Principal / Pression

Encéphalopathie résiduelle chez un enfant: qu'est-ce que c'est, comment la traiter et quels sont les pronostics des lésions cérébrales organiques?

Pression

Le cerveau est l'organe le plus important, sa défaite entraîne donc les conséquences les plus graves qui violent tout le mode de vie habituel. Pire encore, si un enfant dont le corps est encore faible et peu développé souffre de troubles cérébraux. L'encéphalopathie résiduelle est l'une des pathologies les plus courantes chez les bébés..

Cette maladie est considérée comme très grave. Cependant, peu importe à quel point ce diagnostic peut effrayer, le bébé a toutes les chances de guérir et d'avoir une vie normale, heureuse et pleine.

Il est très difficile de diagnostiquer une encéphalopathie résiduelle chez un enfant

Qu'est-ce que l'encéphalopathie résiduelle??

L'encéphalopathie résiduelle est une maladie organique qui survient aussi bien chez l'adulte que chez l'enfant. Elle peut être congénitale ou acquise. L'encéphalopathie infantile est principalement congénitale ou survient pendant la période néonatale..

Quelle est cette maladie? L'encéphalopathie est un dommage aux cellules du cerveau. Le mot «résiduel» est utilisé dans le sens de «résiduel». C'est-à-dire que l'enfant avait une certaine maladie du système nerveux qui n'était pas traitée (ou qui n'était pas détectée du tout et laissée sans intervention), ou le cerveau était simplement endommagé, à la suite de quoi la mort des cellules du cerveau a commencé.

Pourquoi le trouve-t-on chez les enfants?

Le risque de la maladie apparaît chez les enfants dont la mère a eu une grossesse compliquée - si elle souffrait de gestose ou si l'accouchement lui-même était compliqué. Souvent, les parents ne remarquent pas les premiers symptômes de la maladie depuis longtemps, donc une lésion non traitée prend la forme de lésions cérébrales organiques résiduelles.

Types d'échecs dans le corps de la mère, conduisant à l'apparition de la maladie chez l'enfant:

  • Diabète;
  • l'athérosclérose;
  • hypoglycémie;
  • rayonnement radioactif reçu;
  • pathologie hépatique, en raison de laquelle il y a une augmentation de la bilirubine dans le sang;
  • blessures
  • problèmes métaboliques et autres.

Types de dysfonctionnements du fœtus, conduisant à la maladie:

  • anoxie (privation d'oxygène) (nous recommandons la lecture: la famine du cerveau en oxygène chez les enfants: traitement des symptômes);
  • blessures
  • troubles circulatoires et autres.

Symptômes de la maladie

Dans les premières semaines, des mois après la naissance du bébé, la maladie n'est pas facile à identifier et à diagnostiquer en raison de l'absence de manifestations cliniques. S'il y a des symptômes, il est problématique d'exclure d'autres maladies.

Les symptômes de l'encéphalopathie résiduelle peuvent être très différents ou ne pas se manifester du tout: vous devez surveiller en permanence le comportement du bébé

La tâche principale des parents est de surveiller attentivement leur enfant. S'ils trouvent des symptômes tels qu'une activité inadéquate ou excessive, des vomissements, des sautes d'humeur fréquentes, une réponse inadéquate à la lumière et au son, cela peut indiquer la présence d'une encéphalopathie organique résiduelle chez le bébé.

Et bien sûr, il est important de poursuivre vos observations tout au long de la vie future du bébé, car les symptômes peuvent apparaître beaucoup plus tard que la période infantile. À l'âge adulte, les symptômes peuvent s'ajouter à: un retard dans le développement psychologique et émotionnel, une léthargie, une difficulté à maîtriser la parole et un retard dans l'intelligence.

Classification et variétés de la maladie

Il existe deux types de maladie - congénitale et acquise. Congénitale survient chez un enfant dans la période périnatale de développement en raison de nombreux facteurs. Acquis apparaît pendant ou après l'accouchement.

Il existe une classification de la maladie en fonction de la gravité:

  • 1 degré: il n'y a presque pas de symptômes ou ils sont faiblement exprimés;
  • 2 degrés: les symptômes n'apparaissent pas toujours ou sont cachés et ne peuvent être détectés qu'en utilisant des méthodes d'observation spéciales;
  • Grade 3: les symptômes de la maladie sont prononcés, persistants, ne vous permettent pas de mener une vie pleine, après quoi l'enfant reçoit un handicap.
L'électroencéphalographie vous permet de déterminer le degré de développement de la maladie

Comment la pathologie est-elle diagnostiquée??

Si les parents ont la moindre suspicion de maladie, vous devez immédiatement contacter un neurologue pédiatrique. Le médecin recueillera des informations, une enquête sur la période périnatale du développement et de la grossesse du bébé, examinera.

Les méthodes de diagnostic supplémentaires sont l'électroencéphalographie et les rayons X. Sur la base de ces examens, un diagnostic ou l'absence de diagnostic est généralement établi. Il est extrêmement important de ne pas hésiter à consulter un médecin. Les maladies courantes peuvent être ajustées avec moins de succès que celles détectées aux premiers stades..

Caractéristiques du traitement

En raison des difficultés de diagnostic, un enfant atteint de cette maladie sans symptômes prononcés reçoit rarement un traitement rapide. Il commence à être traité après des années où les lésions cérébrales ne permettent pas un développement normal et deviennent perceptibles.

Le traitement de cette maladie peut être médicamenteux, thérapeutique et, dans de très rares cas, chirurgical.

Médicaments

En cas de diagnostic précoce de la maladie, le traitement commence par des spécialistes directement à l'hôpital. La tâche principale des médecins est de maximiser la restauration de la circulation sanguine et de la nutrition cérébrale chez un enfant. Prescrire des diurétiques et des anticonvulsivants.

Si un petit patient développe des complications - intoxication bilirubinémique aiguë, convulsions sévères ou syndrome hydrocéphalique - il doit être immédiatement transféré dans un centre pour enfants spécialisé et commencer un traitement intensif. Avec l'encéphalopathie hypoxique, les agents suivants sont utilisés: Piracetam, Actovegin, Phenolpiracetam.

Les enfants qui ont atteint un âge avancé se voient prescrire un traitement assez long et sérieux, qui comprend non seulement des médicaments, mais également des méthodes thérapeutiques. Parmi les médicaments utilisés: Kakstugeron, Fenotropil, Cavinton, Acide glutamique, Pantogam, Cerebrolysin, Glycine et autres (nous recommandons la lecture: comment utiliser Pantogam pour les nourrissons selon les conseils de Komarovsky?).

Méthodes thérapeutiques

En plus du médicament, des méthodes thérapeutiques doivent être incluses dans le plan de traitement. La thérapie manuelle, l'ostéopathie, la physiothérapie, l'acupuncture ont un bon effet..

Il existe des programmes spéciaux pour les exercices de physiothérapie, adaptés aux caractéristiques des enfants souffrant de cette maladie. Il est bon de prendre une douche de contraste.

Parmi les méthodes les plus modernes, la thérapie par cellules souches mérite d'être mentionnée. À un âge plus conscient, la psychothérapie est parfois utilisée pour résoudre les écarts de comportement si elle interfère avec la vie des personnes autour de l'enfant.

Mesures de réhabilitation

Dans le processus de traitement de cette maladie, il est utile de rappeler la phytothérapie. Bien sûr, il ne faut pas attendre d'elle des miracles, mais elle apportera sans aucun doute une contribution significative à la condition de l'enfant. Il est capable d'éliminer efficacement les symptômes..

La phytothérapie, avec une approche compétente, élimine efficacement les symptômes de l'encéphalopathie résiduelle

Le traitement à base de tisane comprend la tisane, qui comprend la renouée, le montagnard, le plantain, le pissenlit, la menthe, le trèfle, l'airelle rouge, le millepertuis, le trèfle doux, la mélisse, l'origan, la racine de calamus, le thym. L'utilisation de phytobar a un effet positif notable même avec des symptômes graves de la maladie. Les huiles essentielles sont également utilisées - géranium, gingembre, camomille, romarin, lavande.

Des exercices de natation réguliers ont un effet positif sur le système nerveux central. Ils peuvent être pratiqués avec maman, papa ou avec un moniteur pour enfants. Des séances de massage, des cours de traitement nootrope bénéficieront.

Conséquences et prévisions pour le patient

Le pronostic dépend directement de deux facteurs principaux - la gravité de la maladie et la durée de sa détection. Une maladie similaire chez un enfant est un coup dur pour les parents, mais vous n'avez pas besoin d'abandonner à l'avance. Environ un tiers des malades sont complètement guéris et la plupart parviennent à obtenir de bons résultats avec le traitement. Seul un petit pourcentage a des problèmes incurables et un handicap..

Si la maladie est détectée tôt - il y a de bonnes chances de guérison complète, il est donc important d'être attentif à votre enfant. Par votre participation, vous pouvez le sauver d'une vie inférieure!

Les conséquences sont désastreuses - dysfonctionnement cérébral résiduel, dystonie végétovasculaire avec lésions du système vasculaire, troubles hydrocéphaliques, paralysie cérébrale, épilepsie, troubles graves du développement mental. Ainsi, l'essentiel est de prêter attention aux symptômes alarmants à temps et d'agir.

Encéphalopathie résiduelle chez les enfants

L'encéphalopathie est une maladie du cerveau qui interfère avec son fonctionnement. Chez les enfants, l'encéphalopathie peut être congénitale, acquise pendant l'accouchement, la période post-partum, la petite enfance ou l'âge préscolaire. Une caractéristique de l'encéphalopathie résiduelle est sa manifestation retardée, non pas immédiatement après l'exposition à un facteur dommageable, mais après plusieurs mois, voire des années.

Ce que c'est

L'encéphalopathie résiduelle (ou résiduelle) (ER) est une lésion cérébrale qui se forme dans le contexte de toute maladie antérieure. Le plus souvent, l'ER survient après une encéphalopathie périnatale, qui se forme pendant la grossesse ou l'accouchement. Elle se caractérise par la mort des neurones (cellules nerveuses), ce qui entraîne la perte de certaines fonctions cérébrales.

Avec un traitement approprié et rapide, le processus peut être arrêté, cependant, les violations qui ont déjà été formées ne peuvent pas être éliminées. L'état dans lequel se trouve l'enfant après une maladie cérébrale est appelé encéphalopathie résiduelle.

Les causes

Les raisons du développement de cette condition peuvent être variées:

  • fardeau héréditaire ou relations étroitement liées;
  • anomalies du développement congénitales et acquises;
  • maladies génétiques;
  • infections virales et bactériennes;
  • fractures du crâne, commotion cérébrale et commotion cérébrale;
  • maladies inflammatoires du cerveau et de ses membranes (méningite, encéphalite, arachnoïdite);
  • la présence de diabète;
  • grossesse et accouchement compliqués (hypoxie, prématurité, infection intra-utérine, embolie amniotique);
  • ictère néonatal;
  • accident vasculaire cérébral aigu et transitoire;
  • une augmentation significative de la pression intracrânienne;
  • les effets des rayonnements et des substances toxiques (y compris l'alcool, les drogues, les psychotropes) sur le corps de l'enfant et de la mère pendant la grossesse et l'accouchement.

Classification de la pathologie

Les encéphalopathies résiduelles sont divisées en:

  • congénitale - survient pendant la grossesse ou l'accouchement;
  • acquis - se forment dans la période post-partum, pour des raisons non liées à la grossesse et à l'accouchement.

Les ER congénitales peuvent ne pas se produire immédiatement, mais après une longue période de latence (mois, années), ce qui peut conduire à une classification incorrecte et à leur classification comme acquise!

Selon les causes des ER, il est classé comme suit:

  • post-traumatique;
  • disciplinaire;
  • toxique
  • métabolique
  • diabétique
  • athérosclérotique;
  • bilirubine;
  • radiation;
  • anoxique;
  • hypoglycémique.

Symptômes et signes

Les manifestations cliniques les plus caractéristiques de l'encéphalopathie résiduelle chez l'enfant:

  • hyperactivité
  • excitabilité légère, dans laquelle l'enfant ne peut pas se calmer;
  • instabilité émotionnelle (labilité) - épisodes fréquents de pleurs, crises de colère sans raison;
  • fatigabilité rapide;
  • crampes, faiblesse générale, léthargie;
  • troubles de l'attention et de la mémoire;
  • difficultés à choisir un traitement médicamenteux;
  • étourdissements fréquents et maux de tête sévères;
  • troubles du sommeil (somnolence diurne et insomnie la nuit);
  • conditions syncopales (perte de conscience).

L'évolution sévère de la maladie s'accompagne de:

  • perte du réflexe de succion;
  • troubles de la conduction neuromusculaire (parésie, paralysie);
  • crampes
  • troubles de la parole;
  • diminution des capacités et des compétences intellectuelles.

Complications et conséquences

Avec un diagnostic prématuré et un traitement mal prescrit, des complications de la maladie peuvent survenir:

  • crises d'épilepsie;
  • dystonie vasculaire;
  • paralysie cérébrale;
  • violation de certaines fonctions du cerveau (en fonction de la localisation des lésions);
  • le développement de la maladie de Parkinson;
  • démence.

Si la pathologie est diagnostiquée à temps, il y a une chance de guérison complète et de restauration de toutes les fonctions. Plus tard, la thérapie vise à ralentir le processus. La récupération complète ne peut pas être obtenue..

Diagnostic de la maladie

Il est souvent difficile pour les médecins de diagnostiquer une encéphalopathie résiduelle chez un enfant en raison du long intervalle de temps entre l'effet d'un facteur dommageable sur le cerveau et l'apparition des premiers symptômes de la maladie. Un rôle important est joué par une histoire approfondie de la grossesse, de l'accouchement et de la période post-partum. Examen détaillé de l'enfant par un neurologue. Pour déterminer la localisation des lésions cérébrales, des méthodes de diagnostic fonctionnel sont utilisées:

  • électroencéphalographie;
  • tomographie nucléaire à résonance magnétique;
  • tomodensitométrie en spirale multicouche;
  • rhéovasographie de la tête et du cou (étude de la perméabilité vasculaire);
  • craniographie (radiographie du crâne).

Méthodes de traitement et médicaments

Les méthodes de traitement pour chaque enfant sont sélectionnées individuellement. Tout dépend des causes, de la localisation des lésions dans le cerveau, de la gravité des conditions et des manifestations cliniques de la maladie. Cependant, les médicaments les plus couramment utilisés sont:

  • améliore la circulation sanguine dans le cerveau (stugeron, vinpocetine);
  • médicaments anticonvulsivants (antiépileptiques) (carbamazépine, dépakine);
  • anti-inflammatoires non stéroïdiens (non hormonaux) (métamizole, ibuprofène);
  • anti-inflammatoire stéroïdien (hormone) (dexaméthasone, prednisone);
  • complexes multivitaminiques (vitrum);
  • sédatif (negrustin, glycine);
  • nootropiques (cortexine pour les enfants).

Les méthodes de traitement physiothérapeutiques sont d'une grande importance. Les exercices de massage et de physiothérapie aident à améliorer le tonus musculaire et la circulation sanguine. La physiothérapie aide à éliminer les troubles du mouvement des muscles squelettiques. Les cours collectifs et individuels organisent les enfants, adaptent favorablement leur comportement.

L'encéphalopathie résiduelle est une pathologie très grave chez l'enfant. Cependant, sa détection rapide aide à restaurer les fonctions perdues et à restaurer complètement le système nerveux de l'enfant. Il est nécessaire de prévenir les dommages périnatals au fœtus et de surveiller de près l'état du bébé après la naissance, s'il existe un risque de développer des ER.

10 facteurs dans le développement de l'encéphalopathie résiduelle chez l'enfant

Par le terme d'encéphalopathie résiduelle, les médecins entendent tout un groupe de maladies de nature non inflammatoire.

L'encéphalopathie périnatale chez l'enfant peut être congénitale ou acquise en raison du stress, d'un traumatisme, de maladies infectieuses ou virales, d'une insuffisance vasculaire, d'une intoxication du corps de l'enfant. Au cours du développement de la maladie, des lésions cérébrales se produisent, une altération de la circulation, la nutrition de ses cellules, une altération de la fonction et une mort progressive.

Qu'est-ce que l'encéphalopathie résiduelle? Code ICD-10

Le terme encéphalopathie signifie des dommages aux cellules cérébrales de genèse non inflammatoire. Un tel processus résulte d'une violation de la microcirculation et de la privation d'oxygène de ce dernier. Cela conduit à la mort des neurones avec la formation de foyers d'ischémie situés de manière diffuse dans le cortex et les formations sous-corticales.
L'encéphalopathie résiduelle chez les enfants est un «méli-mélo» de symptômes et de syndromes résultant de pathologies ou de maladies périnatales de la première année de la vie d'un enfant. Les premiers signes sont généralement non spécifiques et apparaissent dans les premiers jours après la naissance, mais la formation du tableau clinique final, consistant en des effets résiduels persistants, peut durer plusieurs années.

Si la cause fiable de la maladie est connue, le diagnostic peut ressembler à ceci: «La période résiduelle d'encéphalopathie hypoxique ischémique» et dans ce cas, le code P91.6 sera attribué. Mais le plus souvent en neurologie pédiatrique, des situations surviennent où l'étiologie de la maladie n'est pas connue. Ensuite, le code de la forme non spécifiée de la pathologie s'inscrit - G93.4.

Ce que c'est

L'encéphalopathie est le nom commun des maladies cérébrales qui ne sont pas associées à une inflammation. Cette maladie se développe pour diverses raisons et se caractérise par des dommages aux cellules cérébrales..

La maladie chez l'enfant peut survenir in utero ou au cours de la vie. En conséquence, deux formes de la maladie sont distinguées: acquise et périnatale (congénitale).

L'encéphalopathie périnatale se développe de 28 semaines de grossesse à 7 jours de la vie d'un enfant après la naissance (chez les bébés prématurés jusqu'à 28 jours).

Raisons du développement de la condition

L'encéphalopathie cérébrale résiduelle a une cause mondiale. Et c'est l'hypoxie des neurones, qui s'accompagne de l'apparition de foyers d'ischémie et d'œdème. Mais les facteurs menant à cette condition sont nombreux. Ils peuvent agir à la fois pendant la période prénatale et après la naissance d'un enfant.

  • grossesse sévère (éclampsie, menace d'avortement);
  • naissance prématurée;
  • maladies infectieuses portées par la mère pendant la période de gestation ou en tant que bébé jusqu'à un an;
  • l'âge d'une femme trop jeune (jusqu'à 18 ans);
  • toxicose sévère, en particulier au troisième trimestre;
  • consommation d'alcool, de substances psychoactives, tabagisme;
  • incompatibilité du sang de la mère et de l'enfant selon le facteur Rh;
  • blessures à la naissance et coincement du cordon;
  • période de travail prolongée, entraînant une hypoxie fœtale ou une asphyxie;
  • rayonnement ionisant.

La présence de telles complications et pathologies ne sera pas nécessairement exprimée ultérieurement dans l'encéphalopathie. Le cerveau de l'enfant est extrêmement plastique, ses zones saines peuvent assumer les fonctions des.

Classification de l'encéphalopathie résiduelle

La classification de l'encéphalopathie résiduelle est basée sur la période au cours de laquelle le développement de l'enfant a endommagé le système nerveux. Attribuer sa forme périnatale (congénitale), qui survient à partir de la 28e semaine de grossesse jusqu'à la fin du septième jour après la naissance du bébé, et acquise, respectivement, apparaissant plus tard. Le premier est le résultat d'une violation du développement intra-utérin et d'un travail difficile, et le second est le résultat de l'influence d'agents infectieux, de toxines, de blessures.

Dans la plupart des cas, il n'est pas possible de distinguer ces conditions, car les signes de la maladie peuvent être détectés plusieurs mois après l'exposition à un facteur causal.

Diagnostique

Les symptômes de la maladie sont détectés par un neurologue ou un pédiatre. Pour établir le bon diagnostic, l'anamnèse est importante. Peu importe comment la grossesse et l'accouchement se sont déroulés, quel type de maladie la mère a souffert, y a-t-il de mauvaises habitudes.

Le diagnostic final est basé sur des méthodes de recherche instrumentales:

  • encéphalographie;
  • la tomodensitométrie est une méthode précise qui révèle une lésion d'une taille de 1 à 2 mm à n'importe quel niveau du cerveau et de la moelle épinière;
  • l'examen échographique du cerveau est le moyen le plus sûr de diagnostiquer les enfants;
  • Radiographie du crâne;
  • Imagerie par résonance magnétique.

De plus, des tests de laboratoire sont effectués:

  • glycémie
  • électrolytes sériques;
  • identification des autoanticorps.

En plus de la recherche instrumentale, le diagnostic comprend la consultation d'un orthophoniste et d'un psychologue. Le patient est également examiné par un ophtalmologiste. Dans les cas douteux, faites une ponction lombaire pour déterminer la composition du liquide céphalorachidien.

Les symptômes de la condition chez les enfants

L'encéphalopathie résiduelle chez les enfants a de nombreuses manifestations. Les plus courants sont:

  • violations de la sphère intellectuelle et domestique, se manifestant par un retard dans le développement mental, une mauvaise performance scolaire;
  • hydrocéphalie externe ou interne;
  • troubles moteurs sous forme de parésie et de paralysie;
  • syndrome convulsif.

La présence de certains signes dépend du degré d'endommagement de la substance cérébrale et de l'emplacement des principaux foyers d'ischémie. Lors de la visite initiale chez le médecin, un seul des syndromes peut être observé, mais en l'absence de traitement adéquat, l'encéphalopathie résiduelle a tendance à progresser et au fil du temps, les symptômes existants vont s'aggraver et de nouveaux apparaissent..

Comment ne pas manquer des symptômes alarmants?

Les premières «cloches» de la maladie chez les nourrissons sont extrêmement difficiles à identifier, un cri faible ou tardif après la naissance doit être alerte, suppression des réflexes de succion et de préhension, troubles hémodynamiques: rythme cardiaque et tension artérielle. Les symptômes suivants sont observés plus tard:

  • irritabilité, larmoiement;
  • troubles du sommeil - l'enfant dort 24h / 24 ou se réveille toutes les demi-heures;
  • réaction hypertrophiée à un son aigu, inclusion de lumière;
  • tremblements périodiques de tout le corps;
  • régurgitation tenace fréquente ou hoquet après le repas;
  • rejeter la tête en arrière;
  • yeux qui roulent
  • crampes
  • augmentation ou diminution du tonus musculaire dans les membres.

Si la pathologie n'a pas été évaluée à temps, alors chez les enfants plus âgés, l'encéphalopathie pourra suspecter:

  • retard du développement psychomoteur;
  • une perte d'appétit;
  • dissomnies (troubles du sommeil);
  • maux de tête et vertiges fréquents;
  • troubles mentaux (léthargie, dépression, agressivité, critiques réduites);
  • hypertrophie du crâne due à l'hydrocéphalie.

Conseils aux parents

La seule chose à conseiller aux parents face à une maladie telle que l'encéphalopathie résiduelle est d'être plus attentif à leurs enfants. Lorsque les premiers signes de pathologie apparaissent, vous devez immédiatement consulter un spécialiste, car plus tôt le traitement est commencé, plus il est probable qu'il réduise l'effet de l'hypoxie sur les neurones.

Vous ne pouvez pas non plus ignorer la chute des bébés, les infections - ils peuvent provoquer la mort des cellules du cerveau, ils ont donc besoin d'un diagnostic rapide et d'un traitement adéquat. La santé des enfants n'a pas de prix, il est préférable de contacter à nouveau le pédiatre avec une question intéressante que d'essayer de faire face au processus de course.

Cours PEP et prévisions possibles

Pendant la PPE, on distingue trois périodes: aiguë (1 mois de vie), récupération (de 1 mois à 1 an à terme, jusqu'à 2 ans prématurée) et l'issue de la maladie. Dans chaque période de PEP, différents syndromes sont distingués. Il existe souvent une combinaison de plusieurs syndromes. Une telle classification est recommandée, car elle permet de distinguer les syndromes en fonction de l'âge de l'enfant. Une tactique de traitement appropriée a été développée pour chaque syndrome. La gravité de chaque syndrome et leur combinaison vous permettent de déterminer la gravité de la maladie, de prescrire correctement le traitement, de faire des prédictions. Il convient de noter que même les manifestations minimes de l'encéphalopathie périnatale nécessitent un traitement approprié pour prévenir les effets indésirables..

Nous listons les principaux syndromes de PEP.

Période aiguë:

  • Syndrome de dépression du SNC.
  • Syndrome de coma.
  • Syndrome d'excitabilité neuro-réflexe accrue.
  • Syndrome convulsif.
  • Syndrome d'hydrocéphalie hypertensive.

Période de récupération:

  • Syndrome d'excitabilité neuro-réflexe accrue.
  • Syndrome épileptique.
  • Syndrome d'hydrocéphalie hypertensive.
  • Syndrome de dysfonctionnement végéto-viscéral.
  • Syndrome de trouble du mouvement.
  • Syndrome de retard psychomoteur.

Résultats:

  • Récupération complète.
  • Développement mental, moteur ou de la parole retardé.
  • Trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (dysfonctionnement cérébral minimal).
  • Réactions névrotiques.
  • Dysfonctionnement végétatif-viscéral.
  • Épilepsie.
  • Hydrocéphalie.
  • Paralysie cérébrale.

Tous les patients atteints de lésions cérébrales sévères et modérées nécessitent un traitement hospitalier. Les enfants atteints de troubles bénins sortent de l'hôpital sous la surveillance ambulatoire d'un neurologue.

Arrêtons-nous plus en détail sur les manifestations cliniques des syndromes individuels de PPE, qui se retrouvent le plus souvent en ambulatoire..

Le syndrome d'excitabilité neuro-réflexe accrue se manifeste par une augmentation de l'activité motrice spontanée, un sommeil superficiel agité, un allongement de la période d'éveil actif, une difficulté à s'endormir, des pleurs fréquents et non motivés, une revitalisation des réflexes congénitaux non conditionnés, un tonus musculaire variable, des tremblements des membres, du menton. Chez les nourrissons prématurés, ce syndrome reflète dans la plupart des cas une baisse du seuil de préparation convulsive, c'est-à-dire qu'il indique que le bébé peut facilement développer des convulsions, par exemple avec de la fièvre ou d'autres irritants. Avec un cours favorable, la gravité des symptômes diminue progressivement et disparaît dans une période de 4 à 6 mois à 1 an. Avec une évolution défavorable de la maladie et le manque de traitement en temps opportun, le syndrome épileptique peut se développer.

Le syndrome convulsif (épileptique) peut survenir à tout âge. Dans la petite enfance, il se caractérise par une variété de formes. Il y a souvent une imitation de réflexes moteurs inconditionnés sous la forme de flexions et d'inclinaisons de la tête paroxystiques avec une tension des bras et des jambes, tournant la tête sur le côté et l'extension des mêmes bras et jambes; épisodes de tremblements, de contractions paroxystiques des membres, d'imitations de mouvements de succion, etc. Parfois, il est parfois difficile pour un spécialiste de déterminer la nature des conditions convulsives qui se produisent sans méthodes de recherche supplémentaires.

Le syndrome d'hypertension-hydrocéphalie est caractérisé par un excès de liquide dans les espaces du cerveau contenant du liquide céphalorachidien (liquide céphalorachidien), ce qui entraîne une augmentation de la pression intracrânienne. Les médecins appellent souvent cette violation aux parents de cette façon - ils disent que le bébé a augmenté la pression intracrânienne. Le mécanisme d'apparition de ce syndrome peut être différent: production excessive de liquide céphalo-rachidien, absorption réduite de l'excès de liquide céphalorachidien dans la circulation sanguine, ou une combinaison de ceux-ci. Les principaux symptômes du syndrome d'hypertension-hydrocéphalie, que les médecins guident et que les parents peuvent contrôler, sont le taux de croissance du tour de tête de l'enfant et la taille et l'état de la grande fontanelle. Chez la plupart des nouveau-nés à terme, le tour de tête normal à la naissance est de 34 à 35 cm. En moyenne, au premier semestre, la croissance mensuelle du tour de tête est de 1,5 cm (jusqu'à 2,5 cm le premier mois), atteignant environ 44 cm sur 6 mois. Au second semestre, les taux de croissance diminuent; par an, la circonférence de la tête est de 47 à 48 cm Un sommeil agité, des régurgitations abondantes et fréquentes, des pleurs monotones combinés à un bombement, une pulsation accrue de la grande fontanelle et un rejet de la tête en arrière sont les manifestations les plus typiques de ce syndrome..

Cependant, les bébés en parfaite santé ont souvent de grandes tailles de tête et sont déterminés par les caractéristiques constitutionnelles et familiales. La grande taille de la fontanelle et le «retard» de sa fermeture sont souvent observés avec le rachitisme. La petite taille de la fontanelle à la naissance augmente le risque d'hypertension intracrânienne dans diverses situations indésirables (surchauffe, fièvre, etc.). La réalisation d'une étude neurosonographique du cerveau vous permet de diagnostiquer correctement ces patients et de déterminer les tactiques de la thérapie. Dans la grande majorité des cas, à la fin de la première moitié de la vie de l'enfant, une normalisation de la croissance du tour de tête est constatée. Chez certains enfants malades, le syndrome hydrocéphalique sans signe d'augmentation de la pression intracrânienne est conservé à 8-12 mois. Dans les cas graves, le développement de l'hydrocéphalie.

Le syndrome de coma est une manifestation d'un état grave du nouveau-né, qui est évalué à 1 à 4 points sur l'échelle d'Apgar. Chez les enfants malades, une léthargie prononcée, une diminution de l'activité motrice jusqu'à son absence totale se manifestent, toutes les fonctions vitales sont déprimées: respiration, activité cardiaque. Des crises peuvent survenir. Une condition grave dure 10 à 15 jours, alors qu'il n'y a pas de réflexes de succion et de déglutition.

Le syndrome de dysfonctionnement végéto-viscéral, en règle générale, se manifeste après le premier mois de vie dans le contexte d'une excitabilité nerveuse accrue et d'un syndrome d'hypertension-hydrocéphalie. Des régurgitations fréquentes, une prise de poids retardée, des troubles du rythme cardiaque et respiratoire, une thermorégulation, une décoloration et une température de la peau, des marbrures de la peau et une altération de la fonction gastro-intestinale sont notés. Souvent, ce syndrome peut être associé à une entérite, une entérocolite (inflammation des petits et gros intestins, se manifestant par des selles bouleversées, une diminution de la prise de poids) due à des micro-organismes pathogènes, au rachitisme, ce qui alourdit leur évolution.

Le syndrome des troubles moteurs est détecté dès les premières semaines de vie. Dès la naissance, une violation du tonus musculaire peut être observée, à la fois dans le sens de sa diminution et de son augmentation, son asymétrie peut être détectée, une diminution ou une augmentation excessive de l'activité motrice spontanée est notée. Souvent, le syndrome de déficience motrice est associé à un retard dans le développement psychomoteur et de la parole, car les troubles du tonus musculaire et la présence d'une activité motrice pathologique (hyperkinésie) interfèrent avec les mouvements ciblés, la formation de fonctions motrices normales et la maîtrise de la parole.

Avec un retard dans le développement psychomoteur, l'enfant commence plus tard à tenir sa tête, à s'asseoir, à ramper, à marcher. Une violation prédominante du développement mental peut être suspectée avec un faible cri monotone, une articulation altérée, de mauvaises expressions faciales, l'apparition tardive d'un sourire, des réactions visuelles et auditives retardées.

La paralysie cérébrale (paralysie cérébrale) est une maladie neurologique résultant d'une lésion précoce du système nerveux central. Dans la paralysie cérébrale, les troubles du développement sont généralement d'une structure complexe, les troubles moteurs, les troubles de la parole et le retard mental sont combinés. Les troubles du mouvement dans la paralysie cérébrale se traduisent par des lésions des membres supérieurs et inférieurs; la motricité fine, les muscles de l'appareil d'articulation, les muscles oculomoteurs souffrent. Des troubles de la parole sont détectés chez la plupart des patients: des formes légères (oblitérées) à une parole complètement illisible. 20 à 25% des enfants ont des déficiences visuelles caractéristiques: strabisme convergent et divergent, nystagmus et limitation des champs visuels. La plupart des enfants ont un retard mental. Certains enfants ont des troubles de l'intelligence (retard mental).

Le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention est un trouble du comportement dû au fait que l'enfant a un mauvais contrôle sur son attention. Il est difficile pour ces enfants de se concentrer sur n'importe quelle entreprise, surtout si ce n'est pas très intéressant: ils se retournent et ne peuvent pas rester tranquillement assis, ils sont constamment distraits même par des bagatelles. Leur activité est souvent trop violente et chaotique..

Complications possibles

Avec un diagnostic tardif et l'absence d'une thérapie à part entière de la maladie, l'encéphalopathie progresse et s'accompagne de l'apparition de lésions cérébrales organiques persistantes.

En conséquence, des manifestations de la période résiduelle, telles que:

  • épilepsie symptomatique avec crises généralisées secondaires;
  • début précoce de la maladie de Parkinson (tremblements, troubles de la marche);
  • paralysie cérébrale (manque de mouvement dans les membres, spasticité des muscles);
  • dystonie végétative-vasculaire (fluctuations de la pression artérielle, du pouls);
  • oligophrénie (altération de la fonction cognitive du cerveau).

Il y a souvent une encéphalopathie résiduelle avec altération de la parole, ce qui entraîne des difficultés dans les processus de socialisation de l'enfant et entraîne de graves problèmes psychologiques.

Symptômes de l'encéphalopathie infantile

Puisque les changements résiduels et périnatals dans le cerveau affectent n'importe quelle partie de celui-ci qui est responsable de différentes fonctions et organes, les signes de pathologie peuvent se manifester de différentes manières. La gravité des manifestations pathologiques dépend:

  • Emplacement et taille des tissus cérébraux endommagés.
  • La cause principale et la durée de ses effets néfastes sur les structures cérébrales.
  • Maladies concomitantes ou leur absence.
  • L'âge de la victime et la maturité de son système nerveux.

Les symptômes spécifiques de l'encéphalopathie chez les nourrissons sont:

  • Faible réflexe de succion.
  • Anxiété, excitabilité, sommeil léger.
  • Hypo- ou hypertonicité musculaire.
  • Cri monotone.
  • Insuffisance pondérale.
  • Basculement de tête.
  • Fontaine.
  • Inhibition ou, inversement, hyperactivité.
  • Renflement ou enfoncement de la fontanelle.
  • Haute pression intracrânienne.
  • Strabisme.

L'encéphalopathie congénitale, qui s'est développée dans l'utérus ou est apparue immédiatement après la naissance, peut ne pas être exprimée explicitement. La maladie se manifestera plus clairement à l'âge adulte, il est donc très important de commencer le traitement dès que possible. Les signes d'encéphalopathie résiduelle se manifestent par une somnolence pendant la journée, une fatigue constante, une diminution de l'intelligence.

De plus, l'enfant peut rencontrer de telles déviations:

  • Mauvaise mémoire.
  • Évanouissements fréquents.
  • Crampes, tics, tressaillements, décoloration.
  • Troubles de l'élocution.
  • Paralysie, parkinsonisme.
  • Maux de tête soudains.

Le diagnostic d'encéphalopathie résiduelle implique une augmentation des symptômes, qui devient permanente. Chaque jour, la pathologie se manifestera de plus en plus fortement, ce qui affectera négativement la condition physique et le développement intellectuel de l'enfant.

Important! Des lésions cérébrales organiques peuvent se développer immédiatement en raison de plusieurs facteurs provocateurs. Par conséquent, le traitement de l'encéphalopathie dépend en grande partie si elles seront trouvées à temps et éliminées autant que possible. Si vous ne diagnostiquez pas et ne commencez pas le traitement, alors les changements dystrophiques dans les cellules du cerveau, la rupture des liens entre les neurones et leur destruction ultérieure progresseront et entraîneront des déviations irréversibles dans le système nerveux central.

Les prévisions pour la vie d'un enfant

L'encéphalopathie résiduelle chez l'enfant entraîne rarement la mort. Le pronostic dépend entièrement du degré d'atteinte à la substance cérébrale, de l'âge de l'enfant, du diagnostic et du traitement précoces. Dans les cas graves, le processus pathologique implique jusqu'à 85 à 90% des neurones, ce qui promet au patient un handicap profond.

Si le facteur provoquant a été détecté et éliminé à temps, et qu'une thérapie de rééducation a été lancée, alors, étant donné la plasticité du cerveau des enfants, on peut espérer une guérison complète ou partielle.

Signes de pathologie selon son type

L'encéphalopathie discirculatoire et toxique chez l'enfant manifeste des symptômes de perturbation du sommeil, l'enfant ne peut pas s'endormir et pleure constamment, il développe un syndrome pseudo-neurasthénique. Au fil du temps, des étourdissements, un trouble de la coordination des mouvements, un trouble de la pression artérielle, une déficience auditive et visuelle, des crises d'épilepsie. En l'absence de traitement, la maladie commence à progresser, l'enfant est constamment dans un état de prostration, il a augmenté le tonus musculaire, développe un VSD, les réflexes tendineux sont brisés.

Avec l'encéphalopathie à la bilirubine, l'enfant présente des signes d'intoxication, une perte d'appétit, une détresse respiratoire, de la fièvre, des yeux qui roulent, dans les cas graves, le développement d'une paralysie cérébrale. Avec l'apparition d'un œdème, la taille du cerveau augmente, à cause de laquelle la tête du bébé augmente également.

Mesures diagnostiques

Le diagnostic de l'encéphalopathie résiduelle vise à identifier ses causes et à confirmer les dommages diffus à la substance cérébrale.

Pour ce faire, utilisez:

  • examen physique avec clarification de l'état neurologique;
  • tests de laboratoire (analyse clinique du sang et de l'urine, test sanguin biochimique, glycémie, hormones thyroïdiennes);
  • EEG pour la détection des foyers épileptogènes;
  • neurosonographie chez les enfants jusqu'à un an, car ils n'ont pas encore fermé une grande fontanelle;
  • Echo-ES - est également une méthode d'échographie, grâce à laquelle il est possible d'identifier les signes d'hydrocéphalie;
  • Échographie Doppler, duplex ou triplex des vaisseaux de la tête et du cou - pour clarifier la pathologie et les anomalies du développement du système circulatoire qui peuvent entraîner une hypoxie du cerveau;
  • TDM ou IRM - ces technologies de neuroimagerie peuvent détecter les foyers d'ischémie, les changements dans les ventricules et l'espace sous-arachnoïdien et clarifier la cause du tableau clinique observé.

La liste des mesures de diagnostic est uniquement le médecin traitant après un examen détaillé. Cela aidera dans certains cas à éviter la tomographie, car les jeunes enfants devront être anesthésiés pour terminer la procédure..

Approches de traitement

Le traitement de l'encéphalopathie résiduelle est toujours complexe et vise non seulement à corriger les symptômes existants, mais également à restaurer le tissu nerveux endommagé, à protéger les neurones fonctionnels de l'hypoxie et d'autres facteurs indésirables. Les méthodes de thérapie sont toujours sélectionnées individuellement, en tenant compte des raisons qui ont provoqué une pathologie diffuse du cerveau, de l'âge de l'enfant et du tableau clinique observé..

Le plus souvent, toutes les manipulations peuvent être effectuées en ambulatoire avec une visite périodique chez le médecin. Dans les cas graves de la maladie ou de sa progression régulière, une hospitalisation peut être nécessaire..

Les principales méthodes de traitement

Dans le traitement des phénomènes résiduels d'encéphalopathie, les méthodes suivantes sont utilisées:

  • exercices de physiothérapie;
  • physiothérapie (magnétothérapie, électrophorèse, DDT, paraffine, boue);
  • réflexologie (acupuncture);
  • thérapie manuelle et massages;
  • régimes de sel restreints;
  • cours d'ergothérapie et d'orthophonie chez les enfants plus âgés;
  • les effets des médicaments;
  • interventions neurochirurgicales (par exemple, shunt avec hydrocéphalie).

L'effet positif du complexe de mesures prises ne peut être perceptible qu'après plusieurs cycles de traitement. Dans certains cas, l'enfant doit recourir à l'aide de spécialistes pendant de nombreuses années. Après la récupération ou lorsque la progression de la pathologie s'arrête, les enfants sont inscrits au dispensaire..

Médicaments

La thérapie médicamenteuse prescrite pour l'encéphalopathie résiduelle est conçue pour améliorer la nutrition cellulaire, faciliter l'accès à l'oxygène et restaurer les zones affectées du cerveau. Pour ce faire, appliquez:

  • préparations vasculaires (Cytoflavine, Trental, acide nicotinique) - normalisent la microcirculation;
  • les neurométabolites (cérébrolysine, cérébrolysat, cortexine) - contiennent un complexe d'acides aminés nécessaires aux neurones;
  • neuroprotecteurs (Ceraxon, Pantogam, Gliatilin) ​​- protègent contre l'hypoxie, restaurent les membranes cellulaires, améliorent la transmission des impulsions;
  • antioxydants (Mexiprim, Mexipridol, Mexique) - inhibent la peroxydation lipidique et l'effet des radicaux libres;
  • Les vitamines B (Milgamma, Neurovitan) - sont les "briques" du système nerveux;
  • anticonvulsivants (carbamazépine, topiomat, valprocom) - sont nécessaires au développement de l'épilepsie symptomatique;
  • diurétiques (Diacarbe, Veroshpiron) - réduisent l'augmentation de la pression intracrânienne contre l'hydrocéphalie.

L'utilisation de nootropiques (Piracetam, Lucetam, Picamilon, Nootropil) n'est possible qu'en l'absence de syndrome convulsif.

Effets

Dans la plupart des cas, avec un traitement approprié et rapide, le pronostic de l'état de l'enfant est positif. Il est presque toujours possible de faire face à la maladie, mais les enfants atteints de telles lésions doivent rester sous la surveillance d'un médecin pour prévenir les complications ou les rechutes.

En l'absence de traitement, d'une exposition inappropriée ou prescrite à l'âge adulte, les conséquences suivantes peuvent apparaître:

  1. Complications des crises d'épilepsie. L'épilepsie est la conséquence la plus courante de l'encéphalopathie congénitale..
  2. Parésie ou paralysie, principalement flasque.
  3. Problèmes du plan émotionnel, se manifestant principalement par des sautes d'humeur d'un état normal à un état affecté, puis à la dépression.
  4. Le développement de migraines, parfois très sévères et prolongées.
  5. Déficience de mémoire.
  6. Déclin intellectuel.

Les prévisions sont basées sur une évaluation de la gravité de la maladie et de la façon dont le corps de l'enfant réagit aux étapes du traitement.

La prévention

La prévention du développement de l'encéphalopathie résiduelle chez l'enfant est:

  • visites régulières à des spécialistes pendant la grossesse pour identifier les premiers signes de pathologie, ainsi que les indications d'accouchement d'urgence ou prévu;
  • traitement immédiat et prévention de diverses blessures et infections (bactériennes, virales, fongiques) chez l'enfant;
  • observer le régime quotidien et l'activité physique adaptés à l'âge du bébé;
  • une bonne nutrition équilibrée;
  • refus de la mère de mauvaises habitudes (fumer, boire de l'alcool) pendant la gestation et l'alimentation.

Comment la pathologie est-elle traitée?

Ce trouble est une maladie multi-étiologique, mais la tâche principale des médecins est d'identifier les véritables causes de l'exposition continue aux facteurs négatifs et de les éliminer autant que possible. Les mesures thérapeutiques visent à restaurer les fonctions des cellules nerveuses cérébrales endommagées. Selon la gravité de l'encéphalopathie, le traitement est soit hospitalisé soit ambulatoire.

En plus du cours de traitement principal, un petit patient peut avoir besoin d'hémodialyse, de ventilation mécanique, d'alimentation par sonde.

Le traitement médicamenteux est basé sur la prise:

  • Nootropiques restaurant les structures cérébrales endommagées.
  • Médicaments améliorant la circulation sanguine.
  • Vitamines B.
  • Tranquillisants et sédatifs.
  • Médicaments symptomatiques qui éliminent les symptômes désagréables. Par exemple, les anticonvulsivants pour les convulsions et l'hypertonie.

Les médicaments peuvent être administrés par voie intramusculaire, goutte à goutte, par voie orale, ainsi que par électrophorèse. Dans les cas particulièrement graves, une intervention chirurgicale est indiquée pour améliorer la circulation cérébrale et restaurer les connexions endommagées entre les neurocytes. De plus, la physiothérapie peut être prescrite:

  • Phytothérapie (traitement avec des plantes médicinales).
  • Massage thérapeutique effectué par un masseur professionnel.
  • Physiothérapie.

Un enfant malade doit assurer une alimentation saine et appropriée (si c'est un bébé, puis allaiter), des promenades quotidiennes dans la rue, une routine quotidienne claire.

Encéphalopathie résiduelle chez un enfant - que signifie ce diagnostic??

Les lésions cérébrales organiques - encéphalopathie résiduelle chez les enfants - sont une maladie grave. Les causes de la pathologie peuvent être congénitales ou acquises: une blessure mineure à l'organisme vulnérable peut provoquer une hypoxie et des troubles graves du système nerveux central. Mais le plus souvent, la maladie se développe sous l'influence d'infections et de toxines pendant la période périnatale.

La forme résiduelle de l'état pathologique

Les dommages organiques au cerveau se produisent sous une forme latente et peuvent ne pas apparaître pendant longtemps, ce qui complique considérablement le diagnostic de la maladie. Souvent, il se manifeste comme un défaut neurologique, se développant sous l'influence de divers facteurs:

  1. Pathologies d'origine virale.
  2. Maladies infectieuses.
  3. Fluctuations de pression constantes.
  4. Lésions cérébrales, crânes.

Signes cliniques d'encéphalopathie organique résiduelle chez un enfant - maux de tête, parésie, dystonie végétovasculaire, évanouissement, fatigue, retard mental, troubles mentaux.

Le danger de ce type de maladie cérébrale réside dans le fait que les premiers symptômes peuvent survenir même pendant la petite enfance, mais l'état pathologique lui-même se fait sentir après de nombreuses années.

Forme périnatale du syndrome

Un diagnostic similaire est posé au patient en cas d'encéphalopathie non spécifiée. Ce terme dit seulement que la défaite de la "matière grise" s'est développée à l'âge périnatal (à partir de 28 semaines de grossesse et jusqu'à 8 jours de la vie d'un enfant).

La forme périnatale d'encéphalopathie chez les nourrissons peut se former pour diverses raisons:

  • avoir un enfant à l'âge adulte ou dans la petite enfance,
  • traitement à long terme de l'infertilité, des fausses couches et de l'avortement,
  • l'encéphalopathie chez un nouveau-né se développe souvent en raison des maladies de la mère qui lui ont été transférées pendant la période de gestation (diabète, maladie cardiaque, hypertension, chirurgie, affections rénales, certains types de grippe),
  • menace d'avortement,
  • loisirs nuisibles: utilisation de cocktails alcoolisés, produits du tabac,
  • prendre des médicaments,
  • toxicose, l'effet du rayonnement.

La forme congénitale d'encéphalopathie peut également être considérée comme celle qui s'est développée à la suite de complications pendant le travail: traumatisme, naissance lente ou transitoire, décollement placentaire, hanches étroites chez la mère et grosse tête chez le bébé, position fœtale incorrecte.

Résiduellement, des dommages organiques peuvent également apparaître dès les premiers jours de la vie d'un nouveau-né, en raison d'infections purulentes, d'une maladie hémolytique ou d'une chirurgie compliquée. Dans toutes ces situations, le risque d'encéphalopathie hypoxique est élevé..

Symptômes d'une condition pathologique chez les enfants

Les lésions cérébrales sont diagnostiquées quelle que soit la tranche d'âge du patient, mais les signes de la maladie apparaissent sous une forme spécifique, en fonction de ce critère. Chez un patient adulte, toutes les affections ont leur propre évolution clinique, mais chez les bébés, les symptômes diffèrent par une combinaison de 2-3 signes.

Les premières manifestations de la forme résiduelle de dommages chez les nouveau-nés peuvent être:

  1. Un léger cri tardif après la naissance.
  2. Manque de réflexe de préhension pendant l'alimentation.
  3. Troubles du rythme cardiaque.

En cas de suspicion de lésions cérébrales chez les enfants, il est nécessaire de prendre immédiatement des mesures d'urgence - de se soumettre à un examen et de procéder au traitement.

Signes d'encéphalopathie chez les nourrissons:

  • troubles du sommeil, anxiété excessive,
  • Réaction "étrange" au bruit, à la lumière,
  • augmentation du tonus ou de la léthargie,
  • démarrage soudain,
  • oeil roulant,
  • pencher la tête en arrière,
  • régurgitation pendant l'alimentation,
  • pleurs constants.

Cette symptomatologie peut être de nature épisodique. Chez la moitié des bébés, les signes de lésions cérébrales à l'avenir ne se font pas sentir du tout, chez une autre partie des patients, une forme résiduelle d'encéphalopathie est souvent observée, dans laquelle la maladie se manifeste périodiquement ou se développe, de nombreuses années plus tard, après des dommages au système nerveux central.

Chez les patients adultes, les dommages organiques se manifestent par les symptômes suivants:

  1. Mémoire altérée, le processus de réflexion.
  2. État apathique, inactivité physique.
  3. Prédisposition à la dépression.
  4. Fatigue excessive, larmoiement, distraction, irritabilité.
  5. Insomnie, sommeil agité.
  6. Manque d'appétit.
  7. Étourdissements, crises de migraine.
  8. Problèmes d'audition.
  9. Maladies gastro-intestinales.
  10. Augmentation du tonus musculaire.
  11. Problèmes avec le système musculo-squelettique.
  12. Haute pression intracrânienne.
  13. Crampes fréquentes.

Les lésions cérébrales résiduelles se présentent souvent sous la forme périnatale, formée pendant la grossesse ou pendant les premiers jours de la vie du bébé.

Si les dommages de la «matière grise» sont localisés et que la maladie est traitée en temps opportun, il est nécessaire de restaurer l'activité perdue. Mais aucun symptôme ne peut signaler une lésion structurelle.

Diagnostic d'une condition pathologique chez les enfants

Le diagnostic est possible de différentes manières. Le médecin prescrira un examen des cellules de la «matière grise» et de l'organisme entier.

Le diagnostic de l'encéphalopathie comprend:

  • électroencéphalographie,
  • rhéovasographie,
  • résonance magnétique nucléaire,
  • dopplerographie échographique,
  • ponction du liquide céphalo-rachidien,
  • tests généraux de plasma sanguin, biochimie.

Après la détection de symptômes spécifiques, des méthodes de diagnostic matériel sont utilisées. Selon leurs résultats, un traitement approprié est prescrit.

Les conséquences du syndrome et du pronostic

Un diagnostic spontané et un traitement inapproprié peuvent provoquer des troubles graves. Encéphalopathie organique résiduelle chez l'enfant, ce qu'il faut savoir dès les premiers symptômes alarmants de la maladie. Sinon, des dommages à la «matière grise» peuvent conduire au développement des conditions suivantes:

  1. Dystonie (végétovasculaire).
  2. Pathologie hydrocéphalique.
  3. Dysfonctionnement résiduel de la matière grise.
  4. Crises d'épilepsie.
  5. Myélopathie.
  6. Paralysie (cérébrale).
  7. Oligophrénie, maladie de Parkinson.
  8. Retard mental.

Dans des situations particulièrement difficiles, le cerveau peut perdre 90% de ses fonctions d'origine. En cas d'incapacité totale ou partielle, le patient se voit attribuer un groupe d'incapacité spécifique.

Avec un examen adéquat et opportun, selon les résultats dont il sera établi que cela se produit dans le cerveau et la thérapie est prescrite, il est possible de faire face à tous les signes d'une condition pathologique. La récupération complète se produit dans 20 à 30% des situations.

Si l'encéphalopathie résiduelle est déjà sous une forme avancée, dans ce cas, vous ne pouvez que ralentir le développement du processus, améliorer l'état du patient, mais rendre toutes ses fonctions au cerveau est impossible.

Traitement d'une condition pathologique chez un enfant

Avec de légers symptômes de dommages organiques, les petits patients peuvent être traités à domicile. En cas de lésions graves du système nerveux central, une thérapie hospitalière est recommandée..

Le traitement médicamenteux est prescrit en tenant compte de la gravité de l'encéphalopathie et d'un ensemble de symptômes. L'oxygénothérapie, la ventilation assistée, l'hémodialyse et l'alimentation avec une sonde peuvent être recommandées pour le bébé. Certaines formes de la maladie nécessitent un traitement à long terme..

Le médecin peut recommander au patient:

  • traitement par perfusion - médicaments contenant du calcium, du magnésium, de l'acide ascorbique, du glucose,
  • Nootropiques - «Vinpocetine», médicament «Piracetam», «Actovegin»,
  • avec tonus accru - "Baclofen" médicament "Midokalm",
  • avec des dysfonctionnements prolongés - "Dibazol", le médicament "Galantamine",
  • pendant les convulsions - "Diazepam", signifie "Phénobarbital".

Les médicaments peuvent être administrés par voie entérale, intramusculaire ou intramusculaire, ainsi que par électrophorèse. L'intervention chirurgicale consiste en une chirurgie endovasculaire (qui ne viole pas l'intégrité des tissus), dont le but est de restaurer la circulation sanguine vers le cerveau.

Après le cours de traitement, les mesures de restauration sont indiquées:

  1. Administration périodique de nootropiques.
  2. Physiothérapie.
  3. La natation.
  4. Procédures physiothérapeutiques.
  5. Homéopathie et photothérapie.
  6. Massage, ostéopathie.

Les parents doivent suivre clairement toutes les recommandations du médecin pour le succès du traitement de l'encéphalopathie organique résiduelle chez les enfants. La prescription de médicaments par vous-même est contre-indiquée afin de ne pas nuire au corps du bébé.

Faire face aux lésions cérébrales contribuera à des promenades en plein air, à une atmosphère détendue en famille, à des divertissements avec l'enfant. Il ne faut pas oublier une alimentation saine, renforçant les défenses de l'organisme. Il est possible d'augmenter la fonctionnalité du système immunitaire à l'aide de fruits, légumes, complexes multivitamines. Mais il est recommandé de les utiliser après avoir consulté un médecin.

Mesures pour la prévention d'une condition pathologique

Il est possible de prévenir le développement de lésions cérébrales organiques si les proches de l'enfant suivent certaines recommandations.

Pour éviter la formation d'encéphalopathie, cela aidera:

  • des examens réguliers de la mère pendant la grossesse,
  • traitement rapide des pathologies bactériennes et virales,
  • refus de boissons alcoolisées, produits du tabac,
  • promenades en plein air,
  • une alimentation saine, un bon repos.

Afin d'éviter le développement de dommages résiduels à la «matière grise» chez un enfant d'âge préscolaire et un élève du primaire, il est nécessaire de subir en permanence des examens avec l'enfant, pour soigner les pathologies apparues. Le bébé doit éviter les blessures, en particulier les TBI. Dès l'enfance, l'enfant doit être habitué à une alimentation saine, à un mode de vie actif, à un bon sommeil.

Au premier soupçon de présence d'encéphalopathie, vous devriez consulter un neurologue dès que possible, qui sera en mesure d'évaluer adéquatement l'état de santé du patient, d'étudier les symptômes, de prescrire une thérapie complexe adéquate. Seule une approche globale donne au patient une chance de restaurer toutes les fonctions du cerveau.