Principal / Pression

MMD chez les enfants: causes, symptômes et méthodes de traitement.
article sur

Pression

Le MMD est aujourd'hui un diagnostic très courant posé par un neurologue pour un enfant. Pour surmonter cette maladie, le travail quotidien de tout le monde est important: le médecin, le parent et le soignant du groupe. Ce que vous devez savoir non seulement aux psychologues sur le MMD dans cet article.

Télécharger:

L'attachementLa taille
MMD chez les enfants: causes, symptômes et méthodes de traitement.22,78 Ko

Aperçu:

MMD chez les enfants: causes, symptômes et méthodes de traitement.

Le MMD chez les enfants est un trouble assez courant. Les statistiques montrent que près de 25% des enfants font un diagnostic similaire. L'abréviation elle-même signifie un dysfonctionnement cérébral minimal. Il existe un trouble similaire pour de nombreuses raisons et s'accompagne de symptômes complètement différents..

La dysfonction cérébrale minimale, en règle générale, est associée à certains troubles du développement du système nerveux. Le fait est que les dernières semaines de grossesse et les premiers mois de la vie du bébé sont le moment du développement le plus actif du cerveau. Par conséquent, le MMD chez les enfants dans la plupart des cas découle d'un certain nombre de raisons. Pour commencer, il convient de noter qu'une telle violation est souvent associée à la prédisposition génétique d'un nouveau-né à l'un ou l'autre des troubles du système nerveux. Néanmoins, dans la plupart des cas, diverses pathologies de la grossesse et de l'accouchement se produisent. Par exemple, la raison peut résider dans la mauvaise nutrition de la mère pendant la gestation, ainsi que dans la privation d'oxygène du bébé, la présence d'une toxicose sévère ou de certaines maladies infectieuses. Souvent, le MMD chez les enfants est associé à un accouchement difficile. De plus, les facteurs affectant le corps après la naissance peuvent certainement affecter le développement du système nerveux. Par exemple, le MMD peut être associé à une malnutrition constante du bébé, au manque de substances utiles nécessaires dans les produits alimentaires, ainsi qu'à des maladies graves transférées dans les premiers mois de la vie.

Les troubles du système nerveux peuvent se manifester de manières complètement différentes. Dans la plupart des cas, le MMD chez les enfants s'accompagne de problèmes de concentration. Ces enfants sont dans un état d'activité physique constante - ils ne peuvent littéralement pas rester assis pendant une minute ou se concentrer sur un travail. La dysfonction cérébrale affecte également le caractère de l'enfant - il est irritable et sujet à un changement d'humeur rapide, de l'apathie et de la dépression à de fortes poussées de rage. Ces enfants, en règle générale, ne dorment pas bien et crient constamment dans un rêve. De plus, le bébé a des perturbations dans le développement de la motricité fine, ainsi que divers troubles de la parole. Il y a des difficultés d'apprentissage, qui sont plus prononcées au cours des premières années scolaires. Parfois, la coordination est également possible.

MMD chez les enfants: existe-t-il un traitement?

Tout d'abord, le bébé doit être montré au médecin. Seul un spécialiste peut diagnostiquer le MMD. Le traitement d'un tel trouble est un processus long et complexe. Il convient de noter immédiatement qu'une partie importante de la thérapie est le contrôle parental constant. Pour un enfant souffrant d'un dysfonctionnement cérébral, une routine quotidienne stricte est très importante. De plus, les experts recommandent des cours continus qui développent la capacité de concentration et sont utiles pour la motricité fine, par exemple le dessin et la modélisation. Bien sûr, une bonne nutrition est très importante. Les parents doivent comprendre que le comportement du bébé n'est pas de sa faute, et son éducation doit être abordée, en tenant compte de toutes les caractéristiques existantes.

Il est vivant et tourne.

Avez-vous souvent vu des enfants qui peuvent rester tranquillement assis sans poser des milliers de questions et sans dévisser une autre partie en parallèle du réveil de leur mère? Injustice, curiosité, mobilité - une caractéristique normale du comportement de l'enfant, en particulier des jeunes enfants. Même un tel nom pour la période de l'enfance existe - le stade hypermoteur du développement neuropsychique. Cependant, tout fidget est capable de se concentrer et au moins une demi-heure pour faire un travail minutieux, nécessitant de la concentration et de la concentration, par exemple, un designer ou une peinture sur le modèle.

Si votre enfant n'a pas de telles minutes de persévérance, s'il est un exemple vivant du mouvement brownien, et que visiter un magasin se transforme en cauchemar, alors cet article est pour vous! Actuellement, ces troubles du comportement sont appelés différemment: dysfonctionnement cérébral minimal chez l'enfant (MMD), hyperactivité et trouble déficitaire de l'attention (TDAH), syndrome de mauvaise adaptation scolaire, etc. Tous ces termes ont une chose en commun: des troubles légers du comportement et de l'apprentissage qui se développent à la suite d'une souffrance du système nerveux à un âge précoce..

La plupart des enfants ont des antécédents de période périnatale aggravée, associés principalement à l'évolution dysfonctionnelle de la grossesse et de l'accouchement. La seconde moitié de la grossesse, l'accouchement et les 20 premières semaines de vie sont caractérisés par la croissance et la maturation les plus actives du cerveau chez l'homme. La même période est critique lorsque les structures du SNC deviennent
les plus sensibles aux influences qui inhibent la croissance et inhibent le développement actif. Un rôle important dans le développement de cette pathologie appartient à l'infériorité héréditaire des systèmes fonctionnels du cerveau. Ainsi, 37% des enfants diagnostiqués avec MMD ont des frères et sœurs, des cousins, ainsi que des parents présentant des signes de MMD. Dans la littérature
la prévalence des garçons parmi les patients est soulignée. Les facteurs sociaux jouent un rôle important dans la formation du MMD chez les enfants, comme les grossesses non désirées, les mères célibataires ou l'éducation dans des familles monoparentales, les conflits fréquents et les approches éducatives incohérentes, le faible niveau d'éducation des parents - tout cela se développe de manière à exacerber les manifestations de la maladie. Cependant, ce sont précisément les conditions socio-psychologiques favorables qui peuvent servir de base à l'indemnisation rapide et la plus complète des violations du MMD..

Le diagnostic de MMD peut être posé par un neurologue ou un pédiatre, un psychiatre. Dans une conversation avec les parents, le médecin découvre des informations sur le déroulement de la grossesse et de l'accouchement, le développement moteur et mental du bébé dans la première année de vie, attire l'attention sur la formation de la parole et surtout du tempérament.

Actuellement, un diagnostic comme MMD chez les enfants a généralement accepté des critères et des exigences diagnostiques:
-Début des symptômes de moins de 7 ans;
-Leur conservation constante pendant au moins 6 mois;
-Les symptômes sont observés dans au moins deux domaines sociaux: par exemple, dans une équipe d'enfants et à la maison.

Les principaux signes de ce syndrome complexe comprennent le déficit d'attention, l'impulsivité et l'hyperactivité chez les enfants. Les exigences de diagnostic sont données ci-dessous..
Le trouble déficitaire de l'attention se caractérise par les symptômes suivants:
- l'enfant retient à peine l'attention lorsqu'il termine ses devoirs ou pendant les jeux;
- incapacité à terminer les tâches jusqu'à la fin, ce qui n'est pas associé à une attitude négative ou à un manque de compréhension de l'essence de la tâche;
- Il ne termine pas le travail qu'il a commencé jusqu'à la fin, passe rapidement de l'inachevé au nouveau;
- facilement distrait par des étrangers;
- évite ou exprime une agression lors de l'exécution de tâches qui nécessitent une attention à long terme;
- éprouver des difficultés avec l'organisation indépendante des activités;
- perd souvent les objets nécessaires à l'accomplissement des tâches à l'école et à la maison;
- montre l'oubli dans les situations quotidiennes;
- "n'écoute pas" le discours adressé;
- démontre une incapacité à maintenir l'attention aux détails; en raison de la négligence, fait des erreurs fréquentes dans ses domaines d'activité.

Le diagnostic est la présence d'au moins six des symptômes ci-dessus, enregistrés au cours des six derniers mois. Le syndrome d'hyperactivité se manifeste par les symptômes suivants:
- ne peut pas jouer à des jeux calmes et calmes;
- courir, tourner, essayer de rentrer quelque part dans des situations inacceptables (activité motrice sans but);
souvent en mouvement constant, "comme si un moteur y était attaché";
-ne s'assied pas tranquillement, si nécessaire, saute; *
tourne, s'agite, s'assoit en place; fait des mouvements supplémentaires avec des brosses et des pieds (mouvements sans but);
fait preuve de bavardage.

Le syndrome d'impulsivité comprend un certain nombre de symptômes typiques:
- répond aux questions sans hésitation, sans écouter la question;
- Permet de pleurer pendant les cours;
- interfère avec les autres enfants, adultes, harcelant, entrant dans les jeux, parlant;
- ne pas faire la queue pour les jeux collectifs;
- effectue des actions dangereuses pour lui-même et pour les autres, mais ne cherche pas
- sensations fortes ou aventures;
-entre souvent dans des combats, mais pas à cause de l'agressivité, mais à cause de l'incapacité à perdre.

Le critère diagnostique est une combinaison de 6 symptômes d'hyperactivité et d'impulsivité, notés depuis au moins 6 mois.

L'apparition de symptômes de MMD (dysfonctionnement cérébral minimal chez les enfants) ou leur augmentation, en règle générale, se produit à certaines périodes d'âge, généralement associées au début d'une visite à un jardin d'enfants ou à l'école, lorsque des demandes sont faites à l'enfant sous la forme d'une indépendance, d'une concentration et d'un engagement accrus. Cependant, les premiers précurseurs du MMD sont observés chez les nourrissons de la 1ère année de vie. Ils souffrent souvent de troubles du sommeil et d'une excitabilité neuro-réflexe accrue. À l'avenir, les enfants deviennent extrêmement méchants et hypermotiles, leur comportement est à peine contrôlé par les parents. Ensemble
en même temps, les enfants avec un trouble déficitaire de l'attention supplémentaire sans hyperactivité, dans la petite enfance peuvent être modérément en retard sur le plan moteur (ils commencent à se retourner, ramper, marcher 1-2 mois plus tard) et le développement de la parole, ils sont inertes, passifs, peu émotifs. Les principales périodes critiques sont le préscolaire et le junior
l'âge scolaire (6-8 ans), qui coïncide avec la préparation à l'école et le début de la formation. Le deuxième pic d'apparition de MMD chez les enfants survient pendant la puberté (12-14 ans), qui est causée non seulement par une déficience transitoire des fonctions corticales, mais aussi par la «poussée» hormonale caractéristique de cet âge.

Les manifestations de MMD sont individuelles et très variables à différentes périodes d'âge, donc le test psychologique fait partie intégrante de l'examen général d'un enfant. Le psychologue discute avec les parents, surveille l'enfant à la réception, procède à l'ensemble des techniques de diagnostic nécessaires.

Le début du traitement doit être le plus tôt possible. Il faut comprendre que pour un cycle de traitement, même avec les médicaments les plus chers, la situation ne changera pas radicalement, car les troubles du comportement se sont formés pendant la grossesse, pendant toute la période de la petite enfance, et ces quelques années où les parents ne se sont pas particulièrement tournés vers des spécialistes.

Il est important de noter l'importance d'une attitude positive envers la santé de l'enfant et des parents. Dans le traitement de la MMD, non seulement l'enfant est nécessairement impliqué, mais aussi son environnement, afin de lui créer une attitude calme et cohérente. Les principales directions dans le traitement du MMD sont:
activité motrice dirigée, correction psychologique et pédagogique, pharmacothérapie.

1. Activité motrice dirigée.
Le but de cette direction corrective de la thérapie est de former la coordination et la dextérité. Les exercices aérobiques et les sports sont recommandés - longue course, ski, natation, vélo, randonnée. Il est très important d'éviter le surmenage et les sports où s'exprime la composante émotionnelle (compétitions, démonstration
les performances).

2. Correction psychologique et pédagogique.
Il est recommandé à l'enfant d'observer le régime clair de la journée, de limiter le travail sur l'ordinateur et de regarder la télévision jusqu'à 30 minutes par jour. À l'école, demandez à transférer l'enfant au premier bureau (le contact entre l'enseignant et les yeux de l'enfant améliore la concentration). Dans votre relation avec l'enfant, adhérez au "modèle positif" - félicitez-le dans tous les cas quand il le mérite, insistez sur le succès. Cela contribuera à renforcer la confiance en soi de l'enfant. Évitez de répéter les mots non et impossible. Parlez calmement, calmement et doucement. Donnez au bébé seulement
une tâche pendant une certaine période de temps afin qu'il puisse l'accomplir. Encouragez votre enfant pour toutes les activités qui nécessitent de la concentration (par exemple, travailler avec des cubes, colorier, lire). Évitez les foules autant que possible; rester dans les grands magasins, marchés, restaurants, etc. a un effet sur l'enfant
effet trop stimulant. Pendant les jeux, limitez votre enfant à un seul partenaire, évitez les amis agités et bruyants.

3. Traitement médicamenteux du MMD.
Les médicaments sont prescrits dans les cas où une violation des fonctions cognitives et des problèmes de comportement chez un enfant ne se prêtent pas uniquement à des mesures psychologiques et pédagogiques. Actuellement, avec le traitement médical du MMD, plusieurs groupes de médicaments sont utilisés:
-les psychostimulants, les antidépresseurs tricycliques, ainsi que les médicaments de la série nootropique. Ils ont un effet stimulant sur les fonctions mentales supérieures et les processus de neurotransmetteur dans le cerveau. À
Il existe un certain nombre de publications dans la littérature sur l'évaluation clinique et psychologique de l'efficacité de certaines d'entre elles: la cérébrolysine, le phénibut, l'instenon, le piracétam, le semax et le sonapax. La sélection du médicament est effectuée en tenant compte des caractéristiques individuelles de l'enfant, de la prévalence dans le tableau clinique des symptômes des troubles du comportement ou de la motricité statique, des conditions comorbides: hyperkinésie, troubles du sommeil, énurésie,
instabilité végétative.

Diagnostic d'un neurologue MMD (dysfonctionnement cérébral minimal)

Le diagnostic d'un neurologue MMD (dysfonctionnement cérébral minimal) est apparu relativement récemment, au milieu du XXe siècle. Ce diagnostic se traduit par des troubles du système nerveux central. Cette violation peut entraîner un changement dans le système émotionnel. Un diagnostic de dysfonctionnement cérébral minimal peut être posé pour un adulte et un enfant, mais le plus souvent, ce diagnostic est posé dans l'enfance. Ils le trouvent dans la plupart des cas lors du passage de la commission avant que l'enfant ne passe en première année. Bien sûr, il arrive à un âge précoce que ce trouble soit diagnostiqué.

Aujourd'hui, la plupart des neurologues ont tendance à croire que le terme «dysfonctionnement cérébral minimal» n'existe pas. Il est impossible de décrire clairement cette violation. Les experts sont enclins à croire que le diagnostic de MMD est un trouble appelé troubles comportementaux hyperkinétiques. Mais jusqu'à présent, les experts ne sont pas parvenus à un consensus sur le fait que le diagnostic de MMD est le lieu idéal. Voyons ce que c'est?

Quel est ce diagnostic??

Chaque parent regarde avec émotion son enfant. Surtout si son enfant est actif dans les jeux, l'esprit rapide apprend activement le monde qui l'entoure. Parfois, il arrive que vous ne puissiez pas suivre les actions du bébé. Vous avez semblé ne détourner le regard du bébé qu'une seconde, et il est monté dans le placard et en a retiré toutes les choses ou a déchiré un morceau de papier peint.

Mais même de tels shustriks ont des moments où ils sont inaudibles et invisibles. Dans les moments d'une telle accalmie, l'enfant est occupé par quelque chose de très important (dessine, récupère le constructeur ou le puzzle, sculpte quelque chose, démonte le jouet pour les pièces, etc.).

Mais il y a des enfants qui ne peuvent tout simplement pas s'asseoir physiquement au même endroit. Ils ne peuvent absolument pas concentrer leur attention, si un tel enfant commence à faire quelque chose, il abandonne immédiatement cette affaire. Un tel enfant ne peut s'intéresser à rien. Ce sont ces enfants qui peuvent être diagnostiqués avec MMD.

Les synonymes du terme «dysfonction cérébrale minimale» sont:

  1. Trouble déficitaire de l'attention.
  2. Hyperactivité.
  3. Syndrome de désadaptation à l'école.

Comment déterminer MMD?

Déterminer la dysfonction cérébrale minimale chez les enfants n'est pas si difficile. Certaines caractéristiques du développement et du comportement de l'enfant indiquent la présence de ce diagnostic. Les enfants atteints de MMD sont très irritables et ont une irritabilité accrue. Ces enfants n'ont pas de patience, ils peuvent manifester des réactions névrotiques, la parole et la motricité peuvent être altérées.

Si vous trouvez chez votre enfant 8 signes de ce qui suit, il est fort probable que votre enfant soit atteint de MMD. Vous devez immédiatement consulter un neurologue et subir un examen.

Signes de dysfonctionnement cérébral minimal chez les enfants:

  • L'enfant ne peut pas s'asseoir longtemps au même endroit, il bouge constamment ses bras ou ses jambes ou ses bras et ses jambes ensemble.
  • Perdre constamment des choses à la maison et à l'extérieur.
  • En s'adressant à un enfant, on a l'impression qu'il n'entend pas l'appel qui lui est adressé.
  • Très facilement distrait par le bruit extérieur.
  • Impossible d'écouter les autres pendant longtemps.
  • Ne peut rien attendre.
  • Parler constamment.
  • Il ne laisse pas l'interlocuteur finir, ne peut pas écouter la question posée.
  • Est l'initiateur de jeux traumatisants ou sans hésitation est impliqué dans de tels.
  • Lors de la résolution de tâches, il a des difficultés qui ne sont pas liées à la compréhension de l'essence.
  • Un enfant ne peut pas jouer seul, ne peut pas jouer en silence.
  • Ne peut pas faire une chose pendant longtemps.
  • N'amène pas les choses à la fin, en commence de nouvelles.

Signes de dysfonctionnement cérébral minimal chez l'adulte:

  • Une personne a une «maladresse». D'une autre manière, la fonction motrice altérée.
  • L'homme est incapable d'apprendre quelque chose de nouveau.
  • Ne peut pas s'asseoir au même endroit sans bouger.
  • Des sautes d'humeur rapides sans raison.
  • Comportements impulsifs et s'irrite rapidement.
  • A un déficit d'attention arbitraire

Si les signes ci-dessus sont identifiés, vous devez contacter un neurologue pour confirmer ou réfuter le diagnostic de "dysfonctionnement cérébral minimal".

Les causes

Si un enfant a reçu un diagnostic de MMD, les parents doivent savoir qu'il s'agit d'une violation du cerveau. Cela se produit en raison du fait que des microdommages de certaines parties du cortex cérébral se sont produits..

À ce jour, il a été déterminé que les causes du syndrome de dysfonctionnement cérébral minimal chez les enfants peuvent être dues à:

  • La grossesse a été difficile (surtout au premier trimestre).
  • Toxicose sévère (première moitié de grossesse).
  • Maladies antérieures pendant la grossesse (grippe, rhume, etc.).
  • Il existe une menace de fausse couche pendant la grossesse.
  • Naissance d'un bébé prématuré ou prématuré.
  • Travail prolongé.
  • L'enchevêtrement du cordon ombilical autour du cou et sa compression, entraînant un manque d'oxygène (hypoxie).
  • Des dommages à la colonne cervicale se sont produits lors de l'accouchement.
  • Traumatisme et stress maternels graves pendant la grossesse.
  • Le corps d'une femme enceinte a subi les effets chimiques des substances, des radiations.
  • Jusqu'à l'âge d'un an, l'enfant était blessé ou souffrait d'une maladie infectieuse, accompagnée de diverses complications.
  • Jusqu'à un an, l'enfant a subi une intervention chirurgicale.
  • Si la mère et le bébé ont un facteur Rh différent (négatif et positif).
  • Une mauvaise nutrition et de mauvaises conditions environnementales peuvent également être à l'origine du MMD..

Si pendant la grossesse une femme présente certains des symptômes ci-dessus, il est important de savoir que l'enfant est à risque.

Diagnostique

Afin de diagnostiquer un dysfonctionnement cérébral minimal chez un enfant, le plus souvent, les spécialistes recourent au test de Wexler et le système Luria-90 Gordon est également souvent utilisé..

Afin d'évaluer l'état dans lequel se trouvent les tissus du système nerveux central et dans quel état se trouve la circulation cérébrale, ils recourent à l'imagerie par résonance magnétique.

Très souvent, lors du diagnostic d'un dysfonctionnement cérébral minimal, il y a une diminution du cortex cérébral dans les parties pariétale et frontale gauche, de petites tailles du cervelet.

Lors de l'inspection d'un bébé, la plus grande attention est portée au fait que les réflexes sont contrôlés. Symétrie des réflexes. À l'âge de 6 ans et plus, le psychodiagnostic joue le rôle principal dans le diagnostic du MMD..

Comment traiter MMD?

Si votre enfant présente un dysfonctionnement cérébral minimal, il a besoin de l'aide de spécialistes et d'un soutien médical, psychologique et pédagogique. Les spécialistes suivants sont nécessaires pour obtenir de l'aide:

  • Pédiatre qui vous aidera à choisir le bon médicament.
  • L'orthophoniste aidera au développement de la parole et de la sphère cognitive. Elle sélectionnera un programme individuel pour la correction des retards et aidera avec les violations.
  • Le neuropsychologue diagnostiquera la mémoire, la pensée, l'attention. Vous permet de déterminer correctement l'état de préparation d'un enfant d'âge préscolaire à l'école. Si un enfant a de mauvais résultats à l'école, cela aidera à comprendre ses causes et développera un programme individuel pour que votre enfant comprenne et réussisse. Enseigne aux parents le comportement correct avec un enfant qui a MMD.
  • L'orthophoniste corrigera les troubles du développement de la parole. Enseigne à compter, à écrire et à lire.
  • Un neurologue aidera à établir correctement un traitement, en fonction de la gravité de la dysfonction cérébrale minimale.

Pendant le traitement de la MMD, votre bébé doit suivre certaines recommandations:

  • La montée et la fin doivent être une heure strictement définie (mode clair de la journée).
  • Sommeil obligatoire pendant la journée.
  • Il est conseillé d'avertir à l'avance des changements à venir (faire une visite, un voyage dans le pays, etc.).
  • Accueil des invités fréquents dans la maison, mais à condition que la routine quotidienne d'un enfant avec un diagnostic de MMD ne soit pas violée.
  • Il est conseillé de communiquer avec des enfants calmes et un peu plus âgés.
  • Les deux parents devraient participer activement à l'éducation d'un enfant atteint d'un diagnostic de MMD. Évitez les querelles et la clarification des relations entre eux.
  • Limitez votre séjour à la télévision et à l'ordinateur, offrez une éducation physique et une baignade.
  • Développer la motricité fine.

Les médicaments suivants sont utilisés comme médicaments avec un diagnostic de dysfonction cérébrale minimale:

  • Remèdes à base de plantes à effet sédatif (millepertuis, agripaume, valériane, etc.).
  • Médicaments qui favorisent le métabolisme dans les cellules du cerveau.
  • Médicaments qui améliorent la circulation sanguine.
  • Vitamines B et multivitamines.

Tous les médicaments ne doivent être prescrits que par un médecin. La posologie du médicament doit être strictement respectée..

Les parents bienveillants se tourneront toujours vers un spécialiste pour obtenir de l'aide à temps et fournir au bébé un soutien en temps opportun..

Dysfonctionnement cérébral minimal: causes, symptômes et méthodes de traitement

La dysfonction cérébrale minimale est une maladie des sphères psycho-émotionnelle et comportementale. Cette pathologie se produit en raison de violations dans le cerveau de l'enfant qui sont apparues lors de l'accouchement ou de la grossesse, ainsi qu'en raison d'une mauvaise éducation. La maladie se caractérise par une altération de l'attention, du comportement, de la mémoire et de l'activité motrice. La correction de la maladie est effectuée à l'aide de médicaments, de psychothérapie, du travail de psychologues, d'éducateurs et d'orthophonistes.

Dysfonctionnement cérébral minimum (MMD, WDC) - un complexe de troubles de la sphère psycho-émotionnelle, qui se produit en raison d'une insuffisance du système nerveux central (système nerveux central). Cette maladie apparaît chez les enfants et se caractérise par des troubles du comportement et des émotions, ainsi que des fonctions autonomes. On considère que les causes de cette maladie sont des lésions du cortex cérébral et des anomalies du système nerveux central. Les facteurs de développement de cette maladie sont les maladies virales aiguës et les exacerbations de diverses pathologies somatiques de la mère, qui s'accompagnent d'une intoxication prolongée du corps.

Les causes d'occurrence comprennent une mauvaise nutrition, des troubles métaboliques. Les pathologies de la grossesse, les conditions environnementales défavorables, les mauvaises habitudes, la prématurité du fœtus affectent également le développement de la MMD. Accouchement rapide, la neuroinfection peut provoquer cette maladie. À l'âge de 3-6 ans, le MMD peut être le résultat d'une éducation dans une famille dysfonctionnelle.

Les premiers symptômes de ce syndrome chez les enfants peuvent se développer après l'accouchement, à l'âge préscolaire et scolaire. Chaque catégorie a ses propres manifestations cliniques spécifiques. Les signes de MMD au cours de la première année de vie d'un enfant sont caractérisés par des symptômes neurologiques. Avec la maladie, des violations se produisent dans les domaines suivants:

  • Attention;
  • discours;
  • Mémoire;
  • sphère motrice;
  • comportement;
  • émotions
  • orientation spatiale.

Chez les nouveau-nés, il y a une violation du tonus musculaire squelettique - tremblements et hyperkinésie (mouvements involontaires soudains dans un ou un groupe de muscles). Les symptômes surviennent spontanément. Ils ne sont pas associés au fond émotionnel de l'enfant, dans certains cas, amplifié par les pleurs. Il y a des troubles du sommeil et de l'appétit. Chez les enfants, des pathologies de coordination visuelle et un retard de développement mental se produisent. À 8-12 mois, des violations de manipulation avec des objets apparaissent. Des pathologies des fonctions du nerf crânien et une augmentation de la pression intracrânienne se développent.

En raison de l'excitabilité excessive des parois du tractus gastro-intestinal, il y a une alternance de diarrhée et de constipation. Des régurgitations et des vomissements fréquents sont détectés. À l'âge de 1 à 3 ans, le MMD se caractérise par une activité et une excitabilité élevées. Il y a une forte diminution et une perte d'appétit, ainsi que des troubles du sommeil, qui se caractérisent par un long sommeil, un comportement agité et un réveil précoce.

Ces enfants connaissent une lente augmentation de poids, un retard de développement de la parole, des troubles de la lecture et de l'énurésie. À l'âge de 3 ans, les patients se caractérisent par une maladresse, une fatigue élevée, l'impulsivité et la négativité. Ces enfants peuvent rester stationnaires pendant longtemps et se concentrer sur une tâche ou un jeu. Ils sont facilement distraits et font un grand nombre de mouvements inutiles et chaotiques. Les enfants tolèrent difficilement la lumière vive, le bruit fort, le congestion dans les chambres et le temps chaud. Ils sont bercés pendant le transport, des nausées et des vomissements surviennent rapidement. Les enfants ont des problèmes à l'école en raison de leur comportement.

La plus grande gravité de la dysfonction cérébrale minimale est observée chez les patients lors de leur première entrée dans l'équipe (4-6 ans). Ces enfants ont une excitabilité élevée, une activité motrice accrue ou une léthargie. Ils ont distrait l'attention et des troubles de la mémoire. Ils maîtrisent à peine un programme scolaire ou de maternelle. Les enfants ne peuvent pas entièrement écrire, lire. Des violations du compte (acalculia) sont notées. L'enfant se concentre sur ses échecs, une baisse de l'estime de soi et le doute de soi se développent. Les enfants grandissent égoïstes et enclins à la solitude. On note une prédisposition au conflit. Les enfants renoncent souvent aux promesses qu'ils font. Dans une équipe, un enfant cherche à prendre une position de leader ou à se retirer complètement des autres. En conséquence, des violations de l'adaptation sociale, des anomalies mentales et des VVD (dystonie végétative-vasculaire) peuvent apparaître.

Chez les enfants malades, on note une labilité (différences d'humeur), des poussées d'agressivité et de colère. Dans la plupart des cas, ils confondent «droite» et «gauche», ils écrivent des lettres dans un miroir. On note les difficultés de mémorisation mécanique..

Les enfants ont des troubles de la motricité fine et de l'articulation. Ils perçoivent mal le discours des autres et n'absorbent pas les informations à l'oreille. Chez les nourrissons, les sautes d'humeur, les maladies du tractus gastro-intestinal et les crampes augmentent. Un dysfonctionnement cérébral minimal chez les enfants d'âge scolaire entraîne un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention. Les conséquences du MMD chez l'adulte sont l'irritabilité, un changement brutal d'humeur, un comportement impulsif. Des difficultés de maîtrise des compétences sont notées. Les patients se plaignent de mouvements maladroits.

Traitement des dysfonctionnements cérébraux minimaux chez les enfants: le potentiel thérapeutique d'Instenon

* Facteur d'impact pour 2018 selon RSCI

La revue est incluse dans la liste des publications scientifiques à comité de lecture de la Commission d'attestation supérieure.

Lire le nouveau numéro

Les dysfonctionnements cérébraux minimaux (MMD) chez les enfants sont la forme la plus courante de troubles neuropsychiatriques dans l'enfance. Selon des études nationales et étrangères, l'incidence du MMD chez les enfants d'âge préscolaire et scolaire atteint 5 à 20% [2,4,10].

Dysfonctionnement cérébral minimal

Tout le contenu iLive est vérifié par des experts médicaux pour assurer la meilleure précision possible et la cohérence avec les faits..

Nous avons des règles strictes sur le choix des sources d'information et nous nous référons uniquement à des sites Web réputés, à des instituts de recherche universitaires et, si possible, à des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens interactifs vers ces études..

Si vous pensez que l'un de nos documents est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Dysfonctionnement cérébral minimal - pathologie cérébrale, qui a un caractère polyétiologique, c'est-à-dire qu'elle se produit pour de nombreuses raisons - sous le prétexte d'une altération du fonctionnement du cerveau. Fondamentalement, ces troubles neurologiques sont réversibles et disparaissent avec l'âge..

Code ICD-10

Causes de dysfonctionnement cérébral minimal

Cette condition pathologique se produit en raison d'une variété de maladies pendant la grossesse et l'accouchement. Une autre raison est le manque de soins pendant la petite enfance, une variété d'infections.

Parmi les facteurs affectant l'apparition d'un tel dysfonctionnement, il existe également une variété d'effets nocifs qui affectent le fœtus lors de son développement dans l'utérus. Parmi eux, les infections dont la mère était malade, la toxicose, l'intoxication alcoolique en fin de grossesse, les blessures subies lors de l'accouchement et les infections dont l'enfant a souffert au cours des 3 premières années de sa vie. Ces violations peuvent endommager la partie corticale du cerveau ou son sous-cortex. Concernant la localisation des dégâts, celle-ci peut être très diversifiée. Le symptôme externe exact de la maladie se manifestera également sur le site de la lésion..

Pathogénèse

Avec la maladie de MMD, l'enfant a de petites perturbations dans la structure et le travail du cerveau - il se développe un peu différemment que nécessaire. Le bébé subit des dommages alors qu'il est encore dans l'utérus, car le fœtus est assez sensible aux irritants, en particulier au 1er trimestre de la grossesse. Au cours de cette période, elle est influencée par tous les facteurs - écologie, infections, médicaments, rayonnement, stress et nerfs de la mère. Avec une combinaison de plusieurs de ces stimuli, la situation empire encore plus. De plus, au cours du premier mois de grossesse, de nombreuses femmes ne connaissent même pas encore leur situation, et c'est précisément alors que se produit la formation du système nerveux fœtal. Le résultat des dommages peut apparaître dès la naissance ou dans la petite enfance, mais des signes peuvent également apparaître à l'âge de 6-7 ans.

Un dysfonctionnement cérébral minimal peut se développer dans 2 directions - l'enfant peut être inhibé ou, à l'inverse, hyperactif. Dans les premiers mois de la vie, s'il y a une maladie, le bébé s'endort mal et prend une poitrine, se réveille la nuit, pleure sans raison - en général, présente des symptômes d'agitation excessive. Si vous remarquez ce comportement chez votre enfant, vous devez le montrer à votre médecin..

Symptômes de dysfonctionnement cérébral minimal

Le symptôme le plus caractéristique de la maladie est que les problèmes fonctionnels prévalent sur les problèmes organiques. Parlant objectivement, il est difficile pour un enfant de faire face aux tâches scolaires, son comportement change beaucoup, il y a des violations dans la construction de la parole, diverses réactions névrotiques, la motricité devient insuffisante.

Un dysfonctionnement cérébral minime rend l'enfant hyperactif. De plus, cette excitabilité excessive de la sienne n'est nullement motivée, elle n'a aucun but. Elle survient souvent en raison du stress ou lorsque l'enfant se trouve dans un environnement inconnu. Cet état est également caractérisé par un manque de concentration - le patient ne peut pas fixer son attention sur une chose, est distrait. Cette hyperactivité diminue souvent avec l'âge adulte et passe de 12 à 15 ans.

Dans de rares cas, la réponse à la maladie sera une diminution de l'activité, un manque d'initiative, une envie d'être grande dans la solitude.

Les changements de comportement sont complétés par d'autres problèmes - comme un mauvais sommeil, des difficultés à s'endormir et une diminution de ses besoins quotidiens. De plus, une irritabilité, des changements d'humeur fréquents, une labilité émotionnelle, une impulsivité sont observés - l'enfant peut commencer à montrer de l'agressivité à tout moment, tomber en rage.

Premiers signes

Voici une liste de 14 symptômes pouvant indiquer une maladie. Si votre enfant présente au moins 8 symptômes, il présente un dysfonctionnement cérébral minimal. Symptômes

  1. agitation sur une chaise, vague constante et aléatoire de jambes et de bras;
  2. pas en mesure de s'asseoir tranquillement pendant un certain temps si nécessaire;
  3. les stimuli externes peuvent facilement le distraire;
  4. il lui est difficile d'attendre un changement dans les exercices de groupe ou les jeux;
  5. peut commencer à répondre sans même entendre la question posée jusqu'au bout;
  6. l'exécution des instructions peut rencontrer des difficultés qui ne sont pas liées à un manque de compréhension de l'essence de la tâche ou à la négativité;
  7. en effectuant des tâches qui lui sont confiées ou en jouant, il ne peut pas maintenir son attention et sa concentration sur cette action pendant longtemps;
  8. peut quitter une entreprise inachevée et en démarrer une nouvelle;
  9. ne peut pas jouer à des jeux tranquillement et calmement;
  10. en dit long;
  11. peut être ennuyeux, interrompre d'autres personnes;
  12. peut ne pas entendre quand ils lui parlent et lui parlent;
  13. peut perdre ses effets personnels à la maison ou à l'école;
  14. effectue des actions dangereuses pour la santé, très risquées, sans réfléchir et sans se rendre compte de la gravité des conséquences possibles pour lui.

Syndrome de dysfonction cérébrale minimale

Les principaux signes du syndrome au cours de la 1ère année de vie sont appelés symptômes neurologiques mineurs. Ils peuvent se manifester de différentes manières et dépendent de l'âge du patient..

Les symptômes de la maladie chez les nourrissons sont une dystonie légère semblable à un tonus musculaire semblable à la dystonie. Ils sont assez persistants, bien qu'ils n'affectent pas l'activité des mouvements. De légers mouvements peuvent également se produire et se produire involontairement - hyperkinésie, myoclonie, tremblements. Ils apparaissent irrégulièrement et ne dépendent pas des émotions du patient. Il peut y avoir un retard dans le travail sensori-moteur - la coordination visuelle est altérée. La formation d'actions de manipulation-objectif, les mouvements des doigts individuels se développent mal - cela se rapproche généralement sensiblement de la fin de 1 an. Ensuite, il y a un manque de capture de l'objet avec vos doigts. Il peut y avoir un retard dans le développement.

Tous les symptômes ci-dessus s'accompagnent souvent de problèmes dans le travail de l'innervation craniocérébrale, de l'asymétrie réflexe. Certaines autres maladies peuvent également se développer - dysfonctionnements végétatifs-viscéraux, hyperdynamie, syndrome d'hypertension. Il convient de noter qu'un dysfonctionnement cérébral minimal n'a pas d'effet permanent sur le développement de la psyché et de la motilité.

Dysfonctionnement cérébral minimal chez l'adulte

Des enquêtes ont été menées sur de jeunes adultes chez qui on a diagnostiqué un dysfonctionnement cérébral minimal pendant l'enfance, montrant que même si la plupart des signes de troubles neurologiques disparaissent avec l'âge, certains problèmes psychologiques et adaptatifs demeurent. Ces personnes éprouvent des difficultés d'interaction sociale, elles se sentent insolvables, immatures, elles ont une formation et des compétences professionnelles médiocres. De plus, ils présentent les symptômes suivants:

  • Problèmes avec la fonction motrice, qui est aussi souvent appelée maladresse;
  • Une personne n'est pas capable d'apprendre;
  • Il est impossible de rester assis, une personne s'agite constamment;
  • Un changement d'humeur rapide, et cela se produit souvent sans aucune raison extérieure;
  • Il y a un problème de manque d'attention volontaire;
  • Haute parcimonie et comportement impulsif.

Un effet négatif sur le fonctionnement du cerveau peut avoir un traumatisme - des dommages au crâne. Si vous avez cette situation, vous devriez demander l'aide d'un ostéopathe et suivre un traitement. Cela améliorera le fonctionnement du cerveau - il deviendra plus facile pour une personne de supporter le stress, d'améliorer la mémoire et l'attention, elle fera mieux face au stress physique et intellectuel. Et la santé globale sera bien meilleure.

Dysfonctionnement cérébral minimal chez les enfants

Remarquant les symptômes de votre enfant tels que le manque d'attention, une excitabilité élevée, une fatigue rapide, des problèmes de communication avec les pairs et les proches, l'inhibition de la pensée, un retard sur les autres enfants en développement, à la fois physiques et psychologiques, l'emmener chez le médecin. Très probablement, le bébé manifeste un dysfonctionnement cérébral minimal. Elle peut survenir en raison d'une lésion de la colonne vertébrale ou des vaisseaux sanguins à proximité à la naissance, ainsi que par la faute d'une perturbation organique du fonctionnement du système nerveux.

Au cours de l'examen, l'enfant est tout d'abord soumis à une IRM du cerveau pour déterminer s'il existe des symptômes de lésions organiques du tissu cérébral, de l'un de ses sous-développement, pour identifier la présence de malformations congénitales et les foyers d'ischémie qui pourraient être transférés pendant l'accouchement. De cette façon, les variantes congénitales de la structure du corps - la colonne vertébrale, le crâne, etc., sont déterminées. Ne paniquez pas si l'examen révèle des changements dans les tissus cérébraux - cela peut être dû uniquement à une violation de la circulation sanguine. Souvent, tout en stabilisant et en améliorant le mouvement du sang à travers les vaisseaux cérébraux, la nutrition des zones endommagées et, par conséquent, l'état général du patient s'améliorent.

Complications et conséquences

Un dysfonctionnement cérébral minimal chez un enfant a de nombreuses conséquences. Leur liste est présentée ci-dessous:

  • Difficultés avec l'élaboration du programme scolaire;
  • Difficultés d'adaptation dans la société;
  • Problèmes de développement personnel - pessimisme, doute de soi, agressivité;
  • Dystonie végétative-vasculaire.

Les adultes peuvent souffrir d'une mauvaise adaptation sociale, qui peut entraîner une maladie mentale, de l'alcoolisme, un faible niveau professionnel, des divorces, une toxicomanie, des changements d'emploi permanents.

Diagnostic de la dysfonction cérébrale minimale

Il est préférable de diagnostiquer la présence d'une maladie dans le corps par un médecin ostéopathe qui déterminera les zones endommagées, après quoi, à l'aide d'un massage, il organisera le mouvement du liquide céphalorachidien, ramènera la colonne vertébrale à la bonne structure, en remplaçant toutes ses vertèbres. Après plusieurs de ces séances de massage, l'enfant se sentira beaucoup mieux. De plus, vous n'aurez pas à utiliser de médicaments. Le nombre de séances est déterminé par le médecin après l'examen.

Le diagnostic peut être effectué par échographie doppler, encéphalogramme, neurosonographie, balayage de l'état des vaisseaux sanguins, radiographies, échographie du cou. À l'aide de ces appareils, un traitement est également effectué..

Le pronostic ne sera pas positif si vous ne commencez pas à combattre la maladie au stade initial. Les problèmes commencent à apparaître dès 2-3 ans, puis il y a des signes de déviation. Un dysfonctionnement cérébral minimal rend l'enfant incontrôlable. Il peut rapidement se laisser emporter par quelque chose, et tout aussi vite abandonner la leçon, devient agressif, ne peut s'adapter aux conditions environnementales changeantes. Autres manifestations: mouvements violents et violents, plutôt maladroits; la fonction vocale se développe avec des retards; l'enfant tombe souvent, se blesse, meurtrit.

Analyses

Les médecins prélèvent du sang sur un enfant malade et, dans son sérum, en utilisant le dosage immuno-enzymatique, le pourcentage de substance neurotrophique gliale est détecté. Si ce niveau dépasse le chiffre de 17,98 pg / l, le patient sera diagnostiqué avec un dysfonctionnement cérébral minimal.

Il est possible de diagnostiquer un dysfonctionnement à l'aide de signes cliniques qui le distinguent d'une autre maladie similaire - la paralysie cérébrale. De plus, pour certains symptômes, il est similaire aux maladies mentales des enfants, aux syndromes, dont l'apparition survient à la suite du développement d'une pathologie somatique ou d'autres maladies associées au travail du cerveau. Puisqu'il y a tellement de symptômes cliniques divers de la manifestation du syndrome MDM, un diagnostic correct ne peut être fait qu'en utilisant des méthodes de recherche spéciales: REG, KIT, CT et échographie du cerveau, EEG.

Lorsque les résultats de tous les examens sont obtenus, ils sont combinés avec les indicateurs des analyses, les données démontrées par la situation clinique, ainsi que l'anamnèse, et les conclusions de médecins comme orthopédiste, optométriste et psychiatre. Le complexe d'informations collectées permettra de poser un diagnostic correct en établissant la nature de la violation et sa cause.

Diagnostic instrumental

Si vous soupçonnez un traumatisme possible pendant l'accouchement ou un état d'hypoxie, une spondylographie des vertèbres cervicales doit être effectuée. Cela vous aidera à déterminer la complexité de la violation. Pendant la procédure, 4 radiographies sont prises - du côté, directement, avec la tête inclinée vers l'arrière et inclinée vers l'avant. Il est très important de voir l'image de la localisation des vertèbres si le patient montre clairement des signes de dystonie végétative-vasculaire, de salivation, de symptômes de syncope.

Dopplerographie échographique - la procédure permet de savoir dans quel état le flux sanguin dans la tête est et comment se produit l'écoulement veineux du cerveau. Pendant l'examen, il s'avère que les vaisseaux sanguins du cerveau réagissent à la respiration, aux tours de tête, etc..

Un dysfonctionnement cérébral minimal nécessite également un examen échographique du cerveau - il révèle l'état des vaisseaux sanguins, la taille des ventricules cérébraux, examine le tissu cérébral, le gyrus et les rainures. Grâce à cette étude, il est possible de savoir si le patient a une hémorragie et une hydrocéphalie dans le tissu cérébral, et aussi d'identifier la cause des problèmes cérébraux.

L'EEG clarifie l'indicateur de l'activité cérébrale bioélectrique, démontre les changements dans le cerveau. L'électroencéphalogramme est réalisé en présence de toute trace d'un état convulsif.

Diagnostic différentiel

Le diagnostic différentiel de cette maladie est réalisé en présence de pathologies qui se manifestent sous forme de signes secondaires. Ce sont de telles manifestations: troubles du système nerveux central et du cerveau, traumatismes crâniens, maladies infectieuses (par exemple, méningite), intoxication par les vapeurs de plomb, hypoxie cérébrale.

Les méthodes de correction et de guérison de la maladie peuvent varier d'un pays à l'autre, mais la plupart des spécialistes qualifiés conviennent qu'un dysfonctionnement cérébral minimal nécessite une approche intégrée. Dans ce cas, différentes méthodes sont utilisées, dont la combinaison est sélectionnée individuellement pour chaque patient.

Parmi les techniques, il y a une correction neuropsychologique et pédagogique, une approche psychothérapeutique, des méthodes de modification des réactions comportementales. Si une telle thérapie n'affecte pas l'évolution de la maladie, des médicaments sont utilisés. Parmi les médicaments utilisés dans le processus de traitement, les tranquillisants, les antidépresseurs, les psychostimulants et les substances nootropes sont utilisés. Au cours des recherches, il a été constaté que les amphétamines - Ritaline et Amitriptyline (antidépresseur) sont considérées comme les moyens les plus efficaces dans la lutte contre un dysfonctionnement cérébral minimal..

Qui contacter?

Traitement de la dysfonction cérébrale minimale

Le traitement de la maladie peut être associé à certaines complications. Fondamentalement, un dysfonctionnement cérébral minimal est traité avec les méthodes suivantes:

Activité physique pour améliorer l'agilité et la coordination du bébé.

Correction à l'aide de techniques pédagogiques et psychologiques. Cela comprend la restriction d'être devant l'ordinateur et devant la télévision, une routine quotidienne détaillée, une communication positive avec l'enfant - plus de louanges et de récompenses.

Traitement avec des médicaments. Vous ne pouvez pas pratiquer l'automédication, car les médicaments peuvent avoir des effets secondaires ou des contre-indications. Il existe plusieurs groupes de médicaments qui traitent la dysfonction cérébrale: ce sont les médicaments nootropes, les stimulants du SNC, les antidépresseurs tricycliques. Avec l'aide d'une telle thérapie, l'activité des fonctions mentales cérébrales supérieures et le travail des neurotransmetteurs sont améliorés.

La correction et le traitement de la maladie dépendent des principaux symptômes neuropsychiatriques et de leur expression. Si l'enfant a une activité et une impulsivité excessives, des sédatifs doivent être pris - médicaments contenant du calcium et du brome, teintures à base de plantes.

Un dysfonctionnement cérébral minimal conduit au fait que l'enfant peut perdre sa concentration à la fin de la journée scolaire ou même une seule leçon. Il est recommandé à ces enfants de prendre des médicaments qui augmentent l'activité du système nerveux, ainsi que de prendre de la vitamine B.

Si le MMD est associé à une autre maladie - le syndrome hydrocéphalique, l'enfant peut commencer à ressentir des maux de tête, des problèmes de sommeil, à augmenter l'excitabilité et à augmenter légèrement la température corporelle globale. Pour se débarrasser de ces symptômes, des médicaments qui réduisent la pression intracrânienne doivent être pris. En cas de convulsions, prenez des médicaments anticonvulsivants.

Lorsque le signe principal de la maladie est l'inhibition du développement de la motricité et de la psyché, en plus de la correction pédagogique, un traitement avec des médicaments stimulants doit être suivi qui augmentera l'activité du cerveau.

Médicament

Un dysfonctionnement cérébral minimal peut être traité avec des médicaments qui régulent la circulation des fluides dans le cerveau, réduisent la fréquence des manifestations somatiques de la maladie et augmentent le taux de maturation des fonctions supérieures dans les processus cérébraux. Parmi les drogues consommées, les suivantes.

  • Meller, qui est un neuroleptique neuroleptique qui réduit les effets négatifs sur le système nerveux central et les manifestations d'hyper excitabilité. Il est pris avec une névrose, une irritabilité sévère, une neurasthénie. En cas de névrose, la posologie est de trois fois par jour; 0,005-0,01-0,025 g de médicament; pour les maladies mentales, prendre 50 à 100 mg par jour.

Effets secondaires: une utilisation prolongée réduit le nombre de leucocytes dans le sang; bouche sèche, agranulocytose, troubles extrapyramidaux peuvent survenir.

Contre-indications: ne peut pas être pris avec des allergies, des problèmes non inflammatoires de la rétine, un glaucome.

  • Trioxazine, qui a un effet calmant sur le système nerveux central. Il est prescrit pour les maladies névrotiques avec apparition de symptômes de peur, d'irritabilité sévère, d'agitation, d'insomnie, de fatigue, de faiblesse, de léthargie et de léthargie générale. Prendre 2-3 fois par jour à une dose de 0,3 g.

Effets secondaires: une forte dose du médicament peut provoquer des nausées, une faiblesse générale, une somnolence. Une bouche sèche peut également survenir..

  • Seduxen, qui détend les muscles, calme le système nerveux central, a un effet anticonvulsivant. Il peut être prescrit en cas de névrose et de maladies névrotiques. Pour les enfants de 1 à 3 ans, la dose quotidienne est de 2 mg; 3-7 ans - 6 mg; à partir de 7 ans - 8-10 mg.
  • Aminalon, prescrit pour le traitement des blessures à la naissance et des blessures au crâne, à une faible activité mentale et à une inhibition du développement mental. Prendre des médicaments avant les repas. Enfants de 1 à 3 ans - 1 g / jour; de 4 à 6 ans - 1,5 g / jour; à partir de 7 ans - 2 g / jour. La dose est divisée en 2 doses.

Effets secondaires: il peut parfois y avoir une sensation de fièvre, des symptômes dyspeptiques, des poussées de pression, des troubles du sommeil, mais ils disparaissent si la posologie est réduite.

Contre-indiqué en cas d'hypersensibilité..

Des vitamines

N'importe qui, même en bonne santé, devrait prendre des vitamines. Il renforce le corps et protège contre diverses maladies..

Les vitamines suivantes peuvent réduire la manifestation des symptômes de la maladie avec un diagnostic de dysfonctionnement cérébral minimal:

  • Vitamine B1. Il normalise le sommeil, soulage l'augmentation de l'excitation. Contient de la farine d'avoine à base de lait entier, de son de blé, de riz non poli, de graines de tournesol, de légumineuses, de pâtes.
  • Vitamine B6. Capable de normaliser le fonctionnement du système nerveux. Il y a beaucoup de vitamines dans le lait, la viande de poulet et de boeuf, le poisson, les œufs, le chou, les pommes de terre cuites dans du papier d'aluminium.
  • La vitamine B5 favorise l'endormissement facile, soulage l'irritabilité et la nervosité. Il y en a beaucoup dans le boeuf (foie et reins), les légumes verts, les produits laitiers fermentés. Il convient de noter que ces produits ne peuvent pas être congelés ou en conserve, car en raison de ces processus, ils laissent de la vitamine.
  • La vitamine C combat parfaitement le stress, en protégeant le système nerveux. Il est très présent dans les fruits, en particulier les agrumes, ainsi que dans les légumes verts. Aussi pour un enfant, il sera utile d'utiliser des salades de tomates avec l'ajout de légumes à feuilles, du thé à base de cassis en purée, de la purée de pommes de terre, du chou-fleur.

Traitement physiothérapeutique

Le traitement avec des méthodes non médicamenteuses peut parfaitement compléter cette méthode de correction. Dans certains cas, il peut être effectué sans recourir à des médicaments.

Lorsqu'un choix est fait en faveur d'un traitement utilisant des méthodes physiothérapeutiques, un complexe individuel de techniques correctives est créé. Il est prescrit en fonction de la manifestation des symptômes de la maladie, de la nature du trouble, de la présence de maladies supplémentaires. Souvent, ce cours comprend plusieurs procédures de base - c'est une thérapie manuelle visant à restaurer la colonne vertébrale, un massage, une kinésithérapie différenciée.

Avec un diagnostic de dysfonctionnement cérébral minimal, le massage est très efficace. Cette procédure peut contribuer à l'apparition de réactions générales et locales dans le corps du patient. Il augmente le nombre de vaisseaux de travail, accélérant le flux lymphatique et le flux sanguin veineux / capillaire. Le massage accélère également le métabolisme et améliore l'activité immunitaire du corps..

Différents types de massage, différant par la durée et la force de l'exposition, peuvent affecter le fonctionnement du système nerveux central, augmentant la vitesse des processus métaboliques dans les tissus et augmentant / diminuant son excitabilité.

Traitement à base de plantes

Un dysfonctionnement cérébral minimal peut être traité avec certains suppléments à base de plantes. La plupart des herbes médicinales sont fabriquées selon un principe:

Environ 20 g de matières premières broyées sèches (il peut s'agir de feuilles, de racines, de pousses, de fleurs d'herbe) sont versés avec 100 ml d'alcool. À temps, la solution doit être perfusée, en fonction de la concentration d'alcool. Si la base est de la vodka, elle doit être vieillie pendant environ 15-20 jours, et si l'alcool est à 60-70%, 2 semaines suffiront. Dans certains cas, la période de perfusion doit être prolongée - cela dépend du type de matière première. La solution est stockée dans un récipient hermétique en verre foncé. Lorsque le liquide est infusé, il doit être filtré ou filtré.

La teinture à base d'agripaume aide à la névrose et à l'endormissement. Prendre 3-4 fois par jour pendant un mois avant les repas. Dosage: 30 gouttes.

Teinture de pivoine, qui est prise pour des problèmes avec le système végétatif-vasculaire et l'insomnie. Le cours dure un mois à 30-40 gouttes / jour.

Valerianka résiste bien aux nerfs forts, améliore le processus d'endormissement. Vous devez boire 20-30 gouttes par jour avant les repas (3-4 fois / jour.).

Un baume à base de plantes médicinales est utilisé en cas d'insomnie - des tampons imbibés de teinture sont appliqués à l'arrière de la tête et des tempes. Il est fabriqué comme suit - la menthe poivrée, la coriandre et la mélisse sont prises et versées avec une solution d'alcool à 60-80% dans un rapport de 30g / 100 ml. Le mélange résultant doit être insisté pendant environ 7-10 jours.

Homéopathie opératoire, traitement alternatif de la dysfonction cérébrale minimale

Dans le cas d'un diagnostic de dysfonctionnement cérébral minimal, les méthodes homéopathiques, les remèdes populaires et les potions n'ont pas d'effet positif sur l'organisme. La chirurgie n'est pas non plus effectuée..

La prévention

Des méthodes préventives doivent être mises en œuvre à un âge précoce pour éviter la formation d'un stéréotype pathologique. Un enfant qui a révélé des symptômes de troubles neurologiques devrait être mis au compte du dispensaire et examiné régulièrement par un neurologue et d'autres médecins (psychologue, psychiatre, orthophoniste). Cela révélera les signes cliniques d'un dysfonctionnement cérébral minimal et prescrira un traitement avant de commencer l'école.

La dysfonction cérébrale minimale a une grande signification sociale, donc ce problème nécessite la création d'un ensemble de mesures qui seront la prévention des pathologies prénatales et périnatales de la NS. Même les écoliers avec des cas compensés de la maladie doivent être surveillés afin de supprimer en temps opportun les éventuels écarts qui, à l'avenir, peuvent provoquer des actes antisociaux.

De plus, le traitement dépend également de l'attitude de l'enfant. Il doit être cohérent et équilibré. Les parents du patient doivent comprendre que son comportement ne dépend pas de ses désirs, et les actions sont souvent involontaires. Un tel enfant ne peut pas faire face aux difficultés, telles sont ses caractéristiques personnelles, et non à cause des caprices et de la réticence.

Prévoir

Le pronostic de l'évolution de la maladie est généralement positif. Il existe plusieurs options pour l'évolution de la situation:

  1. Les signes de maladie disparaissent à mesure que l'enfant grandit. La plupart des études montrent qu'environ 25 à 50% des enfants atteints de MMD développent la maladie avec l'âge..
  2. Certains symptômes de gravité variable persistent, mais la maladie ne se développe pas. Ce groupe est le plus important - environ la moitié de tous les patients atteints de MMD. Ils ont des problèmes dans leur vie quotidienne. Ils ont l'impulsivité, un sentiment d'impatience, une incapacité sociale, une faible estime de soi. Ces personnes divorcent souvent, changent d'emploi, se retrouvent souvent dans des accidents..
  3. Chez l'adulte, des complications commencent, qui se manifestent sous la forme de changements antisociaux et de personnalité - des problèmes mentaux peuvent survenir, des problèmes d'alcool sont souvent observés.

Le meilleur pronostic pour le diagnostic d'une dysfonction cérébrale minimale est pour les enfants qui ont un niveau intellectuel élevé et qui ont également reçu une attitude patiente et amicale envers eux-mêmes à l'école et à la maison. Si le niveau d'intelligence est moyen ou inférieur, l'hyperactivité peut augmenter à l'adolescence. En conflit avec l'environnement, il peut révéler une agressivité..

Invalidité

Le diagnostic de dysfonctionnement cérébral minimal n'est souvent détecté que lors d'un examen médical avant d'entrer à l'école ou même déjà en 1re année. L'enfant commence à étudier, une grande charge est placée sur le système nerveux, à la suite de quoi les signes de la maladie commencent à se manifester très clairement. Les symptômes peuvent être différents - bien lire, l'élève écrira très bâclé et illisible, ou vice versa, ayant une bonne écriture, ne peut lire que par syllabes. Il peut également y avoir des problèmes d'attention, de mémorisation, de comptage verbal. Chez certains, la maladie se manifeste par le fait que l'enfant confond, où est le haut, où est le bas, où est la droite, où est la gauche. Tous ces écarts commencent à apparaître uniquement en préparation à l'école ou au début de l'apprentissage direct. Mais avec toute l'attention requise, les parents seront en mesure d'identifier un problème à un stade très précoce..

Il est à noter que les enfants malades ne sont pas inférieurs aux autres en termes d'intelligence, au contraire ils peuvent même être beaucoup plus talentueux. C'est juste plus difficile pour eux d'apprendre et ils ont besoin d'une attitude et d'une approche spéciales. Les accusations d'inattention et de paresse n'aideront pas ici, vous devez agir avec patience et compréhension.

Avec un tel diagnostic, le handicap n'est pas attribué.