Étiologie et pathogenèse.
Les causes de la MMD sont très diverses: pathologie périnatale, prématurité, lésions infectieuses et toxiques du système nerveux, lésion cérébrale traumatique. On suppose que le facteur héréditaire provoquant des troubles métaboliques des neurotransmetteurs (sérotonine, dopamine, noradrénaline) joue également un rôle dans la survenue de MMD.
Selon B.V. Lebedev et Yu. I. Barashnev (1959), le MMD se développe le plus souvent chez les enfants qui subissent une hypoxie dans les périodes anté et intranatale.
Il est difficile de parler de l'image pathoanatomique du MMD. On ne peut que supposer la présence de modifications diffuses microstructurales dans le cerveau ou de lésions sélectives de ses structures individuelles.

Le concept de dysfonctionnement cérébral minimal, de retard mental de cérébro-organique

Origine

Le diagnostic de «dysfonctionnement cérébral minimal» indique la présence d'une défaillance organique grossière du système nerveux, en règle générale, un caractère résiduel (résiduel, préservé). La MMD est causée par des lésions cérébrales locales précoces résultant d'une pathologie de la grossesse, d'une asphyxie, de blessures maternelles, de neuroinfections postnatales, de maladies dystrophiques toxiques des premières années de la vie. De tels dommages aux structures cérébrales apparaissent plus tard dans le retard et l'harmonie du développement des fonctions mentales supérieures. Le terme «minime» reflète un degré relativement faible de dommages au système nerveux central, contrairement à des conditions telles que le retard mental et la paralysie cérébrale.

La fréquence du MMD est chez tous les 5-6 enfants. Dans l'histoire de la plupart des enfants atteints de MMD pendant la petite enfance, un syndrome d'excitabilité neuro-réflexe accrue est noté: anxiété générale, troubles du sommeil et de l'appétit, crachats fréquents, tremblements du menton et des mains. Une partie de ces enfants au cours de la première année de vie est diagnostiquée avec une encéphalopathie périnatale, car la pression intracrânienne, les changements de tonus musculaire et les réflexes sont détectés. À un âge précoce, de nombreux enfants atteints de MMD connaissent un léger retard dans le développement psychomoteur et de la parole. Leurs compétences de propreté sont plus lentes à se former; pour certains, cela s'accompagne d'énurésie et d'encoprésie..

Le pic des manifestations est de 6 à 7 ans, lorsque le stress physique et mental associé au début de la scolarité augmente fortement. Les enfants atteints de MMD se caractérisent par des difficultés à acquérir des compétences scolaires et des problèmes de comportement. Les manifestations négatives dans les cas favorables disparaissent en 14 à 15 ans. Mais avec une éducation et une formation inappropriées, une crise grave se produit à l'adolescence et peut déterminer le sort d'un adulte.

Le MMD se trouve dans l'anamnèse chez les enfants qui reçoivent par la suite un diagnostic de ZPR d'origine cérébrale organique (en termes de K. S. Lebedinskaya). Caractéristiques cliniques et psychologiques des enfants présentant une altération de la genèse cérébrale-organique et de l'esprit-

Les retardataires ont beaucoup en commun. Il est important que les élèves comprennent les signes cliniques de la différenciation de deux types de dysontogenèse. Avec le ZPR, les lésions cérébrales sont moins massives et surviennent à une date ultérieure. La plupart des enfants mentalement retardés présentent des manifestations d'immaturité, de sous-développement du système nerveux (il s'agit de la forme non compliquée d'oligophrénie selon M. S. Pevzner). Une combinaison de signes d'immaturité et de dommages au système nerveux est caractéristique du ZPR. Par conséquent, des troubles encéphalopathiques peuvent être observés: asthénie cérébrale, troubles de type névrotique, syndrome d'irritabilité psychomotrice, excitabilité affective, troubles apathiques adynamiques, psychopathiques ou épileptiformes.

Des études cliniques et neurophysiologiques ont trouvé chez des enfants d'origine cérébrale organique ZPR:

- violation du développement normal des structures profondes du cerveau, 1

- retard du développement des fonctions de l'hémisphère gauche, i

- caractéristiques des interactions interhémisphériques,

- immaturité des parties frontales de l'hémisphère gauche du cerveau
(M.N. Fishman, 1996, 1997).

Ces troubles déterminent une faible activité cognitive, un retard dans le développement intellectuel et personnel et des difficultés d'apprentissage. L'un des liens centraux dans la structure du ZPR est une violation de la régulation émotionnelle des processus et comportements intellectuels (N. N. Malofeev, 2001).

Des scientifiques tels que T. A. Vlasova, M. S. Pevzner (1967), E. S. Ivanov (1971) pensent que l'asthénie cérébrale joue un rôle majeur dans la survenue de l'échec des élèves: l'activité cognitive d'un enfant souffre d'un épuisement accru.

Contrairement à d'autres formes de retards, avec le ZPR d'origine cérébrale-organique, les signes d'infériorité de la sphère cognitive apparaissent, mais ils n'atteignent pas le degré de retard mental. Dans les études neuropsychologiques de I.F. Markovskaya, V.V. Lebedinsky, O.S. Nikolskaya, une structure différente des déviations dans le développement de la sphère cognitive dans les poumons et de graves lésions cérébrales organiques a été révélée. À cet égard, deux variantes de ZPR sont distinguées: légère et prononcée.

Dans la première version, les violations des fonctions mentales supérieures sont principalement de nature dynamique. Cela signifie un manque d'approvisionnement énergétique des processus mentaux. Le retard de développement est principalement associé à un faible ton mental, un épuisement accru, un manque d'automatisation des mouvements et des actions. Les enfants augmentent fortement le nombre d'erreurs pendant la fatigue, il y a une faiblesse d'attention et de mémoire mécanique,

troubles légers de la motilité de la parole et de la coordination œil-main. L'activité cognitive se manifeste généralement de manière inégale. Cependant, dans ce groupe d'enfants, aucune violation flagrante de la gnose visuo-spatiale, de l'audition phonémique et de la praxis constructive n'est notée..

Chez les enfants du deuxième groupe, des troubles neurodynamiques plus sévères sont décrits: en plus de l'épuisement accru, l'inertie des processus mentaux avec la présence de phénomènes persévérateurs et des difficultés de commutation est observée. Un niveau insuffisant de développement des processus cognitifs est noté - mémoire, perception, pensée, parole.

Plus tôt la correction psychologique et pédagogique commence, plus grandes sont les chances d'atteindre le niveau de développement mental maximal possible pour un enfant donné et de surmonter le retard. Les recherches de Yu. A. Razenkova (2000) ont prouvé la faisabilité de reporter le moment du travail correctionnel dans les premières années de la vie. Ainsi, chez 28% des élèves de l'orphelinat présentant des lésions fonctionnelles et organiques du système nerveux central, à la suite d'une correction ciblée pendant la petite enfance, il est possible de normaliser le cours du développement mental afin qu'il devienne proche ou égal à la norme d'âge. Pour 32% des enfants dont le pronostic de développement est initialement difficile, des «itinéraires éducatifs» adaptés aux enfants ayant des handicaps moins graves peuvent devenir disponibles.

Depuis le début des années 80, des enfants atteints de ZPR d'origine cérébrale organique ont été envoyés en formation dans des établissements correctionnels spéciaux du 7e type et des classes de mise à niveau. Actuellement, des classes d'éducation correctionnelle au développement ont été développées (S.G. Shevchenko, 2001), dans lesquelles les enfants sont acceptés sur la base de la conclusion de la commission psychologique, médicale et pédagogique. Les enfants atteints d'une forme légère de ZPR de genèse cérébrale organique, étudiant dans des classes KRO, sont transférés dans des classes traditionnelles après 1-4 années académiques et y étudient avec succès. En cas de ZPR sévère, l'enfant a besoin d'une aide corrective jusqu'à la 9e année, et dans la plupart des cas même lors de la formation professionnelle initiale.

Sujets de discussion

1. Qu'entend-on par «dysfonctionnement cérébral minimal», ^
comment les concepts «MMD» et «ZPR» sont-ils liés?

2. Décrire les facteurs de risque de MMD.

3. Quels sont les signes cliniques de différenciation des st légers?
pénalités pour retard mental et ZPR cérébral-organique pro
origines?

4. Énumérer les principales perturbations cérébrales ZPR-
genèse organique.

5. Décrivez brièvement la forme légère et prononcée
ZPR.

6. Quelles sont les perspectives de surmonter la paralysie cérébrale?-
origine organique?

Littérature

• N. Zavadenko: comment comprendre un enfant: les enfants avec hyperac
activité et déficit d'attention. - M., 2001. (Chapitre "Syndrome"
trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez les enfants en option
Camarade Minimal Brain Dysfunctions. " Art. 7 - 10. Chapitre "Âge
la dynamique apparente des dysfonctionnements cérébraux minimaux et
trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention. " 10 à 12).

• Razenkova Yu. A. Prévention, détection précoce et
soins complets et précoces pour les enfants ayant une déficience intellectuelle. À
livre: Special Pedagogy / Ed. N. M. Nazarova. - M., 2000.

• Trizoglava 3. Dysfonctionnement cérébral léger chez les enfants
âge. - M., 1986.

MMD sur un fond résiduel

Les dysfonctionnements cérébraux minimes sont les formes les plus faciles. pathologie cérébrale, survenant pour une grande variété de raisons, mais ayant le même type, inexprimé, symptômes neurologiques effacés, et apparaissant sous la forme déficience fonctionnelle, réversible et normalisé comme la croissance et la maturation du cerveau.

Selon les caractéristiques physiologiques, on distingue trois principaux types de MMD

A. Avec hyperactivité

· Type réactif - désinhibition motrice, réactivité forcée et incontrôlée, combinée à une excitabilité, une permutabilité et une fatigue accrues

· Type actif - peut ressembler à des enfants non organisés, impulsifs et dépendants sans MMD. Ils participent activement aux activités, mais ne travaillent pas longtemps. Du point de vue de la physiologie de l'activité nerveuse supérieure, la phase d'épuisement s'installe. L'enseignant constate que ces enfants sont rapidement fatigués et ne peuvent pas réguler arbitrairement leurs performances. Par conséquent, ils sont souvent réprimandés pour leur paresse, leur manque de volonté, leur réticence à travailler dur, pour mettre fin au travail..

B. Sans hyperactivité

· Type rigide - ils sont clairement visibles par des signes comportementaux externes (actions retardées, discours, réactions.), Mais ils doivent être distingués de ceux "normalement rigides". Cela peut être fait en utilisant le test de Toulouse-Pierre. En général, ils sont plus susceptibles d'être attribués pour «entêtement», qui peut ne pas exister. Chez les enfants de ce type, dans une plus grande mesure que les autres, l'interférence (chevauchement) de l'activité précédente avec la suivante se manifeste. Les activités précédentes (généralement des instructions, etc.), invisibles pour l'enfant, peuvent se chevaucher avec les suivantes et conduire à la confusion.

· Type asthénique - Ce groupe comprend les enfants présentant une fatigue mentale exceptionnellement accrue, qui agit comme la base de leur défaut en général. Cependant, parmi les enfants "asthéniques", tous ne sont pas silencieux, affaiblis, fatigués. Il y a des enfants qui se développent tout à fait normalement, qui pratiquent la natation ou la danse de salon. Ils peuvent s'éteindre, «s'endormir» pendant le rock.

Type subnormal:

· Profil typologique A

· Profil typologique B

La formation de types MMD est associée à une combinaison et à la gravité des facteurs suivants:

1. Faiblesse de l'activité cérébrale.

2. Incontrôlabilité générale, incohérence de l'activité des sous-structures cérébrales individuelles.

3. Un déséquilibre des processus nerveux

Causes affectant la survenue de lésions périnatales du système nerveux central:

· Maladies somatiques de la mère avec les phénomènes d'intoxication chronique.

· Maladies infectieuses aiguës ou exacerbation de foyers chroniques d'infection chez la mère pendant la grossesse.

· Malnutrition et immaturité générale d'une femme enceinte.

Maladies héréditaires et troubles métaboliques.

· Évolution pathologique de la grossesse (toxicose précoce et tardive, avortement menacé, etc.).

· Effets environnementaux nocifs, conditions environnementales défavorables (rayonnements ionisants, effets toxiques, y compris l'utilisation de diverses substances médicinales, pollution de l'environnement par les sels de métaux lourds et les déchets industriels, etc.).

· L'évolution pathologique de l'accouchement (accouchement rapide, travail faible, etc.) et les traumatismes lors de l'application de l'allocation de travail.

· Prématurité et immaturité du fœtus avec divers troubles de son activité vitale dans les premiers jours de la vie.

Exacerbation de la maladie chronique de la femme enceinte avec des changements défavorables dans le métabolisme

· L'effet de divers types de rayonnement

La fausse couche est également d'une grande importance lorsqu'un bébé naît prématurément ou biologiquement immature en raison d'une violation du développement intra-utérin. L'enfant immature, dans la plupart des cas, n'est pas encore prêt pour le processus de naissance et reçoit des dommages importants pendant le travail.

Les facteurs de dommages intranatals incluent tous les facteurs défavorables du processus d'accouchement, qui affectent inévitablement le bébé:

Longue période sans eau

· L'absence ou la faible gravité des contractions et l'inévitable dans ces cas la stimulation du travail

Divulgation insuffisante du canal de naissance

· L'utilisation de techniques obstétricales manuelles

Entrelacer le fœtus avec un cordon ombilical

· Grand poids corporel et taille fœtale

1. fatigue mentale rapide, capacité de travail réduite, tandis que la fatigue physique générale peut être absente;

2. réduit considérablement la possibilité d'autorégulation de la réglementation arbitraire dans tous les types d'activités;

3. exprimé des violations dans les activités de l'enfant, y compris mentale dans l'activation émotionnelle, à la fois avec + et -;

4. difficultés importantes dans la formation d'une attention volontaire. Instabilité de l'attention, problèmes de commutation, selon la prévalence de la labilité ou de la rigidité. Distractabilité, difficulté à se concentrer;

5. réduire la quantité de RAM, d'attention, de réflexion (une conséquence de la faible formation du plan interne);

6. difficultés à transférer des informations de la mémoire à court terme vers le long terme;

7. formation incomplète de la motivation œil-main. Erreurs lors de la copie et de la copie;

8. modification de la durée des cycles de travail et de relaxation de GM;

9. l'enfant ne se régule pas, car le cerveau dort;

Le MMD à l'adolescence peut passer, mais les comportements, les relations sont déjà ancrés dans la personnalité de l'enfant.

36. Les conséquences primaires et secondaires des dysfonctionnements cérébraux minimes (peut-être que ceux qui ont photographié la dernière conférence ont des recommandations de base) pour les parents et les enseignants.

Le principe général du travail avec des enfants atteints de déficiences fonctionnelles légères dans le cerveau est que lors de l'apprentissage et de l'organisation de leurs activités, leur défaut doit être pris en compte et évité. Sachant que les performances du cerveau augmentent et se normalisent à mesure que l'enfant grandit et en l'absence de surmenage, il est nécessaire de fournir aux enfants une inclusion «douce» et retardée à l'école. Il vaut mieux que l'enfant aille plus tard à l'école, par exemple à partir de huit ans, mais en aucun cas à six ans. La meilleure option est lorsque les enfants commencent immédiatement la formation dans le cadre du programme de l'école primaire de quatre ans, dans lequel le programme de première classe est facilité, prolongé de deux ans.

Il est également nécessaire d'éviter le surmenage des enfants pendant la journée scolaire. C'est mieux quand en 1ère année les leçons durent 30 minutes, quand il y a une longue pause avec une marche après la deuxième (ou troisième) leçon. C'est bien si une pièce spéciale pour le repos est prévue et équipée pendant les pauses, où les enfants peuvent s'asseoir, se coucher et jouer (loisirs séparés avec des tabourets bas, des bancs, des canapés, des jouets). Avec une altération fonctionnelle sévère de l'activité cérébrale, il est préférable de transférer les enfants à une semaine à temps partiel avec un jour de repos supplémentaire.

Il n'est pas recommandé de laisser les enfants dans un groupe de jour prolongé, car ils ont, dans une bien plus grande mesure que leurs pairs en bonne santé, besoin de repos après l'école, beaucoup ont besoin d'une journée de sommeil, et tout le monde a besoin d'une relative solitude, d'une relaxation de la communication de groupe.

Il vaut mieux qu'en première année, ces enfants écrivent généralement le moins possible. Il est pratique d'utiliser des cahiers avec des tâches imprimées, dans lesquelles il vous suffit de poser, d'encercler ou de terminer la réponse.

La motricité fine nécessaire pour produire une bonne écriture est mieux développée par la coloration Montessori..

L'apprentissage de la lecture doit être bien en avance sur l'apprentissage de l'écriture et non pas conduit par la méthode de l'analyse auditive, mais avec un support visuel pour les lettres ou, mieux encore, les mots entiers.

Il est nécessaire de montrer, raconter et jouer ensemble aussi souvent que possible les informations qui devraient être acquises par l'enfant. Dans ce cas, il ne faut pas exiger de réponses, demander ce dont l'enfant s'est souvenu. Les démonstrations et les histoires de formation doivent être courtes (littéralement 2-3 minutes), faciles, rapides et amusantes (plutôt qu'ennuyeuses), partiellement mises à jour à chaque fois afin de ne pas affaiblir l'intérêt.

À la fin du «travail», il faut louer l'enfant, qu'il ait démontré ses connaissances ou simplement regardé, écouté et répété.

La situation dans les leçons doit être libre et détendue. Il est impossible d'exiger impossible des enfants: la maîtrise de soi et la discipline sont extrêmement difficiles pour un enfant atteint de MMD.

Si l'enseignant voit que l'enfant «éteint», est assis avec un regard absent, alors à ce moment il ne doit pas être touché: l'enfant ne pourra toujours pas réagir raisonnablement.

Lorsque vous donnez des cours de jeu, vous devez vous rappeler que des impressions émotionnelles fortes et vives peuvent désorganiser les activités des enfants. Les émotions vives créent quelque chose comme des foyers d'excitation irradiants et peuvent perturber les activités suivantes et les résultats de la précédente.

Pour consolider le matériel, la leçon doit être construite de sorte que le même algorithme ou type d'affectation varie au cours de sa durée. Ceci est également souhaitable car lors de la construction d'une leçon, il est difficile de prendre en compte la nature cyclique de l'activité intellectuelle des élèves atteints de MMD.

Recommandations aux parents: Les parents doivent être préparés au fait que les devoirs jouent le rôle principal dans l'enseignement aux enfants atteints de MMD de la normalisation relative de leur activité cérébrale (c.-à-d. Pendant les classes 1 à 3). À la maison, vous devez non seulement faire vos devoirs, mais aussi répéter le matériel passé en classe pour vérifier si tout est bien compris par l'enfant et si quelque chose d'important est laissé. Il est très utile de dire à l’enfant à l’avance le contenu de la prochaine leçon, afin qu’il soit plus facile pour lui de se joindre à la classe, et les «pannes» forcées ne violent pas la compréhension générale des explications de l’enseignant. Il ne faut pas oublier que les cours doivent alterner avec le repos selon le rythme du cerveau de l’enfant: 5-10 minutes de travail et 5 minutes de pause. Après une heure de travail, une demi-heure de repos plus longue est nécessaire. Ce n'est que dans ce mode que les classes peuvent être productives.

Dans le processus d'apprentissage, il est nécessaire de libérer les enfants de tout travail de conception secondaire, auxiliaire et non essentiel. Les adultes peuvent dessiner eux-mêmes les champs dans les cahiers de l'enfant, marquer d'un point l'endroit où ils devraient commencer à écrire. Il arrive qu'un enfant compte soigneusement les cellules qui doivent être retirées d'en haut et à gauche, et dans ces recherches, faisant beaucoup d'erreurs, se fatigue tellement de stress que, finalement, trouvant l'endroit où écrire, il ne peut pas travailler du tout.

-vous avez besoin d'une sieste après les cours à l'école pour qu'ils puissent faire leurs devoirs normalement.

-Le domicile de votre enfant doit certainement avoir la possibilité de travailler au rythme de son cerveau. Vous pouvez facilement ajuster vos devoirs à ce rythme..

-dès que l'enfant commence à trier les crayons, à changer de stylo, à décoller et à enfiler des pantoufles ou à regarder «rêveusement» dans l'espace, il faut immédiatement arrêter les cours, sans essayer de remettre l'enfant en activité, même s'il ne prend que 10 minutes pour faire de l'exercice. Il faut laisser l'enfant seul, parler avec lui de quelque chose d'extraordinaire et après 5 minutes revenir aux cours.

-il est conseillé que vous soyez près de l'enfant pendant les devoirs afin de le ramener en classe (lui-même peut ne pas le faire). Il est très important de garder son calme, de ne pas être ennuyé et de ne pas ennuyer l'enfant. Il est préférable que l'enfant travaille avec un brouillon, mais avant de réécrire la tâche dans un cahier, laissez-le se reposer. La réécriture elle-même doit également être effectuée par intermittence.

-un long poème est mieux enseigné en petites portions, pas tout d'un coup. Après avoir répété le poème (ou la règle), une courte pause est nécessaire par cœur avant de continuer.

- le soir, il vaut mieux simplement lire à l'enfant ce dont il a besoin de se souvenir, et ne pas lui demander de répéter.

-dès les premiers jours d'école, vous ne devez pas apprendre à votre enfant à travailler de manière autonome - il ne pourra toujours pas le faire. C'est très inquiétant pour les parents, d'autant plus que les enseignants insistent sur l'indépendance. Si vous vous souciez vraiment du développement et de l'éducation d'un enfant atteint de MMD, vous devez oublier l'éducation de son indépendance.

-les instructions doivent être courtes (ou divisées en courtes parties indépendantes) également afin d'avoir suffisamment de RAM et aucune perte, «remplacements» et réarrangements de parties d'informations.

- des considérations préliminaires à haute voix établissent et préparent l'enfant à l'action. Lorsqu'un enfant est fatigué, des répétitions symptomatiques, des «boucles» apparaissent dans son raisonnement. En entendant cela, un adulte peut arrêter les cours et donner à l'enfant un repos.

-Il est important de donner à l'enfant une bonne nuit de repos, afin que son coucher soit aussi calme que possible. Si la pose est accompagnée de cris, de menaces et de punitions, l'enfant est surexcité et pendant longtemps, pendant 2-3 heures, ne peut pas s'endormir. Après cela, il dort non seulement peu, mais aussi sans repos, il n'a pas le temps de se détendre et, étant venu à l'école, déjà dans les premières leçons, il se retire de l'activité.

37. Les principaux domaines de travail avec les jeunes étudiants (A.M. Prikhozhan).

38. Problèmes psychologiques typiques de l'adolescence (A.M. Prikhozhan, N.N. Tolstykh).

Problèmes centraux de l'adolescence, dans les domaines de la vie:

1. Communication avec les pairs.

Le domaine le plus important pour une adolescente, avec sa communication avec les adultes, est relégué au second plan. Il est important pour un adolescent non seulement d'être avec ses pairs, mais aussi d'occuper une position qui soit satisfaisante parmi eux. C'est l'incapacité, l'incapacité à réaliser cette situation le plus souvent, qui est à l'origine de l'indiscipline et même de la délinquance juvénile. Si les relations avec les pairs sont rompues, qui, à leur tour, ne sont reconnues ni par les parents ni par l'adolescent, il y a souvent une baisse des performances, des changements de comportement, l'émergence d'expériences affectives, etc. Le contenu de la communication entre les jeunes adolescents se concentre principalement sur les problèmes d'apprentissage et de comportement, et les plus âgés autour problèmes de communication personnelle, développement de la personnalité. Dans ce contexte, les élèves de septième et surtout de huitième sont plus critiques dans leurs propres lacunes, ce qui peut nuire à la communication avec les autres..

2. Adolescents et adultes.

L'enseignant estime que le principal problème pour l'adolescent est la communication avec l'enseignant (du côté de l'adolescent - la dernière place), le parent - avec le parent (deuxième place), et en fait - avec les pairs.

La première source est le manque de compréhension par les adultes du monde intérieur d'un adolescent. Les adultes sous-estiment l'importance de la communication entre pairs pour les adolescents. Cela est particulièrement aigu dans les classes d'adolescents seniors, dont les élèves éprouvent un énorme besoin de communication avec les adultes "sur un pied d'égalité", ayant rarement l'occasion de le satisfaire. Le résultat de cela, en règle générale, est la juxtaposition de soi, de soi avec les adultes, le besoin d'autonomie. Le fait que, de fait, tout au long de l'adolescence, le besoin des adolescents pour les adultes de les reconnaître comme partenaires égaux dans la communication, soit frustré, génère des conflits nombreux et variés de l'adolescent avec les parents et les enseignants.

Ne remarquant que les aspects négatifs de la période d'adolescence, les adultes manquent des moments positifs, par exemple: empathie envers les adultes, aspirations à les aider, à soutenir, à partager leur chagrin ou leur joie. Les adultes sont prêts à donner cela à un adolescent eux-mêmes, mais ne l'acceptent pas de lui. En effet, pour remplir cette fonction, il faut être «sur un pied d'égalité», et un adulte ne veut pas.

Si le principal motif de communication chez les jeunes adolescents est le désir de recevoir du soutien, d'encourager les enseignants à apprendre, à adopter des comportements et à travailler à l'école, alors à un âge plus avancé - le désir de communiquer personnellement avec lui. au contraire, avec l'âge, la situation croît chez les adolescents du besoin de communication personnelle avec les enseignants et de l'impossibilité de la satisfaire. Et la zone de conflit s'étend également - externe et interne.

3. Adolescent moderne.

Le problème est une mauvaise performance, une perte d'intérêt pour l'apprentissage. Si les mauvaises performances des enfants en âge de fréquenter l'école primaire (non associées à des handicaps organiques) peuvent dans la plupart des cas être surmontées lors des cours approfondis avec l'enseignant (s'il y a encore de la motivation), et l'augmentation des performances scolaires conduit généralement à une meilleure communication entre l'enfant et ses camarades augmenter son estime de soi, son bien-être émotionnel, etc., puis à l'adolescence, tout semble changer de place. On ne peut pas "retirer" ses performances académiques et résoudre tous les autres problèmes de personnalité d'un adolescent, mais on ne peut que faire le contraire.

4. Connaissance de soi, autodétermination, réalisation de soi.

Les adolescents sont caractérisés par des expériences associées à leur attitude envers eux-mêmes, leur propre personnalité, qui sont négatives. Avec l'âge, la recherche de carences en soi ne fait que croître. Ce facteur est influencé par l'attitude envers l'adolescent des adultes (décrite en détail ci-dessus et en 31). Par la suite, le problème du respect véritable des autres se pose. Avec la réalisation de soi, à son tour, elle se développe de plus en plus positivement, se réjouit quand quelque chose se passe, etc. Les expériences sur l’avenir commencent. Si, pour une raison quelconque, la perspective temporelle de l’avenir ne se forme pas au cours de cette période ou s’est mal formée, cela aura et aura les conséquences les plus graves pour le développement de la personnalité d’une personne. La difficulté de ce problème à l'adolescence réside dans le fait qu'il n'est pratiquement pas reconnu par les enseignants ou par les adolescents eux-mêmes. Le manque de volonté de l’élève vient du fait qu’il n’a pas d’objectif significatif et, avec une telle combinaison de circonstances, de nombreux problèmes se posent en éducation..

5.La propriété et l'identité psychosexuelle.

Un adolescent qui est mûri sexuellement pour que toute différence entre un organisme adulte et un organisme jeune soit complètement détruit de ce côté, est à cette époque une créature qui était loin d'approcher l'achèvement de deux autres processus de développement: organisationnel et social. Aujourd'hui, les problèmes de comportement des adolescents, la formation de leur personnalité associée à la puberté sont assez aigus à l'école (et dans la société en général). Ce n'est un secret pour personne que beaucoup commencent leur vie sexuelle dès l'adolescence, et les grossesses précoces et les naissances précoces, respectivement, conduisent à la fois à compliquer la vie de la mère et à élever un bébé. Le processus éducatif moderne est absolument le même pour les garçons et les filles, ce qui entraîne de nombreuses conséquences négatives. Dans le même temps, les filles sont dans une position plus difficile. Le processus de formation des idées sur la vie de famille future, les expériences qui y sont associées, ainsi que les expériences sur la relation réelle entre garçons et filles, sont beaucoup plus dramatiques pour les filles. Cela est dû, en particulier, à une combinaison plus complexe des rôles futurs d'une femme et d'un professionnel dans une femme moderne par rapport à une combinaison des rôles d'un mari et d'un professionnel dans un homme moderne avec l'importance évidente du rôle pour lui. Tout cela conduit au fait que les problèmes de formation de l'identité psychosexuelle sont aggravés chez les adolescents plus âgés, lorsque, comme nous l'avons noté ci-dessus, les adolescents ont une orientation claire vers l'avenir et les motifs de la perspective temporelle commencent à jouer un rôle significatif.

6 - crise de 13 ans. Les principales difficultés de l'adolescence étaient généralement associées à la soi-disant "crise de 13 ans", lorsque la rupture des anciennes structures psychologiques entraîne une explosion de désobéissance, de grossièreté et de mauvaise éducation de l'enfant. De nombreux psychologues ont vu la principale raison de ces manifestations comportementales violentes car les adultes ne reconstruisent pas leur comportement en réponse au "sentiment de maturité" de l'adolescent, son désir de nouvelles formes de relations avec les parents et les éducateurs. D'autres auteurs considèrent la crise de 13 ans comme un reflet direct du processus de la puberté, la considérant peu liée aux caractéristiques de l'éducation. Enfin, d'autres estiment que cette crise est loin d'être obligatoire, que de nombreux adolescents n'en ont tout simplement pas. L'essence de la crise, selon L. S. Vygotsky, ne réside pas tant dans ses manifestations externes prononcées que dans un changement qualitatif profond du processus de développement mental..

L'âge difficile immédiat pour les parents est la période post-crise. Autrement dit, la période de création, la formation de nouvelles formations psychologiques est difficile pour les adultes entourant un adolescent. Le transfert des mesures éducatives antérieures à cet âge est extrêmement inefficace et les éducateurs n'en possèdent pas de nouvelles correspondant à cette période d'après-crise particulière..

Ici, à tout moment, nous parlons du fait que ni les parents ni les enseignants ne peuvent compter sur le positif, constructif que chaque adolescent a, mais à tout le moins, ils ne peuvent que "faire face aux lacunes". Le problème de la performance des élèves. Et les problèmes avec les adultes.

39. Critères de sélection et principales catégories d'enfants «difficiles» (A.M. Prikhozhan, N.N. Tolstykh).

Il existe deux grandes catégories d'enfants «difficiles»:

1) les enfants avec les soi-disant «formes socialisées» de comportement antisocial, qui ne sont pas caractérisés par des troubles émotionnels et qui s'adaptent facilement aux normes sociales au sein des groupes antisociaux d'amis ou de parents auxquels ils appartiennent;

2) les enfants ayant un comportement agressif antisocial non socialisé, qui, en règle générale, ont de très mauvaises relations avec les autres enfants et avec leur famille et ont des troubles émotionnels importants, se manifestant par la négativité, l'agressivité, l'insolence et la vengeance.

P. Scott, en précisant cette classification, a montré que la catégorie des adolescents difficiles socialisés se compose de deux groupes d'enfants: les enfants qui ne maîtrisent aucun système de normes de comportement et les enfants qui maîtrisent les normes antisociales. Chacun des groupes identifiés d'enfants difficiles nécessite une approche spéciale. Il convient de noter que les adolescents difficiles socialisés n'ont pratiquement pas besoin de travail psychologique, mais nécessitent une influence pédagogique et pédagogique active, tandis que les représentants de la deuxième catégorie sont sensibles, tout d'abord, à la correction psychologique proprement dite..

Dans le travail des psychologues pratiques de notre pays, l'approche des adolescents "difficiles" basée sur l'attribution de différentes catégories de soi-disant "accentuations de caractère" a fait ses preuves. Sur le plan opérationnel, cette sélection est effectuée à l'aide du questionnaire de diagnostic pathocaractérologique (PDO), développé par A.E. Lichko (38) à l'Institut psychoneurologique de recherche de Leningrad nommé d'après Spondylarthrite ankylosante V.M. Le questionnaire vous permet d'identifier 11 types d'accentuations de caractères:

G - hyperthymique, C - cycloïde, L - labile (émotionnellement labile), A - asthénoneurotique, C - sensible, P - psychasthénique, W - schizoïde, E - épileptoïde, I - hystéroïde, H - instable, K - conforme.

En outre, l'AOP prévoit la possibilité d'obtenir des indicateurs supplémentaires: D - un indicateur de la dissimulation de l'attitude réelle face aux problèmes considérés et de la volonté de ne pas révéler les caractéristiques de son caractère; T est un indicateur de franchise; B est un indicateur des traits de caractère inhérents aux psychopathies organiques; E est le degré de réflexion de la réaction d'émancipation dans l'estime de soi; d est un indicateur de la propension psychologique à la délinquance (38, p. 9-10). Une échelle spéciale du questionnaire vise à identifier la tendance psychologique à l'alcoolisation. Le questionnaire peut être utilisé lors de l'examen d'adolescents et de jeunes âgés de 13 à 21 ans.

La typologie proposée par A. E. Lichko et ses collaborateurs, poursuivant la classification comme seul objectif, permet de tracer les voies du travail correctif en fonction du type d'accentuation.

40. Styles de relations parent-enfant.

La psychologie de l'enfant identifie 3 principaux types de relations entre les parents et leurs enfants:

1. Type d'implication excessive (contrôle autoritaire) - amour parental excessif, garde et participation excessives aux affaires et à la vie de l'enfant et, même, pénétration dans son monde intérieur. Dans ce cas, l’ego de l’enfant, pour ainsi dire, «se dissout» devient flou. Les parents s'efforcent de réaliser non seulement tous les besoins de l'enfant, mais aussi de prévoir et de réaliser ses désirs, souvent pas encore achevés. Ils pardonnent tout au bébé, pensent et font à la place. L'enfant grandit de façon indépendante et infantile, les notions de «ne peut pas», de «bon-mauvais» ne lui sont pas claires. Hyperopeca corrige les difficultés de développement d'un enfant et peut causer des problèmes à un enfant en bonne santé mentale et physique. Ayant construit un mur autour de leur enfant par amour, soin et aide, ces parents entravent le processus de compréhension et de développement de nombreuses compétences, et ils n'apprennent pas non plus les normes de comportement dans la société. Un tel enfant vit dans un monde illusoire, sans travail ni soins, devenant progressivement égoïste et sans défense. Lors de son admission à l'école, tout d'abord, des difficultés dans les sphères volitives et émotionnelles se révéleront. Peut-être qu'il consacrera émotionnellement sa vie future à la recherche d'un parent sorcier, mais pour l'instant votre enfant est juste méchant

2. Type de détachement excessif (rejet émotionnel) - ce type de relation se caractérise par: la négligence de l'enfant, la réticence à tenir compte de ses caractéristiques et un manque total d'attention à lui, ce qui, bien sûr, a un effet néfaste sur le développement de la personnalité de l'enfant. L'enfant est soit étroitement contrôlé, ou vice versa, ne faites pas attention à lui. Les qualités naturelles ne sont ni renforcées ni supprimées. N'ayant pas la possibilité de se manifester et de se développer, ces qualités peuvent acquérir une orientation négative: la persévérance se transformera en entêtement, la vivacité et l'activité en instabilité, la tranquillité et la prudence en passivité. Un enfant privé de preuves solides et sans équivoque de l'amour parental, élevé dans des conditions de rejet émotionnel, a peu d'occasions de se forger une estime de soi, des relations chaleureuses et amicales avec les autres et une image positive stable du "je". Le manque d'expérience positive dans l'interaction avec des parents plus âgés conduit au fait que ces enfants "bouillent dans leur propre jus", renforçant l'expérience émotionnelle qui s'est développée sur la base des réactions des enfants. En conséquence, une faible estime de soi et l’autodestruction de la personnalité de l’enfant. Et à la suite de ce type de relation familiale - un manque de respect extrême pour la personnalité d'une autre personne.

3. Le type optimal - il se caractérise par une confiance mutuelle complète entre le parent et l'enfant, la possibilité de dialoguer dans toutes les difficultés de la vie. Dans cette condition, les qualités positives de l'enfant sont améliorées et les négatives sont surmontées ou acquièrent des formes plus acceptables. Dans la relation, il existe une communication personnelle ouverte entre le parent et l'enfant, dont le but est la divulgation et le développement complets des caractéristiques individuelles, des capacités potentielles de l'enfant et de l'adulte. Dans ce cas, la personnalité de l'enfant (en termes d'estime de soi et d'image de soi) se développe normalement et le processus de parentalité de l'enfant est facilité.

41. Problèmes actuels du développement mental des enfants: description des causes et des mécanismes de l'apparition d'un type spécifique de problème (sur la base de rapports).