Principal / Tumeur

Zones et lobes du cortex cérébral

Tumeur

L'écorce est représentée par une couche de matière grise d'une épaisseur de 3 à 5 mm. Dans le cortex, il y a jusqu'à 15 milliards de neurones et plus, et le nombre de gliocytes dans le cerveau est supérieur à 100 milliards.
Développement. La formation du cortex cérébral se produit par la migration régulière des neuroblastes épendymaires le long des gliocytes radiaux orientés verticalement. Les premières à apparaître sont les couches superficielles et les plus profondes du cortex. Ensuite, des vagues successives de migration séquentielle de groupes de neuroblastes apparaissent, qui sont différenciées en neurones de la Vème, puis de la IVème couche, etc. Cela crée une cytoarchitectonique en couches (écran) du cortex cérébral.

Les neurones complexes sont établis entre les neurones en fonction de leur place dans la composition des arcs réflexes. Des centres nerveux nucléaire et écran se forment. Des relations étroites au cours de l'histogenèse se développent entre les neurones et les cellules gliales.

Structure. Tous les neurones corticaux sont multipolaires. Parmi eux, sous la forme de cellules, on distingue les neurones pyramidaux et non pyramidaux (en forme d'étoile, en forme de panier, en forme de fuseau, arachnide et horizontal). Les neurones pyramidaux, les plus caractéristiques du cortex, ont un corps qui ressemble à une pyramide en forme, avec son sommet face à la surface du cortex.

Un axone partant de la base de la cellule pyramidale a des collatéraux (récurrents, horizontaux, obliques). De longues dendrites (apicales et basales) s'étendent de l'apex et des surfaces latérales du corps. Les dendrites apicales d'un groupe de neurones sont combinées en faisceaux dendritiques. À la surface des dendrites d'un neurone pyramidal, il peut y avoir jusqu'à 4-6 mille appareils récepteurs spéciaux - les épines. La présence d'un complexe d'actomyosine dans ce dernier vous permet de modifier la zone de contact synaptique, par conséquent, d'affecter la connexion synaptique.

La taille du corps des cellules pyramidales varie de 10 à 150 microns. Il y a des pyramides petites, moyennes, grandes et géantes. Les cellules pyramidales sont les neurones efférents du cortex, leurs collatéraux axonaux forment les 3/4 de toutes les synapses du cortex.

Les neurones étoiles ont un corps en forme d'étoile. Les dendrites s'étendent dans toutes les directions à partir du corps d'un neurone étoilé. Ils sont dans la plupart des cas courts et dépourvus d'épines. Les axones des cellules étoilées forment des branches complexes autour de la cellule. Ce sont les réseaux axonaux dits araignées péricellulaires. Ces cellules se trouvent dans les couches inférieures du cortex..

Les cellules du panier (petites et grandes) sont situées dans les couches Pth et Shm du cortex, avec leurs nombreux processus forment des connexions synaptiques avec les corps des neurones pyramidaux de la couche V-ro. Les cellules contiennent un médiateur (GABA) qui inhibe la transmission de l'excitation.

Les cellules neurogliomorphes se trouvent dans toutes les couches du cortex. Ce sont de petits neurones multipolaires avec des dendrites et des axones à ramification courte..

Les neurones bipolaires sont un petit groupe de cellules dont l'axone et la dendrite s'écartent du corps. En général, le rapport entre les pyramides et les autres formes de neurones est de 85:15, c'est-à-dire en faveur des neurones pyramidaux.

Cytoarchitectonique. Dans la zone motrice du cortex, on distingue six couches principales: moléculaire, granulaire externe, pyramidale, granulaire interne, ganglionnaire, une couche de cellules polymorphes.

Dans la première couche moléculaire (externe), il n'y a presque pas de corps de neurones. On trouve des neurones orientés horizontalement, des branches tangentielles des fibres nerveuses des neurones sous-jacents et des cellules gliales..

La seconde couche, ou granuleuse externe, contient de petits neurones étoilés et pyramidaux d'environ 10 microns. Les axones de ces neurones se terminent dans les couches III-m, IV-m et VI-m du cortex, et les dendrites montent dans la couche moléculaire.

La troisième couche est une couche de neurones pyramidaux moyens et grands. Les axones de ces cellules forment des fibres nerveuses associatives qui traversent la matière blanche et relient les sections voisines du cortex..

La quatrième couche granulaire interne contient principalement de petits neurones étoilés. Les axones de ces cellules se ramifient dans le voisinage à la fois au-dessus et au-dessous des couches sous-jacentes du cortex. Cette couche est très développée dans les zones visuelles et auditives du cortex. Il se compose de neurones sensoriels étoilés ayant de nombreuses connexions associatives avec d'autres types de neurones..

La cinquième couche, ganglionnaire, est formée de gros neurones pyramidaux (cellules Betz). Les dendrites apicales des neurones sont dirigées vers la couche moléculaire. Les axones de ces cellules pénètrent dans la matière blanche, formant des fibres nerveuses commissurales et projectives, et notamment les voies pyramidales.

La sixième couche - une couche de neurones polymorphes - contient également de nombreux neurones pyramidaux efférents. De plus, il existe des neurones en forme de fuseau. Les dendrites des neurones de la sixième couche pénètrent dans toute l'épaisseur du cortex, atteignant la couche moléculaire.

Caractéristiques de la structure du cerveau: cortex, hémisphère. En bref sur la science

Comment sont construits les hémisphères cérébraux et quelles sont leurs fonctions? Quelle est la caractéristique structurelle du cerveau humain?

En cours d'évolution, le cerveau humain s'est développé depuis longtemps. Aujourd'hui, dans sa structure, il y a une caractéristique: deux hémisphères clairement définis. Il a été étudié pendant plus de cent ans, mais jusqu'à présent, une partie des zones cérébrales pour les scientifiques reste un mystère. Cependant, leurs opinions s'accordent sur une chose: le fait que le cerveau humain se compose de deux hémisphères est l'une des conséquences nécessaires de l'évolution. Le fait est que les hémisphères remplissent diverses fonctions. Par exemple, les zones situées sur le côté gauche de l'hémisphère cérébral sont plus responsables de la formation du langage et de la parole. Dans l'hémisphère droit, il existe des zones responsables de l'état émotionnel et des fonctions telles que, par exemple, la reconnaissance faciale.

Pourquoi est-ce arrivé? La nature a décidé que la séparation des tâches permet au cerveau de fonctionner plus efficacement. De plus, une telle structure aide le cerveau à résoudre simultanément plusieurs problèmes différents..

Par exemple, si à l'heure actuelle une partie du cerveau est responsable d'une certaine fonction, alors la seconde peut être occupée par une autre. Cela vous permet de travailler en mode multitâche, d'effectuer plusieurs tâches en même temps..

Il convient également de noter que la division du cerveau en hémisphère droit et gauche permet à une personne de mieux développer ses fonctions cognitives. Ainsi, certaines études de scientifiques ont prouvé que, y compris le travail de deux hémisphères cérébraux en même temps, une personne développe simultanément sa mémoire, son attention, sa pensée. Le cerveau commence à se fatiguer, à fonctionner plus activement, en conséquence forme un plus grand nombre de nouvelles connexions synaptiques et renforce le déjà créé.

La structure et les fonctions du cortex cérébral

Le cerveau humain a une petite couche supérieure d'environ 0,4 cm d'épaisseur, c'est le cortex cérébral. Il sert à exécuter un grand nombre de fonctions utilisées dans divers aspects de la vie. Directement, cet effet du cortex affecte le plus souvent le comportement et la conscience d'une personne.

Fonctions cortex

Le cortex cérébral a une épaisseur moyenne d'environ 0,3 cm et un volume assez impressionnant du fait de la présence de canaux de liaison avec le système nerveux central. L'information est perçue, traitée, une décision est prise en raison du grand nombre d'impulsions qui traversent les neurones, comme si elles traversaient un circuit électrique. Selon diverses conditions du cortex cérébral, des signaux électriques sont générés. Le niveau de leur activité peut être déterminé par le bien-être d'une personne et décrit au moyen d'indicateurs d'amplitude et de fréquence. Il est un fait que de nombreux liens sont localisés dans des zones impliquées dans la fourniture de processus complexes. De plus, le cortex cérébral d'une personne n'est pas considéré comme complet dans sa structure et se développe tout au long de la période de vie dans le processus de formation de l'intelligence humaine. Lors de la réception et du traitement des signaux d'information qui pénètrent dans le cerveau, une personne reçoit des réactions physiologiques, comportementales et mentales dues aux fonctions du cortex cérébral. Ceux-ci inclus:

  • L'interaction des organes et des systèmes du corps avec l'environnement et entre eux, le bon déroulement des processus métaboliques.
  • La bonne réception et le traitement des signaux d'information, leur prise de conscience à travers des processus de pensée.
  • Maintenir la relation entre les différents tissus et structures qui composent les organes du corps humain.
  • Éducation et fonctionnement de la conscience, travail intellectuel et créatif d'un individu.
  • Contrôle de l'activité de la parole et des processus associés aux situations psycho-émotionnelles.

Il faut parler d'une étude incomplète de la place et de l'importance des coupes antérieures du cortex cérébral pour assurer le fonctionnement du corps humain. A propos de ces zones, le fait de leur faible sensibilité aux influences extérieures est connu. Par exemple, l'impact sur ces sections de l'impulsion électrique ne se manifeste pas par des réactions vives. Selon certains scientifiques, leurs fonctions sont la conscience de soi, la présence et la nature de caractéristiques spécifiques. Les personnes atteintes de zones frontales affectées du cortex ont des problèmes de socialisation, elles perdent tout intérêt pour le monde du travail et ne prêtent pas attention à leur apparence et aux opinions des autres. Autres effets possibles:

  • perte de capacité de concentration;
  • tomber partiellement ou complètement hors des compétences créatives;
  • troubles psycho-émotionnels profonds de l'individu.

Couches d'écorce

Les fonctions exercées par l'écorce sont souvent déterminées par la structure. La structure du cortex cérébral se distingue par ses caractéristiques, qui s'expriment en différents nombres de couches, tailles, topographie et structure des cellules nerveuses formant le cortex. Les scientifiques distinguent plusieurs types de couches différentes qui, en interagissant les unes avec les autres, contribuent complètement au fonctionnement du système:

  • couche moléculaire: elle crée un grand nombre de formations dendritiques tissées au hasard avec un petit contenu de cellules, en forme de fuseau, qui sont responsables du fonctionnement associatif;
  • couche externe: exprimée par un grand nombre de neurones qui ont une forme diverse et un contenu élevé. Derrière eux, les limites extérieures de structures ressemblant à une pyramide de forme;
  • couche externe de la forme pyramidale: contient des neurones de petites et importantes dimensions lors de la découverte plus profonde de grands. En forme, ces cellules ressemblent à un cône, la dendrite, qui a des dimensions maximales, s'écarte du point supérieur, et les neurones contenant de la matière grise se lient par de petites divisions. À mesure que les hémisphères approchent du cortex, les branches sont minces et forment une structure qui ressemble à un éventail en forme;
  • la couche interne de type granulaire: contient des cellules nerveuses de petite taille, situées à une certaine distance, entre elles sont des structures groupées de type fibreux;
  • couche interne de type pyramidal: comprend des neurones de moyennes et grandes dimensions. Les extrémités supérieures des dendrites peuvent atteindre la couche moléculaire;
  • une couverture qui contient des cellules neuronales en forme de fuseau. Il leur est caractéristique que leur partie, qui est au point le plus bas, puisse atteindre le niveau de matière blanche.

Les différentes couches, qui comprennent le cortex cérébral, diffèrent les unes des autres par la forme, l'emplacement et la destination des éléments de leur structure. L'action combinée des neurones sous la forme d'une étoile, d'une pyramide, d'un fuseau et d'une espèce ramifiée entre différentes couches forme plus de 50 champs. Malgré le fait qu'il n'y ait pas de limites claires pour les champs, leur interaction permet de réguler un grand nombre de processus associés à la réception des influx nerveux, au traitement de l'information et à la formation d'une contre-réaction aux stimuli.

La structure du cortex cérébral est assez complexe et possède ses propres caractéristiques, exprimées en différents nombres de téguments, dimensions, topographie et la structure des cellules qui forment les couches.

Zones du cortex

La localisation des fonctions dans le cortex cérébral est considérée par de nombreux experts de différentes manières. Mais la plupart des chercheurs sont parvenus à la conclusion que le cortex cérébral peut être divisé en plusieurs zones principales, dont les champs corticaux. Selon les fonctions exercées, cette structure du cortex cérébral est divisée en 3 zones:

La zone associée au traitement par impulsions

Cette zone est associée au traitement des impulsions qui pénètrent à travers les récepteurs du système visuel, de l'odorat, du toucher. La majeure partie des réflexes, associés à la motilité, est fournie par des cellules pyramidales. La zone responsable de la réception des informations musculaires a une interaction rationalisée entre les différentes couches du cortex cérébral, qui joue un rôle particulier au stade du traitement correct des impulsions. Lorsque le cortex cérébral est endommagé dans cette zone, il provoque des troubles du bon fonctionnement des fonctions sensorielles et des actions inextricables avec la motricité. Extérieurement, des défaillances du service moteur peuvent survenir lors de mouvements involontaires, de secousses convulsives, de formes sévères entraînant une paralysie.

Zone sensorielle

Ce site est responsable du traitement des signaux qui entrent dans le cerveau. Dans sa structure, il s'agit d'un système d'interaction d'analyseurs afin d'établir une rétroaction sur l'effet stimulant. Les scientifiques distinguent plusieurs sites responsables de la sensibilité aux impulsions. Il s'agit notamment de l'occipital, fournissant un traitement visuel; le ligament temporal est associé à l'audition; zone hippocampique - avec un odorat. Le site, qui est responsable du traitement des informations sur les stimulants gustatifs, est situé près de la couronne de la tête. Là, la localisation des centres chargés de la réception et du traitement des signaux tactiles a lieu. La capacité sensorielle dépend directement du nombre de connexions neuronales dans ce domaine. Environ ces zones peuvent occuper jusqu'à 1/5 de la taille totale de la croûte. La défaite d'une telle zone entraînera une perception incorrecte, ce qui ne permettra pas de générer un contre-signal adéquat au stimulus qui l'affecte. Par exemple, un dysfonctionnement dans la zone auditive ne provoque pas toujours la surdité, mais il peut provoquer certains effets qui faussent la perception correcte des informations. Cela se traduit par l'incapacité à capter la longueur ou la fréquence du son, sa durée et son timbre, les échecs dans la fixation des effets avec un temps d'action court.

Zone associative

Cette zone permet le contact entre des signaux qui reçoivent des neurones dans la partie sensorielle et la motilité, qui est une contre-réaction. Ce département forme des réflexes comportementaux significatifs, participe à leur mise en œuvre effective et embrasse plus pleinement le cortex cérébral. Les districts de localisation distinguent les sections antérieures, situées près des parties frontales, et l'arrière, occupant l'espace au milieu des tempes, du sommet de la tête et de la nuque. L'homme se caractérise par un fort développement des parties postérieures des régions de perception associative. Ces centres sont importants pour la mise en œuvre et le traitement de l'activité vocale. La défaite du site associatif antérieur provoque des perturbations dans la capacité à effectuer une fonction analytique, la prévision, à partir de faits ou d'une expérience précoce. Le dysfonctionnement de la zone d'association arrière complique l'orientation spatiale, ralentit la pensée volumétrique abstraite, la conception et l'interprétation appropriée des modèles visuels difficiles.

Caractéristiques du diagnostic neurologique

Dans le processus de diagnostic neurologique, une grande attention est accordée aux troubles du mouvement et de la sensibilité. Par conséquent, il est beaucoup plus facile de détecter les dysfonctionnements dans les conduits conducteurs et les zones initiales que les dommages au cortex associatif. Je dois dire que les symptômes neurologiques peuvent être absents même en cas de dommages importants au lobe frontal, pariétal ou temporal. Il est nécessaire que l'évaluation des fonctions cognitives soit aussi logique et cohérente que le diagnostic neurologique..

Ce type de diagnostic vise à établir des relations fixes entre la fonction du cortex cérébral et la structure. Par exemple, dans la période de dommages au cortex striatal ou au tractus optique, dans la grande majorité des cas, il y a une hémianopsie homonyme controlatérale. Dans une situation où le nerf sciatique est endommagé, le réflexe d'Achille n'est pas observé..

Au départ, on pensait que les fonctions du cortex associatif pouvaient agir de cette manière. On supposait qu'il existe des centres de mémoire, de perception de l'espace, de traitement de texte, par conséquent, grâce à des tests spéciaux, il est possible de déterminer la localisation des dommages. Plus tard, des opinions sont apparues concernant la distribution des systèmes neuronaux et l'orientation fonctionnelle à l'intérieur de leurs frontières. Ces représentations suggèrent que les systèmes distribués - circuits neuronaux complexes avec des structures corticales et sous-corticales à l'intérieur - sont responsables des fonctions cognitives complexes du cortex..

Conséquences des dommages

Les experts ont prouvé qu'en raison de l'interconnexion des structures neuronales entre elles, lors de la défaite de l'un des sites ci-dessus, un fonctionnement partiel ou complet par d'autres structures est observé. Du fait d'une perte incomplète de la capacité de percevoir, de traiter des informations ou de reproduire des signaux, le système est capable de rester opérationnel pendant un certain temps, avec des fonctions limitées. Cela peut se produire en raison de la restauration de la relation entre les zones intactes des neurones selon le système de distribution.

Mais il existe une probabilité d'effet inverse, au cours duquel la défaite de l'un des départements du cortex entraîne des violations d'un certain nombre de fonctions. Quoi qu'il en soit, un dysfonctionnement du fonctionnement normal d'un organe aussi important est considéré comme une déviation dangereuse, dont la formation doit immédiatement demander l'aide de médecins afin d'éviter le développement ultérieur de troubles. Les dysfonctionnements les plus dangereux dans le fonctionnement d'une telle structure comprennent l'atrophie, qui est associée au vieillissement et à la mort de certains neurones.

Les méthodes d'examen par les personnes les plus couramment utilisées sont la TDM et l'IRM, l'encéphalographie, le diagnostic par échographie, la radiographie et l'angiographie. Je dois dire que les méthodes de recherche actuelles permettent de détecter une pathologie dans le fonctionnement du cerveau à un stade préliminaire, si vous consultez un médecin à temps. Selon le type de trouble, il est possible de restaurer les fonctions endommagées.

Le cortex cérébral est responsable de l'activité cérébrale. Cela entraîne des changements dans la structure du cerveau humain lui-même, car son fonctionnement est devenu beaucoup plus compliqué. Au sommet des zones cérébrales associées aux organes sensoriels et à l'appareil moteur, des zones se sont formées très densément dotées de fibres associatives. Ces sites sont nécessaires à des fins de traitement complexe des informations reçues dans le cerveau. À la suite de la formation du cortex cérébral, l'étape suivante arrive à laquelle le rôle de son travail s'accroît fortement. Le cortex cérébral chez l'homme est un organe exprimant l'individualité et l'activité consciente.

Cortex cérébral

Le physiologiste Vyacheslav Dubynin sur la structure du cortex cérébral, les fonctions de l'hippocampe et les centres sensoriels et moteurs du cerveau

Partager l'article

Sous l'écorce se trouve la substance blanche des hémisphères cérébraux, et encore plus profondément - les soi-disant noyaux gris centraux. Les noyaux gris centraux sont une accumulation de matière grise au fond des hémisphères cérébraux. Certains neurones des noyaux gris centraux sont engagés dans des mouvements, certains sont liés au système de besoins, d'émotions, de motivations.

La matière blanche est constituée d'axones qui entrent principalement dans le cortex et en sortent. Le groupe le plus célèbre de ces axones est le corps calleux. Ce sont de puissants faisceaux de matière blanche qui passent de l'hémisphère droit à la gauche et relient notre cerveau en un seul ensemble, et les deux hémisphères agissent comme une entité d'information commune. Si le corps calleux est endommagé ou coupé, et que les neurochirurgiens ont essayé à un moment donné de tels effets sur le cerveau humain, alors un «cerveau divisé» se produit lorsque les hémisphères droit et gauche commencent à fonctionner indépendamment.

En plus du corps calleux, la matière blanche comprend les axones qui entrent dans le cortex - ce sont, tout d'abord, les axones du thalamus et les axones qui sortent du cortex. Le faisceau de substance blanche le plus puissant émergeant du cortex cérébral est le tractus cortico-spinal ou pyramidal. Il longe la surface inférieure de tout le cerveau, et à la frontière de la moelle oblongue et du pont, la plupart des axones du tractus cortico-spinal se croisent, puis en tant que partie de la substance blanche, ils descendent le long de la moelle épinière et atteignent différents segments de la moelle épinière. Grâce à cette croix, notre hémisphère gauche contrôle la moitié droite du corps, et l'hémisphère droit contrôle la gauche. La plupart des systèmes d'information dans notre cerveau se croisent. Cela s'applique non seulement aux mouvements, mais également aux systèmes de capteurs..

A la surface du cortex cérébral, un grand nombre de sillons et de circonvolutions. Des sillons sont nécessaires pour augmenter la surface de la croûte. Plus le cortex cérébral est grand, plus il y a de neurones, de matière grise et plus la puissance de calcul du cerveau est grande. L'écorce pliée est très correcte et bonne. Dans le cas du cortex cérébral d'une personne, seul un tiers de la matière grise se situe directement à la surface et les deux tiers à l'intérieur des sillons.

Les sillons sont très divers. Les plus grands sillons se trouvent dans toutes les personnes. Et les petits sillons sont également individuels, comme un motif d'empreintes digitales. Les plus grands sillons sont ce que l'on appelle le sillon central, qui s'étend de la couronne jusqu'au milieu de notre cerveau, et la rainure latérale. La rainure centrale est également appelée la rainure roland, la rainure latérale est la rainure sylvienne, en l'honneur des anatomistes qui ont décrit toutes ces structures du XVIIIe siècle.

La rainure centrale vous permet de diviser les grands hémisphères en lobe frontal et lobe pariétal. Tout ce qui se trouve en dessous du sillon latéral concerne le lobe temporal des hémisphères cérébraux.

En général, le cortex cérébral peut être divisé en six lobes. Elle est frontale, pariétale, temporelle. À l'arrière des hémisphères cérébraux se trouve le lobe occipital. De plus, il y a deux lobes qui ne sont pas visibles sur cette surface latérale ou latérale des hémisphères cérébraux. Ces lobes sont appelés îlots et limbiques..

Le lobe insulaire est situé profondément dans la rainure latérale. Si vous entrez dans le sillon latéral ou sylvien, il s'avère que son fond se dilate beaucoup et un lobe d'îlot apparaît. Il y a beaucoup de cortex cérébral et des zones très fonctionnelles spécifiques.

Le cortex médial, c'est-à-dire le cortex interne des hémisphères cérébraux, n'est également pas visible lorsque nous regardons les hémisphères de l'extérieur. Il forme donc le lobe limbique. Pour voir le lobe limbique, nous devons couper le cerveau en deux et agrandir ces deux moitiés. Ensuite, sur la surface intérieure de l'hémisphère, nous verrons de vastes zones du cortex - c'est la zone limbique. Limbique du mot membre - cercle. C'est-à-dire que c'est le cortex qui entoure l'endroit où les hémisphères cérébraux partent du diencéphale.

Du point de vue de l'origine, les régions anciennes, anciennes et nouvelles se distinguent dans le cortex cérébral. L'écorce ancienne est l'écorce que les poissons ont déjà. Dans le cerveau humain, il occupe un très petit volume. Selon diverses estimations, de un à un pour cent et demi.

La fonction la plus ancienne des hémisphères cérébraux est l'odorat. Initialement, ces conceptions surgissent précisément pour sentir. La première paire de nerfs crâniens, le nerf olfactif, entre précisément dans les hémisphères cérébraux, dans l'ancien cortex des hémisphères cérébraux. Sur la surface inférieure des lobes frontaux, il existe des conceptions spéciales - bulbes olfactifs. Bien qu'ils soient sensiblement séparés des autres hémisphères cérébraux, ils appartiennent néanmoins à l'ancienne croûte. Le bulbe olfactif comprend le nerf olfactif; des cellules nerveuses y sont situées qui commencent l'analyse des signaux olfactifs. Plus loin des bulbes olfactifs se trouve un faisceau d'axones - le tractus olfactif, qui est déjà inclus dans les centres olfactifs supérieurs. Les centres olfactifs supérieurs sont situés sur la surface interne des hémisphères cérébraux, principalement là où se trouve la partie antérieure du corps calleux. Un septum transparent ou septum est l'un de ces centres olfactifs.

L'ancien cortex cérébral n'est pas non plus très grand. Cela représente environ deux à trois pour cent. Il se produit sous une forme notable principalement chez les reptiles. La structure clé de l'ancienne écorce s'appelle l'hippocampe. L'hippocampe est traduit en russe comme un hippocampe. Cette structure rappelait autrefois aux neuroanatomistes un poisson de mer. L'hippocampe est un brin cylindrique de matière grise qui se trouve chez l'homme dans les profondeurs des lobes temporaux du cerveau. La fonction de l'hippocampe et des structures qui lui sont associées, et ce sont toutes des structures de l'ancien cortex, sont des fonctions associées à la mémoire à court terme et à l'écrasement de la mémoire à court terme à long terme. C'est de ce point de vue que l'hippocampe est étudié, ainsi que le gyrus denté et le subiculum. Pour un travail dans lequel il a été démontré l'importance des neurones de l'hippocampe et des structures environnantes pour l'orientation dans l'espace, en 2014, l'un des prix Nobel de physiologie et médecine a été décerné. Cette zone apparaît pour bien naviguer dans l'espace et se rappeler comment vous vous déplacez. N'oubliez pas où se trouve votre maison pour y revenir rapidement. Le lézard est sorti du vison, est allé tout droit, a tourné à droite, puis à gauche. En cas de danger, comment reculer rapidement? L'hippocampe s'en souvient, d'où commence sa fonction de centre de mémoire. Au cours de l'évolution, il acquiert la capacité de se souvenir d'autres signaux sensoriels, visuels, auditifs, et commence à travailler avec des centres d'émotions.

Un puissant faisceau de matière blanche sort de l'hippocampe, un faisceau d'axones - arc. L'arche passe autour du corps calleux. Les signaux qui traversent l'arc pénètrent dans le thalamus, puis dans le lobe limbique du cortex cérébral. Il existe une conception anatomique très importante et significative - le cercle de Peipez. Le cercle de Peypez est important pour le fonctionnement des systèmes de mémoire et pour transformer la mémoire à court terme en mémoire à long terme.

95% du cortex cérébral est le nouveau cortex. Le nouveau cortex est constitué des centres sensoriels supérieurs, des centres moteurs supérieurs et des zones associatives qui s'occupent des fonctions mentales les plus complexes. Le nouveau cortex cérébral standard a une structure à six couches. L'extérieur est la couche moléculaire, puis la granuleuse extérieure et la pyramide extérieure, la granule intérieure, la pyramide intérieure et polymorphe. Les neurones de chaque couche semblent très caractéristiques et sont engagés dans une fonction spécifique. Les signaux du thalamus vers le cortex cérébral sont principalement perçus par la quatrième couche. Si nous parlons de l'entrée d'informations dans le tractus cortico-spinal, ce tract est formé par les axones de la cinquième couche.

En termes de fonctions, différentes parties du cortex cérébral font des choses très spécifiques et très distinctes. Le lobe occipital du cortex cérébral est notre centre visuel. Les signaux visuels, après avoir traversé le thalamus, atteignent le lobe occipital du cortex cérébral. Dans le lobe occipital, il y a des cellules nerveuses qui commencent à analyser les images visuelles, à reconnaître les lignes, les formes géométriques, les visages des gens, les lettres, les hiéroglyphes - différents signaux que le système visuel nous fournit.

Le lobe temporal est la zone auditive. Voici les informations de la cochlée, qui a traversé la moelle oblongue et le pont, à travers le thalamus. Il y a des cellules nerveuses qui reconnaissent les touches individuelles ou les sons de la nature, qui éclaboussent de l'eau ou qui grincent des portes. Reconnaître le rire et le cri d'une personne, notre discours et notre musique.

Ensuite - le lobe pariétal. Dans sa partie avant, il y a une zone de sensibilité corporelle. Voici les neurones qui traitent de la douleur, de la sensibilité cutanée et musculaire. Ici, à la fin, viennent des informations qui sont montées de la moelle épinière le long des colonnes dorsales, le long des faisceaux tendres et en forme de coin à travers le thalamus. Elle atteint cette zone, et voici ce qu'on appelle la carte de notre corps. Les différentes zones de notre corps ici ne sont pas mélangées, mais forment, pour ainsi dire, un reflet de notre surface. La zone des jambes est au-dessus de tout, puis la zone du corps est située, puis la zone des bras et même abaisser la zone de la tête. De plus, la zone de la tête n'est pas à l'envers, c'est-à-dire d'abord le front, puis la mâchoire supérieure, la mâchoire inférieure et la langue inférieure. La zone de la langue plonge dans la rainure latérale et est en contact avec le lobe de l'îlot. Et ce n'est pas seulement le cas, car dans le lobe de l'îlot, nos centres de goût sont situés. En conséquence, par exemple, la sensibilité de la langue et de la peau, le toucher, la température et le goût appropriés sont collectés à l'intérieur de la rainure latérale en une seule image gustative.

L'arrière du lobe frontal est engagé dans les mouvements. C'est ce que l'on appelle le cortex prémoteur et moteur, où des mouvements arbitraires sont générés, qui sont définis comme de nouveaux mouvements dans de nouvelles conditions. C'est à partir de cette zone que les signaux pénètrent dans le cervelet et les noyaux gris centraux afin de mémoriser de nouveaux programmes moteurs.

Sur la surface latérale, nous voyons deux autres zones énormes. Il s'agit de la partie postérieure du lobe pariétal et de la partie antérieure du lobe frontal - nos centres mentaux supérieurs. Le cortex pariétal associatif est principalement associé à notre réflexion et à notre travail avec les mots. Et le lobe frontal associatif ou cortex préfrontal est au centre de la volonté, de l'initiative, de la prise de décision. C'est là que les programmes comportementaux sont sélectionnés et exécutés..

Si des dommages surviennent dans diverses parties du cortex, comme les accidents vasculaires cérébraux et les micro-coups, les fonctions cérébrales correspondantes sont altérées et le système visuel, le système auditif, le système moteur ou les centres de réflexion peuvent être affectés..

Le cerveau est à peu près compliqué. La structure et la fonction.

Nous présentons à votre attention une série d'articles «Le cerveau est simplement complexe» - de la structure et des mythes populaires au mécanisme de la dépression et à la connexion du cerveau et du comportement.

Dans sa structure, le cerveau humain est similaire au cerveau d'autres mammifères, mais il est beaucoup plus grand par rapport à la taille du corps que le cerveau de tout autre animal. En moyenne, son poids est d'un kilogramme et demi, soit environ 2% du poids du corps humain.

Le cerveau est le centre de commande du système nerveux central. Il reçoit des signaux des sens du corps et transmet des informations aux muscles. Le cerveau est composé de plus de 100 milliards de neurones qui interagissent via les synapses. Les synapses sont utilisées pour transmettre une impulsion nerveuse entre deux cellules, et leur nombre est en milliers de milliards. Cette interconnexion complexe de cellules donne naissance à nos pensées et à tous les aspects de l'existence..

Avant de lire un article

Glossaire court:


  • Neuron: une cellule électriquement excitable conçue pour recevoir des informations de l'extérieur, traiter, stocker, transmettre et produire des informations à l'aide de signaux électriques et chimiques.
  • Synapse: lieu de contact entre deux neurones; sert à transmettre une impulsion nerveuse entre deux cellules.
  • Matière grise: le principal composant du système nerveux central des vertébrés et des humains. La matière grise se trouve dans différentes parties du cerveau et se compose de différents types de cellules comme les neurones.
  • Matière blanche: partie de la moelle épinière et du cerveau formée par les fibres nerveuses.
  • Le noyau basal - accumulations de matière grise dans l'épaisseur de la matière blanche des hémisphères cérébraux des vertébrés, est impliqué dans la coordination de l'activité motrice et la formation de réactions émotionnelles.
  • Tube neural: le primordium du système nerveux central dans les chordés.

Pourquoi nous sommes spéciaux?

Des millions d'années d'évolution ont conduit à l'émergence d'un organisme unique. C'est l'intelligence qui rend l'homme humain. Aujourd'hui, nous avons peuplé presque tous les coins du globe, construit des villes, des fusées et même été sur la lune. Aucune autre créature vivante sur la planète n'est capable de quelque chose comme ça..

Tout tourne autour du cerveau

L'écart entre les capacités intellectuelles des humains et nos plus proches parents de chimpanzés est énorme. Mais l'évolution l'a surmonté en un laps de temps assez court - six ou sept millions d'années. Les scientifiques pensent que la raison de la présence de l'intelligence chez une personne réside dans les neurones et les convolutions. Les gens ont plus de neurones dans le cerveau que les autres animaux. Et nous avons également le plus grand lobe frontal du règne animal..

La taille du cerveau n'indique pas toujours des capacités intellectuelles élevées. Par exemple, le cerveau du cachalot est plus de cinq fois plus lourd qu’un humain, mais presque personne n’ose dire que les cachalots sont plus intelligents que l’homme. Cependant, il existe encore des avantages pour un gros cerveau - un gros cerveau augmente la quantité de mémoire. Les abeilles ne peuvent se souvenir que de quelques signaux indiquant la présence de nourriture, contrairement aux pigeons, qui reconnaissent plus de 1 800 images. Mais ce n'est pas comparable aux capacités humaines.

De plus, selon les données animales, la relation entre la taille du cerveau et la taille du corps peut être un indicateur plus précis de l'esprit. Mais avec nous, tout est différent. Selon le neurologue et président de l'Allen Institute for Brain Science, le cerveau des génies pourrait être plus grand ou plus petit que la moyenne. Par exemple, le cerveau d'Ivan Turgenev pesait un peu plus de deux kilogrammes, et le cerveau de l'écrivain Anatole France atteignait à peine un kilogramme.

Il y a autre chose. Quelle que soit la façon dont chacun de nous a évolué la journée, nous pouvons vous en parler en détail. Contrairement aux chimpanzés, les cachalots, les abeilles et les pigeons. Aucune autre chose vivante ne peut communiquer aussi librement. En combinant sans cesse des mots, nous nous parlons de nos sentiments, partageons nos expériences, expliquons les lois de la physique et inventons de nouveaux termes.

Nos conversations ne se limitent pas à aujourd'hui. Nous réfléchissons sur le passé et l'avenir, revivons les événements passés, en nous appuyant sur les sensations des différents sens. C'est grâce au cerveau que nous pouvons prédire l'avenir et planifier de nouvelles actions.

Et ce qu'il y a dedans?

Avant la naissance, le cerveau humain n'est formé qu'à 25%. Le reste du cerveau se développe à un rythme élevé après la naissance. Au fur et à mesure que le cerveau se développe et se développe, des réseaux de neurones se forment - des contacts entre les neurones: les nécessaires sont amplifiés et les inutiles sont supprimés. Ce processus dure toute une vie et offre une opportunité même aux personnes âgées de se souvenir et d'apprendre de nouveaux mots. Mais la principale formation de réseaux de neurones se produit au cours des 10 premières années de vie.

Nous commençons à étudier le cerveau à partir de la période de développement embryonnaire, qui forme sa structure. C'est à cette époque que la partie antérieure du primordium du système nerveux central ou tube neural forme trois parties qui donnent naissance au cerveau et à ses structures associées:

Cerveau antérieur - se compose de deux sections: le diencéphale et les hémisphères cérébraux.

Le mésencéphale fait partie du tronc cérébral. Responsable de nombreuses fonctions physiologiques importantes..

Cerveau postérieur - l'arrière du cerveau est donc divisé en cerveau postérieur et médullaire oblongée.

Le cerveau formé d'un homme adulte contrôle les fonctions internes du corps, combine les impulsions sensorielles et les informations, forme la perception, les pensées et les souvenirs. Nous sommes conscients de nous-mêmes, nous pensons, parlons, bougeons et changeons le monde qui nous entoure, non seulement grâce à la formation constante de réseaux de neurones, mais aussi à des zones spécifiques du cerveau.

Cortex

Le cortex cérébral compte plus de 15 milliards de cellules nerveuses et de fibres. Le cortex est la structure du cerveau, une couche de matière grise de 1,3 à 4,5 mm d'épaisseur, située à la périphérie des hémisphères et les recouvrant. Du fait que l'écorce n'est pas lisse, on peut dire qu'elle est «froissée» en circonvolutions et divisée par des sillons.

Le cerveau forme une superstructure de quatre lobes: frontal, pariétal, temporal et occipital.

• Les lobes frontaux sont responsables de la résolution des problèmes, du jugement et de la fonction motrice.
• Les lobes pariétaux sont responsables de la sensation, de la capacité d'écrire à la main et de la position du corps.
• Lobes temporaux associés à la mémoire et à l'ouïe.
• Les lobes occipitaux sont responsables du système de traitement visuel de l'information.

Le cortex cérébral nous donne un contrôle conscient sur les actions.

Le cortex est la partie la plus externe du cerveau et sa dernière partie. La plupart des informations sensorielles convergent ici et sont traitées ici. C'est à partir du cortex que l'ordre de se déplacer vient aux muscles, ici la pensée mathématique et spatiale a lieu et la parole se forme et se lance. Entre autres choses, le cortex garde des souvenirs et il est également responsable de nos actions décisives. En d'autres termes, la pensée humaine et tous les mouvements conscients prennent naissance ici..

Tronc cérébral

Le tronc cérébral est une formation étendue qui continue la moelle épinière. Quatre structures pénètrent dans le tronc: le pont varolien, la moelle oblongue, le mésencéphale et le diencéphale. Toutes les structures sont interconnectées..

Le tronc cérébral transmet les signaux de la moelle épinière et contrôle les fonctions de base du corps.

Structure cérébrale

Structure cérébrale

Plan général du bâtiment. Trois grands départements se distinguent dans le cerveau - le tronc, le département sous-cortical et le cortex cérébral. La partie de la tige du cerveau comprend la moelle oblongue, le pont, le cervelet, les jambes du cerveau et le quadripôle (Fig.111).

Tout sur le cerveau

La division sous-corticale est constituée des structures du diencéphale et des noyaux sous-corticaux des hémisphères. La partie la plus jeune et la plus progressive du cerveau est le cortex cérébral. Les racines de 12 paires de nerfs crâniens sortent de la base du cerveau.

Medulla oblongata et pont (cerveau postérieur)

La moelle oblongue et le pont forment le cerveau postérieur. La moelle oblongue est une continuation directe de la moelle épinière. La longueur de la moelle oblongue est d'environ 28 mm. Sa largeur augmente progressivement vers l'avant et à son point le plus large, elle est de 24 mm. Le canal central de la moelle épinière continue directement dans le canal de la moelle oblongue, s'y dilatant considérablement et se transformant en quatrième ventricule. Dans la moelle oblongue, il y a des accumulations distinctes de matière grise sous la forme de noyaux des nerfs crâniens. La matière blanche de la moelle oblongue est formée par des fibres des voies. Devant la moelle oblongue sous la forme d'un arbre transversal, il y a un pont.

Cerveau

A - la moitié droite du cerveau (vue de l'intérieur); B - la surface inférieure du cerveau; 1 - la partie supérieure de la moelle épinière; 2 - la moelle oblongue; 3 - pont; 4 - cervelet; 5 - mésencéphale; 6 - quadruple; 7 - le diencéphale; 8 - cortex cérébral; 9 - corps calleux reliant l'hémisphère droit à la gauche; 10 - l'intersection des nerfs optiques; 11 - bulbes olfactifs.

Les racines de la paire XII de nerfs crâniens - le nerf hyoïde, la paire XI (nerf accessoire), la paire X (nerf vague), la paire IX (nerf lingual-pharyngien) s'écartent de la moelle oblongue.

Entre la moelle oblongue et le pont, il y a des racines des paires VII et VIII de nerfs crâniens (facial et auditif). Les racines des paires VI et V sortent du pont (sortie et trijumeau).

Les voies de nombreux réflexes moteurs complexes et coordonnés sont fermées dans le cerveau postérieur. Des centres vitaux pour réguler la respiration, l'activité cardiovasculaire, les organes digestifs et le métabolisme se trouvent ici..

Les noyaux de la moelle épinière participent à la mise en œuvre de tels actes réflexes comme la séparation des sucs digestifs, la mastication, la succion, la déglutition, les vomissements, les éternuements, la toux, les clignements. Les impulsions centripètes provoquant les réflexes correspondants arrivent le long des nerfs crâniens.

Cervelet

Le cervelet est situé derrière la moelle oblongue et le pont (Fig. 111). Il a deux hémisphères reliés par un ver. La matière grise du cervelet se trouve superficiellement, formant son cortex. L'épaisseur de cette couche est de 1 à 2,5 mm. La surface du cervelet est tachetée de nombreuses rainures. La substance blanche se trouve dans le cervelet sous le cortex. À l'intérieur de la matière blanche, il y a quatre noyaux de matière grise: le noyau denté, sphérique, en forme de liège et en forme de tente. Les fibres de substance blanche communiquent entre les différentes parties du cervelet lui-même et, en formant les jambes inférieures, moyennes et supérieures du cervelet, lient ces dernières à d'autres parties du cerveau. Le cervelet est relié par des fibres centripètes et centrifuges à toutes les parties du système nerveux central. Les impulsions de tous les récepteurs qui irritent pendant les mouvements du corps arrivent au cervelet. Les connexions bilatérales du cervelet et du cortex cérébral lui permettent d'influencer les mouvements volontaires.

Le cervelet est impliqué dans la coordination des actes moteurs complexes du corps, y compris les mouvements volontaires. Les hémisphères cérébraux à travers le cervelet régulent le tonus des muscles squelettiques et coordonnent leurs contractions. Chez une personne avec une violation ou une perte des fonctions cérébelleuses, la régulation du tonus musculaire est perturbée: les mouvements des jambes et des bras sont vifs, non coordonnés, la marche est fragile, ressemblant à la marche d'un ivrogne.

Midbrain

Le mésencéphale est composé des jambes du gros cerveau et du quadruple. La cavité du mésencéphale est représentée par un canal étroit - l'aqueduc du cerveau, qui communique d'en bas avec le quatrième ventricule, et en haut avec le troisième. Dans la paroi de l'aqueduc cérébral se trouvent les noyaux des paires III et IV de nerfs crâniens - oculomoteur et bloc. Toutes les voies ascendantes vers le cortex cérébral et le cervelet et celles descendantes transportant des impulsions vers la moelle oblongue et la moelle épinière traversent le mésencéphale..

Dans le mésencéphale, il y a des accumulations de matière grise sous la forme de noyaux du quadruple, de noyaux oculomoteurs et de nerfs bloqués, du noyau rouge et de la substance noire. Les tubercules antérieurs du quadruple sont les principaux centres visuels et les buttes postérieures sont les principaux centres auditifs. Avec leur participation, des réflexes indicatifs à la lumière et au son sont réalisés: mouvement des yeux, rotation de la tête, vigilance des oreilles chez les animaux. La substance noire est associée à la coordination d'actes complexes d'avaler et de mâcher. Le noyau rouge est directement lié à la régulation du tonus musculaire.

Formation réticulaire

Tout au long du tronc cérébral, de l'extrémité supérieure de la moelle épinière aux tubercules optiques et à l'hypothalamus, inclusivement, il y a une formation constituée de grappes de neurones de différents types et formes, qui sont densément entrelacés avec des fibres dans des directions différentes. Sous un microscope, il ressemble à un réseau d'apparence, c'est pourquoi toute la formation est appelée maille ou formation réticulaire. À ce jour, 48 noyaux et groupes cellulaires individuels ont été décrits dans la formation réticulaire du tronc cérébral humain..

Lors de la destruction ou de l'irritation à l'aide de microélectrodes de diverses parties de la formation réticulaire et de la coupe des voies nerveuses qui en découlent, il a été possible de montrer que la formation réticulaire le long des voies réticulo-spinales descendantes est capable d'exercer un effet facilitant ou inhibiteur sur les réactions motrices de la moelle épinière. L'effet activateur ou inhibiteur dépend de l'intensité et de la durée de l'irritation. Pour la première fois, I.M.Sechenov lors d'une irritation des tubercules visuels de la grenouille (1862), puis Magun (1946, 1950) ont montré que la stimulation des sections de la formation réticulaire du tronc cérébral inhibe de nombreux réflexes vertébraux. L'effet activateur de la formation réticulaire se manifeste par le renforcement des réflexes extenseurs de la colonne vertébrale et des contractions des muscles squelettiques.

Parallèlement aux influences descendantes, la formation réticulaire le long des voies ascendantes exerce un effet activateur sur le cortex cérébral, y maintenant un état d'éveil. De nombreuses études ont montré que les axones des neurones réticulaires du tronc cérébral atteignent le cortex cérébral, certaines de ces fibres se brisant dans le thalamus en route vers le cortex, tandis que d'autres vont directement au cortex, formant un système d'activation réticulaire ascendant. À son tour, la formation réticulaire du tronc cérébral reçoit des fibres provenant du cortex cérébral, et les impulsions qui en proviennent régulent l'activité de la formation réticulaire.

Si l'animal est au repos ou endormi, alors avec une irritation électrique de la formation réticulaire, une réaction d'activation se produit, l'animal se réveille. Dans ce cas, des rythmes fréquents avec une prédominance de rythme β (fréquence supérieure à 13 Hz) sont enregistrés sur l'électroencéphalogramme. Si les voies réticulaires ascendantes sont détruites, alors l'animal actif ou au repos a une diminution de l'activité électrique, l'animal tombe dans un sommeil profond. Dans l'électroencéphalogramme d'un tel animal, des ondes delta apparaissent (fréquence inférieure à 4 Hz),

La formation réticulaire est très sensible aux substances physiologiquement actives telles que l'adrénaline et l'acétylcholine..

Les voies centrifuges ascendantes centripètes et descendantes traversent la formation réticulaire. Ici, ils interagissent, coordonnent diverses fonctions corporelles et régulent l'excitabilité de toutes les parties du système nerveux central.

Cerveau

Des deux parties du cerveau antérieur - l'intermédiaire et la finale - le cortex et les nœuds sous-corticaux appartiennent au cerveau final, et les tubercules visuels et la région sous-tuberculeuse appartiennent à l'intermédiaire. Le diencéphale borde le mésencéphale et les hémisphères cérébraux au-dessus et sur les côtés recouvrent toutes les autres parties du cerveau.

Diencephalon

Le diencéphale humain se compose de quatre parties entourant la cavité du troisième ventricule: l'épithalamus, le thalamus dorsal, le thalamus ventral et l'hypothalamus

La partie principale du diencéphale est le thalamus (tubercule optique) (thalamus). Il s'agit d'une formation appariée de matière grise, grande, ovoïde. Ton de matière grise Thalamus-

Par ces couches blanches, les régions antérieure, médiale et latérale sont divisées en trois régions. Chaque zone est un groupe de noyaux. L'étude des fonctions des noyaux thalamiques, notamment leur effet sur l'activité des cellules corticales des hémisphères cérébraux, a conduit à proposer de les diviser en deux groupes: noyaux spécifiques et non spécifiques (ou diffus).

Des noyaux spécifiques du thalamus atteignent les cellules du cortex avec leurs fibres et forment des synapses sur un nombre limité de cellules corticales. Lorsque des noyaux spécifiques sont stimulés par des chocs électriques uniques dans les zones limitées correspondantes du cortex, une réaction sous la forme d'une réponse primaire se produit rapidement (période de latence 1-6 ms).

Les noyaux thalamiques non spécifiques n'ont pas de projection directe dans le cortex, leurs fibres atteignent le plus souvent les noyaux sous-corticaux, d'où les impulsions arrivent simultanément dans différentes parties du cortex cérébral. Avec une irritation des noyaux non spécifiques, la réponse se produit après 10 à 50 ms depuis presque toute la surface du cortex, de manière diffuse; il n'est associé à aucune zone spécifique du cortex. Les potentiels enregistrés dans ce cas dans les cellules du cortex ont une grande période de latence et ressemblent à des volontés progressivement croissantes et décroissantes. Il s'agit d'une réaction d'implication..

Les impulsions centripètes de tous les récepteurs du corps (à l'exception de celles provenant des récepteurs olfactifs), avant d'atteindre le cortex cérébral, pénètrent dans les noyaux du thalamus. Il reçoit des signaux visuels, auditifs, des impulsions des récepteurs de la peau, du visage, du tronc, des membres et des propriétaires-récepteurs, des papilles gustatives, des récepteurs des organes internes (viscéro-récepteurs). Les impulsions du cervelet, qui vont ensuite à la zone motrice du cortex cérébral, viennent également ici...

Les informations reçues dans le thalamus sont traitées, reçoivent la coloration émotionnelle correspondante et sont envoyées aux hémisphères cérébraux. Un de ses chercheurs exceptionnels, Walker, a défini la fonction du thalamus comme suit: «Le thalamus est un médiateur dans lequel toutes les irritations du monde extérieur convergent et, étant modifiées ici, sont envoyées aux centres sous-corticaux et corticaux de manière à ce que le corps puisse s'adapter adéquatement à un environnement en constante évolution. ".

En ce qui concerne le rôle des noyaux thalamiques non spécifiques, il a été possible de montrer que ce système activait rapidement et brièvement (par rapport à la formation réticulaire du tronc cérébral) les cellules corticales, augmentait leur excitabilité, ce qui facilitait l'activité des neurones corticaux lorsque des impulsions de noyaux thalamiques spécifiques leur arrivaient. Lorsque les tubercules visuels sont affectés, la manifestation des émotions est souvent perturbée, le caractère des sensations change. De plus, souvent même de légères touches sur la peau, le son ou la lumière provoquent une douleur intense chez les patients, ou, au contraire, même une irritation douloureuse sévère n'est pas ressentie par le patient. Cela a conduit de nombreux auteurs à considérer le thalamus comme le centre le plus élevé de sensibilité à la douleur. Cependant, il existe une quantité importante de données expérimentales et cliniques montrant l'importance du cortex cérébral dans la formation de la douleur.

L'hypothalamus jouxte la butte visuelle par le bas, en étant séparé par un sillon correspondant. Son bord avant est l'intersection des nerfs optiques (Fig. 111). L'hypothalamus se compose de 32 paires de noyaux, qui sont combinés en trois groupes: antérieur, moyen et postérieur. En utilisant des fibres nerveuses, l'hypothalamus a des connexions étendues avec la formation réticulaire du tronc cérébral, étant son extrémité diencéphalique, avec l'hypophyse et également avec le thalamus. L'hypothalamus est le principal centre sous-cortical pour la régulation des fonctions végétatives du corps. L'influence de l'hypothalamus est réalisée à la fois par le système nerveux et par les glandes endocrines.

Dans les cellules des noyaux du groupe antérieur de l'hypothalamus, une neurosécrétion est produite, qui est transportée le long de la voie hypothalamo-hypophyse vers la neurohypophyse. L'abondance de sang et les connexions vasculaires de l'hypothalamus et de l'hypophyse y contribuent. L'hypothalamus et l'hypophyse sont souvent combinés dans le système hypothalamo-hypophyse.

La connexion directe de l'hypothalamus et des glandes surrénales est décrite: l'excitation de l'hypothalamus provoque la sécrétion d'adrénaline et de norépinéphrine. Ainsi, l'hypothalamus régule l'activité des glandes endocrines..

L'hypothalamus est impliqué dans la régulation des systèmes cardiovasculaire et digestif. Avec l'irritation du groupe antérieur de noyaux hypothalamiques, la motilité de l'estomac et de la vessie augmente, la sécrétion des glandes gastriques augmente et le rythme des contractions cardiaques ralentit. Cela a donné des raisons de croire qu'à l'avant de l'hypothalamus, il existe des noyaux qui régulent la fonction de la partie parasympathique du système nerveux autonome. L'irritation de la partie postérieure de l'hypothalamus supprime l'activité du tractus gastro-intestinal, accélère le rythme des contractions cardiaques, augmente la pression artérielle, augmente le niveau d'adrénaline et de noradrénaline dans le sang. Il y a un effet des noyaux postérieurs de l'hypothalamus sur la fonction de la partie sympathique du système nerveux autonome.

L'hypothalamus est impliqué dans la régulation de la température corporelle. Le rôle de l'hypothalamus dans la régulation du métabolisme de l'eau, le métabolisme des glucides est montré. Si l'hypothalamus est endommagé, une obésité excessive se produit en raison d'une consommation excessive de graisses et de l'apparition de ce que l'on appelle la «faim de loup» (boulimie), la défaite d'autres noyaux provoque une perte de poids catastrophique avec un appétit fortement réduit.

L'hypothalamus affecte la fonction sexuelle. Des cas cliniques de puberté précoce avec irritation excessive d'une tumeur de l'hypothalamus sont connus. Chez les patients présentant une altération de la fonction de la sous-montagne, le cycle menstruel est très souvent perturbé, une faiblesse sexuelle est observée, etc..

Les noyaux de l'hypothalamus sont impliqués dans de nombreuses réactions comportementales complexes (sexuelles, nutritionnelles, agressives-défensives). L'hypothalamus est impliqué dans la régulation du sommeil et de l'éveil. Les dommages à l'hypothalamus chez les animaux ont provoqué le sommeil. Après une atteinte de l'hypothalamus, une activité rapide dans l'électroencéphalogramme, caractéristique de l'état de veille, a été remplacée par une activité lente, caractéristique du sommeil.

À l'intérieur des grands hémisphères entre les lobes frontaux et le diencéphale, il y a des accumulations de matière grise. Ce sont les ganglions basaux ou sous-corticaux, qui comprennent trois formations appariées: le noyau caudé, la coquille, la boule pâle (Fig. 112).

Le noyau et la coquille caudés ont une structure cellulaire similaire et un développement embryonnaire. Ils sont souvent combinés en une seule structure - le striatum. Phylogénétiquement, cette nouvelle formation apparaît d'abord chez les reptiles. La boule pâle est une formation plus ancienne; on la trouve déjà dans les poissons osseux..

Les noyaux gris centraux sont reliés par des voies centripètes au cortex cérébral, au cervelet, au thalamus.

Figure. 112. Coupe horizontale à travers l'hémisphère au niveau des noyaux lenticulaires:

1 - corps calleux; 2 - arc; 3 - corne antérieure du ventricule latéral; 4 - la tête du noyau caudé; 5 - capsule intérieure; 6 - coquille; 7 - une boule pâle; 8 - capsule externe; 9 - clôture; 10 - tubercule visuel; 11 - glande pinéale; 12 - queue du noyau caudé; 18 - le plexus vasculaire du ventricule latéral; 14 - corne postérieure du ventricule latéral; 15 - ver cérébelleux; 16 - quadruple; 17 - commissure arrière; 18 - la cavité du troisième ventricule; 19 - fosse de la rainure latérale; 20 - îlot; 21 - commissure avant.

Les hémisphères cérébraux. Les hémisphères du cerveau se composent de ganglions sous-corticaux et d'une cape cérébrale qui entourent la cavité - les ventricules latéraux. Chez un adulte, la masse des hémisphères cérébraux représente 80% de la masse du cerveau. Les hémisphères droit et gauche sont séparés par une profonde rainure longitudinale. Au fond de ce sillon se trouve le corps calleux. Le corps calleux est composé de fibres nerveuses. Ils relient les hémisphères gauche et droit.

Figure. 113. Sillons et circonvolutions de la surface externe des hémisphères cérébraux:

1, 2, 4 - le gyrus frontal inférieur; 3 - rainure frontale inférieure; 5 - gyrus frontal moyen: 6 - rainure frontale supérieure; 7 - gyrus frontal supérieur; 8 - sulcus précentral; 9 - gyrus central avant; 19 - gyrus central postérieur; 11 - sillon central (Roland); 12 - sillon post-central; 13 - lobule pariétal supérieur; 14 - lobule pariétal inférieur; 15 - sillon inter-sombre; 16 - gyrus angulaire; 17 - gyrus temporal inférieur; 18 - gyrus temporal moyen; 19 - gyrus temporal supérieur; 20 - un sillon temporal moyen; 21 - sulcus temporal supérieur; 22 - sillon latéral (sylvien).

Le manteau d'une personne est représenté par le cortex cérébral. C'est la matière grise des hémisphères cérébraux. Il est formé par des cellules nerveuses avec des processus sortants et des cellules de neuroglie.

Le cortex cérébral est la plus haute formation phylogénétiquement la plus jeune du système nerveux central.

L'écorce recouvre toute la surface des hémisphères cérébraux avec une épaisseur de couche de 1,5 à 3 mm. La surface totale des hémisphères cérébraux d'un adulte est de 1700-2000 cm 2. Dans le cortex, il y a de 12 à 18 milliards de cellules nerveuses. La vaste surface du cortex cérébral est obtenue en raison des nombreux sillons qui divisent la surface du cou de l'hémisphère en gyrus et lobes convexes (Fig.113).

Trois sillons principaux - central, latéral et pariétal-occipital - divisent chaque hémisphère en quatre lobes: frontal, pariétal, occipital et temporal.

Le lobe frontal est situé en avant du sillon central. Le lobe pariétal est délimité en avant par la rainure centrale, derrière la pariéto-occipitale et en dessous, la rainure latérale. Derrière le sillon pariéto-occipital se trouve le lobe occipital. Le lobe temporal est délimité au sommet par une profonde rainure latérale. Il n'y a pas de frontière nette entre les lobes temporaux et occipitaux.

Le cinquième lobe des hémisphères - l'îlot - se trouve profondément dans la rainure latérale. Il est couvert par les lobes frontaux, pariétaux et temporaux. Une île peut être envisagée si le lobe temporal est légèrement repoussé.

Chaque lobe du cerveau, à son tour, est divisé par des sillons en une série de circonvolutions..

Architectonique du cortex

L'architectonique est un clan général de la structure de la croûte, en particulier sa structure microscopique. Les cellules nerveuses et les fibres qui forment le cortex sont situées en sept couches (Fig. 114). Différents champs fonctionnels de la voiture cérébrale ont un nombre différent de couches cellulaires. Dans différentes couches du cortex cérébral, les cellules nerveuses diffèrent par leur forme, leur taille et leur nature.

La couche I est moléculaire. Il y a peu de cellules nerveuses dans cette couche, elles sont très petites. La couche est formée principalement de plexus de fibres nerveuses..

Couches II - externes, granulaires. Le C reste des petites cellules nerveuses, semblables aux grains, et des cellules sous la forme de très petites pyramides. La couche est pauvre en fibres de myéline..

Couche III - pyramidale. Il est formé de cellules pyramidales moyennes et grandes. Il est plus épais que les deux premières couches.

Avec l environ th IV - interne, granulaire. Il consiste, comme la fonction des noyaux gris centraux, est mal étudiée, en raison de la difficulté des approches anatomiques à eux, ainsi que du fait qu'ils remplissent des fonctions différentes dans différents types d'animaux. Avec les lésions du striatum, une personne a des mouvements continus des membres et de la chorée - forts, sans ordre ni séquence de mouvement, capturant presque toute la musculature. Les noyaux sous-corticaux sont également associés aux fonctions autonomes du corps. Avec leur participation, les réflexes alimentaires, sexuels et autres les plus complexes sont réalisés..

Figure. 114, Structure cellulaire (à gauche) et fibreuse (à droite) du cortex cérébral dans la section transversale (schéma):

I - étages supérieurs et II - inférieurs. Couches: 1 - moléculaire; 2 - granulaire détectable; 3- pyramidal; 4 - granulaire interne; 5 - ganglionnaire; 6 - différentes cellules pyramidales et fusiformes; 7 - Cellules fusiformes

Couche II, de petites cellules granulaires de formes diverses. Cette couche dans certaines zones du cortex peut être absente. Ce n'est pas, par exemple, dans la région motrice du cortex.

Avec l environ V - ganglionnaire. Se compose de grandes cellules pyramidales. Dans la région motrice du cortex, les cellules pyramidales atteignent leur plus grande ampleur. Le processus épais des cellules pyramidales - la dendrite - se ramifie plusieurs fois dans les couches superficielles du cortex. L'axone des grandes cellules pyramidales pénètre dans la substance blanche et va aux noyaux sous-corticaux ou à la moelle épinière.

Avec l environ VI - polymorphe. Ici, les cellules sont triangulaires et en forme de fuseau. Cette couche est adjacente à la matière blanche du cerveau. La couche de cellules polymorphes se caractérise par une variabilité dans la distribution et la densité des cellules et des fibres.

Dans certaines zones du cortex, la couche VII de neurones en forme de fuseau est également distinguée. Il est beaucoup plus pauvre en cellules et plus riche en fibres..

Entre les cellules nerveuses de toutes les couches du cortex au cours de leur activité, des connexions permanentes et temporaires apparaissent. Les neurones étoilés des couches cellulaires III et IV sont sensoriels. Ils conduisent des impulsions centripètes à la fois de l'environnement extérieur (des extorécepteurs) et de tous les organes internes (des interorécepteurs) le long des voies centripètes amenant qui traversent les tubercules optiques.

Les grandes cellules pyramidales de la couche V de la zone motrice (motrice) du cortex sont motrices ou effectrices. Les impulsions du cortex vers les noyaux sous-corticaux, le tronc cérébral et la moelle épinière les accompagnent. Certaines cellules en forme de fuseau de la couche VI remplissent également une fonction effectrice..

Les petites et moyennes cellules pyramidales et fusiformes sont des neurones de contact ou intermédiaires. Ils communiquent entre différents neurones de la même zone ou de zones différentes du cortex. Sur cette base, la croûte est parfois divisée en étages supérieurs et inférieurs.

L'étage inférieur est représenté par des couches V-VII. Il a une fonction de projection, depuis les fibres descendantes jusqu'aux noyaux du cerveau et de la moelle épinière. L'étage supérieur est formé de cellules de couches I-IV. Ses cellules se propagent le long des impulsions du cortex arrivant le long des fibres ascendantes des structures sous-corticales. L'étage supérieur chez l'homme est mieux exprimé que chez l'animal. Il se développe plus tard que le fond.

Selon les particularités de la composition et de la structure des cellules, le cortex cérébral est divisé en plusieurs sections. Ils sont appelés champs corticaux. La division la plus acceptée du cortex en 52 champs cellulaires.

Matière blanche des hémisphères cérébraux

La substance blanche des hémisphères cérébraux est située sous le cortex, au-dessus du corps calleux. Dans le cadre de la substance blanche, on distingue les fibres d'association, de commissure et de projection.

Les fibres d'association relient des sections distinctes du même hémisphère. De courtes fibres associatives lient des convolutions distinctes et des champs proches. Fibres longues - méandres de divers lobes dans un hémisphère.

Les fibres commissurales relient les parties symétriques des deux hémisphères. La plupart d'entre eux traversent le corps calleux..

Les fibres de projection s'étendent au-delà des hémisphères. Ils font partie des voies descendantes et ascendantes, le long desquelles il y a une connexion bilatérale du cortex avec les parties sous-jacentes du système nerveux central.

L'importance des hémisphères cérébraux

Pendant longtemps, la signification des hémisphères cérébraux a été étudiée dans des expériences avec leur extirpation, c'est-à-dire par l'ablation opératoire des hémisphères cérébraux ou de leur cortex. Ces expériences ont montré que plus l'animal est organisé, plus il est difficile de supporter cette opération. Les oiseaux peuvent voler après avoir retiré les hémisphères cérébraux. Ils réagissent à la lumière et au son, bien qu'ils deviennent incapables de trouver de la nourriture et de manger indépendamment..

Les mammifères sont beaucoup plus difficiles à tolérer cette opération. Un chien avec un cortex cérébral enlevé se déplace, mais sa précision est altérée. Un chien sans sac n'est pas en mesure de contourner l'obstacle, ne reconnaît pas le propriétaire, ne répond pas au surnom. Elle est capable de mourir de faim, étant proche de la nourriture. Un tel chien est nourri en mettant de la nourriture dans sa bouche et en versant de l'eau.

Les singes souffrent difficilement d'une telle opération et meurent rapidement. Toutes les réactions acquises individuellement en disparaissent, les mouvements arbitraires sont absents. La plupart du temps, les singes avec le cortex cérébral enlevé sont dans un état de sommeil..

Chez l'homme, les naissances d'enfants privés du cortex cérébral sont connues. Ce sont des anencéphales. Ils ne vivent généralement que quelques jours. Mais le cas de l'anencéphale est connu depuis 3 ans 9 mois. Après sa mort à l'autopsie, il s'est avéré que les hémisphères cérébraux étaient complètement absents, deux bulles ont été retrouvées à leur place. Au cours de la première année de vie, cet enfant dormait presque tout le temps. Il n'a pas réagi au son et à la lumière. Après avoir vécu près de 4 ans, il n'a pas appris à parler, à marcher, à reconnaître sa mère, bien que des réactions innées (certaines) soient apparues en lui. Il a sucé quand un mamelon maternel ou un mamelon a été inséré dans sa bouche, avalé, etc..

Les observations d'animaux avec des hémisphères cérébraux éloignés et des anencéphales montrent que dans le processus de phylogenèse, l'importance des parties supérieures du système nerveux central dans la vie de l'organisme augmente fortement. Corticolisation des fonctions, soumission de réactions corporelles complexes au cortex cérébral. Tout ce que le corps acquiert au cours d'une vie individuelle est associé à la fonction des hémisphères cérébraux. Une activité nerveuse plus élevée est associée à la fonction du cortex cérébral. L'interaction du corps avec l'environnement, son comportement dans le monde matériel environnant sont associés aux hémisphères cérébraux. Ensemble avec les centres sous-corticaux les plus proches, le tronc cérébral et la moelle épinière, les hémisphères cérébraux unissent les différentes parties du corps en un seul ensemble, effectuent la régulation nerveuse des fonctions de tous les organes.

La fonction des différentes sections du cortex n'est pas la même, bien que le cortex cérébral fonctionne dans son ensemble. Les impulsions centripètes pénètrent tous les récepteurs du corps dans le cortex cérébral. Chaque appareil récepteur périphérique correspond à une région du cortex, que I. P. Pavlov a appelé le noyau cortical de l'analyseur. Les zones du cortex où se trouvent les noyaux corticaux des analyseurs sont appelées zones sensorielles du cortex cérébral.

La zone nucléaire de l'analyseur moteur, où s'effectue l'excitation des récepteurs des articulations, des muscles squelettiques et des tendons, est située dans les régions antérieure-centrale et postérieure-centrale du cortex. La zone de l'analyseur cutané associée à la température, à la douleur et à la sensibilité tactile occupe la région centrale postérieure (derrière le sillon central). La plus grande zone est occupée par la représentation corticale des récepteurs de la main, de l'appareil vocal et du visage, la plus petite - la représentation du tronc, de la cuisse et du bas de la jambe. La zone nucléaire de l'analyseur visuel est située dans la région occipitale. Dans la région temporale, il existe une représentation corticale de la réception auditive. La zone nucléaire de l'analyseur d'arôme est située près de la rainure latérale..

Les zones nucléaires des analyseurs sont des parties du cortex dans lesquelles se terminent la majeure partie des chemins conducteurs des analyseurs. En dehors des zones nucléaires, des éléments dispersés sont situés là où les impulsions des mêmes récepteurs pénètrent dans le cœur de l'analyseur. De cela, nous pouvons conclure que la localisation des fonctions dans le cortex n'est pas limitée à un certain champ du cortex, mais seulement principalement la perception d'un type particulier de sensibilité est associée à un certain champ, et en même temps elle peut être représentée dans les parties voisines du cortex.

L'excitation provenant des organes de la parole est envoyée au gyrus frontal inférieur. Ce centre est lié au gyrus antérieur-central, où les impulsions proviennent des muscles de la langue, des lèvres, des joues du larynx. Des sections du cortex situées dans la partie postérieure du gyrus frontal moyen et la zone nucléaire de l'analyseur moteur sont associées à un discours écrit. Les sites du cortex, particulièrement étroitement associés à la parole, sont présentés dans la gauche chez les droitiers et dans l'hémisphère droit chez les gauchers. Cependant, il convient de garder à l'esprit que la fonction de la parole ne se limite pas à certaines parties du cortex. La parole est la plus difficile à localiser et est réalisée avec la participation de l'ensemble du cortex cérébral.

Système limbique

Le système limbique comprend des formations nerveuses du cerveau situées du côté médial des hémisphères cérébraux, près de la partie supérieure du tronc cérébral: le gyrus cingulaire, se transformant en gyrus hippocampique, l'hippocampe, le fascia denté, l'arc et l'amygdale. Les fonctions de ce système sont diverses. Le système limbique régule l'activité des organes internes innervés par le système nerveux autonome. Avec l'irritation des noyaux de l'amygdale, l'activité du système cardiovasculaire change, la conduction cardiaque est perturbée, des arythmies se produisent, les mouvements respiratoires changent jusqu'à ce qu'il s'arrête complètement. Dans ce cas, il y a des réactions sous forme de toux, d'éternuements, de léchage, de mastication, de déglutition, de sécrétion de salive épaisse, d'augmentation ou de diminution de la sécrétion gastrique. L'effet de l'irritation amygdale sur la fonction rénale, la contraction et la miction de la vessie, le tonus et la contraction de l'utérus a été étudié. Il y a des changements dans l'activité du système cardiovasculaire et de la respiration et avec une irritation de l'hippocampe. la salivation, la mastication et la déglutition changent également. L'amygdale a un effet stimulant sur l'hypophyse - système surrénalien et sur l'hippocampe - inhibiteur. La destruction des noyaux amygdales provoque une augmentation de l'appétit, conduisant à l'obésité.

Avec l'hypothalamus, le système limbique contribue au maintien de l'homéostasie dans le corps par une régulation appropriée de l'activité des organes internes et la production d'hormones par les glandes de sécrétion interne.

Les fonctions de l'odorat, de la vigilance et de l'attention sont associées au système limbique. Les réflexes alimentaires, sexuels et défensifs sont réalisés à l'aide de ce système.

Le système limbique a des connexions diverses avec d'autres parties du cerveau, en particulier avec l'hypothalamus, le thalamus, la formation réticulaire du mésencéphale et les lobes frontaux des hémisphères cérébraux. Ces connexions étendues rendent les diverses fonctions du système limbique compréhensibles..

Avec l'hypothalamus, le système limbique forme le comportement émotionnel des animaux et des humains. Lorsqu'un courant électrique est irrité par l'hypothalamus et l'amygdale ou par l'élimination du gyrus cingulaire, les animaux éprouvent des réactions de rage et de comportement agressif (reniflement, grognements, pupilles dilatées, changements de fréquence cardiaque). La destruction bilatérale de l'amygdale chez le rat entraîne une diminution de l'activité motrice; aucune réaction de rage et d'agression ne peut être observée. Avec la destruction de l'amygdale chez l'homme, selon les indications médicales, l'activité émotionnelle des réactions telles que la peur, la colère, la rage diminue.

Article sur la structure du cerveau