Principal / Pression

Kyste dans la tête: qu'est-ce que c'est, symptômes, traitement

Pression

Un kyste localisé dans le cerveau est une formation étrangère dans le crâne. Il se déroule souvent en secret, il est détecté à la suite d'un examen diagnostique dû à une autre maladie chez des patients à un âge avancé - après 30 ans. Un petit kyste dans la tête ne préoccupe généralement pas la personne. Parallèlement à la croissance du néoplasme, des symptômes désagréables apparaissent: nausées, souvent accompagnées de vomissements, malaise général, maux de tête, évanouissements, vertiges, acouphènes.

Pour déterminer la pathologie, la méthode de la tomographie par ordinateur (à l'aide de rayons X) ou par résonance magnétique (à l'aide de champs électromagnétiques) est utilisée. Au cours d'examens IRM systématiques, il est clair que le kyste s'est agrandi ou que sa forme est restée inchangée. Une augmentation de la taille provoque une augmentation de la compression sur les cellules cérébrales voisines, ralentissant et bloquant l'écoulement naturel du liquide cérébral. La détection des kystes dans la tête nécessite le strict respect des recommandations du médecin.

Qu'est-ce qu'un kyste situé dans le cerveau?

Les kystes répartis dans différentes zones du cerveau de l'adulte sont des cavités spatiales cachées derrière des parois denses impénétrables et remplies de liquide. Le néoplasme ressemble à une interspersion sphérique sur le fond de la substance cérébrale ou de ses membranes. De nombreuses personnes qui ont fait face à un problème similaire s'inquiètent de la dangerosité d'un kyste situé dans le cerveau. Si une éducation bénigne ne se développe pas, l'état de la santé humaine ne se détériore pas.

Avec une augmentation de la taille du néoplasme, le risque de complications augmente - une violation de l'écoulement de liquide, le développement de l'hydrocéphalie. Les conséquences d'un kyste situé dans la tête d'un adulte sont prédites individuellement en fonction des observations et des résultats de la recherche. La question de savoir combien ils vivent avec un kyste est définitivement impossible à répondre. La durée et la qualité de vie dépendent des caractéristiques individuelles de l'organisme et du cours spécifique de la pathologie. Une personne avec une petite éducation étrangère qui ne change pas de taille peut survivre à des années avancées.

Classification et types de pathologie

Les kystes du cerveau, en tenant compte de la localisation, sont divisés en 2 types: intracérébral, arachnoïde. Intracérébral peut être appelé kyste cérébral. On le trouve dans les tissus de matière grise et blanche. Arachnoïde - dans la zone arachnoïde. D'autres types de kystes localisés dans le cerveau sont d'origine variable. Il y a congénitales et se sont formées au cours de la vie. Afin de comprendre en détail ce qu'est un kyste situé à l'intérieur du crâne, il est important de prendre en compte le type de tissu qui a servi de matériau de construction. Par le type de tissu, les tumeurs bénignes se distinguent:

  1. Arachnoïde. Les parois sont formées de cellules arachnoïdiennes, une alternative est les cellules de collagène cicatricielles.
  2. Colloïdal. Les parois se sont formées à partir de cellules en forme de coupe et ciliaires. Contenu - Substance gélatineuse.
  3. Dermoïde. La cavité contient des particules de cellules germinales (ectoderme), des glandes sébacées, des follicules pileux.
  4. Épidermoïde. Il se forme au cours du développement fœtal. Il est formé de l'épithélium d'origine ectodermique, qui est la base des tissus de la peau, des ongles, des cheveux.

La localisation d'une tumeur bénigne détermine les troubles qu'elle provoque. Un kyste dans la partie occipitale de la tête entraîne une déficience visuelle. Un kyste situé dans la partie frontale provoque une altération de la parole, altère la coordination des mouvements. Si un néoplasme se produit dans le lobe frontal à l'intérieur du cerveau, une personne peut avoir des difficultés à percevoir et à se souvenir des informations.

Il a des troubles de la mémoire, un trouble du milieu psycho-émotionnel. Des symptômes similaires sont notés si la cavité externe se trouve dans l'hémisphère gauche du cerveau. L'hémisphère gauche est responsable de la réflexion logique et de l'analyse des données entrantes. La pathologie cérébrale dans cette partie empêche la capacité d'exprimer de manière cohérente les pensées. La dépression se développe.

Un kyste dans la zone de la voile intermédiaire est situé dans la partie supérieure du troisième ventricule du cerveau. La pathologie est souvent détectée chez les nouveau-nés. Dans la grande majorité des cas, la thérapie n'est pas requise. Le kyste intrasellaire est situé dans le lit osseux de la selle turque. Une anomalie ne provoque généralement pas de complications graves. Le patient ne reçoit pas de traitement chirurgical. Le noyau basal est l'un des départements qui coordonne l'activité motrice. Un kyste dans cette zone entraîne un dysfonctionnement du système musculo-squelettique.

Arachnoïde

Les parois sont formées de cellules gliales. À l'intérieur de la cavité se trouve le liquide céphalo-rachidien. Les kystes arachnoïdiens sont diagnostiqués chez 4% des habitants de la planète. Dans 80% des cas, la pathologie est asymptomatique. Les médecins préfèrent ne pas dire quelles tailles sont considérées comme grandes, mais comment l'éducation se comporte dans la dynamique. Si les formations kystiques arachnoïdiennes n'augmentent pas en volume et ne serrent pas les tissus, elles ne constituent pas une menace pour la vie.

En raison de la croissance et de la compression accrue sur les tissus voisins, des conséquences désagréables d'un kyste situé dans le cerveau peuvent apparaître - maux de tête, hallucinations, vomissements, convulsions. Les malformations congénitales ont rarement des conséquences graves. En règle générale, l'hydrocéphalie se produit en raison de la croissance des néoplasmes acquis.

Retrocerebellar

Rétrocérébelleux, le même que cérébral et intracérébral. Ce type se forme à l'intérieur du tissu cérébral, le plus souvent au niveau des foyers nécrotiques. Des sites avec des cellules mortes apparaissent en raison d'un apport sanguin insuffisant.

Sous-arachnoïdien

Pathologie congénitale. Il est situé dans l'espace sous la membrane arachnoïdienne, sans pénétrer dans le tissu cérébral. Provoque une contraction involontaire des muscles squelettiques, des mouvements anormaux lors de la marche, une sensation de pouls dans la tête.

Glande pinéale

Il est localisé dans la zone de la glande pinéale. Il se forme à la suite d'un blocage des canaux excréteurs ou de la pénétration de la larve d'échinocoque. Affecte négativement le travail du système endocrinien, en particulier la fonction des glandes endocrines. Un symptôme spécifique est la somnolence, la désorientation.

Zone pinéale

Formé dans la glande pinéale (glande pinéale). Généralement petit et non dangereux. Il est rare - 2% des cas dans le volume total des pathologies cérébrales. Peut entraîner une altération de la vision et du métabolisme, une hydrocéphalie.

Plexus vasculaire

Il est diagnostiqué en termes de gestation intra-utérine ou chez le nouveau-né. L'éducation n'affecte pas la santé de l'enfant. C'est le cas lorsque les médecins répondent par l'affirmative à la question des parents de savoir si le kyste peut se résoudre lui-même. Dans la plupart des cas, le néoplasme s'auto-élimine comme la formation et le développement du cerveau.

Alcool

Rempli de liquide céphalorachidien, autrement appelé liquide céphalorachidien. Il est formé en raison de processus inflammatoires causés par des maladies infectieuses (méningite, encéphalite), un traumatisme crânien et son contenu ou une intervention chirurgicale. Augmente généralement progressivement la taille en peu de temps, provoque des symptômes graves, ce qui facilite le diagnostic. Peut provoquer une maladie mentale..

Lacunar

Ils sont localisés principalement dans la zone du pont varolien (un large rouleau à l'arrière du cerveau) et des nœuds sous-corticaux. Moins fréquent dans le cervelet et les tubercules optiques. Il se produit congénital ou formé au cours de la vie.

Porencephalic

Il est localisé dans la zone sous la membrane arachnoïdienne ou dans la zone du ventricule latéral. Apparaît généralement à la suite de maladies infectieuses transférées. Rarement peut provoquer une schizencéphalie et une hydrocéphalie..

Cyst Verge

Il est également connu comme une formation bénigne dans le domaine d'un septum transparent. Le site de localisation est limité au corps calleux et à l'avant du lobe frontal. Il est acquis et congénital. Dans le second cas, il est considéré comme une anomalie de développement qui ne menace pas la vie.

Colloïdal

Il se forme au cours du développement fœtal. Apparaît souvent en raison d'une prédisposition génétique. Situé dans le troisième ventricule du cerveau, il empêche l'écoulement normal de liquide. Il est rempli d'une substance gélatineuse entrecoupée de cellules endodermiques et neuroépithéliales. La pathologie peut passer inaperçue. Parfois, cela conduit à une augmentation des valeurs de pression intracrânienne, de faiblesse musculaire et d'attaques d'épilepsie. Souvent une cause de hernie cérébrale.

Dermoïde

Elle survient aux premiers stades (dans les premières semaines) de la formation du fœtus. Rempli de kératinocytes - cellules épidermiques, particules épithéliales de type épidermique, follicules pileux, glandes sébacées.

Symptômes de la maladie

L'intensité des manifestations et la nature des symptômes du kyste situé dans le cerveau sont affectées par l'emplacement et la taille exacts de la formation. Les symptômes ressemblent au tableau clinique caractéristique des crises d'épilepsie et de l'hypertension intracrânienne. Il convient de prêter attention aux signes d'une tumeur localisée sur le cerveau:

  • sensation de pression à l'intérieur de la tête;
  • douleur dans différentes parties de la tête, vertiges;
  • insomnie, hallucinations;
  • diminution de l'activité physique et des performances;
  • détérioration des fonctions de l'appareil visuel et auditif;
  • parésie, paralysie des membres;
  • changements de coordination anormaux.

Les dysfonctionnements répertoriés dans le corps indiquent une pathologie probable. Si une personne est confuse et ne sait pas quoi faire lorsqu'un kyste est diagnostiqué, vous devez prendre rendez-vous avec un neurologue.

Les causes

À n'importe quel stade de la gestation fœtale, une cavité externe se forme en raison d'infections qui ont pénétré la barrière placentaire, d'une insuffisance fœtoplacentaire et d'une privation d'oxygène. Un kyste à l'intérieur du crâne de la tête d'un adulte se développe souvent à la suite d'une blessure. Autres causes d'occurrence:

  • Un kyste congénital formé dans le cerveau à la suite d'anomalies de la formation fœtale.
  • Processus inflammatoires, y compris encéphalite, méningite, abcès.
  • Débit sanguin altéré, accident vasculaire cérébral.
  • Infestations parasitaires conduisant à la formation de kystes - échinococcose, paragonimose, téniose. La larve pénètre dans le tissu cérébral avec le flux sanguin, forme une capsule dans laquelle s'accumulent des déchets toxiques.
  • Atrophie des structures cérébrales (cerveau).
  • Hémorragies crâniennes.
  • Manque de fibres de corps calleux (pathologie congénitale).

Si des crises d'épilepsie, une hypertension intracrânienne et d'autres symptômes caractéristiques qui indiquent la présence probable d'une pathologie sont observés, un examen diagnostique étendu est prescrit.

Méthodes de diagnostic

Les formations étrangères dans le cerveau d'un fœtus à naître sont détectées par ultrasons. L'examen des nouveau-nés est effectué par la méthode de la neurosonographie - diagnostic échographique à travers une grande fontanelle. Les méthodes de TDM et d'IRM vous permettent de déterminer la localisation exacte, la forme et les paramètres géométriques du néoplasme chez l'adulte. Méthodes de diagnostic auxiliaires:

  1. Échographie Doppler. Il est utilisé pour étudier l'état des vaisseaux sanguins. Vous permet d'évaluer avec précision le niveau d'approvisionnement en sang des tissus et d'identifier les zones d'ischémie.
  2. Électrocardiographie, échocardiographie. Il est effectué pour détecter les signes d'insuffisance cardiaque. Les dysfonctionnements du cœur provoquent un affaiblissement du flux sanguin, une altération de la saturation des tissus cérébraux en sang, l'apparition de foyers d'ischémie, qui sont ensuite remplacés par des kystes.
  3. Suivez votre tension artérielle. Recommandé pour les patients à risque d'AVC, ce qui conduit souvent à la formation de néoplasmes post-AVC.
  4. Test sanguin. Il montre la présence de marqueurs d'inflammation et de troubles auto-immunes, le degré de coagulabilité sanguine et le taux de cholestérol. Infections, réactions auto-immunes, athérosclérose des vaisseaux de la tête - les causes des néoplasmes.

Si des examens réguliers confirment la stabilité de la forme et de la taille, le traitement d'un kyste cérébral par des méthodes chirurgicales n'est pas requis. Une observation est faite par un neurologue. La fréquence des examens est déterminée par le médecin traitant.

Traitements efficaces pour les kystes cérébraux

Le traitement des kystes, qui est situé dans le cerveau, est effectué par des méthodes conservatrices et chirurgicales. La conduite d'une thérapie conservatrice implique la prise de comprimés et d'autres formes de médicaments. Méthode chirurgicale - une opération est prescrite. En l'absence d'indications chirurgicales pour retirer un kyste situé dans le cerveau, un traitement médicamenteux de la maladie est d'abord effectué, ce qui a provoqué l'apparition de néoplasmes.

Le cerveau a une grande capacité compensatoire et fait souvent face à de telles pathologies sans thérapie. En cas de dysfonctionnement d'une partie du cerveau, une autre partie de l'organe peut accepter et remplir ses fonctions. L'opération est indiquée dans les cas où il y a une augmentation de la force et de la fréquence des attaques, des pathologies graves se développent - hydrocéphalie, conditions pré-AVC.

Thérapie conservatrice

Avec un kyste stable dans le cerveau, le patient est traité avec des médicaments anti-inflammatoires et antiviraux. Étant donné le type de maladie sous-jacente, les immunomodulateurs et les médicaments sont prescrits pour rétablir un apport sanguin normal dans les tissus de la tête et pour résoudre les adhérences.

Méthode chirurgicale

Le médecin compare quelles étaient les dimensions initiales du kyste et comment ses paramètres géométriques changent au fil du temps. Si la cavité sphérique se développe progressivement, l'élimination d'un kyste s'élargissant dans le cerveau est indiquée. En cas de manifestation (intensification des manifestations cliniques après une évolution asymptomatique) de la maladie, des méthodes thérapeutiques sont utilisées pour assurer la décompression des tissus environnants. Les méthodes chirurgicales comprennent:

  1. Opération radicale. Craniotomie avec excision ultérieure du néoplasme avec parois et contenu.
  2. Chirurgie de pontage (vasodilatation) dans la zone de l'espace sous-dural.
  3. Fenestration laparoscopique. Dissection de la cavité kystique à l'aide d'un équipement endoscopique et laser, élimination du contenu fluide, excision d'une partie des parois, traitement de coagulation.
  4. Drainage par aspiration d'aiguille.

Un drainage ventriculaire est effectué d'urgence dans les cas d'urgence, lorsque le patient a une altération grave de la conscience - coma, état soporeux. La procédure est effectuée pour abaisser la pression intracrânienne, pour éliminer la compression sur le tissu..

La prévention

La prévention de l'apparition de formations à l'intérieur du cerveau se réduit à maintenir un mode de vie sain. Il est conseillé aux femmes enceintes de s'abstenir de boire des boissons alcoolisées et des drogues, de fumer, de prendre des médicaments qui peuvent nuire à la formation des organes fœtaux.

Souvent, un néoplasme apparaît à la suite d'un traitement intempestif et incorrect de maladies infectieuses et d'autres processus pathologiques intracrâniens (intracrâniens) - changements vasculaires, post-traumatiques. Par conséquent, à des fins préventives, il est nécessaire de traiter les maladies avec l'utilisation de médicaments anti-inflammatoires, antiviraux, antiparasitaires, absorbables et neuroprotecteurs.

Un kyste situé dans le cerveau n'est dans de nombreux cas pas mortel pour un enfant ou un patient adulte. Une surveillance constante par un neurologue aidera à déterminer la nature de l'évolution de la maladie en dynamique. En l'absence de changements, le néoplasme n'a souvent pas besoin de traitement thérapeutique ou chirurgical.

Quel est le danger d'un kyste cérébral et comment s'en débarrasser

Le groupe des maladies neurologiques comprend un kyste cérébral. Ne le confondez pas avec une tumeur. Un kyste n'est pas très dangereux s'il est détecté en temps opportun. Contrairement au cancer, il ne se métastase pas dans les autres organes. Depuis des années, la maladie est asymptomatique.

Formation de cavités dans le cerveau

Les kystes dans le cerveau sont des néoplasmes bénins, qui sont une bulle avec un contenu liquide à l'intérieur. Un problème similaire se pose aux jeunes enfants et aux adultes. Qu'est-ce qu'un kyste, tout le monde ne le sait pas. Cette formation peut être localisée dans n'importe quelle partie du cerveau. Les grandes cavités du lobe frontal provoquent souvent une hypertension artérielle secondaire (symptomatique).

Ils sont localisés à la fois dans l'hémisphère gauche et à droite. Le tableau clinique de la maladie en dépend largement. Le kyste congénital se manifeste le plus souvent à l'âge de 30 à 50 ans. La croissance de ces néoplasmes peut être rapide et lente. Dans ce dernier cas, des tactiques dans l'attente sont souvent utilisées. Le kyste dans le cerveau est arachnoïdien (situé dans l'arachnoïde) et intracérébral.
Selon la localisation, les types de néoplasmes suivants sont distingués:

  • glande pinéale;
  • dermoïde;
  • plexus vasculaire;
  • colloïdal.

Souvent, un kyste du lobe temporal est détecté. Il existe une classification selon le facteur étiologique. Il existe des formations de cavités parasitaires (échinococciques), post-AVC, infectieuses et traumatiques chez un adulte et un enfant.

Les principaux facteurs étiologiques

Les raisons du développement de cette pathologie sont diverses. Un kyste cérébral est le plus souvent acquis. Les facteurs suivants sont les plus importants dans son développement:

  1. échinococcose;
  2. paragonimose;
  3. téniose;
  4. mener des opérations;
  5. inflammation des méninges;
  6. lésion cérébrale traumatique (ecchymose);
  7. coups à la tête;
  8. encéphalite;
  9. abcès;
  10. forme aiguë d'accident vasculaire cérébral (AVC).

Le kyste du sinus principal du cerveau chez les jeunes enfants est formé dans le contexte d'une mauvaise livraison. Cela se produit lorsque la tête du bébé est blessée en passant par le canal génital. Chez l'adulte, la cause la plus fréquente est le TBI. Cela est possible lors d'une chute, d'accidents de la circulation, de sports (boxe). Kystes congénitaux sous forme de tête pour d'autres raisons. Ceci est observé pendant la période prénatale..
Les raisons sont les suivantes:

  • insuffisance fœtoplacentaire;
  • pénétration d'infection;
  • effets tératogènes de certains médicaments;
  • Conflit rhésus entre le sang de la mère et le fœtus;
  • anomalies du développement du cerveau;
  • hypoxie.

Il y a un danger si la future mère prend des drogues toxiques pendant la grossesse, fume ou boit de l'alcool. Parfois, la taille de la cavité augmente. Contribuer à des facteurs tels que les traumatismes de l'hémisphère cérébral, l'hydrocéphalie, la neuroinfection et les maladies inflammatoires.
Ces néoplasmes se forment avec la participation de facteurs prédisposants. Ceux-ci inclus:

  • non-respect des règles de sécurité;
  • sports extrêmes;
  • manger des aliments non lavés et de la viande infectée;
  • une mauvaise planification de la grossesse et de l'accouchement;
  • la présence de maladies infectieuses chez la femme enceinte;
  • pathologie somatique chronique.
  • Comment est la maladie?

Les manifestations de kystes cérébraux ne sont observées qu'avec une grande taille de tumeur. Les symptômes ressemblent souvent à une tumeur bénigne. Les manifestations cliniques suivantes sont possibles:

  • vision diminuée;
  • Forts maux de tête;
  • déficience auditive;
  • troubles du sommeil;
  • altération de la coordination des mouvements;
  • sensation de pulsation dans la tête;
  • la nausée;
  • vomissement
  • boiterie;
  • mouvements involontaires;
  • tremblement;
  • évanouissement.

Dans les cas graves, une paralysie se développe. Le symptôme le plus persistant est un mal de tête. Elle est causée par une tumeur comprimant les structures du cerveau et des vaisseaux sanguins. La pression dans le crâne augmente. La céphalée est associée à des nausées et des vomissements. Ce dernier n'apporte aucun soulagement. Les changements kystiques et gliotiques dans le cerveau provoquent souvent des acouphènes.
Les troubles visuels suivants peuvent apparaître:

  • objets doubles;
  • diminution de l'acuité visuelle;
  • éclosions;
  • réduction du champ visuel.

Une tumeur peut présenter les mêmes symptômes. Un néoplasme de l'hémisphère gauche entraîne souvent une diminution de la pensée, des capacités mathématiques et des difficultés de lecture et d'écriture. Dans ce cas, les fonctions des parties droites du corps peuvent être altérées. Le kyste post-ischémique entraîne souvent une ataxie. Ceci est une condition dans laquelle la démarche est altérée et le mouvement est difficile.

Si le traitement des kystes cérébraux n'est pas effectué, le développement de crises d'épilepsie est possible. Ils sont généralisés ou par type d'absences. Avec cette pathologie, les signes cérébraux sont les plus prononcés. Tout le monde ne connaît pas le danger d'un kyste cérébral dans la région du tronc. Ces patients peuvent développer une dysarthrie (troubles de l'élocution) et une dysphagie.

Avec la localisation dans le cerveau, les kystes sont souvent préoccupés par des symptômes tels que des hallucinations visuelles, une perte auditive, une diminution des performances. Dans les néoplasmes post-AVC, des troubles sensoriels et moteurs sont observés. Un kyste de voile intermédiaire, s'il n'est pas traité, entraîne souvent des complications.

Ceux-ci comprennent l'hydrocéphalie, un syndrome de compression des structures cérébrales, une hémorragie (intracérébrale, intraventriculaire). Cela se produit avec l'automédication ou un diagnostic prématuré. Le kyste cérébral de l'épilepsie se manifeste souvent chez les enfants. En combinaison avec une pression élevée, cela peut entraîner un retard de développement mental chez l'enfant..

Plan d'examen du patient

Le médecin du patient (neurologue) devrait aider le patient à se débarrasser des symptômes. S'il n'est pas traité, un kyste, comme une tumeur bénigne, peut dégénérer en cancer. C'est très rare. Il est nécessaire de traiter un kyste cérébral après un examen complet. Initialement, le patient est examiné et interrogé..
Les études suivantes sont réalisées:

  1. imagerie par résonance magnétique ou calculée;
  2. électroencéphalographie;
  3. crevaison;
  4. examen du liquide céphalo-rachidien;
  5. ophtalmoscopie;
  6. biomicroscopie;
  7. audiométrie;
  8. mesure de la pression intracrânienne;
  9. périmétrie;
  10. tests cliniques généraux;
  11. angiographie;
  12. test sanguin biochimique;
  13. coagulogramme.

Si les symptômes d'un kyste cérébral sont apparus après un AVC, le débit sanguin est nécessairement évalué. Pour cela, une dopplerographie et une tomographie échographiques sont effectuées. Identifier les cavités kystiques et une tumeur chez les jeunes enfants permet la neurosonographie. Le diagnostic différentiel est réalisé avec un hématome et un abcès.

Assurez-vous d'exclure une tumeur maligne. Avant de traiter un kyste, il est nécessaire de mener une étude parasitologique. Cela élimine l'échinococcose, la paragonimose et la téniose. Il est plus facile de détecter une tumeur au cerveau. Il est localisé en surface. La situation est plus difficile s'il y a un kyste intracérébral. Un examen neurologique est nécessaire pour poser un diagnostic. Le médecin détermine les réflexes, l'amplitude des mouvements, la réaction oculaire et la sensibilité.

Tactiques thérapeutiques pour les kystes

Si un kyste du sinus transverse ou toute autre localisation est détecté, vous ne pouvez vous en débarrasser qu'à l'aide d'une opération. Le néoplasme est sujet à la croissance. Peut-être une dégénérescence maligne (malignité). Si un petit kyste est trouvé après un accident vasculaire cérébral qui n'augmente pas en taille, un traitement spécifique n'est pas nécessaire. Ces personnes sont surveillées..

Si le néoplasme se manifeste par des symptômes d'hypertension, d'hydrocéphalie ou d'une augmentation rapide du kyste, son élimination est nécessaire. La chirurgie d'urgence est réalisée en cas de stupeur ou de coma. Cela est possible avec les néoplasmes post-AVC. Ils sont localisés à droite ou à gauche. Une partie des opérations pour cette maladie est réalisée par craniotomie.

Les indications sont une hémorragie et une rupture de la vessie. Les kystes d'échinocoques les plus dangereux. S'il n'est pas possible d'effectuer une opération, Vermox ou Vormin est prescrit. Le kyste de la voile intermédiaire en l'absence de complications est traité comme prévu. L'accès endoscopique est souvent utilisé. Il s'agit d'un traitement moins traumatisant..

Le shunt est souvent organisé. Si la cause était un accident vasculaire cérébral, un médicament (statines, angiagrégants, antihypertenseurs) est indiqué. Vous devez savoir non seulement pourquoi les kystes se forment, ce que c'est, mais aussi les méthodes de traitement dans la période postopératoire. La réhabilitation est de la plus haute importance. Avec un kyste cérébral, les symptômes et le traitement sont déterminés par un neurologue.
La réadaptation peut être effectuée à domicile ou dans un sanatorium. Conseillé:

  • massage;
  • psychothérapie;
  • acupuncture;
  • physiothérapie;
  • l'hydrothérapie;
  • relaxation;
  • apport en vitamines.

Après l'ablation du néoplasme, des troubles neurologiques résiduels sont possibles. Des médicaments sont prescrits pour améliorer l'activité cérébrale en normalisant le flux sanguin et les processus métaboliques. Il s'agit notamment de Cerebrolysin, Cavinton, Piracetam, Actovegin, Vinpocetine Forte. Comment traiter un kyste cérébral, le médecin lui-même doit en informer le patient.

Prévisions et méthodes de prévention

On sait que ces néoplasmes peuvent dégénérer en cancer. Le risque est minime. Si un kyste mort de la voile intermédiaire est détecté et qu'il n'y a aucun symptôme, le pronostic est plus favorable. La chirurgie opportune vous permet de restaurer pleinement la fonction cérébrale. Les perspectives sont relativement favorables..
Si vous ne traitez pas un kyste cérébral, les conséquences peuvent être très graves, jusqu'à l'apparition d'un accident vasculaire cérébral. Un traitement intempestif peut provoquer la formation d'adhérences. Dans ce cas, même après la chirurgie, des crises d'épilepsie sont possibles. Les anticonvulsivants simples n'aident pas ces personnes. Si un kyste cérébral est détecté, le traitement est efficace dans la plupart des cas..
Pour réduire le risque de développer la maladie, il est nécessaire:

  1. prévenir et traiter en temps opportun la pathologie infectieuse;
    exclure les blessures;
  2. observer les précautions de sécurité;
  3. abandonner les sports extrêmes;
  4. vivre une vie saine.

Afin d'éviter la formation de néoplasmes d'échinocoques, vous devez laver soigneusement les légumes, les baies, les fruits et les légumes verts, faire bouillir l'eau avant utilisation et effectuer un examen de la viande. Ainsi, les cavités kystiques sont une pathologie dangereuse. La thérapie conservatrice avec elle n'est pas efficace.

Kyste cérébral

Selon l'emplacement de la formation, des symptômes focaux peuvent être présents. Le diagnostic repose sur la tomodensitométrie et l'imagerie par résonance magnétique de la tête ou la neurosonographie (chez l'enfant). La thérapie consiste à aspirer et à éliminer la formation par la chirurgie, sous réserve du développement de complications ou d'une croissance progressive.

Présentation de la pathologie

Un kyste est une cavité remplie de liquide située dans la substance du cerveau ou de ses membranes. Avec de petites tailles, la pathologie a un cours subclinique et est diagnostiquée accidentellement avec un examen de tête en neuro-imagerie. Étant donné que l'espace intracrânien est de taille limitée avec une augmentation significative du volume d'éducation, l'hypertension intracrânienne se développe.

La taille de la cavité avec le liquide est largement déterminée par les possibilités compensatoires de formation et sa localisation. En raison de la flexibilité des os du crâne chez les enfants à un âge précoce, le kyste peut ne pas se manifester pendant longtemps.

L'éducation peut être trouvée chez les personnes d'âges différents, tant chez les nourrissons que chez les patients âgés. Même à condition que la cavité fluide soit congénitale, elle ne peut se faire sentir qu'à 30-50 ans.

Selon la pratique généralement admise, le traitement n'est prescrit qu'en cas de tableau clinique prononcé et avec développement de complications. Si la cavité fluide est gelée ou progresse lentement et que ses volumes sont insignifiants, une tactique d'attente est choisie, ce qui nécessite une surveillance régulière du patient.

Classification

Classement par emplacement:

  • Cérébral (intracérébral). Formé sur des zones de tissu cérébral mort dans les structures internes du cerveau.
  • Arachnoïde. Il est formé à la suite de l'accumulation de liquide céphalo-rachidien dans les zones d'adhérences formées à la suite de processus inflammatoires et aux endroits de leur double inné. Avantage localisé dans les méninges.

Séparément, les types de kystes cérébraux suivants sont distingués:

  • dermoïde;
  • colloïdal;
  • plexus vasculaire;
  • glande pinéale.

Par sa genèse, une cavité avec un fluide est congénitale et acquise. À son tour, congénitale est divisée en colloïdale et dermoïde, et en raison de la formation de post-infectieux, post-traumatique, post-AVC et échinococcique.

Étiologie et pathogenèse

Les causes des kystes congénitaux sont des facteurs indésirables qui se produisent dans le processus de développement fœtal. Ceux-ci sont:

  • hypoxie fœtale pendant l'accouchement;
  • insuffisance fœtoplacentaire;
  • prendre un groupe séparé de médicaments pendant la grossesse;
  • Conflit rhésus de la mère et de l'enfant;
  • infections intra-utérines.

Les facteurs qui provoquent le développement d'une cavité congénitale avec un liquide sont la dépendance à la drogue, à l'alcool ou à la nicotine de la mère. Dans ce cas, le développement de l'enfant a lieu dans le contexte d'une intoxication intra-utérine, qui affecte négativement les structures cérébrales. Les causes de la cavité peuvent être des maladies chroniques décompensées de la femme enceinte.

Une cavité acquise avec du liquide dans la tête se développe à la suite de:

  • maladies inflammatoires (encéphalite, abcès cérébral, arachnoïdite, méningite);
  • blessures à la tête;
  • blessures subies par les nouveau-nés lors de l'accouchement;
  • accident vasculaire cérébral (hémorragie sous-arachnoïdienne, AVC ischémique, AVC hémorragique).

Selon l'étiologie, les types de cavités fluides suivants sont distingués:

  • Un kyste d'origine iatrogène se forme comme complication après une intervention chirurgicale au cerveau.
  • Parasite - se développe avec la paragonimose, la forme cérébrale de la téniose et l'échinococcose.

Une cavité avec un liquide peut également remplacer les tissus cérébraux dans les processus dégénératifs et dystrophiques de la tête..

En présence d'un kyste, plusieurs facteurs peuvent déclencher sa croissance. Ceux-ci comprennent des difficultés dans l'écoulement veineux du crâne, des accidents vasculaires cérébraux et d'autres troubles vasculaires, ainsi que des blessures à la tête, une hydrocéphalie, une neuroinfection.

Kyste cérébral

La croissance de l'éducation au stade initial s'accompagne dans la plupart des cas de symptômes d'hypertension intracrânienne. Les patients se plaignent constamment de nausées, qui n'ont rien à voir avec la nourriture, une détérioration du bien-être général et une baisse des performances, une céphalée constante et une pression sur les globes oculaires.

Les principaux symptômes dans certains cas sont ajoutés une sensation constante de pulsation dans la tête, des troubles du sommeil, une légère perte auditive, des étourdissements, une altération de la fonction motrice, des évanouissements et des tremblements des extrémités. Une perturbation visuelle possible, à savoir vision double, hallucinations visuelles, aggravation de l'acuité visuelle. Avec une hypertension intracrânienne élevée, le patient est perturbé par des vomissements constants.

Il y a des cas où les premiers signes indiquant une cavité avec un liquide sont le premier paroxysme épileptique apparu. Par la suite, les crises d'épilepsie sont répétées. Les paroxysmes peuvent prendre la forme d'épilepsie focale de Jackson ou d'absences et peuvent être principalement généralisés.

Par rapport aux manifestations cérébrales, les symptômes focaux sont observés dans moins de cas. Ceux-ci peuvent être des troubles sensoriels, une monoparésie et une hémiparésie, des symptômes de la tige. Ces derniers comprennent la dysarthrie, les troubles du mouvement des yeux, les troubles de la déglutition.

L'une des complications de l'éducation est la rupture du kyste. Dans ce cas, une hémorragie avec rupture du vaisseau, une compression du cerveau, la formation d'un foyer épileptogène et une hydrocéphalie occlusive sont possibles.

Avec la forme congénitale du kyste à un âge précoce, les épisindromes et l'hypertension intracrânienne sont enregistrés. L'éducation dans le cerveau peut provoquer une oligophrénie et des troubles mentaux chez l'enfant.

Types de kystes cérébraux et leurs symptômes

Arachnoïde - se produit dans près de 4% de la population. Une cavité avec du liquide peut être congénitale et acquise. Dans ce dernier cas, il se développe en réponse à un traumatisme crânien. La formation est localisée à la surface du cerveau dans ses coquilles. La cavité est remplie de liquide céphalo-rachidien.

Dans la plupart des cas, le kyste arachnoïdien ne se fait pas sentir suffisamment longtemps et est détecté par hasard. Les symptômes graves n'apparaissent que si une grande quantité de liquide s'accumule dans la cavité. Dans ce cas, le LCR est produit par les cellules tapissant la cavité..

Avec une forte augmentation du volume de la cavité avec le liquide, sa rupture est possible et, par conséquent, la mort.

Un kyste colloïdal est enregistré dans 15 à 20% de tous les cas de formations à l'intérieur des ventricules cérébraux. Le plus souvent localisé au-dessus de l'ouverture de Monroe dans la région antérieure du 3e ventricule. Moins fréquent dans la zone du septum cérébral transparent dans le 4e ventricule.

Le fluide remplissant la cavité du kyste colloïdal a une viscosité élevée. Les patients présentent des symptômes d'hydrocéphalie et, avec une certaine position de la tête, il y a une augmentation paroxystique de la céphalée..

Dans de rares cas, il y a un trouble de la mémoire, des troubles du comportement et une faiblesse des membres..

Kyste pinéal de la glande pinéale - selon les statistiques, 10% des patients ont des formations de ce type de petite taille et ne se font pas sentir. Une masse kystique est localisée dans la glande pinéale, dans la plupart des cas, elle ne dépasse pas 1 cm, sinon des symptômes apparaissent. Quand il grandit, il est capable de bloquer l'entrée de "l'aqueduc" du cerveau et de bloquer la circulation du liquide céphalorachidien, provoquant une hydrocéphalie occlusive.

Épidermoïde ou dermoïde - une formation qui agit comme une anomalie du développement fœtal. Dans ce cas, les cellules de la future peau du bébé et ses appendices restent à l'intérieur du cerveau. En conséquence, en plus du liquide, il existe des éléments de l'ectoderme, à savoir les glandes sébacées, les follicules pileux.

Après la naissance d'un bébé, un tel kyste augmente rapidement de taille. Le seul traitement possible est l'ablation chirurgicale de la lésion..

Kyste du plexus vasculaire - formé quel que soit l'âge de la personne. Dans ce cas, l'espace entre les vaisseaux du plexus est rempli de liquide céphalorachidien. Les symptômes sont rares, parfois accompagnés de crises d'épilepsie et de symptômes d'hypertension intracrânienne..

Avec un kyste du plexus kystique congénital, la formation est diagnostiquée à la 20e semaine de développement fœtal par échographie. À la 28e semaine, ces formations se résolvent.

Mesures diagnostiques

La présence d'une éducation intracrânienne de taille importante, le neurologue peut soupçonner sur la base de l'état neurologique du patient et des symptômes cliniques. Dans ce cas, le patient est envoyé pour examen à un ophtalmologiste et oto-rhino-laryngologiste pour vérifier la vision et l'ouïe. Les spécialistes effectuent l'ophtalmoscopie, l'audiométrie, la périmétrie et la visométrie. Avec une hydrocéphalie sévère à l'ophtalmoscopie, des nerfs optiques congestifs sont notés.

En référant le patient à l'écho-encéphalographie, il peut être diagnostiqué avec une augmentation de la pression intracrânienne. Si le patient présente des paroxysmes épileptiques, il est en outre envoyé pour l'électroencéphalographie.

Il est impératif de différencier la cavité du liquide de la tumeur, de l'abcès et de l'hématome. Pour ce faire, uniquement sur la base des données cliniques collectées n'est pas possible. Par conséquent, pour un diagnostic clair, les neurologues utilisent des méthodes de diagnostic en neuroimagerie.

Grâce à l'échographie, vous pouvez diagnostiquer certains types de kystes congénitaux au stade du développement fœtal. Après la naissance, avant la fermeture de la grande fontanelle du bébé, une neurosonographie est effectuée pour poser le bon diagnostic. Dans la période adulte, pour visualiser le kyste cérébral, le patient est envoyé pour une résonance magnétique ou une tomodensitométrie de la tête.

L'IRM et la TDM sont réalisées avec contraste afin de différencier le kyste de la tumeur. Une cavité avec un liquide n'est pas capable d'accumuler un agent de contraste en soi, contrairement à une tumeur.

Une fois le diagnostic posé, il est important de surveiller en permanence un patient présentant une formation kystique. Lors des examens réguliers, le médecin surveille le volume du kyste en dynamique.

Si le kyste est la conséquence d'un accident vasculaire cérébral, des examens supplémentaires des vaisseaux sanguins sont effectués: échographie, IRM et TDM des vaisseaux, scanner duplex.

Principes généraux de la thérapie

La pharmacothérapie des formations kystiques ne donne pratiquement pas de résultats. Le seul traitement possible est l'ablation chirurgicale de la cavité liquide. Mais, la plupart des formes sont de petite taille et pendant de nombreuses années sont dans un état "endormi". Dans ce cas, aucune méthode de traitement n'est utilisée, un mode d'attente est sélectionné et un examen régulier du patient.

Sont soumis à une éducation d'élimination, accompagnée de symptômes d'hydrocéphalie, compliqués de saignements et de ruptures, comprimant le cerveau et augmentant rapidement de taille. Quelle méthode de traitement chirurgical choisir uniquement un neurochirurgien.

Si le patient a un trouble de la conscience (coma ou stupeur), il est référé d'urgence pour un drainage ventriculaire externe. Cette méthode vous permet de réduire la compression du cerveau par le kyste et la pression intracrânienne. En cas de rupture du kyste ou d'hémorragie, une intervention chirurgicale est réalisée. Le patient subit une trépanation du crâne et une formation excisée.

En l'absence de complications et de troubles de la conscience, l'opération est réalisée planifiée et endoscopique. L'avantage est une période de récupération rapide du patient et une légère invasion. Avec un accès endoscopique, un trou de fraisage est fait dans le crâne à travers lequel le fluide de la cavité est aspiré. Afin d'éviter l'accumulation ultérieure de liquide, plusieurs trous sont pratiqués dans la cavité (reliés au liquide céphalo-rachidien) ou un shunt cystopériotonal est effectué (un shunt spécial est placé).

La période postopératoire comprend une thérapie de réadaptation, y compris la thérapie par l'exercice, la réflexologie et le massage. On prescrit au patient des médicaments pour améliorer la circulation sanguine vers le cerveau, absorbables et décongestionnants.

Prévisions

Dans la plupart des cas, une cavité gelée avec un liquide de taille insignifiante ne dérange pas le patient et ne provoque aucun symptôme. Dans d'autres cas, avec un traitement adéquat et rapide, le résultat est favorable..

Dans de rares cas, chez les patients après une ablation chirurgicale du kyste, un symptôme résiduel, modéré, d'hypertension liquidienne est noté. Avec le développement d'un déficit neurologique focal, il persiste après traitement.

Avec l'ablation du kyste, les paroxysmes épileptiques disparaissent, mais apparaissent souvent plus tard. Cela est justifié par des changements dans la zone opérée de la tête, en particulier par les commissures formées. L'épilepsie secondaire ne répond pratiquement pas au traitement anticonvulsivant.

La prévention

Un kyste acquis devient le plus souvent une conséquence du développement de processus inflammatoires, vasculaires, infectieux et post-traumatiques. Par conséquent, il est clair que seul le traitement correct et opportun de toutes les pathologies, y compris la thérapie résorbable et neuroprotectrice, peut servir de prévention du développement de l'éducation dans le cerveau.

La seule mesure préventive pour les kystes congénitaux est de protéger la femme et le fœtus contre les effets des facteurs provoquants. Une gestion et un accouchement appropriés sont tout aussi importants.

Kyste arachnoïdien du cerveau

Le kyste arachnoïdien du cerveau, qui est le type le plus commun de kystes cérébraux, présent dans 4% de la population, est un sac rempli de liquide céphalo-rachidien ou cérébro-spinal situé dans la membrane arachnoïdienne du cerveau. Au site du kyste, le tissu de la membrane arachnoïdienne est divisé en deux couches avec l'accumulation de liquide entre elles.

Faire une IRM du cerveau à Saint-Pétersbourg

Il est important de se rappeler que le kyste n'est pas une tumeur et dans la plupart des cas, il est asymptomatique ou avec des manifestations mineures et nécessite très rarement une intervention chirurgicale.

Par origine, les kystes arachnoïdiens peuvent être divisés en:

  • Primaire, formée pendant la période de développement fœtal;
  • Secondaire, résultant d'une blessure ou d'un traumatisme, de processus inflammatoires ou de saignements dans le cerveau.

Selon la dynamique du développement, il existe des kystes:

  • Progressive. Ce type de kyste est caractérisé par une augmentation progressive des symptômes associés au fait qu'un kyste en expansion augmente sa pression sur le cerveau..
  • Congelé. Ces formations sont stables et ne provoquent généralement pas d'anxiété, se produisent souvent sans symptômes et certaines ne sont détectées que par accident lors d'une tomographie cérébrale causée par d'autres causes..

Symptômes d'un kyste arachnoïdien

Selon l'emplacement et la taille du kyste, un ou plusieurs symptômes peuvent apparaître:

  • Mal de crâne;
  • Nausée et vomissements;
  • Léthargie, y compris fatigue excessive ou manque d'énergie;
  • Saisies
  • Retards de développement;
  • Hydrocéphalie causée par une violation de la circulation naturelle du liquide céphalorachidien;
  • Problèmes avec le système endocrinien, par exemple, début de la puberté plus tôt;
  • Secousses involontaires de la tête;
  • Problèmes de vue.

Plus le kyste est gros, plus les symptômes apparaissent, leur fréquence et leur force augmentent. Avec une compression prolongée et sévère, elle peut entraîner des modifications irréversibles du tissu cérébral. Avec une compression excessive et une rupture des membranes kystiques, le patient peut mourir.

Diagnostic et traitement du kyste arachnoïdien

Les kystes qui coulent sans aucune manifestation ne peuvent être détectés que par hasard. Dans le cas de manifestations neurologiques, le médecin analyse tout d'abord les plaintes du patient. Cependant, les manifestations ne peuvent que dire qu'il y a des dysfonctionnements dans le cerveau, mais elles ne permettent pas de classer le problème. Les hématomes, les tumeurs cérébrales situées à l'intérieur des kystes cérébraux ont les mêmes symptômes. Pour un diagnostic plus précis, le médecin peut prescrire une électroencéphalographie, une échoencéphalographie ou une rhéoencéphalographie. L'inconvénient de ces méthodes est qu'elles ne fournissent pas d'informations sur l'emplacement exact de la formation, ni sur sa nature.

Le principal objectif de tout traitement d'un kyste arachnoïdien est de drainer le liquide et de réduire la pression sur les tissus cérébraux.

À ce jour, la méthode de diagnostic la plus précise, permettant de distinguer le kyste arachnoïde d'une tumeur ou d'un hématome avec une grande précision, est la tomodensitométrie (TDM) et l'imagerie par résonance magnétique (IRM).

Cela peut être réalisé par différentes méthodes, notamment:

  • Chirurgie de pontage. Avec cette méthode, le chirurgien installe un tube (shunt) dans le kyste à travers lequel le fluide est détourné vers d'autres parties du corps (par exemple, la cavité abdominale), où il est absorbé par d'autres tissus.
  • Fenestration. Dans ce cas, des trous sont créés dans le crâne du patient et les parois du kyste pour le drainage et pour assurer un écoulement normal de liquide céphalorachidien.
  • Aspiration d'aiguille et connexion avec les trous de la partie interne du kyste avec un espace sous-arachnoïdien pour y drainer le fluide.

Diagnostic IRM du kyste arachnoïdien

Malgré le fait que la tomodensitométrie vous permet de déterminer avec précision la taille et l'emplacement du kyste, les informations les plus précises et complètes sur l'éducation donnent l'IRM. En règle générale, pour diagnostiquer les kystes arachnoïdiens, une IRM est effectuée avec un contraste ajouté à la circulation sanguine du patient. Dans le même temps, les tumeurs cérébrales ont tendance à accumuler du contraste et les kystes ne l'absorbent pas des vaisseaux sanguins, ce qui est très clairement visible à l'IRM.

En outre, une IRM vous permet de distinguer un kyste des hémorragies, des hématomes, des hygromes, des abcès et d'autres maladies présentant des symptômes similaires. De plus, l'IRM permet d'identifier un kyste même dans les cas où le patient n'a pas encore de manifestations, et le kyste lui-même ne mesure que quelques millimètres..

Faire une IRM du cerveau à Saint-Pétersbourg

Deuxième avis avec kyste arachnoïdien

Bien qu'une IRM utilisant un produit de contraste donne au médecin les informations nécessaires, il existe toujours un risque d'erreur. Elle est principalement associée au manque d'expérience résiduelle du médecin dans l'interprétation des résultats de l'IRM et l'identification des kystes. Pas un seul patient n'est à l'abri de telles erreurs, et elles se produisent à la fois dans les grandes villes et dans les petites villes. Dans cette situation, la seule façon d'éliminer une erreur ou de réduire au moins plusieurs fois sa probabilité est d'obtenir un deuxième avis d'un spécialiste hautement qualifié

Le National Teleradiological Network (NTRS) vous offre la possibilité de recevoir des consultations des meilleurs experts du pays dans le domaine du diagnostic par IRM, qui ont une vaste expérience dans l'analyse d'images tomographiques de diverses maladies. Pour obtenir des conseils, il vous suffit de télécharger les résultats de l'analyse sur notre serveur et en un jour, vous recevrez un avis alternatif de votre médecin.

Ce sera peut-être le même que le premier rapport médical, il peut être différent de celui-ci, mais le deuxième avis vous permettra certainement de réduire à presque zéro le risque de diagnostic erroné et de traitement incorrect..

Kyste du cerveau - quand sonner l'alarme?

Au début, les symptômes d'un kyste cérébral ne peuvent pas être distingués de ceux avec un anévrisme ou une tumeur. La caractéristique est l'apparition de symptômes cérébraux, qui se développent à la suite d'une augmentation de la pression intracrânienne et d'un léger gonflement de la substance du cerveau; symptômes focaux (locaux, locaux, nid), qui se produisent à la suite de la compression par le kyste des structures cérébrales adjacentes; et les symptômes dits de «voisinage» qui se produisent lorsque l'œdème de la substance cérébrale augmente et se propage au-delà des frontières du kyste.

Problème de kyste cérébral

Quelle est la fréquence d'apparition des kystes dans la population n'est pas connue de manière fiable. Après tout, une personne qui ne prend pas la peine de venir chez le médecin avec une demande de faire une IRM du cerveau. Par conséquent, de nombreux kystes restent non détectés.

Le principal problème d'une éducation comme un kyste cérébral est que le cerveau est situé dans des structures plutôt rigides du crâne et la moindre augmentation de son volume peut entraîner un œdème et une luxation des structures de la tige, et, par conséquent, la mort. Par conséquent, il est impossible d'ignorer cette maladie et de reporter le voyage chez le médecin.

Le kyste n'est pas du tout une bulle inoffensive

Qu'est-ce qu'un kyste cérébral? C'est, comme tout autre kyste dans le corps, une cavité remplie de contenu spécifique. Il peut s'agir de liquide, de mucus, de cheveux, de dents ou même d'un parasite.

Cette pathologie n'épargne ni les personnes âgées ni les enfants. Il n'y a pas non plus de différence significative dans la détection des kystes chez les hommes et les femmes..

Selon le moment d'apparition du kyste, ils sont divisés en congénitaux (apparaissent lors du développement du fœtus ou lors de l'accouchement) et acquis (surviennent au cours de la vie en relation avec les maladies passées).

Classification des kystes cérébraux

Selon le contenu

  • kyste du liquide céphalo-rachidien. Rempli de liquide céphalo-rachidien;
  • kyste colloïde. Il a un contenu muqueux, le plus souvent c'est le secret de la glande;
  • kyste épidermoïde et dermoïde. Le contenu de ces formations sont les cheveux, les dents, les cellules de la peau. Apparaît à la suite d'une altération du développement embryonnaire;
  • kystes parasites (échinocoque, toxoplasmose, etc.).

Selon la localisation

Un kyste cérébral peut se former dans n'importe quelle partie du cerveau, dans l'épaisseur des méninges, dans les ventricules, etc. Selon la localisation, les types de formations kystiques suivants sont distingués:

  • kyste arachnoïdien. La prévalence des kystes arachnoïdiens selon les méthodes de neuroimagerie (CT / IRM) est d'environ 4%. Il s'agit d'une cavité formée par le doublement de la membrane arachnoïdienne, qui au fil du temps est remplie de liquide céphalorachidien. Parfois, les kystes se développent à la suite d'adhérences entre l'arachnoïde et le pia mater. Ces kystes peuvent communiquer avec l'espace sous-arachnoïdien. La localisation préférée des kystes est la fissure latérale (sylvienne) du cerveau - 45 - 50%, l'angle cérébellopontine - 10%, quadripôle - 10%. Même avec des tailles énormes, ces kystes sont souvent asymptomatiques. Les formations avec mécanisme à soupape sont dangereuses. Autrement dit, un kyste similaire est rempli de liquide céphalorachidien, mais il n'y a pas d'écoulement inverse, par conséquent, sa croissance rapide et sa compression des structures cérébrales environnantes se produisent. Le kyste le plus courant parmi la population adulte;
  • kyste sous-épendymaire. Il s'agit d'une vésicule adhérant au plexus vasculaire des ventricules latéraux. On la retrouve chez le nourrisson, progresse parfois, provoquant une hydrocéphalie, un retard de développement chez l'enfant;
  • kystes du troisième ventricule. Fondamentalement, ce sont des kystes à contenu colloïdal, de forme arrondie, situés dans les régions antéropostérieures du troisième ventricule, ils peuvent donc provoquer une hydrocéphalie interne;
  • kyste épendymaire. Le plus souvent localisé autour des ventricules latéraux, une caractéristique de ces kystes est l'absence de membrane basale dans la paroi;
  • Kyste de poche Rathke. Ce sont des kystes situés dans la région endo- ou suprasellaire;
  • kystes rétrocérébelleux. Ils sont situés dans le cervelet en raison de l'abondance de "poches" autour, où l'infection et le sang sont facilement retardés. Ces kystes augmentent rarement de taille, restent pour la plupart asymptomatiques, sont une découverte accidentelle à l'IRM ou à la TDM;
  • kystes intracérébraux. Ils se forment dans l'épaisseur du cerveau au niveau des neurones morts. Ils se caractérisent par une croissance rapide avec compression des tissus environnants et des symptômes violents. Dans presque 100% des cas, ils ont besoin d'un traitement chirurgical;
  • kyste pinéal, d'une autre manière - kyste pinéal. Elle se développe en raison du blocage des passages le long desquels la sécrétion de la glande est excrétée..

D'où vient le kyste dans le cerveau?

Il existe de nombreuses raisons à l'apparition d'un kyste dans le cerveau. Les plus populaires incluent:

  • altération du développement embryonnaire due au tabagisme, à la consommation d'alcool pendant la grossesse, à la prise de certains types de médicaments, à l'exposition aux radiations, etc.;
  • hypoxie fœtale pendant la grossesse ou l'accouchement, asphyxie lors du passage par le canal génital (des kystes sous-épendymaires se produisent);
  • maladies parasitaires du cerveau;
  • maladies infectieuses compliquées de méningite, encéphalite;
  • AVC cérébral. Si un kyste se produit au site d'un infarctus cérébral, alors ses parois et son contenu sont souvent transparents, si au site d'un accident hémorragique, à la suite de la dégradation de l'hémoglobine, les parois deviennent rouges, brunes;
  • lésion cérébrale traumatique. Les kystes se forment le plus souvent au site d'un foyer de commotion cérébrale;
  • maladies du tissu conjonctif (syndrome de Marfan).

Que ressent une personne atteinte d'un kyste cérébral?

Dans la plupart des cas, rien. Comme toute autre formation volumétrique du cerveau, un kyste pendant une longue période, voire toute une vie, peut ne se manifester d'aucune façon. Mais s'il y a une croissance intensive d'une telle formation, les symptômes ne prendront pas longtemps.

Contrairement aux kystes de toute autre localisation qu'une personne peut développer pendant des décennies et ne ressent pas particulièrement d'inconfort (par exemple, les kystes ovariens peuvent parfois atteindre 30 kg et occuper toute la cavité abdominale), même une légère augmentation de la taille du kyste cérébral se manifestera dans un tableau clinique orageux.

Dans un premier temps, les symptômes d'un kyste cérébral ne peuvent être distingués de ceux avec un anévrisme ou une tumeur. La caractéristique est l'apparition de symptômes cérébraux, qui se développent à la suite d'une augmentation de la pression intracrânienne et d'un léger gonflement de la substance du cerveau; symptômes focaux (locaux, locaux, nid), qui se produisent à la suite de la compression par le kyste des structures cérébrales adjacentes; et les symptômes dits de «voisinage» qui se produisent lorsque l'œdème de la substance cérébrale augmente et se propage au-delà des frontières du kyste.

Symptômes cérébraux

Aux symptômes cérébraux devraient inclure:

  • maux de tête éclatants, paroxystiques, parfois lancinants, qui ne s'arrêtent pratiquement pas aux analgésiques;
  • nausées persistantes, dont l'apparence et la croissance ne dépendent pas de l'apport alimentaire;
  • vomissement. Elle apparaît le plus souvent au plus fort d'un mal de tête, le plus souvent le matin et n'apporte pas de soulagement;
  • parfois photophobie, larmoiement;
  • diminution de l'acuité visuelle;
  • troubles du sommeil: insomnie, somnolence;
  • diminution de l'intelligence, de la mémoire, de la concentration;
  • labilité de l'humeur;
  • des conditions syncopales périodiques (évanouissement) sont possibles.

Symptômes focaux

Les symptômes focaux et les symptômes «dans le quartier» sont:

  • attaques de Jackson partielles (en d'autres termes, attaques convulsives focales). Ils surviennent à la suite d'une irritation du kyste du cortex cérébral. Ils peuvent apparaître dans le bras, la jambe ou la moitié du corps, se manifestant parfois par des hallucinations auditives ou visuelles - tout dépend de l'emplacement du kyste dans le cerveau. Un signe distinctif - lors d'une attaque, le patient est conscient;
  • hémiparésie et paralysie. Diminution unilatérale de la force dans les membres, souvent accompagnée d'une perte de sensibilité;
  • dysfonctionnement des nerfs crâniens. Perte d'audition dans une oreille, perte de champs visuels, asymétrie faciale sévère, etc.;
  • perte ou altération de la perception de la parole;
  • étourdissements, tremblements en marchant;
  • crises épileptiques parfois généralisées, accompagnées d'une perte de conscience. Ils surviennent chez des patients présentant une préparation convulsive accrue du cerveau..

Ce sont les symptômes focaux principaux et les plus courants. En fait, il y en a beaucoup plus, car l'apparition d'un symptôme particulier dépend de la localisation du kyste dans le cerveau. Parfois, un gros kyste du cerveau peut entraîner une déformation des os du crâne ou une divergence des sutures. Ce symptôme survient principalement chez les enfants, car leurs os sont assez mous, pas complètement formés.

Comment les kystes cérébraux sont-ils vérifiés? Diagnostique

Très souvent, un kyste cérébral est une découverte accidentelle lors d'une IRM ou d'un scanner du cerveau pour une autre maladie. Après tout, comme mentionné précédemment, un kyste est essentiellement asymptomatique et ne se manifeste comme des symptômes dangereux que lorsqu'il atteint une certaine taille.

Si un kyste cérébral est suspecté, deux tâches se posent aux médecins: la première consiste à confirmer la présence d'une formation volumétrique dans le cerveau et la seconde à prouver que cette formation n'est qu'un kyste, et non une tumeur ou un anévrisme. Par conséquent, les méthodes suivantes sont utilisées:

  • une étude approfondie de l'anamnèse de la vie et de la maladie (certaines maladies transférées aux patients peuvent inciter un médecin à réfléchir au développement d'un kyste dans le cerveau);
  • électroencéphalographie. Il permet d'identifier les lésions cérébrales focales, de découvrir l'origine des crises convulsives chez le patient;
  • échoencéphaloscopie - une méthode d'examen échographique unidimensionnel, qui permet d'identifier les processus volumétriques dans le cerveau en raison d'un changement du signal d'écho M, ainsi que d'un changement dans les structures médianes du cerveau lors de la localisation du kyste dans les hémisphères cérébraux, l'hydrocéphalie interne causée par le blocage du tractus cérébro-spinal;
  • neurosonographie. C'est aussi une étude échographique, mais elle est réalisée pour les enfants jusqu'à un an jusqu'à la fermeture d'une grande fontanelle, elle permet de détecter les kystes sous-épendymaires les plus courants à cet âge;
  • La tomodensitométrie et l'IRM du cerveau sont actuellement les méthodes d'examen les plus fiables, permettant non seulement de détecter le kyste et de déterminer son emplacement exact, mais également de connaître sa structure histologique. Pour détecter une telle pathologie comme un kyste cérébral, l'IRM est plus souvent utilisée, car cette méthode est plus sensible aux tissus mous et ne donne pas de «taches aveugles» contrairement à la TDM. Il est entendu que lors de l'utilisation de la TDM, les structures cérébrales situées dans la fosse crânienne postérieure sont mal visualisées. Si, néanmoins, il n'est pas possible de mener une étude IRM, alors la TDM est réalisée avec une amplification intraveineuse, c'est-à-dire qu'un agent de contraste est injecté;
  • angiographie cérébrale - une méthode basée sur l'introduction d'un produit de contraste dans le lit artériel du patient avec une radiographie ultérieure. Il est utilisé pour le diagnostic différentiel des kystes cérébraux, des tumeurs et des anévrismes des vaisseaux cérébraux. Il vous permet également d'identifier la luxation des vaisseaux sanguins dans la zone du kyste;
  • consultation d'un ophtalmologiste. Avec la localisation du kyste dans le lobe frontal, ainsi qu'avec une augmentation de la pression intracrânienne, des changements congestifs dans la zone du disque optique sont détectés.

Méthodes de traitement du kyste cérébral

Comme pour toute formation volumétrique dans le cerveau, il existe deux méthodes pour traiter les patients avec un diagnostic de kyste cérébral: conservatrice et chirurgicale.

Traitement conservateur

Dans ce cas, il peut être qualifié de symptomatique, car au stade actuel de développement de la médecine, il n'existe aucun médicament capable de «dissoudre» le kyste. Une telle thérapie vise à arrêter les symptômes cérébraux, à améliorer la circulation sanguine dans le cerveau et la nutrition des cellules cérébrales. Cela peut inclure l'utilisation de ces groupes de médicaments:

  • Vitamines B (Combilipen, Vitaxone, Milgamma) - nécessaires pour améliorer les processus de réparation dans le cerveau;
  • antioxydants (Mexiprim, Neurox, Mexifin) - médicaments à base d'acide succinique qui réduisent la peroxydation lipidique et l'effet des radicaux libres sur les neurones;
  • neuroprotecteurs (Cereton, Gliatilin, Noocholin, Cerebrolysin, Farmakson, Neurokson) - protègent les cellules du cerveau contre l'ischémie;
  • diurétiques (Diacarbe, Veroshpiron) - réduire la pression intracrânienne, réduire les manifestations de l'œdème cérébral;
  • anticonvulsivants (carbamazépine, lamotrigine, finlepsine, valpracom) - utilisés en cas d'épiprupite sur fond de kyste cérébral;
  • préparations vasculaires (Vinpocetine, Cavinton, acide nicotinique) - médicaments qui améliorent la microcirculation dans le cerveau;
  • métabolites (Actovegin, Cortexin, Cerebrolysate) - contiennent des acides aminés nécessaires au cerveau, améliorent la nutrition des cellules cérébrales;
  • analgésiques (Ibuprofène, Nurofène, Pentalgin, Paracétamol) - utilisés pour les maux de tête;
  • antiémétiques (métoclopramide, cerucal) - utilisés pour les nausées, les vomissements.

Traitement chirurgical

Cette méthode de traitement est radicale. Il existe trois façons de traiter les kystes:

  • la chirurgie endoscopique est une méthode mini-invasive, sous contrôle de la vision, un kyste est percé et son contenu est extrait. Avec l'aide de la chirurgie endoscopique, il est impossible d'enlever les kystes profonds;
  • chirurgie de pontage - une méthode consistant à introduire un tube spécial dans la cavité kystique, à travers lequel son contenu coulera. L'inconvénient de cette méthode est le risque d'infection;
  • ablation d'un kyste à cerveau ouvert, c'est-à-dire après craniotomie. Le traitement le plus traumatisant, suivi d'une longue période de récupération.

Conclusion

Nous avons fait beaucoup d'efforts pour que vous puissiez lire cet article, et nous serons ravis de vos retours sous forme d'évaluation. L'auteur sera ravi de voir que ce matériel vous a intéressé. remercier!