Principal / Accident vasculaire cérébral

Le processus démyélinisant du cerveau: qu'est-ce que c'est, signes, traitement

Accident vasculaire cérébral

La maladie démyélinisante est un processus pathologique qui affecte les neurones du cerveau, la moelle épinière, associé à la destruction de la gaine de myéline. La myéline des fibres du système nerveux central est constituée d'oligodendrocytes (cellules gliales), forme une membrane électriquement isolante de fibres nerveuses, recouvre les axones (processus) des neurones.

La composition structurale de la myéline est constituée de lipides (70%) et de composés protéiques (30%). Le taux de transmission des impulsions nerveuses à travers les fibres avec une gaine protectrice est environ 10 fois plus élevé que dans les fibres sans. La maladie démyélinisante s'accompagne d'une détérioration de la conductivité des impulsions du système nerveux le long des fibres avec une membrane détruite.

Qu'est-ce que la démyélinisation

Le processus de démyélinisation qui se produit dans le cerveau est un tel trouble qui entraîne un changement pathologique de la structure du tissu nerveux, qui provoque souvent l'apparition de symptômes neurologiques, est la cause de l'invalidité et de la mort. La membrane blanche est une membrane cellulaire multicouche. Les biocourants ne parviennent pas à surmonter la gaine de myéline.

Des impulsions électriques sont transmises dans la zone de nombreuses intersections de Ranvier, où la myéline est absente. Les interceptions sont disposées à intervalles réguliers d'environ 1 micron de longueur. Dans le système périphérique, la membrane protectrice est formée de lemmocytes (cellules de Schwann). Démyélinisation des fibres nerveuses - dommages au tissu nerveux, ce qui entraîne un grand nombre de maladies du système nerveux central.

Les foyers de démyélinisation sont des formations structurelles dans le cerveau ou la moelle épinière dans lesquelles la myéline est absente, ce qui entraîne une transmission altérée des influx nerveux et une perturbation du système nerveux dans son ensemble. Le diamètre des foyers varie considérablement, il peut être de plusieurs millimètres ou atteindre plusieurs centimètres.

Types de maladies démyélinisantes

La classification des maladies démyélinisantes implique la division en myélinopathie et myélinastomie. Dans le premier cas, la destruction de la myéline se produit en raison d'une violation de la formation d'une substance, d'un changement de sa structure biochimique dû à des mutations génétiques. Il s'agit souvent d'une pathologie congénitale (il existe également une forme acquise), dont les signes sont observés dans la petite enfance. Les myélinopathies héréditaires sont appelées leucodystrophies. Les myélinopathies acquises, selon les causes, sont divisées en types:

  1. Toxique-dysmétabolique. Associé à une intoxication et des troubles métaboliques dans le corps.
  2. Hypoxique-ischémique. Se développer dans un contexte de circulation sanguine altérée et de manque d'oxygène des tissus cérébraux.
  3. Infectieux et inflammatoire. Provoqué par des agents pathogènes d'infection (micro-organismes pathogènes ou conditionnellement pathogènes).
  4. Inflammatoire Étiologie non infectieuse (procéder sans la participation d'un agent infectieux).
  5. Traumatique. Se posent en raison de dommages mécaniques aux structures cérébrales.

Avec la myélinclusion, la synthèse de la myéline se déroule normalement, les cellules de la membrane sont détruites par des facteurs pathogènes externes et internes. La séparation est conditionnelle car la myélinopathie progresse souvent sous l'influence de facteurs externes négatifs, tandis que la myélinoplastie survient généralement chez les patients prédisposés aux lésions de la myéline.

Les maladies démyélinisantes sont divisées en fonction de la localisation des foyers en espèces qui affectent le système nerveux central ou le système nerveux périphérique (SNP). Les maladies qui se développent dans les structures du système nerveux central comprennent la sclérose en plaques, la leucoencéphalopathie, la leucodystrophie, la sclérose balo (concentrique) et Schilder (diffuse).

Les dommages aux membranes fibreuses dans le cadre du PNS provoquent le développement de maladies: amyotrophie de Charcot-Marie-Tooth, syndrome de Guillain-Barré. Exemples de myélinopathies acquises: syndromes Susak et CLIPPERS. Myélopathie inflammatoire commune d'étiologie non infectieuse - Sclérose en plaques.

Ce groupe comprend des variétés assez rares de sclérose: encéphalomyélite disséminée, démyélinisation pseudotumorale, leucoencéphalite hémorragique, sclérose de Balo et Schilder. Les formes infectieuses et inflammatoires comprennent l'encéphalite à VIH, la panencéphalite sclérosante, l'encéphalite à cytomégalovirus. Un exemple d'une forme métabolique toxique est le syndrome démyélinisant de type osmotique, un exemple d'une forme hypoxique-ischémique est le syndrome de Susak.

Symptômes principaux

La démyélinisation est une pathologie qui se manifeste toujours par un déficit neurologique, qui permet de soupçonner le début de la destruction de la myéline, si des symptômes neurologiques apparaissent sans raisons évidentes. Le processus de démyélinisation se déroule toujours avec la participation du système immunitaire, conduisant à une atrophie du tissu cérébral - le cerveau et la moelle épinière, l'expansion des ventricules.

Les symptômes de la démyélinisation dépendent du type de maladie, des causes de la survenue et de la localisation du foyer dans le cerveau, la moelle épinière ou les structures du SNP. Avec un léger dommage à la substance cérébrale (jusqu'à 20%), les symptômes peuvent être absents, ce qui est associé à une compensation complète des fonctions. Les tâches assignées aux fibres nerveuses endommagées sont effectuées par des tissus sains. Les symptômes neurologiques surviennent généralement lorsque le volume de tissu nerveux endommagé dépasse 50%. Signes communs:

  • Ataxie (trouble du travail du groupe musculaire).
  • Parésie, paralysie.
  • Hypotension musculaire (faiblesse musculaire).
  • Syndrome pseudobulbaire (dysarthrie - violation de la prononciation due à un trouble de l'innervation des éléments de l'appareil vocal, dysphagie - difficulté à avaler, dysphonie - changement de hauteur, de timbre, de force vocale).
  • Dysfonction visuelle (nystagmus - fluctuations involontaires des globes oculaires, détérioration de l'acuité visuelle, perte de champ de vision, flou, image floue, distorsion des couleurs).
  • Changement de la sensibilité cutanée, paresthésie (engourdissement, picotements, démangeaisons, brûlures).
  • Crampes toniques, principalement aux extrémités.
  • Vessie, dysfonction intestinale.

Les troubles neuropsychologiques sont associés à une altération de la mémoire et de l'activité mentale, à un changement de personnalité et de comportement. Les patients développent souvent une névrose, une démence d'origine organique, un syndrome asthénique, une dépression, moins souvent une euphorie. Les patients sont soumis à un fort changement d'humeur, ils n'ont pas d'analyse critique de leur propre comportement, ce qui, dans le contexte de la démence, entraîne de nombreux problèmes dans la vie quotidienne.

Les causes

Les maladies démyélinisantes affectant les systèmes nerveux central et périphérique se développent plus souvent dans le contexte d'une prédisposition génétique. Chez les patients, une combinaison de certains gènes est souvent trouvée, ce qui provoque des dysfonctionnements du système immunitaire. Autres raisons:

  1. Pathologies auto-immunes et génétiques.
  2. Prendre des médicaments antipsychotiques (antipsychotiques).
  3. Intoxication chronique et aiguë.
  4. Rayonnement ionisant, rayonnement solaire.
  5. Infections virales et bactériennes antérieures.
  6. Caractéristiques de puissance.

On pense que les représentants de la race caucasienne vivant dans les latitudes géographiques septentrionales sont les plus susceptibles de développer une pathologie. Les facteurs provoquant sont des blessures à la tête et à la colonne vertébrale, des situations stressantes fréquentes, de mauvaises habitudes. Le risque de tomber malade augmente avec la vaccination contre la variole, la grippe, la rougeole, la coqueluche, la diphtérie, l'hépatite de type B et d'autres maladies infectieuses.

Maladies courantes

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune démyélinisante avec une évolution chronique qui affecte les principaux éléments du système nerveux (cerveau et moelle épinière). Au cours de la progression de la pathologie, les structures cérébrales normales sont remplacées par du tissu conjonctif. Les foyers apparaissent de manière diffuse. L'âge moyen des patients est de 15 à 40 ans. Prévalence - 30 à 70 cas pour 100 000 habitants.

La leucoencéphalite hémorragique, qui se présente sous une forme aiguë, se développe à la suite de dommages à de petits éléments du système vasculaire. Elle est souvent définie comme une complication post-infectieuse avec une réaction auto-immune prononcée. Elle se caractérise par une progression rapide du processus inflammatoire et de nombreuses lésions focales du tissu cérébral, accompagnées d'un œdème cérébral, l'apparition de foyers d'hémorragie, de nécrose.

Le précurseur de la pathologie est généralement l'infection des voies respiratoires supérieures d'étiologie. Les virus de la grippe et d'Epstein-Barr ou la septicémie peuvent également provoquer la maladie. Habituellement mortel. La mort survient en raison d'un œdème cérébral dans les 3-4 jours suivant le début des premiers symptômes.

Pour l'encéphalopathie nécrosante aiguë, une lésion multifocale et symétrique des structures cérébrales de nature démyélinisante est caractéristique. Elle s'accompagne d'un œdème tissulaire, d'une nécrose et de l'apparition de foyers d'hémorragie. Contrairement à la leucoencéphalite hémorragique, aucune cellule détectée n'indique un processus inflammatoire - neutrophiles.

Se développe souvent dans le contexte d'une infection virale, se manifeste par des crises d'épilepsie et de la confusion. Il n'y a pas de pléocytose dans le liquide céphalorachidien (concentration anormalement élevée de lymphocytes), la concentration des composés protéiques est augmentée. Une concentration accrue d'aminotransférase est détectée dans le sérum sanguin. Elle se développe sporadiquement (individuellement) ou à la suite d'une mutation génétique héréditaire.

La démyélinisation pseudotumorale se manifeste par des symptômes cérébraux et cérébraux focaux. Dans 70% des cas, elle s'accompagne d'un œdème cérébral avec une augmentation de la pression intracrânienne. Des foyers de démyélinisation sont détectés dans la substance blanche lors d'une étude d'IRM cérébrale à l'aide d'un produit de contraste.

La sclérose balo (concentrique) se manifeste par des douleurs à la tête, un changement de comportement pathologique, des troubles cognitifs, des crises d'épilepsie, des hémisyndromes (troubles neurologiques dans une moitié du corps). L'évolution de la pathologie ressemble cliniquement au développement d'une tumeur intracérébrale. Les foyers de lésions tissulaires sont plus fréquemment observés dans la substance blanche..

Dans le liquide céphalorachidien, une pléocytose lymphocytaire, une concentration accrue de composés protéiques, est détectée. Il y a souvent la présence d'anticorps oligoclonaux en plus petites quantités qu'avec la sclérose en plaques conventionnelle. L'IRM montre des signes de lésions cérébrales typiques de la sclérose en plaques.

De multiples foyers annulaires de démyélinisation dans la substance blanche, souvent dans les lobes frontaux du cerveau, entourés de sites de remyélinisation caractéristiques (restauration de la myéline normale) sont clairement visibles sur les images. Dans la plupart des cas, le décès survient dans les quelques semaines ou mois suivant une évolution aiguë de la pathologie. Avec un diagnostic précoce, le pronostic est plus favorable.

Diagnostique

En l'absence de symptômes caractéristiques dans les premiers stades du cours, les lésions de la substance blanche deviennent souvent une découverte accidentelle lors d'un examen diagnostique pour une autre raison. Lors d'un examen personnel par un neurologue à l'échelle FSS (état des systèmes fonctionnels), le degré d'altération des fonctions conductrices du cerveau est déterminé.

La principale méthode de diagnostic instrumental est la neuroimagerie. Les foyers de démyélinisation situés dans le cerveau sont principalement détectés par IRM, et les zones de tissu affecté d'un diamètre d'au moins 3 mm sont clairement visibles sur les images. Des foyers de démyélinisation dans les structures du PNS sont détectés lors de l'électromyographie. L'angiographie montre le degré de lésion vasculaire.

Méthodes de traitement

La maladie est incurable. Les efforts des médecins visent à éliminer les symptômes et à améliorer la qualité de vie du patient. Le traitement des maladies démyélinisantes qui affectent le cerveau est prescrit en fonction du type et de la nature du cours. Les agents pharmaceutiques qui neutralisent les manifestations des syndromes neurologiques sont généralement indiqués. La thérapie symptomatique comprend des médicaments:

  1. Analgésiques.
  2. Sédatif, sédatif.
  3. Neuroprotecteur, nootrope.

Pour traiter les formes rapidement évolutives de la sclérose en plaques, une thérapie par impulsions avec des corticostéroïdes est utilisée. L'administration intraveineuse de fortes doses du médicament ne donne souvent pas le résultat souhaité. En cas de réaction positive après une administration intraveineuse, des corticostéroïdes sont prescrits par voie orale pour éviter une rechute. Les corticostéroïdes peuvent être combinés avec d'autres médicaments immunosuppresseurs (immunosuppresseurs) et cytostatiques..

Dans 40% des cas, les patients résistants à la corticothérapie répondent positivement à la plasmaphérèse (collecte, purification et réintroduction du sang dans la circulation sanguine). Des cas de traitement efficace de la sclérose balo avec des immunoglobulines humaines sont décrits. La thérapie avec des remèdes populaires est inefficace. Parallèlement au traitement médicamenteux, on montre au patient un régime, de la physiothérapie, des massages, des exercices thérapeutiques.

Prévoir

Le pronostic de survie dépend du type de pathologie, de la nature de l'évolution et de la quantité de dommages à la substance cérébrale. Une restauration partielle ou complète de la fonction cérébrale est possible..

Les maladies démyélinisantes affectant les structures du système nerveux central et du SNP sont associées à la destruction de la membrane entourant les fibres nerveuses. Aux stades initiaux de la maladie peut être asymptomatique. Le pronostic pour un diagnostic précoce est plus favorable. La maladie ne peut pas être complètement guérie, conduit souvent à une invalidité et à la mort du patient.

IRM pour les lésions cérébrales focales

lésions focales Les lésions cérébrales focales peuvent être causées par un traumatisme, une maladie infectieuse, une atrophie vasculaire et de nombreux autres facteurs. Souvent, les changements dégénératifs s'accompagnent de problèmes associés à une violation des fonctions normales de la vie et à la coordination des mouvements humains.

    Contenu:
  1. Signes de lésions focales
  2. Diagnostic des changements

L'IRM pour les lésions cérébrales focales aide à identifier le problème aux premiers stades, à coordonner la pharmacothérapie. Si nécessaire, une chirurgie mini-invasive peut être prescrite en fonction des résultats de l'examen..

Signes de lésions focales

Tous les troubles du cerveau se reflètent dans les fonctions quotidiennes naturelles de la vie humaine. L'emplacement de la lésion affecte le fonctionnement des organes internes et du système musculaire.

Les changements d'origine vasculaire peuvent entraîner des troubles mentaux, entraîner une augmentation de la pression artérielle, des accidents vasculaires cérébraux et d'autres conséquences désagréables. En revanche, les foyers sous-corticaux peuvent ne pas avoir de manifestations cliniques et peuvent être asymptomatiques..

L'un des signes évidents d'une lésion focale est:

  • Hypertension - un manque d'oxygène au cerveau provoqué par la dégénérescence vasculaire conduit au fait que le cerveau accélère et augmente la circulation sanguine.
  • Saisies.
  • Troubles mentaux - surviennent dans la pathologie des espaces sous-arachnoïdiens, accompagnés d'hémorragie. Dans le même temps, une congestion dans le fond d'œil peut être observée. Une caractéristique de la pathologie est la formation rapide d'obscurcissement, d'éclatement des vaisseaux et de rupture de la rétine, ce qui vous permet de déterminer l'emplacement probable de la lésion focale.
  • AVC - des changements focaux prononcés dans le cerveau de nature vasculaire à l'IRM peuvent établir un état pré-AVC et prescrire un traitement approprié.
  • Syndrome douloureux - maux de tête chroniques, migraines peuvent indiquer la nécessité d'un examen général du patient. Ignorer les symptômes peut entraîner une invalidité ou la mort..
  • Contractions musculaires involontaires.

Diagnostic des changements

De petits changements focaux qui ne sont pas au départ dérangeants peuvent entraîner un accident vasculaire cérébral. De plus, des foyers d'échogénicité accrue de la genèse vasculaire peuvent indiquer une cause oncologique de troubles.

L'identification rapide du problème permet de prescrire la thérapie la plus efficace. Un foyer de genèse discirculatoire clairement visible en IRM peut indiquer les pathologies suivantes:

  • Dans les hémisphères cérébraux - indique les causes possibles suivantes: blocage du flux sanguin de l'artère vertébrale droite à travers une anomalie congénitale ou une plaque athérosclérotique. La condition peut être accompagnée d'une hernie de la colonne cervicale..
  • Dans la substance blanche du lobe frontal, l'hypertension normale peut devenir la cause du changement, surtout après une crise. Certaines anomalies et petits foyers uniques dans la substance sont congénitaux et menacent la vie normale. La tendance à augmenter la zone de dommages, ainsi que les changements qui en découlent dans les fonctions motrices altérées, sont préoccupants..
  • De multiples changements focaux dans la matière cérébrale indiquent la présence d'anomalies graves dans la genèse. Elle peut être causée à la fois par une condition avant un accident vasculaire cérébral et par la démence sénile, l'épilepsie et de nombreuses autres maladies, dont le développement s'accompagne d'une atrophie vasculaire.

Si la conclusion de l'IRM indique le diagnostic: "signes de lésions cérébrales multifocales de nature vasculaire" - c'est une source de préoccupation. Le médecin traitant devra établir la cause des changements et déterminer les méthodes de thérapie conservatrice et réparatrice.

D'un autre côté, des changements micro-focaux se produisent chez presque tous les patients après 50 ans. Les foyers sont visibles en mode angiographie, si la cause est une violation de la genèse.

Si une lésion de nature dystrophique est détectée, le thérapeute prescrira définitivement un recueil des antécédents généraux du patient. En l'absence de motifs de préoccupation supplémentaires, il sera recommandé de surveiller régulièrement les tendances dans le développement de la pathologie. Des stimulants circulatoires peuvent être prescrits..

Des changements dans la matière cérébrale de nature dyscirculatoire-dystrophique indiquent des problèmes plus graves. La pression et l'insuffisance circulatoire peuvent être causées par un traumatisme ou d'autres causes..

Les signes de petites lésions cérébrales focales avec une étiologie vasculaire d'expansion modérée peuvent provoquer le diagnostic d'encéphalopathie congénitale et acquise dans la nature. Certains médicaments ne peuvent qu'aggraver le problème. Par conséquent, le thérapeute vérifiera la relation entre les médicaments et l'ischémie.

Tout changement pathologique et dégénératif doit être bien étudié et vérifié. La cause de la lésion focale a été déterminée et, selon les résultats de l'IRM, la prévention ou le traitement de la maladie détectée a été prescrit.

Lésions cérébrales focales

Les maladies cérébrales selon le degré de propagation du processus pathologique sont divisées en diffuses, couvrant tout le cerveau et focales, affectant ses parties individuelles.

La lésion focale est un dommage local aux tissus cérébraux, entraînant des troubles des fonctions corporelles dont la zone affectée est responsable..

Symptômes neurologiques généraux et focaux

Dans les maladies du cerveau, le tissu organique est affecté, ce qui provoque des manifestations cliniques courantes:

  • fatigue;
  • la faiblesse;
  • douleur dans la région de la tête;
  • la nausée
  • bâillonnement;
  • troubles visuels, auditifs, tactiles;
  • confusion.

Le taux de développement du processus pathologique et la gravité des symptômes peuvent varier en fonction des causes et des caractéristiques individuelles du corps.

Étant donné que la localisation des lésions cérébrales est caractérisée par la progression de la maladie dans une certaine zone du cerveau, il existe des symptômes associés aux fonctions dont la zone affectée est responsable. À la suite d'une violation de l'hémodynamique locale, de la croissance d'une tumeur ou d'un kyste, de dommages mécaniques, etc., le complexe de symptômes correspondant se développe.

En présence de plusieurs localisations du processus pathologique, elles parlent d'une lésion multifocale. Les défauts peuvent augmenter de taille, fusionner, comprimer les tissus sains, provoquer des troubles circulatoires, la mort cellulaire et, par conséquent, la progression de la maladie.

Le tableau clinique peut apparaître immédiatement ou après un certain temps. Par exemple, le processus tumoral dans le tronc cérébral aux premiers stades se manifeste par des maux de tête. Au fur et à mesure de leur progression, les symptômes sont complétés par des troubles mentaux, une déficience visuelle, la parole, le syndrome bulbaire et des troubles moteurs. L'apparition de surdité et (ou) d'hallucinations auditives, de problèmes de mémoire, d'attaques d'épilepsie, indique des violations dans le lobe temporal.

La forme multifocale provoque une variété de symptômes, des étourdissements à la paralysie.Par conséquent, pour déterminer la localisation du défaut, il est conseillé d'utiliser des méthodes d'électroencéphalographie, d'angiographie et de diagnostic radiologique - rayons X, IRM, CT.

Types d'entités

Les lésions cérébrales focales sont présentées comme:

  • néoplasmes malins ou bénins;
  • kystes;
  • nécrose;
  • cicatrisation;
  • AVC ischémique;
  • sites de démyélinisation;
  • abcès;
  • tuberculose;
  • hématome.

Les causes de la maladie

Il existe de nombreuses raisons qui conduisent directement ou indirectement à des anomalies cérébrales locales. Le plus souvent, les changements dans la moelle provoquent les facteurs suivants:

  • Perturbation de la circulation sanguine dans les tissus et processus dégénératifs associés. Ils surviennent en raison de changements liés à l'âge, d'ostéochondrose, d'accidents ischémiques, d'hémorragies, d'anévrismes, etc..
  • La croissance de tumeurs bénignes ou malignes dans le tissu nerveux et la glie. Les néoplasmes provoquent une compression de la substance cérébrale environnante, une violation de son trophisme et une nécrose. La néoplasie peut être primaire ou se développer sous forme de métastases à partir d'un autre organe.
  • Blessures à la tête. Les dommages mécaniques provoquent une hémorragie, un écrasement des tissus, une inflammation, un gonflement et une nécrose..
  • Démyélinisation. Les pathologies auto-immunes entraînent la perte de la protéine de la myéline, qui agit comme un matériau isolant pour les neurones.
  • Infections et parasites. La pénétration d'agents infectieux ou d'organismes parasitaires dans le système nerveux central contribue à la formation d'abcès, de foyers d'inflammation et de nécrose tissulaire.
  • Déséquilibre hormonal. Les changements dans les rapports hormonaux affectent les processus métaboliques dans la matière cérébrale blanche et grise.
  • Exposition à des substances toxiques. Certaines substances toxiques détruisent les neurocytes, ce qui entraîne la mort des tissus nerveux du système nerveux central..

Lésions cérébrales focales isolées distinctes survenues pendant la période périnatale chez les nourrissons. Parmi les causes de défauts cérébraux au cours de la période de développement fœtal et dans les premiers jours de la vie du bébé, il y a:

  • pathologie de la grossesse et de l'accouchement;
  • infections intra-utérines;
  • hypoxie fœtale;
  • troubles placentaires;
  • blessures à la naissance;
  • facteur héréditaire.

Symptômes de lésions cérébrales focales

Les manifestations cliniques dépendent directement de la localisation du foyer pathologique.

Les défauts du lobe frontal provoquent une altération des fonctions motrices, caractérisée par:

  • démarche tremblante;
  • parésie ou paralysie de groupes ou de membres musculaires individuels (généralement unilatéraux);
  • raideur musculaire;
  • nystagmus, strabisme, troubles visuels;
  • paroxysmes épileptiques;
  • troubles psycho-émotionnels.

Les patients conservent les compétences acquises tout au long de leur vie, mais ne sont pas en mesure de les mettre en pratique.

Les écarts dans le travail du système limbique se manifestent par des symptômes:

  • déficience de mémoire;
  • perte de capacité à se souvenir;
  • état d'apathie;
  • incapacité à distinguer les odeurs;
  • Dysfonctionnement cognitif.

En cas de violations du lobe pariétal, les patients se plaignent de:

  • modification de la sensibilité tactile et de la température;
  • sensations fantômes d'extrémités inexistantes ou incapacité à reconnaître leurs propres parties du corps;
  • perte de compétences en lecture, en comptage et en écriture.

Les patients ne sont pas en mesure de reconnaître des objets familiers au toucher, mais les reconnaissent par contact visuel. De plus, ils perdent leur orientation dans l'espace et ont du mal à trouver des endroits précis..

Les défauts du lobe temporal sont exprimés:

  • perte auditive tout en maintenant une anatomie auriculaire normale;
  • hallucinations auditives;
  • incapacité à percevoir les mots ou la musique;
  • perte de mémoire, récurrence fréquente des situations;
  • paroxysmes épileptiques, convulsions.

La présence de foyers pathologiques dans le lobe occipital devient la cause de:

  • dysfonction visuelle;
  • cécité corticale, tandis que le patient peut nier son incapacité à voir;
  • incapacité à reconnaître des objets par contact visuel;
  • illusions visuelles et hallucinations visuelles.

Les troubles cérébelleux sont représentés par une altération de la motricité et de la coordination motrice. Chez les patients notés:

  • incertitude et tremblement des mouvements lors de la marche et de l'exécution d'actions simples;
  • tremblement des membres;
  • difficultés de flexion rapide et d'extension successives des articulations;
  • nystagmus.

Méthodes de base pour identifier les lésions

Le diagnostic des lésions focales nécessite une approche intégrée. Le neurologue écoute les plaintes du patient, procède à un examen neurologique, puis peut suggérer la localisation du processus pathologique. Un diagnostic précis est établi sur la base de méthodes de recherche spéciales - électroencéphalographie, CT, IRM.

L'IRM donne les résultats les plus fiables. À l'aide de rayons magnétiques, le médecin peut obtenir une visualisation détaillée des structures du cerveau et des changements qui s'y produisent..

Des défauts cérébraux locaux apparaissent sur les images sous forme de taches noires ou blanches, uniques ou multiples. S'il est nécessaire d'étudier l'état des vaisseaux, l'IRM est réalisée avec un contraste, ce qui permet de détecter des défauts dans les structures vasculaires.

Pour un diagnostic précoce des lésions cérébrales, il est conseillé aux personnes de plus de cinquante ans de subir une IRM des tissus cérébraux une ou deux fois par an. La détection et le traitement en temps opportun des pathologies évitent les conséquences négatives.

Méthodes de traitement

Le traitement des changements cérébraux locaux dépend des causes de leur apparition, des caractéristiques de l'évolution, de l'âge et de l'état physiologique du patient.

Avec le développement du processus infectieux, des médicaments antibactériens ou antiviraux, les immunoglobulines sont utilisées. Les processus tumoraux sont retirés chirurgicalement et en cas de néoplasme inopérable, une chimiothérapie, une radiothérapie ou une immunothérapie sont prescrites..

En cas de dommages mécaniques, il est important d'éliminer le facteur traumatique, de prévenir le développement de complications (hémorragie sévère, œdème), de restaurer les fonctions de l'organe.

Si les dommages sont causés par des processus auto-immunes, une thérapie immunomodulatrice est effectuée et des agents renforçant le système nerveux sont prescrits. Il est important d'identifier le facteur qui provoque le processus auto-immun (infection, allergie) et d'éliminer la cause profonde de la maladie.

Les troubles de l'approvisionnement en sang sont corrigés par l'introduction de médicaments qui renforcent les parois des vaisseaux sanguins et stimulent la microcirculation. Il est recommandé de revoir le régime du jour et la nutrition. Le patient doit se détendre complètement, effectuer une activité physique modérée. Dans votre alimentation, il est important d'éviter les aliments qui augmentent le cholestérol sanguin.

Prévoir

Le pronostic dépend de nombreux facteurs - la cause de la maladie, le taux de progression, la localisation et le volume des tissus affectés, ainsi que les caractéristiques individuelles du patient. Si une maladie est détectée aux premiers stades, la lésion peut être éliminée..

Si la maladie ne peut pas être complètement guérie, les méthodes modernes peuvent l'arrêter à un certain niveau ou ralentir la progression.

Causes, classification, symptômes et traitement des lésions cérébrales

Les lésions cérébrales organiques sont des lésions organiques, quelles que soient la cause et l'heure de leur apparition. Dans de tels cas, un dysfonctionnement se produit dans son travail, qui se traduit par une diminution de la concentration de l'attention, des troubles de la mémoire, des fonctions motrices, de la parole. Ce groupe de conditions comprend également les dommages aux vaisseaux de l'organe causés par des causes internes..

La classification internationale des maladies 10 Révision (CIM 10) pathologie a attribué le code G93.

Causes des lésions cérébrales

L'une des causes courantes de lésions cérébrales est une blessure à la tête qui a provoqué un changement dans sa structure. Les blessures surviennent toujours en raison de dommages mécaniques au cerveau, ce qui provoque un œdème et une augmentation de la pression intracrânienne.

Le liquide céphalorachidien qui entoure le cerveau a un effet protecteur et amortissant, mais en cas de lésion cérébrale, une pression intracrânienne s'accumule, car le liquide céphalorachidien n'est pas capable de se comprimer. Cela provoque la mort cellulaire en augmentant la pression sur le cerveau..

Des dommages à l'organe se produisent également dans le contexte d'une hémorragie interne, qui entraîne souvent la formation d'hématomes étendus et la mort des neurones du système nerveux central, qui sont situés dans le centre vasomoteur. Cela, à son tour, entraîne des conséquences irréversibles et souvent la mort.

Les dommages au cerveau sont affectés par des facteurs prénatals et postnatals. Dans le premier cas, il y a violation du développement du fœtus dans l'utérus de la mère, qui est affecté par le mode de vie de la femme pendant la gestation. Chez les enfants, des dommages organiques au cerveau se produisent lors de l'accouchement. Les facteurs provoquants comprennent le décollement placentaire prématuré, une naissance précoce et difficile, une hypoxie fœtale, une diminution du tonus utérin, etc..

Parfois, les pathologies prénatales et postnatales provoquent la mort d'un enfant âgé de 5 à 15 ans. Cependant, même avec la préservation de la vie, des changements irréversibles se produisent qui entraînent l'affectation d'un groupe de personnes handicapées.

Les lésions cérébrales organiques sont une conséquence de l'exposition au corps d'une infection qui provoque le développement de maladies appropriées, et ce:

  1. Méningite. Le processus inflammatoire a lieu dans la coquille du cerveau. La genèse d'une condition pathologique est associée à une exposition à une infection bactérienne ou virale. Il existe une forme primaire de dommage, c'est-à-dire une infection directe d'un organe et une infection secondaire - avec un état d'immunodéficience d'un organisme.
  2. Encéphalite. Le processus inflammatoire se produit dans les tissus du cerveau et non dans la membrane, comme dans la méningite. L'encéphalite est considérée comme une maladie plus grave que l'inflammation de la membrane organique, car elle s'accompagne souvent d'une fusion purulente et d'un amincissement des sites, entraînant des perturbations persistantes du fonctionnement de l'organisme..
  3. Ventriculite. Le processus inflammatoire se déroule dans les tissus tégumentaires qui forment les ventricules. Le plus souvent, la pathologie est diagnostiquée chez les nourrissons. Dans ce cas, la pression intracrânienne augmente, l'hydrocéphalie se développe.

Il existe des facteurs toxiques conduisant à des lésions cérébrales, par exemple, l'effet sur le corps d'un composé chimique complexe (arsenic, substances azotées, etc.), qui a des propriétés neurotoxiques et traverse la barrière hémato-encéphalique. Dans ce cas, des dommages organiques à certaines parties des cellules nerveuses se produisent, ce qui peut provoquer une encéphalopathie persistante, une perte complète de certaines fonctions du corps.

Une maladie cérébrale organique est une conséquence de la croissance d'une tumeur oncologique, qui se forme dans les tissus du cerveau ou dans une autre zone du corps, tout en propageant des cellules métastatiques vers le cerveau. Les autres causes incluent le SIDA, le VIH avancé, la paralysie cérébrale, la schizophrénie, l'alcoolisme.

Les maladies vasculaires en tant que type distinct de lésions cérébrales

Souvent, la cause des symptômes de lésions cérébrales sont des pathologies des vaisseaux artériels situés dans la zone correspondante. Compte tenu des statistiques, nous pouvons conclure qu'environ 40 à 50% des cas surviennent précisément dans cette étiologie.

Tout le monde connaît des conditions dangereuses comme les accidents vasculaires cérébraux et les crises cardiaques, mais ce n'est que la conséquence de nombreuses années de pathologie cérébrale progressive. Parmi ceux-ci:

  • vascularite rhumatoïde dans un contexte de maladie inflammatoire systémique;
  • anomalie congénitale de la structure du système vasculaire et du cœur;
  • maladies congénitales de la colonne vertébrale;
  • altération de la circulation veineuse;
  • maladie du sang héréditaire.

La pathologie vasculaire ne peut être détectée que par les résultats d'un diagnostic complet. Souvent diagnostiquée avec une genèse mixte de lésions cérébrales, par exemple, l'athérosclérose en combinaison avec l'hypertension.

Manifestations cliniques caractéristiques

Les symptômes de lésions cérébrales dépendent de la zone dans laquelle les changements d'organes se sont produits..

Lobe frontal

Si le cortex du lobe frontal est impliqué dans la pathologie, la fonction motrice est altérée, ce qui se traduit par le développement des symptômes suivants:

  • démarche tremblante, instabilité corporelle en marchant;
  • rigidité musculaire, difficultés dans la mise en œuvre des mouvements passifs des membres;
  • paralysie d'un ou des deux membres d'un côté du corps;
  • paralysie de la tête et de la fonction motrice des yeux;
  • violation de la fonction vocale, qui se traduit par des difficultés de sélection des mots lors d'une conversation, ainsi que des synonymes, des cas, de l'ordre des sons;
  • convulsions toniques ou cloniques des doigts des membres;
  • crises épileptiques ou tonico-cloniques importantes;
  • perte unilatérale d'odeur.

Il y a aussi un trouble mental, qui se caractérise par la désinhibition, la rage sans cause, l'indifférence, l'apathie.

Lobe pariétal

Si le cortex du lobe pariétal est affecté, des troubles de la perception et de la sensibilité se produisent, notamment:

  • sensibilité tactile;
  • perte de capacité à lire, écrire, compter;
  • perte de capacité à trouver un endroit particulier et à l'occuper.

Une personne perd la capacité de reconnaître des objets familiers en se sentant les yeux fermés.

Lobe temporal

Avec des dommages au cortex du lobe temporal, la perception auditive est altérée, des hallucinations et un syndrome convulsif se produisent. De plus, les symptômes suivants peuvent être observés:

  • diminution de la fonction auditive avec survenue d'une surdité totale ou partielle;
  • manifestation d'acouphènes;
  • perte de capacité à comprendre une langue ou une musique;
  • perte de mémoire à court ou à long terme;
  • sentiment de déjà vu;
  • démence.

La lésion du lobe temporal est caractérisée par l'apparition d'une épilepsie du lobe temporal.

Lobe occipital

Les dommages à la région occipitale provoquent un dysfonctionnement de l'analyseur visuel, qui se manifeste par:

  • perte complète de la fonction visuelle;
  • perte de perception de l'une des moitiés du champ visuel;
  • incapacité à reconnaître les visages, le sujet, la couleur familiers.

Des illusions visuelles peuvent se produire lorsqu'un objet familier semble plus petit ou plus grand qu'il ne l'est réellement..

Cervelet et tronc

Dans ce cas, la pathologie du cerveau provoque un manque de coordination des mouvements:

  • ataxie - instabilité de la démarche, mise en œuvre de mouvements maladroits du corps;
  • l'incapacité de coordonner la motricité fine sous forme de tremblements;
  • l'incapacité à effectuer des mouvements répétitifs rapides des membres, des yeux.

Lorsque le tronc est affecté, des troubles focaux sensoriels et moteurs se produisent.

Diagnostique

Afin de poser un diagnostic correct, de détecter une maladie cérébrale ou des troubles causés par une lésion cérébrale traumatique, un diagnostic complet est effectué..

Échographie Doppler

La technique est basée sur l'utilisation intégrée de l'analyse échographique et de la dopplerographie. La mesure diagnostique est absolument sûre, informative et vous permet de déterminer le niveau de mouvement du flux sanguin, d'identifier les zones de rétrécissement de la lumière vasculaire, les formations athérosclérotiques, les anévrismes.

Le seul inconvénient de l'échographie Doppler est l'inaccessibilité. Toutes les cliniques et tous les bureaux privés ne disposent pas d'un appareil de diagnostic. Parmi les avantages - le nombre minimum de contre-indications, y compris l'incapacité d'être en position couchée.

Rhéoencéphalographie

Le principe de fonctionnement est similaire à l'électroencéphalographie. La technique vous permet d'évaluer le niveau de circulation sanguine dans les vaisseaux du cerveau, d'étudier le tonus vasculaire. Une préparation spéciale pour l'analyse n'est pas nécessaire. La technique est sûre et n'a aucune contre-indication.

Imagerie par résonance magnétique et tomodensitométrie

L'imagerie par résonance magnétique permet d'étudier les petites structures de l'organe, d'évaluer l'état des vaisseaux sanguins, la matière cérébrale. Technique efficace pour confirmer les micro-accidents vasculaires cérébraux et la thrombose.

La tomodensitométrie est prescrite pour détecter les processus inflammatoires dans la substance et les membranes de la tête, l'augmentation de la pression intracrânienne, les néoplasmes kystiques et tumoraux, la sclérose en plaques.

Dopplerographie

La dopplerographie permet d'étudier l'hémodynamique, la vitesse du flux sanguin, la fonctionnalité et la plénitude vasculaire avec le sang. La méthode transcrânienne implique l'utilisation de la recherche numérique, avec une profondeur de pénétration des rayons jusqu'à 9 cm.

Le balayage duplex des vaisseaux sanguins est prescrit pour étudier le tonus vasculaire, la lumière et la structure, détecter les déformations, la thrombose, les changements athérosclérotiques.

Autres méthodes

L'échoencéphalographie ou l'analyse échographique du cerveau est effectuée à l'aide d'un appareil spécial - un oscilloscope. La méthode est utilisée pour évaluer l'état des vaisseaux sanguins, l'activité de l'organe dans son ensemble ou ses sections individuelles.

La neurosonographie est réalisée pour détecter des conditions pathologiques chez les nouveau-nés et les jeunes enfants. Ils étudient la matière cérébrale, les tissus mous, les vaisseaux sanguins. À l'aide de la neurosonographie, des tumeurs, des anévrismes et d'autres néoplasmes peuvent être détectés..

La craniographie est un diagnostic par rayons X qui vous permet d'étudier les caractéristiques structurelles du crâne, d'identifier les changements après un traumatisme crânien et avec le développement d'une pathologie cérébrale. Dans la plupart des cas, la craniographie est réalisée à l'aide d'un produit de contraste injecté dans le ventricule cérébral..

L'électroneuromyographie est une étude qui vous permet d'évaluer le niveau de perméabilité des impulsions nerveuses dans une zone spécifique de l'organe.

La tomographie par émission de positrons contribue à l'étude de l'activité fonctionnelle du cerveau. En utilisant cette méthode, il est possible d'identifier de petits néoplasmes de type tumoral qui ne provoquent pas de symptômes graves..

Traitement

La méthode de traitement des lésions cérébrales dépend de son type, du degré de changements pathologiques, de la gravité de l'état général. En règle générale, le traitement des lésions cérébrales traumatiques et des maladies des organes est différent..

Blessure à la tête

Immédiatement après avoir reçu une lésion cérébrale traumatique, il est important de fournir les premiers soins appropriés, ce qui aidera à soulager la condition et à améliorer le pronostic.

S'il n'y a ni respiration ni pouls, pratiquer la respiration artificielle et le massage cardiaque. Si ceux-ci ne sont pas modifiés, la victime doit être allongée sur le côté, ce qui évite une insuffisance respiratoire lors des vomissements.

En cas de blessure fermée, appliquez une compresse froide sur le site des dommages pour réduire la douleur et l'enflure. Lors d'un saignement d'une plaie sur la peau, il est recouvert d'un segment de gaze, après avoir bandé la tête.

Il n'est pas recommandé avant l'arrivée de l'ambulance de retirer indépendamment les fragments osseux qui dépassent de la plaie, d'autres éléments, car dans ce cas, le saignement ne fera que s'intensifier. Vous pouvez également contracter une infection..

Pour la correction des troubles post-traumatiques nommer:

  • traitement neuropsychologique qui vous permet de restaurer la mémoire, l'attention, l'humeur émotionnelle;
  • prendre des médicaments pour normaliser le flux sanguin dans le cerveau;
  • organiser des séances d'orthophonie pour restaurer la parole;
  • traitement psychothérapeutique pour corriger le fond émotionnel;
  • régime avec l'inclusion dans le régime de produits qui normalisent le cerveau.

Il est recommandé de commencer le traitement de récupération au plus tard 3 à 4 semaines après la blessure. Un traitement alternatif dans de tels cas n'est pas efficace.

La défaite d'une étiologie différente

Si les lésions cérébrales sont causées par un effet infectieux, des antibiotiques sensibles au pathogène sont prescrits. Par exemple, des agents antiviraux sont utilisés pour les maladies virales et antibactériens pour les maladies bactériennes. Le complexe est prescrit des immunomodulateurs pour augmenter la fonction protectrice du corps.

En cas d'accident vasculaire cérébral hémorragique, l'hématome est retiré chirurgicalement. Avec une forme ischémique de pathologie, l'utilisation de médicaments anticoagulants décongestionnants, nootropes est indiquée.

Les troubles mentaux sont corrigés par des techniques médicamenteuses (nootropiques, tranquillisants, antidépresseurs) et non médicamenteuses (psychothérapie, etc.). Dans la plupart des cas, ils combinent.

Il convient de noter que les patients atteints d'OZGM perdent souvent leur mémoire, ils oublient donc de prendre les médicaments prescrits par un médecin. Pour cette raison, cette responsabilité incombe aux proches: ils doivent surveiller quotidiennement la mise en œuvre des recommandations médicales..

Prévention des lésions cérébrales

La prévention des lésions cérébrales est divisée en primaire et secondaire. Les principales mesures préventives sont les suivantes:

  • dans le respect du régime rationnel de travail et de repos;
  • en réduisant l'effort physique, ce qui augmente le risque de blessure (élévation en hauteur, pratique de certains sports, etc.);
  • pour réduire la consommation de sel, d'alcool et de tabac;
  • pour éliminer les kilos superflus et l'obésité.

La prévention primaire vise à maintenir des conditions de vie rationnelles, tandis que la prévention secondaire vise à réduire le risque de récurrence de maladies cérébrales, de complications et à améliorer la qualité de vie.

La prévention des blessures domestiques et, par conséquent, des lésions cérébrales peut être effectuée en suivant ces règles:

  • amélioration des conditions de vie;
  • organisation d'événements culturels;
  • propagande anti-alcool;
  • organisation de commissions locales de lutte contre les blessures domestiques.

En hiver, par temps glacial, il est recommandé de faire attention sous les pieds, de ne pas faire de larges pas pour ne pas glisser. Des bottes de glace spéciales peuvent être portées sur les chaussures, ce qui réduit le risque de chute et de blessure..

Si vous ne pouvez pas éviter une lésion cérébrale, vous devez contacter un médecin dès que possible, qui vous prescrira un diagnostic et, en fonction de ses résultats, un traitement efficace. Il est recommandé de subir un examen prophylactique du corps au moins 2 fois par an, ce qui permettra une détection rapide des maladies vasculaires du cerveau.

Causes, classification, symptômes et traitement des lésions cérébrales

Le cerveau (GM) est l'organe le plus important, le centre du système nerveux. Lorsque des problèmes surviennent, les pathologies affectent tous les organes et systèmes. Les maladies GM sont nombreuses. La médecine ne peut pas combattre certains d'entre eux, mais il est tout à fait possible d'influencer le cours de la pathologie. D'autres affections se prêtent tout à fait à la thérapie.

Par la nature de la cause profonde de la pathologie, ils sont divisés en lésions diffuses et focales du cerveau. Les premiers se caractérisent par l'uniformité. Habituellement, les pathologies se développent progressivement et se propagent à toutes les cellules vivantes. Un phénomène similaire peut être observé avec les troubles circulatoires, les traumatismes crâniens, les infections virales. La principale différence entre diffuse et focale est la présence de fatigue chronique, d'apathie, de douleurs pressantes dans le cerveau tout au long du circuit, la somnolence, le fonctionnement des organes sensoriels est perturbé et la capacité de travail est également réduite.

Il est impossible de poser un diagnostic précis sur la base du tableau clinique et des plaintes des patients. Pour déterminer le type de lésion, il est nécessaire de subir un diagnostic. La méthode la plus informative est la tomodensitométrie..

Inflammation du cerveau: causes

L'inflammation du cerveau peut se produire pour les raisons suivantes:

1. La méningite est une maladie dans laquelle la muqueuse du cerveau s'enflamme. Divers virus, lésions bactériennes (salmonelles, staphylocoques, etc.), une hypothermie sévère ou des champignons peuvent provoquer son développement..

Selon sa classification, la méningite peut être séreuse ou purulente..

Sous la forme du cours, la pathologie est aiguë, subaiguë et chronique.

En plus des principales raisons, les maladies suivantes peuvent provoquer une méningite aiguë:

• sinusite, sinusite frontale ou sinusite;

• pneumonie sévère;

• abcès (peut se trouver à différents endroits);

• varicelle (généralement la varicelle entraîne une méningite chez l'adulte, car elle est plus sévère);

2. L'encéphalite est une pathologie très grave dans laquelle la substance cérébrale du patient s'enflamme. D'après les statistiques, l'encéphalite se caractérise par une évolution difficile et des taux de mortalité élevés.

Le plus souvent, cette maladie affecte les enfants (plus de 75% de tous les cas).

L'encéphalite peut être primaire et secondaire. Dans le premier cas, des lésions virales sévères (grippe, piqûre de moustique et de tique, herpès) peuvent en être la cause..

Une encéphalite secondaire peut survenir en raison de complications des maladies suivantes:

• le développement de complications après l'introduction du vaccin;

Caractéristiques et causes de la pathologie

Le concept comprend un certain nombre de maladies inflammatoires du cerveau. L'inflammation du cerveau se développe à la suite de la pénétration de l'agent pathogène dans le corps humain ou à la suite de phénomènes allergiques. La principale raison du développement de la maladie est la neuroinfection..
Les microbes et les virus interfèrent avec l'activité des fibres nerveuses, des neurones et des vaisseaux sanguins, affectant négativement le fonctionnement du système nerveux. Des signes d'intoxication se manifestent, la membrane et certaines parties du cerveau sont affectées.

Selon la zone touchée, la méningite et l'encéphalite sont sécrétées. La méningite s'accompagne d'une inflammation du cortex cérébral, qui se développe à la suite d'une hypothermie, de la pénétration de champignons, de virus et de bactéries. L'encéphalite est une maladie grave dans laquelle le cerveau devient enflammé. La maladie se caractérise par une évolution sévère et une mortalité élevée..

L'encéphalite est primaire et secondaire. La source d'infection sous la forme primaire est généralement des insectes. Un individu infecté mord une personne, puis le virus se propage à travers le sang vers le cerveau et d'autres organes. Cette forme se manifeste par le virus de la rage (de la morsure d'un chien infecté), l'herpès, la grippe, le Coxsackie. L'encéphalite microbienne est formée à la suite, par exemple, de la syphilis.

Sur la base des causes de la forme primaire de la maladie, on distingue l'épidémie, les tiques, l'herpès, les moustiques et l'encéphalite virale.

La vaccination DTC, la variole et les vaccins contre la rage peuvent provoquer une encéphalite.

Étant donné que la vaccination peut provoquer une pathologie cérébrale chez les nourrissons, un examen approfondi par le pédiatre et le neuropathologiste est nécessaire.

L'encéphalite secondaire se forme comme complication d'une autre maladie: toxoplasmose, paludisme, rougeole, rubéole. Vous pouvez être infecté par des gouttelettes en suspension dans l'air ou en mangeant des aliments infectés..

Facteurs de risque

Il existe plusieurs facteurs qui augmentent le risque de pathologie:

  • l'âge des enfants jusqu'à 1 an;
  • la présence du virus de l'herpès simplex;
  • statut immunitaire abaissé;
  • période été-automne, lorsque les insectes porteurs de neuroinfection sont les plus actifs.

En fonction de l'emplacement de l'agent pathogène, l'encéphalite sous-corticale, cérébelleuse, mésencéphalique et de la tige est isolée.

Traitements de l'inflammation de la muqueuse cérébrale

Lorsque les premiers signes d'inflammation du cerveau apparaissent, vous devez immédiatement appeler une ambulance. Dans cette condition, la personne est envoyée à l'unité de soins intensifs de l'hôpital.

Les procédures suivantes aideront à confirmer le diagnostic:

1. Tests sanguins et urinaires.

4. L'étude du liquide cérébral sera l'occasion d'étudier le degré de la maladie, d'identifier sa forme et sa cause.

Le traitement d'une telle inflammation est toujours sélectionné pour chaque patient individuellement, en fonction du type de pathologie, de sa cause et de son évolution.

La thérapie traditionnelle implique les éléments suivants:

1. En cas de lésions cérébrales causées par des bactéries, des antibiotiques puissants sont prescrits. Il faut les piquer dans les dix jours. Les types d'antibiotiques sont sélectionnés en fonction de l'agent causal de la maladie.

2. En cas de virus, le traitement est effectué sur la base des symptômes (maux de tête, diarrhée et autres symptômes éliminés).

3. Les médicaments diurétiques sont utilisés pour soulager l'œdème cérébral..

4. Pour réduire l'intoxication, l'albumine ou une solution isotonique peut être utilisée..

5. Les glucocorticostéroïdes sont utilisés pour prévenir la progression de l'œdème..

6. Si la maladie a été causée par des champignons, les antibiotiques dans ce cas seront inefficaces. Dans cette condition, le patient doit être prescrit des médicaments antimycotiques.

7. Les médicaments antiviraux sont prescrits pour les virus rapides. En règle générale, la cytosine arabinose est utilisée à cette fin..

8. La gammaglobuline est un médicament central et obligatoire pour l'inflammation du cerveau. Il a un effet thérapeutique prononcé et doit être administré par voie intraveineuse pendant trois jours.

9. Lors de l'observation des crises ou des crises, des anticonvulsivants sont utilisés..

10. À haute température et fièvre, des médicaments antipyrétiques sont prescrits.

Il est important de savoir que la méningite et l'encéphalite sont ces catégories de maladies qui nécessitent une surveillance étroite pendant le traitement et une sélection raisonnable de médicaments. Pour cette raison, l'automédication dans le diagnostic de telles pathologies est strictement contre-indiquée.

Caractéristiques de la maladie

  1. Le foyer est de nature strictement infectieuse, en fonction du pathogène spécifique, l'option de la thérapie étiotrope dépend.
  2. Un abcès est représenté par une cavité remplie de contenu purulent, qui peut être localisé dans différentes parties du crâne (frontal, pariétal, occipital, temporal), ce qui expliquera la variabilité du tableau clinique.
  3. Selon les images CT / IRM, il est souvent difficile de distinguer une cavité purulente des néoplasmes bénins et malins, elle est donc classée comme une affection potentiellement mortelle.
  4. Les kystes purulents multiples (échinocoques, par exemple) sont rares, le plus souvent c'est une formation unique avec des contours nets et uniformes.
  5. Les personnes à risque de développer des abcès cérébraux sont des personnes dont la réponse immunitaire est altérée (infectées par le VIH).
  6. Le pronostic dépend de la durée et de l'étendue des lésions cérébrales..

Caractéristiques du traitement de l'inflammation de la muqueuse cérébrale

En plus de la pharmacothérapie traditionnelle, les procédures suivantes peuvent être prescrites pour un patient souffrant d'une inflammation du cerveau:

1. Traitement de boue ou traitement de boue. Cette procédure vise à stimuler le système nerveux, à produire des hormones, à améliorer le métabolisme des glucides et à restaurer le métabolisme des lipides..

La durée de la procédure devrait être de vingt minutes. Le cours de traitement comprend douze séances.

2. Thalassothérapie ou bain avec ajout de produits chimiques utiles (iode, calcium, potassium, etc.). Ces oligo-éléments pénétreront la peau à travers les glandes sudoripares et entreront dans la circulation sanguine. Grâce à cette procédure, il est possible d'améliorer la microcirculation dans les tissus, de restaurer la dynamique cérébrale et de soulager l'inflammation..

Le cours d'un tel traitement comprend vingt séances.

3. Traitement avec des eaux minérales avec des oligo-éléments (fluor, cuivre, zinc). Une telle thérapie aidera à améliorer le métabolisme dans le corps et à réduire l'inflammation. Le cours de traitement prévoit quatre semaines. Vous devez boire de l'eau minérale chaque matin à jeun.

4. L'électrophorèse médicinale est utilisée pour améliorer le travail du cortex cérébral et activer les processus d'homéostasie. Durée - 15 procédures de vingt minutes.

En l'absence de traitement thérapeutique en temps opportun, le patient peut développer les complications suivantes:

2. Déficience visuelle.

4. troubles de la mémoire et de l'ouïe.

5. L'apparition de crises d'épilepsie.

6. Le développement de l'insuffisance rénale et hépatique aiguë ou chronique.

7. Violation des fonctions motrices.

8. Détérioration du cœur.

La principale complication de la méningite est considérée comme fatale. Elle survient si le patient n'est pas traité pendant 5-8 jours après le début de la maladie.

Il est impossible de prévenir complètement l'inflammation cérébrale, mais vous pouvez réduire le risque de son développement. Pour ce faire, vous devez respecter les recommandations du médecin suivantes:

1. Refuser les mauvaises habitudes (fumer, boire).

2. À temps pour traiter les maladies qui peuvent entraîner des complications sous la forme d'une inflammation du cerveau.

3. Vacciner contre les oreillons, la varicelle et d'autres maladies.

4. Évitez d'être dans des endroits avec des épidémies d'encéphalite virale..

5. Protégez-vous contre les piqûres de moustiques et les tiques. Pour ce faire, dans la nature, il est important de porter des pantalons serrés et des vêtements d'extérieur. Un chapeau doit également être porté sur la tête.

De plus, pour faciliter la détection des tiques, les vêtements doivent être légers..

6. Après votre retour de la forêt ou des clairières, vous devez examiner attentivement vos vêtements et les enfants qui étaient avec vous. Il est conseillé de bien broyer et bien laver.

N'oubliez pas non plus les animaux de compagnie. Insectes dangereux - les porteurs de la maladie peuvent également se cacher sur leur laine..

L'inflammation du cerveau est une maladie dangereuse au cours de laquelle les cellules commencent à mourir progressivement. Il y a également une lésion en développement du système nerveux central. La pathologie est généralement causée par des infections. Le développement du processus inflammatoire se produit comme une pathologie indépendante, mais dans certains cas, l'inflammation de la tête devient la conséquence d'une autre maladie.

Si un diagnostic correct et opportun est effectué, les médecins prescrivent un traitement adéquat, puis la maladie peut être complètement éliminée sans conséquences et complications graves pour l'homme.

Il est de coutume de distinguer deux principales variétés de processus inflammatoires dans le cerveau. Ils sont appelés méningite et encéphalite. Tout dépend de l'emplacement du foyer inflammatoire.

  • Méningite. Avec le développement de cette pathologie, une inflammation des méninges est observée. La maladie peut provoquer des agents pathogènes bactériens, viraux et fongiques.
  • Encéphalite. Avec le développement de cette maladie, une inflammation de la substance blanche se produit. L'évolution de la maladie peut être légère ou sévère (dans ce dernier cas, la probabilité d'une issue fatale augmente considérablement si aucun médicament ou traitement chirurgical n'est prévu à temps).

Selon les statistiques, l'inflammation d'encéphalite cérébrale est généralement diagnostiquée chez les patients de moins de 14 ans (plus de 60% des cas). Il est d'usage de distinguer deux types d'encéphalite: primaire et secondaire.

  • L'encéphalite primaire se développe à la suite d'une morsure d'une tique d'encéphalite, ou dans le contexte d'une forme grave de grippe ou d'herpès.
  • L'encéphalite secondaire est toujours une complication de diverses pathologies (par exemple, la rougeole, le paludisme, la varicelle, la rubéole). Ces dernières années, une encéphalite secondaire a été enregistrée à plusieurs reprises après la vaccination des enfants avec des vaccins de faible qualité..

La pathologie peut se développer sous trois formes: aiguë, chronique, subaiguë.

La prévention

Comment prévenir les pathologies ci-dessus? On peut conclure que les patients âgés sont plus sensibles à ces maladies. Par conséquent, toutes les personnes de plus de 60 ans doivent consulter régulièrement un neurologue et subir une IRM du cerveau.

Il est également important de surveiller constamment le cholestérol sanguin et la pression artérielle. Après tout, les maladies accompagnées de changements pathologiques de la substance blanche se développent le plus souvent dans le contexte de l'athérosclérose et de l'hypertension.

L'IRM du cerveau est l'outil de diagnostic le plus important qui capture les changements minimes.

Parfois, l'étude révèle l'expansion des espaces périvasculaires Virchow-Robin.

Ce que c'est? Norme ou pathologie? Quelles maladies conduisent à leur expansion, comment déchiffrer les résultats de l'IRM et comment faire un diagnostic différentiel.

Les causes de la maladie

Quelles que soient les statistiques, une personne à tout âge peut développer une inflammation du cortex cérébral, de la substance blanche ou de la membrane. Mais dans plus de 70% des cas, des pathologies de ce type sont observées chez l'enfant (de moins de 14 ans) et chez l'homme de 20 à 45 ans. Une maladie peut commencer à se développer en raison de divers facteurs. Dans l'ensemble, le déclencheur de la maladie peut être non seulement des lésions cérébrales infectieuses, mais aussi, par exemple, des blessures au dos, des maladies d'autres organes, un accident vasculaire cérébral, etc..

Les principales raisons du développement d'une inflammation de la tête comprennent:

  • Sous-refroidissement (de l'ensemble du corps et de la tête en particulier).
  • Pathologies infectieuses (dans 90% des cas, il s'agit d'encéphalite due à une piqûre de tique).
  • Rhumes et maladies chroniques de la zone oreille-gorge-nez (par exemple, rhinite, sinusite, sinusite), dont le traitement n'est pas effectué au niveau approprié.
  • Pneumonie sévère (pneumonie).
  • Varicelle (chez les enfants, la varicelle ne peut pas développer d'inflammation due à la varicelle - uniquement chez les adultes).
  • Conjonctivite (dans certaines circonstances).
  • Encéphalite ou méningite non traitée.

L'inflammation commence en raison de la pénétration de divers micro-organismes pathogènes (généralement en grande quantité) à travers les vaisseaux dans le cerveau. Ils pénètrent dans le corps humain par des gouttelettes aéroportées, à travers le système digestif, en contact direct avec une personne malade. Les piqûres de divers insectes porteurs d'une encéphalite transmise par les tiques sont particulièrement dangereuses (il peut s'agir non seulement de tiques).

L'inflammation du cerveau est une maladie très courante chez les chats et les chiens, dont le traitement dans le domaine de la médecine vétérinaire est une pratique courante..

Types de lésions

Il existe plusieurs types d'affections focales de GM. Les plus dangereux sont les néoplasmes. Aux premiers stades, les symptômes d'une tumeur cérébrale peuvent être confondus avec des migraines et d'autres maladies. Mais avec la croissance, le travail des neurones se détériore, la transmission du signal au cerveau est perturbée. Si la tumeur se développe, alors elle commence à capturer de plus en plus de nouveaux territoires, le tableau clinique commence à se développer.

Un autre type de maladie focale est un kyste (une petite cavité avec un contenu liquide). Pendant longtemps, la cavité ne se fait sentir que lorsqu'elle commence à se développer et à grossir. Malgré le fait qu'ils ne sont pas sujets à la croissance et à l'augmentation de la taille, comme les néoplasmes, ils sont également considérés comme un corps étranger. Les kystes peuvent provoquer une compression vasculaire, ce qui complique le flux sanguin vers le cerveau.

Des foyers de lésion sont observés avec nécrose. À la suite de toute infection transférée ou d'autres maladies, des sections de cellules cérébrales meurent sans recevoir la nutrition dont elles ont besoin. La nécrose est dangereuse car elle entraîne des changements irréversibles.

Les lésions focales dangereuses de la substance blanche du cerveau sont des cicatrices intracérébrales, des hémorragies. Le plus souvent, ils sont le résultat de blessures, de chutes, de bosses. De tels types de foyers entraînent des changements dans la composition de la substance.

Toute lésion focale du cerveau d'origine vasculaire entraîne la destruction des cellules GM et peut entraîner un coma.

Symptomatologie

Les signes d'inflammation cérébrale sont très divers - les symptômes spécifiques dépendront de la variété et de la forme de la maladie, du stade de développement de la pathologie et de l'endroit où se situe le foyer inflammatoire principal.

Facilite le diagnostic de la maladie du fait que les symptômes de l'encéphalite (causée par le virus) et de la méningite sont approximativement similaires.

Les symptômes les plus courants et les plus graves de l'inflammation cérébrale, avec lesquels vous pouvez immédiatement soupçonner une maladie, sont:

  • Un état de faiblesse constante, une diminution significative de la capacité de travail, un malaise sans cause (par exemple, après le sommeil ou un repos prolongé).
  • Attaques systématiques prolongées de douleur dans la tête qui ne peuvent pas être arrêtées à l'aide de médicaments courants pour les maux de tête (une caractéristique commune du processus inflammatoire dans les méninges).
  • Vomissements persistants, nausées sévères, augmentation significative de la température corporelle.
  • Dessin et douleur prolongée dans les muscles et les articulations, aux derniers stades de la maladie, des manifestations sous forme de convulsions peuvent être notées.
  • Il existe également la possibilité de développer des hallucinations visuelles ou auditives (également aux stades ultérieurs).

Les symptômes neurologiques de l'inflammation du cortex cérébral doivent être mis en évidence, ce qui indiquera clairement la présence d'un processus inflammatoire:

  • Problèmes de coordination des mouvements, raideur des articulations.
  • Le patient perd sa capacité à avaler.
  • Les patients subissent divers changements de conscience.
  • Il y a certaines violations dans l'articulation (de gravité variable).
  • Mouvements oculaires presque toujours cassés.

Avec une inflammation du cortex cérébral, des symptômes psycho-émotionnels apparaissent nécessairement: troubles du sommeil, anxiété constante, sautes d'humeur, hallucinations visuelles et auditives. Le principal problème des symptômes psycho-émotionnels dans le développement du processus inflammatoire dans le cerveau est la soudaineté de leur apparition et l'extinction tout aussi rapide. Des troubles de ce type peuvent se manifester sous forme de psychose ou de troubles délirants. Les patients rencontrent souvent une agitation psychomotrice, qui se caractérise par un comportement inadéquat, une irritabilité accrue, l'incapacité de contrôler leurs propres actions et un manque de compréhension de la situation.

Avec le développement d'une inflammation secondaire du cerveau, une progression rapide de la pathologie est observée, de sorte que les symptômes sont généralement plus prononcés et plus brillants. Chez les patients dans cette situation, les symptômes suivants d'inflammation de la tête sont notés:

  • Maux de tête sévères, douleurs dans les articulations, les muscles, dans différentes parties du corps, qui sont difficiles à soulager même avec l'aide de médicaments puissants. Les patients appellent cette douleur insupportable.
  • Une augmentation significative de la pression intracrânienne se produit.
  • La peau du visage s'assombrit sensiblement, acquiert une teinte malsaine.
  • Sur toute la surface du corps, des taches rougeâtres apparaissent sous la forme d'une petite éruption cutanée sur la peau.
  • Frissons (les patients ont froid même par temps chaud).
  • Le niveau de transpiration augmente considérablement, ce qui peut même entraîner des formes légères de déshydratation.

Les symptômes de ce type se développent en environ 1-2 jours. Le patient peut également subir des crises et un état délirant au cours de cette période..

Symptômes de lésions cérébrales focales

Les manifestations cliniques dépendent directement de la localisation du foyer pathologique.

Les défauts du lobe frontal provoquent une altération des fonctions motrices, caractérisée par:

  • parésie ou paralysie de groupes ou de membres musculaires individuels (généralement unilatéraux);
  • raideur musculaire;
  • nystagmus, strabisme, troubles visuels;
  • paroxysmes épileptiques;
  • troubles psycho-émotionnels.
  • Les patients conservent les compétences acquises tout au long de leur vie, mais ne sont pas en mesure de les mettre en pratique.

    Les écarts dans le travail du système limbique se manifestent par des symptômes:

    • déficience de mémoire;
    • perte de capacité à se souvenir;
    • état d'apathie;
    • incapacité à distinguer les odeurs;
    • Dysfonctionnement cognitif.

    En cas de violations du lobe pariétal, les patients se plaignent de:

    • modification de la sensibilité tactile et de la température;
    • sensations fantômes d'extrémités inexistantes ou incapacité à reconnaître leurs propres parties du corps;
    • perte de compétences en lecture, en comptage et en écriture.

    Les patients ne sont pas en mesure de reconnaître des objets familiers au toucher, mais les reconnaissent par contact visuel. De plus, ils perdent leur orientation dans l'espace et ont du mal à trouver des endroits précis..

    Les défauts du lobe temporal sont exprimés:

    • perte auditive tout en maintenant une anatomie auriculaire normale;
    • hallucinations auditives;
    • incapacité à percevoir les mots ou la musique;
    • perte de mémoire, récurrence fréquente des situations;
    • paroxysmes épileptiques, convulsions.

    La présence de foyers pathologiques dans le lobe occipital devient la cause de:

    • dysfonction visuelle;
    • cécité corticale, tandis que le patient peut nier son incapacité à voir;
    • incapacité à reconnaître des objets par contact visuel;
    • illusions visuelles et hallucinations visuelles.

    Les troubles cérébelleux sont représentés par une altération de la motricité et de la coordination motrice. Chez les patients notés:

    • incertitude et tremblement des mouvements lors de la marche et de l'exécution d'actions simples;
    • tremblement des membres;
    • difficultés de flexion rapide et d'extension successives des articulations;
    • nystagmus.

    Diagnostic de la maladie

    Étant donné que le processus inflammatoire dans le cerveau (dans la membrane, dans le cortex, dans le tronc) peut se développer rapidement, un diagnostic rapide de la pathologie est extrêmement important. Par conséquent, avec les premiers symptômes, il est recommandé de consulter un médecin à la clinique ou d'appeler une ambulance, qui conduira le patient à l'hôpital.

    Une grande précision dans l'établissement du diagnostic correct est probable dès les premiers symptômes de la maladie. En train d'effectuer des manipulations diagnostiques, les médecins examinent le patient, étudient ses antécédents médicaux et spécifient les signes de pathologie.

    Le diagnostic de la maladie chez les jeunes enfants est difficile. Il n'est pas facile pour un nouveau-né de différencier les symptômes, par conséquent, dans de tels cas, un traitement adéquat ne commence qu'après un diagnostic spécifique (TDM, IRM, etc.).

    Sans échec, le patient est envoyé pour des examens supplémentaires. Selon la décision du médecin, ils peuvent être les suivants:

    • Analyses de sang et d'urine. Vous devez d'abord établir que c'est l'inflammation qui se développe dans le corps, et rien d'autre. Les résultats d'un test sanguin standard peuvent indiquer un excès de contenu en leucocytes et lymphocytes, une augmentation du taux de sédimentation érythrocytaire et fournir également d'autres indicateurs importants indiquant la présence d'un processus inflammatoire (l'emplacement de son emplacement n'est pas spécifié).
    • Analyse du liquide de la moelle épinière. En cas de suspicion d'un processus inflammatoire dans le cerveau, le patient doit prélever une ponction de liquide de la moelle épinière (le canal de la moelle épinière est perforé dans la région lombaire). S'il y a une inflammation de la tête, alors dans les résultats de l'analyse, les médecins verront une augmentation significative du volume des cellules immunitaires et un excès d'indicateurs protéiques standard, une faible teneur en glucose. De plus, lorsqu'il est infecté, le liquide céphalorachidien aura une teinte jaunâtre et une turbidité notable (la même chose est enregistrée avec une inflammation de la colonne vertébrale).
    • Imagerie par résonance magnétique. Avec l'aide de l'IRM, l'emplacement exact du foyer inflammatoire dans le cerveau humain est rapidement établi.

    Stades de développement

    Cérébrite précoce (1-3 jours)

    La période est associée à un foyer d'infection non encapsulé, c'est-à-dire que le foyer inflammatoire n'est pas encore clairement limité par les restrictions sur la matière cérébrale saine. Lors de l'examen histologique à ce stade, il est possible de détecter un pathogène entouré d'une zone d'infiltration périvasculaire (accumulation de différentes cellules selon le type de neutrophiles et de monocytes).

    Cérébrite tardive (4 à 9 jours)

    La propagation progressive de l'inflammation aux zones voisines et l'apparition de nécrose au centre du foyer infectieux (début de la formation d'une petite cavité purulente au centre). Aux bords de l'inflammation commence l'accumulation de fibroblastes et de macrophages. Le site de la lésion perd le système vasculaire en raison d'un œdème sévère.

    Stade de formation précoce de la capsule (10–13 jours)

    Une diminution du processus inflammatoire et une augmentation significative du nombre de fibroblastes à la frontière. Un manque évident de vascularisation dans la zone affectée. Maturation du collagène et formation du primordium de la capsule fibreuse.

    Stade de formation tardive de la capsule (14 jours ou plus)

    Formation finale de capsules et régression progressive des signes d'inflammation. À ce stade, l'abcès a une apparence complètement formée (les couches sont présentées de l'intérieur vers l'extérieur): le centre nécrotique, la zone périphérique des cellules inflammatoires et des fibroblastes, une capsule de collagène, un nouveau système vasculaire, une région de gliose réactive avec œdème.

    La gravité des manifestations de la maladie dépend clairement non seulement du type d'agent pathogène, mais également de l'état du système immunitaire humain.

    Traitement

    Différentes parties du cerveau chez les femmes, les hommes et les enfants peuvent devenir enflammées en raison de diverses blessures et infections. Vous ne pouvez commencer à traiter de telles maladies qu'après élucidation de la cause profonde du développement de la pathologie et élimination du facteur à l'origine de l'inflammation..

    La première chose du patient après une urgence ou une visite à la clinique est immédiatement hospitalisée, après quoi des médicaments spéciaux sont administrés, ce qui a pour effet de réduire l'enflure et les symptômes de la maladie.

    Les principes de la thérapie dépendront des résultats du diagnostic et du type de pathologie. Les symptômes de la maladie sont en partie similaires à ceux de nombreuses autres maladies du cerveau et de la moelle épinière, avec des troubles mentaux.Par conséquent, il est extrêmement important d'établir le bon diagnostic et de procéder à tous les examens supplémentaires nécessaires..

    Une fois le diagnostic posé, un cycle de traitement commence, qui comprend diverses méthodes thérapeutiques, dont le choix dépend de plusieurs facteurs (âge du patient, type de maladie, stade de son développement, etc.):

    • Traitement étiotrope (une telle thérapie est nécessaire pour éliminer les facteurs qui ont causé l'inflammation).
    • Traitement pathogénique (divers médicaments sont utilisés, dont l'action vise à arrêter les processus qui peuvent endommager les terminaisons nerveuses dans le cerveau et les tissus cérébraux).
    • Traitement symptomatique (les signes de pathologie sont éliminés ou affaiblis).

    Il est obligatoire d'effectuer un traitement médicamenteux, qui est nécessaire dans tous les cas, quelles que soient les caractéristiques du développement de la maladie, son type et son stade.

    • Pour éliminer les phénomènes infectieux focaux dans le corps du patient, un traitement antibactérien est effectué (la durée de la prise d'antibiotiques est d'environ 10-14 jours). Médicament injectable recommandé.
    • Si la maladie est causée par l'effet négatif du virus sur le corps humain, des médicaments antiviraux sont prescrits au patient.
    • Si la maladie est apparue en raison d'une infection fongique, les antibiotiques dans ce cas seront inutiles, par conséquent, des médicaments antimycotiques sont prescrits.
    • Pour éliminer l'enflure dans le cerveau (frontale, occipitale et autres lobes), l'utilisation de diurétiques est recommandée (mais uniquement selon les directives d'un médecin).
    • Si des convulsions se produisent en tant que symptômes d'inflammation, des anticonvulsivants doivent être prescrits.
    • L'utilisation d'antipyrétiques et d'analgésiques puissants est autorisée si le patient a une température élevée et une condition proche de la fièvre..

    En l'absence de dynamique positive après la pharmacothérapie, une opération appropriée est effectuée.

    Il est interdit d'effectuer le traitement de l'inflammation du cerveau à l'aide de remèdes populaires (ils peuvent être une thérapie supplémentaire, mais pas la seule). L'automédication avec une pathologie aussi grave peut se transformer en conséquences les plus dangereuses.

    Le traitement ne peut être effectué que dans un établissement médical en mode stationnaire. Le patient nécessite une surveillance constante - vous devez vérifier systématiquement le travail de ses systèmes respiratoire et cardiovasculaire.

    Chez les patients de moins de 14 ans présentant une inflammation cérébrale, une évolution sévère est presque toujours observée (beaucoup plus difficile que chez l'adulte). Le corps de l'enfant n'est pas encore suffisamment fort pour faire face à une maladie aussi complexe.

    La tactique thérapeutique choisie par le médecin dans chaque cas est unique, par conséquent, l'utilisation de solutions universelles dans le traitement de l'inflammation cérébrale est une approche catégoriquement incorrecte et inefficace. La thérapie doit également être complète et effectuée dans un hôpital plutôt qu'à domicile.

    Après son séjour à l'hôpital, le patient a besoin d'une réadaptation à long terme (surtout si la maladie était sévère et que le traitement était long). La mise en œuvre de diverses mesures de réadaptation réduira le risque de conséquences de dommages aux nerfs et aux tissus du cerveau. Le plus souvent, les patients dans ce cas sont prescrits: thérapie par l'exercice, procédures de massage, physiothérapie et autres procédures selon les indications.

    Diagnostic différentiel

    Un point important est le diagnostic différentiel des espaces Virchow-Robin élargis et d'autres pathologies cérébrales.

    Infarctus lacunaire

    Les champignons avec leur grande taille et leur fusion peuvent être confondus avec un infarctus lacunaire. Souvent, la confusion provient de la même localisation - dans la zone des noyaux gris centraux.

    La différence est qu'avec une crise cardiaque, les foyers dépassent généralement une taille de 5 mm. De plus, les lésions sont asymétriques. Un radiologue expérimenté pourra distinguer en utilisant différents modes d'imagerie: T1, T2, FLAIR.

    Un diagnostic différentiel entre un espace périvasculaire élargi et un accident vasculaire cérébral est important, car s'il n'est pas traité, une catastrophe cérébrale plus étendue peut se produire avec la formation d'un déficit neurologique.

    Le traitement d'un AVC est effectué sous la supervision d'un neurologue.

    Leucomalacie périventriculaire kystique

    Cette maladie survient chez les bébés prématurés en raison de troubles respiratoires. Le cerveau souffre d'une carence en oxygène et des foyers d'AVC apparaissent le long des vaisseaux, qui sont très similaires aux espaces Virchow-Robinsky.

    Dans la plupart des cas, la maladie ne nécessite pas de traitement. Si les kystes atteignent de grandes tailles, leur ablation chirurgicale est possible.

    Sclérose en plaques

    Les foyers de cette maladie dimyélinisante peuvent être localisés dans n'importe quelle partie du cerveau, y compris autour des vaisseaux corticaux.

    Une caractéristique distinctive est que dans les foyers de sclérose en plaques proviennent des ventricules latéraux, formant les soi-disant «doigts de Dawson».

    Si une clinique de sclérose en plaques est identifiée, une thérapie PITRS est prescrite.

    Tumeurs kystiques

    Souvent, les espaces périvasculaires dilatés peuvent ressembler à des néoplasmes kystiques. Dans ce cas, le kyste a une intensité différente à l'intérieur du néoplasme et accumule du contraste. Dans ce cas, vous devez contacter un oncologue et un neurochirurgien..

    Complications probables

    La présence d'un processus inflammatoire dans le cerveau (quel que soit le type de maladie et le stade de son développement) est une condition extrêmement dangereuse pour la santé humaine. Même après une pathologie complètement guérie, le patient peut rencontrer diverses conséquences et complications désagréables:

    • Problèmes d'audition.
    • Problèmes de mémorisation de nouvelles informations et de lecture d'anciennes.
    • Strabisme (sous diverses formes), déficience visuelle progressive (généralement myopie).
    • Diminution de la capacité intellectuelle.
    • Le développement de diverses formes d'épilepsie.
    • Défaillance de la glande thyroïde et d'autres organes internes.
    • Problèmes de coordination.
    • Troubles du fonctionnement du système cardiovasculaire.

    Avec une inflammation dans le cerveau, il y a presque toujours un risque de mort. Si un traitement adéquat n'est pas effectué, le patient peut bien mourir dans les 4 à 7 jours après l'apparition des premiers symptômes de la maladie.

    Seul le médecin peut dire quels foyers dans le cerveau à l'IRM pour quelles maladies sont les plus courantes. Il détermine le besoin de diagnostic et interprète les données..

    Norme d'imagerie par résonance magnétique

    • les structures sont développées correctement et complètement, il n'y a pas de déplacements;
    • le signal de résonance magnétique est normal;
    • les méandres et les rainures sont normaux, n'ont pas d'inclusions, d'inflammations et de changements de structure;
    • des parties du cerveau comme la selle turque, l'hypophyse sont clairement visibles et n'ont pas de pathologies;
    • l'espace périvasculaire sous-arachnoïdien se développe normalement et n'a pas de pathologies;
    • le système ventriculaire a des tailles standard normales (ni élargies ni réduites), il n'y a pas de pathologies;
    • les passages auditifs, les sinus et les orbites sont clairement visualisés, ont des tailles normales et des formes régulières;
    • l'évaluation générale est lorsqu'il n'y a pas de changements focaux, les tissus cérébraux sont normaux, les vaisseaux du cerveau sont de la bonne forme, n'ont pas de changements diffus, sont également remplis, il n'y a pas de saignement, de caillots sanguins et de formations purulentes de différentes tailles.

    Caractéristiques de la procédure

    L'imagerie par résonance magnétique est une méthode de recherche non invasive avec laquelle vous pouvez étudier l'état du cerveau et déterminer les caractéristiques de l'apport sanguin. La méthode est basée sur l'utilisation d'un champ magnétique de haute intensité. Dans le même temps, les rayons X ne sont pas utilisés, la procédure est donc sans danger pour le corps humain.

    Avant de mener l'étude, le patient n'a pas besoin d'une préparation spéciale. Il est nécessaire de porter des vêtements confortables en tissus naturels non synthétiques, d'enlever les bijoux en métal.

    La procédure est effectuée dans la position du patient allongé sur le dos. Pour assurer une immobilité complète de la tête, il est nécessaire de porter un dispositif de verrouillage spécial. À l'aide d'une table mobile, le patient est déplacé à l'intérieur de la caméra. Restez calme et ne bougez pas.

    Si nécessaire, l'utilisation supplémentaire d'un agent de contraste ne peut pas être consommée pendant 2-3 heures avant la procédure. Pour obtenir des images plus claires, un contraste spécial est injecté par voie intraveineuse. Pour exclure le développement d'une réaction allergique, un test préliminaire de sensibilité individuelle est effectué.

    Caractéristiques de l'étude du cerveau par IRM

    Avant l'invention de la tomographie magnétique, la détection des pathologies cérébrales était difficile - le seul appareil qui prenait des photos était les rayons X.

    Cette méthode ne convenait pas à ce type de diagnostic, les images n'étaient pas informatives et donnaient une idée approximative de la pathologie cachée..

    L'IRM permet d'étudier le parenchyme cérébral et l'état des vaisseaux, cette méthode est sûre, le tomographe prend de nombreuses photos sous différents angles.

    Le médecin recommandera certainement une étude dans les cas suivants:

    • après un AVC;
    • avec des maux de tête constants;
    • en cas de vomissements fréquents;
    • après une lésion cérébrale traumatique;
    • avec un trouble de la coordination des mouvements;
    • après une intervention chirurgicale sur le crâne;
    • avec oncologie suspectée.

    La principale caractéristique et l'avantage de l'IRM est la sécurité, pendant les procédures, un champ magnétique agit sur le corps, ce qui ne nuit pas à la santé.

    Avant l'étude, il sera nécessaire d'enlever les bijoux en métal; pendant le fonctionnement du tomographe, il est impossible de bouger - par conséquent, la tête est fixée avec des dispositifs spéciaux. Les photos sont prises en position allongée.

    Que signifient les taches blanches et noires sur les images IRM?

    Les images IRM montrent des signes de pathologies qui provoquent une altération de l'activité nerveuse. La détection d'incohérences dans la couleur des tissus, l'échogénicité, la taille des sections individuelles du cortex ou des structures cérébrales indique le développement d'un processus pathologique. Cela peut être la formation de foyers de démyélinisation, le développement de néoplasmes, un œdème tissulaire, une altération de la circulation cérébrale, le remplacement des fibres nerveuses par des cellules gliales. La formation de brunissement est visible sur les photos, l'éclatement des vaisseaux peut être l'une des causes de ce phénomène..

    Pathologies démyélinisantes

    Des pathologies démyélinisantes se développent en raison de la destruction des gaines de myéline des fibres nerveuses. En conséquence, la transmission des influx nerveux est perturbée, ce qui affecte négativement le fonctionnement du système nerveux.

    Ce groupe de pathologies comprend la sclérose en plaques, la leucoencéphalopathie multifocale progressive, la maladie de Marburg, l'encéphalomyélite à diffusion aiguë et la maladie de Devik..

    Des taches blanches simples ou multiples apparaissent sur les images situées dans une ou dans toutes les parties du cerveau. Leur nombre et leur taille dépendent du stade de la maladie..

    Espaces périvasculaires de Virchow-Robin

    Des espaces périvasculaires se forment le long des vaisseaux sanguins situés dans les deux hémisphères du cerveau. Ils ont un petit volume, donc, en l'absence de maladie, ils ne sont pas visibles sur les images IRM.

    Lorsque la condition se développe avant un accident vasculaire cérébral, avec une augmentation de la pression intracrânienne, ils se développent. Cela est dû à une augmentation de la circulation du liquide céphalorachidien. L'échogénicité de cette zone augmente, ce qui se manifeste par une tache blanche.

    Foyers de la maladie d'Alzheimer

    Dans la maladie d'Alzheimer, l'IRM révèle une diminution de l'épaisseur du cortex cérébral. Dans ce cas, des taches non lumineuses mais sombres sont enregistrées, indiquant une détérioration des performances du corps. Aux stades initiaux de la maladie, selon les résultats d'une étude, aucun diagnostic n'est posé, une procédure est à observer en dynamique. La progression de la maladie est indiquée par l'amincissement progressif de la matière grise..

    Œdème cérébral

    Dans le domaine de l'œdème cérébral, des taches claires sont visualisées périfocalement. En l'absence de traitement en temps opportun, le processus pathologique se propage progressivement dans tout le cerveau. Les zones de surbrillance deviennent plus grandes, l'image dans les images devient floue. Cela est dû à une forte augmentation de l'échogénicité tissulaire..

    Ce qui est observé sur les photos est normal

    En l'absence de maladies, des zones sombres et claires correspondant aux structures cérébrales seront observées à l'IRM.

    Lorsqu'un spécialiste lit la photo, il connaît l'anatomie et a une idée claire de l'emplacement des principaux services.

    Nous allons lister les différences de norme pour un petit auto-diagnostic:

    1. Champs gris - leur teinte change progressivement, devient sombre ou claire. Il s'agit d'un tissu cérébral dont l'échogénicité varie selon les régions. Les zones identiques de l'hémisphère droit et gauche ont une couleur commune.
    2. Les rayures foncées sont les ventricules du cerveau situés dans la zone des noyaux basaux (structures sous-corticales). Ces vides sont remplis d'un liquide spécial qui alimente le cerveau de l'intérieur. Elle donne à l'image une telle ombre..
    3. Le motif net est de couleur foncée - cavités (petites cavités) à travers lesquelles circule le liquide céphalo-rachidien. Ces vides communiquent avec les ventricules du cerveau..

    Dans ce cas, l'image montre une grande ramification d'une couleur sombre, ressemblant à un arbuste ou un arbre.

    Les foyers de gliose dans le cerveau sont uniques et multiples

    La gliose est un changement destructeur des propriétés morphologiques du cerveau. Avec le développement de la gliose, des zones limitées dans l'atrophie de la substance blanche et les neurones sont remplacés par des cellules gliales. La pathologie se développe à la suite d'autres maladies du système nerveux central - encéphalite, hypoxie, encéphalopathie discirculatoire, sclérose en plaques, tuberculose, etc..

    Des foyers de gliose peuvent se former dans n'importe quelle partie du cerveau - au site de l'inflammation, des dommages traumatiques aux neurones, etc. Le plus souvent, ils sont uniques, mais avec des dommages massifs aux structures, ils deviennent multiples, s'étendant aux deux hémisphères.

    Causes chez les enfants et les adultes

    Divers facteurs peuvent provoquer la mort des neurones. Les principales causes de changements chez les enfants:

    1. Les troubles génétiques. Ils surviennent à la suite de dommages chromosomiques. Ils sont congénitaux et sont diagnostiqués chez les jeunes enfants..
    2. Hypoxie fœtale pendant la grossesse et l'accouchement.

    Chez l'adulte, les causes de la maladie comprennent:

    1. Sclérose en plaques chez un patient. La progression de la maladie entraîne la mort rapide des neurones.
    2. Effets toxiques (alcool).
    3. Processus inflammatoires de nature infectieuse et virale, ainsi que les maladies parasitaires.
    4. Accident vasculaire cérébral, lésion cérébrale traumatique.

    Les autres facteurs déclenchants incluent la surcharge mentale, l'hypertension prolongée et l'hypertension intracrânienne..

    Classification

    Il existe plusieurs classifications de l'encéphalite..

    Par lésion tissulaire prédominante:

    • leucoencéphalite - inflammation de la substance blanche du cerveau;
    • polyoencéphalite - inflammation de la matière grise;
    • panencéphalite - inflammation de toutes les couches et voies.
    • inflammation des hémisphères;
    • tronc cérébral;
    • cervelet;
    • partie intermédiaire du cerveau;
    • mésencéphale.

    Symptômes principaux


    Les symptômes indiquant une inflammation du cerveau sont assez divers. Les signes d'inflammation cérébrale dépendent du type de pathologie, du stade de la maladie et de la localisation du foyer de l'inflammation. La plupart des symptômes sont les mêmes pour la méningite et l'encéphalite virale..

    Parmi les premiers signes extérieurs visibles:

    • faiblesse générale et malaise constant;
    • attaques régulières et prolongées de maux de tête sévères;
    • vomissements, température corporelle élevée et hallucinations;
    • douleurs musculaires et articulaires, crampes.

    La manifestation des symptômes neurologiques s'exprime comme suit:

    • raideur dans les articulations et altération de la coordination des mouvements;
    • changement de conscience;
    • violation du processus de déglutition;
    • problèmes d'articulation;
    • troubles du mouvement des yeux.


    La manifestation des symptômes dans la sphère mentale s'exprime comme suit:

    • anxiété accrue;
    • l'apparition d'insomnie;
    • sautes d'humeur fréquentes;
    • hallucinations.

    Les troubles mentaux surviennent soudainement et se manifestent par des états délirants et des psychoses. Un patient peut éprouver un état psychomoteur excité dans lequel il se comporte de manière inappropriée, ne peut pas contrôler indépendamment ses actions.

    Dans le cas d'un type secondaire de pathologie et de développement de complications, un développement rapide de la maladie se produit et les symptômes sont beaucoup plus forts. Dans ce cas, le patient présente les symptômes suivants:

    • la douleur devient plus forte, presque insupportable pour le patient;
    • augmentation de la pression intracrânienne;
    • le teint acquiert une teinte foncée;
    • une sensibilité aiguë à la lumière vive et aux odeurs est observée;
    • une petite éruption cutanée et des taches rouges apparaissent sur la peau;
    • transpiration augmente.

    Des symptômes similaires peuvent se développer pendant la journée, le patient a un état délirant et des convulsions.

    Espaces périvasculaires de Virchow-Robin

    • Définition
    • Morphologie
    • Épidémiologie
    • Diagnostic différentiel
    • Image clinique
    • Sources

    Définition

    De petits espaces Virchow-Robin (BP) apparaissent dans tous les groupes d'âge. Avec l'âge, les espaces BP sont détectés avec une plus grande fréquence et de grandes dimensions apparentes [3].

    Fig. 1 Espaces Virchow-Robin rencontrés normalement (cliquez sur l'image pour agrandir).

    Morphologie

    Les espaces BP entourent les parois des vaisseaux sanguins, passent de l'espace sous-arachnoïdien à travers le parenchyme cérébral. De petits espaces BP apparaissent dans tous les groupes d'âge. Avec l'âge, les espaces BP sont détectés avec une plus grande fréquence et de grandes dimensions apparentes. Dans une analyse visuelle, l'intensité du signal des espaces BP est identique à l'intensité du liquide céphalorachidien dans toutes les séquences [3].

    On distingue trois types d'espaces BP:

    • Des espaces BP de type I apparaissent le long des artères lenticulospiriennes pénétrant dans les noyaux gris centraux par la substance perforée antérieure [3].
    • Les espaces BP de type II sont situés le long des trajets des artères médullaires perforantes lorsqu'ils pénètrent dans la matière grise corticale à des renflements élevés et se propagent à la substance blanche [3].
    • Des espaces BP de type III apparaissent dans le mésencéphale [3].

    Fig.2 Espaces revasculaires de type I VR.

    Fig.3 Espaces revasculaires de BP de type II.

    Fig.4 Espaces revasculaires de BP de type III.

    De temps en temps, les espaces BP sont atypiques. Ils peuvent devenir très grands, comprendre principalement un hémisphère, prendre des formes bizarres et même avoir un effet de masse. La connaissance des caractéristiques de l'intensité du signal et de l'emplacement des espaces VR permet de les distinguer de diverses conditions pathologiques [3].

    Les artères du cortex cérébral sont recouvertes d'une couche de leptoméningocytes, qui sont tapissés d'une membrane piale; en utilisant cette disposition anatomique, les espaces des artères intracorticales sont en connexion directe avec les espaces de BP autour de ces artères dans l'espace sous-arachnoïdien [1].

    Fig. 5 Espaces vasculaires kystiques dilatés multiples de Virchow-Robin dans la substance blanche des deux hémisphères cérébraux.

    L'expansion des espaces RV a été décrite par Durant-Fardel [1] en 1843. Les extensions des espaces revasculaires sont des cavités régulières qui contiennent toujours une artère brevetée. Les mécanismes qui sous-tendent l'expansion des espaces BP sont encore inconnus. Différentes théories ont été exprimées: angine nécrotique segmentée des artères ou autre affection inconnue qui provoque la perméabilité de la paroi artérielle [1], expansion des espaces des artères résultant d'une perturbation de la circulation des voies de drainage du liquide céphalorachidien interstitiel dans les réservoirs [1], allongement en spirale des vaisseaux sanguins et atrophie cérébrale, en raison d'un vaste réseau de tunnels remplis de liquide extracellulaire [1], la fuite progressive de liquide interstitiel de l'espace intracellulaire dans l'espace pial dans le parenchyme cérébral [1] et la fibrose avec obstruction des espaces BP le long des artères et la résistance totale subséquente à l'écoulement du fluide [1].

    Fig.6 Grand espace vasculaire kystique élargi de Virchow-Robin dans la région des noyaux basaux à gauche.

    Épidémiologie

    L'âge moyen était de 58 ans (de 24 à 86 ans); la majorité (69%) étaient des femmes [2]. Petits espaces de BP (2 mm) [1]. Certaines études ont trouvé une corrélation entre les espaces élargis de la PA et les troubles neuropsychiatriques [1], la sclérose en plaques [1], les lésions cérébrales traumatiques légères [1] et les maladies associées à la microangiopathie [1].

    Diagnostic différentiel

    Les infarctus lacunaires sont de petits coups focaux situés dans les parties les plus profondes du cerveau et du tronc cérébral. Ils sont causés par l'obstruction des artères perforantes qui proviennent de l'artère cérébrale moyenne, de l'artère cérébrale postérieure, de l'artère basilaire et moins fréquemment de l'artère cérébrale antérieure ou des artères vertébrales.

    Leucomalacie périventriculaire kystique

    La leucomalacie péri-ventriculaire, généralement observée chez les bébés prématurés, est une leucoencéphalopathie causée par des lésions cérébrales hypoxiques-ischémiques prénatales ou intranatales.

    Sclérose en plaques (SEP)

    Les dommages à la SEP peuvent être trouvés n'importe où dans le système nerveux central. Les dommages dans la substance blanche périventriculaire et yukkartikalny correspondent à l'emplacement des espaces BP de type II.

    La cryptococcose est une infection fongique opportuniste causée par Cryptococcus neoformans qui affecte le système nerveux central chez les patients atteints du virus de l'immunodéficience humaine (VIH).

    Les mucopolysaccharidoses sont des troubles métaboliques héréditaires caractérisés par une carence enzymatique et une incapacité à détruire le glycosaminoglycane, ce qui conduit à l'accumulation de substrat intracellulaire toxique. Caractéristiques cliniques - retard mental et moteur, macrocéphalie et malformations musculo-squelettiques. Le niveau de glycosaminoglycane urinaire est élevé. Atrophie cérébrale et anomalies de la substance blanche.

    Des espaces géants élargis de la PA peuvent provoquer un effet de masse et suggérer un arrangement excentrique, qui peut être défini à tort comme une tumeur cérébrale kystique [1]. Cependant, les tumeurs cérébrales kystiques ont souvent des composants solides, sont renforcées par un produit de contraste, dans la plupart des cas, et présentent un œdème périfocal..

    La cysticercose est l'infection parasitaire la plus courante du système nerveux central causée par le stade larvaire de Taenia solia. Des kystes ovales fluides avec scolex interne (cysticerques) peuvent être localisés dans le parenchyme cérébral (substance grise et blanche, mais aussi dans les noyaux gris centraux, le cervelet et le tronc cérébral), l'espace sous-arachnoïdien, les ventricules ou la moelle épinière. Les données d'imagerie IRM sur la neurocysticercose varient en fonction du stade de l'infection. Les lésions peuvent être observées à différents stades chez le même patient..

    Les kystes arachnoïdiens sont des kystes intra-arachnoïdiens contenant du liquide céphalorachidien qui ne sont pas associés au système ventriculaire.

    Les kystes neuroépithéliaux sont des lésions rares et bénignes, principalement asymptomatiques. Leur étiologie est contradictoire, mais les anomalies de développement à leur base sont indéniables. Les lésions sont sphériques, ont des tailles allant jusqu'à plusieurs centimètres et peuvent avoir un effet de masse. Ils sont tapissés d'épithélium mince et ont un signal de liquide céphalo-rachidien. Des kystes neuroépithéliaux peuvent survenir dans les ventricules latéraux ou quatrième avec lesquels ils ne communiquent pas (kystes intraventriculaires). Ils peuvent également être trouvés dans les hémisphères cérébraux, le thalamus, le mésencéphale, le pont, le ver cérébelleux et dans la partie médiale du lobe temporal [1]. Les kystes neuroépithéliaux ne contrastent pas [1]. La différenciation entre les kystes neuroépithéliaux et les espaces élargis de la PA ne peut être effectuée en toute confiance que par un examen pathologique.

    Image clinique

    L'âge moyen était de 58 ans (de 24 à 86 ans); la majorité (69%) étaient des femmes. Aucun symptôme clinique n'a pu être directement lié à la lésion [2].

    L'expansion des espaces Virchow-Robin est un nouveau signe neuroradiologique de la sclérose en plaques précoce [4]. Les espaces Virchow-Robin ont été visualisés chez 39 (55%) des 71 patients atteints de SEP probable et chez 4 (7%) des 60 objets témoins. Cette différence était statistiquement significative (P