Principal / Tumeur

Dysfonctionnement cérébral ou trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention

Tumeur

La dysfonction cérébrale, ou, comme on l'appelle souvent, la dysfonction cérébrale minimale, en règle générale, est enracinée dans la petite enfance. Cette violation relativement légère de l'apprentissage et du comportement est associée à la souffrance du système nerveux pendant la période périnatale de développement ou à la suite d'un traumatisme à la naissance. Un dysfonctionnement cérébral minimal est observé chez plus de 20% des enfants d'âge scolaire et, s'il est laissé au hasard, l'enfant (puis l'adulte) auront de graves problèmes d'apprentissage, d'adaptation sociale et de développement de troubles psychosomatiques.

Symptômes

Il existe de nombreuses manifestations de dysfonctionnement cérébral minimal, parmi lesquelles:

  • légère altération de la fonction motrice, maladresse
  • mobilité excessive et indomptable (ne peut pas rester immobile, s'agite)
  • manque d'attention
  • impulsivité (incapacité à arrêter ses motivations
  • irritabilité
  • sautes d'humeur rapides
  • troubles d'apprentissage, etc..

Effets

Les conséquences d'un dysfonctionnement cérébral sont probablement évidentes pour tous les parents d'enfants atteints de ce trouble:

  • problèmes avec l'école
  • difficultés d'adaptation sociale
  • troubles du développement de la personnalité (incertitude, pessimisme, agressivité)
  • dystonie végétovasculaire
  • à l'âge adulte - insuffisance sociale (faible niveau professionnel, changements d'emploi fréquents, divorce, alcoolisme, consommation de drogues, maladie mentale).

Méthodes de traitement et complications possibles

Les principaux domaines du traitement des dysfonctionnements cérébraux sont traditionnellement considérés:

  • activité motrice dirigée. Son essence réside dans l'entraînement à la coordination et à la dextérité..
  • méthodes de correction psychologique et pédagogique. Un mode clair, restreignant le visionnage des émissions de télévision et jouant sur l'ordinateur, un «modèle positif» dans la communication avec un enfant - récompenses et louanges, et bien plus encore.
  • la prescription de médicaments est la prérogative du médecin. Aucune automédication (même par de bonnes critiques) n'est inacceptable, car nous parlons du cerveau d'un enfant! Seul un médecin peut prendre en compte toutes les contre-indications et effets secondaires, évaluer correctement les bénéfices et les risques. Les médicaments pour le traitement des dysfonctionnements cérébraux chez les enfants appartiennent à plusieurs groupes: les stimulants du SNC, les médicaments nootropes, les antidépresseurs tricycliques. But de la thérapie: stimulation des processus des neurotransmetteurs et des fonctions mentales supérieures du cerveau.

Malheureusement, à l'heure actuelle, les résultats de ces approches de traitement de base ne peuvent pas être considérés comme trop encourageants. Les médecins et les parents sont toujours à la recherche de méthodes plus efficaces pour corriger la dysfonction cérébrale chez les enfants.

Comment confirmer le diagnostic

Le diagnostic de dysfonctionnement cérébral minimal est rendu possible par des tests spéciaux effectués par un neurologue ou un psychiatre pédiatrique.

Les méthodes efficaces de diagnostic matériel comprennent l'IRM ou la TDM. Dans certains cas, le médecin peut également prescrire un examen aux rayons X, une dopplerométrie des vaisseaux de la tête, une échographie du cou, un électroencéphalogramme.

Traitement avec nous

On pense que le dysfonctionnement cérébral se manifeste dans la petite enfance et, dans la plupart des cas, est une manifestation résiduelle de lésions cérébrales minimales. Le plus souvent, ces mêmes dommages se produisent en raison d'un traumatisme à la naissance (hypoxie, dommages à la colonne cervicale, utilisation d'une pince obstétricale, stimulation du travail, etc.).

À première vue, des dommages insignifiants au cerveau ou aux vaisseaux qui l'alimentent se développent au fil du temps comme une boule de neige, entraînant des problèmes de développement physique et intellectuel, sans parler des troubles du comportement. À l'âge adulte, un dysfonctionnement cérébral minimal peut «revenir» avec le développement de maladies psychosomatiques..

Comment agir avec des parents aimants dans cette situation difficile? Bien sûr, une visite précoce chez un médecin ostéopathe (comme c'est la coutume en Occident) vous permet de corriger rapidement et assez rapidement les conséquences d'une blessure à la naissance. Il existe des milliers de techniques dans l'arsenal d'un médecin ostéopathe, qui permettent une influence très douce et délicate sur le corps de l'enfant pour corriger tous les dysfonctionnements, même subtils. Il effectuera un diagnostic approfondi et pourra établir un apport sanguin normal au cerveau (sans médicament!), Libre circulation du liquide céphalorachidien, travail sur les os du crâne, correction des déplacements vertébraux.

En règle générale, après des manipulations ostéopathiques chez les enfants, selon l'âge, le sommeil s'améliore considérablement, ils deviennent plus calmes et plus attentifs, la capacité d'apprentissage augmente et tous les signes de dysfonctionnement cérébral disparaissent progressivement.

Dysfonctionnement cérébral minimal (MMD): concept, symptômes, diagnostic, traitement, pronostic

© Auteur: A. Olesya Valerievna, MD, praticien, enseignant dans une université de médecine, en particulier pour VesselInfo.ru (à propos des auteurs)

La dysfonction cérébrale minimale (MMD) est l'une des variétés courantes de troubles mentaux chez l'enfant. Son taux de prévalence varie de 5% à 20% chez les écoliers et les enfants d'âge préscolaire. De nombreux chercheurs considèrent le dysfonctionnement cérébral minimal comme une conséquence des lésions focales du tissu cérébral, ce qui entraîne un trouble et un déséquilibre lié à l'âge dans les processus mentaux..

Avec un dysfonctionnement cérébral minimal, la maturation des systèmes de régulation du corps est retardée, ce qui devrait fournir les processus d'intégration les plus complexes - parole, souvenir, attention, etc. L'intelligence chez les enfants atteints de ce trouble se développe selon l'âge, cependant, des difficultés apparaissent lors de la formation et de l'adaptation à la vie sociale, l'équipe.

Une lésion locale, un développement insuffisant ou une discoordination de l'activité de toute partie du cortex cérébral provoquent des troubles de la sphère motrice, de la parole, des difficultés à maîtriser l'écriture, la lecture et le comptage. L'un des symptômes les plus courants du MMD, de nombreux experts considèrent le soi-disant trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (TDAH).

Le TDAH est le diagnostic le plus courant associé au MMD.

Le terme dysfonction cérébrale a été proposé au milieu du siècle dernier. Il a commencé à être utilisé pour désigner des troubles du comportement qui étaient différents en raison de la cause et du mécanisme de développement et d'apprentissage, qui n'étaient pas accompagnés d'une baisse de l'intelligence. Les tests neuropsychologiques ont aidé à établir la présence de changements focaux dans le cerveau des enfants atteints de pathologie du développement de la parole, du comportement et de l'apprentissage. De plus, les experts ont constaté qu'une prédisposition héréditaire joue un rôle dans l'apparition de la pathologie..

Raisons du développement de MMD

La cause exacte du syndrome de dysfonctionnement cérébral minimal n'a pas été élucidée, mais les experts estiment que le trouble survient en raison de l'apparition de foyers limités de dommages au cortex cérébral ou de malformations du système nerveux central contre divers effets indésirables. À l'âge de 3 à 6 ans, le trouble peut entraîner un manque de participation pédagogique et une socialisation adéquate.

Il existe plusieurs types de facteurs causaux, selon le moment où ils ont agi dans la vie de l'enfant:

  • Prénatal - mis en œuvre par la mère ou l'environnement pendant la grossesse et comprend les infections virales, l'exacerbation des maladies chroniques, l'intoxication prolongée, les erreurs nutritionnelles, les troubles métaboliques (diabète sucré), la gestose, la menace de fausse couche, la prématurité, ainsi que les conditions environnementales défavorables, les radiations, abus de drogues, d'alcool, de tabac;
  • Intranatal - agir sur un cerveau de bébé non mûr pendant l'accouchement - faiblesse du travail, accouchement rapide, stimulation médicamenteuse du travail, accouchement chirurgical, hypoxie sur le fond du cordon enroulé autour du cou du fœtus, utilisation d'aspirateurs ou de pinces, le poids du fœtus est supérieur à 4 kilogrammes;
  • Postnatal - lésions cérébrales, neuroinfection, manque d'éducation, socialisation, participation pédagogique.

Quels sont les signes du MMD?

Les symptômes d'un dysfonctionnement cérébral minimal peuvent devenir perceptibles immédiatement après la naissance du bébé, et plus tard. Ils deviennent particulièrement brillants aux moments critiques - lorsque le bébé commence à aller au jardin et apprend à communiquer avec ses pairs pendant la période où l'école commence. Pour les enfants d'âges différents, une prédominance de certaines manifestations est caractéristique.

Chez les enfants de 1ère année, les soi-disant symptômes neurologiques mineurs sont observés, chez les enfants d'âge préscolaire des changements de comportement, des difficultés d'apprentissage deviennent apparentes, les écoliers présentent des troubles psycho-émotionnels prononcés, une mauvaise adaptation sociale.

Chez les jeunes enfants, un dysfonctionnement cérébral minimal se manifeste par un syndrome d'excitabilité accrue, dont les parents remarquent les premiers mois de la vie du bébé, mais dans un cinquième des cas, leur manifestation se produit six mois ou plus tard..

Les enfants hyper excitables sont agités, criant souvent sans raison, même avec de bons soins et une bonne nutrition. L'activité motrice est excessive, les manifestations végétatives se caractérisent par des rougeurs ou une pâleur sévère de la peau, une cyanose des doigts, du bout du nez, des lèvres, une transpiration accrue et un pouls trop rapide. Souvent perceptible tremblement du menton, hypertonie musculaire lorsqu'un enfant crie.

Les signes caractéristiques d'hyper-excitabilité au cours de la 1ère année de vie sont considérés comme des problèmes de sommeil, lorsque l'enfant ne peut pas dormir longtemps, se réveille, frissonne, a des difficultés d'alimentation et de digestion. Les enfants surexcités régurgitent souvent, même des vomissements sont possibles. L'augmentation de l'activité intestinale provoque une diarrhée, qui peut être remplacée par la constipation.

Chez les enfants de 1 à 3 ans, un dysfonctionnement cérébral minimal se manifeste:

  1. Excitabilité nerveuse élevée;
  2. Anxiété motrice;
  3. Troubles du sommeil, appétit;
  4. Prise de poids insuffisante;
  5. Retard dans le développement de la psycho-parole;
  6. Maladresse des mouvements.

Les enfants de trois ans atteints de MMD se fatiguent rapidement, se distraient des cours, ont un tempérament rapide, sont dispersés et têtus. Ils sont sujets aux sautes d'humeur, aux larmes, à une activité motrice excessive. Avec une intelligence préservée, les enfants ne font souvent pas face aux compétences ménagères ordinaires, ne peuvent pas s'habiller, souffrent d'énurésie, etc..

Les enfants atteints de dysfonctionnement cérébral ne peuvent pas rester immobiles pendant longtemps, ils bougent constamment, ils ont du mal à se concentrer sur une seule leçon, ils sont distraits et absorbent mal le matériel lorsqu'ils essaient d'apprendre. Ces enfants font des mouvements conscients, mais souvent ces derniers sont complètement inutiles et incohérents.

Les symptômes autonomes de l'âge préscolaire se font encore sentir par la transpiration, l'intolérance au congestion, le mal des transports lors du transport, la sensibilité à la lumière vive et au bruit fort.

Le début des visites dans les établissements préscolaires et les écoles provoque une exacerbation des signes de dysfonctionnement cérébral, car le cerveau de l'enfant ne peut pas s'adapter aux nouvelles conditions et exigences qui devront être remplies et souffre d'un stress psycho-émotionnel et physique excessif..

Après trois ans, les troubles du comportement prévalent parmi les symptômes: les enfants sont têtus, désobéissent, distraits, sujets à la névrose. De plus, il y a un retard dans la formation mentale et de la parole, des troubles de la prononciation des sons et des mots se manifestent, le vocabulaire ne s'élargit pas, l'apprentissage est difficile. Ces symptômes augmentent dans le contexte d'une excitabilité excessive..

Le début de la période scolaire présente des problèmes sous forme de mauvaise adaptation, associée au MMD:

  • Apprendre à lire et à écrire souffre;
  • Le comportement est perturbé;
  • Une dysfonction végétative se développe.

Les écoliers atteints de MMD ne sont pas en sécurité, souffrent d'une faible estime de soi, subissent de manière insuffisante les revers, sont sujets aux phobies, à l'agressivité et aux impulsions. Ils recherchent la solitude, évitent le contact avec leurs camarades de classe et les enseignants, égoïstes, vont souvent au conflit.

Les adolescents souffrant d'une dysfonction cérébrale minimale présentent des troubles du comportement vifs: ils sont agressifs, trouvent mal un langage commun avec leurs pairs, les enseignants et les parents, sont peu étudiés et sujets à une consommation précoce d'alcool et de drogues. Un tel trouble peut conduire à une mauvaise adaptation dans la société et à des troubles mentaux plus graves..

Diagnostic et traitement de la MMD

Le diagnostic du syndrome de dysfonctionnement cérébral minimal est complexe et comprend toute une gamme de mesures, commençant par élucider l'histoire de la grossesse et de l'accouchement, les antécédents familiaux, les conditions de vie de l'enfant et se terminant par des données objectives de laboratoire et instrumentales.

En discutant avec les parents, le spécialiste essaie de trouver une cause possible du comportement problématique de l'enfant et d'établir quand les premiers signes de troubles sont apparus. Chez les enfants d'âge préscolaire, il est important d'analyser la dynamique des symptômes et leur gravité.

L'examen des nouveau-nés et des enfants de la première année comprend une analyse des réflexes, leur symétrie, la détermination du tonus musculaire. Chez les patients plus âgés, l'examen n'a pas de valeur diagnostique, le diagnostic psychologique est beaucoup plus important, ce qui permet d'évaluer le comportement, le niveau d'intelligence, en particulier la psyché de l'enfant. Il est effectué à l'aide de diverses tâches de test..

Dans le cadre du diagnostic en laboratoire d'une dysfonction cérébrale minimale, le patient est soumis à des tests sanguins et urinaires généraux, mais ils sont plus susceptibles d'être prophylactiques ou d'éliminer la cause somatique d'anxiété du bébé. Dans MMD, aucun changement n'est généralement observé dans les analyses..

L'évaluation du fonctionnement du système nerveux central et du flux sanguin dans le cerveau est réalisée par électroencéphalographie, échoencéphalographie, neurosonographie, CT, IRM du cerveau. Des études peuvent montrer des lésions focales du lobe frontal, une diminution du volume du cervelet, une diminution du volume de matière grise dans la zone frontopariétale à gauche.

La dysfonction cérébrale minimale doit être différenciée avec des blessures au crâne et au cerveau, des lésions infectieuses, la paralysie cérébrale, l'épilepsie, la maladie mentale, certaines intoxications.

Le traitement de la dysfonction cérébrale minimale doit être complet, y compris non seulement les méthodes psychologiques et pédagogiques de correction, mais aussi l'effet médicamenteux. Habituellement, les experts recommandent de combiner les deux approches. Les classes éducatives avec un enfant sont construites selon un plan individuel en fonction des causes de la pathologie et des nuances des symptômes.

Une aide pédagogique et une psychothérapie sont nécessaires pour surmonter l'arriéré du développement mental, avec la négligence socio-pédagogique des enfants dans les familles à problèmes. Ils aident à adapter le bébé à la maternelle, intègrent l'élève dans l'équipe de pairs.

Un facteur très important dans le processus d'élimination des signes de MMD est considéré comme la situation psychologique dans la famille, en particulier les relations entre les proches, le degré de leur participation à la vie de l'enfant. Les parents doivent démontrer pleinement le type de communication positif, quand tout, même le plus petit, le succès de l'enfant est nécessairement encouragé, et une atmosphère calme règne dans la maison.

Toutes les inquiétudes et les réalisations quotidiennes du bébé doivent être dans le champ de vision et sous l'attention des parents, il doit ressentir leur participation, leur indifférence et leurs soins. Il est important d'abandonner l'utilisation fréquente des mots «non», «non», la communication doit être douce, sans pression ni cri.

Les enfants d'âge préscolaire et scolaire doivent limiter le temps passé à la télévision ou à l'ordinateur, exclure les jeux agressifs au profit de la conception, du dessin, du pliage de puzzles, de la lecture de livres. De tels exercices aident à se concentrer, enseignent à maintenir l'équilibre émotionnel..

Dans le processus d'adaptation sociale, les parents jouent également un rôle primordial qui, par leur exemple, devrait montrer au bébé les possibilités d'interaction adéquate avec les autres membres de l'équipe. Les enfants atteints de MMD nécessitent beaucoup d'attention et de patience de la part des mamans et des papas, car sans la bonne approche et le soutien de leurs proches, l'enfant lui-même ne se débarrassera pas des violations.

Les médicaments sont indiqués pour les enfants pour lesquels travailler avec un psychologue et des enseignants n'apporte pas de résultat positif. Les nootorotiques (encéphabol, cérébrolysine), les stimulants de l'activité cérébrale (méthylphénidate, pémoline) sont utilisés. De nombreux neurologues prescrivent l'insténon, qui a un effet positif sur les connexions neuronales, l'oxygénation des tissus nerveux, améliore l'activité cérébrale.

Avec la gravité des symptômes spécifiques, un traitement symptomatique est utilisé:

  1. Pour les troubles du sommeil - médicaments du groupe des benzodiazépines (nitrazépam);
  2. En cas de troubles émotionnels - sédatifs (valériane, agripaume, brome), tranquillisants et antidépresseurs (diazépam, trioxazine, phénibut, amitriptyline).

En plus du soutien médical et psychopédagogique, des méthodes de traitement physiothérapeutiques et des mesures générales pour améliorer la santé sont utiles. Massage habituellement prescrit, traitements à l'eau, exercices de physiothérapie. Avec la normalisation de l'activité cérébrale, le sport se développe - la course, le ski, le vélo, la natation dans la piscine sont possibles.

Les mesures générales sont de normaliser le régime de travail et de repos, d'assurer un sommeil prolongé, le respect d'une durée acceptable des séances d'entraînement avec des pauses régulières. La nutrition doit être saine, non propice à la constipation ou à la diarrhée. Il est utile de prendre des complexes multivitamines et des minéraux, de respirer de l'air frais, de mener une vie active.

Les parents de bébés atteints de dysfonction cérébrale devraient connaître certaines règles qui vous permettent de vous débarrasser rapidement de la pathologie:

  • L'enfant doit suivre le régime établi de la journée, se coucher à l'heure, marcher quotidiennement, il est conseillé de faire tout cela en même temps pour synchroniser l'activité cérébrale;
  • Les enfants de moins de 6 ans devraient dormir pendant la journée, sinon le sommeil nocturne deviendra agité et l'enfant sera hyperactif;
  • L'enfant doit être averti à l'avance de tout ce qui se passera, qu'il s'agisse d'un voyage chez le médecin, d'un voyage en vacances ou d'un réaménagement de la maison afin qu'il ait le temps de se préparer psychologiquement et de ne pas organiser un conflit;
  • L'arrivée des invités ne doit pas violer la routine et les habitudes quotidiennes du bébé, tandis que les contacts avec des personnes inconnues doivent être exclus si possible;
  • la communication avec les pairs doit être sous le contrôle des parents, ne doit pas fatiguer l'enfant, être trop longue, il vaut mieux ne pas combiner les enfants avec l'hyperactivité dans une seule entreprise;
  • En aucun cas les parents ne doivent clarifier les relations avec le bébé, il peut avoir peur, se replier sur lui-même, montrant tous les signes d'épuisement d'une psyché déjà faible;
  • Dans l'éducation d'un bébé atteint de MMD, un rôle spécial est attribué au père, qui assumera certaines tâches ménagères et activités pédagogiques, permettant à la mère de se détendre un peu, d'être seule, car les caprices et les angoisses de chaque minute de l'enfant épuisent le système nerveux de la mère, ce qui affecte la patience lors de la communication avec le bébé. ;
  • Un ordinateur, une télévision, un téléphone portable et d'autres gadgets doivent être strictement limités, car ils chargent le cerveau d'un enfant, peuvent provoquer l'hystérie et des crampes même lorsque le bébé ne regarde pas un film, mais reste uniquement dans une pièce avec des adultes;
  • Dans le régime de la journée, il devrait y avoir du temps pour les loisirs, l'activité physique, les promenades;
  • Les cours doivent être calmes - dessin, modelage, puzzles, constructeur au lieu de jeux de groupe actifs et visites de groupes d'enfants (en plus du jardin);
  • Il est utile de lire des livres pour enfants pour le bébé, d'écouter de la musique agréable ensemble, la nuit, vous devez chanter une berceuse, créant un environnement calme et éteignant la lumière à temps;
  • Si possible, il est conseillé de «garder» l'enfant à la maison, et il est préférable de planifier une école pour un âge pas inférieur à 7 ans, car les groupes d'enfants sont un autre stress grave.

Ainsi, les règles de conduite dans la famille ne sont pas les plus difficiles. Les principales conditions sont le calme, la patience, la convivialité et le respect des membres de la famille les uns envers les autres, l'élimination de tout stress pour l'enfant, même s'ils semblent agréables, comme la visite du théâtre ou de l'arbre du Nouvel An, un voyage intéressant ou une invitation à des invités joyeux.

Le pronostic d'une dysfonction cérébrale minimale est considéré comme favorable. Dans près de la moitié des cas, à l'adolescence et à l'âge adulte, la symptomatologie disparaît, surtout si des mesures appropriées ont été prises en temps opportun.

Chez certains patients, les signes de MMD peuvent persister à l'âge adulte, mais en règle générale, les troubles mentaux graves ne sont pas atteints. Les personnes qui souffrent de MMD dans l'enfance sont souvent impatientes, peuvent s'enflammer, ne sont pas trop prudentes et peuvent être dispersées. Ces aspects comportementaux laissent une empreinte sur la communication avec les autres, peuvent affecter négativement la création de sa propre famille, l’acquisition de la profession souhaitée, le travail d’équipe au travail.

Il n'y a pas de prophylaxie spécifique du syndrome MMD, car sa cause exacte est inconnue, cependant, le risque de pathologie peut être réduit en éliminant tous les facteurs qui pourraient nuire au cours de la grossesse et de l'accouchement. La future mère doit prêter une attention particulière à son alimentation, consulter régulièrement un médecin, traiter toute maladie en temps opportun et stipuler à l'avance avec l'obstétricien le mode d'accouchement optimal..

Dans le cas où il n'a pas été possible d'éviter des conditions défavorables (naissance pathologique, par exemple), la jeune mère doit surveiller clairement toutes les caractéristiques du développement du bébé, montrer rapidement le bébé à des spécialistes, participer aussi pleinement que possible à son éducation et à son éducation, créant à la maison une atmosphère de calme, de stabilité et d'amour pour bébé.

Dysfonctionnement cérébral chez l'adulte et l'enfant

Dysfonctionnement cérébral chez l'adulte et l'enfant

Dysfonctionnement cérébral minimal chez les enfants

Le traitement de la MMD comprend des méthodes de correction pédagogiques et psychothérapeutiques, des agents pharmacologiques et de la physiothérapie. En règle générale, une approche combinée est utilisée - un programme individuel est préparé pour l'enfant, en tenant compte de l'étiologie et des caractéristiques de la clinique. Des méthodes de pédagogie et de psychothérapie sont utilisées pour corriger le retard mental, la négligence sociale et pédagogique, ainsi que pour adapter l'enfant dans l'équipe. Un rôle important dans le traitement de la dysfonction cérébrale minimale chez les enfants est joué par le microclimat psychologique de la famille - le soi-disant «modèle de communication positive». Cela implique de se concentrer sur les succès de l’enfant et de les encourager, en évitant les répétitions fréquentes des mots «non» et «impossible», de manière douce, calme et modérée de conversation. L'utilisation d'un ordinateur et la télévision sont limitées à 30 à 60 minutes par jour. En divertissement, la priorité est donnée aux types de jeux et d'activités qui nécessitent de l'attention et de la concentration: concepteurs, puzzles, lecture, dessin.

Des médicaments pharmacologiques sont prescrits pour soulager les symptômes individuels. Selon les manifestations cliniques, des somnifères (benzodiazépines - nitrazépam, dérivés chlorés), des sédatifs (benzodiazépines - diazépam), des stimulants (méthylphénidate), des tranquillisants (thioridazine), des antidépresseurs (antidépresseurs tricycliques - amitriptyline) peuvent être utilisés. La physiothérapie avec un dysfonctionnement cérébral minimal chez les enfants vise à améliorer le fonctionnement des systèmes nerveux central et périphérique, en maximisant la restauration de leurs fonctions. Le massage le plus couramment utilisé, l'hydrokinésithérapie, la thérapie par l'exercice. Progressivement, des disciplines sportives sont introduites qui nécessitent une coordination des mouvements et de la dextérité: natation, course à pied, ski et vélo.

Prédiction et prévention de la dysfonction cérébrale minimale chez les enfants

Le pronostic pour les enfants atteints de MMD est généralement favorable. Dans 30 à 50% des cas, une «prolifération» de la maladie est observée - à l'adolescence et à l'âge adulte, tous les symptômes disparaissent complètement. Cependant, chez certains patients, certaines manifestations restent à vie. Les troubles mentaux pendant le traitement se produisent rarement. Les personnes atteintes de MMD sont caractérisées par l'impatience, la négligence, une adaptation sociale inadéquate, des problèmes pour former une famille à part entière et acquérir des compétences professionnelles.

La prévention non spécifique de la dysfonction cérébrale minimale chez l'enfant implique l'exclusion de tous les facteurs étiologiques potentiels. Les mesures préventives comprennent une nutrition rationnelle de la mère, le refus de mauvaises habitudes, des visites régulières dans les cliniques prénatales pour surveiller la grossesse et traiter les pathologies concomitantes, un examen complet pour choisir la méthode d'accouchement la plus appropriée.

Le terme «dysfonctionnement cérébral minimal en médecine moderne» n'est apparu qu'au milieu du siècle dernier. Ce syndrome se manifeste par une dérégulation de différents niveaux du système nerveux central. Ces troubles entraînent des modifications du système émotionnel et autonome. Le syndrome peut être diagnostiqué chez l'adulte, mais, dans la grande majorité des cas, il est observé chez l'enfant.

C'est intéressant! Selon certains rapports, le nombre d'enfants présentant une dysfonction cérébrale minimale est de 2%, et avec un autre - 21%. Une telle contradiction suggère qu'il n'y a pas de caractéristique clinique claire de ce syndrome..

Selon les vues des neurologues du 21e siècle, le terme «dysfonctionnement cérébral minimal» n'existe pas et dans la CIM-10 il correspond à un groupe de troubles appelés «troubles du comportement hyperkinétique» sous le code F90.

Mais, plutôt par habitude, les médecins et les patients continuent de fonctionner sur l'ancien concept.

Traitement des dysfonctionnements cérébraux minimaux chez les enfants: le potentiel thérapeutique d'Instenon

Les dysfonctionnements cérébraux minimaux (MMD) chez les enfants sont la forme la plus courante de troubles neuropsychiatriques dans l'enfance. Selon des études nationales et étrangères, l'incidence du MMD chez les enfants d'âge préscolaire et scolaire atteint 5-20%.

À l'heure actuelle, la MMD est considérée comme les conséquences de lésions cérébrales locales précoces, exprimées par l'immaturité liée à l'âge des fonctions mentales supérieures individuelles et leur développement disharmonieux

Avec MMD, il y a un retard dans le rythme de développement des systèmes fonctionnels du cerveau, fournissant des fonctions d'intégration complexes telles que la parole, l'attention, la mémoire, la perception et d'autres formes d'activité mentale supérieure. En termes de développement intellectuel global, les enfants atteints de MMD sont au niveau normal, mais en même temps ils rencontrent des difficultés importantes en matière de scolarisation et d'adaptation sociale

En raison d'une lésion focale, d'un sous-développement ou d'un dysfonctionnement de certaines sections du cortex cérébral, la MMD chez les enfants se manifeste sous la forme d'une altération du développement moteur et de la parole, de la formation de compétences en écriture * (dysgraphie), en lecture (dyslexie), en comptage (dyscalculie). Apparemment, la variante la plus courante du MMD est le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (TDAH).

Le terme «dysfonction cérébrale minimale» s'est généralisé dans les années 1960, lorsqu'il a commencé à être utilisé en relation avec un groupe de différentes conditions d'étiologie et de pathogenèse, accompagné de troubles du comportement et de difficultés d'apprentissage, non associé à un retard général du développement intellectuel. L'utilisation de méthodes neuropsychologiques dans l'étude des troubles comportementaux, cognitifs et de la parole observés chez les enfants atteints de MMD a permis d'établir une relation définitive entre la nature des troubles et la localisation des lésions focales du SNC

Une grande importance appartient aux études dans lesquelles le rôle des mécanismes d'hérédité dans la survenue de MMD a été confirmé

En raison de la variété des manifestations cliniques, de l'hétérogénéité des facteurs sous-jacents à l'étiologie et à la pathogenèse de la MMD, pour la dernière révision de la Classification internationale des maladies CIM-10, recommandée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS, 1994), des critères de diagnostic ont été élaborés pour un certain nombre de conditions précédemment examinées dans le cadre de MMD (tableau. 1). Ainsi, avec l'étude scientifique du MMD, une tendance à leur différenciation en formes distinctes est de plus en plus clairement tracée. Cependant, il convient de noter que dans la pratique clinique, il est souvent nécessaire d'observer chez les enfants une combinaison de symptômes liés non pas à un mais à plusieurs rubriques de diagnostic pour MMD selon la classification ICD-10.

Dynamique liée à l'âge des dysfonctionnements cérébraux minimaux

Une étude de l'histoire montre qu'à un âge précoce, de nombreux enfants atteints de MMD présentent un syndrome d'hyper-excitabilité. Les manifestations d'hyper-excitabilité surviennent plus souvent dans les premiers mois de la vie, dans 20% des cas, elles sont annulées à une date ultérieure (plus de 6 à 8 mois). Malgré le régime et les soins appropriés, une quantité suffisante de nourriture, les enfants sont agités, ils ont un cri déraisonnable. Elle s'accompagne d'une activité motrice excessive, de réactions autonomes sous forme de rougeurs ou de marbrures cutanées, d'acrocyanose, de transpiration accrue, de tachycardie, d'une respiration rapide. Pendant le cri, on peut observer une augmentation du tonus musculaire, des tremblements du menton, des bras, des clones des pieds et des jambes, réflexe spontané de Moreau. Des troubles du sommeil (difficultés d'endormissement prolongées, réveils spontanés fréquents, réveils précoces, tremblements), des difficultés d'alimentation et des troubles gastro-intestinaux sont également caractéristiques. Les enfants prennent mal leurs seins, agités pendant l'alimentation. Parallèlement à une succion altérée, il existe une prédisposition à la régurgitation et en présence de pylorospasme neurogène fonctionnel - des vomissements. La tendance à perdre des selles est associée à une excitabilité accrue de la paroi intestinale, ce qui entraîne un effort.

Dans la plupart des cas, le diagnostic de dysfonctionnement cérébral par un médecin fait peur au patient.

Le terme médical «dysfonction» est un dysfonctionnement d'une fonction dans le corps humain. Dans ce cas particulier, cela indique des problèmes avec le tissu du tronc cérébral.

Il s'agit d'un site anatomique qui contrôle presque tous les processus vitaux du corps. Le tronc régule le rythme cardiaque, la température corporelle, les appareils respiratoires, le traitement des éléments alimentaires, etc..

Étiologie

Les raisons du développement des symptômes du syndrome diencéphalique peuvent être un grand nombre.

Facteurs qui affectent négativement le travail de l'hypophyse et de l'hypothalamus:

  • blessure à la tête fermée,
  • les maladies vasculaires, dans lesquelles le débit sanguin diminue et l'hypoxie cérébrale se développe,
  • processus dégénératifs dans la colonne cervicale,
  • situations stressantes et conflictuelles, traumatisme psychologique, choc, surmenage psycho-émotionnel excessif,
  • néoplasmes dans le cerveau - gliome, méningiome, craniopharyngiome,
  • intoxication chronique par l'alcool, les drogues, la nicotine,
  • risques professionnels - contamination par les gaz, poussières, produits chimiques, toxines, composés volatils,
  • l'influence de composants nocifs pour l'environnement,
  • privation prolongée d'oxygène, comme pour l'étouffement ou la noyade,
  • infection des foyers chroniques - carie, amygdalite, sinusite,
  • infections virales et bactériennes - grippe, paludisme,
  • grossesse,
  • déséquilibre hormonal,
  • grande perte de sang,
  • maladies somatiques chroniques - hypertension, ulcère gastroduodénal, asthme bronchique,
  • traumatisme à la naissance chez l'enfant, hypoxie intra-utérine et malnutrition fœtale, pathologie de la seconde moitié de la grossesse, FPI.

Le principal facteur de pathogénicité du syndrome est l'augmentation de la perméabilité vasculaire. Il assure la pénétration dans le tissu cérébral des microbes et de leurs toxines circulant dans le sang. Les patients développent une méningo-encéphalite ou une arachnoïdite kystique. La conséquence des blessures et des infections est souvent une hydropisie du cerveau, comprimant l'hypothalamus de tous les côtés. En plus des dommages organiques à la région hypothalamique par néoplasme ou inflammation, un trouble fonctionnel d'organe dû à des endocrinopathies ou à un traumatisme mental est possible.

La magnétothérapie comme méthode de traitement optimale

La thérapie magnétique pulsée basse fréquence Biomag est une méthode optimale qui combine plusieurs effets:

  • effet de pharmacothérapie - amélioration de la microcirculation du sang oxygéné et des nutriments dans le système nerveux central;
  • l'effet du traitement de physiothérapie - correction du tonus musculaire, récupération accélérée.

Les bons effets de la magnétothérapie sont documentés même dans des conditions sévères, une mobilité réduite chez les enfants. Il est recommandé de l'appliquer sur toute la région de la colonne vertébrale et de la tête (parties inférieures de la colonne vertébrale → région occipitale → région de la tête). En cas de troubles moteurs, il est conseillé d'ajouter un effet sur la zone affectée. La magnétothérapie est un traitement quotidien et à long terme approprié dans le cadre de soins complets..

Chez l'adulte ayant subi un AVC (après traitement d'une phase aiguë visant à maintenir les fonctions vitales, décongestionnante, thrombolytique, normalisation de la pression artérielle), la magnétothérapie est indiquée dans les phases initiales de rééducation.

En appliquant la magnétothérapie pulsée à basse fréquence Biomag, la stimulation directe des neurones et l'expansion des vaisseaux des précapillaires et des capillaires dans les tissus du SNC endommagés sont obtenues. Cela conduit à une amélioration significative de la microcirculation, à l'apport d'oxygène et de nutriments au cerveau et à un effet décongestionnant. En général, les processus métaboliques s'améliorent, la fonction normale des cellules nerveuses est stimulée et la rééducation physique ciblée s'améliore..

Quels sont les dysfonctionnements

La masse du cerveau est relativement petite, son poids chez un patient adulte est en moyenne d'un kilogramme et demi, cependant, le cerveau gère activement presque tous les processus qui assurent l'activité vitale du corps humain. Dans le même temps, même les moindres violations peuvent sérieusement affecter le développement intellectuel de l'enfant, sa perception émotionnelle, son comportement. Près de vingt pour cent des enfants reçoivent actuellement un diagnostic de dysfonctionnement cérébral minimal. La dysfonction cérébrale est à l'origine de la nature neuropsychique de la manifestation. Plus précisément, elle survient du fait que le système nerveux central est faiblement affecté et est causé par divers facteurs et peut évoluer avec le temps. Une image plus claire est dessinée lorsqu'il est temps pour l'enfant d'aller à l'école. Les facteurs sont essentiellement les suivants:

  • Grossesse grave.
  • À la suite d'une naissance difficile.
  • Infections diverses.
  • Exposition au corps féminin pendant une longue période de substances toxiques;
  • Dans la petite enfance, il y avait un manque de soins.

En plus des raisons ci-dessus, un dysfonctionnement cérébral peut être le résultat d'une lésion cérébrale traumatique que le patient a reçue lors de la chute ou d'un accident, d'un choc, ainsi que d'une maladie infectieuse.

Différentes parties du cerveau sont affectées, et en fonction de quelle partie une lésion ou une déformation s'est formée, des types de pathologies sont distingués. Il peut s'agir de dysfonctionnements cérébraux, c'est:

  • structures diencéphaliques. Responsable de la régulation du sommeil, des processus métaboliques, de l'appétit, de la thermorégulation;
  • structures de tige. Ils sont appelés à être responsables du maintien normal des processus de base de l'activité vitale du patient - tonus musculaire, respiration, appétit;
  • structures moyennes. Ils jouent également un rôle important dans les processus de vie de base et exercent un contrôle sur l'état émotionnel du patient, les fonctions autonomes du système nerveux.
  • dysfonctionnement cérébral minimal. En conséquence, des maux de tête fréquents, une hyperactivité des enfants se produisent et une nervosité accrue se développe. Les patients se plaignent d'un manque de mémoire et de fatigue. Vous pouvez également observer une inhibition du développement, une perte d'attention, des troubles moteurs et de la parole.
  • dysfonction veineuse. En règle générale, cela provoque chez le patient une fatigue accrue et des maux de tête.

Maintenant, plus en détail sur ces divers troubles cérébraux fonctionnels.

Irritation du cortex et des structures diencéphaliques du cerveau

L'irritation est caractérisée par une irritation du cerveau. Selon le site de la lésion, des signes caractéristiques de pathologie se manifestent. Une telle irritation dans la plupart des cas n'est pas une maladie distincte, mais agit comme un symptôme de toute maladie. Il peut s'agir de tumeurs (malignes, bénignes), d'infections, de troubles métaboliques, de circulation sanguine. Leur élimination est réalisée simultanément avec le traitement de la maladie sous-jacente.

La manifestation de la maladie peut être détectée par encéphalographie. Cependant, cela ne suffit pas pour mener un traitement efficace. Il est nécessaire d'identifier la raison pour laquelle ils sont utilisés:

  • tomodensitométrie, IRM;
  • angiographie et autres méthodes instrumentales.

L'irritation, en règle générale, se manifeste dans deux départements - c'est le sous-cortex et le cortex des hémisphères cérébraux. Le premier est représenté par des départements de structures diencéphaliques. La médiane est représentée par: le système limbique, le corps calleux, le septum transparent, les parois du troisième ventricule; tige - coupes du cortex du lobe frontal et temporal; tronc, diencéphale.

À la question du traitement

Le choix du schéma thérapeutique est effectué par le médecin, en tenant compte d'un examen visuel, d'une anamnèse de la maladie et de la vie de la patiente (pour l'enfant, du déroulement de la grossesse chez la mère et de la nature de l'accouchement), des résultats de méthodes de recherche instrumentale, souvent prescrites en dynamique.

De plus, le diagnostic neuropsychologique est important pour le médecin (surtout s'il y a des troubles de la parole). Certaines méthodes de traitement sont de nature individuelle et comprennent des orientations neuropsychologiques et pédagogiques.

Si les premiers stades du traitement n'ont pas donné de résultat positif, des médicaments sont prescrits, dont les principaux sont les tranquillisants, les psychostimulants, les nootropiques. Bien prouvé dans le traitement des amphitamines (Ritalin, amitriptyline).

Le traitement des enfants doit être effectué dans le contexte d'une lutte complète contre la maladie au sein de la famille. Ce sont des moments de régime, rester au grand air, communiquer, développer des activités, des loisirs intéressants et informatifs. En cas de plaintes concomitantes, le médecin peut prescrire un traitement symptomatique. Cependant, il est possible que ces symptômes disparaissent à mesure que la cause sous-jacente est traitée..

Le diagnostic de «dysfonctionnement des structures moyennes» peut être qualifié d'actualité, car il contient clairement une désignation de la place d'un changement pathologique dans le cerveau. On peut entendre une telle opinion qu'elle ne reflète pas le tableau clinique de la maladie, car la nature du cerveau est de plus en plus connue chaque jour. Et un tel diagnostic, comme, par exemple, «dysfonctionnement cérébral minimal», ainsi que «dysfonctionnement sous-cortical», est absent du tout dans la dixième classification internationale des maladies. Le temps nous le dira, mais aujourd'hui, pour les neurologues, ce concept reflète la cause de certaines manifestations cliniques et donne le droit de prescrire le traitement approprié.

Dysfonctionnement des systèmes de régulation du cerveau

Dans l'ICD, un tel diagnostic n'existe pas, par conséquent, des clarifications supplémentaires sont nécessaires. Il existe de nombreux systèmes de régulation, les pathologies de ces systèmes n'en sont pas moins. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer le diagnostic exact. De nombreuses pathologies peuvent être attribuées à cette catégorie, en particulier la démence vasculaire, la maladie d'Alzheimer, la maladie de Pick et autres.

Les symptômes dépendent du système et de la zone endommagés. Par exemple, avec des dommages à la région postérieure, des crises apparaissent accompagnées d'hyperkinésie. Des sensations similaires couvrent d'autres parties du corps..

Avec des dommages au corps inverse, des convulsions se produisent. Ils commencent d'un côté du corps, font le tour de tout le corps, une perte de conscience se produit.

Si la zone opératoire est endommagée, des mouvements de déglutition incontrôlés constants se développent. Les dommages au gyrus central conduisent au développement d'une attaque d'épilepsie. Tout d'abord, les muscles faciaux souffrent, des hallucinations apparaissent. Dommages au lobe temporal - principalement des hallucinations de nature olfactive, ainsi que des dysfonctionnements visuels. Si aucun symptôme de dommage local n'est détecté, un dommage diffus aux structures de régulation est diagnostiqué..

Dysfonctionnement des structures hypothalamiques du cerveau

L'hypothalamus est l'élément principal qui assure la régulation des structures de base du corps. Il est entièrement responsable du contrôle des troubles autonomes, endocriniens et trophiques dans le corps. Plusieurs départements sont structurellement distingués, chacun remplissant une fonction strictement définie. Le lien principal est noté entre l'hypothalamus et l'hypophyse. Cette connexion s'effectue à travers le système endocrinien et les arcs réflexes. Il y a une accumulation progressive d'hormones. Ce processus est appelé neurocrinia. Par conséquent, avec tout dommage, un déséquilibre se développe et l'état fonctionnel est perturbé. Dans ce cas, l'intensité de l'apport sanguin capillaire change. Une vascularisation peut se produire, dans laquelle la circulation sanguine augmente, la perméabilité des vaisseaux sanguins augmente considérablement. Cela garantit le mouvement intensif des substances selon les lois de diffusion.

L'hypothalamus a des liens bilatéraux étroits avec le cortex cérébral, les structures sous-corticales et les tiges. Grâce à ce site, l'homéostasie est maintenue avec succès - la constance de l'environnement externe et interne. Il permet également une adaptation aux conditions changeantes. L'hypothalamus joue un rôle crucial à cet égard. La violation de l'activité normale de l'hypothalamus peut être due à une infection bactérienne et virale, une intoxication, une lésion cérébrale traumatique. Si un changement brusque de pression se produit ou si le niveau de liquide change, le ventricule et les noyaux hypothalamiques peuvent être endommagés. Des blessures similaires se développent sur le fond du cancer.

En plus des blessures anatomiques, la cause du dysfonctionnement peut également être des troubles mentaux, des pathologies endocriniennes et une immunité réduite. Ainsi, un traumatisme mental prolongé, un effet constant des facteurs de stress sur le corps, peut entraîner une perturbation des fonctions de l'hypothalamus. Dans ce cas, des dommages peuvent survenir immédiatement après l'exposition à des facteurs négatifs, ou quelque temps après cette exposition. Les symptômes sont caractérisés par un haut degré de polymorphisme. Cela est dû à la variété des fonctions qui sont régulées par tout un département du cerveau. Une somnolence accrue ou une insomnie prolongée, une fréquence cardiaque rapide, des difficultés respiratoires peuvent apparaître. Les manifestations peuvent être combinées de différentes manières entre elles, ce qui détermine la nature spécifique des manifestations cliniques..

Divers troubles neuro-endocriniens et neurodystrophiques se développent. La peau et les muscles sont endommagés. Traitement étiologique, visant à éliminer la cause de la pathologie. Un traitement conservateur et radical est utilisé. Donc, si la cause était une tumeur, elle est retirée chirurgicalement. Avec une infection bactérienne prononcée, une antibiothérapie est utilisée, avec une infection virale - une thérapie antivirale. La thérapie étiologique vise également à éliminer les effets de diverses blessures, à restaurer les zones endommagées..

Pathogénétique - pour normaliser le ton. L'utilisation de médicaments antispasmodiques, bloqueurs de ganglions est recommandée. Vitamines appliquées, traitement aux antidépresseurs, tranquillisants. Les techniques de psychothérapie ont un effet positif..

Troubles veineux

Apparaissent à la suite d'une insuffisance circulatoire dans l'insuffisance cardiaque, en raison de la pression exercée sur les veines par un néoplasme en croissance ou en cas de blessures à la tête à la suite de blessures et pendant l'accouchement.

Les symptômes de ce type de violation peuvent être des signes tels que:

  • l'apparition d'une teinte bleuâtre de la peau du visage;
  • la formation d'un œdème dans la zone de localisation des tissus mous du visage;
  • l'apparition d'évanouissements et d'évanouissements;
  • les migraines qui ont une nature pulsatoire et apparaissent à la suite de coups de bélier associés à des changements de conditions météorologiques;
  • incidence accrue de noircissement dans les yeux;
  • migraines qui sont de nature terne et surviennent le matin;
  • envie de nausées et de vomissements;
  • activité minimale dans la première moitié de la journée.

MMD et autres types de dysfonctionnements cérébraux

Par rapport au reste du corps, la masse du cerveau est petite, son poids moyen chez un adulte est de 1,5 kg. Cependant, cela ne l'empêche pas de contrôler la plupart des processus qui sont responsables de la viabilité du corps.

Malgré son importance, le cerveau est très vulnérable. Même de petites violations pendant l'accouchement peuvent affecter considérablement le développement de l'enfant, sa vision du monde, son état émotionnel

Aujourd'hui, un diagnostic de dysfonctionnement cérébral minimal (MMD) est posé chez environ 25% des patients pédiatriques. Les violations se manifestent à la fois dans les domaines neurologiques et psychologiques.

Les symptômes les plus prononcés se manifestent à l'âge scolaire, lorsque l'enfant va à l'école. Le résultat est des maux de tête fréquents, une mobilité excessive et une hyperactivité chez les enfants, un niveau élevé de nervosité. La plupart des enfants parlent de mauvaise mémoire et de fatigue. Il y a souvent des problèmes de développement, une mauvaise concentration, des habiletés motrices et de la parole.

  • naissance difficile;
  • la grossesse était difficile;
  • maladies infectieuses;
  • effets à long terme des toxines sur le corps de la femme;
  • soins aux enfants inadéquats dans la petite enfance.

Les violations peuvent également être causées par une lésion cérébrale traumatique, qui a été déclenchée par un coup, un accident, une ecchymose, une maladie..

Chez l'adulte, diverses parties du cerveau peuvent être affectées négativement. Un dysfonctionnement cérébral peut être détecté dans:

  • structures diencéphaliques - contrôlent les processus métaboliques, le sommeil, la température, l'appétit d'une personne;
  • tissus de la tige - sont responsables de la régulation des principaux processus de maintien de la vie humaine, de l'appétit, du tonus des fibres musculaires et de la respiration;
  • structures moyennes - participer aux processus de la vie, contrôler le fond émotionnel du corps, les processus autonomes de la NS;
  • veineux - dont les symptômes les plus visibles sont une fatigue intense et des maux de tête.

Dysfonctionnement de la moelle osseuse

Cela implique diverses violations de l'état fonctionnel du cerveau. Le plus souvent, elle se manifeste sous forme d'anémie aplasique, mais il existe d'autres types de troubles fonctionnels. Il est souvent génétiquement déterminé ou se produit dans un contexte de maladies auto-immunes, une violation de la production de cytokines. Il peut être la conséquence d'une intoxication grave par divers poisons, produits chimiques et se développe également dans le contexte de nombreuses maladies infectieuses, de dysfonctionnement hépatique et rénal. Il se développe à la suite d'une transfusion sanguine, d'une transplantation d'organe, d'une chimiothérapie et de médicaments immunosuppresseurs utilisés après la transplantation.

Normalement, la moelle osseuse est responsable de la synthèse des structures de la tige, qui se différencient ensuite en diverses structures typologiques qui remplissent leurs fonctions strictement définies. La plupart du temps, ils se différencient en globules rouges, plaquettes, globules blancs, chacun remplissant des fonctions strictement définies dans le corps. Mais en violation de l'état fonctionnel normal de la moelle osseuse, ce processus est perturbé. Elle se manifeste par une hypo- ou acellularité de la moelle osseuse, dans laquelle se développent une anémie, une thrombocytopénie et une neutropénie. Souvent, la suppression de l'érythropoïèse se produit, peut-être même le développement de tumeurs et de fibrose. Cela entraîne de graves troubles circulatoires, de graves maladies du sang.

Dans ce cas, la pathologie principale est le plus souvent caractérisée par une anémie aplasique. Dans cette condition, la moelle osseuse ne produit pas suffisamment de cellules sanguines. La coagulabilité et d'autres propriétés sanguines, les fonctions de protection sont considérablement réduites. À la suite d'une diminution du nombre de globules blancs, une violation du système immunitaire se produit et la capacité du corps à résister aux infections diminue. Le corps ne reçoit pas suffisamment d'oxygène. L'hypoxie se développe, l'hypercapnie se développe progressivement. Cela ne fait qu'exacerber la pathologie..

La prévision est défavorable. La récupération de la moelle osseuse est extrêmement rare, mais si cela se produit, des infections répétées se développent qui menacent la vie, d'autres pathologies. Si la moelle osseuse ne parvient pas à récupérer, une greffe est nécessaire. D'autres traitements comprennent des transfusions sanguines et des antibiotiques..

Avec une forme de dysfonctionnement telle que l'érythrémie, trop de globules rouges se développent dans le sang. En conséquence, le sang devient plus épais, ce qui augmente considérablement le risque de thrombose. En conséquence, la probabilité de crises cardiaques et d'accidents vasculaires cérébraux augmente. Parfois, vous devez recourir à l'élimination hebdomadaire de l'excès de sang des vaisseaux sanguins, qui se poursuit jusqu'à ce que la quantité de globules rouges dans le sang soit normalisée. L'érythrémie n'est la norme que pour les personnes vivant à haute altitude, en raison de la nécessité de compenser le manque d'oxygène dans l'air. Avec la pathologie, cette condition survient dans un contexte de maladies pulmonaires et cardiaques chroniques. La pathologie de la moelle osseuse est indiquée par un visage rouge, des yeux injectés de sang, avec une hypertrophie excessive des vaisseaux sanguins, des maux de tête, des acouphènes, une vision trouble.

Une autre violation de la fonction de la moelle osseuse est la myélofibrose, dans laquelle la moelle osseuse est remplacée par du tissu cicatriciel. Parallèlement, l'anémie et les saignements se développent, car le cerveau rouge ne produit pas un nombre suffisant de globules rouges et de plaquettes. Cela conduit au développement d'une fatigue accrue, d'une faiblesse. La cause exacte de la pathologie n'a pas encore été identifiée. Les transfusions sanguines et les médicaments sont utilisés pour contrôler les symptômes..

La myélodysplasie est également considérée comme un dysfonctionnement de la moelle épinière et de la moelle osseuse. Cette condition peut être caractérisée comme un développement cérébral insuffisant, est une pathologie congénitale. Le plus souvent observé chez les personnes âgées. Pour le traitement, la transfusion sanguine et la chimiothérapie sont utilisées. La greffe de moelle osseuse est utilisée pour les jeunes patients..

Une autre forme de dysfonctionnement cérébral est un trouble de la coagulation qui survient principalement après la chimiothérapie. Cela entraîne une modification du nombre de plaquettes, et elles sont connues pour être responsables de la coagulation sanguine normale et arrêter les saignements

Pendant la chimiothérapie, il est important de surveiller en permanence les indicateurs quantitatifs des plaquettes dans le sang (sa forte diminution est associée au développement de saignements). Avec une numération plaquettaire critique, une transfusion sanguine urgente est nécessaire

Conclusion

Si une personne entre dans la salle avec une blessure à la tête dans laquelle une perturbation ou une perte de conscience se produit, ainsi qu'une insuffisance respiratoire et la circulation sanguine, cette condition est susceptible d'indiquer des dommages aux structures cérébrales.

Si une personne cherche de l'aide pour les symptômes d'un trouble de la conscience, des crises convulsives, mais en l'absence de traumatisme crânien, cela indique également une violation de l'activité des structures cérébrales. Dans ce cas, tout d'abord, des diagnostics EEG sont effectués, ce qui vous permettra de voir des signes d'irritation de la tige cérébrale (excitation).

La tâche principale du médecin est d'établir avec précision la cause de l'excitation pathologique. Dans ce cas, le patient est envoyé pour une IRM ou une tomodensitométrie, qui révèlera une structure cérébrale éventuellement compressive, une tumeur. Cette pathologie est courante et représente un danger grave et nécessite le plus souvent une intervention chirurgicale..