Principal / Diagnostique

Comment guérir une névrose d'états obsessionnels

Diagnostique

Aujourd'hui, l'un des troubles psychologiques les plus courants est la névrose. Cette maladie peut déranger constamment ou être épisodique, mais dans tous les cas, la névrose complique considérablement la vie d'une personne. Si vous ne cherchez pas une aide médicale qualifiée en temps opportun, ce trouble peut entraîner le développement de maladies mentales plus complexes..

Les névroses sont des troubles psychogènes réversibles qui surviennent en raison de conflits internes ou externes, d'un stress émotionnel ou mental, ainsi que sous l'influence de situations pouvant provoquer un traumatisme psychologique chez l'homme. Une place particulière parmi les troubles névrotiques est occupée par une névrose d'états obsessionnels. De nombreux experts l'appellent également trouble obsessionnel-compulsif (TOC), mais certains médecins partagent ces deux pathologies..

Pourquoi ça arrive? Le fait est qu'en médecine domestique pendant longtemps la névrose des états obsessionnels et des TOC était en effet considérée comme un diagnostic différent. Mais la classification internationale de la CIM-10 des maladies utilisées aujourd'hui ne contient pas une maladie telle que la névrose des états obsessionnels, dans cette liste de maladies, seul le trouble obsessionnel-compulsif est mentionné. C'est pourquoi ces deux formulations ont récemment commencé à être utilisées comme définition de la même pathologie mentale..

Une personne dans cet état souffre de pensées obsessionnelles, dérangeantes ou effrayantes qui surgissent involontairement. La principale différence entre cette maladie et la schizophrénie est que le patient est conscient de ses problèmes. Il essaie de se débarrasser des sentiments d'anxiété par des actions obsessionnelles et fatigantes. Seul un psychothérapeute qualifié ayant une expérience de travail avec des patients souffrant de cette forme de trouble mental peut guérir une névrose d'états obsessionnels.

Raisons du développement

Parmi les raisons du développement d'une névrose d'états obsessionnels, les situations de stress et de fatigue excessive sont généralement appelées, mais toutes les personnes qui se trouvent dans une situation de vie difficile ne sont pas issues d'un trouble exhaustif-compulsif. Ce qui provoque réellement le développement d'états obsessionnels n'est pas encore exactement établi, mais il existe plusieurs hypothèses concernant la survenue d'OBK:

  1. Facteurs héréditaires et génétiques. Les chercheurs ont identifié un modèle entre la tendance à développer une névrose des états obsessionnels et l'hérédité défavorable. Environ un patient sur cinq atteint d'OBK a des parents souffrant de troubles mentaux. Le risque de développer cette pathologie augmente chez les personnes dont les parents abusent de boissons alcoolisées, souffrent d'une forme de méningite tuberculeuse, et souffrent également de crises de migraine ou d'épilepsie. De plus, des conditions obsessionnelles peuvent survenir en raison de mutations génétiques..
  2. Un assez grand nombre de personnes (environ 75%) souffrant de névrose d'états obsessionnels souffrent d'autres maladies mentales. Les compagnons les plus probables de l'OBK sont le trouble bipolaire, la dépression, la névrose d'angoisse, les phobies et les peurs obsessionnelles, le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention et les troubles de l'alimentation..
  3. Les caractéristiques anatomiques peuvent également provoquer une névrose des états obsessionnels. Les raisons biologiques incluent également un dysfonctionnement dans certaines parties du cerveau et du système nerveux autonome. Les scientifiques ont attiré l'attention sur le fait que dans la plupart des cas, avec une névrose d'états obsessionnels, il existe une inertie pathologique de l'excitation du système nerveux, accompagnée d'une labilité d'inhibition des processus en cours. Le TOC peut survenir dans le contexte de divers troubles du fonctionnement du système de neurotransmetteur. Des troubles du niveau névrotique se produisent en raison d'un dysfonctionnement dans la production et l'échange d'acide gamma aminobutyrique, de sérotonine, de dopamine et de norépinéphrine. Il existe également une version sur la relation entre le développement d'une névrose d'états obsessionnels et l'infection streptococcique. Les personnes qui ont eu cette infection ont des anticorps dans leur corps qui détruisent non seulement les bactéries nocives, mais aussi leurs propres tissus (syndrome PANDAS). À la suite de ces processus, les tissus des noyaux gris centraux peuvent être perturbés, ce qui peut conduire au développement du TOC.
  4. Les facteurs constitutionnels et typologiques comprennent des traits de caractère spéciaux (anancastiques). La plupart des patients sont sujets à des doutes constants, très prudents et prudents. Ces personnes sont très préoccupées par les détails de ce qui se passe, elles sont sujettes au perfectionnisme. Les ananskasts sont des gens consciencieux et très exécutifs qui s'efforcent de respecter scrupuleusement leurs obligations, mais la poursuite de l'excellence les empêche très souvent de s'acquitter de leur travail à temps. Le désir d'obtenir des résultats élevés dans le travail ne permet pas d'établir des amitiés à part entière et interfère également considérablement avec la vie personnelle. De plus, les gens avec un tel tempérament sont très têtus, ils ne font presque jamais de compromis.

Le traitement des conditions obsessionnelles doit commencer par identifier les causes du développement de la maladie. Ce n'est qu'après cela que le schéma thérapeutique sera établi et, si nécessaire, les médicaments prescrits.

Les symptômes de la maladie

Un patient ne pourra diagnostiquer une névrose d'états obsessionnels et prescrire un traitement approprié que si les principaux symptômes du trouble ont été observés pendant une longue période (au moins deux semaines). Le TOC se manifeste comme suit:

  • la présence de pensées obsessionnelles. Ils peuvent être réguliers ou se produire périodiquement, en restant longtemps dans la tête. De plus, toutes les images et tous les lecteurs sont très stéréotypés. Une personne comprend qu’elles sont absurdes et absurdes, mais, néanmoins, les perçoit comme les leurs. Le patient atteint de TOC se rend également compte qu'il ne peut pas contrôler ce flux de pensées, ainsi que contrôler sa propre pensée. Au cours du processus de pensée chez une personne souffrant d'une névrose d'états obsessionnels, au moins une pensée surgit périodiquement qu'elle essaie de résister. Les noms et prénoms de quelqu'un, les noms de villes, de planètes, etc. peuvent constamment venir à l'esprit. Une citation ou un poème de chanson peut défiler à plusieurs reprises dans le cerveau. Certains patients discutent constamment de sujets qui n'ont rien à voir avec la réalité. Le plus souvent, les patients s'inquiètent de la peur panique des maladies infectieuses et de la pollution, de la perte douloureuse ou de la prédétermination de l'avenir. Les patients atteints d'une névrose d'états obsessionnels peuvent ressentir un désir pathologique de pureté, la nécessité d'observer un ordre spécial ou une symétrie;
  • Un autre symptôme important d'une névrose d'états obsessionnels est le désir de prendre toute mesure pour réduire l'intensité des pensées anxieuses. Un tel comportement est appelé compulsif, et les actions répétées régulières et répétées du patient sont appelées compulsions. La nécessité pour le patient d'accomplir des actes spécifiques est une «obligation» conditionnelle. Les compulsions apportent rarement du plaisir moral à une personne malade, de telles actions "rituelles" ne peuvent que vous faire vous sentir mieux pendant un court instant. Parmi ces actions obsessionnelles, on peut noter la volonté de raconter des objets spécifiques, de commettre des actes immoraux ou illégaux, de vérifier à plusieurs reprises les résultats de leur travail, etc. Une compulsion est l'habitude de plisser les yeux, de renifler, de lécher vos lèvres, de cligner des yeux, de lécher vos lèvres ou de tordre de longues mèches de cheveux sur votre doigt;
  • des doutes accablant constamment le patient peuvent également indiquer la présence d'un trouble obstructif-compulsif. Une personne dans cet état n'a pas confiance en elle-même et en ses propres forces, elle doute qu'elle ait accompli l'action nécessaire (couper l'eau, couper le fer, le gaz, etc.). Parfois, les doutes atteignent le sommet de l'absurdité. Par exemple, un patient peut vérifier à plusieurs reprises si la vaisselle est lavée et en même temps les laver à chaque fois;
  • un autre symptôme d'une névrose d'états obsessionnels est la présence chez un patient de peurs sans fondement et dépourvues de logique. Par exemple, une personne peut avoir terriblement peur de parler en public, elle a peur de penser qu'il oubliera certainement son discours. Le patient peut avoir peur de visiter des lieux publics, il lui semble qu'il y sera ridiculisé. Les craintes peuvent concerner les relations avec le sexe opposé, l'incapacité de s'endormir, le respect des obligations professionnelles, etc..

L'exemple le plus frappant d'une névrose d'états obsessionnels est la peur de se salir et de contracter une maladie mortelle après un contact avec des microbes. Afin d'éviter cette «terrible» infection, le patient essaie par tous les moyens d'éviter les lieux publics, il ne mange jamais dans les cafés ou les restaurants, ne touche pas les poignées des portes ou les mains courantes des escaliers. Le domicile d'une telle personne est presque stérile, car il l'enlève soigneusement à l'aide d'outils spécialisés. La même chose s'applique à l'hygiène personnelle; le TOC oblige une personne à se laver les mains pendant des heures et à traiter sa peau avec un agent antibactérien spécial.

Un trouble obsessionnel-compulsif n'est pas un trouble dangereux, mais il complique tellement la vie d'un individu qu'il commence à réfléchir à la question de savoir comment guérir une névrose des états obsessionnels.

Caractéristiques du traitement du TOC

Le succès de la guérison d'une névrose d'états obsessionnels dépend de plusieurs facteurs, mais les chances d'une vie normale seront plus élevées si le traitement de la pathologie est commencé le plus tôt possible. Par conséquent, n'ignorez pas les premiers symptômes de la maladie: si vous remarquez que vous êtes obsédé par des pensées obsessionnelles, il est préférable de contacter immédiatement un psychothérapeute ou un psychiatre.

Le traitement des conditions obsessionnelles nécessite une approche intégrée pour résoudre le problème. La thérapie est menée dans trois directions: l'impact de la psychothérapie, du traitement médicamenteux et de l'hypnothérapie.

La méthode d'intervention psychothérapeutique la plus efficace dans le traitement des névroses d'états obsessionnels est la thérapie cognitivo-comportementale. Son essence se résume au fait que le patient, avec l'aide d'un thérapeute, découvre indépendamment ses pensées destructrices, réalise leur absurdité et développe un nouveau modèle de pensée positive.

Lors des séances de psychothérapie, le médecin essaie d'expliquer au patient la différence entre ses peurs adéquates et ses pensées inspirées par une névrose. En conséquence, le patient se débarrasse non seulement des pensées et des actions obsessionnelles, mais acquiert également des compétences pour prévenir la récurrence de la maladie. La pensée cognitive formée au cours du traitement permet à l'avenir à une personne de faire face de façon autonome à certains problèmes mentaux et d'empêcher leur progression..

Un autre moyen efficace de guérir une névrose des états obsessionnels est la méthode d'exposition et de prévention des réactions. Pendant la séance, le patient est délibérément placé dans des conditions qui provoquent un inconfort psychologique et un flux de pensées obsessionnelles. Auparavant, le psychothérapeute donne à son client des instructions sur la façon de résister à son besoin d'actions obsessionnelles. Selon les statistiques, l'utilisation de cette méthode vous permet d'obtenir des résultats plus rapides, et la rémission dans ce cas sera plus stable.

Très souvent, dans le traitement de la névrose compulsive, diverses techniques hypnotiques sont utilisées. Après que le patient soit entré dans une transe hypnotique, le thérapeute a l'occasion d'identifier les circonstances qui ont servi de raison au développement d'un trouble obsessionnel-compulsif. En quelques séances d'hypnose, des résultats assez élevés peuvent être obtenus. L'état du patient s'améliore considérablement et l'effet de la suggestion persiste pendant une longue période ou toute une vie.

De plus, d'autres méthodes de psychothérapie peuvent être utilisées:

  • groupe. Communiquer avec des personnes qui ont des problèmes similaires permet à une personne malade de réaliser que sa situation n'est pas unique. L'expérience positive de se débarrasser de la névrose des états obsessionnels est une incitation supplémentaire au traitement;
  • la thérapie comportementale rationnelle vous permet de changer la pensée et le comportement des gens. La base de cette thérapie est le modèle ABC, également appelé modèle de changement thérapeutique ou théorie de la personnalité ABC. A sont les pensées et les sentiments du patient associés aux événements actuels, B sont les croyances, mais pas religieuses ou politiques (les psychothérapeutes considèrent cela comme une affaire personnelle du client) et les opinions, et C est la conséquence, le résultat de l'exposition A et B. Chacun de ces éléments les paragraphes sont étroitement liés, afin de changer le résultat (C), il est nécessaire de faire des changements dans ses propres pensées (A) et de réaliser l'irrationalité des croyances (B) qui ont conduit à des conséquences irrationnelles;
  • psychanalyse. Cette méthode a été très populaire dans le passé, mais elle a récemment perdu du terrain. Tout d'abord, cela est dû à la nécessité d'un grand nombre de séances thérapeutiques. Dans certains cas, le traitement de la névrose des états obsessionnels peut durer plusieurs années. Les techniques progressives modernes vous permettent d'obtenir un résultat durable en un temps plus court..

La prise de médicaments dans le traitement du trouble obstructif-compulsif est extrêmement rare. La décision est prise après une évaluation complète de l'état du patient et des risques existants de la pharmacothérapie.

En cas de besoin de médicaments, le médecin peut prescrire un patient du groupe des antidépresseurs tricycliques, des antidépresseurs de classe ISRS, des antidépresseurs sérotoninergiques et noradrénergiques spécifiques, des tranquillisants aux benzodiazépines ou des normotimiques..

Les antipsychotiques atypiques n'incluent généralement pas les conditions obsessionnelles dans le traitement de la névrose, car les erreurs de dosage du médicament peuvent conduire à des résultats opposés: les symptômes du TOC peuvent devenir plus prononcés.

La thérapie complexe dans le traitement de la névrose des états obsessionnels doit comprendre:

  • élimination d'une situation traumatique ayant provoqué le développement d'une névrose. Il faudra empêcher son redéveloppement;
  • il est nécessaire de développer une stratégie éducative spéciale pour les enfants prédisposés à l'émergence de compulsions et d'opessia;
  • effectuer un travail préventif avec la famille du patient. Pour que le traitement soit efficace et son résultat à long terme, il faudra normaliser la situation dans la famille;
  • entraînement autogène. Les méditations sont très utiles, au cours de ces exercices, il est possible d'effacer la conscience des pensées dérangeantes qui provoquent de l'anxiété. Vous pouvez pratiquer différentes techniques de relaxation musculaire et respiratoire;
  • refus de boire de l'alcool et se débarrasser d'autres dépendances;
  • révision du régime du jour. Pour normaliser l'état mental, il est très important d'avoir suffisamment de temps pour dormir et se reposer. Il faudra normaliser la nutrition. Le régime quotidien doit contenir des aliments sains qui fournissent au corps une quantité suffisante d'oligo-éléments utiles et d'énergie;
  • la luminothérapie est un traitement d'appoint pour le TOC. Pendant la procédure, les rayons lumineux stimulent l'activité immunobiologique du corps, ce qui affecte positivement la plupart des systèmes fonctionnels et vous permet de vous débarrasser de certains types de dépression.

De plus, des traitements tels que l'acupuncture, le massage et la réflexologie peuvent en bénéficier. Si le patient souffre de maladies somatiques concomitantes, des efforts doivent également être faits pour les guérir.

La névrose des états obsessionnels est une telle pathologie qu'il est assez difficile de s'en débarrasser soi-même. Bien que le patient soit conscient de l'absurdité de ses pensées et de ses actions, il n'est toujours pas en mesure de changer la pensée irrationnelle sans compétences particulières. Seul un psychothérapeute expérimenté peut aider à se débarrasser de ce trouble mental désagréable, qui complique grandement la vie..

Névrose obsessionnelle - Symptômes et traitement

Qu'est-ce qu'une névrose d'états obsessionnels? Les causes, le diagnostic et les méthodes de traitement sont discutés dans l'article du Dr Fedotov I.A., psychothérapeute avec une expérience de 11 ans.

Définition de la maladie. Les causes de la maladie

La névrose obsessionnelle (le nom moderne est trouble obsessionnel-compulsif, TOC) est un trouble mental caractérisé par des obsessions répétitives (c'est-à-dire des pensées obsessionnelles), des fantasmes, des doutes, des peurs et des compulsions (actions obsessionnelles et rituels), tous ces éléments est perçu par l'individu avec une sensation d'excitation intense et est reconnu comme un phénomène de la maladie (c'est-à-dire est égoïste). [1]

Étiologie

  • Théorie génétique

Des études chez des jumeaux et des proches ont montré que les personnes ayant des proches au premier degré (comme les parents, les frères et sœurs ou les enfants) souffrent de TOC, sont plus à risque de développer ce trouble. Le risque est plus élevé si un parent au premier degré du TOC se développe dans l'enfance ou l'adolescence. Les recherches actuelles continuent d'examiner le rôle de la génétique dans l'étiologie des TOC et peuvent aider à améliorer les méthodes de diagnostic et de traitement. [quinze]

  • Raisons organiques

Du fait que les manifestations de cas sévères de TOC peuvent être assez difficiles à décrire d'un point de vue psychologique, une théorie a été proposée sur la présence d'une maladie cérébrale organique dans ce trouble. Des études ont montré des différences dans le cortex frontal et les structures sous-corticales du cerveau chez les patients atteints de TOC. Apparemment, il existe un lien entre les symptômes du TOC et des anomalies dans certaines zones du cerveau, mais ce lien n'est pas complètement clair. [quinze]

  • Théorie psychanalytique

Dans la névrose compulsive, le principal conflit est la protection contre les tendances inacceptables du complexe d'Œdipe. [3] Selon Freud, à la suite de la suppression des pulsions sexuelles et agressives, des symptômes d'obsession apparaissent..

  • Causes comportementales

La théorie du comportement suggère que les personnes atteintes de TOC associent certains objets et certaines situations à la peur. Après avoir établi un lien entre un objet et un sentiment de peur, les personnes atteintes de TOC commencent à éviter cet objet et la peur qu'il génère, au lieu d'affronter ou de souffrir de peur. [seize]

  • Théorie neurochimique

La théorie biologique la plus populaire explique les symptômes du TOC avec altération du métabolisme cérébral de la sérotonine. [6]

Les symptômes d'une névrose compulsive

Les principales manifestations du TOC sont les pensées obsessionnelles (obsessions) qui surgissent contre la volonté du patient, et perçues par lui comme des images et des souvenirs douloureux et dénués de sens qui interfèrent avec la vie quotidienne, dont il cherche à se débarrasser. Cependant, malgré la résistance, ces pensées dominent la psyché du patient.

L'une des formes de ce trouble est le «chewing-gum mental» - des pensées obsessionnelles qui se manifestent par un afflux de souvenirs; compte obsessionnel (arythmie), c'est-à-dire, dépouillement insensé des voitures, des fenêtres, additionnant des nombres dans l'esprit; des doutes sur les actions qui pourraient ne pas être terminées ou mal exécutées, comme fermer les fenêtres ou éteindre les appareils électriques. Pour la névrose d'attente, les pensées d'un échec imminent lors de l'exécution des actions habituelles sont caractéristiques. [6] Impulsions obsessionnelles - envie d'exécuter une action, le plus souvent déviante, indécente ou dangereuse (jetez-vous sous une voiture, frappez un passant, criez des jurons). Les pensées obsessionnelles s'accompagnent de sentiments d'anxiété, d'anxiété, de tension accrue, de transpiration, de palpitations, peut-être d'une diminution de l'humeur, en raison de l'incapacité de s'en débarrasser de manière indépendante.

Les compulsions sont des actions intrusives et répétées à plusieurs reprises qui prennent la forme de rituels complexes qui aident à réduire l'anxiété, la tension causée par les obsessions. Un exemple de contrainte: une promenade le long d'un côté spécifique d'une rue ou d'un itinéraire régulier; enjambant les fissures sur l'asphalte; disposer les choses dans un certain ordre. Le patient cherche à répéter certaines actions un certain nombre de fois afin de réduire l'anxiété, si cela échoue, il faut tout recommencer. [7] Dans tous les cas, le patient se rend compte que ce sont ses propres actions basées sur sa propre volonté, même si elles causent un grand inconfort et il met tout en œuvre pour les éviter. C'est la différence entre le TOC et le délire. [treize]

Une autre manifestation du TOC est les peurs obsessionnelles - les phobies. La peur la plus courante de la pollution est caractérisée par des pensées selon lesquelles, dans la rue ou dans les lieux publics, le patient pourrait toucher des objets infectés ou d'autres objets contaminés, ce qui pourrait entraîner une maladie grave. La peur peut aussi faire en sorte que l'on se trouve dans un espace confiné ou dans des endroits où la concentration de personnes est importante, et parfois, une seule réflexion sur une situation donnée suffit à faire naître la peur. Très souvent, des craintes surviennent quant à l'apparition de maladies incurables (SIDA, cancer, rage, etc.). Les patients atteints de phobies ont tendance à éviter les situations effrayantes, par exemple, ne pas monter dans l'ascenseur, essayer de passer plus de temps à la maison, etc. [2]

De plus, les attaques de panique sont une manifestation du TOC - un sentiment de peur intense qui se produit périodiquement pendant moins d'une heure. Ce phénomène était considéré comme une «crise sympatho-surrénalienne», mais il a été prouvé que des dommages au cerveau et au système nerveux autonome n'étaient pas observés dans ce cas. On pense que la plupart de ces attaques paroxystiques autonomes sont associées aux effets du stress chronique et surviennent dans le contexte de peurs alarmantes, les phobies. [5]

Pathogenèse de la névrose obsessionnelle

  • Théorie psychanalytique

Selon Freud, les symptômes des obsessions proviennent de la suppression des pulsions agressives et sexuelles. Selon Freud, ces symptômes se développent en régressant jusqu'au stade anal. [7]

La régression dépend d'un des facteurs suivants ou d'une combinaison de ceux-ci:

1. l'ego en défense;

2. phénomènes résiduels du stade anal-sadique de développement;

3. organisation phallique. [3]

La théorie énoncée manquait de preuves objectives; par conséquent, il est possible de la considérer comme une explication de la cause du développement du TOC seulement un certain nombre de scientifiques.

  • Théorie neurochimique

Cette théorie a été avancée par Pavlov I.P.et était basée sur le rôle du métabolisme de l'acétylcholine et de l'adrénaline. [14] En outre, la survenue d'un trouble obsessionnel-compulsif a été décrite à la suite d'un trouble métabolique de la sérotonine.

Les preuves étaient une comparaison de l'efficacité des inhibiteurs du recaptage de la sérotonine, des médicaments non sérotoninergiques et des comprimés placebo dans le TOC. De fortes corrélations entre la clomipramine dans le plasma et une diminution des manifestations du TOC ont en outre confirmé le rôle de la sérotonine dans le développement de ce trouble. Cependant, l'étude du métabolisme de la sérotonine chez les patients atteints de TOC n'est pas encore suffisamment efficace. Cette théorie démontre que la clomipramine, dans certains cas, réduit mieux les symptômes du TOC que les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine tels que la fluoxétine, la fluvoxine et la sertraline. [4]

  • Théorie neuroanatomique

Sur la base des résultats d'études spéciales, des justifications neuroanatomiques des TOC ont été obtenues. Des dysfonctionnements du lobe frontal ont été révélés chez de nombreuses personnes atteintes de TOC, mais seule une partie des chercheurs a pu le confirmer. Des preuves supplémentaires de l'implication du lobe frontal dans le développement du TOC étaient l'utilisation de techniques psychochirurgicales efficaces, telles que la capsulotomie et la cingulotomie. Preuve de troubles neurobiologiques des TOC, ce trouble est associé à une autre pathologie, qui repose sur des processus dans les noyaux gris centraux (encéphalite léthargique, chorée de Sydenham et syndrome de Gilles de la Tourette). De plus, selon les résultats de quatre études, avec l'évaluation de l'activité métabolique du cerveau à l'aide de la tomographie par émission de positrons, il a été prouvé que le métabolisme dans ce trouble est amélioré dans le cortex préfrontal. [4]

Classification et stades de développement de la névrose des états obsessionnels

Les stades de développement dépendent dans une certaine mesure de la forme des obsessions, réparties en élémentaire et cryptogénique. [6]

  • L'élémentaire se produit après l'action du stimulus qui les a provoqués, et la cause de l'occurrence est connue. Par exemple, la peur de conduire après un accident de voiture.
  • Cryptogenic, c'est-à-dire surgissant sans raison spécifique, comme un compte obsessionnel, des doutes obsessionnels. Si l'on accorde une grande importance à la pensée obsessionnelle, cela contribue à la survenue d'actions obsessionnelles (compulsions), après la mise en œuvre desquelles il y a un sentiment de réconfort quant aux obsessions qui ont surgi. Par exemple, se laver les mains après avoir touché divers objets; vérifier si la lumière est éteinte un certain nombre de fois.

Par la nature du courant (Snezhnevsky, Shmaonova): [12]

  1. Une seule attaque de la maladie, d'une durée de plusieurs semaines ou années;
  2. Le cours des rechutes et des périodes de pleine santé;
  3. Un cours continu avec une intensification périodique des symptômes.

Classification selon la CIM-10: [11]

F42.0 Pensées principalement obsessionnelles ou pensées (obsessions);

F42.1 Actions à dominante compulsive (rituels intrusifs);

F42.2 Pensées et actions obsessionnelles mixtes;

F42.8 Autres troubles obsessionnels compulsifs

F42.9 Trouble obsessionnel-compulsif, sans précision.

Complications d'une névrose d'état obsessionnel

Étant donné que le patient atteint d'un trouble obsessionnel-compulsif est critique vis-à-vis de sa propre condition, mais ne peut pas faire face aux symptômes par lui-même, souvent la complication est l'ajout d'autres troubles mentaux, tels que le trouble d'anxiété, la dépression. [6] Pour atténuer leur propre condition, beaucoup commencent à abuser de l'alcool et des stupéfiants, ce qui conduit à une dépendance à ces substances et à l'apparition d'une pathologie somatique concomitante. Dans un cas extrême, des tendances suicidaires peuvent survenir. De plus, il peut y avoir certaines complications somatiques, telles que la dermatite et les ulcères, avec un lavage fréquent des mains. Avec des obsessions sévères, il y a une violation de l'adaptation sociale, qui se manifeste par des problèmes au travail, dans la famille et dans la vie quotidienne.

Diagnostic d'une névrose d'état obsessionnel

  • L'entretien, qui a révélé trois problèmes principaux:
  1. le niveau d'anxiété / de détresse face à une situation passionnante et les obsessions et compulsions qui sont à l'origine de la détresse devraient se produire dans plus de 50% des jours pendant au moins deux semaines consécutives; [Onze]
  2. évaluation du degré d'évitement d'une situation passionnante;
  3. la gravité des rituels compulsifs. [4]
  • Échelle compulsive obsessionnelle de Yale-Brown (Y-BOCS)

Y-BOCS est l'entretien avec le clinicien le plus utilisé pour évaluer la gravité des symptômes du trouble obsessionnel-compulsif. Cette échelle est principalement utilisée dans les études pour déterminer la gravité du TOC et pour documenter les résultats pendant le traitement. [17] L'échelle de gravité des symptômes Y-BOCS se compose de 10 points: les 5 premières questions portent sur les pensées obsessionnelles, les 5 dernières portent sur le comportement compulsif. Le score pour chaque question est de 0 (aucun symptôme) à 4 (symptômes graves). [4]

Un diagnostic différentiel doit être réalisé avec le trouble d'anxiété généralisée, qui se caractérise par une anxiété excessive, qui peut également être considérée comme une manifestation du TOC, mais la différence avec les obsessions est que l'anxiété est une préoccupation excessive des circonstances de la vie réelle, perçue par l'individu comme adéquate. Avec le TOC, les perceptions du patient sont perçues comme inadéquates.

Dans le diagnostic différentiel des troubles dépressifs, il est important de prêter attention au contenu des pensées, ainsi qu'à la capacité du patient à y résister. Dans la dépression, les idées principalement pessimistes dominent par rapport à soi-même et au monde qui les entoure, et leur contenu est incohérent. Les patients n'essaient pas de se débarrasser de ces idées, comme c'est le cas pour les pensées obsessionnelles. [4]

Le diagnostic différentiel des TOC et de la schizophrénie peut être difficile si le degré de résistance aux pulsions obsessionnelles n'est pas clair, le contenu des pensées est inhabituel ou les rituels sont extrêmement excentriques. [7] Avec de telles manifestations, il faut vérifier la présence ou l'absence de symptômes de schizophrénie, ainsi que mener une conversation avec des personnes de l'environnement immédiat du patient pour évaluer les caractéristiques de son comportement.

Il est nécessaire de différencier les mouvements stéréotypés caractéristiques du syndrome de de La Tourette et des autres tics des rituels [4], en établissant une relation fonctionnelle entre comportement moteur et obsessions. Les tics moteurs représentent des mouvements involontaires qui ne réduisent pas l'anxiété et l'anxiété causées par des pensées obsessionnelles.

Traitement de la névrose obsessionnelle

Dans le traitement des TOC, la pharmacothérapie et la psychothérapie doivent être combinées.

Parmi les agents psychopharmacologiques, des inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine sont utilisés: fluoxétine, fluvoxamine, sertraline et antidépresseurs tricycliques: clomipramine, imipramine. Pour supprimer l'anxiété, des tranquillisants sont utilisés: lorazépam, diazépam; pour la prophylaxie à long terme - phénazépam, tranxène. En présence de peurs monotémiques, des antipsychotiques sont prescrits - teralen, thioridazine, chlorprotixen. L'utilisation d'anti-convulsivants pour prévenir les crises de peur est efficace - carbamazépine, clonazépam. [2] Les médicaments sont utilisés comme thérapie symptomatique et comme condition préalable à la psychothérapie. [1]

Le rôle principal est donné à la psychothérapie, dont la tâche principale est de changer le comportement et les émotions à l'aide d'une tentative de réinterpréter les principales hypothèses du problème. [8] La psychothérapie cognitivo-comportementale est très efficace, visant à augmenter la résistance du patient aux manifestations du TOC et à simplifier la procédure rituelle, ainsi qu'à aider le patient à changer ses pensées, ses sentiments et son comportement. La méthode d'exposition a un effet prononcé - créant des conditions pour le patient qui exacerbent ces rituels. [7] Au fil du temps, l'anxiété créée par les obsessions diminue et, en fin de compte, les signaux obsessionnels ont peu ou pas de préoccupation. Dans le cadre de cette thérapie, une méthode de prévention rituelle est également utilisée pour réduire l'anxiété. Ce traitement aide les patients à apprendre à résister à l'envie d'accomplir ces rituels. D'autres méthodes se concentrent uniquement sur la thérapie cognitive; les patients s'efforcent d'éliminer les comportements compulsifs. Cela se fait en identifiant et en réévaluant leurs motivations pour effectuer ou ne pas effectuer une action compulsive. Lorsque des pensées et des actions obsessionnelles dérangeantes sont reconnues, le thérapeute demande au patient: d'étudier les signes qui confirment et réfutent l'obsession; identifier les biais cognitifs dans les évaluations des obsessions; développer une réponse alternative à une obsession, une image ou une idée. [16] De plus, il est possible d'utiliser la psychothérapie rationnelle et de groupe, la psychanalyse.

Selon les résultats du traitement, une diminution significative des manifestations cliniques de la maladie ou de leur absence devrait survenir. La consolidation de l'effet obtenu est possible en utilisant la pharmacothérapie avec une réduction progressive de la dose du médicament et son annulation ultérieure. [1]

Prévoir. La prévention

Dans la plupart des cas, le pronostic est favorable, malgré le fait que ce trouble est plus susceptible que les autres névroses de se produire de manière chronique, conduisant à la formation du développement de la personnalité névrotique. [5] Dans les formes bénignes du TOC, la stabilisation se produit dans l'année. Dans les cas graves, c'est-à-dire avec des rituels complexes et de nombreuses obsessions, un temps de traitement plus long est nécessaire pour prévenir les rechutes, ce qui est facilité par la répétition de situations stressantes significatives pour l'individu, l'augmentation du stress et l'affaiblissement général du corps. Après la thérapie, les patients peuvent éprouver un glissement vers des attitudes familières, mais dysfonctionnelles, cognitives et comportementales. Ceci est plus typique pour les patients souffrant de troubles de la personnalité, car leurs problèmes sont profondément ancrés dans la conscience. À la fin des séances de psychothérapie, il est nécessaire d'expliquer au patient l'éventualité d'une rechute et de recommander de surveiller attentivement les signes mineurs de l'apparition du trouble. [8] Il est important que si le patient est apte, le licenciement du travail doit être évité, car le travail contribue à atténuer les obsessions. [6] Il est recommandé aux personnes présentant des traits psychopathiques de prescrire des antipsychotiques légers (neuleptil, thioridazine). [2]

La prévention du TOC est plus susceptible d'être de nature consultative, car l'étiologie de ce trouble n'a pas été identifiée. Les mesures de prévention primaire sont utilisées pour prévenir le développement du TOC en augmentant la résistance au stress, en évitant le stress, en renforçant le corps en général et en accordant une attention particulière à l'éducation d'un enfant. Avec la prévention secondaire, il est nécessaire de prévenir la rechute de ce trouble. Ceci est réalisé par des séances psychothérapeutiques, le respect obligatoire des recommandations médicales, en évitant l'abus d'alcool et de drogues psychoactives; certains auteurs recommandent d'augmenter la quantité de tryptophane, un précurseur de la sérotonine, dans l'alimentation. [dix]

Qu'est-ce que la névrose obsessionnelle

La vie rapide, les flux d'informations sans fin (pas toujours positifs), la recherche de revenus, le stress - tout cela ne contribue pas au calme et à la bonne humeur. Malheureusement, une combinaison de facteurs indésirables provoque une névrose obsessionnelle, conduisant à des états dépressifs. Est-il possible de faire face à une telle maladie? Vous pouvez, et avec la bonne approche - réussir.

Qu'est-ce que la névrose obsessionnelle, pourquoi apparaît-elle

Le terme a de nombreux synonymes: trouble obsessionnel-compulsif, pensées obsessionnelles, TOC. Si vous traduisez le nom de la maladie du latin, vous obtenez ce qui suit:

  • obsessio - deux interprétations: «interception, siège» ou «obsession d'une idée»;
  • compulsio - «coercition».

Peu importe comment vous nommez la condition, le sens est le même: avec un trouble obsessionnel d'une personne, des pensées agaçantes, infranchissables et tourmentantes surmontées. Ce peuvent être des souvenirs, des doutes, des peurs - des obsessions. Ils prennent conscience, provoquent un sentiment de panique, une anxiété croissante, peignent leur propre image du monde, déforment la réalité objective.

La personnalité cesse d'exister ici et maintenant, plongeant dans les profondeurs de la peur. Souvent, essayant de se débarrasser de la pression causée par l'obsession, le patient commet des compulsions - actions monotones et répétitives, le calmant, revenant à la réalité. D'où le nom scientifique de la maladie, raccourci en TOC.

Auparavant, on pensait que la névrose des pensées obsessionnelles était un problème des adultes qui étaient occupés au travail et à diverses tâches ménagères. Cependant, aujourd'hui la maladie est beaucoup plus jeune, les enfants en souffrent de plus en plus. Stress accru, excitabilité, incapacité à éclabousser les expériences accumulées, manque d'activité physique, surmenage, situations stressantes sont les principaux facteurs à l'origine de ces écarts dans l'enfance.

Types de névrose obsessionnelle chez l'adulte et l'enfant

Le TOC a un degré et une fréquence de manifestation différents. Dans certains, la condition se traduit par des épidémies qui se propagent rapidement, qui peuvent être combattues indépendamment, dans d'autres - dans des processus plus profonds et plus longs, dans d'autres - presque en panique. Par sexe, il n'y a pas de schéma: la maladie survient aussi souvent chez l'homme que chez la femme.

Selon les chiffres officiels, dans les pays développés, de 2% à 5% de la population totale souffre de névrose obsessionnelle. Cependant, la plupart des gens souffrent de phobies individuelles (par exemple, un espace confiné ou une chute de hauteur), mais contrairement aux manifestations pathologiques, ils réussissent à combattre leurs peurs par eux-mêmes. Les troubles obsessionnels compulsifs ne sont discutés que lorsqu'une attaque devient incontrôlable, capturant toute la conscience..

Toutes les névroses obsessionnelles chez les enfants et les adultes sont divisées en plusieurs groupes.

  1. Peurs Peurs associées à la nécessité de faire quelque chose et d'interférer avec la vie sociale ou personnelle normale: peur de parler en public, premier rapport sexuel, etc. Un complexe d'infériorité se forme, incertitude, indécision.
  2. Les doutes. Une personne souffrant de cette violation estime qu'elle fait certaines choses de manière erronée: par exemple, indique l'adresse postale. Le patient doute constamment s'il a coupé l'eau, le gaz, le fer.
  3. Phobies. Souffrant de cette forme de la maladie a constamment peur de quelque chose de spécifique: une maladie mortelle ou la mort de parents, l'attaque de tout animal (rat, araignée). Cela comprend également la peur des espaces ouverts ou fermés, des hauteurs, etc..
  4. Souvenirs. Une personne se souvient constamment d'événements, d'incidents, d'actions qui se sont produits ou qui se sont produits avec elle, que j'aimerais oublier, mais cela ne fonctionne pas. L'une des manifestations les plus dangereuses d'une névrose obsessionnelle, conduisant (dans le pire des cas) au suicide.
  5. Pensées Les cordes poétiques ou chantantes tournent dans ma tête, les noms des objets géographiques, les noms des gens. Cela inclut également l'apparition de pensées opposées à la vision du monde de la personne malade: par exemple, une personne aimante pense qu'elle déteste un amant, lui souhaite toutes sortes de problèmes, en souffre grandement. Ou croire profondément au blasphème dans les pensées.
  6. Actions. Une manifestation visible d'une névrose obsessionnelle: des mouvements répétitifs, souvent dénués de sens, auxquels le patient ne fait généralement pas rapport. Il peut s'agir de plisser les yeux, de se frotter les mains, de se ronger les ongles ou les lèvres..
Névrose des enfants

La fréquence et l'intensité de l'apparition d'une névrose de ce type sont chroniques, progressives ou épisodiques. Les premiers apparaissent régulièrement, les seconds augmentent et deviennent plus fréquents, les autres apparaissent au hasard, sans aucun système. Il faut se battre avec tout le monde, et le plus tôt possible.

La connexion de la névrose obsessionnelle et de la pensée

Comme l'ont montré des études sur la maladie, le soi-disant type mental de personnalité est sujet à la névrose obsessionnelle - enclin à penser, évaluant souvent ses actions et ses actions, ayant l'habitude de réfléchir. La base physiologique de la maladie est une violation du métabolisme de la sérotonine et de la noradrénaline, qui affecte immédiatement la pensée humaine.

Tout d'abord, la perception correcte du monde est perturbée. Les pathologies de la pensée changent pathologiquement, un sentiment d'anxiété s'intensifie. C'est pourquoi les individus à risque sont toujours douteux, sujets à la suspicion et se soucient constamment de leur apparence aux yeux de leur propre environnement. De plus, les adolescents sont particulièrement sensibles à la névrose obsessionnelle, car à l'adolescence, l'opinion des amis et des autorités vient au premier plan.

Comment et comment traiter

Le traitement des symptômes d'une névrose obsessionnelle est la tâche des spécialistes. Cela ne fonctionnera pas avec seulement des médicaments, une thérapie complexe est prescrite.

  • Prescrire des médicaments. Le plus souvent, le médecin prescrit des antidépresseurs adaptés à un patient particulier: médicaments à base d'extrait de millepertuis, imipramine, etc. Les composés de troisième génération sont reconnus comme les plus efficaces, mais vous ne devez pas les prescrire vous-même.
  • Réceptions d'influence psychothérapeutique. La thérapie cognitivo-comportementale est reconnue comme l'une des plus efficaces, révélant d'abord puis vaincant les pensées ennuyeuses du patient..
  • Techniques supplémentaires. Hypnose, entraînement autogène, entraînement individuel. Pour traiter les enfants de la névrose obsessionnelle, ils ont souvent recours à des contes de fées, à diverses méthodes de jeu. Des techniques de psychanalyse sont également utilisées..

En outre, le médecin peut prescrire des sédatifs spéciaux pour la névrose, conseiller des exercices distrayants - par exemple, des exercices physiques, visiter des ateliers créatifs. Avec une approche juste et compétente, l'intensité de la manifestation du TOC est considérablement réduite, l'effet destructeur sur la personnalité est réduit.

Malheureusement, seul un petit pourcentage de patients se débarrasse de la névrose des pensées obsessionnelles. Plus tôt et plus fort la maladie commence à se manifester, plus il est difficile de la vaincre. Dans la pratique, des tactiques de traitement correctement définies ne réduisent que de manière significative l'intensité de la manifestation de la maladie et améliorent également la qualité de vie du patient.

Même avec une délivrance visible d'idées destructrices, à tout moment la maladie peut revenir, en particulier après le stress vécu par une personne. De plus, l'impulsion pour la réapparition des symptômes d'une névrose obsessionnelle est les situations de vie difficiles, les accidents traumatiques, les maladies, le stress physique ou mental. Et pourtant, chez la plupart des gens, après avoir atteint 35-40 ans, les symptômes sont atténués.

Si vous voulez savoir vous-même comment vous débarrasser d'une névrose, il n'y a vraiment qu'un seul conseil de travail: la bonne prévention. Les personnes positives, qui se rapportent à la vie avec facilité et simplicité, ne sont pas sujettes à de vaines expériences, ne rencontrent presque jamais de TOC.

La névrose obsessionnelle est un trouble insidieux qui détruit la personnalité et empoisonne la vie. Lutter seul contre une peur déjà formée ne fonctionnera pas. Une assistance qualifiée et la bonne approche globale sont nécessaires..

Névrose obsessionnelle

Le syndrome des états obsessionnels s'exprime dans le fait qu'une personne est hantée par des pensées, des actions, des impulsions dont on ne peut se débarrasser. Dans le langage médical, les pensées obsessionnelles sont appelées obsessions et les actions sont appelées compulsions. Les mouvements obsessionnels, les manipulations se transforment en rituels, qu'un patient atteint de névrose ne peut pas perturber, ce qui provoque la panique.

Signes de névrose

Un trouble névrotique survient lorsque le métabolisme de certaines substances (neurotransmetteurs) est perturbé aux terminaisons nerveuses - il s'agit de la sérotonine, de la dopamine et de l'adrénaline. Leur tâche est de transférer les impulsions nerveuses, et lorsqu'un trouble de cette fonction se produit, une personne change. La névrose est souvent causée par le stress et alimentée par des problèmes à l'avenir, une personne tombe malade des expériences et ne lui permet pas de devenir en bonne santé.

États obsessionnels

La névrose obsessionnelle-phobique, c'est une névrose d'états obsessionnels, peut être caractérisée par des pensées, des doutes, des peurs, des idées qu'une personne n'est pas en mesure de contrôler. En même temps, le patient atteint de TOC se rend compte que quelque chose ne va pas chez lui, voit ses problèmes et essaie de les résoudre. Panneaux:

  • Doutes, suspicion, anxiété, doute de soi pathologique. Une personne vérifie à plusieurs reprises si le fer et le gaz sont fermés, si la vaisselle est lavée, etc. Un patient atteint de névrose ne fait pas confiance à ses sentiments, devient anxieux.
  • Peurs, peur atroce, doutes sur sa capacité à effectuer les actions à venir: parler à un public, se souvenir et raconter un poème.
  • Pensées obsessionnelles, reproduction mentale sans fin des noms, noms de famille, ligne poétique.
  • Des bouts de mots «coincés dans la tête», des idées implacables qui contredisent les attitudes humaines réelles, des pensées «délirantes» (que se passera-t-il si le chien pousse sa cinquième patte).
  • Phobies et peurs, telles que la peur des maladies cardiaques (cardiophobie), les espaces clos (claustrophobie), etc..
  • Actions obsessionnelles, quand il y a un désir de faire quelque chose sans avoir besoin de quelque chose: compter les objets qui attirent votre attention, étirer votre cou tout le temps, lisser vos cheveux, placer des objets, vous laver constamment les mains, obsession du nettoyage.
  • Des représentations qui hantent des souvenirs vifs (extrait de la mélodie, autres images sonores impossibles à éliminer, représentations visuelles).
  • Souvenirs, quand encore et encore les détails d'événements désagréables, quelques fragments de ce qui s'est passé.

Comportement compulsif

Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) chez un adulte se manifeste par un comportement externe:

  • la suralimentation compulsive ressemble à un «problème saisissant» pour soulager le stress, l'inconfort interne;
  • régime - jeûne obsessionnel avant la perte de poids;
  • jeu, besoin de risque, jeu;
  • bourreau de travail, besoin d'être occupé, immersion totale dans le travail;
  • le besoin d'accomplissements, se transformant en obsession, une course fastidieuse pour un symbole qui symbolise le bien-être (maison, voiture chère);
  • Épuisement de soi par des exercices physiques;
  • besoin compulsif de sexe, connexions multiples;
  • soif de stress, d'aventure;
  • fuite, désir de se cacher des problèmes de la vie, refus de contacts;
  • besoin obsessionnel de dépenser, de faire des achats inconsidérés (accro du shopping);
  • fanatisme - le désir d'avoir une idole, d'adorer;
  • soif de tout organiser, de peindre la vie par points, de réguler.

Syndrome de mouvement compulsif chez les enfants

Le syndrome obsessionnel-compulsif chez les jeunes patients est souvent confondu avec des tics, des contractions musculaires incontrôlées, des contractions. Les tiques n'ont pas toujours des causes psychologiques, elles ne peuvent pas être retracées et gardées. Les mouvements obsessionnels cèdent à l'effort volontaire et parlent toujours d'inconfort psychologique. Tous les mouvements obsessionnels ne se prêtent pas au dénombrement, ils sont nombreux, ils sont individuels. Le principal signe de névrose est que toutes ces actions se répètent presque toutes les minutes, accompagnées de crises de colère, d'insomnie. Symptômes de la névrose:

  • grignoter des ongles;
  • claquement de doigts;
  • fessée, contraction des lèvres, morsure des lèvres;
  • envie de contourner des objets à gauche ou uniquement à droite;
  • l'enfant tourne constamment et brusquement la tête, tourne les boutons, souffle dans la paume de sa main.

TOC - quelle est cette maladie

Il existe des obsessions courantes ou des obsessions du trouble obsessionnel-compulsif (TOC). Les patients atteints du syndrome des états obsessionnels ont peur des germes, des infections, ont des phobies différentes, sont maniaques ponctuels, s'efforcent de précision et de symétrie, sont sujets à des pensées ou des images sexuelles. Des pensées obsessionnelles peuvent apparaître chez une personne en bonne santé, mais chez un patient atteint d'un trouble obsessionnel-compulsif, elles «se retournent». Un patient atteint d'un syndrome d'états obsessionnels éprouve de l'anxiété, qu'il essaie de «éteindre» avec des compulsions rappelant les rituels.

Les mouvements obsessionnels qu'une personne répète dans le trouble obsessionnel-compulsif ont un rôle «protecteur» pour elle, effectuant ces actions, il essaie de noyer la panique interne. Les compulsions peuvent avoir la nature d'actions physiques (vérifier si la tuile est éteinte, si la porte est fermée, si l'eau coule) ou des pensées (prononcer une phrase dans l'esprit, compter). La névrose peut être héréditaire, être causée par des problèmes neurologiques ou se produire comme une réaction auto-immune (associée à une infection streptococcique chez les enfants).

Diagnostic de la névrose

Une névrose d'états obsessionnels peut être diagnostiquée par un psychiatre. Pour cela, un patient est examiné, interrogé et interviewé avec des proches et des membres de la famille. En cas de suspicion de lésion cérébrale, une IRM ou une tomodensitométrie est prescrite. Le psychiatre établit également un diagnostic différentiel pour exclure d'autres troubles mentaux, tels que la psychopathie, la schizophrénie précoce et une tumeur au cerveau.

Yale - Écaille brune

La gravité d'une névrose à état obsessionnel est mesurée sur une échelle de Yale-Brown. Il y a 10 points dans lesquels les symptômes du TOC sont répertoriés, et dans des sous-degrés de 5 degrés de leur gravité, chacun a son propre score, de 0 à 4. En répondant aux questions du test, le patient évalue la manifestation des symptômes du trouble obsessionnel-compulsif au cours de la semaine. Le nombre de points détermine la gravité d'une névrose, d'un état subclinique (stade initial) à un degré extrêmement sévère de TOC.

Traitement du trouble obsessionnel compulsif

L'aide pour les conditions obsessionnelles est sélectionnée en fonction de la cause du TOC:

  • Si une névrose est apparue en raison d'une dépression endogène (une violation temporaire dans le cerveau du métabolisme de la dopamine ou de la sérotonine), des antidépresseurs et une psychothérapie sont utilisés pour la guérir..
  • Avec le TOC, en tant que maladie indépendante, les antidépresseurs sont complétés par des médicaments d'autres groupes, la psychothérapie est utilisée.
  • En cas de névrose et de dépression réactive (réaction au stress), la priorité est donnée à la psychothérapie et les médicaments sont secondaires.
  • En cas de trouble obsessionnel-compulsif avec neurasthénie (épuisement nerveux), la base du traitement est les médicaments nootropes.

Le traitement du TOC est également effectué avec l'utilisation de remèdes populaires:

  • les amandes augmentent l'activité cérébrale;
  • les noix aident à établir un équilibre des substances dans le cerveau, augmentent la sérotonine, la mélatonine;
  • le pavot aide à éliminer la dépression;
  • Le millepertuis fonctionne comme un antidépresseur.

Psychothérapie rationnelle

Avec cette forme de traitement de la névrose des états obsessionnels, le thérapeute travaille avec le patient, en utilisant des déclarations raisonnées pour créer la bonne «image interne de la maladie», c'est-à-dire l'attitude correcte du patient atteint de TOC à l'égard de sa maladie. Cette méthode a été développée au début du XXe siècle par Paul Dubois, un neuropathologiste suisse. Au cœur de son concept se trouve l'idée que la névrose est le résultat d'idées fausses et de conclusions du patient. Vous pouvez vaincre une névrose sous réserve d'un changement d'attitude à son égard..

Médicament pour la névrose

La principale méthode utilisée pour traiter la névrose des états obsessionnels en Russie est la méthode médicale. Les médicaments des groupes suivants aident à lutter contre le syndrome obsessionnel-compulsif:

  1. Antidépresseurs: Sertraline, Clomipramine, Fluoxetine.
  2. Tranquillisants (anxiolytiques): Clonazépam, Relanium, Lorafen, Phenazepam. Les anxiolytiques sont prescrits aux patients atteints de TOC avec des cours de courte durée pour rétablir le sommeil et soulager l'anxiété. Si vous les prenez pendant une longue période, en plus de la névrose, une dépendance se développera.
  3. Dans les formes chroniques sévères du syndrome des états obsessionnels, des psychotropes atypiques (antipsychotiques) sont prescrits: Aminazin, Truksal.