Principal / Diagnostique

L'enfant a une névrose de mouvements obsessionnels comment traiter

Diagnostique

La névrose des enfants est un phénomène fréquent chez les enfants d'âges différents. L'atmosphère négative à l'école ou à la maison, le surmenage, beaucoup d'informations, beaucoup de bruit, un traumatisme psychologique, un divorce ou des querelles constantes de parents, des exigences trop élevées pour l'enfant - tout cela peut conduire au développement d'une névrose d'états obsessionnels chez les enfants (ou mouvements).

Vous pouvez gérer cela de différentes manières, mais vous devez d'abord vous assurer que le diagnostic est correct.

Symptômes et signes

Il est très facile de confondre les mouvements obsessionnels et les tics. Mais si vous comprenez correctement par vous-même la nature de ces phénomènes, il sera assez simple de les distinguer. Tique - contraction musculaire automatique, contractions musculaires, qui ne peuvent pas être contrôlées et qui ne sont pas toujours dues à des raisons psychologiques. Les mouvements obsessionnels peuvent être restreints par la volonté, et ils sont toujours le résultat de l'inconfort psychologique que l'enfant éprouve.

Les symptômes suivants indiquent une névrose de mouvements obsessionnels chez les enfants:

  • l'enfant se mord les ongles;
  • claque des doigts;
  • lui tord brusquement la tête;
  • tord sa lèvre;
  • fessée;
  • contourne tous les objets uniquement à gauche ou uniquement à droite;
  • tord les boutons;
  • mord les lèvres;
  • soufflant dans la paume de votre main, etc..

Il est impossible d'énumérer tous les mouvements obsessionnels: c'est trop individuel. Leur principal symptôme est leur répétition agaçante, presque minute par minute. Si vous ne faites pas attention à eux, cela peut conduire à se ronger les ongles au sang, à se mordre les lèvres, à arracher tous les boutons des vêtements, etc..

De plus, tout cela peut s'accompagner d'épidémies d'hystérie, qui n'existaient pas auparavant, insomnie, perte d'appétit, larmoiement, baisse des performances. C'est pourquoi le traitement de la névrose des mouvements obsessionnels chez les enfants doit être démarré immédiatement, dès que vous remarquez les symptômes de cette maladie.

Comment traiter une névrose de mouvements obsessionnels

Dessiner avec de la peinture aidera à répandre des émotions négatives

Le traitement qualitatif et efficace de la névrose des états obsessionnels chez l'enfant implique de travailler avec un psychologue, dans certains cas un psychothérapeute. Dans les cas les plus négligés, il s'agit de soins médicaux..

1. Traitement médicamenteux

Après examen par un psychothérapeute, le médecin peut prescrire des sédatifs, des antidépresseurs. Pour chaque cas, ils peuvent être les leurs:

Vous ne pouvez pas utiliser ces médicaments sans ordonnance d'un médecin, car leur effet sur le système nerveux central varie. Il faut prendre en compte à quel stade se développe une névrose: au stade initial, plusieurs cours avec un psychologue suffiront, avec des formes avancées, seul un médicament est prescrit. Mais tout cela ne peut être déterminé que par un médecin.

2. Traitement avec des remèdes populaires

Après avoir consulté un psychologue (psychothérapeute) surveillant votre enfant, vous pouvez utiliser des remèdes populaires dans le traitement de la névrose des mouvements obsessionnels. Ils sont très efficaces..

  1. Infusion de grains d'avoine d'avoine. Rincer le grain d'avoine (500 g) à l'eau froide, verser de l'eau froide (1 l), cuire à feu doux jusqu'à mi-cuisson. Filtrez, ajoutez le miel (cuillère à café). Donner un verre par jour.
  2. Décoctions d'herbes telles que racine de valériane, agripaume, violette tricolore, aubépine, mélisse, menthe, calendula, centaurée.
  3. Eau de miel avant le coucher: diluer une cuillère à soupe de miel dans un verre d'eau à température ambiante.
  4. Bains aux herbes apaisantes (lavande, menthe par exemple) ou sel de mer.
  5. Thérapie par la danse: allumez la musique à la maison - laissez l'enfant éclabousser toute la négativité de la danse.
  6. En été, donnez-lui plus souvent la possibilité de courir pieds nus sur le sol, l'herbe, le sable.
  7. Lire des histoires au coucher.
  8. Le dessin aidera également à jeter ce qui inquiète le bébé, alors donnez-lui plus souvent le papier et les peintures, crayons, crayons de couleur.
  9. Célébrer votre repas préféré vous aidera également à le sortir d'un état d'anxiété..

En plus des remèdes maison pour ce type de névrose, les parents devraient travailler sur leur propre comportement..

3. Comportement des parents

Un point très important dans le traitement de ce type de névrose infantile est le bon comportement des parents:

  • Ne grondez pas le bébé pour ces mouvements (lisez: comment élever un enfant sans punition);
  • dès qu'il commence à le faire, vous devez lui parler de ce qui l'inquiète;
  • lui consacrer plus de temps;
  • essayer de comprendre quelle est la raison des expériences du bébé et l'éliminer;
  • limiter la passion pour l'ordinateur et la télévision, mais avec compétence, sans pression ni hurlements.

Tout parent doit savoir comment traiter la névrose des mouvements obsessionnels chez les enfants afin de fournir une assistance à temps. De plus, les causes de cette maladie résident dans la sphère psycho-émotionnelle. Offrez à votre enfant une enfance heureuse et joyeuse sans soucis, angoisses et peurs inutiles.

Les mouvements obsessionnels chez un enfant sont assez courants. Il est difficile de ne pas les remarquer, car ils sont une répétition constante de mouvements uniformes sur une longue période de temps. Par exemple, les parents peuvent commencer à se demander pourquoi un enfant se mord les ongles, se balance, secoue la tête, etc..

Essayons de comprendre plus en détail un concept tel que «syndrome du mouvement obsessionnel». De plus, nous considérons les symptômes, les causes, les méthodes de traitement et la prévention de la maladie.

Pourquoi le syndrome des mouvements obsessionnels

Qui est le plus touché par ce type de trouble? Quelle est la raison des mouvements obsessionnels?

Le plus souvent, ils souffrent d'enfants qui sont très souvent dans des situations stressantes, élevés dans des familles dysfonctionnelles ou des bébés après des traumatismes crâniens. Mais il y a des cas où les mouvements obsessionnels de l'enfant apparaissent sans raison apparente (pour les parents et autres). Dans tous les cas, il est important d'identifier le facteur qui contribue au développement de la maladie et de l'éliminer à temps, afin de ne pas aggraver encore la situation..

Symptômes de mouvements obsessionnels

Il existe de nombreuses manifestations possibles de ce type de trouble. Les parents bienveillants doivent être attentifs aux situations où leur enfant est très souvent:

  • claque des doigts ou les suce;
  • grignote des ongles;
  • secoue la tête ou balance tout son corps;
  • renifle souvent (sans compter le nez qui coule);
  • fait un signe de la main ou balance sa jambe;
  • pincement de la peau sur les mains ou d'autres parties du corps;
  • clignote souvent;
  • tourne souvent le cou ou l'incline d'un côté;
  • tord les cheveux sur un doigt.

En même temps, il est important de répéter que l'on peut parler de l'existence d'un problème non pas avec une seule exécution des actions ci-dessus, mais avec leur répétition régulière.

Quels mouvements obsessionnels peuvent être combinés avec

Chez les jeunes enfants, les symptômes de la maladie se manifestent dans la plupart des cas. Il peut y avoir une répétition constante d'un ou plusieurs symptômes à la fois.

Quant aux enfants d'âge scolaire, leurs mouvements compulsifs peuvent s'accompagner d'énurésie, de bégaiement ou d'insomnie névrotique. En particulier, cela concerne la névrose de l'attente, qui se manifeste par la peur de faire une erreur (par exemple, en répondant près du tableau, etc.). Dans le même temps, les mouvements obsessionnels de l'enfant peuvent être accompagnés d'une tique sous forme de toux, de reniflement, de clignotement, de reniflement. Leur augmentation est généralement observée pendant l'excitation, la peur, l'anxiété, l'anxiété.

Les mouvements obsessionnels de l'enfant sont-ils la norme?

Que disent les médecins à ce sujet, y compris le célèbre médecin Komarovsky? Les mouvements obsessionnels n'indiquent pas toujours la présence de problèmes mentaux. En cas de gravité légère, ils peuvent bientôt disparaître d'eux-mêmes. Il est important de se rappeler que souvent de telles actions sont la prochaine étape pour comprendre le monde et grandir..

Mais si l'enfant claque depuis longtemps des doigts, se mord les ongles, secoue la tête ou si d'autres symptômes du problème sont observés, vous devez contacter votre pédiatre local pour un diagnostic spécial et, éventuellement, la nomination du type de traitement nécessaire..

Diagnostic de la maladie

Nous ne devons pas oublier que les mouvements obsessionnels chez les enfants ne sont pas une maladie distincte, mais peuvent indiquer la présence de problèmes plus graves. Et ce n'est qu'à l'aide de diagnostics spéciaux que les pathologies peuvent être exclues ou détectées. Par exemple, la cause de mouvements répétitifs constants peut être la présence de telles maladies:

  1. syndrôme de Tourette.
  2. Trouble obsessionnel compulsif.
  3. Trichotillomanie.

En même temps, ils peuvent se manifester à tout âge, à la fois chez les enfants en parfaite santé et chez ceux qui se caractérisent par un rythme de développement de l'intelligence plus lent.

Thérapie pour la névrose compulsive

Comment se débarrasser d'un problème tel que les mouvements obsessionnels chez les enfants? Le traitement implique différents types de thérapie, en fonction de la gravité et de la gravité des symptômes de la maladie..

Si dans certains cas, un traitement médicamenteux n'est pas nécessaire, dans d'autres, des médicaments sont utilisés. La combinaison la plus efficace de séances psychothérapeutiques chez un psychologue pour enfants et de la pharmacothérapie. Dans le même temps, les parents doivent comprendre que pour le rétablissement réussi de l'enfant, ils devront également faire des efforts.

Tout d'abord, il vaut la peine de revoir vos méthodes d'éducation. L'utilisation de cris et d'agressions à l'égard de l'enfant est inacceptable. Le regard et la voix doivent toujours être calmes et amicaux..

En plus de cela, le bébé doit être habitué à l'indépendance, à la précision et à la propreté, et dès son plus jeune âge. Il sera utile de procéder au tempérage, à la communication avec les pairs, à la lecture conjointe, etc. Il est important de ne pas en faire trop et de ne pas permettre le surmenage physique et mental.

Il est conseillé de danser avec votre enfant au moins quelques minutes par jour. Vous devez choisir des chansons drôles et rythmées qui seront d'abord appréciées par l'enfant lui-même.

Traitement médical

Après que la vraie raison pour laquelle l'enfant se mord les ongles ou fait d'autres mouvements obsessionnels a été identifiée, le pédiatre peut décider de la nécessité d'un traitement médicamenteux.

Le plus souvent prescrit de tels médicaments:

Nous ne devons pas oublier que ces médicaments ne peuvent être utilisés que sur prescription d'un médecin, car ils affectent le système nerveux central. Ils ne sont utilisés que dans des cas extrêmes, en cas d'écarts graves ou lorsque la maladie est à un stade très avancé.

Traitement de médecine traditionnelle

Les remèdes populaires pour se débarrasser du trouble peuvent être utilisés en combinaison avec la thérapie principale. Certains d'entre eux aident à divertir l'enfant et à le distraire du problème, tandis que d'autres aident à calmer son système nerveux..

Considérez plusieurs options possibles:

  1. Bains apaisants. Au cours des procédures quotidiennes de l'eau, vous pouvez utiliser des herbes comme la ficelle, la camomille, la lavande, la menthe. Ils calment le système nerveux et soulagent les tensions..
  2. De l'eau avec du miel. Il semblerait qu'un outil aussi simple, mais il a un grand effet. Pour le préparer, vous devez diluer une cuillère à café de miel dans un verre d'eau tiède (en aucun cas chaude!) Et donner à boire à l'enfant immédiatement avant le coucher..
  3. Une décoction de grains d'avoine. Pour le préparer, il est nécessaire de rincer les grains d'avoine et de les cuire jusqu'à mi-cuisson à feu doux dans un litre d'eau. Après cela, filtrez le bouillon obtenu et ajoutez-y une cuillère de miel. Donner à son enfant un verre une fois par jour.

Prévention des troubles

Il est du pouvoir de chacun des parents d'empêcher ou au moins de réduire la probabilité que l'enfant ait des mouvements obsessionnels ou d'autres déviations mentales et névroses.

Tout d'abord, les méthodes de prévention consistent en une communication suffisante avec le bébé. Il est important de consacrer au moins un peu de temps chaque jour pour parler avec l'enfant (quel que soit son âge, même avec le bébé), lui lire des contes de fées, trouver des divertissements communs (dessin, mannequinat, danse, jeux actifs, etc.). Cela aidera à établir un contact de confiance et à rendre l'enfant plus calme..

La prochaine étape est une protection contre les situations stressantes. Bien sûr, il est impossible de tout prévoir, mais il est dans la force des parents de tout faire pour que l'enfant soit le mieux préparé pour eux. Pour cela, vous pouvez, par exemple, jouer des scènes avec diverses situations imprévues, de sorte qu'en cas d'occurrence, le bébé ne soit pas confus ou effrayé, mais sache comment agir.

Il est nécessaire d'établir une routine quotidienne et de s'y conformer clairement. De plus, il est important d'habituer l'enfant à l'indépendance et à la responsabilité.

Un autre point important, qui a déjà été mentionné ci-dessus: en aucun cas ne peut être autorisé le surmenage mental et physique, car ils n'ont pas le meilleur effet sur l'équilibre mental. Pour les enfants en bonne santé, vous pouvez également utiliser les méthodes décrites dans la section «Traitement avec la médecine traditionnelle» - bains apaisants aux herbes et au sel de mer, eau au miel la nuit et ainsi de suite..

La chose principale dont absolument tous les parents doivent se souvenir: la santé de l'enfant (y compris psychologique) est entièrement entre leurs mains.

Mouvements et conditions obsessionnels chez les enfants: causes du syndrome, traitement de la névrose

C'est dans la période de l'enfance préscolaire que le syndrome des états obsessionnels peut se produire - une certaine réaction des enfants à un traumatisme psychologique ou à divers types de situations. La forte sensibilité à la névrose préscolaire s'explique en grande partie par des manifestations de crise: elles se présentent comme des contradictions entre l'indépendance croissante du bébé et l'attitude biaisée des adultes à son égard. L'apparition de telles conditions affecte le comportement de l'enfant et affecte négativement son développement mental. Que peuvent faire les parents pour protéger un enfant d'âge préscolaire contre des facteurs qui traumatisent sa psyché??

La plupart des névroses infantiles se manifestent à l'âge préscolaire, lorsque l'enfant entre dans une phase intermédiaire entre l'enfance et l'indépendance

Qu'est-ce qui cause la névrose??

Les parents doivent simplement connaître les raisons qui provoquent l'apparition de la névrose chez les enfants. Le degré de ses manifestations dépend de l'âge du bébé, de la nature de la situation traumatique, et est également associé à la réponse émotionnelle du enfant d'âge préscolaire. Les experts disent que le plus souvent, les raisons peuvent être:

  • divers types de traumatismes psychologiques dans la famille et le jardin d'enfants;
  • environnement défavorable (querelles fréquentes entre parents, divorce des parents);
  • erreurs dans l'éducation familiale;
  • changement dans le mode de vie habituel de l'enfant (nouveau lieu de résidence, transfert dans une autre école maternelle)
  • stress physique ou émotionnel excessif sur le corps de l'enfant;
  • peur grave (nous recommandons la lecture: comment traiter une peur chez un enfant?).

Une telle classification est plutôt arbitraire, car les enfants d'âge préscolaire réagissent différemment à tout impact psychologique, mais ce sont ces raisons, selon les experts, qui peuvent affecter les changements dans la psyché et le comportement des enfants, et plus tard la manifestation de la névrose chez eux. Si les parents sont attentifs à leurs enfants, ils remarqueront à temps des choses étranges dans leur comportement - cela permettra de prévenir une névrose ou d'y faire face sous une forme plutôt bénigne.

Les symptômes de la névrose chez les enfants

Comment savoir qu'un enfant a une névrose? Quels symptômes devraient alerter les parents? Les psychologues préviennent que la manifestation de la névrose peut indiquer:

  • pensées dérangeantes souvent récurrentes;
  • mouvements involontaires et commis à plusieurs reprises;
  • actions comportementales complexes, les soi-disant.

Le syndrome de maladie névrotique le plus courant qui provoque des pensées obsessionnelles est la peur. Un enfant peut avoir peur du noir, visiter un jardin d'enfants, un médecin, un espace clos, etc. (plus dans l'article: que faire si un enfant a peur du noir ou dormir seul?). De plus, il pense souvent que personne n'a besoin de lui, ses parents ne l'aiment pas et ses pairs ne veulent pas être amis avec lui.

En plus des pensées obsessionnelles, dans les années préscolaires, des actions répétées se produisent souvent, qui se transforment ensuite en une névrose de mouvements obsessionnels. Dans ces cas, l'enfant peut souvent trembler avec ses mains, tamponner ses pieds, secouer la tête. En présence d'un tel syndrome, il renifle constamment le nez, clignote rapidement des yeux, se mord les ongles, enroule ses cheveux autour de son doigt, clique sur ses doigts (nous vous recommandons de lire: E. Komarovsky sur ce qu'il faut faire lorsqu'un enfant se mord les ongles). Parfois, les enfants d'âge préscolaire sont diligemment engagés dans des procédures d'hygiène: ils se lavent les mains à plusieurs reprises, reniflent spécialement, puis essuient soigneusement leur nez, ajustent constamment leurs vêtements, leurs cheveux.

Il est difficile d'énumérer tous les symptômes dans lesquels une névrose de mouvements obsessionnels est détectée, car ils peuvent survenir individuellement chez chaque enfant. Mais les adultes devraient connaître leur principal symptôme - l'exécution involontaire fréquente.

Mouvements obsessionnels «rituels»

Dans les cas les plus difficiles, les mouvements obsessionnels prennent la forme de «rituels», qui sont de la nature de la réaction protectrice d’un enfant au facteur traumatique. Les «rituels» peuvent consister en un ensemble constant de mouvements obsessionnels. Par exemple, les spécialistes connaissent le cas de certaines actions lors de la préparation au coucher, lorsque le garçon devait rebondir le nombre de fois requis. Ou un enfant ne peut commencer des actions qu'avec certaines manipulations - par exemple, contourne les objets exclusivement sur la gauche.

En plus des mouvements obsessionnels gênants, les névroses s'accompagnent généralement d'une détérioration générale de la santé de l'enfant. Ainsi, souvent le bébé devient irritable, hystérique, en larmes, il souffre d'insomnie, crie souvent, pleure la nuit. Son appétit, ses performances se dégradent, il y a léthargie, isolement. Tout cela peut affecter la relation avec l'environnement immédiat de l'enfant (adultes, pairs), lui causer un traumatisme psychologique supplémentaire.

La nécessité d'un traitement des conditions obsessionnelles chez les enfants

Il n’est pas nécessaire de s’attendre à ce que la névrose des mouvements obsessionnels chez l’enfant se dissipe avec le temps, car la négligence des problèmes de l’enfant ne fera qu’aggraver sa situation. Un spécialiste bien connu des questions d'éducation et de développement des enfants, le Dr Komarovsky, parle de la nécessité d'éliminer les causes du syndrome des pensées et des mouvements obsessionnels. Il souligne que la névrose des enfants d'âge préscolaire n'est pas une maladie, mais un trouble mental, une défaite de la sphère émotionnelle. Par conséquent, dans la période de l'enfance préscolaire, les parents sont tenus de connaître les caractéristiques du développement des enfants d'âge préscolaire, les caractéristiques des crises liées à l'âge (pour plus de détails, voir: comment se comporter lors d'une crise chez les enfants à 8 ans). Les adultes attentifs à leurs enfants peuvent facilement remarquer les premiers signes d'un symptôme d'états obsessionnels (même aussi simples que le reniflement) et demander l'avis d'un spécialiste. Un psychologue ou un neuropsychiatre après avoir examiné le bébé et identifié les causes de la névrose prescrira un traitement supplémentaire.

Prévention et traitement de la névrose infantile

La méthodologie pour la prévention et le traitement de la névrose infantile est suffisamment développée dans la pratique médicale, avec un traitement rapide, elle donne de bons résultats. Pendant le traitement, en règle générale, les caractéristiques personnelles et psychologiques du bébé sont prises en compte: son tempérament, son niveau de développement mental, en particulier sa perception émotionnelle. Selon le niveau du trouble, la durée des effets thérapeutiques et psychologiques prend des temps différents..

Les caractéristiques de la technique sont l'utilisation de certaines techniques:

  • modeler des situations qui effraient l'enfant lorsqu'il «vit» sa peur afin de dissiper l'anxiété;
  • Pour se débarrasser des pensées et des mouvements obsessionnels, un enfant d'âge préscolaire est formé à la capacité de gérer les émotions, de supprimer l'anxiété et de faire face à l'agression;
  • organisation d'une communication utile (exemples de comportements) avec les personnes qui les entourent, les pairs, les parents et les éducateurs;
  • conseiller aux parents d'éliminer la source de névrose (établir les bonnes relations au sein de la famille, corriger les méthodes parentales);
  • effectuer de la psycho-gymnastique pour corriger les pensées, les émotions et le comportement d'un enfant d'âge préscolaire.

Afin de traiter les effets de la névrose, et à l'avenir de prévenir ses manifestations chez les enfants d'âge préscolaire, le travail conjoint des spécialistes et des parents est nécessaire. Il est préférable que cette prévention soit organisée dès la naissance du bébé.

Syndrome du mouvement obsessionnel: développement, symptômes, diagnostic, comment traiter

Le syndrome de mouvement obsessionnel (DIA) est un trouble neurologique qui est une manifestation d'un trouble obsessionnel-compulsif dans lequel les patients ont tendance à commettre le même type d'actions répétitives. La névrose se développe également souvent chez les adultes et les enfants. Mais le plus souvent, il se manifeste dans 20-30 ans - pendant la période d'activité maximale du jeune organisme. Le syndrome est assez fréquent chez les enfants. Leurs mouvements sont démotivés et difficiles à contrôler. Cette maladie n'a pas d'appartenance sexuelle: elle affecte autant les hommes que les femmes.

Excités et nerveux, les patients commencent à effectuer des actes moteurs stéréotypés qui ne sont pas perçus par les autres. Ils se mordent les lèvres, claquent, se mordent les ongles et la peau sur les doigts, cliquent sur leurs articulations, secouent les membres, hochent la tête, font d'étranges mouvements de la main, souvent clignotent et louchent, tordent leurs cheveux sur leurs doigts, réarrangent les objets sur une table, reniflent le nez, sans fin se frotter les mains. De telles actions sont effectuées inconsciemment, les patients ne les remarquent pas du tout.

Le développement du SND est facilité par une situation psycho-émotionnelle tendue au sein de la famille et de l'équipe. Une prédisposition héréditaire est d'une grande importance dans le développement de la maladie. Les malades sont obsédés par une idée ou une autre. Pour soulager leur condition, ils effectuent certaines actions rituelles - répétition de mouvements symboliques de temps en temps, actions involontaires et inhabituelles. Dans le même temps, les patients peuvent évaluer de manière critique leur état et faire face à ces obsessions.

En médecine officielle, les mouvements souvent répétés et dénués de sens qui surviennent en réponse à des pensées obsessionnelles sont appelés compulsions. Les patients réalisent la futilité de ces actions, mais ne peuvent rien y faire. La situation est aggravée, l'anxiété, l'anxiété et la peur apparaissent. Les relations avec les proches sont rompues, l'irritabilité, les troubles du sommeil et d'autres manifestations négatives se produisent.

La maladie ne conduit pas à un handicap et à un handicap. SND a un code selon la CIM-10 F40-F48 et fait référence à "Névrotique, associée au stress et aux troubles somatoformes".

Étiologie et pathogenèse

Les causes de la pathologie n'ont pas encore été déterminées. On pense que le rythme de vie moderne, les stress fréquents, le stress mental, les situations de conflit sont d'une grande importance dans la survenue d'une maladie..

Le syndrome des mouvements obsessionnels se développe en réponse au surmenage moral et physique, à l'épuisement émotionnel, à la tension nerveuse, à une atmosphère négative dans la vie quotidienne et dans l'entreprise. En plus des facteurs psychosociaux, les processus physiopathologiques doivent être distingués. Le syndrome est une manifestation de maladies du système nerveux central - psychose schizophrénique, encéphalopathie, épilepsie, traumatisme crânien.

Les principales causes de la maladie chez les enfants:

  • traumatismes psychologiques et situations stressantes - situation tendue dans la maison: scandales, querelles, combats,
  • prédisposition héréditaire - problèmes avec le système nerveux chez les parents,
  • hypoxie fœtale,
  • réaction allergique à certains aliments,
  • carence en hypo- et vitamines,
  • erreurs parentales et problèmes psychologiques des parents.

Un syndrome de condition obsessionnelle est une maladie polyétiologique dans laquelle une prédisposition héréditaire est réalisée sous l'influence de divers facteurs déclenchants. Le groupe à risque comprend les enfants dont le système nerveux est affaibli; bébés trop gâtés; enfants hyperactifs et agités; a souffert de maladies infectieuses aiguës et de blessures à la tête; souffrant de dysfonctionnements cardiaques chroniques. Les personnes suspectes sont affectées par la maladie, inquiètes de ce à quoi ressemblent leurs actions et de ce que les autres penseront d'elles..

L'insomnie et la perturbation du régime de repos augmentent la gravité des symptômes de la pathologie chez les patients. Un traumatisme mental entraîne une surcharge émotionnelle et une excitation de certaines parties du cerveau. Pour s'en débarrasser, les patients commettent des actions obsessionnelles.

Souvent, les parents sont très pointilleux et exigent de leurs enfants. Les punitions, les interdictions, les affrontements excitent la fragile psyché de l'enfant. Les adultes, ne connaissant pas les manifestations de la névrose, perçoivent les symptômes de la maladie comme un mauvais comportement des enfants. Cela aggrave la situation. La SND chez l'enfant est une pathologie réversible dont les signes cliniques disparaissent après élimination de la cause profonde et création d'une atmosphère favorable au sein de la famille et de l'équipe.

Symptomatologie

Les signes cliniques du syndrome sont des mouvements obsessionnels qui diffèrent des manifestations d'autres maladies en ce qu'ils se développent à la suite d'un inconfort psycho-émotionnel et peuvent être restreints par la volonté. Le syndrome des mouvements obsessionnels est caractérisé par la cyclicité, la régularité, la monotonie et la répétition constante des mêmes mouvements.

Le syndrome commence par des signes cliniques assez inoffensifs - comportement incontrôlé des patients, actions incompréhensibles pour les autres, manque de manières et de tact. À l'avenir, de tels mouvements et gestes étranges se répéteront plus souvent. Cela fait peur aux autres. Mais les patients ne peuvent rien faire avec eux-mêmes - leur comportement reste inchangé..

Les mouvements obsessionnels chez les enfants comprennent: se mordre les lèvres, cliquer sur les articulations des doigts, hocher la tête, claquer, tousser, cligner des yeux fréquemment, grincer des dents, agiter les bras, tamponner le pied, se frotter les mains, sucer le doigt, se gratter l'arrière du cou et du nez. Les parents essaient d'arrêter de telles actions, mais leurs enfants n'acceptent pas la critique. En même temps, les mouvements s'intensifient, l'hystérie se développe. Tous les symptômes du syndrome sont extrêmement divers. Chaque enfant a une maladie qui se manifeste à sa manière. Les caractéristiques communes à tous les symptômes sont une récidive irritante, presque minute par minute. Dans certains cas, de telles actions deviennent absurdes - les enfants se mordent les ongles au sang, ils peuvent se mordre les lèvres, arracher tous les boutons de leurs vêtements.

Chez l'adulte, les manifestations du syndrome consistent en un lissage constant des cheveux, un lissage des vêtements, des contractions des épaules, des rides du nez, des grimaces, une projection de la langue. De telles actions sont une réponse à un facteur de stress. Chez les enfants, il s'agit de la première visite d'une nouvelle équipe, se déplaçant dans une autre ville, discutant avec des inconnus et chez les adultes - interviews, dates, examens.

Le syndrome des mouvements obsessionnels se développe généralement chez les individus hystériques craintifs, indécis, qui ne peuvent pas surmonter leurs peurs et leurs émotions négatives. Ces patients mangent mal, dorment, se fatiguent rapidement, bégaient. Les enfants malades deviennent de mauvaise humeur, en larmes, irritables, coquins. Les personnes matures éprouvent une agitation nerveuse, souffrent d'insomnie.

Les mouvements obsessionnels chez l'adulte et l'enfant sont généralement identiques. Leur essence est la répétition constante de certaines actions dénuées de sens. Les adolescents sont très inquiets lorsqu'ils découvrent eux-mêmes des signes de maladie. Ils se sentent imparfaits et gênés d'en parler aux adultes..

Les conséquences et complications désagréables du syndrome comprennent:

  1. invalidité progressive,
  2. altération de la concentration,
  3. intelligence réduite,
  4. perte d'appétit et bon sommeil,
  5. immunité affaiblie,
  6. dysfonctionnements des organes internes,
  7. maladies infectieuses d'étiologie bactérienne et virale,
  8. la formation du désir pour la manifestation constante du ressentiment, du secret, de l'aliénation,
  9. conflits familiaux, problèmes d'étude et de travail.

En l'absence d'un traitement efficace du syndrome, de tristes conséquences surviennent. Chez les patients, le caractère change. Ils cessent de se rapporter normalement aux autres, le processus d'interaction de l'individu avec l'environnement social est perturbé, la méfiance naît, l'auto-absorption, la déception, des conflits fréquents se produisent. Un comportement humain inapproprié ressemble à une psychose paranoïaque. Au stade initial, les patients sont conscients des caractéristiques de leur maladie. Mais au fur et à mesure que la pathologie se développe, une nouvelle explosion émotionnelle s'installe, une irritabilité et une fatigue chronique apparaissent, une confusion de la parole, une baisse de l'estime de soi, une dépression nerveuse. Seule l'aide opportune de psychologues permettra aux patients de ne pas perdre complètement confiance en autrui et de ne pas être déçus de la vie.

Mesures diagnostiques

Mesures de diagnostic et de traitement du syndrome des mouvements obsessionnels - le travail de spécialistes dans le domaine de la psychothérapie et de la neurologie. Ils effectuent une enquête auprès des patients et de leurs proches, des tests psychologiques des patients, les dirigent vers un laboratoire et un examen instrumental afin d'exclure la pathologie cérébrale organique. Les symptômes typiques indiquent clairement le diagnostic..

Les patients doivent subir les procédures de diagnostic suivantes:

  • tests sanguins et urinaires,
  • rhéoencéphalographie,
  • électroencéphalographie,
  • Échographie du cerveau,
  • CT et IRM,
  • recherche sur les allergies alimentaires,
  • tomographie par émission de positrons,
  • électromyographie,
  • échoencéphaloscopie,
  • imagerie thermique.

Ce n'est qu'après un examen complet des patients et l'obtention des résultats de méthodes supplémentaires qu'un diagnostic correct peut être établi.

Traitement

Des mesures thérapeutiques sont effectuées après avoir identifié les causes de la névrose. Les patients doivent être protégés des effets des facteurs négatifs et offrir des conditions de vie confortables.

Les patients se voient prescrire les groupes de médicaments suivants:

  1. antidépresseurs - Amitriptyline, Paroxetine, Imipramine;
  2. Nootropiques - «Cinnarizine», «Vinpocetine», «Piracetam»;
  3. antipsychotiques - «Sonapaks», «Aminazin», «Tizercin»;
  4. tranquillisants - "Seduxen", "Phenazepam", "Clonazepam";
  5. Vitamines B - Milgamma, Neuromultivit, Combipilen;
  6. sédatifs - "Persen", "Novopassit", "Motherwort forte".

Pour normaliser les processus d'excitation et d'inhibition, "Pantogam" et "Glycine", multivitamines "Vitrum Junior", "Alphabet", "Multi-Tabs", plantes médicinales "Tenoten", tisane "Buy-bye", "Calm- ka. " Les médicaments psychotropes pour enfants ne sont prescrits que par un médecin.

Tous les médicaments ci-dessus ne peuvent être utilisés qu'après avoir consulté un spécialiste. Cela est particulièrement vrai pour les enfants. Aux premiers stades de la pathologie, ils se limitent souvent à des séances de psychothérapie et dans des cas plus avancés, ils passent à la prescription de médicaments. Il faut se rappeler que les médicaments neuroprotecteurs ont un effet stimulant ou inhibiteur sur le système nerveux central de l'enfant. Des médicaments sont prescrits en cas de comportement agressif et de présence d'intentions suicidaires. En soi, les médicaments ne guérissent pas le syndrome, mais éliminent une partie des symptômes et soulagent l'état général des patients. C'est pourquoi le traitement doit être complet, y compris la psychothérapie, la physiothérapie, la diététique et la phytothérapie..

  • Le traitement psychothérapeutique consiste à mettre en œuvre des techniques thérapeutiques efficaces - «arrêter les pensées», la thérapie hypnosuggestive et cognitivo-comportementale et l'auto-formation. Ces influences psychothérapeutiques permettent aux patients de reconnaître les causes des pensées obsessionnelles et de survivre à une vague d'émotions négatives..
  • Certaines procédures physiothérapeutiques aideront les patients à se calmer. Celles-ci incluent l'électro-sommeil, la thérapie électroconvulsive, l'acupuncture, la stimulation électrique du cerveau et l'électrophorèse de la vitamine B1. Les psychothérapeutes recommandent que les patients dansent la thérapie, le yoga, les sports, la marche pieds nus, le dessin, les loisirs de plein air. Le traitement complet devrait inclure le massage, la natation, le ski, le patinage sur glace, la thérapie par l'exercice, les bains chauds, le frottement, la trempe et le bain dans l'eau courante, parler avec un psychologue, la psycho-formation de groupe.
  • Les spécialistes accordent une attention particulière à un régime thérapeutique qui exclut les allergènes alimentaires. Il est recommandé aux patients de manger des produits à base de viande, du poisson de mer, des algues, des bananes, du kiwi, des pommes, des groseilles, du chocolat noir, des produits à base de lait aigre, des légumes frais, des noix et des graines. Interdit: café fort, pâtisserie et farine, plats salés et viandes fumées, alcool.
  • En plus du traitement médicamenteux principal du syndrome, la médecine traditionnelle est utilisée. Avant de les utiliser, vous devez également consulter un spécialiste. Les remèdes suivants ont un effet calmant sur le système nerveux: infusion de grains d'avoine, tisane de sauge et basilic indien, thé à la cardamome verte et au sucre, infusion de millepertuis, infusion de ginseng, thé à la menthe poivrée, teinture de valériane, pivoine, agripaume, aubépine, eau de miel, bain avec lavande, menthe et sel de mer, jus de carotte, teinture des racines de zamaniha, paille, couleur aster, racines angéliques.

Le SND est un trouble mental réversible. En éliminant la cause profonde de la maladie, vous pouvez récupérer complètement. Les parents doivent créer une atmosphère favorable à la maison, surveiller leur comportement, éviter les conflits et ne pas régler les choses en présence d'enfants. Il n'est pas facile de détecter ces problèmes et de s'en débarrasser vous-même. L'aide de spécialistes est nécessaire - psychologues pour enfants et psychoneurologues.

Prévention et pronostic

La principale mesure préventive dans le syndrome des mouvements obsessionnels est un mode de vie sain. Cela est particulièrement vrai pour les personnes ayant une prédisposition héréditaire à la maladie. Les experts recommandent à ces personnes de ne pas négliger le repos, juste le sommeil, l'exercice, le développement de qualités personnelles. Les personnes sujettes à des troubles neurologiques doivent être enregistrées auprès d'un médecin.

Le syndrome des mouvements obsessionnels a un pronostic favorable et est traité en toute sécurité. Il est extrêmement rare qu'il devienne chronique avec alternance de périodes d'exacerbation et de rémission. L'impact des facteurs provoquants entraîne une détérioration de l'état général des patients. Les patients doivent créer une atmosphère familiale calme, se protéger des émotions négatives, aider à prendre leur place dans la société.

En l'absence de traitement adéquat, les symptômes de la maladie peuvent survenir pendant des années. La guérison complète des patients n'est possible qu'après un traitement complexe et sérieux en clinique.

Syndrome de mouvement compulsif chez les enfants

Les stéréotypes moteurs (mouvements obsessionnels) chez un enfant sont des mouvements involontaires, inefficaces et coordonnés qui se répètent selon un schéma fixe. Des stéréotypes secondaires et pathologiques se produisent avec une altération du développement du système nerveux (autisme, retard mental, syndrome de Rett) et une déficience sensorielle. Dans ce cas, le traitement du syndrome du mouvement obsessionnel chez l'enfant est basé sur le traitement du trouble sous-jacent. Mais les contractions se retrouvent chez les enfants ayant un développement psychomoteur normal (stéréotypes physiologiques primaires).

Le diagnostic différentiel doit prendre en compte les tics, les crises d'épilepsie, la dyskinésie paroxystique, les lésions cérébrales structurelles, le syndrome de Sandifer. Bien que les stéréotypes moteurs soient des mouvements obsessionnels bénins, ils peuvent persister à l'âge adulte..

Il existe également une relation de conditions obsessionnelles avec le TDAH, le trouble des tiques et d'autres troubles mentaux (anxiété, trouble obsessionnel-compulsif).

Stéréotypes primaires

La névrose primaire des états obsessionnels chez les enfants (CIM-10 code F42.1) commence généralement à l'âge préscolaire (environ 3 ans) et survient chez un pourcentage relativement élevé d'enfants ayant un développement psychomoteur normal. Les données de prévalence varient de 22 à 72% selon le type d'étude et les mouvements estimés. Chez les garçons, le trouble est légèrement plus fréquent que chez les filles (3: 2).

Les stéréotypes primaires sont divisés en 3 groupes en fonction de l'impulsion:

  • stéréotypes simples;
  • tête à bascule;
  • stéréotypes complexes.

Stéréotype simple

Les stéréotypes simples les plus courants, qui ne provoquent généralement pas d'anxiété chez les parents, ne conduisent pas à une consultation avec un psychologue. Ils appartiennent au groupe des mauvaises habitudes et comprennent:

  • succion du pouce;
  • se ronger les ongles;
  • léchage des lèvres;
  • tapoter avec vos doigts ou vos pieds;
  • cheveux enroulés sur un doigt;
  • torse se balançant;
  • reniflement;
  • cogner la tête;
  • gravillonnage.

Chez les enfants de moins de 3 ans, ces signes apparaissent dans 90% des cas, à un âge plus avancé (y compris à l'adolescence) - dans 20 à 50% des cas. Le stéréotype simple le plus courant chez les nourrissons est de sucer un doigt et de balancer le corps; chez les enfants d'âge préscolaire et les adolescents, boucler les cheveux, se ronger les ongles.

Une prévalence élevée de stéréotypes simples se retrouve également chez les adultes. Ils ont des manifestations telles que secouer le corps (3-25%), boucler les cheveux, taper avec un crayon, membres inférieurs, se gratter la tête.

Stéréotype complexe (complexe)

Hochement de tête et stéréotypes moteurs complexes donnent déjà l'impression d'une manifestation physique douloureuse associée à un trouble neurologique (neurasthénie, névrose, etc.) ou mental.

Le plus souvent, la tête oscille chez les nourrissons et les bébés. Un hochement de tête rythmique se produit dans la direction antéropostérieure, d'un côté à l'autre ou d'une épaule à l'autre. Elle peut être associée à une déviation des yeux, à leur mouvement vers le haut ou vers le bas. Ces stéréotypes commencent plus tôt que les stéréotypes complexes. Dans une étude neurologique avec un petit nombre d'enfants, un lien a été trouvé avec des troubles neurologiques mineurs (hypotension, retard de développement du moteur et de la parole).

En diagnostic différentiel, il faut distinguer les mouvements pathologiques et physiologiques caractéristiques de cet âge.

Les stéréotypes complexes du mouvement sont moins courants que les simples (environ 5% des enfants d'âge préscolaire) et affectent les membres supérieurs à des degrés divers. Ils peuvent se produire de différentes manières. Les manifestations comprennent:

  • agite tes mains;
  • tremblement;
  • toux;
  • serrer les poings;
  • poignets;
  • mouvements des mains sur le visage;
  • flexion et extension des coudes.

D'autres mouvements peuvent également être ajoutés, tels que des balançoires, l'ouverture de la bouche, l'étirement du cou, mais les mouvements des membres supérieurs dans les manifestations cliniques dominent.

En tant que signes d'accompagnement, l'apparition de phénomènes sonores, tels que grognements, bourdonnements, grognements, gémissements, est possible.

Dans une étude portant sur un petit nombre d'enfants, il a été montré que les stéréotypes moteurs complexes commençaient chez 80% des enfants de moins de 2 ans, chez 12% à l'âge de 24 à 35 mois et seulement dans 8% après 36 mois. Au cours de la discussion des résultats de l'étude, aucun des enfants étudiés n'a montré de signes de stéréotypes secondaires pendant le test..

En plus de l'âge précoce d'apparition et du modèle de mouvement caractéristique, le syndrome obsessionnel de l'enfant est généralement associé à des stimuli émotionnels (joie, excitation, stress, anxiété), à la concentration, à des périodes de fatigue ou d'ennui. Le mouvement commence soudainement, prend quelques secondes ou minutes, apparaît plusieurs fois par jour et s'arrête immédiatement après avoir changé d'attention. Chaque enfant a son propre "répertoire" moteur caractéristique, qui peut évoluer avec le temps. Lors de stéréotypes, l'enfant interrompt parfois ses activités, mais il est pleinement conscient. Fondamentalement, les enfants ne sont pas conscients de la violation, seuls certains décrivent des sentiments agréables.

Les états obsessionnels complexes sont caractérisés par des mouvements coordonnés plus complexes (rebondir sur une chaise, plier les genoux). Certaines caractéristiques qu'ils ont en commun - ils sont périodiques, ont un certain caractère, s'aggravent avec le stress, l'anxiété, la fatigue. Contrairement aux tiques, la nature des stéréotypes ne change pas relativement (les tiques se développent et changent avec le temps). Leur distribution est différente, des stéréotypes moteurs se produisent sur les membres ou dans tout le corps, et des tics apparaissent souvent sur le visage, la tête et les épaules (clins d'œil, grimaces, secousses de la mâchoire, mouvements de la tête, haussements d'épaules).

Les stéréotypes sont souvent rythmiques (balançoires, balancement) et durent généralement plus longtemps que les tics. Contrairement aux tiques, elles ne sont pas supprimées par la volonté, ne sont pas associées à l'envie de bouger, une augmentation du stress interne lors de la suppression.

Des états obsessionnels complexes peuvent également imiter certaines actions courantes - répétition de rituels (par exemple, se laver les mains avec un trouble obsessionnel-compulsif) ou maniérisme. Parfois, les tics et les comportements compulsifs se produisent avec le stéréotype.

Stéréotype secondaire

La principale condition pour diagnostiquer une stéréotypie pathologique secondaire est sa relation avec diverses maladies et troubles. Ceux. la cause est un trouble mental ou somatique.

Les mouvements obsessionnels secondaires chez l'adulte et l'enfant sont associés à la maladie actuelle. Les troubles les plus courants, dont la conséquence est l'obsession des mouvements et des actions:

  • pathologies du développement: autisme infantile, syndrome d'Asperger, autisme atypique, autre trouble de désintégration infantile;
  • retard mental;
  • privation sensorielle: cécité ou surdité congénitale;
  • troubles métaboliques congénitaux: syndrome de Lesch-Nyhan;
  • maladies neurodégénératives et génétiques: neuroacanthocytose, syndrome de Rett, syndrome de Prader-Willi, syndrome des chromosomes X fragiles;
  • état lié au médicament: psychostimulants, homéopathie;
  • maladie mentale: trouble obésif compulsif, schizophrénie.

Le syndrome de mouvement obsessionnel secondaire le plus courant survient chez les autistes, chez les patients atteints du syndrome de Rett, d'un retard mental, de syndromes génétiques et d'une déficience sensorielle..

Il n'y a pas de différences significatives entre les manifestations cliniques des stéréotypes primaires et secondaires, sauf que le type secondaire est plus bizarre et fréquent que le primaire.

Les mécanismes physiopathologiques du syndrome des états obsessionnels n'ont pas été élucidés. Une relation chronologique spécifique entre le stéréotype et les étapes du développement est observée dans la petite enfance, lorsque la manifestation des mouvements à un certain moment peut être physiologique; seulement avec la croissance, l'augmentation de l'intensité et de la stabilité, elle est perçue comme une pathologie (par exemple, sucer un doigt en dehors de la période de sommeil, serrer les poings à plusieurs reprises).

Les hypothèses suggérant la base psychogène du syndrome des états obsessionnels sont basées sur l'observation d'enfants en privation sensorielle et d'animaux en captivité. Le stéréotypage peut être une forme d'auto-stimulation sensorielle pour augmenter la vigilance en l'absence de stimulation externe. Ou vice versa, les mouvements répétitifs peuvent servir de moyen de se débarrasser de l'excès d'énergie et de maintenir l'attention. En faveur de la base biologique, en particulier des stéréotypes complexes, leur occurrence plus fréquente chez les patients souffrant de troubles du système nerveux central (autisme, retard mental) et de provocation médicamenteuse peut indiquer.

L'imagerie par résonance magnétique volumétrique chez les enfants présentant des stéréotypes complexes a montré une diminution du volume du noyau caudé et de la substance blanche frontale dans le cerveau. Le rôle des anomalies dans les chaînes cortico-striato-thalamo-corticales et le déficit de transmission dopaminergique est également suggéré. Des troubles concomitants fréquents (TDAH, trouble obsessionnel-compulsif) soutiennent également cette hypothèse..

Les facteurs héréditaires peuvent également jouer un rôle; selon certains experts, des conditions obsessionnelles surviennent chez 25% des proches du 1er degré.

Diagnostic différentiel

Pour le traitement réussi des mouvements obsessionnels chez un enfant, le diagnostic différentiel est important, dans lequel il est important d'exclure les tics et les crises d'épilepsie. L'épilepsie (mouvements répétés des paupières, de la bouche, de la langue ou des mains) n'a pas de caractère rythmique et de moments provocateurs spécifiques. La différenciation est parfois difficile selon le tableau clinique. Un diagnostic correct est facilité par la surveillance vidéo de l'EEG.

La suspicion de crises d'épilepsie atonique chez les jeunes enfants provoque des mouvements stéréotypés de la tête, en particulier dans la direction antéropostérieure; la chute de la tête est plus prononcée que le mouvement de recul.

Chez la plupart des patients, une suspicion de crises d'épilepsie est la raison d'un examen neurologique.

Prévoir

Le pronostic de la maladie est mitigé. Selon certaines études, les stéréotypes commencent dès la petite enfance, culminent vers la 3e année et reculent après 4 ans. Dans le même temps, d'autres études ont montré que les mouvements obsessionnels persistent à l'adolescence, surtout lorsqu'ils durent (plus d'un an).

Thérapie

Dans les mouvements obsessionnels des enfants, le traitement est principalement basé sur diverses méthodes comportementales. Le traitement avec des agents pharmacologiques (comprimés) n'est généralement pas utilisé. Le clonazépam, l'halopéridol ou la clonidine est parfois utilisé, mais leurs effets ne sont pas concluants.

Dans certains cas, l'hypnose aide à traiter les conditions obsessionnelles. En plus d'éliminer les conséquences, il peut identifier et éliminer les causes de la violation.

Il est important de ne pas essayer de se débarrasser du trouble par vous-même (méthodes folkloriques, "rééducation"). Cela peut conduire à un problème d'approfondissement..

Sommaire

Le syndrome du mouvement obsessionnel est une manifestation motrice qui commence dans la petite enfance et, dans certains cas, persiste à un âge plus avancé. Bien que les troubles primaires se retrouvent chez les enfants ayant un développement normal, il existe une association plus fréquente avec le TDAH, le trouble obsessionnel-compulsif et l'anxiété, les tics, en particulier dans le cas de stéréotypes complexes. L'étiologie de la maladie n'est pas connue. Il est suggéré que les manifestations peuvent être biologiquement liées. En particulier, les mouvements de tête provoquent la suspicion d'une maladie neurologique ou psychiatrique (épilepsie, autisme, trouble tique, dyskinésie paroxystique). Souvent, un tableau clinique typique ne nécessite pas d'examens supplémentaires..

Si les mouvements ne sont pas visibles pendant l'examen, un enregistrement vidéo à domicile sera utile pour le diagnostic..

Comment identifier et traiter le syndrome du mouvement obsessionnel d'un enfant

Le diagnostic différentiel doit prendre en compte les tics, les crises d'épilepsie, la dyskinésie paroxystique, les lésions cérébrales structurelles, le syndrome de Sandifer. Bien que les stéréotypes moteurs soient des mouvements obsessionnels bénins, ils peuvent persister à l'âge adulte..

Il existe également une relation de conditions obsessionnelles avec le TDAH, le trouble des tiques et d'autres troubles mentaux (anxiété, trouble obsessionnel-compulsif).

Types de manifestations de troubles névrotiques

Les mouvements obsessionnels chez les enfants sont une sorte de signal que la famille de l'enfant a besoin d'une aide psychologique urgente. Les petits enfants, en raison de la faiblesse de leur psychisme, réagissent vivement aux divers conflits et querelles domestiques. Demander de l'aide à un psychologue compétent aidera non seulement à éliminer le syndrome en question, mais aussi à améliorer la compréhension mutuelle entre les parents.

La plupart des manifestations des troubles névrotiques ont leurs propres caractéristiques et dépendent du niveau de développement de la psyché de l'enfant. La raison du développement de la maladie est associée au manque de capacité à satisfaire les stimuli de plus en plus importants pour l'enfant. Lors d'une attaque névrotique, les mouvements du bébé acquièrent uniformité et fixation. Les spécialistes distinguent deux formes de manifestation du syndrome des mouvements obsessionnels: les manipulations elles-mêmes et les tics nerveux.

Le terme «tique nerveuse» est utilisé pour désigner les contractions rythmiques inconscientes du tissu musculaire. Le plus souvent, la tique affecte les muscles situés dans la région des organes visuels. Ce symptôme peut se manifester sous la forme d'un clignotement sans fin ou d'un strabisme rapide. Les mouvements obsessionnels s'expriment sous la forme des mouvements corporels suivants:

  • frotter les lobes d'oreille et secouer la tête;
  • jeux avec clics sur les cheveux et les doigts;
  • se ronger les ongles et les bavures;
  • mouvements cycliques des épaules et des membres supérieurs;
  • caressant différents vêtements.

Les manipulations ci-dessus sont parmi les plus faciles. Dans les cas plus graves, il existe des gestes similaires à ceux de se laver les mains, de se balancer d'un côté à l'autre et de marcher en cercle. À l'aide de mouvements intrusifs, les enfants essaient de faire face au stress interne et s'isolent des problèmes externes..

Symptomatologie

Les signes cliniques du syndrome sont des mouvements obsessionnels qui diffèrent des manifestations d'autres maladies en ce qu'ils se développent à la suite d'un inconfort psycho-émotionnel et peuvent être restreints par la volonté. Le syndrome des mouvements obsessionnels est caractérisé par la cyclicité, la régularité, la monotonie et la répétition constante des mêmes mouvements.

Le syndrome commence par des signes cliniques assez inoffensifs - comportement incontrôlé des patients, actions incompréhensibles pour les autres, manque de manières et de tact. À l'avenir, de tels mouvements et gestes étranges se répéteront plus souvent. Cela fait peur aux autres. Mais les patients ne peuvent rien faire avec eux-mêmes - leur comportement reste inchangé..

Les mouvements obsessionnels chez les enfants comprennent: se mordre les lèvres, cliquer sur les articulations des doigts, hocher la tête, claquer, tousser, cligner des yeux fréquemment, grincer des dents, agiter les bras, tamponner le pied, se frotter les mains, sucer le doigt, se gratter l'arrière du cou et du nez. Les parents essaient d'arrêter de telles actions, mais leurs enfants n'acceptent pas la critique. En même temps, les mouvements s'intensifient, l'hystérie se développe. Tous les symptômes du syndrome sont extrêmement divers. Chaque enfant a une maladie qui se manifeste à sa manière. Les caractéristiques communes à tous les symptômes sont une récidive irritante, presque minute par minute. Dans certains cas, de telles actions deviennent absurdes - les enfants se mordent les ongles au sang, ils peuvent se mordre les lèvres, arracher tous les boutons de leurs vêtements.

Chez l'adulte, les manifestations du syndrome consistent en un lissage constant des cheveux, un lissage des vêtements, des contractions des épaules, des rides du nez, des grimaces, une projection de la langue. De telles actions sont une réponse à un facteur de stress. Chez les enfants, il s'agit de la première visite d'une nouvelle équipe, se déplaçant dans une autre ville, discutant avec des inconnus et chez les adultes - interviews, dates, examens.

Le syndrome des mouvements obsessionnels se développe généralement chez les individus hystériques craintifs, indécis, qui ne peuvent pas surmonter leurs peurs et leurs émotions négatives. Ces patients mangent mal, dorment, se fatiguent rapidement, bégaient. Les enfants malades deviennent de mauvaise humeur, en larmes, irritables, coquins. Les personnes matures éprouvent une agitation nerveuse, souffrent d'insomnie.

Les mouvements obsessionnels chez l'adulte et l'enfant sont généralement identiques. Leur essence est la répétition constante de certaines actions dénuées de sens. Les adolescents sont très inquiets lorsqu'ils découvrent eux-mêmes des signes de maladie. Ils se sentent imparfaits et gênés d'en parler aux adultes..

Les conséquences et complications désagréables du syndrome comprennent:

  1. invalidité progressive,
  2. altération de la concentration,
  3. intelligence réduite,
  4. perte d'appétit et bon sommeil,
  5. immunité affaiblie,
  6. dysfonctionnements des organes internes,
  7. maladies infectieuses d'étiologie bactérienne et virale,
  8. la formation du désir pour la manifestation constante du ressentiment, du secret, de l'aliénation,
  9. conflits familiaux, problèmes d'étude et de travail.

En l'absence d'un traitement efficace du syndrome, de tristes conséquences surviennent. Chez les patients, le caractère change. Ils cessent de se rapporter normalement aux autres, le processus d'interaction de l'individu avec l'environnement social est perturbé, la méfiance naît, l'auto-absorption, la déception, des conflits fréquents se produisent. Un comportement humain inapproprié ressemble à une psychose paranoïaque. Au stade initial, les patients sont conscients des caractéristiques de leur maladie. Mais au fur et à mesure que la pathologie se développe, une nouvelle explosion émotionnelle s'installe, une irritabilité et une fatigue chronique apparaissent, une confusion de la parole, une baisse de l'estime de soi, une dépression nerveuse. Seule l'aide opportune de psychologues permettra aux patients de ne pas perdre complètement confiance en autrui et de ne pas être déçus de la vie.

Névrose à l'âge adulte

Le syndrome en question est l'une des manifestations du trouble de la personnalité obsessionnelle-compulsive. En termes simples, cette pathologie est une obsession du mouvement. Les mouvements obsessionnels chez l'adulte, exprimés sous la forme de gestes inappropriés des membres, compliquent considérablement la vie normale. Une personne avec ce diagnostic est constamment sous le contrôle de sa propre imagination, ce qui l'oblige à effectuer des actions spécifiques. Il est à noter que le besoin d'action, à un certain stade du développement de la pathologie, se transforme en véritable addiction.

Aux stades initiaux du développement de la maladie, les symptômes de la pathologie sont tout à fait inoffensifs. Sous l'influence de troubles psychologiques, une personne perd la capacité de contrôler son propre comportement, ce qui entraîne l'apparition de traits qui peuvent ne pas être clairs pour les autres. Ces caractéristiques comprennent le grattage des mains, diverses grimaces et les gestes du visage. Plus tard, des «rituels» entiers apparaissent, qui consistent en des gestes et des mouvements répétés. Les manifestations cliniques de la maladie peuvent effrayer les gens autour de vous..

De nombreux patients sont très insatisfaits de leur propre comportement, mais ne peuvent pas influencer indépendamment leurs gestes..

Prévoir

Le syndrome obsessionnel-compulsif est caractérisé par un processus chronique. La récupération complète de la pathologie est assez rare. Des rechutes se produisent généralement. Au cours du traitement, les symptômes disparaissent progressivement et l'adaptation sociale commence.

Sans traitement, les symptômes du syndrome progressent, perturbent la capacité du patient à travailler et sa capacité à être dans la société. Certains patients se suicident. Mais dans la plupart des cas, le TOC a une évolution favorable.

Le TOC est essentiellement une névrose qui ne conduit pas à une invalidité temporaire. Si nécessaire, les patients sont transférés vers un travail plus facile. Les cas courants du syndrome sont examinés par les spécialistes de VTEK, qui déterminent le groupe III d'incapacité. Les patients reçoivent un certificat pour les travaux légers, à l'exclusion des quarts de nuit, des voyages d'affaires, des heures de travail irrégulières, de l'exposition directe à des facteurs nocifs sur le corps.

Mesures diagnostiques

Mesures de diagnostic et de traitement du syndrome des mouvements obsessionnels - le travail de spécialistes dans le domaine de la psychothérapie et de la neurologie. Ils effectuent une enquête auprès des patients et de leurs proches, des tests psychologiques des patients, les dirigent vers un laboratoire et un examen instrumental afin d'exclure la pathologie cérébrale organique. Les symptômes typiques indiquent clairement le diagnostic..

Les patients doivent subir les procédures de diagnostic suivantes:

  • tests sanguins et urinaires,
  • rhéoencéphalographie,
  • électroencéphalographie,
  • Échographie du cerveau,
  • CT et IRM,
  • recherche sur les allergies alimentaires,
  • tomographie par émission de positrons,
  • électromyographie,
  • échoencéphaloscopie,
  • imagerie thermique.

Ce n'est qu'après un examen complet des patients et l'obtention des résultats de méthodes supplémentaires qu'un diagnostic correct peut être établi.

Que doivent faire les parents

De nombreux parents souhaitent savoir comment réagir à un tel comportement des enfants. Un spécialiste bien connu dans le domaine de la psychologie, Evgeny Komarovsky, recommande que les jeunes parents ne se concentrent pas sur cette caractéristique du modèle comportemental. Le syndrome du mouvement obsessionnel n'a aucun lien avec les maladies inflammatoires ou oncologiques, les troubles végétovasculaires et les pathologies du SNC. Ce syndrome est inclus dans la catégorie des troubles psycho-émotionnels causés par des facteurs traumatiques. Il est important de noter que le processus de développement de la pathologie est complètement réversible, et pour se débarrasser des mouvements obsessionnels, il suffit d'éliminer la cause de leur apparition.

Les psychologues recommandent de consulter un médecin dès les premiers signes d'une maladie. Il est très important de ne pas montrer votre anxiété. Beaucoup de parents font une grosse erreur en tirant un enfant et en faisant des commentaires. L'attention parentale au problème peut le résoudre dans le subconscient, ce qui rendra le «rituel» plus souhaitable.

Afin de distraire l'enfant des mouvements obsessionnels, le bébé doit recevoir autant d'attention que possible. Les promenades et les jeux vous permettront de «faire passer» l'attention des enfants des problèmes internes au monde extérieur. Il n'est en aucun cas recommandé de discuter du comportement de l'enfant avec des proches, en présence du bébé. Les paroles des parents peuvent être renforcées dans la conscience des enfants, ce qui ne fera qu'exacerber le problème existant..


Le syndrome de mouvement obsessionnel aigu chez l'enfant est un trouble caractérisé par le développement d'une grande variété de mouvements

Étiologie et pathogenèse

Les causes de la pathologie n'ont pas encore été déterminées. On pense que le rythme de vie moderne, les stress fréquents, le stress mental, les situations de conflit sont d'une grande importance dans la survenue d'une maladie..

Le syndrome des mouvements obsessionnels se développe en réponse au surmenage moral et physique, à l'épuisement émotionnel, à la tension nerveuse, à une atmosphère négative dans la vie quotidienne et dans l'entreprise. En plus des facteurs psychosociaux, les processus physiopathologiques doivent être distingués. Le syndrome est une manifestation de maladies du système nerveux central - psychose schizophrénique, encéphalopathie, épilepsie, traumatisme crânien.

Les principales causes de la maladie chez les enfants:

  • traumatismes psychologiques et situations stressantes - situation tendue dans la maison: scandales, querelles, combats,
  • prédisposition héréditaire - problèmes avec le système nerveux chez les parents,
  • hypoxie fœtale,
  • réaction allergique à certains aliments,
  • carence en hypo- et vitamines,
  • erreurs parentales et problèmes psychologiques des parents.

Un syndrome de condition obsessionnelle est une maladie polyétiologique dans laquelle une prédisposition héréditaire est réalisée sous l'influence de divers facteurs déclenchants. Le groupe à risque comprend les enfants dont le système nerveux est affaibli; bébés trop gâtés; enfants hyperactifs et agités; a souffert de maladies infectieuses aiguës et de blessures à la tête; souffrant de dysfonctionnements cardiaques chroniques. Les personnes suspectes sont affectées par la maladie, inquiètes de ce à quoi ressemblent leurs actions et de ce que les autres penseront d'elles..

L'insomnie et la perturbation du régime de repos augmentent la gravité des symptômes de la pathologie chez les patients. Un traumatisme mental entraîne une surcharge émotionnelle et une excitation de certaines parties du cerveau. Pour s'en débarrasser, les patients commettent des actions obsessionnelles.

Souvent, les parents sont très pointilleux et exigent de leurs enfants. Les punitions, les interdictions, les affrontements excitent la fragile psyché de l'enfant. Les adultes, ne connaissant pas les manifestations de la névrose, perçoivent les symptômes de la maladie comme un mauvais comportement des enfants. Cela aggrave la situation. La SND chez l'enfant est une pathologie réversible dont les signes cliniques disparaissent après élimination de la cause profonde et création d'une atmosphère favorable au sein de la famille et de l'équipe.

Les principales causes

La psyché du bébé est encore peu développée, n'a pas d'immunité et est sensible aux effets provoquants de nature négative. Les raisons pour lesquelles des mouvements obsessionnels peuvent apparaître deviennent souvent:

  • manque d'attention;
  • situations difficiles qui traumatisent la psyché;
  • long séjour dans un environnement dysfonctionnel;
  • erreurs mondiales dans l'éducation - indifférence ou rigueur excessive;
  • stress sévère;
  • changements dans la vie familière - déménager, changer d'école, quitter les parents et leur longue absence, rester avec des étrangers.
  • effroi aigu.

Exposition aux médicaments

La pharmacothérapie des troubles névrotiques infantiles a un caractère auxiliaire. Les médicaments appliqués peuvent améliorer la circulation sanguine et le métabolisme, ainsi que normaliser le fonctionnement du système nerveux. La plupart des médicaments utilisés ont un effet calmant, ce qui élimine les problèmes de sommeil. Il est important de comprendre que l'utilisation d'agents pharmacologiques n'éliminera pas complètement le trouble psycho-émotionnel. L'utilisation de médicaments aide à soulager le stress émotionnel, ce qui affecte favorablement le degré d'irritabilité de l'enfant.

Traitement

Des mesures thérapeutiques sont effectuées après avoir identifié les causes de la névrose. Les patients doivent être protégés des effets des facteurs négatifs et offrir des conditions de vie confortables.

Les patients se voient prescrire les groupes de médicaments suivants:

  1. antidépresseurs - Amitriptyline, Paroxetine, Imipramine;
  2. Nootropiques - «Cinnarizine», «Vinpocetine», «Piracetam»;
  3. antipsychotiques - «Sonapaks», «Aminazin», «Tizercin»;
  4. tranquillisants - "Seduxen", "Phenazepam", "Clonazepam";
  5. Vitamines B - Milgamma, Neuromultivit, Combipilen;
  6. sédatifs - "Persen", "Novopassit", "Motherwort forte".

Pour normaliser les processus d'excitation et d'inhibition, "Pantogam" et "Glycine", multivitamines "Vitrum Junior", "Alphabet", "Multi-Tabs", plantes médicinales "Tenoten", tisane "Buy-bye", "Calm- ka. " Les médicaments psychotropes pour enfants ne sont prescrits que par un médecin.

Tous les médicaments ci-dessus ne peuvent être utilisés qu'après avoir consulté un spécialiste. Cela est particulièrement vrai pour les enfants. Aux premiers stades de la pathologie, ils se limitent souvent à des séances de psychothérapie et dans des cas plus avancés, ils passent à la prescription de médicaments. Il faut se rappeler que les médicaments neuroprotecteurs ont un effet stimulant ou inhibiteur sur le système nerveux central de l'enfant. Des médicaments sont prescrits en cas de comportement agressif et de présence d'intentions suicidaires. En soi, les médicaments ne guérissent pas le syndrome, mais éliminent une partie des symptômes et soulagent l'état général des patients. C'est pourquoi le traitement doit être complet, y compris la psychothérapie, la physiothérapie, la diététique et la phytothérapie..

  • Le traitement psychothérapeutique consiste à mettre en œuvre des techniques thérapeutiques efficaces - «arrêter les pensées», la thérapie hypnosuggestive et cognitivo-comportementale et l'auto-formation. Ces influences psychothérapeutiques permettent aux patients de reconnaître les causes des pensées obsessionnelles et de survivre à une vague d'émotions négatives..
  • Certaines procédures physiothérapeutiques aideront les patients à se calmer. Celles-ci incluent l'électro-sommeil, la thérapie électroconvulsive, l'acupuncture, la stimulation électrique du cerveau et l'électrophorèse de la vitamine B1. Les psychothérapeutes recommandent que les patients dansent la thérapie, le yoga, les sports, la marche pieds nus, le dessin, les loisirs de plein air. Le traitement complet devrait inclure le massage, la natation, le ski, le patinage sur glace, la thérapie par l'exercice, les bains chauds, le frottement, la trempe et le bain dans l'eau courante, parler avec un psychologue, la psycho-formation de groupe.
  • Les spécialistes accordent une attention particulière à un régime thérapeutique qui exclut les allergènes alimentaires. Il est recommandé aux patients de manger des produits à base de viande, du poisson de mer, des algues, des bananes, du kiwi, des pommes, des groseilles, du chocolat noir, des produits à base de lait aigre, des légumes frais, des noix et des graines. Interdit: café fort, pâtisserie et farine, plats salés et viandes fumées, alcool.
  • En plus du traitement médicamenteux principal du syndrome, la médecine traditionnelle est utilisée. Avant de les utiliser, vous devez également consulter un spécialiste. Les remèdes suivants ont un effet calmant sur le système nerveux: infusion de grains d'avoine, tisane de sauge et basilic indien, thé à la cardamome verte et au sucre, infusion de millepertuis, infusion de ginseng, thé à la menthe poivrée, teinture de valériane, pivoine, agripaume, aubépine, eau de miel, bain avec lavande, menthe et sel de mer, jus de carotte, teinture des racines de zamaniha, paille, couleur aster, racines angéliques.

Le SND est un trouble mental réversible. En éliminant la cause profonde de la maladie, vous pouvez récupérer complètement. Les parents doivent créer une atmosphère favorable à la maison, surveiller leur comportement, éviter les conflits et ne pas régler les choses en présence d'enfants. Il n'est pas facile de détecter ces problèmes et de s'en débarrasser vous-même. L'aide de spécialistes est nécessaire - psychologues pour enfants et psychoneurologues.

Diagnostique

Dans ses manifestations, une névrose d'états obsessionnels est similaire à d'autres troubles mentaux - par exemple, la schizophrénie, et il est souvent difficile de la diagnostiquer. Surtout dans les situations où le patient cache soigneusement la pathologie.
Dans ce cas, à la réception, il se comportera de manière tout à fait naturelle, même si soudain il y a un besoin urgent d'accomplir un rituel particulier. Le patient le fera plus tard lorsqu'il sera seul.

Les difficultés diagnostiques les plus courantes:

  • Si vous le souhaitez, le TOC peut être masqué;
  • Au lieu du TOC, ils mettent souvent des attaques de panique, des délires d'exposition, une dépression ou un VVD;
  • En raison du grand nombre de simulants, il peut être difficile d'identifier le vrai patient..

Les principaux critères d'identification du TOC:

  • Le patient ne perçoit pas les compulsions et les obsessions comme quelque chose d'imposé de l'extérieur. Considère ces pensées et ces actions comme les leurs;
  • Les obsessions et les compulsions durent longtemps, ce qui épuise le patient et ne donne aucun plaisir;
  • La réalisation d'une obsession ou d'une pensée est toujours désagréable pour le patient;
  • Le patient résiste désespérément à l'obsession, mais en vain, ce qui provoque des souffrances;
  • Les résultats des tests de Yale-Brown;
  • Les obsessions et les compulsions rendent impossible une routine quotidienne adéquate en raison de la nécessité d'effectuer de nombreux rituels;
  • Le patient est sujet à l'isolement social;
  • À l'école, au travail et au sein de la famille, il existe de nombreuses difficultés dues à des comportements inappropriés fréquents;
  • Résumer une conversation significative avec un patient.

En outre, la tomographie calculée et TEP (émission de positons) du cerveau sera utile..

Effet psychothérapeutique

La psychothérapie est le principal moyen d'éliminer les symptômes des troubles névrotiques. Vous pouvez vous débarrasser des mouvements obsessionnels par une longue analyse de la vie familiale à la recherche des causes des conflits internes chez le bébé. La cause de la maladie peut être une éducation stricte et des mauvais traitements de la part des parents. Souvent, les problèmes psychologiques dans l'enfance surviennent par la faute de facteurs psycho-traumatiques qui laissent une trace dans le subconscient. La prédisposition génétique, la consommation d'alcool ou de drogues par l'un des parents ou un conflit ouvert avec d'autres peuvent contribuer à la formation de la maladie..

La négligence pédagogique, exprimée sous la forme d'un manque de contrôle sur le développement du bébé, est la cause la plus fréquente de cette pathologie. Selon les experts, les conflits intra-familiaux liés à la réticence à avoir un enfant ou au rejet de son sexe peuvent également provoquer des troubles mentaux.


Le syndrome d'obsession peut être le symptôme d'une autre maladie grave.

Sur la base de ce qui précède, nous pouvons conclure qu'il existe de nombreux facteurs différents qui peuvent agir comme un sol pour la formation de la maladie. Il est de la responsabilité du médecin de trouver la cause de la maladie. Pour cela, il est nécessaire d'aborder adéquatement l'évaluation de chacun des membres de la famille. Seule une vue de l'extérieur peut révéler les défauts du comportement des parents qui ont provoqué des conflits internes chez l'enfant. Il est important de noter que les adolescents ont du mal à créer une connexion communicative avec un psychothérapeute compte tenu des caractéristiques de la puberté.

Dans le traitement de ce trouble de la personnalité, une technique basée sur les jeux est utilisée. Après que le psychologue a pris contact avec l'enfant, une situation est simulée dans laquelle il y a un troisième participant (le plus souvent une peluche). Dans des conditions simulées, le troisième participant au jeu a des problèmes liés au contrôle de son corps. La tâche du médecin est de recréer les signes du trouble qui dérangent le bébé. Le résultat de ces jeux est la divulgation complète de l'enfant et la désignation de conflits internes, qui agissent comme des causes de troubles moteurs.

Mesures préventives

La prévention de ce trouble est un mode de vie sain. Bien que cela s'applique à tout le monde, cela devrait être pensé par ceux qui sont prédisposés à la maladie. Protéger des écarts:

  • Planification du temps;
  • Une quantité suffisante de repos;
  • Divertissement calme;
  • Cours d'éducation physique;
  • La communication aide au développement des qualités personnelles d'une personne.

Ceux qui ont déjà identifié les conditions physiologiques des troubles neurologiques doivent être sous la surveillance d'un médecin.

Prévention et pronostic

La principale mesure préventive dans le syndrome des mouvements obsessionnels est un mode de vie sain. Cela est particulièrement vrai pour les personnes ayant une prédisposition héréditaire à la maladie. Les experts recommandent à ces personnes de ne pas négliger le repos, juste le sommeil, l'exercice, le développement de qualités personnelles. Les personnes sujettes à des troubles neurologiques doivent être enregistrées auprès d'un médecin.

Le syndrome des mouvements obsessionnels a un pronostic favorable et est traité en toute sécurité. Il est extrêmement rare qu'il devienne chronique avec alternance de périodes d'exacerbation et de rémission. L'impact des facteurs provoquants entraîne une détérioration de l'état général des patients. Les patients doivent créer une atmosphère familiale calme, se protéger des émotions négatives, aider à prendre leur place dans la société.

En l'absence de traitement adéquat, les symptômes de la maladie peuvent survenir pendant des années. La guérison complète des patients n'est possible qu'après un traitement complexe et sérieux en clinique.

Conseils aux parents

Il existe plusieurs règles de traitement importantes pour la maladie en question que les parents doivent suivre. Tout d'abord, les parents doivent comprendre que ce sont eux qui sont responsables des problèmes de l'enfant. Un contrôle accru, une discipline stricte et un manque de compréhension des désirs et des besoins de l'enfant provoquent le développement de troubles de la personnalité. C'est pourquoi il est recommandé, tout d'abord, de créer une atmosphère conviviale dans votre propre maison..

Ensuite, vous devez prendre soin de créer un cadre clair dans le comportement de l'enfant. Des exigences vagues et des interdictions permanentes sont dévastatrices pour la psyché des enfants. Si les parents approuvent d'abord puis condamnent certaines actions, le risque de comportement manipulateur de la part de l'enfant est considérablement accru.

Les parents d'enfants atteints de troubles névrotiques doivent consacrer le plus de temps possible à leur enfant. La personnalité de l'enfant doit indiquer la bonne voie de développement. Partager le temps avec les parents aide les enfants à ressentir de l'amour et du soutien..