Principal / Accident vasculaire cérébral

Adénome hypophysaire

Accident vasculaire cérébral

L'adénome hypophysaire est une tumeur bénigne de l'hypophyse antérieure.

L'hypophyse est une petite structure cérébrale qui contrôle les glandes endocrines par la production de ses propres hormones. L'adénome hypophysaire peut être hormonal actif et inactif. Les symptômes cliniques de la maladie dépendent de ce fait, ainsi que de la taille de la tumeur, de la direction et de la vitesse de sa croissance..

Les principales manifestations de l'adénome hypophysaire peuvent être des problèmes de vision, une altération du fonctionnement de la glande thyroïde, des glandes sexuelles, des glandes surrénales, une croissance ralentie et une proportionnalité de certaines parties du corps. Parfois, la maladie est asymptomatique.

Ce que c'est?

En termes simples, l'adénome hypophysaire est un néoplasme de l'hypophyse qui peut se manifester par divers symptômes cliniques (troubles endocriniens, ophtalmiques ou neurologiques) ou, dans certains cas, être asymptomatique. Il existe un grand nombre d'espèces de cette tumeur..

Les caractéristiques de l'adénome appartiennent à quel groupe - manifestations pathologiques, méthodes de diagnostic et de traitement.

Raisons du développement

Les causes exactes de la formation de l'adénome hypophysaire n'ont pas encore été établies en neurologie. Cependant, il existe des hypothèses qui prouvent l'apparition d'une tumeur en raison de phénomènes infectieux dans le système nerveux, de lésions cérébrales traumatiques et des effets négatifs de divers facteurs sur le fœtus. Les neuroinfections les plus dangereuses pouvant conduire à la formation de tumeurs comprennent la neurosyphilis, la tuberculose, la brucellose, l'encéphalite, la poliomyélite, l'abcès cérébral, la méningite, le paludisme cérébral.

La neurologie fait actuellement l'objet de recherches dont le but est d'établir un lien entre la formation de l'adénome hypophysaire et la prise de contraceptifs oraux par les femmes. Les scientifiques explorent également une hypothèse qui prouve qu'une tumeur peut apparaître en raison d'une stimulation hypothalamique accrue de l'hypophyse. Ce mécanisme d'apparition du néoplasme est souvent observé chez les patients atteints d'hypogonadisme primaire ou d'hypothyroïdie..

Classification

Les adénomes hypophysaires sont classés comme hormonaux actifs (produisent des hormones hypophysaires) et hormonaux inactifs (ne produisent pas d'hormones).

En fonction de l'hormone produite en excès, les adénomes hypophysaires hormono-actifs sont divisés en:

  • prolactine (prolactinomes) - se développent à partir de prolactotrophes, se manifestent par une production accrue de prolactine;
  • gonadotrophines (gonadotropinomes) - développées à partir de gonadotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormones lutéinisantes et stimulantes folliculaires;
  • hormones de croissance (hormones de croissance) - se développent à partir de somatotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormone de croissance;
  • corticotropes (corticotropinomes) - se développent à partir de corticotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormone adrénocorticotrope;
  • thyrotropes (thyrotropinomes) - se développent à partir de thyrotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormone thyrotrope.

Si un adénome hypophysaire hormonalement actif sécrète deux hormones ou plus, il est classé comme mixte..

Les adénomes hypophysaires hormonaux inactifs sont divisés en oncocytomes et adénomes chromophobes.

Selon la taille:

  • picoadénome (diamètre inférieur à 3 mm);
  • microadénome (diamètre ne dépassant pas 10 mm);
  • macroadénome (diamètre supérieur à 10 mm);
  • adénome géant (40 mm ou plus).

Selon le sens de croissance (par rapport à la selle turque), les adénomes hypophysaires peuvent être:

  • endosellaire (croissance d'une tumeur dans la cavité de la selle turque);
  • Infrasellaire (la propagation du néoplasme est plus faible, l'atteinte du sinus sphénoïde);
  • suprasellaire (tumeur se propageant);
  • rétrocellulaire (croissance d'un néoplasme en arrière);
  • latéral (néoplasme étendu sur les côtés);
  • antésellaire (croissance tumorale antérieure).

Lorsque le néoplasme se propage dans plusieurs directions, il est appelé en fonction des directions dans lesquelles la croissance tumorale se produit.

Symptômes

Les signes par lesquels l'adénome hypophysaire peut se manifester varient selon le type de tumeur..

Le microadénome hormonalement actif se manifeste par des troubles endocriniens, et inactif peut exister pendant plusieurs années jusqu'à ce qu'il atteigne une taille significative ou soit accidentellement détecté lors de l'examen pour d'autres maladies. 12% des personnes ont des microadénomes asymptomatiques.

Le macroadénome se manifeste non seulement par l'endocrine, mais également par des troubles neurologiques provoqués par la compression des nerfs et des tissus environnants.

Prolactinome

La tumeur hypophysaire la plus courante survient dans 30 à 40% de tous les adénomes. En règle générale, la taille des prolactinomes ne dépasse pas 2 à 3 mm. Il est plus fréquent chez les femmes que chez les hommes. Elle se manifeste par des signes tels que:

  • irrégularités menstruelles chez la femme - cycles irréguliers, allongement du cycle pendant plus de 40 jours, cycles anovulatoires, absence de menstruations
  • galactorrhée - libération continue ou périodique de lait maternel (colostrum) des glandes mammaires, non associée à la période post-partum
  • incapacité à devenir enceinte en raison d'un manque d'ovulation
  • chez les hommes, le prolactinome se manifeste par une diminution de la puissance, une augmentation des glandes mammaires, une dysfonction érectile, une altération de la formation des spermatozoïdes, conduisant à l'infertilité.

Hormone de croissance

Il représente 20 à 25% du nombre total d'adénomes hypophysaires. Chez les enfants, la fréquence d'apparition est troisième après les prolactinomes et les corticotropinomes. Il se caractérise par des niveaux élevés d'hormone de croissance dans le sang. Signes d'hormones de croissance:

  • chez les enfants, il manifeste des symptômes de gigantisme. L'enfant gagne rapidement du poids et de la taille, en raison de la croissance uniforme des os en longueur et en largeur, ainsi que de la croissance du cartilage et des tissus mous. En règle générale, le gigantisme commence dans la période prépubère, un certain temps avant le début de la puberté et peut progresser jusqu'à la fin de la formation du squelette (jusqu'à environ 25 ans). Le gigantisme est considéré comme une augmentation de la taille des adultes de 2 à 2,05 m.
  • si le somatotropinome s'est produit à l'âge adulte, il se manifeste par des symptômes d'acromégalie - une augmentation des brosses, des pieds, des oreilles, du nez, de la langue, des changements et un grossissement des traits du visage, l'apparition d'une croissance accrue des cheveux, de la barbe et de la moustache chez les femmes, des irrégularités menstruelles. Une augmentation des organes internes entraîne une violation de leurs fonctions.

Corticotropinome

Il survient dans 7 à 10% des adénomes hypophysaires. Elle se caractérise par une production excessive d'hormones du cortex surrénalien (glucocorticoïdes), c'est ce qu'on appelle la maladie d'Itsenko-Cushing.

  • Obésité de type "cushingoïde" - il y a une redistribution de la couche de graisse et des dépôts de graisse dans la ceinture scapulaire, sur le cou, dans les zones supraclaviculaires. Le visage prend une forme ronde "en forme de lune". Les extrémités deviennent plus minces en raison de processus atrophiques dans le tissu sous-cutané et les muscles..
  • troubles cutanés - vergetures rose-violet (stries) sur la peau de l'abdomen, de la poitrine, des hanches; pigmentation accrue de la peau des coudes, des genoux, des aisselles; sécheresse et desquamation accrues de la peau
  • hypertension artérielle
  • les femmes peuvent avoir des irrégularités menstruelles et un hirsutisme - augmentation de la pilosité cutanée, croissance de la barbe et de la moustache
  • chez les hommes, une diminution de la puissance est souvent observée

Gonadotropinome

Il est rare parmi les adénomes hypophysaires. Elle se manifeste par des violations du cycle menstruel, plus souvent l'absence de menstruations, une diminution de la fonction reproductrice chez les hommes et les femmes, dans le contexte d'organes génitaux externes et internes réduits ou absents.

Thyrotropinome

Il est également très rare, dans seulement 2 à 3% de l'adénome hypophysaire. Ses manifestations varient selon que cette tumeur est primaire ou secondaire.

  • les thyrethropinomes primaires sont caractérisés par les effets de l'hyperthyroïdie - perte de poids, tremblements des extrémités et de tout le corps, yeux exorbités, mauvais sommeil, augmentation de l'appétit, augmentation de la transpiration, hypertension artérielle, tachycardie.
  • pour le thyrotropinome secondaire, c'est-à-dire qui est survenu en raison d'une fonction thyroïdienne réduite de longue date, l'hypothyroïdie est caractéristique - gonflement du visage, lenteur de la parole, gain de poids, constipation, bradycardie, peau sèche et squameuse, voix rauque, dépression.

Manifestations neurologiques de l'adénome hypophysaire

  • déficience visuelle - vision double, strabisme, diminution de l'acuité visuelle dans un ou les deux yeux, champs visuels limités. Des adénomes importants peuvent conduire à une atrophie complète du nerf optique et à la cécité
  • maux de tête qui ne sont pas accompagnés de nausées, ne changent pas avec un changement de position corporelle, ne s'arrêtent souvent pas avec des analgésiques
  • congestion nasale due à la germination dans le bas de la selle turque

Symptômes d'insuffisance hypophysaire

Une insuffisance hypophysaire peut se développer en raison de la compression du tissu hypophysaire normal. Symptômes

  • hypothyroïdie
  • insuffisance surrénalienne - fatigue, hypotension artérielle, évanouissement, irritabilité, douleurs musculaires et articulaires, altération du métabolisme des électrolytes (sodium et potassium), hypoglycémie
  • une diminution du niveau d'hormones sexuelles (œstrogènes chez la femme et testostérone chez l'homme) - infertilité, diminution de la libido et de l'impuissance, diminution de la pousse des cheveux chez l'homme sur le visage
  • chez les enfants, un manque d'hormone de croissance entraîne un retard de croissance et de développement

Symptômes psychiatriques

Ces symptômes de l'adénome hypophysaire sont causés par une modification du fond hormonal dans le corps. Irritabilité, instabilité émotionnelle, larmoiement, dépression, agressivité, apathie peuvent être observés..

Diagnostique

Malgré une telle variété de manifestations cliniques, on peut dire que le diagnostic de l'adénome hypophysaire est une entreprise assez difficile..

Cela est principalement dû à la non-spécificité de nombreuses plaintes. De plus, les symptômes de l'adénome hypophysaire obligent les patients à se tourner vers divers spécialistes (ophtalmologiste, gynécologue, thérapeute, pédiatre, urologue, sexologue et même psychiatre). Et loin d'être toujours un spécialiste étroit peut soupçonner cette maladie. C'est pourquoi les patients présentant des plaintes similaires non spécifiques et polyvalentes sont soumis à l'examen de plusieurs spécialistes. De plus, le diagnostic d'adénome hypophysaire facilite les tests sanguins pour les hormones. Une diminution ou une augmentation d'un certain nombre d'entre elles en combinaison avec des plaintes existantes aide le médecin à déterminer le diagnostic.

Auparavant largement utilisé dans le diagnostic de l'adénome hypophysaire était la radiographie de la selle turque. L'ostéoporose révélée et la destruction de l'arrière de la selle turque, le contour de son bas ont servi et servent toujours de signes fiables d'adénome. Cependant, ce sont déjà des symptômes tardifs de l'adénome hypophysaire, c'est-à-dire qu'ils apparaissent déjà avec une période significative d'existence de l'adénome.

Une imagerie par résonance magnétique du cerveau est une méthode moderne, plus précise et antérieure de diagnostic instrumental, par rapport à la radiographie. Cette méthode vous permet de voir l'adénome et plus l'appareil est puissant, plus ses capacités de diagnostic sont élevées. Certains microadénomes hypophysaires, en raison de leur petite taille, peuvent ne pas être reconnus même avec l'imagerie par résonance magnétique. Le diagnostic de microadénomes non hormonaux à croissance lente, qui peuvent ne pas se manifester du tout, est particulièrement difficile.

Traitement de l'adénome hypophysaire

Différentes méthodes sont utilisées pour traiter l'adénome, dont le choix dépend de la taille du néoplasme et de la nature de l'activité hormonale. À ce jour, de telles approches sont appliquées:

  1. Observation. Avec les tumeurs hypophysaires, qui sont petites et hormonales inactives, les médecins choisissent une tactique attentiste. Si l'éducation augmente, un traitement approprié est alors prescrit. Si l'adénome n'affecte pas l'état du patient, l'observation continue.
  2. Thérapie médicamenteuse. La prescription de médicaments à un patient atteint d'une tumeur hypophysaire est indiquée pour éliminer les symptômes de la maladie et améliorer la santé. À cette fin, le médecin prescrit des médicaments fortifiants et des complexes vitaminiques. Un traitement conservateur est indiqué pour les petites tumeurs. La sélection des médicaments dépend également du type de tumeur. Avec les somatotropinomes, des agonistes de la somatostatine (somatuline et sandostatine) sont prescrits, avec des prolactinomes, des agonistes de la dopamine et des préparations d'ergoline, avec des corticotropinomes, des bloqueurs de la stéroïdogenèse (nizoral, mammammite, orimétine).
  3. Traitement radiochirurgical. Il s'agit d'une méthode de radiothérapie moderne et très efficace, basée sur la destruction de la tumeur par radiation, sans effectuer de procédures chirurgicales.
  4. Opération. L'ablation chirurgicale de l'adénome hypophysaire est la méthode de traitement la plus efficace, mais en même temps traumatisante. Les spécialistes ont deux options d'accès: par les voies nasales et en ouvrant la cavité crânienne. Le premier accès est préférable, mais uniquement utilisé pour les petits adénomes.

Souvent, pour le traitement de l'adénome hypophysaire, il est nécessaire de combiner plusieurs de ces techniques pour obtenir le résultat souhaité..

Prévision pour la vie

L'adénome hypophysaire fait référence à des néoplasmes bénins, cependant, avec une augmentation de taille, il, comme d'autres tumeurs cérébrales, prend une évolution maligne en raison de la compression des formations anatomiques environnantes. La taille de la tumeur détermine également la possibilité de son élimination complète. L'adénome hypophysaire d'un diamètre supérieur à 2 cm est associé à la probabilité de rechute postopératoire, qui peut survenir dans les 5 ans suivant l'ablation..

Le pronostic de l'adénome dépend également de son type. Ainsi, avec les microcorticotropinomes chez 85% des patients, il y a une restauration complète de la fonction endocrinienne après un traitement chirurgical. Chez les patients atteints de somatotropinome et de prolactinome, ce chiffre est nettement inférieur - 20-25%. Selon certains rapports, en moyenne, après un traitement chirurgical, une récupération est observée chez 67% des patients, et le nombre de rechutes est d'environ 12%.

Dans certains cas, avec une hémorragie dans l'adénome, l'auto-guérison se produit, ce qui est le plus souvent observé avec les prolactinomes.

Microadénome hypophysaire cérébral: traitement, pronostic

Ce que c'est

Microadénome hypophysaire - une tumeur bénigne ou une prolifération de tissu glandulaire, qui provoque une augmentation de la taille de la glande entière. Cela ressemble à un macroadénome. Mais le premier ne dépasse généralement pas 10 mm. Le second atteint 5 cm ou plus.

La maladie survient chez les femmes et les hommes. Mais chez les femmes, surtout à un jeune âge, il est diagnostiqué plus souvent. Cela est dû au fait que dans certaines périodes de leur vie, l'hypophyse connaît une charge accrue (grossesse, allaitement, accouchement).

Souvent, le microadénome ne se manifeste pas. Par conséquent, déterminer sa présence est très difficile. Habituellement trouvé lors d'un examen général du corps.

Classification de la pathologie

Le système de classification des microadénomes est assez étendu. Classiquement, ils sont divisés en 2 grands groupes: hormonalement inactifs (25% des cas) et hormonalement actifs. Il existe plusieurs raisons de se diviser en sous-espèces. L'un d'eux est les caractéristiques histologiques. Selon eux, la tumeur est divisée en 4 types:

Acidophile. Responsable de la production d'hormone de croissance (somatotropine) et de prolactine. Il peut se transformer en néoplasme malin. Provoque une érosion vasculaire et une hémorragie.

Basophile. Il produit 4 types d'hormones: adrénocorticotrope, folliculo-stimulante, lutéinisante et thyrotrope.

Chromophobe. Ce type de microadénome conduit au développement de tumeurs gonadotropes, lactotropes et thyrotropes. Dans certains cas, il se développe dans le tissu cérébral entourant l'hypophyse. Pour cette raison, la compression du nerf optique se produit, ce qui est lourd de déficience visuelle.

Mixte. Il se développe immédiatement à partir de plusieurs adénocytes. Il produit non pas une, mais 2 hormones ou plus.

Il existe également un microadénome kystique. C'est une formation de cavité remplie de fluide. Il peut être localisé dans n'importe quelle partie de la glande. Il existe d'autres types de tumeurs..

Prolactinome

Il se développe à partir de cellules qui synthétisent l'hormone prolactine. Il ne grandit pas plus de 2-3 mm. Elle provoque le développement de la gynécomastie et de l'impuissance chez l'homme. Chez la femme, elle entraîne des irrégularités menstruelles, un manque d'ovulation et une galactorrhée (production de lait sans donner naissance à un bébé).

Hormone de croissance

Il produit une grande quantité d'hormone de croissance, à cause de laquelle l'acromégalie se développe. Cette maladie se caractérise par une augmentation des parties du corps. Il peut s'agir de pinceaux, de pieds, de doigts et même de traits du visage. Chez les enfants, l'acromégalie se manifeste par la croissance du corps en longueur. Dans les deux cas, le diabète sucré secondaire et l'hypertension artérielle se développent avec le temps. Des excroissances se forment sur les os, qui peuvent dégénérer en tumeurs malignes..

Adénocarcinome

Il s'agit d'une formation maligne qui se forme le plus souvent dans le lobe antérieur. Elle se caractérise par la propagation rapide de métastases et de cellules tumorales atypiques qui s'installent dans d'autres tissus et provoquent la croissance de nouvelles tumeurs..

La prévention

Des mesures préventives pour prévenir le développement de microadénomes doivent être prises lors de la planification de la grossesse. Les futurs parents doivent éliminer les mauvaises habitudes, manger rationnellement, être physiquement actifs et éviter les situations stressantes. Après l'accouchement, vous devez protéger le bébé contre les TBI, les neuroinfections et toutes les infections, renforcer l'immunité.

La prévention secondaire revient à prévenir les rechutes et les complications, un examen régulier.

Le travail de l'hypophyse affecte le fonctionnement de tout l'organisme, en particulier la sphère reproductrice. Par conséquent, vous devez vous conformer strictement aux recommandations médicales, assister à des examens professionnels.

Causes du microadénome hypophysaire

Les causes de la tumeur ne sont pas encore exactement comprises. Cependant, les médecins identifient les facteurs externes et internes qui provoquent son apparition.

Les facteurs externes comprennent:

  • diverses blessures au crâne ou au cerveau;
  • les infections
  • troubles du développement au stade embryonnaire;
  • utilisation prolongée de contraceptifs hormonaux;
  • de nombreuses grossesses;
  • avortements.

Des facteurs internes, nous pouvons distinguer:

  • les maladies qui perturbent la glande thyroïde;
  • violations dans le travail des glandes surrénales;
  • diminution de la quantité d'hormones sexuelles;
  • adénomatose héréditaire.

D'autres facteurs qui déclenchent l'apparition du microadénome hypophysaire du cerveau sont:

  • les maladies inflammatoires, par exemple l'encéphalite, l'abcès, la méningite, la tuberculose et la poliomyélite;
  • hypogonadisme primaire;
  • intoxication;
  • dommages à l'hypothalamus, provoquant une stimulation hypophysaire et la formation de tumeurs.

Ces facteurs affectent d'une manière ou d'une autre le fonctionnement de la glande, à la suite de laquelle elle commence à produire plus d'hormones que nécessaire. Pour cette raison, le fond hormonal est perturbé et, par conséquent, le travail de tous les organes et systèmes.

Motifs et classement

Les causes de la maladie ne sont pas exactement connues. Le développement de microadénomes est associé à une violation de la production d'hormones de l'hypothalamus. Les facteurs de libération de cet organe régulent l'activité de l'hypophyse. Une autre version - des mutations génétiques conduisant à la dégénérescence des cellules saines.

De tels facteurs peuvent provoquer la survenue d'une tumeur hypophysaire:

  • inflammation des méninges, abcès;
  • neuroinfection (tuberculose, neurosyphilis);
  • TBI;
  • hypoxie intra-utérine;
  • surcharge psycho-émotionnelle;
  • Dommages au SNC pendant l'accouchement.

Il existe des types d'hormones néoplasiques hypophysaires et inactifs.

Processus néoplasique actifCaractéristique
ProlactinomeLa forme la plus courante. Caractérisé par une sécrétion accrue de prolactine, améliorant la lactation
Hormone de croissanceCroissance excessive de stomatotropine
Microadénome chromophobeLa somatostatine stoppe la croissance
Thyrotropinome hypophysaireProvoque une hypothyroïdie due à une production excessive de thyrotropine.
CorticotropinomeConduit à un dysfonctionnement surrénalien
GonadotropinomeLa tumeur hypophysaire la plus rare entraînant une altération du système reproducteur

Les processus hypophysaires néoplasiques inactifs s'accompagnent d'une insuffisance hypophysaire (hypopituitarisme).

Manifestations de la maladie

Les symptômes du microadénome hypophysaire sont non spécifiques et spécifiques. Le premier groupe comprend les conditions causées par la compression des tissus:

  • maux de tête persistants sur un ou deux côtés;
  • problèmes de vision, en particulier, strabisme et diplopie;
  • vertiges.

Le deuxième groupe comprend des signes qui varient en fonction du type de tumeur.

Prolactinome

Le prolactinome chez la femme se manifeste par les symptômes suivants: irrégularités menstruelles, manque d'ovulation, infertilité, sécrétion de liquide dans la poitrine, diminution de la quantité d'hormones féminines, os cassants, croissance des cheveux au-dessus de la lèvre, sur le dos et l'abdomen, sous-développement des organes féminins, obésité.

Chez les hommes, la prolactine peut être diagnostiquée par le développement de l'impuissance, de l'infertilité, de la gynécomastie, de l'instabilité émotionnelle..

Hormone de croissance

Ces microadénomes se caractérisent par une augmentation des organes internes, des parties du visage, des pieds et des mains. Lorsqu'il apparaît, le diabète et l'ostéoarthrose déformante se développent, la pression artérielle augmente.

Complications possibles

Les microadénomes se développent extrêmement lentement et sont peu préoccupants. Cependant, l'hyperplasie de leurs tissus conduit progressivement au fait que les structures adjacentes commencent à se comprimer. En conséquence, cela peut provoquer des troubles neurologiques, jusqu'à l'épilepsie, une déficience visuelle. La pathologie se manifeste également par des maux de tête, une augmentation de la pression artérielle, un changement de poids, une diminution de la libido. Tout cela affecte négativement la vie personnelle et professionnelle et peut donc entraîner des problèmes psychologiques. Les complications du microadénome sont dangereuses, telles que:

    Renaissance kystique
    . Un kyste conduit à l'apparition fréquente de maux de tête sévères, à une augmentation déraisonnable de la pression artérielle, à un changement de la psyché.

  • Hémorragie
    . Son apparence est indiquée par une vive douleur dans la tête, une détérioration soudaine de la vision. Les hémorragies surviennent le plus souvent avec des prolactinomes.
  • L'hémorragie est une complication dangereuse de l'adénome, mais dans la plupart des cas, elle ne mène pas à la mort. Des cas d'auto-guérison des patients après saignement dans le tissu adénomateux ont été enregistrés.

    L'absence de traitement de l'adénome progressif peut conduire à la cécité

    Le traitement rapide des adénomes, survenant avec un dysfonctionnement du travail des analyseurs visuels, aide à restaurer la vision plus tard.

    Diagnostique

    Avec le microadénome, les symptômes prononcés sont rarement présents. Par conséquent, dans la plupart des cas, il est détecté par accident, par exemple lors d'un examen de routine. Il s'agit généralement de tomodensitométrie (avec et sans contraste).

    Les images CT montrent la taille de la tumeur, sa localisation et les processus inflammatoires. Si la procédure est réalisée à l'aide d'un produit de contraste, il devient possible d'obtenir des informations plus complètes sur l'adénome lui-même et sur les tissus environnants.

    En plus de la tomodensitométrie, une angiographie (étude des vaisseaux sanguins) du cerveau doit être effectuée. S'il y a des problèmes de vision, le médecin prescrit une vérification du fond d'œil. Très souvent, lorsqu'un microadénome se forme, le patient ressent une douleur dans les yeux.

    Une partie intégrante de l'examen est un test sanguin pour les hormones. Il est important de déterminer le niveau de plusieurs d'entre eux, le niveau de plusieurs d'entre eux:

    cortisol, prolactine, somatotropine, thyrotropine, thyroxine, triiodothyronine, stimulant les follicules et lutéinisant.

    Par l'état du fond hormonal, il est possible de déterminer quel type de tumeur s'est formée.

    Le médecin établit un plan de traitement uniquement lorsque les résultats de toutes les études et tests sont reçus.

    Symptômes dans lesquels s'exprime l'adénome hypophysaire, diagnostic

    Il est important de comprendre que les symptômes de la pathologie dépendent du type d'adéna qu'une femme a rencontré..

    Aux premiers stades de développement, les pathologies ne se manifestent pas et sont généralement détectées par hasard: le plus souvent avec un examen ophtalmologique ou des tests hormonaux réussis.

    Des différences tangibles ont des signes

    hormonaux actifs (qui changent le fond hormonal, stimulant la production d'une certaine hormone) et tumeurs inactives:

    • Si hormonal actif
      microadénome hypophysaire, les symptômes chez la femme s'expriment exclusivement par des changements dans la concentration d'une hormone spécifique;
    • Hormone inactive
      les formations se traduisent par une détérioration progressive mais constante de la vision, des épisodes prolongés de maux de tête.

    Si vous trouvez la moindre inquiétude, il est conseillé à une femme de consulter un neurologue.

    Le diagnostic du développement de la pathologie consiste généralement à identifier la triade de Hirsch.

    - trois groupes de traits caractéristiques:

    • changements dans le système endocrinien;
    • déficience visuelle;
    • pathologies radiographiques de la base du crâne.

    Le plus souvent, le diagnostic est réalisé par IRM. La difficulté est qu'en utilisant cette tomographie, les microadénomes hypophysaires ne peuvent être visualisés que chez 60 à 75% des patients.

    Dans les cas les plus difficiles, les médecins ont recours à la tomodensitométrie.

    Traitement des microadénomes

    Vous pouvez guérir la maladie. Surtout si la tumeur est petite. Peut-elle disparaître d'elle-même? Non. Vous devez toujours la traiter. Et le traitement doit être complet.

    Lorsque le microadénome hypophysaire apparaît, 3 types de traitement sont effectués:

    1. médicament (conservateur);
    2. intervention chirurgicale;
    3. radiochirurgie.

    Chacun d'eux a ses propres caractéristiques..

    Thérapie médicamenteuse

    Le but principal de l'utilisation de médicaments est de normaliser les hormones. Le médecin prescrit des médicaments en fonction du type de tumeur. Il peut s'agir d'agonistes dopaminergiques (prolactinome), d'analogues de la somatostatine (avec somatotropinome), de dérivés du kétoconazole et de l'aminoglutéthimide (syndrome d'Itsenko-Cushing). Pour normaliser le niveau d'hormones thyroïdiennes, vous devez prendre des thyréostatiques.

    La posologie des médicaments et la durée du traitement sont déterminées par le médecin. L'auto-guérison est interdite. L'automédication est dangereuse pour la santé..

    Chirurgie

    Une intervention chirurgicale est indiquée dans les cas où le traitement médicamenteux était inefficace et où le microadénome augmente de taille..

    L'opération est réalisée par le canal nasal. La craniotomie n'est pas nécessaire ici. Pour cette raison, la procédure ne nécessite pas une longue période de récupération et n'a pratiquement aucune complication. Après 3 jours, le patient peut rentrer chez lui.

    Méthodes radiochirurgicales

    La radiochirurgie est un traitement peu invasif. Le microadénome est produit par exposition à un faisceau d'ondes radioactives. Le médecin surveille le processus à l'aide de la TDM ou de l'IRM..

    Danger de maladie

    Qu'est-ce qu'un microadénome dangereux? S'il est détecté et éliminé à temps, alors rien. Si une personne ignore la prescription du médecin et refuse un traitement ou une intervention chirurgicale, des complications graves peuvent survenir:

    • Diminution de l'acuité visuelle ou cécité totale.
    • Odorat.
    • Maux de tête sur la tête, y compris les zones sous les yeux.
    • Infertilité féminine.
    • Violations du développement intra-utérin de l'enfant.
    • Impuissance chez les hommes.
    • Hypotheriosis.
    • Diminution du tonus musculaire.
    • Vertiges.
    • Irrégularités menstruelles.
    • État psycho-émotionnel instable.
    • La maladie d'Itsenko-Cushing.
    • Vergetures cutanées marquées.
    • Perte de poids soudaine ou vice versa.
    • Croissance des poils corporels chez la femme et gynécomastie chez l'homme.

    Dans certains cas, il y a une hémorragie dans la cavité tumorale.

    Combien de temps vivent-ils avec un microadénome?

    L'espérance de vie avec un diagnostic de microadénome hypophysaire dépend de nombreux facteurs. C'est le stade de la maladie, le type de tumeur, ses manifestations, l'état général du corps. Si vous voyez un médecin à temps et commencez le traitement, vous pouvez vivre longtemps. Cependant, sa qualité n'est pratiquement pas affectée.

    La vie de ceux qui ont refusé un traitement change considérablement. Par la suite, les femmes et les hommes développent un certain nombre de maladies concomitantes qui peuvent déclencher l'apparition de pathologies plus graves. Ça pourrait même être de l'oncologie.

    Le microadénome hypophysaire du cerveau n'est pas particulièrement dangereux jusqu'à ce qu'il commence à se développer et à produire des hormones. Il est facilement traitable et a un pronostic favorable. Cependant, pour une récupération complète, toutes les prescriptions du médecin doivent être strictement respectées..

    Types d'adénomes hypophysaires

    Dans un premier temps, ces néoplasmes ont été classés en fonction des hormones provoquant un adénome. Ces types sont:

    1. Adénome acidophile - produit de la somatotropine.
    2. Chromophobe - ne produit pas d'hormones.
    3. Adénome hypophyse basophile - produit de la corticotropine.
    4. Acidobazophile mixte - produit les deux hormones.
    5. Adénocarcinome - malin.

    Plus tard, il y a eu une autre classification internationale selon ICB 10. En conséquence, les adénomes ont commencé à être divisés en les types suivants:

    1. Adénome hypophysaire hormono-actif - corticotropinome, prolactinome, hormone de croissance, gonadotropinome, thyrotropinome.
    2. Adénome hypophysaire inactif hormonal - cette tumeur à cellules nulles et silencieuse.
    3. Malin - Oncocytomes.

    Étant donné que les adénomes sont de tailles différentes en diamètre et que les tumeurs se développent différemment (plus rapidement ou plus lentement), les néoplasmes sont classés en fonction de leur vitesse de croissance et de leur taille.


    Par conséquent, selon ces signes, les types suivants sont distingués:

    • picoadénomes - petites tumeurs jusqu'à 3 mm;
    • microadénomes - jusqu'à dix millimètres;
    • macroadénomes - plus de dix;
    • adénomes géants - plus de 40 mm.

    Quant à la vitesse de croissance des tumeurs et dans quelle direction, les adénomes diffèrent également. Par conséquent, les formes suivantes sont distinguées:

    • avec croissance endosuprasellaire - grandit;
    • avec latéral - pousse généralement latéralement;
    • avec infracellulaire - jusqu'au nez;
    • avec antésellaire - la croissance se poursuit;
    • avec intrasellaire - ne quitte pas la selle turque;
    • avec endosellaire - à l'intérieur de la selle.

    Nous vous recommandons de le savoir: l'obésité morbide est une déficience esthétique ou une menace pour la vie.?

    Puisqu'il existe de nombreux types de cette maladie, il est difficile de la reconnaître. Au moindre signe, vous devez immédiatement consulter un médecin.

    Plus le traitement est commencé tôt, plus vite il sera possible d'améliorer la condition et d'éviter de graves problèmes de santé.

    Par exemple, un adénome hypophysaire hormonal inactif se caractérise par des symptômes très flous ou leur absence. Par conséquent, il est préférable d'être régulièrement diagnostiqué..

    L'adénome hypophysaire atypique est une forme très rare de la maladie, exprimée par une croissance rapide. Une forme atypique peut survenir après le traitement.

    Le problème de la tête. Mythes sur les tumeurs hypophysaires

    Nous leur avons demandé de dissiper l'un des principaux experts dans ce domaine - le directeur de l'Institut d'endocrinologie clinique du Centre scientifique d'endocrinologie du ministère de la Santé de la Fédération de Russie, académicien de la RAS Galina Melnichenko.

    Mythe. Les tumeurs hypophysaires sont en oncologie.

    En réalité. Les tumeurs hypophysaires, dont la grande majorité sont des adénomes, sont généralement de nature bénigne. Cependant, la tumeur peut être hormonalement active (ce n'est pas un hasard si la glande pituitaire est conductrice des glandes endocrines) et produire trop d'hormones (prolactine, hormone de croissance, hormone de croissance, hormone adrénocorticotrope) et trop peu d'autres, ce qui peut entraîner un dysfonctionnement des glandes surrénales, des glandes génitales glande thyroïde et, bien sûr, nécessite des soins médicaux.

    Mais même si la tumeur hypophysaire est inactive hormonale, cela peut être une menace. Surtout lorsqu'il s'agit de néoplasmes d'un diamètre supérieur à 10 mm, qui (avec une tendance à la croissance) peuvent effectivement détruire cette glande du système endocrinien, située à la base du crâne. De plus, l'adénome hypophysaire peut comprimer l'intersection des nerfs optiques ou des nerfs crâniens, ce qui entraînera des symptômes tels que maux de tête, vision double, crampes, rétrécissement des champs visuels (jusqu'à la cécité).

    Mythe. Le calcul d'une tumeur hypophysaire est très difficile.

    En réalité. Le diagnostic des adénomes hypophysaires est bien établi et comprend: les examens hormonaux, ophtalmologiques, ainsi que la neuroimagerie d'une tumeur (radiographie, IRM, TDM du cerveau). Avec leur aide, les spécialistes peuvent déterminer le type et la taille de la tumeur.

    La présence et le degré d'activité hormonale de l'adénome hypophysaire sont détectés à l'aide de méthodes modernes pour évaluer le niveau d'hormones dans le plasma sanguin ou l'urine (salive). Pour chaque tumeur - son propre ensemble d'études nécessaires, que le médecin détermine en fonction du tableau clinique (symptômes et plaintes du patient).

    Mythe. Les médicaments ne traitent pas l'adénome hypophysaire. Sortie unique - fonctionnement.

    En réalité. Pas toujours. Les adénomes hypophysaires sont traités différemment. Pour chaque type de tumeur hypophysaire, il existe une option spécifique, la plus optimale, qui est soigneusement sélectionnée par un endocrinologue et un neurochirurgien.

    Ainsi, pour le traitement du prolactinome (une tumeur hypophysaire qui synthétise l'hormone prolactine), des préparations de comprimés sont principalement utilisées, ce qui conduit à une diminution (et parfois à la disparition) de la tumeur. Et seulement en cas de traitement médicamenteux infructueux est chirurgical.

    Et pour les tumeurs produisant de l'hormone de croissance, on ne peut souvent pas se passer de chirurgie (en règle générale, elle est effectuée de manière douce, par le nez), après quoi le patient peut se voir prescrire un traitement médicamenteux pour influencer davantage la tumeur (au cas où elle serait grande et ne pourrait pas être éliminé complètement) et pour compenser le manque de certaines hormones.

    Parfois, l'ablation chirurgicale des tumeurs hypophysaires est complétée par une radiothérapie, ce qui augmente les chances de guérison.

    «Adénome hypophysaire - qu'est-ce que c'est? Danger, symptômes et principes de traitement »

    8 commentaires

    Les maladies du système hypothalamo-hypophyse, qui incluent divers types d'adénomes hypophysaires, défient les médecins généralistes. Ils peuvent être difficiles à diagnostiquer, surtout si les signes décrits dans les manuels d'endocrinologie sont inégaux et que certains sont complètement absents. Nous pouvons dire que de nombreux patients se rendent sans succès chez les thérapeutes locaux, et ils ne trouvent aucune raison d'envoyer une telle personne pour une consultation avec un endocrinologue. Et, seulement lorsqu'il existe des preuves irréfutables ou la nécessité d'une intervention chirurgicale, une telle personne reçoit des soins médicaux ciblés, bien que cela aurait pu être fait beaucoup plus tôt..

    Cette situation est liée à la complexité des symptômes cliniques. Les adénomes hypophysaires peuvent provoquer des manifestations complètement opposées, ou en général il ne peut y avoir de signes si nous parlons d'une formation hormonale inactive qui ne se développe pas et ne provoque pas de compression. Adénome hypophysaire - qu'est-ce que c'est? Comment dangereux et comment le guérir?

    Qu'est-ce que l'adénome hypophysaire?

    Vue générale + photo

    Bien sûr, beaucoup ont déjà deviné qu’aucune maladie commune, ainsi appelée, n’existe tout simplement. L'adénome est une tumeur glandulaire. La glande pituitaire est une véritable "plante" qui produit de nombreuses hormones différentes, avec une variété d'effets. Par conséquent, l'adénome hypophysaire n'est pas un diagnostic, mais seulement le début de sa formulation.

    Ainsi, les adénomes hypophysaires comprennent la prolactine, la somatotropine, la thyrotropine, la corticotropine, les gonadotropinomes. Ce sont tous des adénomes qui apparaissent dans divers départements de l'hypophyse et perturbent la sécrétion de ses différentes hormones. Au sens figuré, ces tumeurs hormonales se manifestent en ce qu'elles augmentent considérablement la concentration d'hormones hypophysaires tropiques dans le plasma sanguin et se retrouvent par des effets hormonaux excessifs..

    • Ce sont ces effets qui sont des marqueurs qui se manifestent par divers symptômes.

    Mais il arrive qu'un adénome, malgré le fait qu'il s'agisse d'une tumeur glandulaire, n'affecte pas les structures qui synthétisent les hormones. Ensuite, une personne évite joyeusement les symptômes des maladies endocriniennes, mais cela ne signifie pas que la situation est sûre. Une telle tumeur peut provoquer d'autres manifestations - car l'adénome hypophysaire est une tumeur cérébrale. Il convient de rappeler que l'hypophyse est divisée en avant, au milieu et en arrière. La section postérieure a une structure tissulaire différente, donc une tumeur dans ses sections médiane et antérieure peut également être appelée un adénome..

    Un peu sur les hormones tropiques

    Pour le rendre plus clair, il convient de préciser quelles hormones sont synthétisées par l'hypophyse chez la femme normalement. En conséquence, il deviendra plus clair comment les symptômes de divers néoplasmes du tissu glandulaire se manifestent.

    Il est connu que les glandes endocrines, telles que la glande thyroïde, produisent des hormones. Mais elle obéit aux commandes de l'hypophyse. Il produit un certain nombre d'hormones tropiques qui régulent l'activité des glandes endocrines à la périphérie. Ainsi, l'hypophyse synthétise:

    • La TSH est une hormone stimulant la thyroïde qui régule la fonction de la glande thyroïde (métabolisme basal, température corporelle);
    • STH est une hormone de croissance responsable de la croissance du corps;
    • L'ACTH est une hormone adrénocorticotrope. Il régule l'action du cortex surrénalien, qui est lui-même capable de produire un certain nombre d'hormones (corticostéroïdes);
    • FSH, ou hormone folliculo-stimulante. Il fait référence aux régulateurs des gonades: chez les femmes, la maturation des œufs se produit;
    • LH, (hormone lutéinisante). Régule la quantité d'oestrogène chez les femmes.

    Et chacune de ces hormones tropiques est produite par sa glande pituitaire. En conséquence, lorsqu'un adénome se produit, l'un de ces processus est perturbé et des symptômes apparaissent. Mais la difficulté est que les adénomes ne poussent pas exactement le long des frontières de la "division des pouvoirs".

    En outre, il peut y avoir une clinique de l'excès d'hormone et son manque. Tout dépend de l'emplacement et de la nature de la croissance tumorale. Cela conduit à des difficultés importantes dans le diagnostic, notamment dans les conditions d'accueil du thérapeute "local" "torturé" par les rapports. Il convient de rappeler que le métabolisme du corps féminin a une tension hormonale plus importante que chez les hommes, en raison de changements réguliers du cycle menstruel.

    Je suis heureux que les adénomes, malgré les nombreux troubles qu'ils provoquent, soient presque toujours bénins. Les néoplasmes malins - les adénocarcinomes - sont rares, et le plus souvent les corticotropinomes y sont sujets. Ils donnent des métastases et ont le pire pronostic pour la qualité de vie..

    Beaucoup seront intéressés par la question: qui réglemente la production d'hormones tropiques? Cela se produit dans l'hypothalamus - le département sus-jacent, qui est le «personnel général» de l'ensemble du système endocrinien. Il produit des facteurs de libération - qui obligent normalement la glande pituitaire à contrôler le système endocrinien et, à son tour, l'ensemble du corps.

    Les causes de l'adénome

    Pourquoi des adénomes hypophysaires se produisent-ils? Et pourquoi les tumeurs apparaissent-elles? La question est toujours ouverte. Tout peut conduire au développement de cette pathologie. Selon les statistiques, les causes les plus courantes de néoplasmes sont:

    • Lésion cérébrale traumatique;
    • Neuroinfections diverses, y compris spécifiques (méningite, encéphalite, neurosyphilis);
    • Pathologie intra-utérine;
    • En raison de l'utilisation prolongée de contraceptifs oraux chez les femmes;
    • Avec une activité accrue de l'hypothalamus, si les glandes de la périphérie diminuent leur activité. Des facteurs de libération excessifs peuvent entraîner une croissance excessive du tissu glandulaire de l'hypophyse. Cela peut être, par exemple, avec une hypothyroïdie..

    Le plus souvent, cette pathologie apparaît chez les femmes en âge de procréer, ainsi que pendant la ménopause. Chez les personnes âgées et séniles, l'âge est beaucoup moins fréquent. L'âge le plus probable est de 30 à 50 ans..

    Quel est le danger de l'éducation?

    Si la tumeur est bénigne, elle peut provoquer des symptômes de diverses maladies endocriniennes, par exemple une thyréotoxicose sévère avec crise (avec thyrotropinome).

    Dans le cas où la tumeur se développe "d'elle-même" et ne modifie pas le fond hormonal, elle provoque alors divers troubles visuels et symptômes neurologiques, qui seront décrits ci-dessous.

    Symptômes et signes d'adénome hypophysaire

    Comment reconnaître les premiers signes d'une tumeur?

    Pour faciliter le diagnostic, les médecins distinguent plusieurs syndromes qui indiquent différentes zones de croissance et de dommages.

    Symptômes courants

    Ainsi, le médecin peut rencontrer les signes suivants de croissance tumorale dans l'hypophyse (d'abord, nous énumérons les caractéristiques générales, à la fois pour les tumeurs hormono-actives et inactives):

    • Changement et rétrécissement des champs visuels.

    La glande pituitaire s'adapte aux nerfs optiques, à l'intersection des voies optiques et des voies optiques. Le plus souvent, des champs de vision latéraux, comme le «rivage» d'un cheval, tombent. Une telle femme ne pourra pas conduire de voiture, car pour regarder le rétroviseur, vous devez le regarder directement en tournant la tête;

    • Syndrome de céphalée ou maux de tête.

    Puisqu'il est impossible d'ajouter du volume dans le cerveau (le crâne est une boule fermée), la pression augmente. Il y a un mal de tête dans le nez, le front, l'orbite. Douleur possible dans les tempes. Cette douleur est sourde et renversée. Les patients ne pointent pas du doigt «là où ça fait mal», mais le tiennent avec la paume de la main;

    • Avec la croissance de l'adénome vers le bas, des difficultés de respiration nasale sont possibles, et avec une germination maligne des os, l'apparition de saignements du nez et même de liquorrhée, en cas de percée des méninges.

    Symptômes des tumeurs hormono-actives

    Les tumeurs hormonales actives peuvent commencer par les symptômes ci-dessus, mais le plus souvent, la manifestation de la maladie commence par l'une des options suivantes (ou plusieurs):

    • Perte de poids, irritabilité, larmoiement, sensation de chaleur, palpitations, tendance à la diarrhée, fièvre, augmentation possible de la glande thyroïde avec thyrotropinome;
    • La croissance soudaine du nez, des oreilles, des doigts, qui donne aux traits une apparence grotesque. Apparition soudaine de symptômes du diabète (soif, perte de poids, démangeaisons cutanées), ou vice versa - obésité, transpiration et faiblesse. C'est un signe d'hormone de croissance. Avec l'apparition précoce de la maladie conduit au gigantisme;
    • La présence de corticotropinomes chez une femme conduit au développement de symptômes d'hypercorticisme, qui est un article distinct. Il existe un type particulier d'obésité avec des bras et des jambes minces, des stries cramoisies, un visage en forme de lune, une pigmentation de la peau. Chez les femmes, l'hirsutisme se produit, l'ostéoporose se produit, la pression artérielle augmente. Le diabète peut également survenir..

    Il est important de se rappeler que l'apparition de ces symptômes est le plus souvent associée précisément à l'apparition de corticotropinomes, et cette tumeur est la plus défavorable pronostiquement en termes de malignité, ou malignité.

    • Parmi les adénomes hypophysaires qui affectent la fonction des hormones sexuelles, les prolactinomes sont plus fréquents chez les femmes.

    Classiquement, le prolactinome est l'aménorrhée et la galactorrhée. En d'autres termes, c'est l'arrêt des menstruations et l'apparition d'une décharge des mamelons. Puis l'infertilité se joint. Il y a de l'acné, une obésité modérée est observée, la libido est fortement réduite, jusqu'à l'anorgasmie. Les cheveux deviennent gras. Un cinquième des patients atteints de prolactinome présente des troubles visuels.

    Un peu de diagnostic

    Nous ne nous pencherons pas sur les principes de diagnostic des adénomes hypophysaires. Il est clair que récemment les méthodes de recherche en imagerie, et en particulier l'IRM, ont commencé à jouer un rôle énorme. Par conséquent, le nombre de "découvertes aléatoires" a fortement augmenté..

    En règle générale, ce sont des formations hormonales inactives. Mais généralement, au début, la femme se plaint de troubles endocriniens, de changements dans le cycle menstruel et se rend chez le thérapeute, le gynécologue, et si vous avez de la chance, puis immédiatement chez l'endocrinologue.

    Une «voie alternative» est une visite chez un neurologue. S'il y a des plaintes de maux de tête, de déficience visuelle, l'IRM est généralement un type d'étude inévitable. Ensuite, la confirmation de l'activité hormonale de la tumeur est requise, et le diagnostic final est une biopsie du matériel chirurgical et une vérification histologique. Alors seulement, vous pouvez être sûr des prévisions.

    Principes de traitement de l'adénome - la chirurgie est-elle toujours nécessaire?

    Habituellement, tout le monde commence immédiatement à penser à la chirurgie, et la principale question est le prix de la chirurgie pour l'adénome hypophysaire. Bien sûr, l'opération est gratuite (selon la loi), mais parfois vous devez attendre longtemps et toujours payer pour les services, tant de gens paient pour l'opération. En moyenne, l'intervention classique (transnasale) peut coûter de 60 à 100 000 roubles. L'utilisation de "cyberknife" et d'autres méthodes est beaucoup plus chère.

    Dans le cas où le patient reçoit un diagnostic de somatotropinome ou de prolactinome, un traitement médicamenteux est alors possible: ces types de tumeurs «vont bien» avec des médicaments qui stimulent la synthèse des récepteurs de la dopamine (Parlodel, Bromocriptine). En conséquence, la synthèse des hormones par l'adénome diminue et il reste à l'observer. Si elle continue de croître, une intervention chirurgicale sera nécessaire..

    Si nous parlons d'une intervention chirurgicale, il existe plusieurs façons. Ainsi, les neurochirurgiens utilisent une intervention transnasale (par le nez) et transcrânienne (par trépanation du crâne). Bien sûr, l'accès transnasal est moins traumatisant, mais pour cela, la tumeur ne doit pas dépasser 4 à 5 mm.

    Actuellement, la méthode de radiochirurgie non invasive («cyber-couteau») a gagné en popularité. La précision est de 0,5 mm. Le rayonnement dirigé détruit avec précision les cellules tumorales et n'endommage pas les tissus sains.

    Les fonctions visuelles (en présence de violations) sont rétablies chez 2 3 patients. Le pire pronostic pour le somatotropinome et le prolactinome. Ici, la «norme» hormonale n'est rétablie que chez 25% des patients. Cela signifie qu'après l'opération, il est nécessaire de continuer à être observé plus souvent par l'endocrinologue, et de corriger les violations.

    Parfois, il y a des complications après la chirurgie. Les conséquences les plus courantes sont:

    • Dommages au chiasm optique, aux nerfs ou aux voies et à une déficience visuelle. Cela se produit si la tumeur est soudée étroitement au nerf;
    • Saignement de la zone d'opération. Qu'il peut être la cause du décès - selon les statistiques, la mortalité est de 5%. Mais c'est la mortalité totale, y compris dans les cas avancés et dans le diagnostic tardif de la maladie;
    • Infection et développement de la méningite et de l'encéphalite postopératoires.

    Comment traiter le microadénome hypophysaire et pourquoi il est dangereux

    Le microadénome hypophysaire est un petit néoplasme qui se forme sur les tissus internes d'un organe. La taille de ce type de tumeurs bénignes ne dépasse pas un centimètre. Étant donné que le compactage n'affecte pratiquement pas le bien-être d'une personne, il est difficile de le diagnostiquer. Dans les cas où elle affecte la production d'hormones, des symptômes caractéristiques sont présents..

    Étant donné que le sceau ne se manifeste en aucune façon, il est difficile de diagnostiquer.

    Quel est le microadénome hypophysaire?

    La glande pituitaire est une glande endocrine située à la base du cerveau. Le corps est responsable de la croissance, du métabolisme et du développement humains..

    La glande pituitaire est située à la base du cerveau.

    Dans la plupart des cas, la masse kystique affecte les femmes en âge de procréer. Les médecins pensent que cela est facilité par un changement du fond hormonal pendant la période de gestation et d'allaitement. Certaines zones de l'hypophyse sont modifiées en raison de la production d'un grand nombre d'hormones (par exemple, la prolactine). Cela provoque une déformation du tissu glandulaire..

    En règle générale, des problèmes surviennent dans l'adénohypophyse (partie antérieure de l'organe), mais peuvent concerner la moitié droite ou gauche. Bien que le néoplasme lui-même ne produise pas d'hormones, il affecte leur production excessive ou réduite. En conséquence, des symptômes caractéristiques de l'insuffisance hormonale se produisent. La taille de la tumeur ne dépasse pas 1 cm.

    Les causes

    L'une des principales causes du microadénome hypophysaire du cerveau est le changement des niveaux hormonaux. Le plus souvent, cela se produit pendant la période de grossesse, d'allaitement. De plus, les raisons suivantes peuvent provoquer une déformation du tissu glandulaire:

    L'utilisation de contraceptifs oraux.

    • perturbations de l'activité de l'organe interne associées à l'hypothalamus;
    • la fonction hormonale des glandes périphériques diminue, ce qui provoque une croissance accrue des tissus et l'apparition d'un compactage;
    • facteur héréditaire;
    • interruption artificielle de la grossesse et autres interventions chirurgicales dans le domaine des organes pelviens;
    • utilisation de contraceptifs hormonaux oraux;
    • chocs mécaniques, blessures dans lesquelles le système nerveux est affecté;
    • processus infectieux dans le cerveau;
    • les mauvaises habitudes d'une femme pendant la période de grossesse, ainsi que l'ingestion de substances toxiques dans le corps. Cela affecte négativement le développement de l'embryon..

    Panneaux

    Les symptômes du microadénome hypophysaire dépendent du fait qu'il affecte l'équilibre hormonal dans le corps. Les symptômes seront différents chez les hommes et les femmes en raison des caractéristiques de l'activité endocrinienne.

    Si un phoque est hormonal inactif, il est difficile à diagnostiquer. Du système endocrinien, il n'y a pas de changements, donc une petite tumeur ne provoque pas de signes caractéristiques. Les néoplasmes hormonaux actifs provoquent de graves changements dus au déséquilibre hormonal.

    Les symptômes courants chez les femmes comprennent:

    Gain de poids.

    • gain de poids;
    • l'apparition du lait maternel même en l'absence de lactation;
    • incapacité à devenir enceinte en raison de la suppression de l'activité ovarienne;
    • Irrégularités menstruelles.

    Chez les hommes, l'augmentation de l'excrétion de prolactine est nettement moins prononcée, bien que les symptômes soient similaires. Les hommes ne prennent généralement pas leur propre poids si au sérieux, ils peuvent donc ignorer son augmentation. Des problèmes de puissance se produisent également..

    Si l'adénome est localisé sur les tissus responsables de la production de l'hormone stimulant la thyroïde, les signes seront différents. Les patients notent la présence de goitre nodulaire sur la glande thyroïde, une forte diminution du poids, des sautes d'humeur, une tachycardie et d'autres troubles cardiaques.

    Troubles cardiaques.

    Avec une production accrue d'hormone de croissance, une croissance excessive de tous les tissus se produit. Chez l'enfant, cela se manifeste par le gigantisme, des troubles des organes internes (tractus gastro-intestinal, poumons, organes génitaux internes, etc.).Si un adulte a ce type de microadénome, une augmentation disproportionnée de la taille des parties individuelles du corps est notée. La voix devient plus grossière, le diabète insipide survient, le risque de cancer augmente.

    Les symptômes communs incluent le diabète..

    Le type de compactage suivant (microadénome corticotrope) affecte les glandes surrénales, provoquant une augmentation de leur travail. Cela se manifeste par une augmentation du poids corporel. Cependant, le gain de poids se produit de manière inégale. La graisse se dépose principalement dans le cou, l'estomac et les hanches. Les vergetures se produisent en raison d'une augmentation rapide du poids, les poils deviennent plus gros (cela est particulièrement visible chez les femmes). Les symptômes communs incluent le diabète, la maladie mentale..

    Si la tumeur contribue à la production excessive d'hormones gonadotropes, elle provoque un dysfonctionnement sexuel. Cela conduit à l'infertilité, à l'impuissance, à un risque élevé de néoplasmes malins..

    À mesure que les microadénomes grossissent, les symptômes s'aggravent. En plus des troubles hormonaux, migraine, étourdissements et perte de conscience, troubles de la vision.

    Effets dangereux

    Si une pathologie est identifiée, il y a une chance d'éviter les complications. Il est impossible d'ignorer la maladie, car le microadénome hypophysaire de la tête a tendance à augmenter de taille. À mesure qu'elle grandit, de graves changements dans l'activité hormonale se produisent. De gros néoplasmes pressent le tissu environnant, affectant négativement les processus se produisant dans le système nerveux central.

    Les tumeurs hormonales actives peuvent provoquer des processus irréversibles. Une production excessive d'hormones provoque le diabète, des troubles de l'activité cardiovasculaire. La fermeture est une menace non seulement pour la santé mais aussi pour la vie du patient, si elle n'est pas traitée.

    Au fil du temps, la vision est altérée, des dommages aux tissus cérébraux sont possibles. De plus, la pathologie provoque l'infertilité due au déséquilibre hormonal..

    Microadénome pendant la grossesse

    Ce type de lésion kystique apparaît souvent chez les jeunes femmes prévoyant une grossesse. Les médecins recommandent de ne pas envisager de concevoir tant que le problème n'est pas résolu. Cela est dû à un contexte hormonal instable et à un risque élevé d'avortement. Si, toutefois, la conception est connue avant la planification et le traitement, on prescrit au patient des médicaments qui suppriment la production excessive d'hormones..

    La femme enceinte doit être contrôlée régulièrement.

    Avec certains types d'épaississement, il est recommandé de s'abstenir de planifier un enfant pour une période d'un an. Si l'adénome est inactif, la grossesse n'est pas interdite. Une femme devra contrôler l'équilibre hormonal et surveiller régulièrement la dynamique des changements.

    Le microadénome implique le rejet de l'allaitement maternel. La lactation peut déclencher une croissance tissulaire accrue, vous devez donc nourrir le nouveau-né avec des mélanges spécialisés.

    Comment diagnostiquer?

    Ce type d'adénome est difficile à détecter s'il ne s'agit pas d'une espèce à activité hormonale. Il n'y a aucun symptôme dans ce cas, la petite taille de l'épaississement ne lui permettra pas d'être diagnostiqué lors d'un examen de routine. Si le patient soupçonne une tumeur bénigne, il se rend chez le médecin pour un diagnostic.

    En fonction des plaintes, le médecin prescrira les types d'examens suivants:

    Imagerie par résonance magnétique.

    • l'imagerie par résonance magnétique ou la tomodensitométrie - les méthodes de diagnostic les plus efficaces. Ils vous permettent d'obtenir l'image complète. La glande pituitaire est visualisée et tout changement qui se produit dans ses départements est noté. Pendant l'étude, déterminez la taille de la capsule. L'échographie et les rayons X sont inefficaces dans le cas des microadénomes;
    • tests biochimiques de sang et d'urine. Le niveau d'hormones est déterminé, leur carence ou excès est surveillé. Le plus de l'analyse est qu'elle vous permet d'identifier les violations à un stade précoce du développement du néoplasme;
    • effectuer un examen avec un ophtalmologiste pour déterminer la déficience visuelle.

    Méthodes de traitement

    Après avoir clarifié le diagnostic, le médecin sélectionne le traitement approprié pour le microadénome hypophysaire. Les méthodes de thérapie dépendent de l'activité hormonale des tissus. Les néoplasmes inactifs peuvent être laissés sous observation sans prescription de médicaments ni chirurgie. Dans ce cas, des examens réguliers sont montrés qui vous permettront de suivre la dynamique de croissance.

    Avec une augmentation de taille, la thérapie nécessaire est prescrite. Les tumeurs hormonales actives nécessitent un traitement obligatoire. La thérapie conservatrice, la chirurgie ou la radiochirurgie sont utilisées à cet effet..

    Le traitement conservateur implique l'utilisation de médicaments hormonaux. En fonction des caractéristiques du joint, des moyens adaptés sont sélectionnés. Le médecin prescrit des médicaments après recherche et diagnostic. Avec de petites épaississements, les médicaments peuvent être efficaces. Ils contribuent au fait que dans un à deux ans l'adénome disparaît et que la synthèse des hormones revient à la normale.

    Le retrait est effectué à l'aide d'un endoscope à travers les sinus.

    Cependant, la thérapie conservatrice ne donne pas toujours de résultats. En l'absence d'effet et de croissance du néoplasme, une intervention chirurgicale est prescrite. Avec un microadénome hypophysaire, ils essaient de procéder à l'ablation à l'aide d'un endoscope à travers les sinus. Cette méthode est utilisée pour les petites capsules. Il vous permet d'éviter des complications graves et de récupérer plus rapidement chez le patient. Quelques jours après l'intervention, il est sorti de l'hôpital..

    Avec de grandes tailles de formations kystiques, une opération abdominale classique est prescrite, ce qui est très complexe. Par conséquent, les médecins tentent d'éviter cette méthode d'intervention. Il existe un risque élevé de complications, de sorte que l'opération n'est effectuée que par un chirurgien spécialisé dans ces tumeurs..

    La dernière méthode d'exposition est la radiochirurgie. C'est une façon moderne d'influencer l'épaississement des tissus, qui ne nécessite pas de chirurgie. Un couteau radio est utilisé pour la procédure. Il s'agit d'un faisceau de rayons qui agissent directement sur les tissus pathologiques. Quelque temps après cela, l'adénome diminue progressivement de taille. Si elle appartient au type hormonal actif, alors dans une thérapie complexe, des médicaments sont prescrits.

    La méthode radiochirurgicale ne provoque pas d'inconfort et la récupération ne nécessite pas la présence du patient à l'hôpital. Par la suite, l'imagerie par résonance magnétique ou calculée est prescrite pour surveiller les changements en cours..

    Prévisions supplémentaires

    Le pronostic de récupération avec microadénome est dans la plupart des cas positif. Cela est dû à sa petite taille. L'étanchéité répond généralement bien aux différents types de traitement et élimine les rechutes. S'il grossit, il sera beaucoup plus difficile de l'enlever.

    Lors du diagnostic d'une petite tumeur, le médecin ne peut pas prescrire une intervention ou un traitement conservateur. Le patient n'aura qu'à contrôler le changement de sa taille et à venir régulièrement pour un examen. Dans certains cas, le néoplasme ne se développe pas au cours de la vie d'une personne, donc il n'affecte pas sa qualité.

    La prévention

    Il s'agit d'un type de formations kystiques peu étudié, il y a donc peu de mesures préventives spécifiques. Vous pouvez réduire le risque de développer une pathologie si vous suivez plusieurs règles:

    • si un déséquilibre hormonal est détecté, il est nécessaire de découvrir sa cause et de l'éliminer;
    • si des maladies infectieuses affectant les tissus cérébraux sont détectées, elles doivent être traitées sous surveillance médicale;
    • si l'un des symptômes est présent, une consultation urgente avec un médecin est nécessaire;
    • lors d'un diagnostic précis, vous devez respecter les méthodes de traitement prescrites par le médecin.

    Le microadénome hypophysaire ne représente généralement pas une menace sérieuse pour la vie humaine. Mais avec une augmentation de taille, elle provoque des changements pathologiques qui nécessitent une réponse rapide. Par conséquent, ses symptômes ne peuvent être ignorés..