Principal / Tumeur

Idées fausses et mythes sur l'épilepsie

Tumeur

L'épilepsie est une maladie neurologique accompagnée de crises répétées. Cependant, il existe des types de cette maladie sans crises. Jusqu'à 10% des personnes atteintes de ce diagnostic n'ont jamais connu de crises. Une mention de l'épilepsie est horrible, et devant mes yeux il y a une photo d'un homme battant dans une crampe avec de la mousse de sa bouche. En réalité, ce n'est pas du tout le cas. Dans certains cas, une forme d'épilepsie non convulsive est observée - un abcès. Son avance peut passer inaperçue. Pendant l'abcès, une personne peut perdre sa concentration et, pour ceux qui l'entourent, son état ressemble à une réflexion ordinaire. Comment alors comprendre qu'une personne est actuellement en état d'attaque? L'absence se caractérise par le fait que le patient «se déconnecte» et perd le contact avec le monde extérieur. Il ne répond pas aux stimuli et son expression ne change pas. Les symptômes de l'épilepsie chez un adulte sans perte de conscience et convulsions peuvent être:

  • hallucinations (souvent des bruits et des éclairs de lumière apparaissent aux patients, les cas de mirages ne sont pas rares, les patients captent également une odeur désagréable que d'autres ne sentent pas);
  • douleur abdominale;
  • panique;
  • esprits inhabituels ou trop élevés, etc..

En tant que crise d'épilepsie, toute condition répétitive répétée peut agir. Dans ce cas, le patient peut ne pas subir de crises. Quoi d'autre est important de se rappeler - une seule crise ne parle pas encore d'épilepsie. Les crises sont un symptôme courant de nombreuses autres maladies, telles que:

  • pathologie du système cardiovasculaire;
  • varices;
  • ostéochondrose;
  • perturbation circulatoire;
  • déshydratation et surchauffe;
  • maladie du rein
  • dysfonction thyroïdienne.

Les crises surviennent en raison d'une intoxication du corps, de troubles métaboliques et d'un dysfonctionnement des glandes endocrines. Seul un médecin peut déterminer la cause exacte des crises. Et pour diagnostiquer l'épilepsie, un examen neurologique approfondi sera nécessaire. Pour cela, un certain nombre d'études sont prescrites aux patients, telles que:

  • ponction vertébrale;
  • électroencéphalographie;
  • échoencéphalographie;
  • examen du fond d'œil;
  • imagerie par résonance magnétique ou calculée du cerveau.

L'épilepsie a de nombreuses manifestations. Dans tous les cas, n'ignorez pas les conditions qui indiquent un problème de santé. Il y a des situations où l'aide de médecins et l'hospitalisation sont nécessaires immédiatement. Demandez immédiatement l'aide de médecins dans les situations où:

  • l'attaque ne s'arrête pas plus de 5 minutes;
  • une personne n'a pas le temps de reprendre conscience et les attaques se répètent maintes et maintes fois;
  • l'attaque a eu lieu pour la première fois;
  • la crise a causé un traumatisme crânien grave, une fracture et une chute;
  • une attaque s'est produite lorsqu'une personne était dans l'eau.

Il existe également une catégorie spéciale de patients qui, même avec la première attaque, doivent être identifiés à l'hôpital - ce sont les femmes enceintes et les personnes atteintes de diabète.
Afin de mener une vie pleine et de réduire l'impact de la maladie sur le bien-être, des mesures doivent être prises. Contacter un médecin en temps opportun et suivre toutes les recommandations aidera à guérir même une maladie aussi complexe que l'épilepsie. Et une personne en bonne santé doit connaître les symptômes de la maladie et, surtout, les premiers soins à donner au patient pendant une crise..

Qu'est-ce que l'épilepsie?

Une maladie telle que l'épilepsie est inextricablement liée dans la société aux troubles mentaux. Dans de nombreux cas, la maladie peut vraiment provoquer des perturbations du fonctionnement du système nerveux. Mais ils sont déjà une conséquence de la maladie et non sa cause. L'épilepsie elle-même est une maladie chronique du cerveau causée par une activité paroxystique anormale des neurones..

Le deuxième mythe commun est que l'épilepsie peut être infectée. Mais ce n'est pas une maladie infectieuse. L'épilepsie peut être héréditaire, mais à bien des égards, elle dépend de la forme de la maladie. On distingue deux types d'épilepsie génétique:

  1. L'épilepsie rolandique est une maladie héréditaire qui se transmet à la fois par les lignées mâles et femelles..
  2. L'épilepsie myoclonique juvénile est une maladie congénitale rare. Le risque qu'un enfant naisse malade est assez élevé si les deux parents sont porteurs. Cependant, cette forme d'épilepsie se produit sans crises ni convulsions. Peut ne pas apparaître du tout.

Il est scientifiquement prouvé que l'apparition de certaines formes d'épilepsie est due à des facteurs héréditaires. Il s'agit notamment de gènes découverts par des médecins et des scientifiques responsables du développement de la maladie. Malgré cela, la croyance selon laquelle l'épilepsie est nécessairement héritée du parent à l'enfant est erronée.

Le plus souvent, l'épilepsie est acquise et la cause de la maladie ne peut être établie qu'après un examen approfondi du patient. En outre, la maladie peut se manifester de différentes manières, mais les convulsions sont le symptôme le plus courant. Y a-t-il des crises sans épilepsie? L'épilepsie elle-même est classée par forme et type, et les crises d'épilepsie aussi. Par exemple, il y a une attaque qui ne se manifeste pas par des convulsions - un abcès typique. Elle consiste en une perte de conscience pendant 10-30 secondes avec contraction des paupières. Dans le même temps, les patients ne tombent pas et ne crampent pas. Les attaques convulsives ne sont pas dangereuses pour les adultes, elles ne durent pas longtemps et peuvent même passer inaperçues. Mais dans le cas où les enfants subissent des crises, ils peuvent affecter négativement leur développement mental. Ne désespérez pas si vous avez des symptômes ou avez déjà eu une crise. L'épilepsie est traitable. Selon la forme, les médecins prescrivent une cure de médicaments pour 2 ou 3 médicaments, et si nécessaire, une opération est réalisée.

Opinion d'expert

Auteur: Olga Vladimirovna Boyko

Neurologue, MD

Selon les statistiques mondiales, l'épilepsie fait partie des maladies neurologiques courantes et dangereuses. La proportion de la population totale souffrant de la maladie est de 4 à 10 personnes pour 1000. Chaque année, le nombre de patients qui subissent pour la première fois des convulsions convulsives augmente. La variété des formes d'épilepsie rend le diagnostic difficile. Par conséquent, les médecins recommandent fortement de consulter un médecin lorsque les premiers symptômes pathologiques apparaissent.

L'une des variétés d'épilepsie est une forme non épileptique. À l'hôpital Yusupov, des neurologues et épileptologues expérimentés sont impliqués dans le diagnostic et le traitement de tout type de cette maladie neurologique. Pour le diagnostic, CT, IRM et EEG sont utilisés. Sur la base des données obtenues, un plan de traitement est développé et personnalisé pour chaque patient. Cette approche est utilisée dans tous les services de l'hôpital Yusupov. Grâce à cela, les patients de la clinique obtiennent des résultats de traitement positifs en un minimum de temps. Le traitement de l'épilepsie est basé sur des médicaments modernes qui répondent aux normes européennes de qualité et de sécurité..

Pas de crises ni de crampes

L'épilepsie est une maladie soudaine et imprévisible. Le groupe d'âge est très divers, mais dans la plupart des cas, les premiers symptômes surviennent dans la petite enfance. Les crises sont les principales manifestations de cette maladie. Mais un signe de la maladie est toute condition associée à une altération de la fonction cérébrale. Dans ce cas, il convient de distinguer les convulsions simples de celles causées par l'épilepsie. Les crises ne peuvent pas être associées à l'épilepsie. Cette maladie a de nombreuses manifestations, sans parler du fait que les crises convulsives peuvent être causées par d'autres maladies. La prise de médicaments est l'un des facteurs à l'origine des crises..

Il existe des types d'épilepsie qui se produisent sans crises. De plus, les crises d'épilepsie sont également classées par forme, intensité et durée. Il existe deux principaux types de saisies:

Lorsque des crises surviennent, l'état du patient peut varier de convulsions à une perte de conscience à court terme. C'est difficile à croire, mais parfois l'épilepsie peut être invisible non seulement pour les autres, mais aussi pour le patient lui-même. Parfois, ses manifestations ne sont pas du tout associées à la maladie, de sorte que certaines formes d'épilepsie sont difficiles à diagnostiquer. Les attaques de la maladie se manifestent sous la forme de:

  • déficience visuelle;
  • troubles de la mémoire à court terme;
  • sentiments de peur;
  • pensées obsessionnelles, etc..

Dans ce cas, les crises ne s'accompagnent pas de perte de conscience et de convulsions. L'épilepsie sans convulsions et perte de conscience peut également résulter d'un traitement approprié. Plus de 60% des patients peuvent vivre presque sans attaques. Le développement de la technologie dans le domaine de la médecine, la recherche constante et le développement de nouveaux médicaments ont permis à de nombreux patients de mener une vie pleine. Dans le monde, il existe une tendance positive en ce qui concerne l'épilepsie, non seulement chez les patients, mais aussi dans la société dans son ensemble. Si les personnes ayant reçu un diagnostic d'épilepsie avaient été privées du droit de conduire une voiture et que les femmes étaient convaincues qu'elles ne devaient même pas penser à la maternité, la situation a aujourd'hui complètement changé. Grâce aux scientifiques et aux médecins, il n'y a aucune spéculation sur l'épilepsie qui ne soit pas liée à la réalité, et de nombreux mythes sur l'épilepsie ont été dissipés. L'épilepsie sans crises ni convulsions chez l'adulte est le résultat d'un travail acharné. Pour maintenir un état stable, le patient doit non seulement suivre toutes les recommandations des médecins, mais aussi adhérer à un mode de vie sain.

Diagnostique

Lorsque vous rencontrez une maladie telle que l'épilepsie, il est très important de vous assurer que le diagnostic est correct. Le fait est que la consommation de drogues a un certain nombre d'effets secondaires qui peuvent provoquer l'apparition d'autres maladies dangereuses. Et si vous souffrez d'épilepsie sans crise, qui est difficile à diagnostiquer, quel symptôme pourrait prendre rendez-vous avec un médecin? Faites attention à l'état de santé inhabituel, qui est devenu plus fréquent ces derniers temps. Inutile d'attribuer cela à la simple fatigue et au stress. Les indications pour le diagnostic sont:

  • regard défocalisé;
  • perte de concentration;
  • douleur dans la tête et l'abdomen;
  • fatigabilité rapide;
  • nervosité;
  • déficience motrice;
  • excitation;
  • actions inadéquates;
  • état et pensées obsessionnels;
  • Perte de mémoire à court terme.

Le spécialiste à contacter est un épileptologue. Mais afin de choisir le traitement le plus efficace, le médecin peut vous référer à une consultation avec un neurologue, un psychiatre et un neurochirurgien. Le premier examen par un médecin est une étape importante dans le diagnostic de l'épilepsie. Le patient doit décrire précisément et très précisément ses symptômes, essayer de se souvenir de tout ce qui lui est arrivé récemment. Veuillez noter que si votre première personne, ami ou parent était avec vous lorsque la première attaque a eu lieu, vous devez l'emporter avec vous afin qu'il puisse écrire ses observations par écrit. Pour déterminer le diagnostic, il est important de se rappeler dans quelles conditions l'attaque s'est produite, comment elle s'est accompagnée et ce qui a suivi..

Les méthodes de diagnostic de l'épilepsie chez l'adulte et l'enfant sont différentes. Lors de la prescription d'un certain nombre d'analyses et d'études, le médecin prend en compte les caractéristiques individuelles des patients. Mais les principales méthodes de diagnostic des crises sans crises comprennent:

  • test sanguin;
  • l'électroencéphalographie (EEG);
  • tomodensitométrie (TDM) et / ou imagerie par résonance magnétique (IRM).

Ces méthodes permettent au médecin d'identifier la cause de l'épilepsie et de déterminer le type d'attaque. Les procédures que le patient doit subir sont totalement indolores et donnent une image précise de son état de santé. Un diagnostic d'épilepsie est nécessaire pour prescrire un traitement efficace. Cela peut prendre un certain temps car les symptômes de l'épilepsie sont très divers et il est souvent facile de la confondre avec d'autres maladies..

Traitement

Différents types d'épilepsie suggèrent différentes approches de traitement. Selon le type d'épilepsie que le médecin a rencontré, il utilisera différentes méthodes de diagnostic et méthodes de traitement. Dans certains cas, même un diagnostic précis d'épilepsie n'implique pas de prescrire une thérapie au patient. Le fait est que le traitement doit être adapté à chaque cas spécifique. Et cela signifie que le médecin doit prendre en compte toutes les nuances. Jusqu'à la capacité financière du patient. Sans oublier que toutes sortes de risques doivent être soigneusement et adéquatement évalués, car de nombreux médicaments ont un certain nombre de contre-indications graves et d'effets secondaires. La forme des saisies doit également être prise en compte. Les patients qui ont eu une forme légère d'épilepsie sans crise, en règle générale, ne sont pas prescrits de médicaments. Même avec un diagnostic précis. En général, l'état du patient peut entraîner un refus de traitement médical. Les médicaments peuvent ne pas être prescrits si une personne a eu une première crise d'épilepsie, alors qu'elle n'a pas connu de crises, n'a pas perdu connaissance et n'a pas effectué d'actions incontrôlées. Les crises de différentes durées et fréquences sont traitées médicalement, mais seulement si elles menacent la santé du patient ou ont un effet néfaste sur sa vie. Les crises non convulsives, qui ne se répètent pas plus d'une fois par an, ne sont pas traitées avec des drogues fortes. Le succès du traitement dépend non seulement du médicament utilisé, mais également d'autres facteurs. Le traitement de l'épilepsie doit être guidé par les principes généraux et les normes de thérapie existants..

Si le patient a été diagnostiqué avec une épilepsie, mais qu'il ne présente pas de convulsions et d'autres symptômes graves, il n'a pas à prendre de médicaments. De quoi éviter les facteurs qui peuvent déclencher des crises. Malgré le fait qu'il n'existe pas de méthodes spécifiques pour la prévention de l'épilepsie sans crises, les recommandations générales suivantes doivent être suivies:

  • maintenir un mode de vie sain;
  • refus de consommer de l'alcool, de fumer, de prendre des drogues; activité physique modérée;
  • bonne nutrition et relaxation.

Il est important d'exclure toute fatigue physique et mentale, stress et bouleversements émotionnels, afin d'assurer l'atmosphère la plus favorable dans l'environnement du patient. Le strict respect de la routine quotidienne est un gage de récupération et de bien-être. Le patient doit planifier un programme pour toute la journée et tenir compte du fait qu'il a maintenant besoin d'une nuit de sommeil complète. Ne négligez pas le reste, sinon l'épilepsie sans crises peut prendre une forme plus complexe et dangereuse. Non seulement le patient, mais aussi ses proches doivent travailler dur pour se débarrasser de tous les facteurs gênants. Il est important d'être attentif à l'état du patient. Parfois, l'observation extérieure peut aider à éviter beaucoup de problèmes. Parler et discuter du bien-être du patient ne sera pas superflu. Après tout, la fatigue qui ne disparaît pas même après le repos ou le sommeil, les étourdissements, la dépression peuvent être des symptômes dangereux. Le traitement des crises sans crises comprend également des examens médicaux et des examens systématiques. Faites les tests nécessaires, prenez des médicaments qui réduiront les manifestations de l'épilepsie sans crises. Ne laissez pas la maladie affecter votre vie. L'épilepsie n'est pas une phrase. Les personnes atteintes de cette maladie mènent une vie pleine et assez active. Une attitude prudente envers vous-même, une évaluation de vos capacités et une acceptation de soi sont des aspects importants pour la réadaptation d'un patient épileptique. Il faut se rappeler que la médecine moderne n'a cessé de chercher les meilleures méthodes de traitement et de prévention de cette maladie.

Qui devrait traiter l'épilepsie - un psychiatre ou un neurologue?

Souvent, lors de l’obtention d’un permis de conduire, une personne diagnostiquée «épilepsie» doit traverser sept cercles de l’enfer, du neurologue au psychiatre et vice versa - et donc plusieurs fois. Pourquoi cela se produit-il et comment «minimiser les pertes» lors de la réception du certificat convoité, explique Valeria Yaroslavtseva, chef du service de dispensaire pour adultes de l'hôpital psychiatrique de Stavropol n ° 1.

- Il y a encore 30 ans, on pensait que les personnes diagnostiquées avec une épilepsie devaient être traitées par des psychiatres. Les litiges sont toujours en cours, mais néanmoins l'OMS réfère la maladie au domaine de la neurologie (code CIM 10 - G40, les diagnostics psychiatriques sont marqués de la lettre F).

Selon le certificat de l'OMS, l'épilepsie est un trouble cérébral chronique basé sur l'activité pathologique des neurones corticaux, entraînant des crises d'épilepsie. Les crises répétées caractéristiques de la maladie apparaissent comme des crises involontaires à court terme dans n'importe quelle partie du corps (les crises dites partielles) ou dans tout le corps (crises généralisées) et s'accompagnent parfois d'une perte de conscience et d'une perte de contrôle sur les fonctions des intestins ou de la vessie..

Fait intéressant, jusqu'à 10% des personnes dans le monde ont déjà connu une saisie similaire. Cependant, selon les médecins, le seul cas ne dit rien. La maladie est diagnostiquée si les crises réapparaissent. Malgré le fait que l'épilepsie soit l'une des plus anciennes conditions reconnaissables au monde, elle est toujours entourée de nombreuses rumeurs et chez 6 patients sur 10, la cause de la maladie n'est pas trouvée (la version la plus courante est le facteur génétique). Dans d'autres cas, les crises récurrentes sont le résultat d'une maladie ou de lésions cérébrales dans une infection (telle qu'une méningite), un accident vasculaire cérébral, une tumeur cérébrale ou une lésion cérébrale traumatique grave..

Le plus souvent, l'épilepsie est de nature congénitale, de sorte que les premières crises apparaissent pendant l'enfance et l'adolescence. Dans ce cas, seule l'activité électrique des cellules nerveuses est modifiée et le seuil d'excitabilité cérébrale est abaissé. Cette épilepsie est dite idiomatique (primaire), elle coule bénigne et peut être bien traitée, avec l'âge, le patient peut refuser complètement de prendre des pilules.

Un autre type d'épilepsie - symptomatique (secondaire) - se développe après des dommages à la structure du cerveau ou des troubles métaboliques. De telles formes d'épilepsie peuvent se développer à tout âge et sont plus difficiles à guérir..

Si le patient souffre d'épilepsie, tout ce qui peut provoquer une crise doit être évité. Les facteurs provoquant sont le manque de sommeil, le stress, les lumières clignotantes, l'alcool et les drogues.

Si vous êtes témoin d'une crise d'épilepsie, vous devez retourner une personne sur le côté et la protéger des mouvements involontaires.

Dans de nombreux pays du monde, les personnes atteintes d'épilepsie et leurs familles sont souvent stigmatisées et discriminées. Cela peut être contré en sensibilisant la population à la maladie, en citant des données d'études scientifiques récentes qui réfutent les mythes courants. En particulier, que la maladie est contagieuse ou qu'une crise d'épilepsie est toujours une perte de conscience, des crampes et de la mousse buccale. En fait, avec les formes légères d'épilepsie, une personne ne peut que temporairement perdre le contact avec le monde extérieur. Les méthodes de traitement modernes permettent d'obtenir une rémission dans 70% des cas, une autre moitié d'entre eux de temps en temps élimine complètement le besoin de traitement.

Un autre mythe bien établi - si l'enfant est excité, il a des crises de colère fréquentes et il "roule" en pleurant - cela signifie qu'il développera l'épilepsie. Ce mythe est assez courant chez les médecins, mais ce n'est pas vrai..

- L'excitabilité et la perte de conscience pendant les pleurs n'ont rien à voir avec l'épilepsie, - explique l'épileptologue Irina Kalina. - La probabilité de développer une épilepsie chez les enfants excitables est la même que dans tous les autres.

Il existe une telle idée fausse que la prise de médicaments antiépileptiques crée une dépendance et a de nombreux effets secondaires. Cependant, les médicaments modernes sont facilement tolérés par les patients. Les drogues n'affectent pas les fonctions mentales et ne créent pas de dépendance. La dose est lentement augmentée du minimum à efficace pour réduire la probabilité de réactions indésirables..

Mais la vérité est qu'une personne ayant un diagnostic d'épilepsie n'aura pas le droit de conduire une voiture. Pourquoi? Une crise d'épilepsie peut conduire à une urgence sur la route et entraîner la mort de personnes innocentes, participants au mouvement. Par conséquent, les citoyens atteints de cette maladie ne sont pas autorisés à conduire.

Il existe d'autres activités qui ne sont pas disponibles pour les personnes atteintes d'épilepsie. En cas de maladie, vous ne pouvez pas servir dans la police, les pompiers, sur la protection d'objets importants, vous devez éviter les professions où vous devez contrôler les mécanismes de déplacement ou travailler avec des produits chimiques à proximité des plans d'eau.

Malgré le fait que l'épilepsie est une maladie neurologique, un psychiatre participe généralement au traitement. Mais seulement dans les cas où la maladie s'accompagne de troubles mentaux.

- À cet égard, il y a souvent confusion quant à savoir qui aller pour confirmer ou infirmer le diagnostic - par exemple, pour obtenir le même certificat de conduite. Les thérapeutes et les médecins généralistes envoient souvent les patients immédiatement à un psychiatre, mais vous devez comprendre que tous les cas d'épilepsie ne sont pas accompagnés de troubles mentaux », explique Valeria Yaroslavtseva. - Le psychiatre délivre un certificat attestant de la présence ou de l'absence de maladies mentales qui se sont développées (y compris) à la suite de l'épilepsie, et seul un neurologue peut donner une conclusion quant à l'absence du diagnostic de «l'épilepsie» elle-même.

À l'hôpital psychiatrique n ° 1 de Stavropol, l'École d'épilepsie fonctionne. Le travail de l'école vise à sensibiliser le patient aux causes, aux variétés cliniques de la maladie, aux types de cours, aux types de traitement et à la psychothérapie.

L'école aide les proches des patients à comprendre l'essence de la maladie de leur proche et appelle à partager la responsabilité du traitement médical et à prendre conscience de son importance dans la formation de la rémission. En classe, ils apprennent à reconnaître l'approche des crises et à les contrôler, à parler des aspects juridiques de la maladie, à rester un membre à part entière de la société et à interagir efficacement avec leurs proches.

Pour information: (8652) 99-17-74, ext. 321.

Ce qui sert le plus souvent de provocateur d'attaques d'épilepsie?

Il existe de nombreux facteurs qui provoquent des crises d'épilepsie, et chacun d'eux a le sien. Pour certains, c'est un son fort, une lumière vive ou une situation stressante, mais quelqu'un ne peut s'empêcher de dormir suffisamment. Cependant, dans la pratique clinique, les déclencheurs de crise les plus courants se démarquent..

L'épilepsie est une maladie neurologique complexe. Les crises sont provoquées par l'activité pathologique des neurones dans les foyers individuels ou dans tout le cortex cérébral. Dire avec certitude ce qui sert le plus souvent de provocateur d'attaques d'épilepsie chez l'adulte et l'enfant est impossible sans les études d'un patient spécifique. Il est hérité de quelqu'un, quelqu'un le gagne à la suite d'un traumatisme crânien ou de l'alcoolisme.

Prédisposition héréditaire

Pour comprendre ce qui peut provoquer l'épilepsie, vous devez d'abord parler à des proches. Parce que la maladie est souvent héréditaire.

La transmission directe des parents est possible dans un petit pourcentage de cas. Si seule la mère ou le père est malade, le risque de contracter la maladie d'un enfant est de 4%, et si les deux parents sont malades, alors 10%.

Chez les parents de la génération plus âgée, la probabilité de contracter la maladie est plus élevée. Typiquement, une prédisposition aux crises d'épilepsie est transmise à travers une génération liée au plancher. Autrement dit, de grand-mère à petite-fille, de grand-père à petit-fils.

Il est important de réaliser que ce ne sont pas les crises héréditaires, mais une tendance à leur apparition, c'est-à-dire la disposition de certains neurones à être dans un état pathologiquement excité.

Dans ce cas, la maladie ne se manifeste pas toujours. Il arrive que 2-3 générations d'une famille soient des porteurs de gènes asymptomatiques qui n'ont jamais souffert d'attaques de leur vie.

Et après 3-5 générations, le bébé développe une pathologie convulsive active.

En règle générale, lors de la transmission de l'épilepsie par hérédité, la maladie se manifeste plus tôt que chez le porteur précédent. Parfois, dès les premiers mois de la vie, les crampes du bébé.

L'anomalie génétique n'est pas une phrase. En règle générale, au moment de la puberté, dans le contexte d'un traitement approprié, les crises disparaissent à jamais.

Pourquoi les enfants tombent-ils malades??

Les enfants sont les patients les plus fréquemment diagnostiqués épileptiques. Les symptômes peuvent apparaître immédiatement après la naissance, à l'école primaire ou à l'adolescence.

De plus, l'apparition soudaine de la maladie chez un bébé dont les parents sont en parfaite santé provoque la confusion chez ce dernier: ce qui peut provoquer une crise d'épilepsie chez un enfant?

Les neurologues pensent que dans les premières attaques, en plus de l'hérédité, ils sont à blâmer:

  • pathologie du développement cérébral;
  • traumatisme infantile;
  • complications lors de l'accouchement;
  • maladies infectieuses affectant le cerveau;
  • maladies vasculaires entraînant des changements dans la circulation sanguine du cerveau.

La privation en oxygène du cerveau se reflète sévèrement en raison du serrage des vaisseaux du cordon ombilical et des conséquences du passage de la tête dans le bassin trop étroit de la femme en travail.

Les mêmes raisons provoquent souvent des crises d'épilepsie chez l'adulte également, mais cela ne signifie pas qu'il faille le craindre..

La période de sommeil est un autre facteur qui cause l'épilepsie chez l'homme. Un petit nombre de personnes, généralement dans l'enfance, ont des crises d'épilepsie nocturnes ou somnolentes. Mais dans un état d'éveil, ils ne se produisent pas. Se présentent dans la phase de sommeil paradoxal et se manifestent par des convulsions, des contractions, des yeux qui roulent, des mictions involontaires.

Un petit nombre de personnes, souvent dans l'enfance, ont des crises d'épilepsie nocturnes ou somnolentes. Et à l'état de veille, ils ne se produisent jamais. Se présentent dans la phase de sommeil paradoxal et se manifestent par des convulsions, des contractions, des yeux qui roulent, des mictions involontaires.

Ce qui provoque la version nocturne de la maladie, les scientifiques tentent de le savoir jusqu'à présent. Il n'a pas non plus été possible d'établir la dépendance de la régression ou de la progression du syndrome à des facteurs externes.

Même si quelqu'un est traité, les symptômes disparaissent à un certain âge de manière irrévocable et chez 1/3 des patients, après un certain temps, les crises diurnes commencent.

Le manque de sommeil régulier affecte également négativement le fonctionnement du cerveau. C'est ce qui peut provoquer une crise d'épilepsie chez les étudiants et les jeunes qui préfèrent un mode de vie nocturne..

Après un certain temps, dans le contexte d'un régime de sommeil perturbé, le corps et tout d'abord le cerveau sont épuisés de sorte que la prédisposition qui s'est atténuée avant cette heure se réveille.

Épilepsie chez un enfant: signes, diagnostic, traitement

De nombreux parents doivent connaître un diagnostic d'épilepsie. C'est un diagnostic très sérieux..

À propos de l'épilepsie, presque chaque personne est associée aux crises. C'est vrai, l'épilepsie se manifeste le plus souvent précisément par des crises.

L'épilepsie est une maladie chronique du système nerveux qui se caractérise par une activité électrique irrégulière des parties individuelles ou du cerveau entier, entraînant des convulsions convulsives et une perte de conscience chez les adultes et les enfants.

Le cerveau humain contient un grand nombre de cellules nerveuses qui peuvent se générer et se transmettre de l'excitation. Une personne en bonne santé a une activité électrique saine du cerveau, mais avec l'épilepsie, il y a une augmentation de la décharge électrique et l'apparition d'une forte activité dite épileptique. Une onde d'excitation est instantanément transmise aux régions voisines du cerveau et des convulsions se produisent.

Si nous parlons des causes de l'épilepsie chez les enfants, il convient tout d'abord de souligner l'hypoxie intra-utérine ou le manque d'oxygène dans les cellules du cerveau pendant la grossesse, ainsi que les lésions cérébrales traumatiques, l'encéphalite, dont les causes sont l'infection, ainsi que l'hérédité. Il faut garder à l'esprit que l'épilepsie est une maladie mal comprise, donc toute raison ne peut que contribuer au développement de l'épilepsie, mais on ne peut pas dire qu'une raison cause directement la maladie.

L'épilepsie provoque-t-elle à elle seule des convulsions??

Non. Si votre enfant a une crise, ne paniquez pas. Chez les enfants, les crises surviennent souvent dans un contexte de température élevée, les crises dites fébriles. Afin d'éviter les convulsions dans le contexte d'une température élevée, il faut la réduire à temps. Au-dessus de 38 degrés ne doit pas être ignoré, mais immédiatement réduit avec des suppositoires rectaux de paracétamol ou un mélange lytique.

Non seulement une température élevée, mais aussi un manque de calcium, de magnésium, de vitamine B6, une diminution des taux de glucose, ainsi qu'une lésion cérébrale traumatique, peuvent entraîner des convulsions chez les enfants.

Si votre enfant a une crise pour la première fois, vous devez appeler une ambulance pour l'hospitalisation afin d'examiner et de traiter l'enfant.

Que faire si votre enfant a une crise?

  • Tout d'abord, allongez-vous sur un lit ou sur le sol loin des objets tranchants afin que l'enfant ne se blesse pas
  • Deuxièmement, allongez-vous sur le côté pour que l'enfant ne suffoque pas
  • Troisièmement, ne mettez rien dans la bouche de l'enfant, ne tenez pas votre langue

S'il s'agit d'une crise d'épilepsie, elle peut durer jusqu'à 2-3 minutes.

Après l'attaque, vérifiez la respiration; s'il n'y a pas de respiration, commencez à respirer de bouche à bouche. La respiration artificielle ne peut être effectuée qu'après une attaque..

Avec un enfant, vous devez certainement être près de lui et ne lui donner ni boisson ni médicament avant qu'il ne reprenne ses esprits.

Si votre enfant a de la fièvre, assurez-vous de lui mettre un suppositoire rectal de la chaleur.

Que sont les crises d'épilepsie?

Les grosses crises commencent par des convulsions de tout le corps, les soi-disant convulsions, accompagnées d'une perte de conscience, d'une forte tension des muscles de tout le corps, d'une flexion / extension des bras et des jambes, d'une réduction des muscles faciaux du visage, d'un roulement des yeux. Une attaque majeure peut entraîner une miction involontaire et des selles. Après une crise, l'enfant a un sommeil post-épileptique.

En plus des gros accès, il peut y avoir des soi-disant petits accès.

Les petites crises comprennent les abcès, les crises atoniques et les spasmes infantiles. Les absences s'estompent, ou une perte de conscience à court terme. Les crises atoniques sont similaires à des évanouissements, l'enfant tombe et ses muscles pendant la crise sont extrêmement léthargiques ou atoniques. Le spasme infantile se produit le matin, l'enfant porte ses mains à sa poitrine, hoche la tête et redresse ses jambes. Comme nous le voyons, les manifestations de l'épilepsie sont assez multiples, et s'il y a même le moindre soupçon d'épilepsie, il est alors nécessaire de faire immédiatement un EEG - électroencéphalogramme.

L'épilepsie peut être vraie et symptomatique, c'est-à-dire qu'il s'agit d'un symptôme d'une tumeur cérébrale. Cela doit être traité immédiatement après le diagnostic d'épilepsie..

Le diagnostic lui-même est posé après un électroencéphalogramme, sur lequel une activité épileptique sera observée en cas d'épilepsie.

Un EEG toutes les heures est également effectué pour un examen plus détaillé..

Pour exclure une tumeur cérébrale, un enfant subit une imagerie par résonance magnétique du cerveau.

L'épilepsie peut être suspectée si l'enfant a une décoloration ou des absences, une perte de conscience à court terme, dans laquelle l'enfant semble s'éteindre pendant quelques secondes. Dans ce cas, il y a précisément l'épilepsie des abcès, qui se produit sans attaques. Parfois, un abcès précède une attaque. Dans tous les cas, il est nécessaire de diriger l'enfant vers l'EEG.

Traitement de l'épilepsie chez un enfant

Si l'enfant a eu au moins deux crises, il doit alors prendre des médicaments tels que le valproate (convulex), le phénobarbital ou la carbamazépine, ainsi que le topomax et le keppra.

La réception de ces médicaments est longue, la régularité est très importante, si la régularité n'est pas respectée, les crises peuvent récidiver.

Le plus souvent, un médicament suffit pour prévenir les crampes. Les médicaments antiépileptiques provoquent une diminution de l'attention, de la somnolence, une baisse des performances scolaires, mais en aucun cas ils ne peuvent être annulés ou manqués, car l'annulation peut immédiatement provoquer une attaque. Chaque attaque repousse le développement de l'enfant.

Convulex est utilisé sous le contrôle de l'acide valproïque dans le sang. Si l'acide valproïque dans le sang est supérieur à 100 mcg / ml, il est impossible d'augmenter la posologie du médicament, si moins de 50 mcg / ml, la posologie thérapeutique n'est pas atteinte et la dose doit être augmentée.

Si l'enfant a eu au moins une attaque, alors dans un mois, il lui est strictement interdit tout massage, médicaments stimulant le système nerveux central, ainsi que des cours avec un orthophoniste.

Avec l'épilepsie symptomatique, une tumeur est enlevée, après quoi les attaques cessent complètement.

Facteurs déclenchant les crises d'épilepsie

Manque de sommeil ou sommeil intermittent. Le corps, pour ainsi dire, essaie de compenser un sommeil rapide perdu, à la suite duquel l'activité électrique du cerveau change et une attaque peut commencer.

Le stress et l'anxiété peuvent déclencher des crises.

Les médicaments qui stimulent le système nerveux central (ceraxon, cérébrolysine) peuvent provoquer une crise d'épilepsie, ainsi qu'une augmentation de la dose d'insuline due à l'hypoglycémie.

Toute maladie grave, telle qu'une pneumonie, peut contribuer à une attaque..

Le scintillement d'une lumière vive, par exemple lorsque vous regardez des séries animées, peut également contribuer à une attaque. Il y a ce qu'on appelle l'épilepsie télévisuelle - c'est un état spécial de photosensibilité, qui est basé sur le mouvement des taches qui composent l'image. Les enfants sensibles peuvent réagir à regarder la télévision par une attaque.

Si votre enfant a une épi-activité EEG, mais qu'il n'y a pas de convulsions, alors vous devez garder à l'esprit qu'en cas de facteurs stressants, qu'il s'agisse d'une maladie ou d'un ajustement hormonal, ils peuvent apparaître. Et pour entrer dans une rémission stable, vous devez être prêt.

L'épilepsie est-elle guérissable

Heureusement, l'épilepsie chez les enfants peut disparaître. Mais, si votre enfant a eu au moins une crise majeure, il devrait alors recevoir un traitement antiépileptique pendant trois ans. Pendant ces trois années, l'enfant doit être hospitalisé tous les trois mois pour examen et observation. En l'absence de convulsions, le diagnostic est retiré. Cependant, l'enfant est sous la surveillance d'un neurologue pendant encore cinq ans..

Cet article est utile à tous les parents, car les crampes sont un sujet de préoccupation et vous devez savoir comment aider l'enfant. Même si votre enfant a reçu un diagnostic aussi grave que l'épilepsie, ne désespérez pas et ne paniquez pas. Il est nécessaire de respecter strictement la prescription d'un neurologue, peut-être de consulter un épileptologue, et d'être sûr d'espérer que votre bébé se rétablira - pour ainsi dire, deviendra trop grand. Croyez-moi, cela dépend beaucoup de votre humeur.

De plus, le climat dans la famille signifie beaucoup. Il est nécessaire d'entourer l'enfant d'attention et d'une attitude amicale. Il n'est pas nécessaire de trop insister sur l'épilepsie, afin que l'enfant se sente psychologiquement plus calme et n'essaye pas d'utiliser sa maladie en vous manipulant.

L'objectif principal de la réadaptation des enfants épileptiques est d'arrêter ou de minimiser le nombre de crises. Il est également très important de socialiser l'enfant, de le présenter à l'équipe des enfants et de le préparer à l'école autant que possible sans surcharger sa psyché. Pour cela, les orthophonistes et les psychologues devraient travailler avec l'enfant. Peut-être qu'à l'école, il aura besoin d'un programme de formation individuel.

Prévention de l'épilepsie

La prévention de cette maladie consiste principalement en la prévention de l'hypoxie, à la fois intra-utérine et après la naissance, la prévention des blessures et des infections du cerveau, ainsi que des situations stressantes chez l'enfant. Vous devriez essayer d'éviter de regarder la télévision excessivement et de mettre votre bébé au lit à l'heure.

Causes de l'épilepsie chez l'adulte

Diagnostique

Si le patient a des crises, il est nécessaire de consulter un neurologue. Le médecin diagnostique et prescrit le traitement nécessaire. Lors de la visite initiale, le neurologue établit un tableau clinique basé sur les plaintes des patients.

Lors de la consultation, la tâche du médecin n'est pas seulement d'identifier la présence d'épilepsie, mais aussi de déterminer l'état du patient, son intellect, ses caractéristiques de personnalité, ses relations dans la société.

En cas de suspicion de troubles de la personnalité, le patient est consulté par un psychologue ou un psychothérapeute pour la sélection d'antidépresseurs ou de sédatifs.

Ensuite, effectuez les mesures de diagnostic suivantes:

  1. Test réflexe:
  • le genou;
  • muscles des épaules;
  • faisceau carpien;
  • visuel;
  • vérifier la motricité.

Électroencéphalographie. Un électroencéphalographe enregistre les zones excitées du cerveau chez un patient.

Les données sont traitées dans un ordinateur et affichées sous forme de courbes graphiques.

CT et IRM. Ces méthodes sont utilisées pour étudier la cavité crânienne et les os..

On obtient des images dans lesquelles une image tridimensionnelle de la tête et du cerveau apparaît. Si le patient a des blessures, des fractures du crâne, diverses formations, il y a une forte probabilité de crises pour ces raisons.

Angiographie. À l'aide d'un produit de contraste, l'état des vaisseaux est examiné..

L'épilepsie chez les enfants

La véritable épilepsie chez les enfants est généralement détectée à l'âge de 12-16 ans, bien qu'elle puisse apparaître à tout moment, même la petite enfance. Dans ce dernier cas, les blessures à la naissance sont le plus souvent causées par.

Chez les enfants, la maladie se déroule à peu près de la même manière que chez les adultes, mais les enfants, en raison des caractéristiques physiologiques, sont plus susceptibles de développer des complications. L'insuffisance fonctionnelle des mécanismes d'autodéfense contre l'hypoxie conduit au fait que l'œdème cérébral chez l'enfant se développe plus rapidement et est plus difficile.

L'épilepsie doit être distinguée des crises qui surviennent pour d'autres raisons. Le cerveau des enfants est plus sujet à une excitation excessive, de sorte que les foyers et les zones pathologiques qui génèrent un flux d'impulsions qui provoquent des convulsions sont plus faciles à produire. Ce processus commence très souvent lorsque la température corporelle augmente et ne représente pas une véritable épilepsie. Les crampes fébriles sont une sorte de réaction du cerveau à une augmentation de la température, et elles passent sous l'influence de médicaments spéciaux et avec l'élimination de la fièvre. Les convulsions fébriles disparaissent presque toujours sans laisser de trace à l'âge de 3 ans.

L'épilepsie est une maladie chronique qui peut être traitée dans la plupart des cas. Un épileptique peut être un membre à part entière de la société, mais seulement s'il est attentif aux rendez-vous médicaux et n'interrompt pas la prise de drogues.

Bozbey Gennadiy Andreevich, médecin ambulancier

12,234 vues totales, 3 vues aujourd'hui

Attaques d'épilepsie et leurs phases chez les enfants et les adultes

Généralisé

Si le patient a des foyers épileptiques répartis dans toutes les parties du cerveau, une attaque généralisée se développe. C'est ce qu'on appelle une «crise d'épilepsie déployée importante»..

Il est divisé en deux grandes phases: tonique et clonique. Une étude détaillée peut distinguer de nombreuses autres étapes:

  1. Prodromes (précurseurs éloignés).
  2. Aura (signes avant-coureurs les plus proches).
  3. Perte de conscience.
  4. Crampes toniques.
  5. Crampes cloniques.
  6. Coma.
  7. Épuisement post-épileptique.

Les prodromes commencent plusieurs heures, voire plusieurs jours avant la saisie.

Le patient ressent un léger malaise sous forme de maux de tête, de dépression. Vient ensuite une courte période d'aura.

Le patient peut soudainement ressentir des nausées, une odeur désagréable ou entendre des sons étranges..

Après cela, une personne perd connaissance, elle commence à une contraction musculaire tonique, à la suite de laquelle l'épileptique tombe. En raison du spasme des muscles du larynx, le patient fait des cris ou des gémissements.

Les convulsions toniques durent jusqu'à 1 minute, accompagnées d'une peau pâle, d'un étirement des extrémités, d'un grincement des dents, d'une miction involontaire, d'un ralentissement de la respiration.

Vient ensuite la phase clonique, qui se traduit par des contractions des bras, des jambes, du visage. La tête tourne à gauche et à droite, les globes oculaires tournent, la langue dépasse, les grimaces changent sur le visage.

Le patient sécrète de la salive, de la mousse, la respiration devient rauque et intermittente. Cette période dure 2-3 minutes, les convulsions s'affaiblissent progressivement et disparaissent..

La prochaine étape est le coma. L'épileptique ne répond pas aux stimuli externes, il n'y a pas de réflexes pupillaire et tendineux, la peau devient grise.

Cette période dure jusqu'à 30 minutes. Après cela, une personne peut s'endormir immédiatement pendant plusieurs heures ou récupérer progressivement.

Le patient ne se souvient pas de ce qui lui est arrivé. On ne peut que deviner des conséquences: maux de tête, faiblesse, faiblesse.

Un autre type de crise épileptique majeure est avorté.

On l'appelle ainsi parce que certaines manifestations sont absentes ou faiblement exprimées. Par exemple, il peut ne pas y avoir d'aura.

Les convulsions et les convulsions ne s'étendent pas à tous les groupes musculaires, mais à une partie du corps (tête, bras). Parfois l'attaque se limite à la phase tonique.

La durée d'une telle crise ne dépasse pas 3 minutes, la récupération se produit beaucoup plus rapidement avec moins de conséquences.

MEP procède sous différentes formes:

    Absence. Elle se caractérise par une perte de conscience à court terme. Le patient a l'air de penser.

Il ne répond pas aux stimuli externes, regarde un point, se fige dans une certaine position. Dans cet état, une personne reste quelques secondes, puis continue son activité.

  • Attaque akinétique. Une relaxation musculaire épileptique se produit soudainement, de sorte qu'elle tombe brusquement, peut entraîner une blessure grave. La conscience est déconnectée ou conservée. Cet état dure 2-3 secondes.
  • Petite saisie myoclonique. Cela se produit avec une perte de conscience partielle ou complète.

    Le patient commence à contracter des muscles sur une certaine partie du corps. Ces crises peuvent survenir une fois ou en série..

    Caractéristique de l'épilepsie infantile, qui disparaît souvent avec l'âge. Les myoclones se développent rarement en grands EP généralisés.

    Crise psychomotrice. Elle se caractérise par une opacification temporaire de la conscience. Un patient dans cet état commet des actions incontrôlées sans s'en rendre compte, bien que ses actions ne semblent pas étranges.

    Après avoir repris conscience, le patient ne se souvient de rien. Il s'agit de la forme d'épilepsie la moins favorable dans laquelle se produit une dégradation de la personnalité..

    Traitement et premiers secours

    Le traitement vise à l'arrêt complet des crises convulsives. En règle générale, la carbamazépine est d'abord prescrite au patient.

    S'il s'avère inefficace, ils recommandent un médicament du groupe des barbituriques, du valproate, des benzodiazépines.

    Lorsqu'une telle thérapie ne permet pas d'obtenir un effet positif stable, diverses combinaisons de médicaments antiépileptiques sont utilisées.

    Si un traitement conservateur n'aide pas à soulager complètement le patient des crises, une intervention chirurgicale est effectuée. Le plus souvent, une résection temporelle est réalisée et, plus rarement, une hippocampotomie sélective, une résection focale ou une amygdalotomie.

    Les premiers soins en cas d'attaque consistent à éviter de blesser le patient. Il doit être posé, détacher les ceintures, les liens, desserrer le lien.

    Pour qu'il ne se mord pas la langue, vous devez essayer de poser une serviette pliée plusieurs fois, ou une serviette entre ses dents. La tête du patient doit être tournée d'un côté pour qu'il ne suffoque pas lors des vomissements.

    Thérapie dans l'enfance

    Le traitement des patients pédiatriques vise à réduire la fréquence des crises et, par conséquent, l'arrêt complet des crises. Tout d'abord, les patients se voient prescrire une monothérapie..

    Si la carbamazépine ne produit aucun effet, les hydantoïnes, les valproates, les barbituriques et la lamotrigine sont recommandés. Lorsque la monothérapie échoue, les médicaments ci-dessus sont combinés les uns avec les autres.

    Si la maladie ne répond pas aux médicaments, les médecins décident de la chirurgie. Après la chirurgie, les patients peuvent souffrir de troubles de la parole, d'hémiparésie, de troubles mnémoniques.

    Types et symptômes d'épilepsie

    Grande saisie

    Phases d'une grosse saisie

    Nom de phaseDescription, symptômes
    Phase annonciatrice - précède l'attaque
    • Habituellement, la phase précurseur commence quelques heures avant la prochaine attaque, parfois en 2 à 3 jours.
    • Le patient est embrassé par une anxiété sans cause, une anxiété incompréhensible, une tension interne accrue, une agitation.
    • Certains patients perdent la communication, se retirent, sont déprimés. D'autres, au contraire, sont très excités, agressifs.
    • Peu avant l'attaque, une aura apparaît - des sensations inhabituelles complexes qui ne peuvent être décrites. Il peut s'agir d'odeurs, d'éclairs, de bruits étranges, de claquements dans la bouche.

    On peut dire que l'aura est le début d'une crise d'épilepsie. Dans le cerveau du patient, il y a un foyer d'excitation pathologique. Il commence à se propager, couvre toutes les nouvelles cellules nerveuses et le résultat final est une crise.

    Phase de crampes toniques
    • Habituellement, cette phase dure 20-30 secondes, moins souvent - jusqu'à une minute.
    • Tous les muscles du patient sont très tendus. Il tombe par terre. La tête jette brusquement en arrière, ce qui fait que le patient frappe généralement l'arrière de la tête sur le sol.
    • Le patient fait un grand cri, qui se produit en raison de la forte contraction simultanée des muscles respiratoires et des muscles du larynx.
    • Il y a un arrêt respiratoire. De ce fait, le visage du patient devient gonflé, acquiert une teinte bleuâtre.
    • Pendant la phase tonique d'une grosse crise, le patient est allongé sur le dos. Souvent, son dos est courbé en arc de cercle, tout son corps est tendu et il ne touche le sol qu'avec ses talons et l'arrière de sa tête.
    Phase de crise clonique Clonus est un terme désignant une contraction musculaire rythmique rapide..
    • La phase clonique dure de 2 à 5 minutes.
    • Tous les muscles du patient (les muscles du tronc, du visage, des bras et des jambes) commencent à se contracter rythmiquement rapidement.
    • De la bouche du patient sort beaucoup de salive, qui ressemble à de la mousse. Si le patient se mord la langue pendant les crises, il y a un mélange de sang dans la salive.
    • Progressivement, la respiration commence à récupérer. Au début, il est faible, superficiel, souvent interrompu, puis revient à la normale..
    • Le gonflement et le bleuissement du visage disparaissent.
    Phase de relaxation
    • Le corps du patient se détend.
    • Les muscles des organes internes se détendent. Une décharge involontaire de gaz, d'urine et de matières fécales peut se produire..
    • Le patient tombe dans un état de stupeur: il perd connaissance, il n'a pas de réflexes.
    • L'état de Sopor dure généralement 15-30 minutes.

    La phase de relaxation se produit du fait que le foyer de l'activité pathologique du cerveau "se fatigue", il commence une forte inhibition.

    DormirAprès avoir quitté l'état de sopor, le patient s'endort. Symptômes qui surviennent après le réveil: associés à des troubles circulatoires cérébraux lors d'une attaque:

    • maux de tête, sensation de lourdeur dans la tête;
    • sensation de faiblesse générale, faiblesse;
    • légère asymétrie du visage;
    • légère violation de la coordination des mouvements.

    Ces symptômes peuvent persister pendant 2 à 3 jours. Les symptômes associés à la morsure de la langue et à la frappe du sol et des objets environnants sont le moment de l'attaque:

    • troubles de l'élocution;
    • abrasions, ecchymoses, ecchymoses sur le corps.

    Absense

    • Pendant une attaque, la conscience du patient s'éteint pendant une courte période, généralement pendant 3 à 5 secondes.
    • Alors qu'il est engagé dans une entreprise, le patient s'arrête soudainement et se fige.
    • Parfois, le visage du patient peut devenir légèrement pâle ou rougir.
    • Certains patients jettent la tête en arrière lors d'une attaque, roulent des yeux.
    • Après la fin de l'attaque, le patient revient à la session interrompue.

    Autres types de crises d'épilepsie mineures

    • Crises frénétiques. Une forte baisse du tonus musculaire se produit, à la suite de laquelle le patient tombe au sol (il n'y a pas de crampes) et peut perdre connaissance pendant une courte période.
    • Saisies myocloniques. Secousses mineures à court terme des muscles du tronc, des bras et des jambes. Une série de ces attaques se répète souvent. Le patient ne perd pas conscience.
    • Crises hypertensives. Une forte tension musculaire se produit. Habituellement, tous les fléchisseurs ou tous les extenseurs sont tendus. Le corps du patient prend une certaine position.

    Jackson attaque

    Signes d'épilepsie jacksonienne

    • L'attaque se manifeste sous la forme de secousses convulsives ou d'engourdissements dans une certaine partie du corps.
    • L'attaque de Jackson peut capturer la main, le pied, l'avant-bras, le bas de la jambe, etc..
    • Parfois, les crampes se propagent, par exemple, de la main à la moitié entière du corps.
    • L'attaque peut se propager à tout le corps et se transformer en une grosse crise. Une telle crise d'épilepsie sera appelée accessoirement généralisée..

    Types de maladies

    La classification de l'épilepsie a été créée il y a seulement 30 ans. Et aujourd'hui, ce sont les médecins qui l'utilisent pour diagnostiquer avec précision.

    Aujourd'hui, il existe 4 groupes distincts d'épilepsie, classés par crises:

    1. Local. Souvent, ces saisies sont également appelées saisies partielles. Ce groupe comprend également idiopathique et symptomatique avec des espèces individuelles. Les symptômes de ce groupe se manifestent par une activité neutronique dans un foyer.
    2. Généralisé. Ils sont également idiopathiques et symptomatiques, et à l'intérieur d'eux se trouvent également d'autres sous-espèces: le syndrome de West, l'épilepsie des abcès. Chez ces espèces, l'activité neutronique dépasse leur localisation initiale..
    3. Non déterministe. Cela comprend les convulsions se manifestant dans la petite enfance et divers types de syndromes. Dans ce cas, une combinaison de crises généralisées et localisées est plus souvent observée..
    4. Autres syndromes. Ces types de maladies peuvent décrire des crises qui se produisent en raison de troubles toxiques, de blessures et d'autres conditions qui ont déclenché l'attaque. Il s'agit notamment des crises qui se produisent en raison de la cause profonde ou en relation avec des manifestations spéciales.

    Les espèces idiopathiques comprennent les maladies dont la cause n'a pas été établie avec précision. Le plus souvent, le facteur héréditaire a joué son rôle ici. Les symptômes comprennent des convulsions dans lesquelles la cause profonde est établie avec précision, par exemple, lors de l'examen, des violations dans le cerveau sont enregistrées.

    Dans de rares cas, les spécialistes diagnostiquent l'épilepsie cryptogénique. Dans ce cas, la cause n'a pas pu être établie, mais le facteur héréditaire est complètement exclu..

    Causes des crises d'épilepsie

    Jusqu'à présent, les experts ont du mal à trouver les causes exactes qui provoquent la survenue de crises d'épilepsie..

    Des crises d'épilepsie peuvent être observées périodiquement chez les personnes qui ne souffrent pas de la maladie en question. Selon le témoignage de la plupart des scientifiques, les signes d'épilepsie chez une personne n'apparaissent que si une certaine zone du cerveau est endommagée. Frappées mais conservant une certaine viabilité, les structures cérébrales se transforment en sources de décharges pathologiques, à l'origine de la maladie «épileptique». Parfois, le résultat d'une crise d'épilepsie peut être une nouvelle lésion cérébrale, conduisant au développement de nouveaux foyers de la pathologie en question.

    Les scientifiques à ce jour avec une précision absolue ne savent pas ce qu'est l'épilepsie, pourquoi certains patients souffrent de ses crises, tandis que d'autres n'ont aucune manifestation. De plus, ils ne trouvent pas d'explication pourquoi, chez certains sujets, une crise est un cas isolé, tandis que dans d'autres, c'est un symptôme qui se manifeste constamment..

    Certains experts sont convaincus de l'état génétique de la survenue d'attaques d'épilepsie. Cependant, le développement de la maladie en question peut être de nature héréditaire, mais aussi être la conséquence d'un certain nombre de maladies transmises par l'épileptique, les effets de facteurs environnementaux agressifs et les blessures.

    Ainsi, les maladies suivantes peuvent être distinguées parmi les causes de la survenue des crises d'épilepsie: processus tumoraux dans le cerveau, infection méningococcique et abcès cérébral, encéphalite, troubles vasculaires et granulomes inflammatoires.

    Les causes de la pathologie en question au jeune âge ou à la puberté sont soit impossibles à établir, soit déterminées génétiquement.

    Plus le patient est âgé, plus il est probable que les crises d'épilepsie se développent au milieu de graves lésions cérébrales. Souvent, les crampes peuvent être causées par de la fièvre. Environ quatre pour cent des personnes qui ont eu un état fébrile sévère développent une épilepsie.

    La véritable raison du développement de cette pathologie est les impulsions électriques qui se produisent dans les neurones du cerveau, qui déterminent les états d'affect, l'apparition de convulsions et la performance par un individu d'actions inhabituelles. Les principales zones cérébrales du cerveau n'ont pas le temps de traiter les impulsions électriques envoyées en grand nombre, en particulier celles qui sont responsables des fonctions cognitives, à la suite desquelles l'épilepsie survient.

    Voici les facteurs de risque typiques des crises d'épilepsie:

    - traumatisme à la naissance (par exemple hypoxie) ou naissance prématurée et faible poids de naissance associé;

    - Anomalies des structures cérébrales ou des vaisseaux cérébraux à la naissance;

    - la présence d'épilepsie chez les membres de la famille;

    - abus de boissons alcoolisées ou usage de stupéfiants;

    L'épilepsie peut-elle être traitée chez les enfants?

    Heureusement, l'épilepsie chez les enfants disparaît généralement d'elle-même, surtout si les crises sont faibles et peu nombreuses. Si l'enfant a eu au moins une crise majeure, il doit alors subir un traitement antiépileptique spécial pendant au moins trois années consécutives. Pendant cette période, l'enfant est hospitalisé quatre fois par an à des fins d'examen et d'observation. Avec une absence totale de crises dans les trois ans, le diagnostic est retiré, cependant, un neurologue continue d'observer pendant encore cinq ans.

    En conclusion, je tiens à dire à tous les parents dont les enfants ont reçu un diagnostic si grave qu'ils ne devraient pas désespérer ni paniquer. Il vous suffit de suivre strictement toutes les recommandations d'un neurologue, de consulter un épileptologue et de vous assurer que le bébé se rétablira ou, comme on dit, deviendra trop grand.

    Le climat positif dans la famille est également important, dans lequel l'attention et les relations amicales entre tous les membres de la famille jouent un rôle important. De plus, pour le confort psychologique de l'enfant, il n'est pas nécessaire de trop insister sur l'épilepsie, car il se sentira plus calme et n'essaiera pas de manipuler ses proches en utilisant sa maladie

    Premiers secours

    De côté, la crise peut sembler intimidante, mais elle n'a rien de dangereux, car elle se termine rapidement et spontanément.

    En ce moment, le patient n'a besoin que de l'attention des autres pour ne pas se blesser en perdant connaissance. La vie d'une personne dépendra d'actions correctes et simples.

    La vie d'une personne dépendra d'actions correctes et simples..

    L'algorithme de premiers secours est assez simple:

    1. Ne paniquez pas après avoir été témoin d'épilepsie.
    2. Saisissez une personne pour qu'elle ne tombe pas, aidez-la à tomber doucement au sol, allongez-vous sur le dos.
    3. Retirez les objets qu'il pourrait toucher. Ne pas chercher de médicaments dans ses affaires est inutile. En convalescence, il prendra lui-même ses pilules.
    4. Fixer l'heure du début de l'attaque.
    5. Mettez quelque chose sous votre tête (au moins un sac ou des vêtements) pour adoucir vos bosses de tête. En dernier recours, tenez votre tête avec vos mains.
    6. Libérez le cou du col pour que rien ne gêne la respiration..
    7. Tournez la tête sur le côté pour éviter la chute de la langue et l'asphyxie par la salive.
    8. N'essayez pas de garder les membres à l'étroit.
    9. Si la bouche est entrouverte, vous pouvez y mettre du tissu plié ou au moins un mouchoir pour éviter de vous mordre la joue ou la langue. Si la bouche est fermée, n'essayez pas de l'ouvrir - vous pouvez rester sans doigts ou casser les dents du patient.
    10. Vérifiez l'heure: si les convulsions durent plus de deux minutes, vous devez appeler une ambulance immédiatement - l'administration intraveineuse d'antico-convulsivants et de médicaments antiépileptiques est nécessaire.
    11. Une fois l'attaque terminée, aidez la personne à récupérer, expliquez ce qui s'est passé et calmez-vous.
    12. Aidez-le à prendre des médicaments.

    Pour les patients épileptiques, il existe des bracelets spéciaux sur lesquels toutes les informations nécessaires sont indiquées. Lorsque vous appelez une ambulance, ce bracelet aidera les médecins.

    Après l'incident, le patient s'endort profondément, pas besoin de l'empêcher. Il est préférable de raccompagner à la maison et de se coucher. Au début, il ne devrait pas utiliser de produits stimulants pour le système nerveux central.

    Assurez-vous d'appeler une ambulance si le patient s'est blessé dans un état inconscient, si l'attaque dure plus de deux minutes et s'il se reproduit le même jour..

    Crise épileptique dans un rêve

    Une variété de la maladie considérée est l'épilepsie avec des crises nocturnes, caractérisée par des crises en cours de coucher, pendant les rêves ou le réveil. Selon les informations statistiques, les statistiques, ce type de pathologie, affectent près de 30% de toutes les personnes atteintes d'épilepsie.

    Les attaques de nuit sont moins intenses que le jour. En effet, les neurones entourant le foyer pathologique pendant le rêve du patient ne répondent pas à la gamme d'activités, ce qui produit finalement moins d'intensité.

    Dans le processus des rêves, une attaque peut commencer par un réveil soudain sans cause, avec une sensation de mal de tête, des tremblements du corps et des vomissements. Une personne pendant une épipression peut se lever à quatre pattes ou s'asseoir, faire des jambes ondulées, semblable à l'exercice "vélo".

    En règle générale, une attaque dure de dix secondes à plusieurs minutes. Habituellement, les gens se souviennent de leurs propres sentiments qui surviennent lors d'une attaque. De plus, en plus des signes évidents d'une crise, des preuves indirectes subsistent souvent, telles que des traces de mousse sanglante sur l'oreiller, des douleurs dans les muscles du corps et des abrasions et des ecchymoses peuvent apparaître sur le corps. Rarement après une crise de rêve, une personne peut se réveiller par terre.

    Les conséquences d'une crise d'épilepsie dans un rêve sont plutôt ambiguës, car le sommeil est le processus le plus important de la vie du corps. La privation de sommeil, c'est-à-dire la privation de sommeil normal, entraîne une augmentation des crises, ce qui affaiblit les cellules cérébrales, épuise le système nerveux dans son ensemble et augmente la préparation convulsive. Par conséquent, les personnes atteintes d'épilepsie sont contre-indiquées dans les réveils nocturnes fréquents ou précoces; un changement brusque de fuseau horaire n'est pas souhaitable. Souvent, une autre crise peut déclencher une alarme normale. Les manifestations cliniques qui n'ont aucun lien direct avec la maladie, comme les cauchemars, les cauchemars, l'incontinence urinaire, etc., peuvent accompagner les rêves d'un patient épileptique..

    Que faire d'une crise d'épilepsie, si elle dépasse une personne en rêve, comment faire face à de telles crises et comment éviter d'éventuelles blessures?

    Afin de ne pas se blesser lors d'une crise d'épilepsie, il est nécessaire d'équiper une couchette sûre. Il est nécessaire de retirer tout objet fragile et tout ce qui peut provoquer des blessures, à côté du lit. Vous devez également éviter de dormir sur des jambes hautes ou avec le dos. Il est préférable de dormir sur le sol, pour lequel vous pouvez acheter un matelas, ou entourer le lit de tapis spéciaux.

    Pour résoudre le problème des attaques nocturnes, une approche intégrée est importante. Au premier tour, vous devez dormir suffisamment. Ne négligez pas le sommeil de la nuit. Vous devez également abandonner l'utilisation de divers stimulants, tels que les boissons énergisantes, le café, le thé fort. Un rituel spécial d'endormissement devrait également être développé, qui comprendra des mouvements mesurés, abandonner tous les gadgets une heure avant la retraite prévue, prendre une douche chaude, etc..

    Traitement

    Le traitement de l'épilepsie est un processus long et complexe. La thérapie comprend:

    1. Prendre des médicaments.
    2. Respect du régime alimentaire et de la routine quotidienne.

    Médicament

    Les médicaments sont d'abord prescrits à une posologie minimale. Si les crises réapparaissent, la dose est augmentée.

    Pour obtenir une rémission, les groupes de médicaments suivants sont utilisés:

    Actuellement, il existe de nombreux antiépileptiques à action prolongée. Ils n'ont aucun effet toxique et ont un minimum d'effets secondaires..

    Remèdes les plus populaires:

    • Conusolfin;
    • Convulex Chrono;
    • Topiramate;
    • Karmabazépine.

    Tout d'abord, un type de médicament est prescrit. S'il n'est pas possible d'obtenir une rémission stable, appliquez un ensemble d'outils.

    Pour prévenir les effets négatifs des médicaments sur le foie, un test sanguin est effectué tous les trois mois pour déterminer la numération plaquettaire et les tests de la fonction hépatique. Échographie des organes abdominaux.

    Routine quotidienne et nutrition

    Une routine quotidienne stricte aide à prévenir les attaques. Le patient doit se coucher et se lever en même temps. Le stress physique et émotionnel doit être évité..

    L'épilepsie photosensible n'est pas traitable. Afin de ne pas provoquer de crise, le patient doit respecter les restrictions suivantes:

    • Ne regardez pas la télévision pendant une longue période et ne vous asseyez pas devant l'ordinateur;
    • porter des lunettes de soleil;
    • éviter la lumière vive.

    Un régime spécial pour les épileptiques implique de limiter les glucides, le sel et d'augmenter la quantité de graisses dans le régime.

    Il est également interdit de fumer, de boire de l'alcool, de boire du café et du thé forts.

    Les parents du patient doivent apprendre à prodiguer les premiers soins. En cas d'attaque, le patient doit être allongé sur une surface plane, exempte de cavité buccale et de vomissements.

    Ensuite, mettez quelque chose de doux sous votre tête, tournez votre tête sur le côté pour que le patient ne s'étouffe pas. Ensuite, vous devez desserrer le col, détacher les vêtements extérieurs.

    Ne faites pas de respiration artificielle ni de massage cardiaque. Il suffit de contrôler le pouls. En outre, vous ne pouvez pas tolérer le patient, essayez d'ouvrir vos dents. Assurez-vous d'attendre l'ambulance.