Principal / Hématome

Tronc cérébral

Hématome

Le tronc est la partie du cerveau qui se compose des départements (oblongs, pont, milieu) responsables des fonctions vitales. Les dommages aux structures cérébrales dans cette zone s'accompagnent d'une grave dépression de la conscience, du développement d'un coma et d'une issue souvent fatale. Les départements de tige sont étroitement interconnectés et interagissent les uns avec les autres.

La structure et la fonction

Le tronc cérébral se compose de départements - oblong, moyen et pont. Parfois, la section intermédiaire est également référée au tronc. Les structures cérébrales sont principalement constituées de matière blanche, au sein de laquelle sont regroupées des sections de matière grise - les noyaux basaux, d'où les nerfs crâniens prennent leur base. La moelle oblongue est une continuation de la moelle épinière.

La structure du tronc cérébral comprend des centres qui contrôlent les activités respiratoires et cardiovasculaires. Les centres régulent les réflexes autonomes non conditionnés et l'activité motrice spontanée, par exemple, en maintenant des postures réflexes. L'un des objectifs des centres est de conduire les impulsions des systèmes sensoriels (visuel, auditif).

Le tronc cérébral comprend une structure réticulaire, étudiée en anatomie appelée formation réticulaire. Il s'agit d'un réseau composé de nombreux neurones qui forment des connexions complexes. La formation réticulaire s'étend sur toute la section du tronc. Les neurones de la formation réticulaire assurent l'inhibition ou l'excitation des parties périphériques du système nerveux, ce qui détermine le contrôle de l'activité réflexe.

Les neurones dans la composition de la formation réticulaire régulent le tonus des muscles squelettiques, transmettant des impulsions inhibitrices ou stimulantes au tissu musculaire. Une autre tâche de la formation au sein de la partie tige du cerveau est l'intégration, l'interaction des effets des parties sympathiques et parasympathiques du système nerveux. Les principales fonctions des neurones qui forment la base de la formation réticulaire:

  1. Régulation somatomotrice (maintien d'un certain tonus musculaire squelettique).
  2. Régulation sensible aux tomates (modification des stimuli externes provenant des organes de la vision, de l'audition, des systèmes olfactif et vestibulaire).
  3. Régulation viscéro-motrice (nature de l'activité des systèmes cardiovasculaire et respiratoire, activité des muscles lisses tapissant les parois des vaisseaux sanguins et des organes internes).
  4. Transduction neuroendocrine (transmission de substances actives - hormones, neurotransmetteurs).
  5. Régulation de l'état physiologique du corps (état de sommeil, réveil, rester conscient).

Les axones partent des neurones qui forment la formation réticulaire dans le tronc, une branche pénètre dans la région de la moelle épinière, l'autre monte vers la section intermédiaire et plus haut, vers la couche corticale des hémisphères. En conséquence, des connexions neuronales bilatérales se forment. Les dendrites neuronales sont associées à des récepteurs sensibles.

En raison de l'activité continue des récepteurs sensibles, les neurones de formation sont constamment dans un état d'excitation. La transmission bidirectionnelle incessante des impulsions nerveuses détermine l'excitabilité du système nerveux. La partie intermédiaire du cerveau, qui est souvent considérée comme la dernière partie du tronc, est constituée du thalamus et de l'hypothalamus, reliés à l'hypophyse et interagissant étroitement avec elle..

La structure multiniveau et complexe du tronc détermine la variété des fonctions assignées à cette partie du cerveau. Le tronc est le département qui assure la connexion entre la couche corticale du cerveau et la moelle épinière. La fonction principale du tronc est de conduire des impulsions des parties corticales du cerveau vers les parties périphériques du système nerveux et vice versa.

Moelle

La section oblongue pénètre dans le tronc, est une continuation de la région dorsale, qui détermine son rôle principal dans la conduite des impulsions depuis les zones centrales du cerveau vers les structures périphériques. Combine anatomiquement les signes de la moelle épinière et du cerveau. Il s'agit de la section caudale (extrême, caudale) du tronc. La zone allongée est formée d'une moelle blanche et grise. Les noyaux sont formés de matière grise. Les fibres nerveuses blanches relient les structures de la moelle épinière et du cerveau.

Le bas du 4e ventricule est représenté par les surfaces de la moelle oblongue et du pont. À l'avant de la section oblongue, il y a des pyramides médullaires (fibres nerveuses collectées en faisceaux et formant une voie pyramidale), séparées par un espace médian. En anatomie, les pyramides médullaires sont des structures du cœur du tronc, constituées de motoneurones qui forment les voies corticospinale et corticobulbaire qui relient les parties corticales du cerveau et des muscles squelettiques, ainsi que les muscles du visage et de la langue.

Les fibres du tractus cortico-spinal (pyramidal) se croisent à la jonction de 2 régions du cerveau - la moelle oblongue et la moelle épinière, formant une structure connue sous le nom de croix pyramidale. Sur le côté de chaque pyramide, il y a une olive - une section arrondie de matière grise, qui est une section intermédiaire du système vestibulaire. Fonctions d'olive:

  • Régulation du tonus musculaire au niveau réflexe.
  • Reproduction de mouvements réflexes sous l'influence de charges vestibulaires, par exemple, en raison d'une perte d'équilibre.
  • Maintien de la relation avec le cervelet, le noyau rouge, les structures corticales, la moelle épinière.

Lorsqu'une personne se retrouve dans une situation extrême, des réactions réflexes se produisent au niveau de l'olive, à partir desquelles les impulsions correspondantes pénètrent dans la moelle épinière et les parties périphériques du système nerveux. La boucle médiale est formée par des fibres des voies sensorielles qui se terminent dans le noyau latéral (latéral) du thalamus.

La boucle médiale est un segment du tractus conducteur (tractus bulbo-thalamique) qui procure une sensibilité proprioceptive (sensation musculo-articulaire, sensation de la position du corps dans l'espace). La structure de la boucle médiale est formée d'axones appartenant au noyau sphénoïde. Les impulsions assurant la fonction du toucher, le long du cervelet et du lobe pariétal situé en haut, passent par la voie bulbo-thalamique.

Les lobes supérieurs du segment sombre synthétisent des types complexes de sensibilité, y compris spatiale bidimensionnelle, localisation (dans des parties distinctes du corps), discriminatoire (exclusif). Par exemple, pour déterminer la sensibilité de localisation, le médecin appuie légèrement un doigt sur une zone spécifique du corps du sujet. Le patient, les yeux fermés, doit déterminer l'endroit où le médecin a appuyé, indiquer l'emplacement exact.

Le test pour déterminer la sensibilité discriminatoire implique l'utilisation d'une boussole spéciale dont les pattes sont élevées à une distance de 2 mm à plusieurs dizaines de millimètres. Le médecin touche immédiatement la partie du corps du sujet avec deux extrémités de la boussole. Empiriquement, la distance minimale entre les jambes est déterminée lorsque le sujet ressent le toucher comme séparé (une perception distincte du toucher de chaque jambe).

Par exemple, la norme pour les coussinets pour les doigts est de 3 mm, pour la langue 1-2 mm, dans la zone du tronc, cette distance peut atteindre plusieurs centimètres. Les neurones pseudo-unipolaires qui forment la voie bulbothalamique proviennent des ganglions rachidiens. Les processus périphériques des neurones pseudo-unipolaires sont des composants des nerfs spinaux qui conviennent à toutes les parties du système musculo-squelettique, où ils se terminent par des récepteurs.

Pons

Le pont est la partie du tronc dans le cerveau qui est responsable de la fonction motrice et sensorielle, assure l'intégration, qui est associée à l'interaction harmonieuse de tous les départements. De plus, c'est dans la zone du pont que se trouvent les noyaux des nerfs crâniens (paires V-VIII). Tous les tracts descendants et ascendants reliant la partie pont au cervelet, la couche corticale des hémisphères cérébraux et la moelle épinière traversent le pont Varoliev..

Midbrain

Le mésencéphale réagit aux conditions environnementales changeantes, régule la sensibilité à la douleur, ainsi que le sommeil et l'éveil. Le tronc cérébral est responsable de la régulation de la température corporelle, de la salivation, du suc gastrique et de la déglutition, qui détermine son rôle important dans la formation des comportements alimentaires.

Symptômes de lésion

Syndromes cliniques qui apparaissent lorsque les lésions des structures du tronc cérébral sont diverses, en raison de la disposition compacte d'un grand nombre de régions cérébrales responsables des fonctions vitales. Le tableau clinique reflète les dommages aux nerfs crâniens ou à d'autres services formés par une accumulation étroite de neurones.

Ceux-ci incluent le noyau rouge, la substance noire, les noyaux dans la composition de la formation réticulaire. Les symptômes peuvent également indiquer des dommages aux voies formées à partir des fibres sensorielles et motrices. Les dommages à grande échelle au tronc s'accompagnent de confusion, de coma, d'une issue fatale associée à une altération des fonctions vitales (respiration, circulation sanguine).

Les dommages à de petites zones dans les structures du tronc cérébral entraînent souvent de graves troubles dans le corps. Par exemple, les dommages aux structures de la section médiane, où se trouvent les noyaux de la formation réticulaire (réticulaire), s'accompagnent de confusion.

Les dommages aux parties distales (extrêmes) du tronc sont associés à une localisation de l'hémiparésie (parésie, faiblesse musculaire dans une moitié du corps), une hémiplégie (perte de capacité à effectuer des mouvements arbitraires dans une moitié du corps) de la localisation controlatérale (du côté opposé au site de la lésion).

Dans le même temps, des symptômes indiquant un trouble de la sensibilité sont observés - hémi-hypesthésie (affaiblissement de la sensibilité dans une moitié du corps), hémianesthésie (perte de sensibilité de la peau dans une moitié du corps). Le tronc cérébral est composé de plusieurs départements, cela conduit à l'attribution de 3 niveaux de dommages:

  1. Mésencéphale (mésencéphale). Les dommages aux structures dans cette zone se manifestent par une violation des réactions pupillaires (absence ou affaiblissement de la réaction à un stimulus lumineux), paralysie, parésie des muscles oculaires (les yeux ne se tournent pas à la suite d'un effort arbitraire), trouble des mouvements amicaux des pommes oculaires vers le haut, nystagmus de type vertical et rotateur. La lésion totale des structures mésencéphaliques est souvent incompatible avec la vie..
  2. Pontinus. Corrèle avec les dommages à la substance des noyaux des nerfs crâniens (paires V-VIII). Les dommages aux fibres nerveuses de l'angle cérébelleux cérébelleux déterminent la nature des manifestations - altération de l'acuité auditive, diminution de la sensibilité dans la région d'innervation du trijumeau, abduction et dysfonctionnement du nerf facial, troubles cérébelleux.
  3. Bulbar. Manifestations: dysphagie (une violation de la fonction de déglutition associée à une parésie ou une paralysie des muscles du larynx), anarthrie (une violation de l'innervation des parties de l'appareil vocal, ce qui conduit à la reproduction d'un discours brouillé et incompréhensible), aphonie (diminution de la force et du son d'une voix, le patient parle dans un murmure). En parallèle, des signes sont révélés: altération de la respiration et de l'activité cardiaque, baisse de la pression artérielle, contractions musculaires au niveau de la langue de type fasciculaire et fibrillaire. Si la partie oblongue, y compris les structures conductrices, est impliquée dans le processus pathologique, les symptômes sont complétés par une insuffisance pyramidale de la localisation homolatérale (du côté de la lésion de la substance cérébrale) et un trouble de sensibilité.

Les caractéristiques anatomiques et physiologiques des structures qui composent le tronc cérébral déterminent les symptômes de leurs dommages. Si des dommages à la région de la tige se sont produits à la suite d'une blessure à la tête, les symptômes reflètent la nature de la lésion primaire de la substance cérébrale et des troubles secondaires provoqués par la luxation et le coincement des structures de la tige. Syndromes communs de dommages partiels aux structures qui composent le tronc cérébral:

  • À quatre mains. Manifestations: violation du regard vers le haut, trouble de la convergence (convergence des globes oculaires pour maintenir la vision binoculaire), modification des réactions pupillaires, nystagmus de divers types - vertical, horizontal, rotateur.
  • Tegmental. Le syndrome est lié à un dysfonctionnement du nerf oculomoteur. Manifestations: un trouble de la sensibilité, une modification du tonus des muscles squelettiques, une altération de la coordination motrice. La progression des lésions des structures tegmentales s'accompagne de symptômes - rigidité de type décérébration (tonus accru des muscles extenseurs du squelette et relâchement relatif des muscles fléchisseurs), hyperthermie (surchauffe du corps), changement de rythme, de fréquence et de profondeur de respiration.
  • Pédicellé. Elle se manifeste par une violation de l'activité motrice dans les membres de la localisation controlatérale.
  • Dissociation. Habituellement, le syndrome de dissociation accompagne les lésions cérébrales sous la forme de DAP (lésions axonales diffuses à la substance cérébrale). Les symptômes sont prononcés lors de la transition de l'état du patient du coma au transitoire ou végétatif. En l'absence de signes de fonctionnement des services corticaux, les mécanismes de la tige, sous-corticaux et de la colonne vertébrale sont inclus, y compris les syndromes bulbaires, pyramidaux, oculomoteurs. Les principales manifestations: postures et réactions protectrices, synkinésie faciale (mouvements supplémentaires involontaires) qui se produisent en réponse à une irritation ou spontanément.

La taille du foyer pathologique détermine l'intensité des manifestations, la défaite d'une zone massive de la substance cérébrale est un gros problème, généralement associé à une violation des fonctions vitales. Des syndromes de calage sont souvent observés chez les patients après une lésion cérébrale traumatique. En fonction de la direction de la luxation des structures cérébrales, les types de calage sont distingués:

  1. Transtentoriel. Il se développe à la suite d'un œdème cérébral de propagation diffuse lors de lésions bilatérales à grande échelle des structures cérébrales, par exemple à la suite d'une contusion cérébrale ou d'un hématome intracrânien. La substance du tronc cérébral se déplace caudalement (vers la partie terminale), ce qui provoque l'apparition de la respiration de Cheyne-Stokes (respiration périodique avec des mouvements respiratoires superficiels rares qui augmentent progressivement en vitesse et s'approfondissent, atteignant des valeurs maximales, redeviennent peu fréquents, irréguliers, peu profonds, le cycle se termine pause). Autres symptômes: stupéfaction, constriction persistante des pupilles, absence de réflexe pupillaire en réponse à un stimulus lumineux, posture de décortication (les membres supérieurs sont fléchis au niveau du coude, du poignet, des articulations des doigts, les jambes ne sont pas pliées, les pieds sont tournés vers l'intérieur) ou la décérébration (tonus accru des muscles extenseurs en arrière-plan) relaxation des muscles fléchisseurs).
  2. Tentorial temporel. Elle se développe à la suite d'un déplacement des structures cérébrales sur le côté, par exemple à la suite d'un effet de masse, de la contusion d'une substance dans l'hémisphère cérébral et d'un hématome supratentoriel unilatéral (au-dessus du cervelet) de localisation. Symptômes: dépression de la conscience avec tendance à la progression, expansion du diamètre de la pupille, rigidité de type décérébration, dysfonctionnement du nerf oculomoteur, se manifestant du côté de la lésion.
  3. Cervelet-tentoriel. Il se développe à la suite d'une augmentation de la pression dans l'espace sous-torrentiel (sous la marque du cervelet), par exemple, à la suite d'une hémorragie dans la zone du cervelet ou la fosse postérieure du crâne. Le déplacement des structures cérébrales se produit dans la direction rostrale, qui se manifeste par des signes - un syndrome quadruple, confusion, se déroulant sous une forme aiguë.
  4. Déplacement des amygdales du cervelet. Elle se développe plus souvent en raison de processus pathologiques volumétriques localisés dans la fosse postérieure du crâne. Habituellement accompagnée d'une altération du flux sanguin dans l'artère antérieure du cerveau, de l'occlusion (obstruction) de l'ouverture de Monroe, d'une perturbation de la circulation du liquide céphalorachidien, en particulier, de la difficulté à décharger le liquide céphalorachidien du ventricule latéral.

Avec la défaite des services souches chez les patients pédiatriques, le médecin rencontre souvent des difficultés à poser un diagnostic. Plus l'enfant est jeune, plus il est difficile de déterminer le degré de conscience altérée, l'état des fonctions mentales et de la parole. Chez certains enfants, les réflexes pathologiques persistent longtemps, ce qui est une variante de la norme d'âge.

Lors de la prescription du traitement, il est pris en compte que chez les enfants qui ont subi un traumatisme crânien dans la période post-traumatique éloignée, un syndrome végéto-viscéral et asthéno-végétatif prononcé se développe, le développement mental et physique est en retard.

Le tronc cérébral est un système fonctionnel complexe composé de nombreuses structures vitales qui soutiennent les fonctions vitales, notamment la respiration et l'activité cardiaque. La défaite de la substance cérébrale dans cette zone s'accompagne de graves dysfonctionnements du corps, pouvant développer un coma et la mort.

Tronc cérébral: sa structure et ses fonctions

1. Pourquoi avons-nous besoin d'un tronc cérébral 2. Dispositif 3. Informations générales 4. Un peu sur les dommages au tronc 5. Nerfs crâniens 6. Medulla oblongata 7. Pont 8. Midbrain

Avez-vous déjà pensé à des questions de base? Par exemple, pourquoi, lorsque nous tournons la tête vers un sujet d'intérêt, alors nos yeux se tournent vers nos têtes? Et pourquoi ne restent-ils pas dans «l'ancien lieu»? Qu'est-ce qui vous fait effectuer automatiquement un tour combiné de la tête et des yeux? Pourquoi, lorsque nous entendons une forte pop, nous levons la main et clignons des yeux, sans avoir le temps de comprendre ce qui s'est passé? Pourquoi sommes-nous sûrs de pouvoir respirer comme nous le souhaitons: profond, peu profond, deux respirations - trois respirations, peu importe, mais qui fait notre respiration pendant le sommeil? Il y a beaucoup de questions...

Si nous demandons ce qui est le plus compliqué au monde, nous obtiendrons probablement diverses réponses. Par exemple, un ingénieur électricien ou programmeur soutiendra que rien n'est plus compliqué que l'architecture d'un processeur fonctionnant à la limite technologique de 16 voire 10 nm, et ne représentant rien de plus qu'une grande ville enfermée dans un cristal.

Le neurophysiologiste objecte raisonnablement, citant le fait que le cerveau humain est la structure la plus complexe de la partie visible de l'univers, car le cerveau a créé non seulement un processeur, mais aussi capable de se connaître, qu'aucun processeur ne peut effectuer..

Une curieuse question se pose: quelle partie du cerveau humain est la plus complexe? Vous pouvez répondre de différentes manières. Ainsi, le cortex cérébral est si compliqué que nous comprenons à peine les principes de fonctionnement de ses zones individuelles, bien que nous utilisions avec succès des algorithmes de réseau neuronal, par exemple, dans le commerce d'échange. Cela est dû au fait que les résultats des travaux du cortex peuvent être très abstraits et ne sont pas soumis à des calculs utilisant des statistiques mathématiques, ce qui interfère grandement avec l'étude..

Mais il y a un tronc cérébral qui a été très bien étudié. À la jonction du cerveau dans la moelle épinière, vous devez «vous faufiler» dans le petit volume presque tout ce qui existe dans le cerveau. Ce sont des voies bilatérales de la périphérie vers le centre et le dos, les noyaux nerveux, les zones spéciales.

Pourquoi ai-je besoin d'un tronc cérébral

Le tronc cérébral est donc une «entité commerciale». Et, si le cortex cérébral est l'Académie des sciences, alors le tronc cérébral est l'hôtel de ville, avec son service des transports, le service des prestations, le jardinage, les équipes de concierges et plombiers, les tracteurs de service, etc. Les fonctions du tronc cérébral sont très importantes, mais très précisément définies. Il ne contient pas un centième de millimètre cube de volume qui n'a pas été étudié par de nombreuses générations de neurophysiologistes, d'anatomistes et de médecins. Le tronc cérébral est un «travailleur ordinaire» qui n'a pas de temps pour les «sphères supérieures», et il ne sait pas comment le faire.

La structure la plus ancienne du tronc cérébral humain est la moelle oblongue. Il y a un temps, il y a des centaines de millions d'années, il suffisait de trouver de la nourriture dans des flaques chaudes par des créatures qui sont venues d'abord sur terre. Les prédateurs, et généralement personne n'était là. Mais là encore, il était nécessaire d'améliorer leurs réflexes et leurs réactions dans la lutte pour l'existence, et tout ce qu'une personne «a grandi» d'en haut, c'est-à-dire un télencéphale, un cortex ou un gros cerveau, est le résultat de l'évolution. Le cerveau final est apparu, le cortex avec ses circonvolutions et ses sillons, le cervelet est apparu après l'apparition d'une posture droite et le développement des mains.

Mais la moelle oblongue et les structures du tronc cérébral sont restées vitales. Pour l'avenir, nous disons qu'avec le sous-développement du cortex, vous pouvez vivre, même si vous êtes une personne profondément handicapée. Les fonctions les plus importantes du tronc cérébral sont la régulation de la circulation sanguine et de la respiration. C'est pourquoi l'œdème cérébral est si dangereux, dans lequel le tronc est déplacé vers le bas et retenu dans le grand foramen occipital du crâne. Le résultat est une compression du tronc cérébral, son ischémie et sa mort. En conséquence, la mort d'une personne vient. Par conséquent, le rôle principal du tronc cérébral est le maintien de la vie ou des fonctions vitales. Et maintenant, apprenons à mieux connaître le tronc cérébral. Tout le monde devrait savoir pourquoi il vit..

Dispositif

L'auteur fait face à une tâche difficile. Habituellement, même en référence, des manuels concis, un chapitre sur l'appareil, les fonctions du tronc cérébral et ses troubles occupe une centaine de pages de petit texte. Mais la brièveté est la sœur du talent. En espérant cela, nous commençons l'examen de cette partie la plus importante du système nerveux central, le tronc encephali, ou le tronc, dans lequel passent directement les structures de la moelle épinière. Nous examinerons ses parties et structures, nous analyserons la structure et les fonctions externes et internes des départements formant truncus encephali.

Vous ne devez pas avoir peur que les désignations soient en latin. Même à l'ère des sorcières en feu et de l'obscurantisme, chaque alphabète en Europe connaissait le latin. Et pour nous, gens instruits, explorateurs de l'espace, il sera utile de rappeler le noble langage qui a donné naissance à la civilisation moderne.

informations générales

Cette partie la plus ancienne du cerveau est située dans la caudale (queue) du cerveau, la plus proche de la moelle épinière, dans laquelle elle passe directement. Le tronc cérébral (truncus encephali) est divisé en trois sections:

  • medulla oblongata, ou medulla oblongata;
  • pont, pons;
  • mésencéphale, mésencéphale.

Au-dessous de la moelle oblongue, son extension, jusqu'aux 2 vertèbres lombaires, est la moelle épinière. Au-dessus du mésencéphale se trouve le diencéphale, et ils sont séparés par un pont.

De plus, c'est à partir du tronc que 10 paires de nerfs crâniens de chaque côté sortent (et entrent respectivement). Au total, une personne possède 12 paires de ces nerfs, mais les deux premières paires - les nerfs olfactif et optique, sont directement des excroissances du cerveau. Les FMN restants (nerfs crâniens) appartiennent aux nerfs du groupe caudal et se développent phylogénétiquement à partir des arcs branchiaux. Par conséquent, une fonction importante du tronc cérébral est la coordination et la gestion de ces différents nerfs, qui seront discutées ci-dessous..

Dans un petit volume du tronc "pressé" et concentré une myriade de voies. Tout ce qui relie la tête au corps passe par les structures du tronc à travers des faisceaux sensibles, moteurs et végétatifs. Certains de ces chemins sur leur chemin forment une transition vers le côté opposé du tronc, certains passent à d'autres neurones.

C'est dans le tronc cérébral que se trouvent de nombreux noyaux de ces dix paires de nerfs crâniens, dont la fonction principale est de contrôler ces nerfs. La structure de ces noyaux est complexe: il y a des sensitifs, il y a des moteurs (moteurs), et il y a des noyaux sécrétoires (végétatifs).

En plus des noyaux, des noyaux rouges et une substance noire se trouvent dans le tronc, qui appartiennent aux structures du système extrapyramidal, qui contrôle le tonus musculaire et les mouvements inconscients. Dans le tronc il y a des noyaux du pont et des olives de la moelle allongée.

Une formation aussi curieuse qu'une plaque de toit quadruple appartient au tronc. Elle est responsable de la transmission des impulsions visuelles et auditives qui se produisent inconsciemment. C'est là qu'il est possible de passer des parties de l'analyseur visuel à l'auditif chez l'homme.

Vous demandez: «qu'est-ce que ça fait»? Mais quoi. Si soudain un bruit fort ou un coup de feu se fait entendre à côté de vous, alors vous clignoterez involontairement. Cela se produira complètement inconsciemment. La protection réflexe des organes de la vision avec un signal de danger qui est reçu par les organes de l'audition est l'une des nombreuses fonctions des parties supérieures du tronc. Il n'est pas nécessaire de connecter ici le cortex cérébral et les parties responsables de la conscience. Il n'y a pas de temps pour réfléchir! Il suffit de "transférer les fils" de la partie sensible de l'arc réflexe directement vers le moteur, ce qui se fait par nature.

L'ensemble du tronc cérébral, y compris le pont, est immergé dans un réseau ramifié de neurones, qui forme une formation réticulaire. Son anatomie est très complexe. Cette formation est très importante pour la "vie végétale", elle est responsable de la coordination de la respiration et de la circulation sanguine chez l'homme.

De plus, une partie importante de la formation réticulaire a un effet activateur sur les structures sus-jacentes, y compris le cortex. C'est elle qui est responsable de la présence de conscience et d'éveil pendant la journée.

Un peu sur les dommages au tronc

Étant donné que cet article n'implique pas un compte rendu détaillé des syndromes et des symptômes neurologiques, nous décrirons brièvement comment se manifestent les lésions de la moelle oblongue..

Sur un très petit espace du tronc, il y a une abondance de voies et de noyaux de nerfs. Anatomiquement, cette partie du système nerveux central est considérée comme la plus complexe du corps humain. Par conséquent, même une très petite mise au point millimétrique est un gros problème de santé. Le plus souvent, les principaux symptômes d'une lésion du tronc comprennent des symptômes tels que:

  • dysfonctionnement du nerf crânien du côté de la lésion;
  • la paralysie des mêmes membres d'autre part, puisque les faisceaux moteurs dans le pont forment une croix.

Dans la littérature nationale, une telle maladie est appelée syndromes alternés. Il y en a environ une douzaine. Ils portent le nom des chercheurs qui les ont découverts (Foville, Dejerine, Miyar - Gubler, Wallenberg - Zakharchenko, Weber, Avellis, Benedict et autres). Leur cause peut être différente. Parfois, le foyer est formé par une tumeur, parfois par un accident vasculaire cérébral ischémique.

Nous avons appris très brièvement la structure générale du tronc cérébral. Nous allons maintenant parler plus en détail des structures qui composent le tronc cérébral chez l'homme.

Nerfs crâniens

Mais d'abord, nous décrirons brièvement la fonction de dix paires de nerfs crâniens, car sans cela, il est impossible d'évaluer la structure du tronc cérébral humain. Afin de ne pas transformer l'article en manuel, nous ne donnerons pas de données sur la localisation et les symptômes des lésions de ces nerfs, mais nous donnerons une vue d'ensemble générale.

10 paires de nerfs se trouvent dans le tronc cérébral, et ils ont de nombreux types de fibres différentes:

  • sensible somatique - transporter des informations de la peau, des tendons, conduire la douleur, la sensibilité, la sensation de température, le toucher, etc.
  • végétatif sensible - induit des douleurs aux organes internes. On sait que 10 paires - le nerf vague - descendent dans la cavité abdominale et thoracique, innervant le cœur, les intestins, etc.
  • sensibilité spéciale (vue, ouïe, goût, odeur);
  • moteur général (aux muscles squelettiques soumis à notre volonté - clignement des yeux, mastication);
  • moteur autonome (qui fonctionne sans notre désir - innervation des glandes salivaires, muscles lisses des bronches, myocarde);

Quels nerfs sortent du tronc? Nous donnons brièvement dans un tableau impromptu leurs fonctions et noms, ainsi que le nombre de cœurs. Chaque noyau a une paire d'autre part. Si vous voulez vous casser la tête plus fermement, vous pouvez prendre n'importe quel manuel sérieux d'anatomie et de neurologie.

L'illustration montre quelques projections des noyaux des nerfs crâniens dans le "profil".

Toutes les voies de ces nerfs entrent et sortent du tronc cérébral. N'est-ce pas que l'anatomie du tronc est un peu compliquée? Et cela sans le fait que presque tous les nerfs sont divisés en plusieurs branches indépendantes. Mais ce n'est pas tout. Nous commençons à examiner la structure de certaines parties de la tige du cerveau humain.

Moelle

C'est la partie la plus ancienne du cerveau, la plus caudale (caudale), et elle mérite donc tout le respect. Cette section est située entre la première paire de racines cervicales de la moelle épinière, passe dans le crâne à travers le grand foramen occipital et se termine à la frontière avec le pont.

Apparence

Si vous regardez par derrière, alors à la surface, vous pouvez voir les tubercules des noyaux des faisceaux qui portent la sensation articulaire et musculaire (en forme de coin et mince). C'est dans la moelle oblongue, entre les jambes supérieures et inférieures du cervelet, qu'il y a un «orage de tous les étudiants» - une fosse en forme de diamant, qui est formée par le bas du quatrième ventricule du cerveau, dans lequel se trouvent plusieurs dizaines de noyaux des nerfs crâniens. La structure de la fosse doit être connue par cœur, ainsi que tous les signes de dommages non seulement aux noyaux, mais aussi aux nerfs à différents niveaux.

Lorsqu'elles sont vues de côté, les pyramides sont clairement visibles. Ils sont formés par des voies descendantes motrices formant des piliers. A proximité se trouvent des olives, dans lesquelles se trouve le noyau du même nom. Séparément, sur le côté vient la 12ème paire de nerfs crâniens: le nerf hyoïde (respectivement à droite et à gauche). Les racines de l'accessoire, du nerf vague et des nerfs glossopharyngés, sortent par paires derrière les olives. Les voies du nerf trijumeau et de la moelle épinière sont situées à proximité..

Structure interne

L'anatomie interne de la moelle oblongue est une continuation des voies de la moelle épinière, de leur concentration et de leur commutation. Ici se trouvent les noyaux de la sensation musculaire articulaire des muscles de tout le corps, les conducteurs de la douleur et de la température augmentent, les voies d'équilibre des membres et l'analyseur statocinétique montent jusqu'au cervelet.

Les noyaux d'olive, ainsi que les voies menant au cervelet, appartiennent à un système de coordination des mouvements volontaires phylogénétiquement nouveau dans le développement humain.

Parmi les voies descendantes de la moelle oblongue, on peut noter la voie rubrospinale (mouvements inconscients) et les faisceaux tectospinaux (réaction motrice aux sons forts décrits ci-dessus). En raison des noyaux végétatifs du vagus, ou 10 paires de FMN, la structure de la moelle épinière est vulnérable à la compression et à l'ischémie.

Le pont est formé de larges fibres qui, pour ainsi dire, encerclent la moelle oblongue de deux côtés et vont jusqu'aux hémisphères cérébelleux.

Apparence

Un pont est un tas dense de chemins divers, du cortex aux sections sous-jacentes. De plus, des neurones intermédiaires se trouvent dans le pont, dans lequel les voies menant au cervelet sont inversées. Au milieu du pont il y a un creux, une grande artère principale (artère basilaire) y passe. Sur les côtés de l'artère se trouvent des crêtes de chemins pyramidaux fortement prononcés.

À l'arrière du pont, le bas du ventricule est visible, et les directions des ouvertures latérales de Lyushka, l'ouverture non appariée de la Magandie, qui forment les voies cérébrospinales du cerveau.

Structure interne

Le pont sur la coupe scintille comme le moiré ou la soie. Il se compose d'innombrables voies. Toute communication avec le cortex passe par les voies du pont cortical: à partir des lobes occipitaux, frontal, temporal, pariétal. En conséquence, il existe des faisceaux occipito, fronto, temporo et pariétopontine qui «coulent» dans le pont.

Dans le pont, il y a un tour et une torsion rusés de fibres dans la boucle médiale. En raison de ce changement d'orientation, les sensations de la jambe se situent plus à l'extérieur que du cou, violant la loi d'excentricité des conducteurs, selon laquelle, plus loin du centre - plus les conducteurs sus-jacents sont ajoutés dans le faisceau.

Afin que nos mouvements volontaires soient subtils et précis, plutôt que de «contraction», les ordres du cortex cérébral basculent vers les noyaux du pont, pénètrent dans le cervelet, s'accouplent avec les données de la sensation et de l'équilibre des muscles articulaires, puis, après vérification, dans le cadre de la partie supérieure les jambes du cervelet et des noyaux dentés retournent à nouveau au cortex, avec un «rapport de contrôle». Par conséquent, dans l'épaisseur du pont, il existe des faisceaux spéciaux pour la communication avec les noyaux du cervelet et les noyaux vestibulaires.

Midbrain

Il est situé entre le diencéphale et le pont. Le mésencéphale est la plus jeune section de tige du cerveau humain.

Apparence

Sur la face avant du mésencéphale, d'épais faisceaux de fibres - les jambes du cerveau - sont visibles. Au-dessus, sur les côtés, ils sont entourés de voies visuelles. Entre eux vont les nerfs de la 3ème paire de FMN - oculomotrice.

La surface arrière du mésencéphale s'appelle le pneu. C'est là que se trouvent le quadruple et sa plaque. Dans les monticules supérieurs, une partie du visuel est traitée, dans la partie inférieure de l'information audio qui n'a pas besoin d'être réalisée. Une paire de nerfs bloqués sort de sous les monticules inférieurs de la surface postérieure, qui est la seule paire de FMN qui quitte généralement la surface postérieure du cerveau.

Structure interne

Nous avons déjà dit qu'une partie du mésencéphale est constituée d'un quadruple, qui régule le réflexe de départ, qui a pris forme comme défense dans le développement phylogénétique de l'homme. La composante motrice est réalisée par la voie tectospinale.

De plus, la tête et les yeux se tournent en réponse à un son intéressant, ou se détournent si le stimulus est trop fort. Le mésencéphale, à travers les noyaux du nerf oculomoteur (la partie autonome), régule la taille de la pupille.

Une partie importante du mésencéphale est constituée des gros noyaux rouges. Ils reçoivent des informations du cervelet (de son noyau liège et denté), et sont également impliqués dans la régulation des mouvements précis.

De plus, un faisceau longitudinal médial traverse le mésencéphale, qui est impliqué dans la rotation combinée de la tête et des yeux, et de nombreux noyaux s'y trouvent. L'un d'eux est appelé le noyau de Darkshevich, en l'honneur de Liver Osipovich Darkshevich, le fondateur de l'école de neurologues de Kazan, qui a découvert cette structure au 19ème siècle. Il a également été le premier à décrire l'arc réflexe du réflexe pupillaire..

La substance noire se trouve également dans cette section du tronc, car elle contient de la mélanine. Elle «gère» les mouvements inconscients, le tonus musculaire. Avec une carence en mélanine, des tremblements se produisent et des signes de maladie de Parkinson apparaissent..

En conclusion, nous devons dire que nous avons pu décrire brièvement près d'un dixième de tout ce qui contient une partie phylogénétiquement ancienne, mais nécessaire du système nerveux central - le tronc cérébral. Pas lié à une activité nerveuse plus élevée, néanmoins, il fait tout pour libérer le cortex cérébral de chaque seconde "bagatelle", comme penser, avaler ou ne pas avaler, ou cligner des yeux ou ne pas clignoter.

Le tronc cérébral a besoin de moins d'oxygène et de glucose que le cortex cérébral, car il est tempéré par des millions d'années d'évolution. Habituellement, dans les maladies graves et la mort cérébrale, seul le cortex meurt. Le tronc cérébral fonctionne correctement jusqu'à ce que le ventilateur soit éteint. Cela montre son endurance et sa simplicité..

Cet article visait à susciter l'intérêt d'une personne pour une personne, car il n'y a rien de plus intéressant que la fonction unique de la matière vivante dans la connaissance de soi.

Caractéristiques anatomiques du tronc cérébral

Le cerveau est l'une des structures les plus complexes étudiées en physiologie. Il se compose de plusieurs parties, chacune étant unique et non moins difficile pour la science. Le tronc, qui fait partie du cerveau, semble être sa composante la plus intéressante, car responsable du fonctionnement de nombreux systèmes. Ces dernières années, les scientifiques ont pu l'étudier en détail et donner des caractéristiques précises. La connaissance de la structure et des fonctions du tronc cérébral augmentera non seulement votre érudition, mais évitera également certaines maladies associées à la tête.

Département de la tige

Les premières créatures vivantes qui sont apparues sur Terre n'avaient qu'une moelle oblongue. C'est lui qui leur a fourni tous les instincts nécessaires qui ont aidé à survivre. Mais cela ne suffit pas, car ils devaient constamment développer des réflexes et des réflexions. Après un certain temps, de nouveaux organismes ont commencé à naître avec un gros cerveau. Ces changements sont survenus peu de temps avant l'apparition de la personne avec laquelle la formation du cervelet s'est produite. Les parties restantes du cerveau ont commencé à se former seulement après des centaines d'années.

Le tronc cérébral, apparu au cours de l'évolution, était chargé d'assurer la fonction de la respiration et de l'apport sanguin à toutes les parties nécessaires du corps. En se développant, il a commencé à se composer d'un grand nombre de centres différents, qui ont commencé à former un système complexe. Maintenant, ce département est une partie nécessaire du cerveau, la vie sans laquelle est impossible.

Il est situé entre la grande ouverture de la tête à l'arrière de la tête et la pente de l'intérieur du crâne. Le tronc prolonge la moelle épinière, la reliant à la principale, située à l'intérieur de la tête. Sa longueur est d'environ 7 cm, alors qu'il comprend plusieurs parties distinctes, qui sont très importantes pour le corps.

Caractéristiques anatomiques

Le cerveau est un organe complexe qui agit comme le centre du système nerveux humain. Selon les scientifiques, il peut contenir plus de 20 milliards de neurones différents qui transmettent des signaux à d'autres parties du corps. Le tronc cérébral comprend plusieurs départements, chacun étant responsable de certaines fonctions. Il y en a 5:

L'anatomie implique également l'allocation de plusieurs parties également importantes: le cortex cérébral, le cortex cérébelleux, le ver à noyaux, le pont, le thalamus, l'hypothalamus, l'hypophyse, les noyaux gris centraux.

La structure elle-même est une telle image:

  1. La moelle oblongue agit comme une continuation de la moelle épinière quittant la section vertébrale. Il comprend deux types de substance: blanche et grise. Le premier a pour fonction de conduire des informations entre les systèmes corporels. Le second est le noyau des nerfs, dont la maturation se produit à 7 ans.
  2. Pont de Valoriev. C'est le prochain département émergeant de la moelle oblongue, situé dans la partie médiane du tronc, formé par la base, le quadripôle, les composants des ventricules crâniens et le couvercle. Se compose de fibres longitudinales et transversales. Les premiers sont construits à partir d'amas neuronaux représentés comme des noyaux, d'où passent les seconds. Ces derniers comprennent les couches supérieures et inférieures à travers lesquelles les chemins pyramidaux sont posés.
  3. Cervelet. C'est un petit hémisphère recouvert de matière blanche et grise. Atteint sa taille maximale à l'âge de 15 ans.
  4. Midbrain. Attaché au cervelet avec deux jambes particulières, comprend 2 sections visuelles et 2 sections auditives sous la forme de tubercules séparés à travers lesquels passent les fibres nerveuses.
  5. Cortex hémisphérique. Entre les hémisphères, il y a un corps calleux, assurant la connexion de toutes les parties. Tous les processus de pensée ont lieu dans le cortex.

La structure du tronc cérébral comprend une autre division importante. C'est ce qu'on appelle la formation réticulaire, qui comprend des dendrites et des axones qui forment le réticulum, qui est un réseau spécial. La fonction principale de ce site est de gérer les informations transmises du cerveau à d'autres parties du corps. Il existe 2 types de conductivité de l'information: afférente, orientant les données vers la formation, et efférente, effectuant l'action inverse.

Le cerveau est bien protégé. Trois obus en sont responsables: doux, dur, arachnoïde. La surface crânienne offre une protection supplémentaire..

Les noyaux des nerfs crâniens

L'un des composants les plus importants du tronc cérébral sont les noyaux des nerfs crâniens, qui s'écartent de sa base. Ils sont situés entre les parties arrière et oblongues, un petit nombre d'entre eux tombant sur le pont. Les noyaux sont constitués de terminaisons nerveuses qui affectent directement le tronc. Ils se présentent sous forme de branches qui pénètrent à travers ses parties les plus importantes.

Chaque noyau a son propre objectif. De tels nerfs sortent de cette zone:

  • Olfactif;
  • Visuel;
  • Oculomoteur;
  • Facial;
  • Entrée-cochléaire;
  • Bloquer;
  • Décharge;
  • Trinité
  • Glossopharyngé;
  • Sublingual;
  • Additionnel;
  • Errant.

Leur plein fonctionnement est très important pour le corps humain. En cas de dysfonctionnement d'un nerf, des conséquences graves peuvent survenir et aggraver la qualité de vie et même entraîner la mort..

Les fonctions

Toutes les parties du tronc cérébral sont également nécessaires. Ils donnent aux gens la possibilité de sentir, d'entendre le son, de comprendre la parole, de penser à des choses sérieuses. Si ce n'est pas pour eux, alors l'humanité pourrait rester pour toujours à l'âge de pierre.

Les fonctions du tronc cérébral sont réduites à la distribution d'informations entre le cerveau et le système nerveux central. Ils sont fournis par les noyaux et les terminaisons nerveuses. Dans ce cas, le tronc est une étape de connexion physiologique entre la moelle épinière et le cerveau. S'il est endommagé, les signaux du cerveau ne pourront pas atteindre le point final, ce qui exclut complètement le fonctionnement normal du corps humain.

Il existe plusieurs groupes de fonctions caractéristiques du tronc cérébral. Parmi eux:

  1. Propulsion. Il comprend toutes les actions associées aux muscles des yeux et des paupières. La fonction est également responsable des réflexes des globes oculaires et contrôle les muscles à mâcher.
  2. Sensible. Fournit le travail des papilles gustatives, ainsi que tous les réflexes liés au système digestif. Aide à transmettre des signaux pour avaler et de nombreuses autres actions, y compris même des vomissements. Également responsable des éternuements.
  3. Parasympathique. Il affecte le mouvement et l'expansion des pupilles, contrôle les muscles ciliaires. Géré par des cœurs, fournissant l'exécution de la fonction de bloc.
  4. Salivaire supérieur. Influence les glandes salivaires, fournissant une formation de salive opportune et nécessaire.
  5. Vestibulaire. Il est responsable du fonctionnement de l'appareil vestibulaire, ce qui aide à contrôler l'équilibre du corps et à garder les pieds.
  6. Avaler. Fournit le travail du réflexe de déglutition. Complète la fonction de la fonction sensible.
  7. Auditif. Transmet les informations pour le cervelet, est responsable de l'audition, ainsi que de la reconnaissance des sons entendus.
  8. Sensoriel. Donne la sensibilité de la peau du visage, analyse le goût et le son, reconnaît les irritants vestibulaires.

Le tronc cérébral a les fonctions les plus importantes. Il donne à chaque personne l'occasion d'entendre, de sentir, de voir, de bouger, de penser. Tous sont nécessaires pour une vie pleine..

Si vous distribuez des fonctions individuelles dans certaines parties du tronc cérébral, vous obtenez les éléments suivants:

Division du tronc cérébralLes fonctions
Midbrain· Fonctionnement des organes visuels et auditifs;

· Gestion des autorités compétentes;

· Orientation dans l'espace.

Moelle· Réflexes associés à la toux, aux vomissements, aux éternuements;

· Gestion du système cardiovasculaire;

Fonctionnement du tube digestif.

Pons· Fourniture de sang au cerveau;

· Signalisation rapide entre le cerveau et le système nerveux central.

Cervelet· Coordination des mouvements, équilibre;

· Tonus des tissus musculaires.

Diencephalon· Glande thyroïde;

· Contrôle des glandes surrénales.

L'importance de ces fonctions nous fait prendre plus au sérieux l'état du tronc cérébral. Il ne fait pas exception et peut être sujet à diverses maladies potentiellement mortelles..

En cas de violations dans une section du coffre, des défaillances peuvent survenir dans d'autres, car ils sont tous étroitement interconnectés.

Maladies

Comme tout autre organe, le cerveau peut mal fonctionner. Il en va de même pour son coffre. La plupart des problèmes sont les conséquences de blessures ou d'autres maladies, et parfois simplement des manifestations liées à l'âge. Il existe plusieurs maladies:

La plupart d'entre eux apparaissent extrêmement rarement. La plupart des cas enregistrés de lésions du tronc cérébral sont des accidents vasculaires cérébraux et diverses tumeurs. Ils sont les plus dangereux et nécessitent un traitement de la plus haute qualité et le plus rapide. Mais pourquoi surgissent-ils?

Les causes

Une maladie peut se développer pour diverses raisons. Les personnes les plus à risque sont celles qui ont déjà souffert de graves maladies cérébrales, qui mènent une vie malsaine ou qui souffrent d'un stress régulier. Mais même les personnes en bonne santé peuvent avoir des problèmes avec le tronc cérébral. Les violations se produisent pour les raisons suivantes:

  • Maladies associées aux vaisseaux sanguins, ainsi que leurs dommages;
  • Blessures à la tête;
  • Perturbation circulatoire;
  • Pannes nerveuses, situations stressantes graves;
  • Sports extrêmes, ainsi que sports extrêmes au quotidien;
  • Manger de la malbouffe ou de l'eau non traitée;
  • Abus d'alcool, tabagisme;
  • Maladies congénitales associées au tronc cérébral.

Si des maladies apparaissent, elles doivent être traitées immédiatement. Le manque d'intervention médicale nécessaire peut entraîner de graves conséquences irréversibles ou la mort.

Accident vasculaire cérébral

La maladie du tronc cérébral la plus courante est l'AVC. Il est toujours associé à des perturbations du fonctionnement des vaisseaux sanguins. Avec le vieillissement du corps ou certaines maladies, leurs parois deviennent plus minces et inélastiques, et peuvent être recouvertes de plaques ou complètement bouchées. Ensuite, un accident vasculaire cérébral peut entraîner la mort..

L'AVC est de deux types: ischémique et hémorragique. Le premier est un infarctus du tronc cérébral et est considéré comme extrêmement dangereux en raison du blocage des vaisseaux sanguins et de la privation d'oxygène des cellules nerveuses. La seconde se manifeste sous forme d'hémorragie dans le tissu cérébral. Il existe un risque de décès dans les deux cas..

Mécanisme d'action

Dans la plupart des cas, un accident vasculaire cérébral hémorragique se produit comme suit: d'abord, un blocage du vaisseau se produit, puis avec une pression accrue, il éclate. Lors de l'amincissement, les vaisseaux peuvent immédiatement éclater ou être endommagés sans formation de caillots sanguins ou de plaques. Immédiatement après la rupture, une hémorragie sévère se produit dans le cerveau, après quoi un hématome apparaît, limitant l'accès de l'oxygène aux neurones. Cela devient un dysfonctionnement, dont le résultat est un dysfonctionnement de tous les systèmes du corps.

Lors d'un AVC ischémique, des dommages graves aux tissus cérébraux se produisent également, ce qui complique grandement la préservation de la vie du patient. Après la défaite, les tissus commencent progressivement à mourir. Par conséquent, il est important que la victime fournisse une assistance médicale le plus rapidement possible.

Les causes

Vous pouvez prévenir un accident vasculaire cérébral si vous essayez d'exclure de votre vie tous les moments qui conduisent à ce phénomène dangereux. Les médecins ont réussi à identifier plusieurs facteurs clés qui augmentent le risque d'infarctus cérébral. Parmi eux:

  • Diabète;
  • Rhumatisme;
  • Hypertension;
  • Athérosclérose.

Toute personne soucieuse d'au moins un article doit être le plus attentive possible à sa santé et consulter un médecin dès les premières sensations dérangeantes.

Symptômes

Un accident vasculaire cérébral est toujours soudain. Une personne peut se sentir bien tout au long de la journée et à un moment donné, une hémorragie se produira. Parfois, peu de temps avant un accident vasculaire cérébral, un inconfort dans la tête ou une douleur peut apparaître. Les symptômes d'une hémorragie cérébrale sont les suivants:

  • Vertiges;
  • Transpiration accrue;
  • Couleur de peau pâle;
  • Température corporelle élevée;
  • Interruptions de pression;
  • Cardiopalmus;
  • Difficulté à respirer
  • Paralysie musculaire.

Le tronc cérébral peut être considérablement affecté, ce qui rend la récupération complète impossible. Dans ce cas, le développement de complications graves associées à d'autres maladies ou caractéristiques corporelles n'est pas exclu.

Traitement

La fourniture d'une assistance rapide est la condition la plus importante pour sauver la vie du patient. Mais même elle ne donne aucune garantie. Environ 60% des victimes meurent dans les premiers jours après un AVC prolongé. Dans certains cas, une personne peut mourir dans les deux semaines. Seulement 20% des survivants d'un AVC restent en vie. Si une aide est fournie dans la première heure après une attaque, il y a une chance de succès de la thérapie. Cependant, toutes les conséquences sont difficiles à traiter..

Le déménagement dans un hôpital est une condition préalable. Il ne sera pas possible de soigner la victime à domicile; le refus d'hospitalisation entraînera la mort. Cependant, le traitement implique la surveillance constante des médecins et l'administration de médicaments visant à:

  • L'exception de la formation de caillots sanguins dans les vaisseaux;
  • Liquéfaction du sang et des caillots sanguins;
  • Réduction de pression;
  • Normaliser le cholestérol.

De plus, une physiothérapie est prescrite. Dans les cas graves, une opération urgente peut être effectuée. Il est nécessaire d'arrêter l'hémorragie lorsque les remèdes conventionnels n'ont pas l'effet souhaité..

La rééducation après un traitement réussi peut prendre plusieurs années. Sa durée dépend de nombreux facteurs et est individuelle dans chaque cas individuel..

Tumeur

La deuxième tumeur cérébrale la plus courante. Certains d'entre eux peuvent être très dangereux, mais la plupart ne nécessitent aucune intervention médicale. Les tumeurs sont de plusieurs types:

  • Primaire. Apparaissent lorsque le tissu cérébral est endommagé..
  • Secondaire Sont une conséquence d'autres maladies.
  • Déformant. Affecte négativement la forme du tronc cérébral, le déformant. Peut être situé sur la tige ou certains autres départements.
  • Diffuser. Fusionner avec la substance cérébrale, ce qui crée de graves difficultés de traitement. Les thérapies réussies sont rares.
  • Parabolique. Croître jusqu'au tronc, provoquant une déformation.
  • En forme de diamant. Apparaissent dans la partie occipitale du crâne.
  • Cervelet. Affecte le cervelet avec le tronc.
  • Exophyte. Formé sur le cervelet, puis atteindre le tronc.

Les néoplasmes se développent progressivement, augmentant de taille. Parfois, leur croissance peut ralentir ou s'arrêter complètement, ce qui élimine le besoin de traitement. Les causes de leur apparition sont diverses blessures et complications après une maladie grave.

Symptômes

Identifier les néoplasmes qui affectent le tronc cérébral n'est pas si facile. Avec de petites tailles, ils peuvent ne provoquer aucun symptôme, ce qui crée certaines difficultés de diagnostic. Au moment où une tumeur est détectée, en règle générale, elle a déjà le temps de grossir.

Les symptômes, qui peuvent indiquer la croissance d'un néoplasme, sont les suivants:

  • Maux de tête;
  • Vertiges;
  • Coordination altérée;
  • Problèmes de vision ou d'audition;
  • Désorientation dans l'espace;
  • Tremblement des mains ou de la tête;
  • Humeur instable.

Si de tels symptômes surviennent, consultez un médecin. Le patient sera prescrit une IRM, qui permettra de déterminer la présence d'une tumeur.

Traitement

Le pronostic dépend toujours de la tumeur particulière du patient. Son taux de croissance, sa taille et son emplacement exact sont d'une grande importance. Les néoplasmes bénins sont facilement enlevés chirurgicalement, pour lesquels une incision est pratiquée, à travers laquelle la tumeur elle-même est excisée. Cependant, il ne sera pas possible d'éliminer les tumeurs malignes par cette méthode, vous devrez donc privilégier la radiothérapie ou d'autres méthodes.

Méthodes de traitement des tumeurs:

  • Ablation chirurgicale. Excision de la tumeur par la méthode de l'impact physique avec un couteau; une incision est nécessaire pour cela. Convient uniquement aux néoplasmes bénins.
  • Radiothérapie. Effet des rayons X sur la tumeur à travers toutes les autres structures de la tête. Ralentit efficacement la croissance des tumeurs.
  • Stéréotaxique. Une combinaison de plusieurs types d'exposition est utilisée, y compris le rayonnement. Diffère en l'absence de douleur pour le patient.

Si nécessaire, les médecins peuvent combiner plusieurs méthodes de traitement à la fois. Cela augmentera les chances d'élimination réussie de la tumeur..

Le traitement médicamenteux pour le développement d'une tumeur est presque impossible. Les cytostatiques sont les seuls médicaments qui peuvent produire l'effet souhaité. Ils concernent des agents de chimiothérapie..

résultats

Le tronc est une partie essentielle du cerveau, ainsi que l'ensemble du corps. Son état général dépend de sa santé. Au moindre dommage, des conséquences graves peuvent survenir: perte d'audition ou de vision, incapacité à ressentir le goût des aliments, à maintenir l'équilibre. Le plus dangereux est la défaite du centre respiratoire, ce qui entraîne un arrêt respiratoire. La prévention des maladies du tronc cérébral consiste à maintenir un mode de vie sain, à éviter les traumatismes crâniens et à éliminer en temps opportun les facteurs pouvant déclencher le processus pathologique.